Au Niger, l'immunité de l'ex-président Mohamed Bazoum levée par la Cour d'État    Accord de l'ANC, nouvelle attaque en RDC et exploitation pétrolière au Sénégal : l'hebdo Afrique    La RD Congo envisage des poursuites contre Apple en France et aux États-Unis    Afrique du Sud : l'ANC conclut un accord de dernière minute pour un gouvernement de coalition    Au Kenya, la découverte de gisements de coltan suscite l'espoir    Crise économique au Nigeria : Bola Tinubu défend ses réformes    Au Nigeria, une insécurité quotidienne et un regain d'activité du groupe État islamique    La musique au Cap-Vert : quand l'art devient un enjeu national    À Gaza ou au Soudan, l'ONU dénonce des "niveaux extrêmes" de violences contre les enfants    La Cour pénale internationale "extrêmement" préoccupée par la situation au Darfour    Le Sénégal fait son entrée dans le cercle des producteurs de pétrole    Soudan : fermeture du dernier hôpital d'El-Fasher au Darfour    Au Somaliland, bousculer les traditions à travers le basket : à la rencontre des filles de Hargeisa    Au Cameroun, Samuel Eto'o repart au clash avec le ministère des sports    Nouvelle attaque imputée aux paramilitaires FSR au Soudan    Cris de détresse d'une centaine de migrants sénégalais bloqués au Niger    Nouvelle montée de tension entre le Niger et le Bénin : 5 nigériens arrêtés à Sèmè-Kpodji    RD Congo : 53 accusés de "tentative de coup d'État" encourent la peine de mort    Égypte : hausse de 300% du pain subventionné    RD Congo : ouverture du procès de la "tentative de coup d'État"    Des inégalités à réduire dans la santé de la population mondiale    Attaque meurtrière au Soudan, l'ANC perd sa majorité absolue, opération Torch : l'hebdo Afrique    Au Soudan, le chef de l'ONU "condamne fermement" une attaque meurtrière de paramilitaires    "Opération Torch" en 1942 au Maroc et en Algérie : l'autre Débarquement    Cellou Dalein Diallo : la junte veut "rester au pouvoir" en Guinée    Bénin : sept soldats tués lors d'une attaque dans le nord du pays    Sergueï Lavrov poursuit sa tournée africaine en République du Congo    Au Congo, Sergueï Lavrov accuse l'Occident du chaos libyen    Neuf pays africains parmi les dix crises de déplacés "les plus négligées" en 2023    Le Nigeria paralysé par une grève générale pour une hausse du salaire minimum

CAN 2023: Après la défaite face au Sénégal / Le coach du Cameroun Rigobert Song, confiant en la qualification de son équipe

CAN 2023: Après la défaite face au Sénégal / Le coach du Cameroun  Rigobert Song, confiant en la qualification de son équipe

Le Sénégal s’est imposé 3-1 face au Cameroun en match comptant pour la 2ème journée du groupe C qui s’est disputé le vendredi 19 janvier 2024, au stade Charles Konan Banny de Yamoussoukro. A l’issue de la rencontre, le coach des Lions indomptable du Cameroun, Rigoberta Song a déclaré en conférence de presse qu’il était confiant  et rassuré quant à la qualification au 3ème match face à la Gambie  de son équipe pour le second tour

Vous aviez annoncé que vous mettriez chaque joueur à son poste et c’est ce que vous  avez fait.  Est-ce que vous assumez ?

Ce n’est pas comme ça qu’il faut faire l’analyse. Mais j’assume parce que lorsqu’il y a une défaite comme celle d’aujourd’hui, il faut l’assumer. Chacun des joueurs a fait ce qu’il pouvait. Ils se sont battus. On a manqué ce qu’il fallait, on pouvait faire autrement  mais maintenant, il faut l’assumer.  J’assume, je ne mettrai pas la cause sur qui que ce soit. Je prends la responsabilité parce que c’est moi qui suis en avant. Les joueurs ont fait ce qu’ils pouvaient  maintenant, il  faut reconnaitre que le Sénégal a été meilleur que nous. Ils ont concrétisé ce  que nous n’avons pas pu faire. C’est tout simplement ça.

 

Est-ce qu’on peut dire que le Sénégal a été très fort que le Cameroun ?

Oui. Il  faut le reconnaitre. Ils ont été forts. C’est une équipe qui est déjà bien rodée, qui est  bien en place. Ce qu’on  n’a pas su  faire. A  un moment donné il faut être réaliste. Certains découvrent la compétition maintenant.  Il ne faudrait pas  qu’on reste dans l’imagination. Aujourd’hui, les  Sénégalais ont mérité leur victoire parce qu’ils ont concrétisé des actions qui ne devraient pas être.  Parmi nos joueurs, il y a des débutants. Mais tout ça fait partie du football. Mais je pense qu’on prend conscience et qu’on accepte aussi souvent d’apprendre. 

 Quel était le plan de jeu et qu’est ce qui n’a pas marché ?

Je pense que nos joueurs ont été présents. Et vous avez vu ce qui nous arrive. Pendant les 20 premières minutes,  on a toujours  eu du mal. Il manquait un peu cette concentration. Mais après, vous avez vu que nos joueurs étaient présents. Ce sont les détails qui font la différence aujourd’hui au haut niveau. On a  laissé faire certaines choses qui nous ont mis en difficulté. Je pense qu’aujourd’hui, il faudrait que nos joueurs apprennent encore. Ils ne sont pas mauvais, mais il faut  reconnaitre que le Sénégal a été meilleur aujourd’hui.

 

Vous avez un bilan de 8 défaites, 1 match nul et 5 victoires avec la sélection Camerounaise après deux  ans. Est-ce que vous pensez que vous êtes à la hauteur de cette sélection ?

 Si on parle des statistiques, vous pouvez l’analyser comme ça.  Je l’ai dit. Nous avons une jeune équipe. Il faut reconnaitre aujourd’hui  que  ce n’est plus  les années passées. Nous rebâtissons une équipe pour le futur.  Il faut lui accorder encore quelque temps. Peut-être que je partirais mais il faudrait que celui qui arrive, qu’il trouve déjà quelque chose et qu’il soit dans la continuité .  Mais aujourd’hui.

On a constaté que vous avez réagi beaucoup trop et que vous avez été dangereux que  trop tard. Au-delà de cela, nous avons constaté que le Sénégal vous a beaucoup contrôlé. Vous n’êtes pas d’accord ?

Si,  c’est pourquoi j’ai parlé de maturité. Tout a l’heure, j’ai dit que c’est une jeune équipe qui  est en place, qui découvre.  Je pense qu’avec le temps, ils comprendront. On a joué. On a eu des occasions mais il faut les mettre au fond des filets. Si on n’arrive pas à les mettre, après ça devient difficile.

Croyez-vous que votre équipe a des chances de passer au second tour ? 

Je reste  positif. Il y a  encore le dernier match. Il n’y aura plus de calcul à faire. Nous restons dans cette compétition. Rien n’est encore perdu. Il y a encore  de l’espoir. Le dernier match doit être  pour nous une finale parce qu’on  n’a  plus rien à perdre. Je pense  et  je sais qu’on va aller au deuxième tour.

 Vous n’avez jamais aligné la même équipe deux fois. Est-ce que vous n’avez pas cédé à la pression de la presse en alignant une équipe que tout le monde demandait ?

  Je ne cède à rien et j’ai ma philosophie, je  l’assume. On se partage. On est dans un métier auquel on apprend. Il faut aussi écouter les autres. Ce n’est parce que j’ai convoqué 27 joueurs. Je pense que tous sont venus, c’est pour jouer. Mais en même temps, il faut trouver le bon moment pour mettre chacun. Je vis le quotidien avec eux. Ce n’est pas parce que la presse  a dit que j’ai pu faire. J’ai observé.  J’ai mes collaborateurs avec lesquels je travaille nuit et jour. Je pense que le temps était arrivé de mettre les joueurs par rapport à ce qu’il nous démontre au quotidien.  Aujourd’hui si on reste dans la presse, on devait gagner aujourd’hui. C’est un métier  difficile. Mais je dis encore que j’assume. Je suis à la tête de cette équipe  mais  ce que je sais, je ne perds pas espoir. Je suis convaincu et rassuré que le troisième  match sera pour nous une finale et qu’on passera au deuxième tour.

 Propos recueillis par  Patricia Lyse à Yamoussoukro         

 

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut
xxx