Battu à la présidentielle, le Premier ministre tchadien Succès Masra présente sa démission    La politique migratoire tunisienne inquiète les Nations Unies    Interrogations en RD Congo au lendemain de la tentative de coup d'État    En RD Congo, de nombreuses zones d'ombre après la "tentative de coup d'État"    En Afrique du Sud, la justice exclut l'ex-président Jacob Zuma des élections prévues le 29 mai    Fin de la 16ème édition du Festival des musiques urbaines d'Anoumabo (FEMUA)    RD Congo : l'élection du bureau de l’Assemblée nationale reportée    RD Congo : une "tentative de coup d'État" déjouée à Kinshasa, selon l'armée    Ahramat, le bras du Nil qui en dit long sur la construction des pyramides d'Égypte    La santé mentale des jeunes, un enjeu majeur en Afrique    Conférence sur les relations entre l’Afrique et l’Europe : Ousmane Sonko parle du rôle de la France    Sonko s'en prend à la France, l'armée burkinabè accusée, répression en Tunisie : l'hebdo Afrique    Au Sénégal, le Premier ministre Ousmane Sonko s'en prend durement à la présidence Macron    Arrestations de Sonia Dahmani et Mehdi Zagrouba : manifestations des avocats à Tunis    Tchad : le général Mahamat Idriss Déby Itno officiellement élu président    En Côte d'Ivoire, la précampagne présidentielle 2025 a commencé    RD Congo : hommage aux victimes de Mugunga    Afrique du Sud : des gangs contrôlent l'exploitation minière illégale et sèment la terreur    Mali : le seul but du dialogue était de "prolonger la transition", estime le chef du parti Yelema    Ouverture d'une crise diplomatique entre le Niger et le Bénin    Massacres au Burkina Faso : des vidéos accablent l'armée burkinabè    Soudan : le chef de l'ONU "très inquiet" par les combats à El-Facher, au Darfour    Sénégal : Mélenchon invité par Ousmane Sonko, en terrain conquis ?    Tunisie : descente de police musclée à la Maison de l’avocat de Tunis    En Tunisie, le retour de "l'autocensure" face à "la crainte de la dénonciation et de l'arrestation"    Niger-Nigeria : reprise des échanges commerciaux à la frontière    "Comment vais-je m'en sortir ?" : des Nigérians en grande difficulté face à l'inflation    Ali Mahaman Lamine Zeine accuse le Bénin de déstabiliser le Niger    Au Tchad, Succès Masra demande l'annulation de l'élection présidentielle    En Tunisie, l'avocate Sonia Dahmani arrêtée de force après des propos sarcastiques

Sport

Ligue 2 : Après sa victoire face à ISSIA hier / L’Africa fait un pas important vers l’élite

Le suspense  reste entier dans la poule A de la Ligue 2 ivoirienne de football.  La bataille à distance entre  l’Africa Sports d’Abidjan et Inova Sporting Club Association (ISCA), les deux prétendants à la montée  n’a pas encore livré son verdict. Il faudra attendre la 22e et  dernière journée de la Ligue 2 le week-end prochain,  pour connaitre le nom de celui qui accèdera à l’Elite du football ivoirien  la saison prochaine.    Hier  lundi 20 mai 2024, au stade Champroux de Marcory et au Parc des Sports de Treichville,  en match comptant pour la 21e et avant dernière journée de la Ligue 2, l’Africa et  ISCA, respectivement 1er et 2e ont remporté les 3 points de la victoire. Les Aiglons, ont fait un pas important vers l’élite après leur victoire (2-0)  face à  Issia Wazi, au stade Champroux de Marcory  quand  ISCA, toujours en embuscade,  s’est imposé sur le lourd score de 6-1   face à Sirocco FC. Avec désormais 46 points+17  pour l’Africa et 44+18 pour ISCA,  la dernière journée reste déterminante. Pour accéder à la Ligue 1,  il faudra absolument une victoire aux poulains de Kouyo Tea Narcisse  qui se déplacent  à Korhogo pour y croiser le fer avec l’US Tchologo, qui lutte pour son maintien,  pour monter en première division. Un résultat autre que les 3 points  couplé à une victoire de leur poursuivant direct de la poule A, à savoir ISCA, scellerait définitivement le sort des Oyés  qui verront ainsi leur rêve de retrouver l’élite brisé. Dans la poule B, OSA d’Abobo qui a battu (4-2) WAC, a déjà assuré sa montée dans l’élite.

Patricia Lyse      

Athlétisme : Championnats nationaux U20 -seniors et vétérans / Le président de la fédération satisfait des performances

A l’issue des Championnats nationaux  d’Athlétisme  U20 -seniors et vétérans qui se sont déroulés le  samedi 18 mai 2024, au stade olympique Alassane Ouattara, à Ebimpé,  le président de la Fédération ivoirienne d’Athlétisme  (FIA), Jeannot Kouamé Kouadio, analysant les performances, s’est dit satisfait.

Quelle analyse faites-vous des résultats  de ces championnats nationaux ? 

Il faut  dire que nous avons fait une belle compétition. Cela se voit par les résultats. Vendredi, j’avais dit à l’un de vos confrères qu’aujourd’hui,  (NDLR samedi 18 mai2024)  on allait avoir de très belles performances parce que nous avons fait un petit travail avec les athlètes qui sont dans les pôles et que ceux-ci allaient s’exprimer sur la piste. Et  c‘est ce qu’ils ont eu à prouver. Djehi Lou qui est des  U20 a fait 11.65 sur le plan national au 100m et  puis  24. 37 au 200m.  Toute catégorie confondue  c’est elle qui a la meilleure performance. Klah Dawa a suivi. Au niveau de la hauteur, nous avons eu 2 m. Cela fait très longtemps  que nous n’avons pas fait cette performance et cette année, Doumbia Mamadou  a pu  battre son  propre record qui n’est pas trop loin  du record national qui est 2m 08.  Donc je dirais que les athlètes se sont très bien comportés. Si vous prenez les 200m seniors, Adzeu a  fait  20.79. C’est une très belle performance car sur le plan national nous n’avons jamais réalisé cette performance. S’ils le font, c’est  aux compétitions internationales ou quand ils vont à l’étranger. Donc je dirai que  nous avons fait une belle compétition.

 Dans quelques semaines, il y aura le championnat d’Afrique aux Cameroun. Est-ce  ces athlètes qui vont représenter la Côte d’Ivoire ?

Les athlètes qui ont fait de belles performances seront  à la région. Mais au Cameroun,   en fonction des objectifs que nous allons nous fixer, nous allons faire une  sélection. Au Cameroun,  il faut dire que ce sera les athlètes qui ont un niveau mondial, un niveau olympique. Certains vont venir chercher les minimas. Ce sera leur dernière compétition  pour  chercher les minimas pour aller aux Jeux Olympiques. Donc  le niveau  sera très relevé.

Vous étiez au Champroux, aujourd’hui, vous êtes  au stade Olympique d’Ebimpé. Est-ce qu’on peut dire que la Fédération ivoirienne d’athlétisme bénéficie des retombées de la CAN ?  

Nous sommes les plus heureux parce que  dans tous les nouveaux stades qui ont  été construits, nous avons une piste d’athlétisme.  C’est de notre devoir d’utiliser ces infrastructures  pour  permettre à nos athlètes de performer. Si nous sommes venus ici   et qu’il y a eu de belles performances c’est parce que le tartan  et les installations sont de qualité. Si on était au Champroux, je ne pense pas que nous aurions ces résultats.     

 Transcris par Patricia Lyse

OISSU – Finales départementales 2024 à Tiébissou/ Le DG de l'ONS invite les élèves à épouser les valeurs cardinales du sport

Les finales départementales de l'Office Ivoirien des Sports Scolaires et Universitaires (OISSU) se sont déroulées du 12 avril au  11 mai 2024,  au stade Lambert Konan Kouassi, à Tiébissou. C’était en présence du Directeur Général de l'Office National des Sports (ONS), Ousmane Gbané, parrain de ces festivités qui ont tenu leurs promesses. Au menu de ces  grands rendez-vous  tant attendus, du football,  du handball ... avec des prestations de haut vol servies par des élèves âgés de 14 à 20 ans. A la grande joie du DG Ousmane Gbané et des autorités administratives présentes.

Aux décomptes  finaux, les établissements de Didiévi  se sont taillé la part du lion au football, avec quatre (4) victoires dans leur besace sur six (6) finales. Les formations de Tiébissou n’ont pas non plus fait dans la dentelle au niveau du handball où elles ont remporté huit (8) finales sur les dix (10) disputées. Comme à l’accoutumée, vainqueurs et vaincus ont été récompensés à la hauteur de leurs efforts.

Ouvrant la série des allocutions  au cours de ces festivités sportives qui n’ont laissé personne indifférent, Ousmane Gbané,  ‘’pur produit de l’OISSU’’ et très attaché à la ville de Tiébissou, a félicité les  différents acteurs et leurs encadreurs avant d’exprimer sa joie de parrainer ces finales départementales. « Tout ce qui touche à Tiébissou, me touche profondément. Il serait très ingrat  de ma part de ne pas y retourner avec les possibilités que j'ai d'aider ces enfants à s'amuser et apprendre des uns et des autres, en pratiquant le sport de leur préférence », a-t-il asserté. Puis d’ajouter : « le sport est porteur de valeurs cardinales telles que le rassemblement, la cohésion nationale et le développement ». A l’orée des examens de fin d’année scolaire, Mme Mel Marcelle, Secrétaire générale de la Préfecture de Tiébissou, au nom du Préfet empêché, en a profité pour exhorter les élèves à être vertueux et exemplaires. « M. le Préfet voudrait saisir cette aubaine pour vous inviter à cultiver l'amour du travail, le civisme, le respect de l'autorité, de l'autorité parentale, de  la tolérance et de la courtoisie. Il vous invite également à fuir la corruption, la tricherie surtout que les examens à grand tirage approchent. Il vous demande de vous détourner de la consommation de l'alcool,  de la cigarette, de la drogue, de la chicha et des rapports sexuels précoces qui ne pourront que vous conduire à l'échec », leur a-t-elle recommandé.

 Patricia Lyse avec Sercom Ons

Lutte anti dopage/ Les acteurs réfléchissent sur la réforme de l’écosystème en Côte d’Ivoire

Instigué par l’UNESCO en  collaboration  avec le Comité National de lutte antidopage ( CNLAD) et  l’appui logistique   du Centre Sportif Culturel et des Tic Ivoiro-Coréen Alassane Ouattara ( CSCTICAO ),  un atelier sur la réforme de l’écosystème antidopage  en Côte d’Ivoire  s’est tenu  lundi 13 mai 2024 , au Cscticao,  à Cocody Washington . C’était en présence  du représentant du ministère des Sports et du Cadre de vie,  Doumbia Adama  qui a ouvert les travaux de cet atelier, des présidents des fédérations sportives, des experts, du Secrétaire exécutif de la convention internationale  de la lutte  contre le dopage à l’UNESCO, Marcellin Dally et  Léon Rivière, de  Zolobé Honoré, Secrétaire Général du Comité National Olympique et de  Soumahoro Mamadou, Président de la Conférence des Présidents des  fédérations sportives de Côte d'Ivoire. Impulser des changements structurels, institutionnels et opérationnels en vue de renforcer la lutte contre le dopage en Côte d'Ivoire, et cela en conformité avec les obligations internationales,  tel est l’objectif de cet atelier sur la réforme de l’écosystème antidopage en Côte d’Ivoire dont les recommandations seront soumises à la tutelle pour validation.

Placé  donc sous  l’autorité du ministre  délégué auprès du Premier ministre chargé du sport et du cadre de vie, cet atelier, selon  le Secrétaire exécutif  de la convention internationale  de lutte contre le dopage à  l’Unesco , Marcellin Dally  , est la résultante de celui qui a été tenu  en janvier 2024,  au même lieu.  « Nous avons instigué cet atelier avec  le Comité National de lutte antidopage  de Côte d’Ivoire  à l’issue d’un état des lieux mené ici, au sein de ces mêmes locaux, antre  du taekwondo. Cet atelier a pour but de faire en sorte que l’état  des lieux que nous avions fait au mois de janvier dernier  puisse déboucher  sur des réformes  de l’écosystème antidopage .Etant donné que notre institution est dépositaire de la question du  dopage dans le monde, il était tout à fait naturel que nous nous retrouvions avec les parties prenantes pour discuter  et voir les solutions  qu’on peut trouver .  Dans la mesure où la Côte d’Ivoire a ratifié la convention  anti-dopage,   voir les étapes  sur les exigences que la convention requiert auprès des états signataires. Et donc on a fait un peu le bilan, voir ce qui a marché, ce qui n’a pas été et prendre des mesures. Avant  de prendre ces mesures, il fallait passer par la réforme.  Et  c’est cette réforme qui va valoir  parce qu’il y a des orientations que nous allons décider »,  a indiqué  Marcellin Dally.

 Président par intérim du Comité National de Lutte Antidopage (CNLAD),  Dr Jean Serges Koffi Konan,  a succinctement fait l’historique  cette structure. « Depuis les années 2000, la Côte d’Ivoire était avant-gardiste sur les questions de la lutte antidopage. Donc  la  Côte d’Ivoire, sous l’impulsion du Pr Constant Antoine Roux,  a pu mettre en place un décret  qui a créé le Comité national de lutte antidopage. Depuis plus de 20 ans, la lutte contre le dopage a beaucoup évolué.  Les institutions internationales se sont approprié la lutte contre le dopage. Dans  les années 2003, 2004, 2005, il y a eu la création de l’agence mondiale antidopage,  et nous avons suivi  aussi  la convention mondiale de l’UNESCO pour la lutte contre le dopage. Ces organisations  sont nées après notre Comité National de Lutte Antidopage » a-t-il  rappelé avant de revenir sur l’objectif de cet atelier. « Nous travaillons à remettre en adéquation nos méthodes de travail avec l’écosystème mondial anti dopage. C’est le but de cet atelier » a  précisé Dr Jean Serges Koffi, président intérimaire du Comité national de lutte antidopage avant  de renchérir : «  à un moment donné, nous avons des textes fondateurs qui se retrouvent en inadéquation  avec  les nouveaux textes qui se mettent en place. L’agence mondiale anti dopage qui était une entité unique,  aujourd’hui s’est démembrée.  Et donc, aujourd’hui nous sommes un démembrement de l’agence mondiale antidopage qu’on appelle organisation nationale antidopage. Aussi,  les états-parties qui ont signé une convention avec l’UNESCO vont travailler sur la lutte contre le dopage,  la lutte contre l’exploitation,  les notions d’éthique dans le Sport… A la fin de cet atelier, nous aimerions sortir un document de base  que  nous allons soumettre au ministre des sports  pour qu’il puisse valider les nouvelles réflexions qui tiennent compte des nouvelles orientations de la lutte contre le dopage dans le monde entier ».   

Pour arriver à ces réflexions, il a fallu présenter les objectifs visés, faire un diagnostic de l'écosystème du sport en Côte d'Ivoire, faire l'état des lieux  de la lutte contre le dopage en Côte d'Ivoire et analyser le cadre juridique et financier.  

Les différents sujets ont été traités par le Pr. Aissata Diakité  Alla Yao François, Secrétaire Général du Conseil National du Sport, Me Gogoua Arthur, Avocat à la Cour, Membre du Comité National Olympique de Côte d'Ivoire   le tout sous la modération de N'goran Émile, Agent du Contrôle Antidopage.  

En sa qualité de Dg par intérim du CSCTICAO et partenaire privilégié du CNLAD,  Anzoumana Siaka a souhaité la bienvenue à tous les participants.

Patricia Lyse

 

 

 

Mini Euro 2024/ L’Allemagne se signale

Initié par  Sport Management,  Marketing et  Communication  (S2MC), structure au service de la jeunesse,  le mini Euro 2024,  qui regroupe 24 centres de formation  représentant les 24 nations qui prendront part à l’Euro 2024 prévue du  14 juin-14 juillet 2024 , a bel et bien débuté .  Le match d’ouverture qui a  opposé l’Allemagne et l’Ecosse représentée respectivement  par les centres de Formation  Espoir  et Aqua Lodge Fc  au stade de Petit Bassam à Port-Bouët a enregistré la présence d’un bon public. Cette rencontre inaugurale a vu la victoire de l’Allemagne sur la courte marque de 1-0. Une réalisation  de Bah Bi Fulgence  en seconde période qui permet au centre de Formation Espoir  représentant  de la Nationalmannschaft  d’entrevoir la suite de la compétition avec beaucoup plus de sérénité.

Interrogé au terme de ce match d’ouverture de la 1re édition du mini Euro 2024, tribune pour permettre aux jeunes d’exprimer leur talent,  le Président du Comité d’Organisation, Ahua Yao François  s’est dit satisfait, car organiser un tournoi d’une telle envergure n’est pas facile. « C’est un sentiment  de satisfaction parce que  ce n’est pas facile de lancer un tournoi d’une telle envergure.  Nous sommes  satisfaits d’avoir  pu réunir les 24 centre de formations  qui ont confirmé leur participation », a-t-il fait savoir avant de dérouler la suite du programme. « Après la cérémonie d’ouverture, les autres  rencontres se dérouleront  le mercredi 11 mai  de 14 heures à  18 heures. Par journée, il y a 2 matches par poules. La poule A évolue au Stade de petit Bassam à Port-Bouët ,   le Stade Inchallah  de Koumassi pour la poule B, le stade de Marcory Alliodan pour la poule C, le  Stade Delafosse d’Adjamé pour la poule D , le stade d’Aboboté pour la poule E  et le terrain du  Km 22 de Yopougon pour la poule F.  Encadreur au niveau  national  et ex  Conseiller technique au ministère des Sports, Kabby Apollinaire  et l’ancien joueur Lago  Patrice apportent leur expérience au projet ».

 P.L

Après la qualification du relais 4x4 féminin ivoirien aux JO PARIS 2024 /Poda SIé (DTN de la FIA) : ‘’Tout est jouable’’

Pour la 1ère fois de son Histoire, le relais 4X100m féminin ivoirien s’est qualifié  pour les Jeux Olympiques Paris 2024, dimanche 5 mai  dernier, aux  Mondiaux aux Bahamas. L’équipe féminine du relais 4x100 m, composée de  Muriel Ahouré-Demps, Marie Josée Ta Lou-Smith, Maboundou Koné et Jessika Gbaï,  a terminé 2e  en 42"63 juste derrière l'Italie (42"60s). Une performance qui leur permet de se hisser dans le top 16 des meilleures nations qui vont prendre part aux JO de Paris prévus du 26 juillet au 11 août 2024.  Ce succès est certes celui  des athlètes ivoiriennes qui ont montré leur rage de vaincre sur la piste mais également celui de la Fédération ivoirienne d’athlétisme qui a fait de  la qualification du relais féminin pour les JO de Paris 2024, une priorité. Interrogé  mardi dernier sur cette qualification historique du relais féminin, le Directeur Technique National de la Fia,  Poda Sié  croit que tout est jouable lors de la 33e Edition de ces olympiades. « C’est une satisfaction pour nous. Tous ceux qui sont qualifiés pour ces prochaines olympiades ont de véritables chances de remporter des médailles. Pour preuve, la compétition qui s’est déroulée les 4 et 5 mai 2024 au stade de Nassau.   « Regardez un peu la compétition qui s’est passée. En série tout peut arriver. Quand on prend les performances, la France a fait 42’’75 en finale. Et leur meilleure performance en finale est 42’’75 et  elles sont sorties avec une médaille d’argent. Nous avons fait 42’’63 et nous n’avons pas eu accès à la finale.  C’est pour dire que dans les courses en  série, si tu as la chance de te qualifier tu es ‘’médaillable’’. Donc  quand on fait l’analyse au niveau des performances, la Côte d’Ivoire qui a réalisé un chrono de 42’’63 est 5e meilleure performance mondiale aujourd’hui.  Mais sur les 5 places, les Etats-Unis ont  occupé 2 places.  Donc on peut dire que la Côte d’Ivoire est 4e meilleure performance mondiale  à cet instant. Mais  les pays sont au coude à coude. 42’’60 pour l’Italie, 42’’33 pour la Grande Bretagne et 41’’85  pour les Etats -Unis. Quand on regarde  ces performances,  tout est jouable pourvu que nous accédions à la finale aux JO.  Si nous avons pu passer les phases éliminatoires que nous sommes en finale, une médaille peut tomber au niveau du relais 4x 100 m féminin »,  a conclu  le Directeur Technique National (DTN) de la FIA, Poda Sié.

 Patricia Lyse    

 

 

 

S'abonner à ce flux RSS
xxx