Accord de l'ANC, nouvelle attaque en RDC et exploitation pétrolière au Sénégal : l'hebdo Afrique    La RD Congo envisage des poursuites contre Apple en France et aux États-Unis    Afrique du Sud : l'ANC conclut un accord de dernière minute pour un gouvernement de coalition    Au Kenya, la découverte de gisements de coltan suscite l'espoir    Crise économique au Nigeria : Bola Tinubu défend ses réformes    Au Nigeria, une insécurité quotidienne et un regain d'activité du groupe État islamique    La musique au Cap-Vert : quand l'art devient un enjeu national    À Gaza ou au Soudan, l'ONU dénonce des "niveaux extrêmes" de violences contre les enfants    La Cour pénale internationale "extrêmement" préoccupée par la situation au Darfour    Le Sénégal fait son entrée dans le cercle des producteurs de pétrole    Soudan : fermeture du dernier hôpital d'El-Fasher au Darfour    Au Somaliland, bousculer les traditions à travers le basket : à la rencontre des filles de Hargeisa    Au Cameroun, Samuel Eto'o repart au clash avec le ministère des sports    Nouvelle attaque imputée aux paramilitaires FSR au Soudan    Cris de détresse d'une centaine de migrants sénégalais bloqués au Niger    Nouvelle montée de tension entre le Niger et le Bénin : 5 nigériens arrêtés à Sèmè-Kpodji    RD Congo : 53 accusés de "tentative de coup d'État" encourent la peine de mort    Égypte : hausse de 300% du pain subventionné    RD Congo : ouverture du procès de la "tentative de coup d'État"    Des inégalités à réduire dans la santé de la population mondiale    Attaque meurtrière au Soudan, l'ANC perd sa majorité absolue, opération Torch : l'hebdo Afrique    Au Soudan, le chef de l'ONU "condamne fermement" une attaque meurtrière de paramilitaires    "Opération Torch" en 1942 au Maroc et en Algérie : l'autre Débarquement    Cellou Dalein Diallo : la junte veut "rester au pouvoir" en Guinée    Bénin : sept soldats tués lors d'une attaque dans le nord du pays    Sergueï Lavrov poursuit sa tournée africaine en République du Congo    Au Congo, Sergueï Lavrov accuse l'Occident du chaos libyen    Neuf pays africains parmi les dix crises de déplacés "les plus négligées" en 2023    Le Nigeria paralysé par une grève générale pour une hausse du salaire minimum    Côte d'Ivoire : un orchestre philharmonique d’enfants en zone rurale

Forum National Multipartite sur les substances et méthodes interdites. Des experts font des propositions concrètes pour arrêter ce fléau

Forum National  Multipartite  sur les substances  et méthodes interdites. Des experts font  des propositions concrètes pour arrêter ce fléau

L’augmentation à la hausse de la  consommation des substances  interdites   ainsi que  les défis associés à leur prévention et répression nécessitent  une mobilisation collective  et une action concertée des autorités, de la société civile et des partenaires internationaux. C’est en ce sens   qu’à l’initiative de l’UNESCO, une trentaine d’experts issus de divers domaines se sont retrouvés du 15 au 16   mai 2024 , au siège du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel (CESEC) à Abidjan-Plateau  pour partager leurs expertises et élaborer des propositions concrètes  afin d’augmenter la capacité du gouvernement ivoirien à faire face au fléau  de la consommation des méthodes et substances interdites en Côte d’Ivoire. C’était en présence du président du CESEC Aka Aouélé,  du Représentant de l’Unesco, Omar Diop, qui a rappelé que ce Forum national est organisé à la suite de  la table ronde ayant eu  lieu le 18 janvier 2024, du représentant du chef de bureau de l’ONUDC, Traoré Clah Guy, du député -maire d’Adjamé Soumahoro Farikou, des vénérables et honorables, des experts et des membres de la société civile 

  Selon Professeur Diakité Aïssata, experte en toxicologie, il y a eu plusieurs  ateliers thématiques dont l’atelier 1  ayant  porté sur  la prévention et sensibilisation  de l’utilisation des substances et méthodes interdites.  Leurs réflexions  ont abouti aux recommandations ci-après citées.

  « La sensibilisation est indispensable pour lutter contre l’utilisation des drogues  et  substances interdites. Pour être efficace, elle ne doit pas se limiter qu’aux usagers mais s’étendre  à tous  les acteurs concernées à savoir les autorités politiques,  les professionnels de santé, les éducateurs,  la société civile   …  Cette sensibilisation doit reposer sur les outils déjà validés  mais également elle doit  mettre l’accent sur les dangers de la drogue  et éviter la stigmatisation des personnes  vivant avec la drogue .   Bien que les lois encadrant la lutte contre l’usage  et trafic  de drogue existent, il est nécessaire qu’un cadre multisectoriel intégré soit développé et mis en œuvre de manière effective. Pour cela, toutes les entités gouvernementales doivent travailler en mutualisant leurs  efforts.  Bien qu’il soit nécessaire d’établir des mécanismes supplémentaires de répression, il est bien de renforcer ceux déjà existants notamment à travers la création de plateformes de partage d’information  et  de vulgarisation de note parmi les usagers de drogues, les forces de l’ordre  et  le public de façon générale. Il est également important de s’assurer  que les politiques  de partage d’information soit mis en place tout en prenant en compte  la  sécurité, la  confidentialité de données en accord avec la loi 2013 -450  du 19 juin 2013  relative à la protection des données à caractère personnelle ainsi que  l’acte de la  CEDEAO.

En terme de prise en charge  et réhabilitation des usagers de  substances interdites,   il serait envisageable de créer des centres au niveau des districts  avec du personnel formé et en pleine capacité  de  soutenir les usagers sollicitant de l’aide pour sortir de la spirale de l’addiction. Il est également vital de soutenir les familles et l’entourage des personnes avec des problèmes d’addiction. Finalement, par rapport à la coopération régionale et internationale, il est déterminant de renforcer les accords déjà existants  surtout  transfrontaliers et de soutenir les initiatives par le partage des  informations. Nous experts,  espérons que   ces  conclusions cimenterons la prise  de décisions  et l’élaboration  s’un plan d’action   pour affronter le fléau de l’utilisation des  drogues en Côte d’Ivoire », a espéré  Professeur Diakité Aïssata.  L’UNESCO, de son côté,  a mis en place un pass national antidopage  et envisage, selon le secrétaire exécutif  de la convention mondiale de l’Unesco contre le dopage,  Marcellin Dally, la création d’une Task force. 

A  la   suite d »e Pr Diakité  Léon Riviere a présenté le manifeste d’Abidjan élaboré par les participants.  Le manifeste d’Abidjan  résume les principaux résultats,  les recommandations   clés et  les engagements pris  lors de ce forum pour  renforcer la lutte contre l’utilisation des substances interdites en Côte d’Ivoire. ‘ Il va servir de feuille de route pour la mise en œuvre des   actions  convenues et sera largement diffusé  auprès des parties prenantes », a-t-il indiqué.

Ouvrant ce forum, le président du CESEC a salué la coopération qui existe entre la Cote d’Ivoire et les nations Unies sans oublier de féliciter l’Unesco qui a mené ces réflexions   Patricia Lyse 

 

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut
xxx