"Moi, capitaine" : un film poignant sur le périple de deux jeunes migrants sénégalais    Extradition des migrants illégaux du Royaume-Uni au Rwanda, "une opportunité pour Kigali"    Niger : le départ américain acté, quelles conséquences ?    Au Mali, la junte au pouvoir verrouille la scène politique    Cameroun : face à l'inflation, le gouvernement crée des sites de ventes promotionnelles    Tensions diplomatiques entre le Mali et la Mauritanie après des enlèvements à la frontière    Thierry Vircoulon : ""Les gens souffrent plus des conséquences de la guerre que des combats"    Au Sénégal, l'influence économique et culturelle croissante de la Chine    Le Togo adopte une nouvelle Constitution et passe à un régime parlementaire    En Centrafrique, plusieurs dizaines de morts dans un naufrage à Bangui    En Côte d’Ivoire, l’interminable combat des planteurs de cacao    Niger : les États-Unis acceptent de retirer leurs troupes    Du sucre en plus dans les produits Nestlé pour bébé dans les pays pauvres ? Une ONG suisse accuse    La nouvelle Constitution du Togo est adoptée, le régime devient parlementaire    Albert Pahimi Padacké, ex-Premier ministre tchadien : "Déby est une menace pour la démocratie"    Bibliothèque Senghor, Touadéra à Paris, Bassirou Diomaye Faye en Mauritanie : l'hebdo Afrique    Témoignages de rescapés : le drame des migrants éthiopiens à la frontière saoudienne    Au Togo, la mission de la Cédéao a rencontré les acteurs politiques et de la société civile    Le chef des armées du Kenya et plusieurs responsables militaires tués dans un crash d'hélicoptère    Le nouveau président du Sénégal en Mauritanie pour sa première visite à l'étranger    Le Burkina Faso expulse trois diplomates français en raison d'"activités subversives"    Chaleur meurtrière au Sahel : une étude incrimine le changement climatique "d'origine humaine"    Le président centrafricain Touadéra à Paris pour nouer un "partenariat constructif" avec la France    La France et la Centrafrique s'accordent sur une "feuille de route" pour relancer leur relation    Élections au Tchad : le Premier ministre Succès Masra "convaincu" de gagner dès le premier tour    Vente de la bibliothèque de Senghor : un "enjeu symbolique fort" pour le Sénégal et la France    Libye : sans espoir de solution politique, l'émissaire de l'ONU jette l'éponge    Le Sénégal envisage d'acquérir la bibliothèque de Léopold Sédar Senghor    Au Soudan, un an de guerre

Chefferie de Yamoussoukro : Rebondissement dans l’affaire de canton / Le Tribunal de Toumodi saisi, Tidjane Thiam appelé au secours

Chefferie de Yamoussoukro : Rebondissement dans l’affaire de canton / Le Tribunal de Toumodi saisi, Tidjane Thiam appelé au secours

Le bicéphalisme à la tête du canton des Akoué prend désormais une tournure bien inquiétante. Du moins, si l’on s’en tient aux différentes réactions des deux parties belligérantes, notamment Dahouet Augustin de son nom de règne Nanan Kouassi N’go II et Augustin Thiam, Nanan Boigny N’dri III. A Yamoussoukro, l’actualité est bien marquée par une assignation faite à l’endroit de M. Dahouet Augustin par le Tribunal de Toumodi au motif d’usurpation et usage de faux.

Attendu ce mercredi 20 mars 2024 à la préfecture de police, le mis en cause n’a pu s’y rendre pour cause de non-disponibilité. Toutefois, les dépositaires du trône des Akoué notamment la descendance du premier chef canton de cette tribu, Nanan Kouassi N’go se sont présentés à la préfecture de police pour s’enquérir des réelles raisons de cette convocation.

Aux dires de ceux-ci, le Préfet de Police leur aurait rétorqué que l’assignation ne concernait que M. Dahouet Augustin pour l’affaire de chefferie à Yamoussoukro.

Pour Kouassi Yao Simon Margueritte dite "Tantie Margo", l’une des dépositaires du trône, cette attitude du Ministre-Gouverneur frise la provocation et le mépris pour leurs us et coutumes « à Yamoussoukro, nous ne reconnaissons qu’un seul chef de canton, il s’appelle Augustin Dahouet et son nom de règne c’est Nanan Kouassi N’go II. Certes, les THIAM peuvent hériter des biens personnels à Houphouët. Et non, ce dont Houphouët lui-même a hérité. Car le canton n’est pas la propriété d’Houphouët. Houphouët Boigny a lui-même hérité ce trône. Les maisons d’Houphouët, ses voitures, etc. peuvent revenir à THIAM Augustin mais pas le canton. Ça jamais, car c’est lié au sang. Et il ne l’est pas. Thiam qui veut faire de la politique, s’est auto proclamé héritier du trône. Même si le président Houphouët a demandé qu’on hérite de lui, le canton ne lui appartenait pas. Et donc par conséquent Thiam ne peut pas être l’héritier. Le canton n’appartient pas à Houphouët » a-t-elle martelé non sans rappeler la procédure d’usage qui s’est soldée par la consécration de Agustín Dahouet par le Walêbo en sa qualité de chef canton des Akouè « Nous sommes montés au créneau pour dénoncer tout d’abord l’abus dont il a fait de son autorité. Ensuite nous lui avons dit niet ! Voici comment lui-même a envoyé des émissaires dans le royaume de Walèbo pour que la royauté de Sakassou vienne trancher le problème. Le Walèbo est venu trois fois. Ils ont consulté les parties et leur ont demandé d’accepter le verdict qui sortira de leur médiation, dans le strict respect des us et coutumes baoulé. Le lundi 17 mars 2014, le Walèbo a réuni toute la famille à la résidence d’Houphouët. Le royaume Walèbo a tranché le problème en remettant le trône aux descendants du tout premier chef canton, Kouassi N’go 1er. Ils nous ont demandé de trouver un fils de la famille qui va assurer les fonctions de canton. Nous avons poursuivi les consultations durant trois mois et finalement nous avons maintenu le choix de Augustin Dahouet-Boigny soit le chef canton. Nous sommes allés à Sakassou présenter notre canton à la reine mère des Baoulé et à sa suite. Nous avons été reçus et notre canton a été consacré à travers des rituels. Après quoi, le royaume de Walèbo a pondu une déclaration pour informer l’opinion qu’en date du 2 juillet 2014, les Akouè ont un nouveau chef canton en la personne de Augustin Dahouet-Boigny et son nom de règne est Nanan Kouassi N’go III. Lorsque nous sommes rentrés de Sakassou, à la demande du royaume de Walèbo, nous avons sillonnés les trois tribus à l’origine des villages Akouè, pour présenter le chef canton et remercier les populations » a-t-elle rappelé,

interpelant le Président du PDCI-Rda, Tidjane Thiam pour plancher sur cette affaire qui risque de créer des tensions véritables et qui pourraient fragiliser l’unité des chefs traditionnels et les populations de Yamoussoukro.

Pour Suzanne Kouassi, cette attitude de Thiam Augustin est faite exprès contre son petit frère aujourd’hui Président du Pdci-Rda.

A l’en croire, le frère Aîné du Président du PDCI-RDA veut nuire gravement à l'image de la Famille THIAM dans le pays Baoulé et au PDCI-RDA « c’est bien à destin que Thiam Augustin crée ces situations. Il sait très bien qu’à Yamoussoukro nous sommes en train de tout mettre en œuvre pour rassembler tous nos parents derrière notre frère Tidjane Thiam. Et comme il sait qu’il ne peut pas mobiliser les chefs et nos populations, il pose ces actes pour tenter désespérément de discréditer notre chef canton. Mais cela ne passera pas » a-t-elle renchéri appelant le Walèbo à se ressaisir de cette affaire.

Pour rappel, depuis le lundi 17 Mars 2014, et selon une décision du royaume de Walèbo, le trône des Baoulé Akouè a été remis à ces dépositaires qui à leur tour ont désigné Dahouet Augustin pour l’exercice de ce pouvoir.

Sercom Nanan Kouassi N’go II.

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut
xxx