Battu à la présidentielle, le Premier ministre tchadien Succès Masra présente sa démission    La politique migratoire tunisienne inquiète les Nations Unies    Interrogations en RD Congo au lendemain de la tentative de coup d'État    En RD Congo, de nombreuses zones d'ombre après la "tentative de coup d'État"    En Afrique du Sud, la justice exclut l'ex-président Jacob Zuma des élections prévues le 29 mai    Fin de la 16ème édition du Festival des musiques urbaines d'Anoumabo (FEMUA)    RD Congo : l'élection du bureau de l’Assemblée nationale reportée    RD Congo : une "tentative de coup d'État" déjouée à Kinshasa, selon l'armée    Ahramat, le bras du Nil qui en dit long sur la construction des pyramides d'Égypte    La santé mentale des jeunes, un enjeu majeur en Afrique    Conférence sur les relations entre l’Afrique et l’Europe : Ousmane Sonko parle du rôle de la France    Sonko s'en prend à la France, l'armée burkinabè accusée, répression en Tunisie : l'hebdo Afrique    Au Sénégal, le Premier ministre Ousmane Sonko s'en prend durement à la présidence Macron    Arrestations de Sonia Dahmani et Mehdi Zagrouba : manifestations des avocats à Tunis    Tchad : le général Mahamat Idriss Déby Itno officiellement élu président    En Côte d'Ivoire, la précampagne présidentielle 2025 a commencé    RD Congo : hommage aux victimes de Mugunga    Afrique du Sud : des gangs contrôlent l'exploitation minière illégale et sèment la terreur    Mali : le seul but du dialogue était de "prolonger la transition", estime le chef du parti Yelema    Ouverture d'une crise diplomatique entre le Niger et le Bénin    Massacres au Burkina Faso : des vidéos accablent l'armée burkinabè    Soudan : le chef de l'ONU "très inquiet" par les combats à El-Facher, au Darfour    Sénégal : Mélenchon invité par Ousmane Sonko, en terrain conquis ?    Tunisie : descente de police musclée à la Maison de l’avocat de Tunis    En Tunisie, le retour de "l'autocensure" face à "la crainte de la dénonciation et de l'arrestation"    Niger-Nigeria : reprise des échanges commerciaux à la frontière    "Comment vais-je m'en sortir ?" : des Nigérians en grande difficulté face à l'inflation    Ali Mahaman Lamine Zeine accuse le Bénin de déstabiliser le Niger    Au Tchad, Succès Masra demande l'annulation de l'élection présidentielle    En Tunisie, l'avocate Sonia Dahmani arrêtée de force après des propos sarcastiques

Interview/ Honorable Yapi Kouadio Isidore, délégué Pdci-Rda Alépé 2 / «Tidjane Thiam doit revoir le découpage des délégations du Pdci-Rda »

Interview/ Honorable Yapi Kouadio Isidore, délégué Pdci-Rda Alépé 2 / «Tidjane Thiam doit revoir le découpage des délégations du Pdci-Rda »

«Le Pdci-Rda va mal à Alépé »

Délégué Pdci-Rda d’Alépé 2, l’honorable Yapi Kouadio Isidore se prononce sur l’actualité nationale dominée par l’avènement du président Tidjane Thiam à la tête de son parti, le Pdci-Rda. Il ne manque surtout pas de dépeindre la situation de son parti dans le département d’Alépé.

Combien de délégations Pdci compte le département d’Alépé et comment fonctionnent-elles ?

Le département d’Alépé compte quatre délégations Pdci-Rda qui fonctionnent tant bien que mal en fonction du dynamisme des délégués et secrétaires de section. Globalement les choses ne vont pas bien. Parce que jusqu’en fin d’année 2019 il y avait deux délégation Alépé 1 et Alépé 2 qui regroupait les sous-préfectures d’Alosso et d’Aboisso-Comoé. La délégation d’Alépé 1 regroupait les trois autres sous-préfectures du département que je dirigeais à ce moment. Malheureusement, nous sommes à quatre délégations aujourd’hui parce qu’un découpage inique a été fait dans mon dos à la demande de certains cadres d’Alépé dont l’objectif était de m’affaiblir dans la perspective des législatives 2021.

Après ce que vous venez d’expliquer, est ce que le Pdci-Rda se porte bien à Alépé ?

J’avoue que je renvoie cette question à certains délégués d’Alépé et à un de nos deux vice-présidents qui se sont mis ensemble pour détruire le Pdci-Rda à Alépé. Le jour où ils le voudront, nous pourrons faire ce débat en présence de la direction du parti. Je dis ouvertement que les choses ne vont pas bien à Alépé.

Donc vous confirmez qu’il y a à Alépé des coups bas et des intrigues de certains cadres contre d’autres ?

Bien sûr. Spécialement contre ma personne. Certains quittent Adzopé, viennent faire des réunions de toutes les délégations à Alépé sans que je ne sois informé et cela dure près de trois ans maintenant. Si nous avons perdu les élections législatives en 2021, c’est à cause de ces intrigues et surtout le découpage des délégations. Quand c’était une seule délégation, les choses allaient mieux et des militants peuvent le confirmer. Si nous étions dans l’ancien schéma, nous aurions pu gagner ces élections avec ou sans moi.

Est-ce pour cela que vous avez refusé d’être candidat en tant que député sortant ?

La première raison de mon désistement est que la décision de découpage de 2019 m’a affaibli. Une réunion de tous les délégués a été tenue à la maison dun parti à Cocody sous la direction de l’ancien Secrétaire Exécutif chargé des délégations et des sections, le sénateur Séri Bi Guessan. Et à cette réunion, les délégations qui devaient être découpées ont été citées. Alépé 1 ne figurait pas sur cette liste de découpage. A notre grande surprise, Alépé 1 a été découpée vers la fin de l’année 2019 en trois délégations. Et c’est dans les journaux que nous avons eu cette information. C’est dommage et cela ne doit pas continuer de la sorte.

En quoi est ce que le découpage vous a affaibli en tant que député sortant ?

Ma réélection devrait se reposer sur toute la population d’Alépé notamment les militants du Pdci-Rda. Or avec ce découpage, je n’avais plus contact avec la majorité des militants de mon parti, le Pdci-Rda, vous comprenez bien pourquoi nous en sommes là.

Aujourd’hui il y a un nouveau président à la tête de votre parti le Pdci-Rda, comment appréhendez-vous son avènement à la tête du parti ?

Je voudrais d’abord faire une précision. Quand je suis dans une association, je ne choisis pas mes responsables. C’est l’ensemble des membres de l’association qui font le choix. Quel que soit celui que nous choisissons, je travaille avec cette personne. Le président Thiam étant élu en tant que président du Pdci, je suis à sa disposition et je travaillerai avec lui. Si je suis encore délégué ou à un autre poste je ferai mon travail comme d’habitude car je ne sais pas tricher avec les responsabilités.

Pensez-vous que le président Tidjane Thiam a les atouts pour conduire le Pdci-Rda à son objectif qui est la reconquête du pouvoir d’Etat en 2025 ?

Parlant d’atouts, il faudrait que le président Tjdjane Thaim soit régulièrement sur le terrain et ses activités relayées par la presse. Comme il l’a lui-même dit qu’après les obsèques du président Bédié, il va effectuer des tournées dans le pays. C’est n’est déjà pas mal pour un début. Puis il devra faire attention à certaines choses. Puisque que nous sommes nombreux à vouloir être à la place de Pierre ou Paul, alors nous allons user de tous les moyens légaux ou non, légitime ou non pour casser les autres. Surtout au niveau du secrétariat exécutif pour ne pas qu’il y ait des antagonismes inutiles qui vont briser l’élan du parti. J’ai des idées que je pourrais partager avec le haut représentant du président des lagunes pour la bonne marche du parti.

Un mot sur les nominations et les réformes du président Thiam ?

En ce qui concerne les hauts représentants du président, ces réformes sont les bienvenues. Le seul souhait que je voudrais émettre, est qu’il fasse attention. Qu’il n’y ait pas de chevauchement de structures au niveau des attributions. C’est un véritable poison pour le Pdci-Rda. Nous avons vécu un peu la situation avec le secrétariat exécutif dirigé par le ministre Guikahué et le comité politique conduit par le ministre Allah Kouadio Remi qui avaient pratiquement les mêmes attributions. Certaines décisions doivent faire objet d’une bonne enquête. Parce qu’il y a certaines personnes près du sommet qui ne travaillent pas pour le Pdci-Rda dans les bases. Il ne faut pas les écouter. Depuis 1997 date de la création des délégations et la multiplication des secrétariats généraux de section, je suis sur le terrain de façon continue. Si j’ai pu me faire élire député en 2016 avec l’apport de tout le monde, c’est parce que j’ai travaillé. Je connais le département et une partie du département me connaît.

Quels sont les rapports du Pdci-Rda avec les autres partis politiques du département ?

Notamment l’alliance PDCI-PPACI ? Ces derniers temps, je ne sais pas s’il y a eu du travail qui a été fait par rapport à cette alliance. Au niveau d’Alépé curieusement, notre alliance de 2020 par rapport aux élections, avait deux présidents. Jusqu'aujourd'hui, personne ne connaît tous les autres membres du bureau de cette alliance. Il faut le dire clairement, cette alliance n’a pas fonctionné à Alépé. Maintenant nous abordons encore une élection en 2025. Si nous devrions conclure une alliance avec un autre parti politique et pas n’importe lequel compte tenu de ce que nous avons tous vécu quand le président Bédié vivait encore. Cette nouvelle alliance devrait se négocier le plus tôt possible avant la fin de l’année 2024. Il faudrait que les termes de l’alliance soit connus de la direction et des bases du Pdci-Rda. Cela permettra à tout le monde d’être à l’aise sur le terrain et travailler aisément sans se glisser des peaux de banane tout en étant en alliance.

Avez-vous des recommandations et des propositions à faire au président Tidjane Thiam ?

Tout a été déjà fait pour que le parti fonctionne. Le président Thiam est élu, c’est vrai qu’il ne connaît pas tout le monde. Il a ses proches et ses amis. Mais parmi tous ceux qu’il ne connaît pas, il y a beaucoup qui peuvent lui être utiles s’il cherche à les connaître.

Source L'HERITAGE

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut
xxx