"Moi, capitaine" : un film poignant sur le périple de deux jeunes migrants sénégalais    Extradition des migrants illégaux du Royaume-Uni au Rwanda, "une opportunité pour Kigali"    Niger : le départ américain acté, quelles conséquences ?    Au Mali, la junte au pouvoir verrouille la scène politique    Cameroun : face à l'inflation, le gouvernement crée des sites de ventes promotionnelles    Tensions diplomatiques entre le Mali et la Mauritanie après des enlèvements à la frontière    Thierry Vircoulon : ""Les gens souffrent plus des conséquences de la guerre que des combats"    Au Sénégal, l'influence économique et culturelle croissante de la Chine    Le Togo adopte une nouvelle Constitution et passe à un régime parlementaire    En Centrafrique, plusieurs dizaines de morts dans un naufrage à Bangui    En Côte d’Ivoire, l’interminable combat des planteurs de cacao    Niger : les États-Unis acceptent de retirer leurs troupes    Du sucre en plus dans les produits Nestlé pour bébé dans les pays pauvres ? Une ONG suisse accuse    La nouvelle Constitution du Togo est adoptée, le régime devient parlementaire    Albert Pahimi Padacké, ex-Premier ministre tchadien : "Déby est une menace pour la démocratie"    Bibliothèque Senghor, Touadéra à Paris, Bassirou Diomaye Faye en Mauritanie : l'hebdo Afrique    Témoignages de rescapés : le drame des migrants éthiopiens à la frontière saoudienne    Au Togo, la mission de la Cédéao a rencontré les acteurs politiques et de la société civile    Le chef des armées du Kenya et plusieurs responsables militaires tués dans un crash d'hélicoptère    Le nouveau président du Sénégal en Mauritanie pour sa première visite à l'étranger    Le Burkina Faso expulse trois diplomates français en raison d'"activités subversives"    Chaleur meurtrière au Sahel : une étude incrimine le changement climatique "d'origine humaine"    Le président centrafricain Touadéra à Paris pour nouer un "partenariat constructif" avec la France    La France et la Centrafrique s'accordent sur une "feuille de route" pour relancer leur relation    Élections au Tchad : le Premier ministre Succès Masra "convaincu" de gagner dès le premier tour    Vente de la bibliothèque de Senghor : un "enjeu symbolique fort" pour le Sénégal et la France    Libye : sans espoir de solution politique, l'émissaire de l'ONU jette l'éponge    Le Sénégal envisage d'acquérir la bibliothèque de Léopold Sédar Senghor    Au Soudan, un an de guerre

Agriculture : Le prix du cacao fixé à 1500 FCfa pour la campagne intermédiaire 2023-2024

Agriculture : Le prix du cacao fixé à 1500 FCfa pour la campagne intermédiaire 2023-2024

Le ministre d'Etat, ministre de l’Agriculture, du Développement rural et des Productions vivrières, Kobenan Kouassi Adjoumani, a indiqué le 2 avril 2024, à Abidjan-Plateau, que le prix du cacao est fixé à 1500 FCfa pour la campagne intermédiaire 2023-2024.

Kobenan Kouassi Adjoumani a expliqué que ce montant a été fixé sur la base du prix Caf de 2326 FCfa. « Nous vous informons que pour la campagne intermédiaire, le résultat des ventes par anticipation de la récolte de la période d’avril à septembre 2024 a permis de réaliser un prix Caf moyen de 2326 FCfa le kilogramme. Sur cette base, l’État de Côte d’Ivoire a décidé de servir le prix au producteur à 1500 FCfa le kilogramme, soit 64% du prix Caf de réalisation », a-t-il déclaré.

C’est donc une majoration de 500 FCfa par rapport aux 1000 FCfa fixés en octobre 2023 sur la base d’un prix Caf de 1635 FCfa. « Le 1er octobre 2023, nous avons annoncé un prix minimum garanti de 1000 FCfa le kilogramme pour le cacao au titre de la campagne principale 2023-2024. Ce prix résulte du prix Caf moyen de 1635 FCfa le kilogramme issu des ventes par anticipation de la récolte principale 2023-2024 sur la période d’octobre 2023 à mars 2024 », a fait savoir le ministre d’État.

Relativement à la présente campagne, Kobenan Kouassi Adjoumani a aussi expliqué qu’il « a fallu que l’on observe une hausse des prix sur les marchés boursiers, depuis le premier trimestre de l’année 2024, pour que de nombreuses langues se mettent à critiquer le système stabilisé, au profit du système libéralisé, parce que, dit-on, le système stabilisé ne répercute pas systématiquement la hausse des prix internationaux sur le prix payé au producteur ». « Ceux qui soutiennent cette thèse oublient que notre pays a déjà expérimenté le système libéralisé dont les résultats n’ont pas été à la hauteur des attentes », a-t-il indiqué.

Le ministre d’État de rappeler « qu’en effet, les douze années de stabilisation (2011-2023) ont permis d’obtenir, avec les ventes anticipées, un prix Caf moyen/kg de 1428 FCfa contre 1076 FCfa servi lors des campagnes où régnait le système libéralisé, avec les ventes spots de 2000 à 2011 ». « Et nous nous souvenons tous des prix dérisoires qui étaient payés aux producteurs lorsque les prix mondiaux venaient à chuter, tant soit peu. Souvent le cacao était payé à moins de 500 FCfa », a souligné Kobenan Kouassi Adjoumani.

« Ce qu’il faut retenir dans le système stabilisé, c’est que la hausse quotidienne des cours mondiaux n’est pas répercutée immédiatement mais elle profite aux producteurs avec un décalage dans le temps, puisque les ventes de la récolte future s’effectuent au moment même de cette hausse », conclut-il.

Source : Fratmat.info

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut
xxx