Violences en RD Congo : les groupes armés ont tué 1300 personnes en six mois    Indépendance du Burkina Faso : 60 ans après, quel bilan ?    Présidentielle en Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo pourra-t-il rentrer à Abidjan ?    Guinée : l'Aïd al-Adha au temps du coronavirus    Quatre ans de prison ferme requis contre le journaliste algérien Khaled Drareni    Algérie : quatre ans de prison ferme requis contre Khaled Drareni, journaliste indépendant    Le Niger célèbre les 60 ans de son indépendance    Cinq soldats maliens tués dans une attaque dans le centre du Mali    Covid-19 : regain des infections en Tunisie, qui recense son premier mort depuis mi-juin    Indépendance du Bénin : 60 ans après, quel bilan ?    Football : Didier Drogba finalement candidat à la présidence de la Fédération ivoirienne    Au Zimbabwe, plusieurs arrestations lors d'une manifestation interdite contre la corruption    Côte d'Ivoire : Hamed Bakayoko nommé Premier ministre après le décès d'Amadou Gon Coulibaly    RD Congo : en trois ans, au moins 170 personnes ont été enlevées contre rançon dans l'est du pays    Côte d'Ivoire : le ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, nommé Premier ministre

Coronavirus / Plus de 40 millions de personnes concernées en Chine

Coronavirus / Plus de 40 millions de personnes concernées en Chine

La Chine emploie les grands moyens. Pour enrayer l'épidémie de coronavirus, le gouvernement chinois a placé plus d'une dizaine de villes en quarantaine. Ainsi jeudi 23 janvier, les autorités ont pris la décision inédite d'interdire tous les trains et avions au départ de la ville de Wuhan, épicentre du virus de la famille du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) qui a déjà fait 26 morts et contaminé plus de 800 personnes.

La circulation sur le Yangtsé, le plus long fleuve du pays, a été arrêtée. Les autoroutes ont été bloquées et les transports publics suspendus dans l'agglomération de 11 millions d'habitants et neuf villes voisines. Au total, plus de 40 millions de personnes sont concernées. Pour le directeur du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, "si Wuhan est sous contrôle, on pourrait ne plus avoir de nouveaux cas dans d'autres parties de la Chine". Pourtant, ce dispositif pourrait ne pas être suffisant selon certains experts.

"Nous avons dépassé la période du contrôle et de la prévention"

Wuhan est un carrefour géographique et une plaque tournante pour le commerce et le transport. Cette connectivité pourrait avoir facilité la propagation du virus, apparu en décembre et qui s'est propagé jusqu'aux Etats-Unis. Par ailleurs, un grand nombre d'habitants ont déjà quitté l'agglomération à l'approche des vacances du Nouvel An chinois fin janvier. A cette période, des millions de personnes partent en voyage ou rentrent chez elles.

"Je pense que nous avons dépassé la période du contrôle et de la prévention", estime l'expert en épidémiologie de l'Université de Hong Kong, Guan Yi, qui s'est rendu à Wuhan juste avant que la ville soit verrouillée. Beaucoup de jeunes "sont déjà partis pour le Nouvel An chinois", relève-t-il. Or, ils peuvent être en période d'incubation vu que les premiers symptômes (fièvre, toux persistante..) mettent dans certains cas plusieurs jours à apparaître.

Des failles dans le dispositif ?

De plus, certains mettent en avant que le verrouillage de la ville et de ses environs ne sera pas parfaitement imperméable. "Les gens qui ont de l'argent et des relations vont vouloir fuir et ils réussiront sans doute" à partir, souligne Zi Yang, analyste à la S. Rajaratnam School of International Studies de Singapour. La mise en place de telles mesures de confinement reste inédite pour le pays. Dans la pratique, seule "une poignée" de pays, notamment les Etats-Unis, sont capables d'imposer un tel dispositif aussi rapidement et sur une si grande échelle, souligne Adam Kamradt-Scott, professeur à l'université de Sydney et expert en sécurité sanitaire.

Le régime communiste chinois peut, lui, s'appuyer sur le contrôle étroit de la population et un appareil sécuritaire particulièrement efficace. Mais si ce verrouillage devait se prolonger, cela pourrait entraîner "des niveaux croissants de mécontentement et de frustration" parmi la population, avertit Adam Kamradt-Scott. "Les autorités chinoises en seront conscientes (et) elles surveilleront de très près la situation pour éviter tout risque d'agitation sociale", ajoute-t-il. Pékin a d'ores et déjà engagé dès vendredila construction d'un hôpital destiné à accueillir un millier de patients victimes du nouveau coronavirus.

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut