En Tunisie, un code électoral "taillé sur mesure pour éliminer certains candidats"    Journée mondiale des réfugiés : "Quand je joue au foot, je me sens grand"    Bénin : mesures coercitives à l'encontre de l'ancien président Thomas Boni Yayi    Soudan : la procureure de la CPI demande qu’Omar el-Béchir soit maintenant remis à La Haye    Premières inculpations pour le massacre de Garissa en 2015 au Kenya    À cinq mois de la présidentielle, la Tunisie durcit le code électoral    L'analyse de notre correspondante à Bamako    Des dizaines de morts dans de nouvelles attaques dans le centre du Mali    L'économie, enjeu du scrutin présidentiel mauritanien    Au Soudan, les lutteurs de retour sur le ring malgré les violences    L'ONU demande une enquête indépendante sur la mort de Mohamed Morsi    Bénin : retour au calme à Tchaourou    L'ex-président égyptien Mohamed Morsi meurt après un malaise au tribunal    Un attentat attribué à Boko Haram fait plusieurs dizaines de morts au Nigeria    Présidentielle en Mauritanie : les Haratines, descendants d'esclaves toujours discriminés

Affaire Benalla /Mediapart s'oppose à une perquisition de ses locaux pour protéger ses sources

Affaire Benalla /Mediapart s'oppose à une perquisition de ses locaux  pour protéger ses sources

Les dirigeants du site d'information disent avoir refusé une perquisition menée dans le cadre d'une enquête pour atteinte à la vie privée de Benalla.

"Deux procureurs, accompagnés de trois policiers, ont voulu perquisitionner ce matin, à 11h10, les locaux de Mediapart dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet pour (notamment) atteinte à la vie privée de M. Benalla", ont-ils dit sur le compte Twitter du site.

"Cette enquête, qui vise les enregistrements révélés par Mediapart, est susceptible d’atteindre le secret des sources de notre journal", ont-ils ajouté. "C’est pourquoi nous avons refusé cette perquisition."

Dans l'enregistrement, dont Mediapart ne dit pas dans quelles conditions il a été réalisé, Alexandre Benalla se targue du soutien du président de la République.

Alexandre Benalla a été licencié l’été dernier de l’Elysée après les révélations sur sa participation à la répression de manifestants du 1er-Mai 2018, épisode pour lequel il a été mis en examen.

 Avec l’OBS

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut