Présidentielle en Tunisie : "Kais Saied a séduit par sa candidature anti-système"    Présidentielle tunisienne : Kais Saïed et Nabil Karoui s'affronteront bien au second tour    Au Soudan, Jean-Yves Le Drian plaide pour le retrait du pays de la liste noire américaine    Présidentielle tunisienne : vers un duel Saïed - Karoui au deuxième tour    CPI : Fatou Bensouda fait appel de l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé    L'analyse de notre correspondante à Rabat, Théa Ollivier    Présidentielle en Tunisie : le grand chamboulement ?    Reprise du procès de la journaliste jugée au Maroc pour "avortement illégal"    FR NW GRAB LA HAYE STEPHANIE MAUPAS JT18H30    La tenue de la présidentielle en Algérie pourrait "radicaliser la mobilisation"    La procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo    Présidentielle tunisienne : Kais Saïed confirme son avance, la deuxième place indécise    Zimbabwe : Robert Mugabe sera enterré avec les héros de la Nation    Présidentielle tunisienne : Kais Saïed, un candidat conservateur qui revendique son indépendance    Présidentielle tunisienne : un universitaire et un publicitaire emprisonné assurent être au second tour

Bande de Gaza/ Des tirs israéliens font au moins 52 morts et 2000 blessés

Bande  de Gaza/ Des tirs israéliens font au moins 52 morts et 2000 blessés

Lundi matin, des violences ont éclaté alors que les Etats-Unis inaugurent eur ambassade à Jérusalem, reconnaissant ainsi la ville comme capitale d’Israël. Les Palestiniens voient là une provocation.

Le bilan ne cesse de s’alourdir, après les heurts survenus lundi matin à la frontière entre Gaza et Israël. Un dernier bilan fait état de 52 morts dont “huit enfants de moins de 16 ans” précise l’ambassadeur palestinien à l’ONU. Plus de 2.000 Palestiniens ont été blessés, selon Riyad Mansour. 

Depuis la Cisjordanie occupée, le gouvernement palestinien a accusé Israël de commettre un “horrible massacre”. Amnesty International dénonce de son côté une “violation abjecte” des droits de l’Homme. Malgré ces critiques, le Premier ministre israélien n’a pas manqué de  justifier lundi l’usage de la force dans la bande de Gaza. Sur Twitter, Benjamin Netanyahu a ainsi estimé que son pays avait le droit de protéger ses frontières.

Paris appelle Israël à “la retenue”

La France a, quant à elle, condamné lundi “les violences”, l’Élysée précisant qu’Emmanuel Macron “parlera à tous les acteurs de la région dans les prochains jours”. Le quai d’Orsay avait réagi un peu plus tôt aux heurts en appelant les autorités israéliennes à la “retenue dans l’usage de la force”. Paris a par ailleurs estimé que le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem enfreignait le droit international.

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut