En Tunisie, un code électoral "taillé sur mesure pour éliminer certains candidats"    Journée mondiale des réfugiés : "Quand je joue au foot, je me sens grand"    Bénin : mesures coercitives à l'encontre de l'ancien président Thomas Boni Yayi    Soudan : la procureure de la CPI demande qu’Omar el-Béchir soit maintenant remis à La Haye    Premières inculpations pour le massacre de Garissa en 2015 au Kenya    À cinq mois de la présidentielle, la Tunisie durcit le code électoral    L'analyse de notre correspondante à Bamako    Des dizaines de morts dans de nouvelles attaques dans le centre du Mali    L'économie, enjeu du scrutin présidentiel mauritanien    Au Soudan, les lutteurs de retour sur le ring malgré les violences    L'ONU demande une enquête indépendante sur la mort de Mohamed Morsi    Bénin : retour au calme à Tchaourou    L'ex-président égyptien Mohamed Morsi meurt après un malaise au tribunal    Un attentat attribué à Boko Haram fait plusieurs dizaines de morts au Nigeria    Présidentielle en Mauritanie : les Haratines, descendants d'esclaves toujours discriminés

Bande de Gaza/ Des tirs israéliens font au moins 52 morts et 2000 blessés

Bande  de Gaza/ Des tirs israéliens font au moins 52 morts et 2000 blessés

Lundi matin, des violences ont éclaté alors que les Etats-Unis inaugurent eur ambassade à Jérusalem, reconnaissant ainsi la ville comme capitale d’Israël. Les Palestiniens voient là une provocation.

Le bilan ne cesse de s’alourdir, après les heurts survenus lundi matin à la frontière entre Gaza et Israël. Un dernier bilan fait état de 52 morts dont “huit enfants de moins de 16 ans” précise l’ambassadeur palestinien à l’ONU. Plus de 2.000 Palestiniens ont été blessés, selon Riyad Mansour. 

Depuis la Cisjordanie occupée, le gouvernement palestinien a accusé Israël de commettre un “horrible massacre”. Amnesty International dénonce de son côté une “violation abjecte” des droits de l’Homme. Malgré ces critiques, le Premier ministre israélien n’a pas manqué de  justifier lundi l’usage de la force dans la bande de Gaza. Sur Twitter, Benjamin Netanyahu a ainsi estimé que son pays avait le droit de protéger ses frontières.

Paris appelle Israël à “la retenue”

La France a, quant à elle, condamné lundi “les violences”, l’Élysée précisant qu’Emmanuel Macron “parlera à tous les acteurs de la région dans les prochains jours”. Le quai d’Orsay avait réagi un peu plus tôt aux heurts en appelant les autorités israéliennes à la “retenue dans l’usage de la force”. Paris a par ailleurs estimé que le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem enfreignait le droit international.

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut