Coronavirus : au Nigeria, Lagos et Abuja entrent en confinement pour 14 jours    Les artistes africains donnent de la voix contre le coronavirus    Nigeria : face au coronavirus, Lagos et Abuja en confinement    En Algérie, le correspondant de Reporters sans frontières incarcéré    Les législatives au Mali maintenues malgré le coronavirus et l'insécurité    En RD Congo, les gestes barrières contre le coronavirus sont difficiles à respecter    La Libye en rangs divisés face à l'arrivée du coronavirus    En Guinée, la commission électorale proclame un "oui" massif à la nouvelle Constitution    La France et 12 autres pays forment la Task Force Nakuba pour combattre les terroristes au Sahel    Coronavirus en Afrique du Sud : 1 000 cas et confinement strict    "En Afrique, l’évolution de la pandémie de coronavirus est très rapide et très préoccupante"    Coronavirus au Maroc : "La réflexion se poursuit pour aider les travailleurs informels"    Coronavirus : l'Afrique du Sud, "en guerre contre l'ennemi invisible", déplore ses deux premiers morts    Coronavirus en Afrique : "Le plan de réponse à l’épidémie doit être adapté au contexte africain"    Mali : le chef de l'opposition Soumaïla Cissé a été enlevé

Ce qu'il faut savoir

Être amoureux, c'est très bon pour la santé

Être amoureux, c'est très bon pour la santé ! Bon, on s'en doutait un peu... C'est vrai que tout va bien quand on aime (et qu'on est aimé). Mais c'est bien plus que cela. L'amour a d'énormes influences positives sur la santé ! Sentez-vous ces palpitations ? Voyez-vous ce sourire béat dans votre miroir ? Vous trouvez-vous plus jeune, en meilleure forme, moins migraineux ? Oui ? Voici les 5 principales raisons de s'aimer encore plus fort :

1. Une plus belle silhouette

Les palpitations du coeur contribuent à la perte de poids. Cela paraît logique. Certains d'entre vous, pour maigrir, ont peut-être déjà essayé les électrodes de musculation. Certaines hormones produites par le sentiment amoureux empêchent d'avoir faim et de penser au grignotage. Elles entraînent également une hyperactivité. Avez-vous remarqué ces nuits entières à parler et faire l'amour, alors qu'avant vous dormiez, sans être forcément plus en forme ? Évidemment, sans compter la dépense de calories... sans entrer dans les détails !

2. Une jolie peau lumineuse

Les endorphines vous donnent une mine rayonnante. Ce sont des substances chimiques libérées par le cerveau lorsque l'on tombe amoureux et que l'on pratique une activité sexuelle. Mieux qu'une crème de beauté, nos hormones améliorent l'irrigation de notre peau. Elle devient plus souple, éclatante et lutte contre le vieillissement. Ça vous dit de paraître 10 ans plus jeune ? Alors, faites l'amour au moins trois fois par semaine.

3. Moins de stress et aucune déprime

Vous sentez les jambes qui défaillent, les mains qui deviennent moites, le coeur qui s'emballe ? La dopamine est libérée, ainsi que des amphétamines naturelles, provoquées par le cerveau, au début d'une relation amoureuse intense. L'une d'elles, la phényléthylamine, présente en moindre quantité dans le chocolat, réputé antidépresseur, a des effets similaires à certaines drogues. L'amoureux se sent positif, joyeux, voire euphorique. Il a l'impression qu'il peut conquérir le monde. En plus, la pratique sexuelle réduit le stress : 1/2 h et vous brûlez 150 calories, 1 h et vous en perdez 300. Et chacun de vos orgasmes libère l'hormone de jeunesse (la DHEA), qui est un très bon anti-dépresseur. Cela fonctionne un peu comme le sport.
4. Moins de migraines

Mesdames, je vais vous décrédibiliser sur cette question fondamentale pour chaque couple : la migraine est éliminée par l'acte sexuel ! Voilà, c'est dit... Débrouillez-vous maintenant pour trouver une autre excuse. Faire l'amour c'est plus efficace qu'un analgésique, les filles ! Bon, évidemment c'est temporaire, cela concerne les migraines occasionnelles, ou des céphalées soudaines dues à une longue journée. Si vous avez besoin d'un traitement donné par votre médecin, prenez-le

! 5. Un coeur tout heureux

et tout neuf L'amour, c'est bon pour le coeur. Au-delà de l'adrénaline et de la dopamine, vivre en harmonie a des influences positives sur la tension artérielle et sur le taux de cholestérol, donc sur un coeur en meilleure forme. Moins de stress, on l'a dit, sans aucun doute une meilleure hygiène de vie et une fois encore des relations sexuelles fréquentes et harmonieuses qui régulent le rythme cardiaque, font de nous de vrais jeunes gens en pleine forme ! Exactement comme avec la pratique régulière d'un sport ! Je suppose que vous aviez remarqué à quel point vous vous sentiez mieux en étant amoureux ? Alors, puisque c'est la Saint-Valentin, essayez de vous le rappeler et de vous le montrer un petit peu... Une sortie romantique, un petit massage, une nuit blanche sous la couette... vous allez rajeunir de 10 ans !


Comment aider une amie qui a une pauvre estime de soi

S'aimer n'est pas chose facile. Rares sont celles et ceux qui réussissent à célébrer leur propre personnalité (défauts et qualités inclus) au quotidien. Qu'il s'agisse de l'apparence ou de l'esprit, on trouve toujours une raison de pointer ce qui ne va pas, aux dépens de tout ce qui va. Plutôt que de se concentrer sur les détails qui nous plaisent, on insiste sur ce qui nous gêne. Et si ce réflexe négatif peut rester bénin chez certain·es, il prend davantage d'importance chez d'autres - jusqu'à affecter leur comportement social, voire leur vie dans son ensemble.

 

Certes, lorsque la dépréciation est telle qu'elle terrasse son estime de soi et ses capacités à prendre des décisions essentielles, il est conseillé de consulter un·e professionnel·le. Car quelques fois, le problème est plus sérieux qu'il n'y paraît. Et peut aussi révéler un caractère dépressif à ne surtout pas prendre à la légère. Mais il existe aussi des façons appropriées de soutenir et d'aider une proche (prenons le cas d'une femme) dans cette situation.

1- Ne pas accroître la culpabilité

De l'extérieur, notre regard est plus doux. Alors quand notre amie critique avec dureté son corps, on a tendance à souhaiter qu'elle se voit autrement. Résultat, on lui dit qu'elle ne devrait pas penser comme ça. Qu'elle a tort. Si cette contradiction n'est rien d'autre qu'une preuve de sa valeur à nos yeux, son interprétation peut cependant être contre-productive. Et surtout, alimenter l'idée qu'elle ne fait pas les choses bien, a encore tout faux. "Il est important de ne pas leur donner l'impression d'être une mauvaise personne, car cela perpétuerait l'image qu'ils ont d'eux-mêmes", déclare Amber Petrozziello, thérapeute, à HelloGiggles.

Au lieu de lui imposer une façon différente façon de se voir - aussi positive soit-elle - on lui laisse entendre qu'on est là pour en parler si elle le souhaite, et on lui assure qu'elle n'est pas définie par sa silhouette. Un moyen de ne pas invalider ses angoisses, et de tout de même lui confier implicitement et amicalement qu'on n'a pas le même avis. "Améliorer l'image qu'on a de son corps prend du temps, demande des efforts et parfois, requiert une communauté", ajoute Dre Nicole Hawkins, psychologue certifiée, au média américain.

2- Montrer l'exemple

D'accord, on n'est pas toujours la mieux placée pour parler acceptation de sa personne. Mais changer quelques réflexes linguistiques suffisent parfois à donner le ton. En parlant de soi de façon saine, par exemple. Sans évoquer systématiquement le négatif, et en mentionnant des choses que l'on est fière d'avoir réalisées. Alors on ne parle pas non plus de se jeter des fleurs à tour de bras - l'effet de comparaison pourrait faire rentrer notre interlocutrice dans sa carapace de doutes et de critiques - mais plutôt d'instaurer un climat de bienveillance et de positivité essentiel.

"Une affirmation positive sur son corps [ou soi-même] signifie par définition que nous n'y croyons pas nécessairement, mais que nous voulons y croire", explique Dre Hawkins. Et si les reproches persistent, on peut intervenir en lui rappelant que personne n'est parfait·e, et qu'on fait tous et toutes des erreurs.

3- Pousser ses limites

Lorsque l'estime de soi est très faible, cela peut jouer sur son envie de rencontrer du monde et de sortir de chez soi. Souvent, on s'enferme (et on se renferme) avec ses angoisses dans un cercle vicieux qu'il est nécessaire de rompre. En tant que soutien, on peut intervenir sur le plan social, en insistant pour que notre proche sorte plus qu'à l'accoutumée - et en lui assurant qu'on sera présente à ses côtés.

Dre Hawkins propose ainsi d'orienter la discussion de cette manière : "Fixons-nous comme objectif de sortir et d'être sociable deux fois cette semaine. Même si nous n'en avons pas envie, même si nous avons peur, même si cela nous donne de l'anxiété parce que nous ne nous sentons pas jolies ou que nous ne nous sentons pas bien, nous allons quand même vivre notre vie". On fait seulement bien attention à ne pas culpabiliser l'autre en lui reprochant de ne pas bouger assez. Positivité et nuage d'amour, toujours.

4- Contrer ses pensées par des faits     

"Quand on parle de la manière dont on peut aider nos amis et les soutenir, une partie de cela consiste à les pousser à s'en tenir aux faits et à leur vraie réalité". Comprenez : on ne peut pas toujours faire confiance à la petite voix qui résonne à l'intérieur de sa tête, puisque celle-ci n'est pas la dernière quand il s'agit de se rabaisser. Mieux vaut donc s'entourer de quelqu'un qui apportera un oeil objectif. C'est là qu'on entre en scène, en lui rappelant ce qu'elle a accompli, ce qu'elle a entrepris, ses qualités indéniables.

Souvent, se voir à travers les yeux d'un·e autre offre une nouvelle perspective sur sa personne. Et un peu de répit au sein d'un mécanisme destructeur de dévalorisation constante. Et puis c'est aussi un moyen subtil de lui dire qu'elle vaut mieux que ça.

5- Parler franchement

"C'est normal d'évoquer des préoccupations concernant les personnes qui vous sont chères", assure Amber Petrozziello. On hésite parfois à aborder un sujet par crainte d'être trop intrusive, mais souvent, il est utile de parler de nos soucis à nos amis, à condition que ce soit fait de manière réfléchie. On laisse donc sa pudeur au placard et on s'implique intelligemment.

Par exemple, si on remarque que notre amie parle d'elle de manière négative, ou a un peu trop recours à l'autodérision, l'experte suggère d'intervenir en douceur : "Hé, j'ai remarqué que tu plaisantes/tu parles beaucoup de ça. Est-ce que tout va bien ? As-tu besoin de parler de quelque chose ? Est-ce que tu te sens bien dans ta peau ?"

Aussi, si les complaintes de notre proche ont un effet nocif sur notre moral et notre propre estime de soi, il reste essentiel de lui en parler, de manière franche et non brusque, mais en demandant à changer de sujet et en précisant pourquoi cela nous affecte.

En résumé, la communication pourra lui permettre de trouver un endroit sûr où se confier, et où demander une aide médicale si besoin. On reste donc à l'écoute de ses maux mais aussi des nôtres.

De simples baisers qui font courir d'énormes risques à bébé

Des risques plus importants chez les nourrissons

Une pédiatre américaine s'est exprimée dans les colonnes de Newsweek pour rappeler qu'à cause de ces baisers, les enfants peuvent également contracter le VRS (le virus respiratoire syncytial) qui est beaucoup plus dangereux en bas âge. Il peut ainsi provoquer une inflammation des poumons, une bronchite et une pneumonie chez les nourrissons et les jeunes enfants. L'experte explique notamment que les bébés de moins de six mois sont particulièrement exposés à ces infections. Un danger qui ne devrait pas être pris à la légère.

Fin 2018, une petite fille américaine de 8 jours prénommée Aliza était d'ailleurs décédée après avoir contracté un herpès suite à un contact avec un.e adulte. L'infection s'était transformée en méningite virale, fatale pour le nourrisson. Sa mère avait alors posté son histoire sur les réseaux sociaux, afin de sensibiliser aux risques de ce "baiser de la mort". "Lavez-vous les mains avant de toucher les bébés, et évitez de les embrasser", écrivait-elle. Aux Etats-Unis encore, en 2017, un bébé de 18 jours avait succombé dans des circonstances similaires.

Tout savoir sur le Coronavirus Chinois

Le docteur Vincent Enouf, directeur adjoint du centre national de référence virus à l’Institut Pasteur, était mardi l'invité d'Europe 1. Répondant aux questions de Mélanie Gomez et Jimmy Mohamed dans "Sans Rendez-Vous", il a pu revenir sur la découverte du virus, renseigner sur l'avancée des recherches et adresser ses recommandations. 

Comment le coronavirus s'est-il manifesté ?

Lors de l'apparition des premiers cas, les personnes présentant des symptômes inhabituels ont toutes pu être reliées entre elles par les autorités chinoises : elles auraient fréquenté un marché aux poissons situé dans la région de Wuhan. Pour l’heure, impossible de savoir quel animal est l’hôte du virus. En effet, les poissons n’étaient pas la seule marchandise. "Sur ce marché, il y avait aussi des animaux de braconnage, du gibier", déclare le docteur Enouf. Selon certaines hypothèses, une chauve-souris aurait pu infecter un animal vendu sur place. Sa proximité avec les humains aurait facilité la transmission.

Que sait-on de la contamination ?

Le virus est très contagieux. Le fait que certaines personnes aient finalement contracté le virus sans avoir fréquenté le fameux marché aux poissons suggère que la transmission inter-humaine est possible. L’indicateur évaluant le potentiel infectieux (soit le nombre moyen de personnes contaminées par individu porteur du virus) a depuis été revu à la hausse : "c'est un virus avec un potentiel infectieux important" Surtout, il est possible que l’actuel recensement des personnes contaminées soit sous-évalué. L’Imperial College de Londres avance que le nombre de cas aujourd'hui admis, plus de 4.000, peut être multiplié par au moins 10.

Évoquant la quarantaine décrétée par les autorités chinoises pour plus de 60 millions de personnes, Vincent Enouf a posé la question du timing : "Bloquer tous les trajets pour éviter que des personnes quittent cette zone c’est bien, mais est-ce que ça a été fait à temps ? On verra dans le temps si ça a été réellement efficace."

Quels sont les symptômes et le risque mortel ?

Le temps d’incubation est relativement court, entre 5 et 15 jours. Les symptômes sont connus et ne diffèrent pas fondamentalement d'états grippaux que l’on observe déjà pour ce type de virus. "La majorité des personnes infectées vont déclarer un rhume, un mal de tête ou une petit grippe". Pour le moment, peu de personnes en meurent mais les incertitudes demeurent : certaines publications ont fait état de morts qui présentaient déjà une constitution fragile (notamment des personnes âgées) quand d’autre affirment que les personnes en bonne santé constituent les deux tiers des victimes.

Quelle est l'état d'avancement des recherches ?

Le virus n’a pas encore été isolé, ce qui laisse planer le doute sur bon nombre de points. Des tests de contamination par prélèvements nasopharyngés (développés entre autres par l’Institut Pasteur) ont en tout cas prouvé leur efficacité. "On reçoit tous les jours des échantillons suspects de personnes qui reviennent de cette région et qui présentent la symptomatologie des cas cliniques", déclare le docteur Enouf. Les scientifiques du monde entier s’affairent pour trouver un remède et éventuellement un vaccin.

Quels sont les comportements à adopter ?

Le docteur Enouf s’est montré rassurant et a avant tout mis en garde contre le risque de panique. Il préconise d’observer certaines règles élémentaires d’hygiène, notamment de se laver les mains régulièrement, et surtout d’éviter les lieux publics si l'on ressent certains symptômes comme de la toux ou de la fièvre. Répondant à la question de savoir si la France était prête à affronter une épidémie, il a affirmé : "Tous les ans, nous avons une épidémie de grippe, avec 10 à 15.000 décès." Au même moment, il a rappelé que le fait de se faire vacciner contre la grippe pouvait donner aux médecins des informations précieuses.

 Avec Europe1

Quête d'emploi, vie professionnelle, scolaire et estudiantine/ Ces fautes de français à eviter

Le français est une langue complexe, avec tellement d'exceptions qu'on ne sait plus quelle est la règle. Mais avouez qu'il y a des phrases qui escagassent tout de même salement les oreilles. Le pire, c'est que ce ne sont pas les plus difficiles à corriger, mais elles ont la vie dure ! Voici 13 fautes de français les plus courantes que tout le monde devrait éviter.

1. "Je sais pas c'est qui"

Petite soeur du fameux "je sais pas c'est où" et de "c'est qui qui dit ça". On commence par du lourd avec une double faute. On passe sur l'oubli de négation ("je NE sais pas") car on est à l'oral. Par contre, la construction par inversion du sujet (qui) et du verbe (est) n'a ici aucune raison d'être. La bonne version : "Je ne sais pas qui c'est"

2. "Y'en a qui croivent"

Du verbe "croiver" que tout le monde connaît bien évidemment ! Je plaisante, c'est juste le verbe "croire" qui se conjugue plutôt très simplement au présent de l'indicatif : "ils croient" et au présent du subjonctif : "il faut qu'ils croient". Mention spéciale à ceux qui déclinent cette faute avec d'autres verbes : "ils faut qu'ils soyent prudents" ou "il faut qu'ils voyent ça". La bonne version : "Certains croient"

3. "Malgré que"

C'est une faute qui devient tellement courante qu'elle ne choque plus grand monde. En France, on adore raccourcir les expressions qu'on trouve trop longues à dire. Il n'y a donc qu'un pas - aussi regrettable soit-il - à passer de "malgré le fait que" à "malgré que". Voilà comment naît une faute assez rapidement. Si l'Académie française ne reconnaît pas encore cette formulation, de nombreux grammairiens l'acceptent comme passée dans l'usage courant. Les puristes nous diront qu'il existe bien un cas où "malgré que" s'utilise avec le verbe être au subjonctif qui s'avère être la transformation de "bien que j'aie mauvais (mal) gré de cela". Mais ça, c'était avant. La bonne version : "Malgré le fait que"

4. "Au jour d'aujourd'hui"

Triple faute, bingo ! C'est ce qu'on appelle un pléonasme, car cette expression exprime trois fois le mot "jour". En effet, "hui" en ancien français veut dire "le jour où l'on est". On n'aurait donc pas dû l'utiliser pour construire "aujourd'hui" qui exprime le même concept et qui signifie "au jour de ce jour". Alors, si on ajoute en plus "au jour" devant, on se répète une troisième fois inutilement. Rassurez-vous ce n'est pas une faute récente, puisqu'on la retrouve déjà dans des écrits en 1531... mais ce n'est pas une raison pour la perpétuer. La bonne version : "Aujourd'hui"

5. "Quarantenaire" et "cinquantenaire"

Un cinquantenaire n'est pas une personne d'un âge certain, mais bien l'anniversaire d'un événement qui a 50 ans. Par exemple, "le cinquantenaire de l'usine de Docelles". On ne peut donc pas utiliser quarantenaire ou cinquantenaire pour désigner une personne. La bonne version : "Quadragénaire" ou "quinquagénaire"

6. "Faire montrer"

Encore un amalgame entre "faire voir" et "montrer". Un truc est sûr, c'est que "faire montrer" n'existe pas dans le sens de montrer quelque chose à quelqu'un. Par contre, l'expression existe si vous voulez absolument qu'un ami montre une de vos créations sur un marché : "je lui ai fait montrer mon chef-d'oeuvre sur son stand". À ne pas confondre non plus avec "faire montre de" qui est synonyme de "faire preuve de". La bonne version : "Faire voir" 7. "Personnellement, moi, je...." Encore un bel exemple de pléonasme ! En effet, un seul de ces trois mots suffit amplement pour parler de "moi". Inutile d'en tartiner toute la phrase, à moins que vous n'ayez un grave problème d'égo, mais ça, c'est un autre problème. La bonne version : "Je..." (et c'est tout)

8. "C'est compréhensif" Belle preuve de confusion de l'adverbe et de l'adjectif. "Compréhensif" désigne une qualité d'un être humain qui comprend bien les autres grâce à sa bienveillance. Alors que "compréhensible" se dit d'une chose que l'on peut comprendre facilement. Rien à voir, donc ! La bonne version : "C'est compréhensible" / "Cet homme est compréhensif"

9. "Je vais au coiffeur"

L'emploi des prépositions en français est un vrai sac de noeuds. Pourtant, un truc est sûr, c'est que l'on va "chez" quelqu'un ou chez un commerçant, c'est-à-dire un être animé et vivant. Mais on va "au" salon de coiffure, au cinéma, au commissariat qui sont des lieux. Cela voudrait-il dire que vous prenez votre coiffeuse pour un lieu ? Pas très respectueux, tout ça ! La bonne version : "Je vais chez le coiffeur"

10. "Si j'aurais su"

Toutes mes condoléances, chère conjugaison ! Car directement derrière "si", on emploie l'indicatif, et sûrement pas le conditionnel. La bonne version : "Si j'avais su"

11. "J'amène le dessert"

Et bim, encore une belle que tout le monde fait ! On apporte quelque chose et on amène quelqu'un quelque part. Difficile, donc, d'amener cette merveilleuse et douce chose qu'est le dessert ! La bonne version : "J'apporte le dessert"

12. "J'habite sur Abidjan" 

Quelle chance vous avez d'habiter dans une montgolfière qui surplombe la capitale ! Mais si comme toute personne normalement constituée, vous habitez dans un appartement dans Paris, hé bien vous habitez "À Paris" et non "SUR Paris". Alors oui, ça fait sûrement hyper classe d'habiter "sur" Paris, mais grammaticalement c'est tout de suite moins bien ! La bonne version : "J'habite à Abidjan"

13. "Autant pour moi"

D'après l'Académie française "autant pour moi" n'existe pas et surtout pas pour exprimer une erreur que l'on semble assumer. Pourtant, une expression similaire existe bien, mais c'est une expression militaire qui s'orthographie : "au temps pour moi". Elle signifie la reprise depuis le début d'un exercice dans le respect d'un rythme bien précis. On peut donc admettre une erreur et vouloir reprendre tout depuis le début en disant : "au temps pour moi". La bonne version : "Au temps pour moi"

Comment éviter ces fautes ?
Si vous êtes en recherche d'emploi, en entretien ou toute situation où vos mots peuvent parler de vous, faites attention !


 

Voici les symptômes de la varicelle

Qu'est ce que la Varicelle

Il s'agit d'une maladie éruptive très fréquente. Elle est causée par le virus de la varicelle-zona (VZV de son petit nom). Il s'agit d'un micro-organisme faisant partie de la famille des Herpesviridae et qui n'est présent que chez l'Homme. Également appelé HHV-3, il se transmet facilement d'un individu à l'autre, en général par contact direct avec les lésions des personnes malades, mais aussi par voie aérienne si ces dernières toussent ou éternuent

Après la contamination, le micro-organisme se réfugie dans le système respiratoire avant de se multiplier au niveau des ganglions lymphatiques durant plusieurs jours. Les particules virales ainsi créées migrent alors dans le sang pour rejoindre la peau. C'est à ce moment que les symptômes de la varicelle et notamment les boutons apparaissent. 

Les personnes les plus touchées sont les enfants de 1 à 4 ans. Ils représentent en effet 58 % des cas. Les femmes enceintes doivent être particulièrement attentives face à cette épidémie, car l'infection peut toucher le fœtus et provoquer des malformations neurologiques graves.

Quels sont les symptômes ?

Parmi les symptômes, on peut retrouver de la fièvre, un nez qui coule et une grande fatigue. Certains enfants peuvent être concernés par des symptômes grippaux : des maux de gorge, de la fièvre, un manque d'appétit et des douleurs au niveau des articulations ou des muscles.

Ces symptômes sont évidements très généralistes et sont liées à de nombreuses maladies enfantines, le premier symptôme de la varicelle reste les boutons. Mais à quoi ressemblent-ils ?

À quoi ressemble un bouton de varicelle ?

Les boutons de varicelle sont de petites cloques, encerclés d'un cercle rouge, ils sont entre 2 et 3 millimètres et s'assèchent en quelques jours pour laisser places à des croutes, puis une semaine plus tard, une cicatrice (qui finira par disparaître). Ils apparaissent en général sur la tête et le haut du corps avant de s'étendre sur l'ensemble la peau.

Côté transmission : un cas de varicelle déclarée dans votre entourage et votre enfant a toutes les chances d'y avoir droit lui aussi… Pas d'affolement. Dans la plupart des cas, la varicelle est une maladie bénigne qui guérit en 10 à 12 jours.  

S'abonner à ce flux RSS