RD Congo : au moins 131 civils tués par les rebelles du M23, selon une enquête de l'ONU    Commémorer les 80 ans de la rafle de Tunis pour ne pas oublier les juifs de Tunisie    Mondial-2022 : qualification historique du Maroc en quarts de finale    En Éthiopie, la capitale du Tigré de nouveau alimentée par le réseau électrique    Massacre de Kishishe : le gouvernement de RD Congo évoque un bilan "autour de 300 morts"    RD Congo : les autorités accusent le M23 de "crime de guerre" à Kishishe    Afrique du Sud : le vote sur une procédure de destitution du président Ramaphosa reporté    Anouar Kbibech : le projet de TotalEnergies en Ouganda est "mortifère et dévastateur"    Crise politique au Soudan : signature d'un premier accord entre militaires et civils    Le Gabon, champion de la biodiversité, abrite de nombreuses espèces menacées    La Cédéao veut créer une force régionale face au jihadisme et aux coups d'État    Éthiopie : les rebelles du Tigré affirment avoir "désengagé" 65 % de leurs combattants du front    TotalEnergies devant la justice pour son méga-projet d'oléoduc en Afrique de l'Est    Burkina Faso : la diffusion de RFI suspendue "jusqu'à nouvel ordre", FMM déplore cette décision    Tunisie : les législatives n'ont aucune raison d'être, critique le chef du syndicat UGTT

Afrique

Après avoir survolé son espace aérien/ Le Mali menace la France

Communiqué n009 du gouvernement de la transition

Le Gouvernement de la République du Mali informe l’opinion nationale et internationale qu’un aéronef de l’armée française de type A400, immatriculé FRBAN a effectué un vol sur le trajet Abidjan-Gao-Abidjan dans la journée du mardi 11 janvier 2022.

Ledit aéronef qui était en violation manifeste de l’espace aérien malien, avait à la fois éteint son transpondeur pour ne pas être identifié et coupé la communication avec les organismes maliens de contrôle aérien. En dépit de cette manœuvre frauduleuse, les capacités de défense nationales récemment acquises, ont permis d’identifier et tracer la trajectoire de l’avion.

En conséquence, le Gouvernement a dénoncé cette violation de l’espace aérien du Mali auprès des autorités françaises qui ont, au demeurant, décidé de soutenir les sanctions de la CEDEAO parmi lesquelles figure la fermeture des frontières terrestres et aériennes de ses pays membres avec le Mali. A titre de rappel, le Gouvernement du Mali a aussi, en application du principe de la réciprocité, suite aux sanctions imposées par la CEDEAO, procédé à la fermeture de ses frontières avec les pays membres de la CEDEAO, excepté la Guinée.

Aussi, le Gouvernement, tout en prenant à témoin l’opinion nationale et internationale, décline toute responsabilité relative aux risques auxquels les auteurs de ces pratiques pourraient s’exposer, en cas de nouvelle violation de notre espace aérien.

Enfin, le Gouvernement du Mali invite les populations à redoubler de vigilance et à rester mobilisées. Que Dieu bénisse le Mali !

Bamako, le 12 janvier 2022 Le Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation,

Porte-parole du Gouvernement

Colonel Abdoulaye MAIGA

Coopération : la Côte d'Ivoire et le Nigéria signent 9 accords pour renforcer leurs relations

Les gouvernements ivoirien et nigérian ont signé le 6 novembre 2021 à Abidjan, au terme de la seconde session de leur grande commission mixte de coopération, neuf (9) accords bilatéraux pour renforcer leurs relations dans plusieurs domaines.

« Les deux chefs de délégations ont procédé à la signature de neuf accords. Dix projets d’accords sont en cours de négociation et dix nouveaux projets d’accords ont été initiés, ouvrant ainsi de nouveaux axes de coopération », a déclaré la ministre d’Etat ivoirienne, ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, Kandia Camara.

Ces accords portent, entre autres, sur la coopération militaire, la protection civile et l’assistance technique, les questions consulaires et la migration, l’économie numérique...

Les deux gouvernements ont également décidé de booster leur secteur privé respectif, à travers la signature d'une lettre d’intention entre la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) et l’Association des Industriels du Nigéria.

Les gouvernements ivoirien et nigérian se sont félicités, au terme des travaux qui ont duré du 4 au 6 novembre 2021, de la bonne tenue de ces assises, conformément à la volonté et aux instructions reçues des Présidents ivoirien Alassane Ouattara et nigérian Muhammadu Buhari. Ils ont aussi réaffirmé leur engagement à consolider les acquis de leur coopération par une meilleure prise en compte de nouveaux axes.

« Je voudrais saisir cette occasion pour exprimer nos remerciements à Son Excellence le Pr Yemi Osinbajo, Vice-Président de la République Fédérale du Nigéria, pour son leadership affirmé et ses orientations constructives qui nous ont permis d’adopter des recommandations pertinentes devant aider nos deux pays à réactiver de façon consensuelle et durable les leviers d’une coopération bilatérale renforcée entre nos deux pays », s'est réjoui le Premier Ministre Patrick Achi.

Instituée le 2 mars 2013, la commission mixte de coopération ivoiro-nigeriane réunit les experts et décideurs des deux pays dans le but de renforcer leur coopération dans plusieurs domaines d’intérêts communs. La 3ème session se tiendra en 2023 au Nigeria.

Source : Primature

Burundi: décès du président Pierre Nkurunziza

Le gouvernement du Burundi vient d’annoncer ce mardi dans un communiqué « le décès inopiné » du président Pierre Nkurunziza, qui était hospitalisé à l’hôpital de Karusi, dans le centre du pays, depuis samedi soir après avoir ressenti un malaise. Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, serait décédé hier lundi officiellement des suites d’un « arrêt cardiaque », annonce le gouvernement, qui a décrété un deuil national de 7 jours.

Des rumeurs persistantes et insistantes sur sa mort circulaient depuis ce lundi. Des sources médicales expliquent qu’il aurait été positif au Covid-19, son épouse étant toujours hospitalisée au Kenya depuis la semaine dernière pour la même raison, malgré les dénégations des autorités. Pierre Nkurunziza devait passer le pouvoir au président nouvellement élu, Evariste Ndayishimiye, au mois d'août.

Rfi

Sénégal/ 300 dispositifs de lavage des mains distribués dans des écoles pour lutter contre le COVID-19

Dans le contexte du COVID-19, le Groupe des Amis de l'Alimentation Scolaire (GAASS) renforce son engagement auprès des élèves sénégalais en distribuant, avec Speak Up Africa le groupe d’action politique et de plaidoyer dakarois, 300 dispositifs de lavage des mains dans les écoles.

Au Sénégal, pour permettre au ministère de l'éducation de maintenir les services d’éducation pendant la pandémie tout en assurant la sécurité des élèves, le GAASS et Speak Up Africa ont fait don aux écoles de 300 dispositifs de lavage des mains. Ces derniers, qui permettront aux écoliers de suivre les mesures préventives éprouvées contre le COVID-19, ont été officiellement remis au Ministre de l'éducation, M. Mamadou Talla, le 14 mai.

La GAASS rassemble des personnes travaillant à la réalisation de l'objectif du Programme alimentaire mondial (PAM) de fournir des repas aux écoliers à travers tout le Sénégal. Les membres du GAASS cherchent à sensibiliser le public et à soutenir les efforts de plaidoyer en faveur des programmes nationaux d’alimentation scolaire. Le Programme alimentaire mondial fournit actuellement des repas à plus de 500 écoles dans tout le Sénégal.

L’Afrique compte actuellement plus de 147 000 cas confirmés de COVID-19 et 4230 décès. Plusieurs facteurs de risque pourraient accélérer la propagation du virus sur le continent. Les fortes densités de population, la vie en communauté, ainsi que l'accès limité à l'eau et aux installations sanitaires augmentent la probabilité d'infections par le coronavirus et de décès. Alors que certains enfants retournent à l'école, les gouvernements doivent s'assurer qu'ils sont accueillis dans des environnements sûrs, munis du matériel de prévention adéquat.

Ce partenariat est un élément important de la campagne « Restons Prudents » ou Stay Safe Africa en anglais, qui vise à outiller communautés et individus avec des messages clés portants sur des mesures préventives simples et testées contre la propagation du COVID-19 en Afrique. La plateforme intègre des messages et des conseils adaptés aux communautés et aux dirigeants africains, en tenant compte des barrières linguistiques, culturelles et de l'alphabétisation des populations.

« L’objectif de notre organisation est d'améliorer l'apprentissage et le bien-être des enfants par la mise en place de programmes de repas scolaires. Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, il est essentiel que les enfants retournent dans des écoles où les méthodes de prévention appropriées peuvent être appliquées. Cela permettra non seulement de les protéger contre le COVID-19, en suivant la méthode de prévention éprouvée qu’est le lavage des mains, mais aussi de s'assurer qu'ils puissent continuer à apprendre et à se développer en toute sécurité », déclare Ndioro Ndiaye, présidente du GAASS.

« L'éducation donne aux enfants les outils dont ils ont besoin pour un avenir plus sain et plus prospère – un bienfait pour eux-mêmes et pour leurs communautés. Si nous voulons atteindre les objectifs de développement durable d'ici 2030, il est essentiel que l'éducation continue à être dispensée en toute sécurité malgré l’épidémie du COVID-19. Chez Speak Up Africa, l'amélioration de l'accès à l'assainissement pour tous est primordiale. C'est pourquoi nous sommes ravis de nous associer au GAASS pour fournir aux écoliers des installations de lavage des mains qui les protégeront eux et leurs camarades contre le COVID-19 », conclut Yacine Djibo, Directrice exécutive de Speak Up Africa.

 Sercom

Nigeria : un cas de coronavirus recensé, le premier en Afrique subsaharienne

Un cas de contamination au nouveau coronavirus, un ressortissant italien, a été confirmé jeudi 27 février à Lagos, la capitale économique du Nigeria. C’est le premier cas officiellement identifié en Afrique subsaharienne.

Le ministère fédéral de la Santé « confirme un cas de coronavirus (Covid-19) dans l’État de Lagos. Ce cas qui a été confirmé le 27 février 2020 est le premier à être recensé au Nigeria depuis le début de l’épidémie », a-t-il indiqué vendredi sur Twitter.

Le ministère précise qu’il s’agit d’un ressortissant italien travaillant au Nigeria et qui est revenu dans ce pays depuis la ville italienne de Milan le 25 février. Hospitalisé à Lagos, « le patient est dans un état clinique stable et ne présente pas de symptômes inquiétants », a assuré le ministère, sans toutefois donner de précisions sur les lieux de son hospitalisation.

Il s’agit de la première contamination confirmée et officielle en Afrique subsaharienne, jusque-là apparemment préservée de l’épidémie mondiale. Deux autres cas ont été recensés ces derniers jours dans deux pays d’Afrique du Nord, l’Égypte et l’Algérie. Aucun décès n’a jusqu’à présent été signalé sur le continent.

Hub économique

Le Nigeria, pays le plus peuplé du continent avec près de 200 millions de personnes, est l’un des pays les plus vulnérables avec un système de santé fragile et une densité de population extrêmement importante (près de 7 000 habitants au km2, selon World Population Review).

De nombreux Nigérians partent en Chine pour acheter des biens qu’ils revendent ensuite sur les marchés de ce hub économique qui dessert toute l’Afrique de l’Ouest. Les autorités sanitaires du pays s’étaient déjà préparées à faire face à une potentielle contamination.

« Nous avons des centres de quarantaine à Abuja (capitale fédérale), et aussi à Lagos », avait déclaré à la mi-février le ministre de la Santé Olorumibe Mamora, assurant que le pays était « sous surveillance » et que des laboratoires pour détecter le virus ont été ouverts dans plusieurs villes du pays.

« Leçons d’Ebola »

« Nous avons tiré des leçons d’Ebola », a, de son côté, assuré le directeur général de l’Organisation Ouest africaine de Santé, Stanley Okolo. « Tous nos pays membres contribuent à un fonds de sécurité sanitaire, appelé le « fonds Ebola, et nous avons des partenaires internationaux qui contribuent aussi. La dévastation d’une épidémie a des effets sur tout le monde », a-t-il déclaré la semaine dernière, invitant tous les pays de la zone à rendre un plan stratégique de préparation.

En effet, la « principale préoccupation » de l’OMS « continue d’être le potentiel de dissémination du Covid-19 dans les pays dont les systèmes de santé sont plus précaires », a déclaré son patron, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le Nigeria est mieux préparé à la gestion des épidémies que de nombreux autres pays de la région, selon les experts.

JeuneAfrique

Egypte/ Mort de l’ex-président Hosni Moubarak

L’ancien raïs égyptien Hosni Moubarak, renversé par le soulèvement populaire du Printemps arabe de 2011, vient de décéder à 91 ans. L’ex-président égyptien Hosni Moubarak vient de mourir ce 25 février à l’âge de 91 ans, à l’hôpital militaire Galaa au Caire, a indiqué à l’AFP son beau-frère le général Mounir Thabet.

Face à un état de santé très altéré, il avait été placé, selon une information partagée par son fils Alaa sur les réseaux sociaux, en unité de soins intensifs sous respiration artificielle. La famille se trouvait toujours à l’hôpital mardi en milieu de journée, a ajouté le général en précisant que la présidence égyptienne se chargerait d’organiser les funérailles de Moubarak, qui a dirigé l’Egypte pendant trois décennies, entre 1981-2011.

Après sa chute à la faveur du Printemps arabe le 11 février 2011, plusieurs procédures judiciaires avaient été déclenchées contre l’ex-chef de l’État et ses proches. Il avait notamment été condamné en mai 2015 à trois ans de prison pour avoir détourné plus de 10 millions d’euros de fonds publics alloués à l’entretien des palais présidentiels.

Source (Jeune Afrique)

S'abonner à ce flux RSS