Présidentielle en Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo pourra-t-il rentrer à Abidjan ?    Guinée : l'Aïd al-Adha au temps du coronavirus    Quatre ans de prison ferme requis contre le journaliste algérien Khaled Drareni    Algérie : quatre ans de prison ferme requis contre Khaled Drareni, journaliste indépendant    Le Niger célèbre les 60 ans de son indépendance    Cinq soldats maliens tués dans une attaque dans le centre du Mali    Covid-19 : regain des infections en Tunisie, qui recense son premier mort depuis mi-juin    Indépendance du Bénin : 60 ans après, quel bilan ?    Football : Didier Drogba finalement candidat à la présidence de la Fédération ivoirienne    Au Zimbabwe, plusieurs arrestations lors d'une manifestation interdite contre la corruption    Côte d'Ivoire : Hamed Bakayoko nommé Premier ministre après le décès d'Amadou Gon Coulibaly    RD Congo : en trois ans, au moins 170 personnes ont été enlevées contre rançon dans l'est du pays    Côte d'Ivoire : le ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, nommé Premier ministre    Covid-19 en Afrique : pour l’OMS, il est urgent de faire respecter les gestes barrières    Tabaski : le rêve de Fatou, l'éleveuse de moutons de Dakar

Sport

Football/ Covid-19 : Après la décision de réduire leur salaire de moitié / Les joueurs disent non et mettent l’AFI en mission

Dans la foulée de la réunion du bureau de la Ligue professionnelle tenue le mercredi 15 avril  dernier à la Maison de verre , à Treichville,  Domoraud Cyrilel, président de l’Association des Footballeurs Ivoiriens (AFI) a convoqué, vendredi 17 avril 2020 à son siège  , les délégués de clubs dans l’optique de faire le point et avoir, par la même occasion, leur ressenti  ainsi que leurs attentes. Une rencontre qui s’est déroulée dans le strict respect des mesures de prévention contre le Covid-19. Il a été question, au cours de ces échanges de faire le point complet de la récente réunion de la Ligue professionnelle. Une réunion élargie aux clubs ayant pour principaux centres d’intérêt le paiement des salaires des joueurs  qui intervient dans un contexte particulier de pandémie et les dispositions envisageables dans l’éventualité d’un retour à la compétition. En la matière, le calendrier prévisionnel, qui accorde un temps de préparation de trois semaines minimum aux clubs avant la reprise, a rencontré l’adhésion des délégués. Il est de notoriété, en effet, qu’après une cessation d’activité prolongée, l’organisme de l’athlète a besoin d’être réactivé. Et cela passe par une préparation physique, assortie de séances technico-tactiques. Le président Domoraud Cyrille s’est, d’ailleurs, fait fort de le rappeler in-situ. En revanche, les joueurs se sont montrés moins enthousiastes à l’évocation du plan social tel qu’arrêté par la majorité des participants à la réunion du mercredi et rendu public par la Ligue professionnelle via le site Internet de la Fédération. Un plan social qui autorise les clubs à verser aux joueurs 50% de salaires sur les mois de mars et d’Avril. Le règlement du mois de mai étant soumis à l’évolution de la situation de crise sanitaire à Coronavirus ; il pourrait résulter d’une négociation entre clubs et joueurs. Pour les joueurs, cette pilule de réduction salariale ne passe pas. Une posture soutenue par des raisons clairement exprimées et parfaitement argumentées.  En effet,  le mois de mars ayant été entamé,  en l’espèce,  est dû dans son intégralité. Des clubs, qu’on ne citera pas ici, l’ont déjà fait.  En outre, la modicité des salaires pratiqués en Ligue 1 et en Ligue2, souvent en deçà du SMIG (60.000 F CFA), est telle que toute réduction, quelle que soit la proportion, plongerait davantage les joueurs dans la précarité. Par ailleurs,  l’arrêt du championnat et des séances d’entraînement relève du domaine d’un cas de force majeure. Aussi, des clubs trainent des impayés antérieurs à l’émergence du Covid-19. La Ligue professionnelle ayant versé la totalité des droits télé pour la Ligue 1 et  la subvention pour la Ligue 2, rien ne devrait, de l’avis des joueurs, s’opposer au paiement intégral des salaires du mois de mars voire celui d’Avril. De plus, ils  fustigent « cette manière de nous imposer une mesure alors que les clubs ont perçu l’intégralité des droits télé et des subventions ». De fait, les joueurs, acteurs principaux, se sentent lésés. C’est en cela que l’AFI a été, à nouveau, mise en mission auprès de la Ligue professionnelle. « Nous vous faisons confiance, et nous faisons confiance à la Ligue professionnelle. Il faut qu’on mette en avant les intérêts des joueurs », ont-ils plaidé.

De cette mission dépendra la suite à donner à cette situation très sensible, qui étale au grand jour les réalités du footballeur ivoirien et pour lesquelles l’AFI a toujours noué le lien du dialogue avec les instances dirigeantes. « Je ferai part de vos attentes au président de la Ligue »,  a rassuré Domoraud Cyrille en conclusion de cette rencontre.

P.L avec Sercom

Lutte contre le Covid-19/La FIA met ses ligues en mission

La Côte d’Ivoire, à l’instar de plusieurs pays du monde entier, fait face à la propagation rapide de la maladie à coronavirus. Face au nombre croissant de cas, chaque compartiment de la société ivoirienne doit jouer sa partition. Ainsi, Jeannot Kouamé, président de la Fédération Ivoirienne d'Athlétisme (FIA),  a mis ses bases en mission. Il a, en effet, redistribué le matériel de lutte contre le coronavirus reçu récemment des mains du Ministre des Sports Paulin Claude Danho,  aux ligues d'Abidjan parce que la capitale économique demeure l'épicentre de la pandémie.  Le président Jeannot Kouamé a remis les sceaux, les savons, les gants, les cache-nez et les essuies- tout à Florence Agbo, responsable de la ligue du Sud et à Sarré Abdoulaye, représentant la ligue du Nord. Un dispositif de lavage des mains a été prévu pour le siège de la fédération, sis au stade Félix Houphouët-Boigny et pour la ligue de Dabou. Pour rappel, la Côte d’Ivoire a franchi le week-end dernier la barre des 800 cas confirmés. Une situation qui nécessite l’accentuation de la sensibilisation qui passe par le respect des mesures barrières qui visent à freiner la propagation du Covid -19.  Il s’agit entre autres du  lavage régulier des mains au savon et à l’eau au cas échéant il faut utiliser  un gel hydro-alcoolique,  de la distanciation sociale d’un mètre et  du port de masque. Par ailleurs, il est impérieux de tousser ou éternuer dans le creux du coude. C’est de cette façon, qu’on pourra inverser la courbe de cette maladie en progression en Afrique avec 28 617 cas confirmés.

Patricia lyse

Présidence de la FIF/Eugène Diomandé se retire pour Didier Drogba

La bataille pour le contrôle de la Maison de verre, à Treichville  n’a pas encore livré tous ses secrets et réserve bien des surprises. Candidat déclaré à l’élection du président de la Fédération ivoirienne de Football (FIF) 2020, Eugène Marie  Diomandé, président du Séwé Sport de San Pedro ne le  sera finalement plus.  Pour cause, il a décidé de se  retirer de la course  au profit de Didier Drogba  qui a un  projet à caractère innovant, audacieux et quasi révolutionnaire auquel il adhère entièrement. Il a fait cette annonce au cours d’un point de presse  tenu hier mardi 14 avril 2020 à l’hôtel Palm Club à  Abidjan-Cocody. «  Didier a un projet à caractère innovant, audacieux et quasi-révolutionnaire...Didier a tout ce que je n'ai pas eu et est pourvu de ce que je connais. C'est pour ça que je le soutiens »,  a-t-il déclaré avant d’expliquer que ce choix  est « conforme à la volonté de changement, voire de rupture avec la gestion financière et administrative de notre football ».  Par ailleurs, il précise qu’il «  peut faire sauter le verrou d'un système qui a fait du football ivoirien un mouroir. Oui, il faut donner une chance à notre football de sortir des sentiers battus et des réflexes mécaniques entretenus depuis 30 ans ». Il faut noter  que celui qui sera le coordinateur Général de l’équipe de campagne de  Didier Drogba avait à ses côtés Anzouan Kacou et Abdoulaye Koné.  Après le retrait d’Eugène Marie Diomandé, il ne reste que trois potentiels candidats encore en lice. Ce sont Sory Diabaté,  Idriss Diallo et Didier Drogba. Qui aura le dernier mot ? Bien malin qui pourra répondre à cette question surtout au moment où la maladie à coronavirus poursuit sa propagation dans le pays et que la date de l’assemblée générale élective reste encore suspendue.

P.L

Séminaire International de Formation des Coaches de la Word Taekwondo/12 techniciens ivoiriens obtiennent leur diplôme de niveau 1

Plus rien ne sera comme avant. Désormais, pour être le coach d'un athlète au cours d’une compétition officielle, il faut nécessairement être au moins  titulaire d’un diplôme de niveau 1 de la Word Taekwondo (WT). En prélude à la mise en place du Corps des Coaches (à l’instar de celui des arbitres internationaux), la WT a décidé de mettre un peu d’ordre au niveau des encadreurs techniques. Ainsi, à l’attention des fédérations nationales membres, la faîtière mondiale du Taekwondo a organisé des séminaires de renforcement des capacités, à l’effet de l’obtention du diplôme de niveau 1 pour les coaches internationaux. Sur le continent africain, cette vaste formation, qui a réuni 85 coaches en provenance des pays membres de la WT dont 13 techniciens ivoiriens, s’est déroulée du 12 au 14 mars 2020 à Dakar. 

 Les résultats rendus publics, hier jeudi 2 avril 2020, font grandement honneur à la Côte d’Ivoire. A l'image de leurs athlètes sur les tapis, qui portent haut le drapeau ivoirien, les techniciens de la Fédération Ivoirienne de Taekwondo (FITKD) ont presque tous obtenu leur diplôme haut les mains. En effet, sur les 13 techniciens présentés par la FITKD, 12 ont été déclarés admis au grade de coach de niveau 1 de la WT. Seul le jeune Jean BASSOLE, qui a obtenu la moyenne de 8 sur 20, a été recalé. Les autres, dont les moyennes  se situent entre 14 et 19 sur 20, ont désormais les aptitudes pour encadrer les athlètes au cours des compétitions G1 et G2 de la WT. Deux ans après, ils seront aptes pour passer le diplôme de niveau 2, qui leur donnera le droit d’assurer l’encadrement technique des athlètes lors des compétitions d’un niveau plus élevé comme les Grands Prix, le Grand Slam, le Championnat du Monde, les Jeux Olympiques …

Pendant ce séminaire de haut niveau, les encadreurs techniques ont été soumis à divers modules aux fins de mesurer au mieux leur degré de connaissance. Les règles d’arbitrage et de compétition, comment faire une réclamation au niveau du coach, les réflexes du bon coach, la pesée et le suivi du poids des athlètes et les règlements antidopage.  Au nombre des encadreurs techniques ivoiriens présents à Dakar pour ce séminaire, des anciens tels que Maîtres Chérif Adama et Jérôme ESSAPA, mais aussi de nombreux bleus. Les nouveaux qui ont été cooptés par la Direction Technique Nationale (DTN), sont pour l’essentiel des anciens athlètes de haut niveau. Il s’agit notamment de l’ancienne capitaine des Eléphants Taekwondo ins, DIOMANDE Banassa, Cynthia KRAGBE, Georges KOBENAN et de KASSI Anicet.

Il faut noter que l’insertion des anciens athlètes de haut niveau dans le corps des coaches, participe du vaste programme de réinsertion sociale du Président BAMBA Cheick Daniel. Après la création du Master en sport spécialité Taekwondo à l’INJS, le Président de la FITKD a personnellement soutenu sous la base de son programme proposé aux Taekwondo ins, prenant en compte ce volet social, la reconversion dans le métier de coach, de tous les anciens athlètes qui le désirent. Logique dans sa méthode et ses actions, Me « ODANE » n’a d’ailleurs pas hésité, a préfinancé la participation effective de six impétrants sur les treize présentés par la Côte d’Ivoire à Dakar. 

Précisons à toutes fins utiles, que la WT accordera une dérogation spéciale sous forme de mise à niveau, à tous les coaches du grade de niveau 1, qui seront présentés par leurs fédérations nationales pour les prochains Jeux Olympiques de 2021. Cette innovation concernant les grades des coaches, n’étant entrée en vigueur que cette année, la WT ne veut pas pénaliser les techniciens titulaires du grade de niveau 1, dont certains sont des entraineurs nationaux depuis plusieurs années.

Sercom FITKD

Football-Olympique-de-Marseille:Pape Diouf est décédé

L'ex-président de l'Olympique de Marseille, Pape Diouf est décédé mardi soir du coronavirus à l'âge de 68 ans. Il était hospitalisé depuis samedi à Dakar, où il avait été placé sous assistance respiratoire. Ancien journaliste dans les années 1980, il fut ensuite agent de joueurs, notamment avec des joueurs du calibre de Basile Boli, Marcel Desailly, William Gallas, Grégory Coupet, Didier Drogba et Samir Nasri, entre autres.En 2004, il devient manager général de l'OM, avant d'être officiellement nommé président en 2005 jusqu'à 2009. Durant cette période, Pape Diouf avait notamment contribué à bâtir l'équipe championne de France en 2010, après 17 années sans titres pour l'OM.

Reportés suite à la Pandémie du Coronavirus /Les prochains Jeux Olympiques auront lieu pratiquement à la même date.

C’est un secret de polichinelle. En raison de la maladie à coronavirus qui sévit un peu partout dans le monde, les Jeux Olympiques de  Tokyo  initialement prévus  du 24 juillet au 9 août 2020 avaient été reportés  en 2021. Sans plus de précision. Depuis hier,  on en sait un peu plus   sur les nouvelles dates de ces 32èmes olympiades qui auront lieu exactement une année après. En effet, ils seront célébrés du 23 juillet au 8 août 2021.  Ainsi ont convenu  le Comité international olympique (CIO), le Comité international paralympique (IPC), le Comité d'organisation de Tokyo 2020, le gouvernement métropolitain de Tokyo et le gouvernement du Japon qui se sont réunis  hier lundi via une conférence téléphonique.   Ils ont également convenu de nouvelles dates pour les Jeux paralympiques, qui seront célébrés du 24 août au 5 septembre 2021. Cette décision a été prise sur la base de trois considérations principales  à savoir protéger la santé des athlètes et de toutes les personnes impliquées et soutenir le confinement du virus COVID-19,  sauvegarder les intérêts des athlètes et du sport olympique et  tenir compte du calendrier mondial des sports internationaux , conformément aux principes établis par la commission exécutive (CE) du CIO le 17 mars 2020 et confirmée lors de sa réunion d’hier . Celles-ci ont été soutenues par toutes les Fédérations Internationales de Sports Olympiques (FI) et tous les Comités Nationaux Olympiques (CNO). Les nouvelles dates, exactement un an après celles initialement prévues pour 2020 (Jeux olympiques: du 24 juillet au 9 août 2020 et Jeux paralympiques: du 25 août au 6 septembre 2020), ont l'avantage  de réduire au minimum   les perturbations sur le calendrier sportif international, dans l'intérêt des athlètes. De plus, ils fourniront suffisamment de temps pour terminer le processus de qualification. Les mêmes mesures d'atténuation de la chaleur que celles prévues pour 2020 seront mises en œuvre.  Par ailleurs, le comité d'organisation de Tokyo 2020 continuera à travailler dur pour le succès des Jeux de l'an prochain. À 512 jours de ces  Jeux, la priorité de tous ceux qui participent au Mouvement sportif doit être de se concentrer sur la sécurité de de leur famille  et amis pendant cette période sans précédent et difficile  de crise sanitaire liée au coronavirus.

Patricia Lyse

S'abonner à ce flux RSS