Présidentielle en Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo pourra-t-il rentrer à Abidjan ?    Guinée : l'Aïd al-Adha au temps du coronavirus    Quatre ans de prison ferme requis contre le journaliste algérien Khaled Drareni    Algérie : quatre ans de prison ferme requis contre Khaled Drareni, journaliste indépendant    Le Niger célèbre les 60 ans de son indépendance    Cinq soldats maliens tués dans une attaque dans le centre du Mali    Covid-19 : regain des infections en Tunisie, qui recense son premier mort depuis mi-juin    Indépendance du Bénin : 60 ans après, quel bilan ?    Football : Didier Drogba finalement candidat à la présidence de la Fédération ivoirienne    Au Zimbabwe, plusieurs arrestations lors d'une manifestation interdite contre la corruption    Côte d'Ivoire : Hamed Bakayoko nommé Premier ministre après le décès d'Amadou Gon Coulibaly    RD Congo : en trois ans, au moins 170 personnes ont été enlevées contre rançon dans l'est du pays    Côte d'Ivoire : le ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, nommé Premier ministre    Covid-19 en Afrique : pour l’OMS, il est urgent de faire respecter les gestes barrières    Tabaski : le rêve de Fatou, l'éleveuse de moutons de Dakar

Sport

Athlétisme : Affaire Okou Rosvitha/Le président de la FIA dit tout

«  Je suis fatiguée. Je baisse les bras  car en France ma vie est devenue bien trop difficile et depuis fin 2019, je vois que  nous sommes toujours dans l’attente de la bourse d’état qui n’a jamais été versée sans compter qu’en cette année olympique, aucune aide n’est attribuée également ». Ce ras le bol,  l’athlète ivoirienne Okou Rosvitha l’a mentionné dans une lettre ouverte adressée à la fédération ivoirienne d’athlétisme et largement diffusée sur les réseaux sociaux. Interrogé pour en savoir davantage sur cette affaire, le président de la Fia, Kouadio Kouamé Jeannot  dit sa part de vérité.

« Le ministre des Sports et le Secrétaire Général  du  Comité National Olympique (CNO) ont le dossier d’Okou. Elle demande  à la fédération d’aller au ministère des Sports  récupérer sa bourse de l’Etat. La   fédération ne peut le faire. Ce sont des dossiers administratifs établis par le ministère qui fait le virement.  Elle fait du chantage pour dire qu’elle n’a jamais reçu de bourse.   En 2012, elle a eu la bourse olympique mais elle n’a pas  pu performer .Donc elle l’a perdue. En 2016, elle a  reçu l’aide financière du Comité national olympique mais elle n’a pu se qualifier pour les Jeux Olympiques de Rio. Elle est née en 86, elle a 34 ans en ce moment .Elle ne peut  plus performer. Il faut réaliser un minima de 12, 86 pour se qualifier pour les Jeux Olympiques.  Même quand elle était en grande forme en 2014 à Marrakech (Maroc) où elle a remporté la médaille d’argent au 100 m haie, elle n’a pu réaliser cette performance. Ce n’est pas maintenant qu’elle a pris de l’âge qu’elle le ferait. Mais sait-on jamais. Elle n’est pas rejetée.  Nous ne  pouvons pas aller au ministère réclamer son argent .L’argent ne passe pas par la fédération », a tranché le président de la Fia.

Patricia Lyse

Tokyo 2020/ Le président du CIO et le Premier ministre du Japon conviennent de reporter les Jeux olympiques à 2021

 C’est officiel.  Les Jeux Olympiques et Paralympiques Tokyo 2020 ont  été reportés à l’été 2021 en raison de la propagation rapide de la maladie à Coronavirus. La décision a été prise hier au cours  d’une réunion amicale et constructive  entre  le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, et le premier ministre du Japon, Abe Shinzo, rejoints  par Mori Yoshiro, président du comité d'organisation de Tokyo 2020; le ministre olympique, Hashimoto Seiko; le gouverneur de Tokyo, Koike Yuriko; le président de la commission de coordination du CIO, John Coates; le directeur général du CIO, Christophe De Kepper; et le directeur exécutif des Jeux Olympiques du CIO, Christophe Dubi. Le président Bach et le Premier ministre Abe ont   exprimé leur préoccupation commune au sujet de la pandémie mondiale de COVID-19, et de ce qu'elle fait dans la vie des gens et de l'impact significatif qu'elle a sur la préparation des athlètes mondiaux pour les Jeux.  Par ailleurs, ils ont salué le travail du Comité d'organisation de Tokyo 2020 et noté les grands progrès réalisés au Japon pour lutter contre le COVID-19. Lundi, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait  déclaré que la pandémie de COVID-19 "s'accélérait". Il y a maintenant plus de 375 000 cas enregistrés dans le monde et dans presque tous les pays, et leur nombre augmente d'heure en heure. Dans ces circonstances et sur la base des informations fournies par l'OMS, le président du CIO et le Premier ministre du Japon ont conclu que les Jeux de la XXXIIe Olympiade à Tokyo doivent être reportés à une date postérieure à 2020 mais au plus tard à l'été 2021, pour protéger la santé des athlètes, de toutes les personnes impliquées dans les Jeux Olympiques et de la communauté internationale. Par conséquent, ils  ont convenu que la flamme olympique resterait au Japon et  que les Jeux conserveraient le nom de Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020.

Patrice SELY

Centre Sportif, Culturel et des TIC Ivoiro-Coréen Alassane OUATTARA/Un atelier assoie les bases de sa gestion

Sous la Présidence du Cabinet du Premier Ministre, s’est tenu du 19 au 20 mars 2020 à Abidjan Riviera-Palmeraie, l’atelier de validation du plan d’affaires du Centre Sportif, Culturel et TIC Ivoiro-Coréen Alassane OUATTARA. L’objectif de l’atelier était d’examiner le plan d’affaires élaboré par le Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD) et de faire des recommandations concernant les cinq axes principaux axes. A savoir :

-          Le statut juridique de l’Organe de gestion du Centre, ses missions, ses organes et leurs attributions respectives ;

-          La place éminente de la la Fédération Ivoirienne de Taekwondo (FITKD) dans la gestion et le fonctionnement du Centre ;

-          L’identification des mécanismes de financement des investissements complémentaires et de la maintenance du Centre et de ses modalités de gestion ;

-          L’attractivité du Centre pour l’organisation d’activités et de formations sportives, culturelles, TIC, etc ;

-          Les normes de maintenance, de durabilité, des charges d’exploitation et des coûts afférents.

- l'élaboration d'un projet d'accord cadre international sur le cente

Les six commissions ont fait des propositions et des recommandations prises en compte dans le rapport final de l’atelier, à l’effet d’asseoir des bases saines et solides, d’une gestion pérenne du Centre Sportif, Culturel et TIC Ivoiro-Coréen Alassane OUATTARA.

il importe de préciser que  cet atelier a été précédé par une  réunion d’adoption des termes de référence dudit atelier , convoquée et présidée par le Directeur du Cabinet du Premier Ministre, M. KOFFI Ahoutou Emmanuel, le 4 mars dernier à la Primature. Les mêmes parties étaient représentées au haut niveau les 19 et 20 mars 2020 à l’Hôtel Belle-Côte. Il s’agit de :

-          La Primature

-          Le Ministère des Affaires Etrangères

-          Le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation

-          Le Ministère de l’Economie et des Finances

-          Le Ministère de la Construction, du Logement et de l'Urbanisme

-          Ministère de l'Economie Numérique et de la Poste

-          Le Ministère de la Culture et de la Francophonie

-          Le Ministère des Sports

-          Le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat

-          Le Bureau National d’Etudes techniques et de Développement (BNETD)

-          La Fédération Ivoirienne de Taekwondo (FITKD)

-          Comité National de Pilotage des Partenariats Public-Privé (CNP-PPP)

-          Cabinet KOFFI-DIABATE (Maitre d’œuvre).

Une assiduité bien notée par M. YAO-BORHEY Casimir, Conseiller auprès du Premier Ministre chargé du Pôle Construction, Logement, Assainissement, Urbanisme et Eau, Président de l’atelier, représentant le Premier Ministre. « C’est avec un réel plaisir que je constate l’assiduité fort remarquable ainsi que les hauteurs de vue des contributions des participants à cet atelier. Je m’en réjouis et au nom du Premier Ministre et du Directeur de son Cabinet, je vous adresse mes chaleureuses félicitations pour le travail accompli », a-t-il indiqué dans son allocution de clôture de l’atelier.

« Vous pouvez en être certains, car Homme d’actions, pétri d’une autre idée du service public et des attentes spécifiques afférentes à ce Projet et à nos partenaires coréens, Son Excellence Monsieur le Premier Ministre ne tardera pas à faire engager toute action permettant de le rendre rapidement opérationnel », ajoutera le Président de l’atelier.

Ils étaient au total quatre Conseillers du Premier Ministre qui ont pris part aux travaux de l’atelier. Au nombre desquels M. Thomas Arthur COULIBALY, Conseiller auprès du Premier Ministre chargé de l’Industrie et des Investissements Privés, qui a présidé avec un grand professionnalisme, le Comité Scientifique. Le Directeur Général du Budget de l’Etat, le Directeur Général de l’Administration du Territoire (DGAT), deux Ambassadeurs du Ministère des Affaires Etrangères, l’Inspecteur Général, le Conseiller chargé de la Professionnalisation du Sport, les Directeurs de la Professionnalisation du Sport et des Affaires Juridiques du Ministère des Sports, et bien d’autres hauts cadres du public et du privé, ont relevé le niveau des travaux.

Sercom FITKD

 

 

Scrabble : Simultané mondial des jeunes 2020 /Bancé Alimatou et Beda Fabiola, les meilleures

La Côte d’Ivoire a organisé le samedi 14 mars dernier, à la médiathèque Henriette Dagri Diabaté du groupe scolaire Djè-loukou d’Attecoubé, ‘’son’’ Simultané mondial des jeunes (SMJ) 2020. Trente et un (31) jeunes scrabbleurs (14 à 18 ans, filles et garçons) ont participé à cet important rendez-vous, Au sortir des deux parties de duplicate (variante de jeu qui fait appel aux connaissances réelles du compétiteur et laisse moins de marge au facteur chance), deux filles se sont brillamment distinguées. Il s’agit de Bancé Alimatou chez les élèves du secondaire et Beda Fabiola au niveau du primaire.

Plusieurs fois championne de Côte d’Ivoire et 30è mondial de sa catégorie, Bancé Alimatou (17 ans, en classe de Terminal A) a d’abord récolté 366 points à la première partie (12 coups) avant d’élever son niveau de jeu jusqu’à obtenir 369 autres points. Ce qui fait un cumul de 735 points au total. Côté des scrabbleurs du primaire, Beda Fabiola  (9 ans, classe de CM2), a engrangé 232 points à la première partie. Et 226 points pour à dernière partie. Avec un cumul de 458 points, elle a logiquement pris la tête. Fait inédit chez cette joueuse, c’est qu’elle a réalisé un « solo » lors des 12 premiers coups (seule à trouver un mot juste de l’ordinateur avec tous les points). A la grande satisfaction des membres de la Fédération Ivoirienne de Scrabble (FIS) qui n’ont pas hésité à l’encourager. Au classement final de ce SMJ 2020 et pour le trio de tête, Bancé Alimatou a été leader (1ère). Monin Yapi, 2è. Suivi de Yapo Wilfried qui a gravi la 3è marche du podium. Au primaire, Beda Fabiola a occupé la 1ère marche du podium. Suivie de Lingané Kady (2è) et d’Eunice (3è).

Présent à cette compétition, Wombléon Simon Pierre, Chef de cabinet du maire d’Attecoubé, Danho Paulin, a encouragé les jeunes scrabbleurs à persévérer dans la pratique de ce jeu cérébral. « C’est un jeu qui développer l’esprit de réflexion…Il faut lire beaucoup, car tout part de la lecture. Le scrabble permet de vous concentrer...Je constate qu’il y a beaucoup de jeunes filles. C’est bien car, ce jeu va vous apporter beaucoup », a-t-il conseillé. Parrain de la 7è édition des SMJ, Yao Bruce, Chef de Cabinet au Ministère des Sports, a également abondé dans le sens des encouragements. Ces deux personnalités proches du ministre en charge des sports de Côte d’Ivoire, ont promis tout mettre en œuvre afin que Danho Paulin puisse recevoir les six meilleurs scrabbleurs. 

Ce qui a réjoui forcément le cœur du président de la commission scrabble scolaire et jeune de la FIS, Diarrassouba Yacouba. Pour ce dernier, « le fait que les enfants puissent se retrouver presque toute la journée pour jouer au scrabble, est un plaisir. Le plaisir d’apprendre en jouant. Le plaisir de participer à une compétition internationale. Les parents étaient là également et ils ont apprécié le savoir-faire de leurs enfants. C’est fabuleux ! ».

Notons que cette compétition vient en prélude au championnat du monde de scrabble qui sera organisé en Côte d’Ivoire du 18 au 27 juillet prochain. Le SMJ est un tremplin donc qui permettra à la commission de présélectionner ceux qui représenteront la Côte d’Ivoire à l’évènement mondial.

 

 

Développement de l’Athlétisme /La FIA bénéficie de l’expertise du Centre africain d’Athlétisme de Dakar

Amadou Dia Ba, Directeur du Centre Africain de Développement de l’Athlétisme (AADC) de Dakar (Sénégal) et vice-champion olympique du Sénégal, a eu une séance de travail avec la Fédération Ivoirienne d’Athlétisme (FIA), mercredi 11 mars 2020, au Novotel. Objectif de cette rencontre, échanger avec les responsables de la Fédération sur les perspectives de la discipline et analyser ensemble les pistes de de collaboration entre les deux structures. Le président Jeannot Kouamé Kouadio avait à ses côtés le DTN Poda Sié, Mmes Akatty Lucie, officielle et Agbo Florence, vice-présidente et chargée du genre à la FIA. Les échanges ont porté sur les possibilités pour la Côte d’Ivoire d’avoir des entraîneurs d’athlétisme hautement qualifiés afin de mieux encadrer les jeunes athlètes. Il a été question également d’avoir des officiels de qualité lors des compétitions et du genre.  « Dans notre système, nous avons un séminaire réservé uniquement au genre et particulièrement aux jeunes filles », a indiqué Amadou Dia Ba. C’est donc à juste titre que Mme Agbo Florence a exposé la vision de la fédération en faveur des athlètes filles.

 Au sortir de ce conclave, le Directeur du Centre Africain de l’Athlétisme de Dakar s’est dit satisfait du bon déroulement de la rencontre.  « Le président Jeannot et moi avions l’habitude de travailler à distance par courrier ou avec des mails. Mais là, j’ai tenu à effectuer le déplacement pour le rencontrer. La FIA a formulé des doléances pour avoir des entraineurs très qualifiés ici afin de mieux encadrer les athlètes et avoir des officiels qualifiés pour mieux officier les compétitions, c’est légitime », a déclaré Amadou Dia Ba qui a relevé le dynamisme de l’athlétisme ivoirien sous l’ère Jeannot Kouamé. « Il y a eu de bons résultats aux derniers Jeux Africains et depuis qu’il est là, les athlètes ivoiriens font notre fierté au niveau de la francophonie…Au niveau international, il y a Murielle Ahouré, Ta Lou et les autres. Pour tout cela, il faut le féliciter et je pense que nous allons bien travailler », a-t-il ajouté.  Cependant, le Directeur du centre de Dakar reconnaît l’importance des moyens financiers pour développer davantage la discipline. « Nous allons voir le Comité olympique et discuter avec eux et voir si possible avec des amis que nous avons au niveau du ministère pour qu’on puisse nous donner plus de moyens. Parce que sans moyens, on ne peut rien faire. Il faut des moyens pour pouvoir développer d’autres Ta Lou, d’autres Murielle Ahouré, d’autres Gabriel Tiacoh, d’autres Méité Ben. Le président Jeannot est capable de le faire d’autant que c’est un ancien athlète… il faut lui donner les moyens de pouvoir relancer l’athlétisme en Côte d’Ivoire », a-t-il indiqué.

A la suite de M. Amadou Dia Ba, le président de la Fédération Ivoirienne d’Athlétisme (FIA), Jeannot Kouamé a jugé cette séance de travail « très fructueuse » parce que « le centre de Dakar est un centre de référence et nous avons eu des athlètes de renom tels qu’Alou Amandine, Sakanoko Makaridja, Cissé Gue, Ta Lou qui y sont passés. C’est un centre qui a de l’expérience. Nous avons la chance d’avoir à sa tête un monsieur qui a de l’expérience aussi. Il a été ancien olympien, il a dirigé le CRD de Dakar, aujourd’hui il est à la tête du AADC. Nous sommes venus faire ce travail pour bénéficier de son expérience et pour que nous puissions marcher dans les mêmes pas et avoir les mêmes objectifs que ce centre », selon le patron de l’athlétisme ivoirien. Poda Sié, le DTN, a abondé dans le même sens que le président Jeannot Kouamé.  Pour lui, la collaboration avec le centre de Dakar est une aubaine pour la Côte d’Ivoire et ses athlètes.

Notons qu’Amadou Dia Ba a lancé sa carrière en Côte d’Ivoire sur le 400 m haies où il a brillé avant d’aller aux JO. Il connaît bien l’athlétisme ivoirien pour avoir aussi partagé les pistes en compagnie d’athlètes dont feu Gabriel Tiacoh.

 Sercom FIA

Coronavirus / Le doute plane sur les Jeux Olympiques selon le président Kouamé Jeannot

Apparue en Chine en décembre 2019, la maladie à Coronavirus (COVID-19) s’est propagée dans une trentaine de pays et a occasionné au 28 février 2020, plus de 83000 malades et 2 867 décès, avec un impact socio-économique considérable. Après la Chine, deux (02) autres foyers épidémiques ont été déclarés en Corée du Sud et en Italie qui a été placée en quarantaine depuis 48 heures. Un cas a été détecté au Nigéria le 28 février 2020 et le risque de propagation de la maladie est devenu de plus en plus grand. Face à cette situation, les Etats ont décidé de prendre des mesures radicales allant jusqu’à l’annulation des regroupements culturels, sportifs, économiques et politiques.

Les prochains Jeux Olympiques d’Eté prévus du 24 juillet au 9 août 2020 à Tokyo (Japon) sont également menacés. Tant et si bien que l’on se demande s’ils auront bel et bien lieu. Le Comité Olympiques se prononcera sur la question dans deux mois selon le président de la Fédération Ivoirienne d’Athlétisme (FIA), Kouadio Kouamé Jeannot qui nous a donné l’information lors des Interclubs de la Zone A qui ont lieu le 7 mars 2020, au stade Félix Houphouët-Boigny.

« Les championnats du monde en salle, une des compétitions préparatoires aux Jeux Olympiques ont été reportées à l’année prochaine à cause du Coronavirus. C’est donc une opportunité de compétition en moins. Cette année, nos compétitions au plan international, prévues dans la cadre de la préparation des jeux Olympiques, seront bouleversées. II y a deux meetings prévus en Mai en Chine et je ne suis pas sûr qu’ils puissent se tenir .Il y a d’autres meetings en Europe mais aujourd’hui, on nous demande d’éviter les regroupements vu que la maladie est en train de prendre de l’ampleur. Nous sommes donc un peu inquiets pour les Jeux Olympiques. Dans deux mois, ils vont se prononcer sur la question. Ce n’est même pas sûr que nous puissions faire ces Jeux. Alors que nous avons deux athlètes qui sont matures et qui sont certainement à leur dernière grande compétition. Cette année, nous avons donc la chance d’avoir des médailles mais si c’est reporté à l’année prochaine, ce sera un peu difficile pour nous », a confié le président de la Fédération ivoirienne d’athlétisme.

Patricia Lyse

S'abonner à ce flux RSS