Le roi Mohammed VI gracie Hajar Raissouni, la journaliste condamnée pour avortement illégal    La diaspora africaine, un nouvel État ?    Sommet africain sur le climat : "Au Tchad, on enregistre déjà 48°C à l’ombre"    Élections au Mozambique : le nouvel eldorado africain du gaz (3/3)    L'Égypte voit descendre dans la rue "les enfants de la révolution de 2011"    Élections au Mozambique : une campagne d'une violence inédite (2/3)    L'analyse de notre correspondant Karim Yahiaoui à Tunis    Élections au Mozambique : des ONG musulmanes au chevet de la population (1/3)    Présidentielle en Tunisie : l'austère Kaïs Saïed porté au sommet de l'État    Kaïs Saïed donné gagnant de la présidentielle tunisienne, revivez la soirée électorale    Sans enthousiasme, les Tunisiens votent pour la troisième fois en un mois    Présidentielle en Tunisie : un concours de cuisine incite les femmes des zones rurales à voter    Attaque meurtrière contre une mosquée dans le nord du Burkina Faso    Le Nobel de la paix à l'Éthiopien Abiy Ahmed : un "encouragement" prématuré ?
Infosivoir

Infosivoir

Yamoussoukro-Malgré la présence remarquable des forces de l’ordre/ A 72h du meeting du Pdci-Rda, la fièvre monte, monte et monte

Le samedi 19 octobre 2019, le Parti du président Henri Konan Bédié va confirmer sa popularité dans la capitale du bélier. A 72 heures de cet événement aussi historique que celui du 14 septembre dernier au palais des sports de Treichville, la fièvre monte. Selon des informations sur place, tout est fin prêt pour la tenue du giga meeting du Pdci-Rda à la place Jean Paul II de Yamoussoukro.

Cependant, quelques interrogations trottinent dans l’esprit des militants. Il s’agit de la présence subite et impressionnante des forces de l’ordre dans la capitale du Bélier. Si, selon des sources officielles il s’agit d’un exercice militaire programmé depuis longtemps, pour les militants du parti doyen, il s’agit plutôt de manœuvre d’intimidation afin de freiner l’ardeur des militants.

JCAK, joint par téléphone ce mercredi 16 octobre confirme effectivement la présence dans toute la capitale politique d’un nombre impressionnant de corps habillés en tenue pour certains et en cagoule pour d’autres. « Nous ne comprenons pas pourquoi le pouvoir en place a choisi cette même période que le Pdci-Rda pour parler de manœuvre militaire dans la ville. Pour nous ce n’est qu’une provocation de trop. Mais quel que soit ce qui va se passer, notre meeting se tiendra et nous allons démontrer que le Pdci-Rda et le maitre du terrain dans le V baoulé. »

« Cette fois-ci, s’ils veulent, qu’ils nous tuent tous, mais nous n’allons pas reculer et le Pdci-Rda va gagner le pari de la mobilisation » a soutenu dame K A elle aussi joint par téléphone. Pour Y R, ces soldats qui sont arrivés dans la ville ont pu remarquer que la ville bouillonne et la ferveur monte. Les militants du Pdci-Rda en particulier, mais toute la population a soif de communier avec le président Bédié et rien ne pourra les arrêter.

T L, commerçant, quant à lui reconnait qu’à 72 heures de cet événement, tout bouge dans la ville de Yamoussoukro et jure qu’il fera de très bonnes affaires, parce qu’à Yamoussoukro, c’est le Pdci-Rda.

Etienne Atta avec l’héritage

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Alépé- Pour la victoire du Pdci-Rda en 2020 / La Jeunesse du parti de Bédié formée aux rudiments des élections

« Un individu mal formé est un danger pour la société et la jeunesse aujourd'hui constitue la tranche de la population la plus importante. » C’est en faisant sien cet adage que le samedi 05 Octobre 2019, la coordination communale de la jeunesse urbaine du PDCI-RDA d’Alépé dirigée Dr ANAMAN NARCISSE, Député suppléant, 1er Vice-président du Bureau National de la JPDCI URBAINE et membre du Bureau Politique a organisé un atelier de formation à l’attention de la jeunesse militante du PDCI-RDA d’Alépé sur le thème : «LA JEUNESSE DU PDCI-RDA FACE AUX DEFIS DE 2020».

Après le mot de bienvenue du président du comité d’organisation, M. N’DOUFFOU Donald, l’instigateur de la cérémonie, Dr ANAMAN NARCISSE a donné les raisons de cette rencontre. Il s’agit, selon lui, de former les militants du PDCI-RDA, surtout les jeunes pour qu’ils aient les rudiments nécessaires pour mieux appréhender 2020.

« Une mise à niveau du personnel politique de la coordination doit se faire à partir de cette formation», a-t-il souligné. M. AKE BOUE JEAN-MARIE, Délégué Départemental du PDCI-RDA d’Alépé 1 a souhaité la bienvenue à la délégation venue d’Abidjan. Il a saisi l’occasion pour demander aux jeunes de se forger un moral de conquérant pour faire triompher le PDCI-RDA en 2020.

Trois sous-thèmes « La jeunesse ivoirienne face au défi de 2020 », « Leadership », « Marketing de soi », animés par trois (3) panélistes dont KOUAKOU GUSTAVE, Secrétaire à l’Organisation du Bureau Exécutif National de la JPDCI Urbaine représentant VALENTIN KOUASSI, Président national de la JPDCI Urbaine, DE SOUZA SERGES PATRICK, Président national des jeunes de l’USD et OBROU SYLVESTRE ont permis d’outiller la jeunesse militante venue nombreuse dans la salle de la Maison du Parti d’Alépé. Prenant la parole au nom du Président VALENTIN KOUASSI, KOUAKOU GUSTAVE a fustigé le comportement du pouvoir d’Abidjan qui tend à bâillonner l’opposition. Attitude contraire à une réconciliation vraie et une paix durable en Côte d’Ivoire.

Une série de questions-réponses a meublé cette formation qui a eu l’assentiment de tous ces militants venus prendre part à cet atelier. Une perspective sur la prochaine activité de la coordination communale de la JPDCI Urbaine d’Alépé a été évoquée par BANHIET PRINCE qui devra permettre à tous les militants de faire des dons de sang qui pourront sauver des vies. Sur place, Dr ANAMAN NARCISSE fut le premier à s’inscrire sur la liste parce que, dira-t-il, « SAUVONS DES VIES, SAUVONS NOS POPULATIONS, SAUVONS NOS MILITANTS » L’atelier a pris fin par une remise de don à certains militants du PDCI-RDA.

Sercom

Cgeci Academy 2019/ Le Dg de l’Afor instruit les entreprises

C’est indéniable. L’absence de sécurité paralyse les activités économiques et freine les investissements. Comment  donc  garantir un environnement sécuritaire durable pour les entreprises ? Tel est le thème du panel  animé   par  le ministre Bamba Cheick Daniel, Directeur Général de l’Agence foncière rurale (Afor) ,  le commissaire Timité Namory ,  le Colonel GUELPETCHIN Ouattara  et  Touré Cheick Daniel du secteur privé le lundi 14  octobre 2019,  au Sofitel Hôtel Ivoire  à l’occasion de la Cgeci Academy  2019.   Le Directeur Général de l’Afor, Bamba Cheick Daniel  a éclairé la lanterne des participants sur la propriété foncière rurale.  A la question de savoir à qui appartient la terre,   le Dg de l’Afor  a répondu  que  la terre appartient à la collectivité, à la communauté.  La loi ayant consacré les droits coutumiers, la terre appartient  également au propriétaire coutumier. Mais il faut  en  faire la preuve.  

Créée par décret n° 2016-590 du 03 août 2016, l’Agence Foncière Rurale  vise à mettre en œuvre la loi n°98-750 du 23 décembre 1998 relative au domaine foncier rural. Ses missions  sont diverses et variées. Ce sont entre autres la mise en place du dispositif opérationnel d’application de la loi et la prise ou la proposition de mesures tendant à faciliter la mise en œuvre de la loi ; la formation des acteurs de la mise en œuvre de la loi de 1998 relative au domaine foncier rural ; l’exécution des actions de sécurisation du foncier rural, notamment par la conclusion de conventions ; le conseil aux pouvoirs publics sur toutes les questions liées à la gestion du domaine foncier rural ; le recensement et la sécurisation du patrimoine foncier rural de l’Etat ; la requête de l’immatriculation des terres rurales et la préparation des baux emphytéotiques à la signature du Ministre chargé de l’Agriculture ainsi que la gestion des baux, la mobilisation des ressources pour la mise en œuvre des actions de sécurisation du domaine foncier rural ; la préparation à la signature de l’autorité administrative compétente des certificats fonciers ; la contribution au règlement des conflits fonciers  et  la programmation, la coordination, l’animation et l’assurance du suivi de toutes les actions tendant à la sécurisation des terres rurales . Tout ceci vise à faire en sorte qu’il n’y ait pas de remous sur le sol.

Pour sécuriser les investissements industriels ou agricoles en milieu rural, quelle est la démarche ainsi que les mesures à prendre? Selon le ministre, il faut  contacter la Direction Générale de l’Agence Foncière Rurale (AFOR) pour conseils et orientation .Par ailleurs, note-t-il, la meilleure manière d’être sécurisé dans un processus de partenariat public privé (PPP), l’industriel doit faire établir un certificat foncier au nom du détenteur de droits fonciers coutumiers. Aussi,            l’AFOR encourage vivement que l’investisseur appuie la réalisation de la délimitation du territoire du village concerné, si d’aventure ce village n’était pas délimité et commande la prudence car sur le terrain, il existe plusieurs intermédiaires, « facilitateurs » qui ne sont peut-être pas les bonnes personnes à contacter. Faisant une précision, le Dg de l’Afor  rappelle qu’en 2 ans, la structure qu’il dirige a  délivré 6 421 certificats fonciers  sur 1 500 000 et  procédé à la délimitation et au bornage  de  3 062 territoires de villages officiellement reconnus. In fine, le Directeur général de l’Afor  travaille à faire en sorte que chaque lopin de terre ait un papier et possède des signatures d’actes inattaquables.

 Patricia Lyse

Marathon de Côte d’Ivoire 2019/ ‘‘Le Prix Entreprise’’ parmi les grandes innovations

C’est le vendredi 15 novembre 2019 que se déroulera le « Marathon de Côte d’Ivoire ». Le lancement officiel de  la 5ème édition de cet événement sportif qui a pour thème : « La santé pour tous » a eu lieu le lundi 14 octobre à l’hôtel Novotel d’Abidjan-Plateau. C’était en présence de M.  Samuel Mobio, représentant le parrain Beugré Mambé, gouverneur du district d’Abidjan, du ministre des sports, Danho Paulin, du représentant du ministre du tourisme et  des loisirs et des représentants des sponsors et partenaires. Le président du Comité d’Organisation du Marathon de la Ville d’Abidjan (Comida) Victor Yapobi a d’abord situé les enjeux de cette rencontre sportive. « Notre volonté est de faire du Marathon de Côte d’Ivoire  une véritable compétition internationale inscrite au calendrier international des Marathons dans le monde dans les trois années à venir», a fait savoir Victor Yapobi avant de préciser que l’un des objectifs majeurs est d’établir un capital confiance entre les différents sponsors, partenaires et donateurs.

Comme innovation pour cette 5ème édition, le Comida, selon son président,  a décidé d’instaurer un ‘‘Prix entreprise’’ qui sera uniquement consacré aux entreprises qui se seront inscrites pour courir sous leurs couleurs. Et d’expliquer que l’entreprise qui placera parmi les dix premiers le plus d’employés à l’arrivée sera déclarée vainqueur et repartira avec un trophée. Autre innovation, le renforcement du nombre des contrôleurs et de jalonneurs avec l’expertise de la Fédération ivoirienne d’Athlétisme (FIA), ainsi que le renforcement de la sécurité et de la santé. Le ministre des sports Danho Paulin a félicité et encouragé les organisateurs de cet évènement sportif qui en quelque temps seulement a atteint une vitesse de croisière à saluer. Selon lui, la date du 15 novembre est symbolique car il s’agira  de célébrer la paix à travers le sport et la santé. Pour lui, plus que jamais, le sport doit permettre aux Ivoiriens de se retrouver en bonne santé. En procédant au lancement officiel de la 5ème édition de ce grand événement sportif qui attend 20 000 marathoniens,  M. Samuel Mobio, vice-gouverneur représentant le parrain Beugré Mambé, gouverneur du district d’Abidjan a félicité les organisateurs qui , selon lui, ont au-delà de la simple énonciation sportive, permis à leur manière de vivre de bon moment festif de bien-être et de cohésion  sociale. Il faut noter que comme aux éditions précédentes, hormis le marathon qui fait 42 km, le Comida a conservé les circuits de 3 km pour les jeunes de plus de 12 ans, les femmes et certaines personnes, 10 km qui est un circuit pour les hommes et les femmes qui ont une bonne pratique de la course à pied et le semi-marathon de 21 km qui est  fait pour certaines personnes et les corps habillés. L’inscription se fait uniquement en ligne sur le site : www.MARATHONDECOTE DIVOIRE.COM.

Nina Coulibaly

S'abonner à ce flux RSS