Le Kenya vote pour élire un nouveau président    Mali : plusieurs morts dans une attaque jihadiste à Tessit    La justice marocaine favorable à l'extradition du Français Sébastien Raoult aux États-Unis    Tchad : la junte signe un accord avec des factions rebelles et lance un dialogue national    Kandy Guira, la voix du Burkina électro-pop qui défend le vivre-ensemble    Présidentielle au Kenya : l'heure du bilan pour Uhuru Kenyatta    Côte d'Ivoire : les ex-présidents Bédié et Gbagbo absents de la fête de l'indépendance    Diplomatie américaine : Antony Blinken en Afrique pour contrer l'influence russe    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara gracie l'ancien président Laurent Gbagbo    Présidentielle au Kenya : fin d'une campagne dominée par la crise économique    La région du Mont Kenya au cœur de la campagne présidentielle    Pour la RD Congo, "les dénégations du Rwanda ne valent plus rien" après le rapport de l'ONU    Pour Rached Ghannouchi, le référendum constitutionnel en Tunisie est "un échec"    Mali : l'ONU accuse des soldats maliens et "blancs" d'être impliqués dans la mort de 33 civils    Législatives au Sénégal : le camp présidentiel perd sa majorité absolue

Kickboxing - Wako Ouest Afrique/Les athlètes ivoiriens peaufinent les derniers réglages

Kickboxing - Wako Ouest Afrique/Les athlètes ivoiriens peaufinent les derniers réglages

En prélude à la compétition Wako qui va  se dérouler  en Côte d’Ivoire du 6 au 10 juillet 2022, la fédération ivoirienne de kick Boxing a débuté la préparation de ses athlètes. 40 athlètes dont 7 femmes prennent part au stage de préparation  qui a débuté depuis plus de trois. Cette préparation qui se déroule sous la houlette du grand Maître précurseur de cette discipline et du coach national, se tient à l’Agora de Koumassi. Tout est passé au peigne fin pour permettre aux  combattants d’être prêts pour cet évènement. Combat au corps à corps, gym, technique spéciale, tout y passe. L'enjeu de ce tournoi est de promouvoir le Kick Boxing afin de préparer les jeunes  africains en général et ceux de la Côte d’ivoire en particulier, aux prochains Jeux Olympiques qui  enregistrent l’intégration de cette discipline. Les dirigeants ont mis les grands plats dans les petits  afin d’offrir une belle fête à tous les amoureux du kick boxing. Pour cet événement, 13 pays ont déjà confirmé leur présence. Cette mobilisation est  le fruit de la  Ligue Sportive Ivorian Fighting One Championship (IFOC) et la  Fédération Ivoirienne de Kick boxing (FIKB-DA) qui ont décidé de conjuguer leurs efforts afin de développer le Kick boxing partout en Côte d’Ivoire. Il s’agira de transformer le sport en un véritable canal de développement culturel et professionnel. Notre enjeu est de  nous intégrer dans la dynamique du réveil sportif sonné par les activités de la World Association of Kick boxing Organisations (WAKO). Ainsi, l'enjeu de ce tournoi est de promouvoir le Kick Boxing afin de préparer les jeunes  Africains en général et ceux de la Côte d’ivoire en particulier, aux futurs Jeux Olympiques.  Pour le représentant du Wako Afrique de l’Ouest, «  c’est une grand’messe que nous voulons offrir à nos pairs de la sous-région qui viendront. Une chose est claire il y aura de l’étincelle dans l’air pour ses deux grands show »

Quant au président de la Fédération Ivoirienne de Kickboxing,  il espère partager la convivialité ivoirienne à  ses hôtes. « Notre discipline a juste besoin d’un peu de promotion car nous avons beaucoup d’adeptes et d’amoureux.  Nous sommes dans un élan de promotion et de vulgarisation de notre art qui est prisé par les  Ivoiriens. Nous disons grand merci au président de la Wako qui a offert deux ceintures à la Côte d’Ivoire à l’occasion de ce  tournoi. Nous nous donnerons les moyens de placer le kickboxing dans le top 5 des sports les plus pratiqués dans notre pays ». Après ce tournoi, l’équipe fédérale compte organiser plusieurs formations, stages et le championnat.

P.L

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut