En Tunisie, un code électoral "taillé sur mesure pour éliminer certains candidats"    Journée mondiale des réfugiés : "Quand je joue au foot, je me sens grand"    Bénin : mesures coercitives à l'encontre de l'ancien président Thomas Boni Yayi    Soudan : la procureure de la CPI demande qu’Omar el-Béchir soit maintenant remis à La Haye    Premières inculpations pour le massacre de Garissa en 2015 au Kenya    À cinq mois de la présidentielle, la Tunisie durcit le code électoral    L'analyse de notre correspondante à Bamako    Des dizaines de morts dans de nouvelles attaques dans le centre du Mali    L'économie, enjeu du scrutin présidentiel mauritanien    Au Soudan, les lutteurs de retour sur le ring malgré les violences    L'ONU demande une enquête indépendante sur la mort de Mohamed Morsi    Bénin : retour au calme à Tchaourou    L'ex-président égyptien Mohamed Morsi meurt après un malaise au tribunal    Un attentat attribué à Boko Haram fait plusieurs dizaines de morts au Nigeria    Présidentielle en Mauritanie : les Haratines, descendants d'esclaves toujours discriminés

Fifa/Gianni Infantino réélu

Fifa/Gianni Infantino réélu

A l'occasion du 69e Congrès de la FIFA, qui s'est déroulé ce mercredi à Paris, Gianni Infantino a été réélu par acclamation pour un deuxième mandat à la tête de l'organisation faîtière du football mondial. Le Suisse, qui a succédé à Sepp Blatter en 2016, était seul candidat à sa succession. Son mandat court désormais jusqu'à 2023. « Aujourd'hui, personne ne parle plus ni de crise ni de scandale, ni de reconstruire la FIFA, mais de football, avait affirmé Infantino en début de matinée. Rappelez-vous le Congrès d'il y a quatre ans... La FIFA était une marque toxique, presque criminelle. Elle est maintenant ce qu'elle doit être: une organisation qui développe le football, synonyme de crédibilité, de confiance, d'intégrité et d'égalité sociale ».

 Le président de la FIFA avait présenté dans la matinée le bilan financier du cycle 2015-2019, très largement positif puisqu'il a produit 6,4 milliards de dollars, montant inédit. « Nous ne devons pas avoir honte de développer les recettes », a déclaré Infantino en mentionnant l'élargissement prévu de la Coupe du Monde à 48 sélections, la refonte programmée d'un Mondial des clubs et les versements d'aide accordés aux fédérations membres (1,1 milliard de 2016 à 2018). Le président de la FIFA a également mentionné son combat contre la corruption (« Il n'y a plus de possibilités pour la corruption. C'est tolérance zéro ! ») et pour l'égalité entre les femmes et les hommes (« Nous avons 20% de femmes présentes dans tous les comissions de la Fifa. Seulement 20% ? Oui, mais avant ce n'était que 4% ! Nous devons être meilleurs dans ce domaine, nous le serons »).

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut