Crise sanitaire en France : "Le coût faramineux des économies à l'hôpital"    Génocide rwandais : après son arrestation en France, Félicien Kabuga saisit le Défenseur des droits    Covid-19 : la Tunisie adapte l'Aïd el-Fitr aux mesures de sécurité sanitaire    Décès du "griot électrique" Mory Kanté, chanteur et musicien guinéen    Génocide rwandais : les restes d'Augustin Bizimana, l'un des principaux suspects, retrouvés au Congo    La France avance encore vers la fin du Franc CFA    Au Kenya, le Covid-19 complique l'accès au traitement des malades du sida    Entre la Chine et le Zimbabwe, la diplomatie du coronavirus    Elections au Burundi : triple scrutin en pleine pandémie    Après le coronavirus : vers une crise alimentaire mondiale ?    Génocide rwandais : quatre jours après son arrestation, Félicien Kabuga comparaît à Paris    Covid-19 : l'Afrique subsaharienne lutte contre la stigmatisation des malades et des soignants    Libye : les forces du maréchal Haftar se replient aux abords de Tripoli    "En Algérie, un musellement de la presse de plus en plus oppressant"    Covid-19 : des millions d'Africains "pourraient basculer dans la pauvreté extrême", craint l'ONU

Formation /Anthony Koffi instruit les journalistes sur les dangers du dopage

Formation /Anthony Koffi instruit les journalistes  sur les dangers du dopage

L’atélier de formation des journalistes était à son troisième jour, ce jeudi  matin, à la salle de conférence du stade Félix Houphouët-Boigny . Après Murielle Ahouré, la Directrice de communication de l’IAAF et l Pr. Constant Roux, Anthony Koffi, expert conférencier IAAF et Confejes, a instruit les  hommes de médias sur  les dangers du dopage. L’intervention d’Anthony Koffi a porté sur la définition et les conséquences du dopage. A l’en croire, « toute méthode ou manipulation pharmacologique, chimique et physique ayant pour but d’améliorer les performances de l’athlète relève du dopage ». Dans cette optique, l’athlète doit faire attention à ce qu’il boit, mange, prend comme médicaments pour se soigner et utilise pour sa pommade…Egrénant la liste des substances interdites, le conférencier a fait cas des stéroïdes, des stimulants (cannabis, amphétamines…), de la caféine, de la cola, des médicaments contre l’asthme,  des médicaments ORL…et certaines hormones (croissances, pilulles). La prise de ces élements dopants ont évidemment des effets psychologiques. Ceux-ci vont de l’augmentation de l’agressivité, au trouble du sommeil en passant par l’augmentation de la motivation. Chez les hommes, l’usage de produits dopants peut entraîner l’hypertension artérielle, l’acné facial, la calvitie anticipée, le changement des lipides sanguins, l’atrophie testiculaire voire la stérilité. Au niveau des athlètes dames, le dopage peut entrainer l’apparution de la voix grave, l’hypertrophie du clitoris, la dimunition de la taille des seins, la supression des menstruations. La stérilité est une autre conséquence de l’utilisation des substances dopants.

Au terme de son exposé, Anthony Koffi a conclu qu’ « on peut être champion sans se doper ». Pour ce faire, il  recommande aux athlètes de manger utile, de bien dormir, de prendre les compléments alimentaires conventionnels et d’équilibrer leur système fonctionnel.  Le conférencier a surtout fait savoir qu’il y a une vie après la carrière d’athlète. Il conseille donc de s’éloigner du dopage et de tout ce qui peut faire qu’il  soit contrôlé positif. Ce, pour ne pas être sanctionné et avoir un corps sain.

 Affia Marie avec  GMT

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut