Libye : le maréchal Haftar en Grèce pour des pourparlers avant la conférence de Berlin    Guinée : début de la campagne pour les législatives dans un contexte tendu    Côte d'Ivoire : inquiétudes pré-électorales à dix mois de la présidentielle    Barrage sur le Nil : vers un compromis entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan    CAN 2021 : la compétition se tiendra de nouveau en hiver    Le barrage éthiopien sur le Nil embourbé dans des médiations sans fin    En Tunisie, neuf ans après la révolution, la démocratie piétine    Soudan : des soldats tués lors d'une "rébellion" au sein des services de sécurité    Tunisie : 9 ans après la révolution, la pauvreté fait toujours des ravages    En Libye, la Russie en quête d'influence    D'Abidjan à Paris, retour sur le parcours de l'enfant retrouvé mort dans un train d'atterrissage    Libye : le maréchal Haftar a quitté Moscou sans signer l'accord de cessez-le-feu    Libye : des "progrès" à Moscou mais pas encore d'accord formel de cessez-le-feu    Sommet du G5 Sahel à Pau : Macron annonce l'envoi de 220 soldats supplémentaires

Sport

Sport / Alépé : Le stade de football d’Oghlawapo livré samedi 1er février

L’association Visions Actives Jeunesse et Développement (VAJED) procédera, le samedi 1er février prochain, à la livraison d'un stade Olympique de football d’Oghlwapo dans le département d’Alépé, à 55km au Sud-Est d’Abidjan, première phase de la construction de son Complexe sportif. Après, seulement, 5 ans d’existence, VAJED qui œuvre pour le développement local d’Oghlwapo à travers la mise en œuvre de projets d’éducation populaire, sportive, culturelle, et d’insertion socioprofessionnelle des jeunes, va marquer les esprits par l’inauguration de ce stade.

L’infrastructure sportive, selon la présidente de VAJED, Mme Coulibaly Anne, ouverte aux joueurs professionnels, comprend des terrains de sport collectif, notamment, le football, le handball, le basketball et le volleyball ainsi qu’une piste d’athlétisme et une piscine semi-Olympique’’. ‘’Nous venons de terminer les travaux du stade de football. Et c’est ce terrain qui sera livré le samedi 1er février’’, précise-t-elle, exprimant la gratitude de VAJED à APACI (Amitié Partage Avec la Côte D'Ivoire) une association amie basée en France qui a supporté une partie des coûts des travaux évalués à 16 000 000 F CFA Créée en 2014, l’association VAJED est particulièrement impliquée dans l’assistance, l’accompagnement et la formation des jeunes, avec la ferme conviction d’être un moteur d’amélioration des conditions de vie des populations rurales.

‘’Notre objectif est de mobiliser et d’impliquer les jeunes autour de projets contribuant au développement local et à la redynamisation sociale et économique de la région’’, souligne Mme Coulibaly qui appelle à la mobilisation des filles et fils d’Oghlwapo pour donner un cachet particulier à cette cérémonie. Par ailleurs, elle lance un appel aux bonnes volontés pour aider cette jeune association dans la réalisation de ses projets de développement d’Oghlwapo.

Etienne Atta

Football/Olivier Issa Schmitt, ivoiro allemand veut intégrer la sélection de Côte d’Ivoire

Evoluant actuellement  au sein de la réserve du FC Cologne en Bundesliga II,  Olivier Issa Schmitt,  ivoirien de par sa mère et allemand de par  son père ne rêve  que d’une seule chose : intégrer la sélection ivoirienne.  International U15 de la Mannschaft, il  a fait le choix de porter les couleurs ivoiriennes qu’il a hâte de défendre. Un choix de cœur  qui ne souffre d’aucune ambiguïté puisqu’il déclare lui-même. « J’ai décidé de jouer pour la Côte d’Ivoire, le pays de ma mère. Je serai vraiment ravi de porter le maillot d’une des sélections de mon pays de cœur », a-t-il précisé.   Renard des surfaces et véritable talent,  ce jeune  attaquant polyvalent  de   19 ans pour 1,80cm fait parler de lui. Tant et si bien qu’il a intégré l’équipe professionnelle du FC Cologne avec laquelle il s’entraine depuis peu. Avoir un tel atout offensif dans les rangs d’une des  sélections des jeunes  de la Côte d’Ivoire ne serait vraiment pas mal. Les techniciens ivoiriens sont donc avertis. Un tour  des techniciens ivoiriens du côté de la Cologne pour superviser ce diamant brut  promis à un bel serait la bienvenue.

Patricia Lyse

 

Passation de charges à la DTN et nouvelles nominations à la Fédération ivoirienne de Taekwondo / Des hommes engagés pour relever de nouveaux défis

Précédemment Directeur Technique national adjoint (DTNA), Me Niava Jean Jacques a été nommé le 11 décembre 2019 Directeur Technique national (DTN) par le président de la Fédération Ivoirienne de Taekwondo (FITKD), Bamba Cheick Daniel. Il remplace à ce poste Me Koné Souleymane Roel nommé au poste de vice-président  en charge de l’assistance et conseiller auprès de la DTN. La passation de charges entre le nouveau  Dtn et son prédécesseur a eu lieu ce samedi 4 janvier 2020,  au siège administratif de la Fédération à Cocody-Angré. C’était en présence de Me Mangala Salif,  représentant le président, de Me Diarra Hyppolite, de Me Rassaki  Tidiane, du Secrétaire général Me Anzoumana Siaka et des présidents de ligue. Au cours de cette cérémonie, il a reçu sa décision de nomination des mains du vice-président Mangala Salif. Parallèlement à cette cérémonie de passation des charges,  les formateurs évaluateurs de 1ère classe ont également reçu leur décision de nomination. Tous, autant qu'ils sont engagés, ambitionnent de relever de nouveaux défis. Notant d’emblée les progrès réalisés par la fédération ivoirienne de taekwondo, Me Mangala Salif constate que ce progrès s’est caractérisé par la nomination de nouvelles personnes qui vont accompagner le président dans sa politique de développement du taekwondo ivoirien. Transmettant les dossiers à son successeur, Me Koné Souleymane Roel, ceinture noire 6ème dan,   a remercié le président pour l’honneur qu’il lui a fait  en le ramenant au taekwondo. « Après 1 ans 10 mois passés à la tête de la Direction technique nationale, ce qu’on peut retenir c’est que ça a été un réel plaisir pour moi de travailler dans ce milieu que j’ai retrouvé. Je voudrais remercier mon cadet et successeur pour sa nomination. Il y a eu quelques problèmes au niveau de la signature des passeports, il faut donc être très regardant car il  y a des irrégularités », a conseillé le désormais ancien DTN  qui a  également souhaité au nouvel entrant de continuer de travailler avec ardeur et beaucoup plus d’ouverture et de transparence.   

 Nouveau Directeur Technique  National (DTN)  de la Fédération ivoirienne de taekwondo,  Jean Jacques Niava, ceinture noire 6ème dan,  a  remercié son prédécesseur et a souhaité l’avoir toujours à ses  côtés. « Si je suis  là, c’est parce  qu‘il en a voulu. Si je suis là, c’est  la volonté du bureau technique  qui m’a toujours soutenu dans le travail »,  a précisé l’ancien directeur technique national Adjoint qui,   tout en mesurant l’immensité de la tâche qui l’attend, n’a pas manqué de remercier son prédécesseur pour le travail abattu.

 « Je  voudrais d’abord dire merci à l’ancien DTN avec  qui nous avons eu une très bonne collaboration et on espère qu’il sera toujours à nos côtés.  Notre mission aujourd’hui  consiste à donner une politique technique au taekwondo en Côte d’Ivoire. Ce sont  des missions à long terme comme  les  Jeux Olympiques 2024  qui se préparent  maintenant et  la formation des cadres qui viendront  nous soutenir  dans cette   tâche. C’est en ce sens que Me Kraidy a été nommé vice-président en charge de ce département.  Mais nous avons aussi des missions à court et moyen termes comme les qualifications aux Jeux Olympiques 2020. Nous avons des athlètes dans le starting block pour essayer de ramener des médailles à la Côte d’Ivoire. Nous sommes activement dans la préparation mais actuellement les moyens nous font défaut  car nous n’avons aucun soutien extérieur. On recherche donc des sponsors et des bonnes  volontés  qui viendront nous soutenir  parce que sans sponsor c’est difficile », a lancé le nouveau DTN avant que le SG ne passe au rappel des nominations des vice-présidents et formateurs évaluateurs de 1ère classe.

 Sont ainsi nommés vice-président en charge de l’assistance, Me Koné Souleymane Roel  et Me Kraidy Lucien, ceinture noire 7ème dan, vice-président  en charge de l’organisation de l’enseignement du taekwondo dans les structures  de l’enseignement supérieur. Pour lui, « c’est un nouveau  challenge pour le taekwondo qui vient d’entrer dans l’enseignement supérieur. Cette année, nous aurons   notre   1ère promotion de Master 2 et plus tard  nos  Docteurs en taekwondo. Ils sont formés à l’INJS et je suis le représentant de la fédération au niveau de ces structures  .Il faut donc que la fédération se montre à la hauteur  pour former de hauts cadres  nationaux  pour le taekwondo en particulier et le sport en général. Ce sont  des instructeurs, des enseignants et des grands maitres de taekwondo que nous devons former.  Ils doivent être intellectuellement et  techniquement au niveau international parce  qu’ils auront   des Masters et doctorats au même titre qu’un Master ou Doctorat en Mathématiques. Pour terminer, je voudrais remercier le président qui nous a fait confiance et rassurer nos jeunes frères  que nous allons tout faire pour leur donner la meilleure formation possible».

Me Pama Emmanuel,  Me Diomandé Mamadou, Me Sossi Mounir  et  Coulibaly Daouda  eux, sont nommés  formateurs évaluateurs de 1ère classe. Une fierté pour l’un des tous premiers élèves de Me Kim Young Tae qui ne manque pas de prodiguer des conseils aux jeunes.

 « C’est un sentiment de fierté, de reconnaissance  au président Bamba Cheick qui,   dès son avènement à la tête de la fédération, a souhaité rassembler toutes les générations. Quand toutes les générations sont rassemblées, les expériences sont rassemblées. C’est cette confiance qui a fait que le président nous a appelés pour que des jeunes puissent avoir des exemples sur le plan philosophique et moral pour que  le taekwondo  puisse continuer son chemin Je demande  donc aux jeunes d’être patients et de toujours travailler. Rien n’est acquis sans  travail et donc il faut la  persévérance, l’honnêteté et surtout appliquer la philosophie du taekwondo et rechercher l’excellence », recommande Me Coulibaly Daouda. « L’année 2020 est lancée sur des chapeaux de roues, il fallait donc des hommes qu’il faut à la place qu’il faut car il y a encore beaucoup de chantiers ».  C’est par ces mots du  vice-président Mangala  Salif  qu’a pris fin cette double cérémonie où le général Apalo, commandant supérieur de la gendarmerie a remis une photo à la fédération.

 Patricia Lyse      

 

Invité du 5ème numéro de « Les Rendez Vous » de la CJSRPCI/ Gervinho : « Il n’y a aucun inconvénient que Drogba soit candidat si on veut donner un nouveau visage au football ivoirien ».

Invité du 5ème  numéro de « Les Rendez Vous »  de la Conférence  des journalistes  sportifs des Radios privées de Côte d’Ivoire (CJSRPCI) dont le thème était  le football ivoirien, parcours de Gervinho, une référence pour la jeunesse,  Yao Kouassi Gervais dit Gervinho s’est prononcé sur   ses relations avec les dirigeants du football ivoirien, l’équipe  nationale actuelle et ses projets. C’était le vendredi 27 décembre 2019, au Studio Lucien Kima de la Radio Espoir en la  Cathédrale Saint Paul d’Abidjan-Plateau. N’ayant pas été surpris par sa non sélection, il se dit cependant  toujours prêt à défendre les couleurs de son pays.  En sa qualité de hôte de ce 5ème numéro, le chef de programme Hervé Mélèdje représentant  le Directeur Général de la Radio Espoir, a souhaité la bienvenue à tous à ce rendez-vous qui est une plateforme pour échanger sur un sujet sportif avant de dire Merci à Gervinho qui est arrivé tôt ce vendredi matin à Abidjan. Le Secrétaire général de la Conférence des journalistes sportifs des Radios de proximité de Côte d’Ivoire,  Aimé Guehi  a d’emblée souhaité la bienvenue  à Gervinho  à cette tribune ouverte à tous les acteurs  du sport ivoirien non sans oublier de dire Merci au DG  de Radio espoir. Après la présentation de  l’actuel pensionnaire de Parme  (Italie),  Gervinho est tout de suite entré dans le vif du sujet. Pour lui, c’est une fierté de défendre les couleurs de sin pays .Malheureusement, après une ou deux discussions avec Kamara Ibrahim, actuel coach de l’Equipe A des Eléphants de Côte d’Ivoire, pas de réponse. Donc,  dit-il, « je n’ai pas été surpris de ma non  sélection pour les débuts des éliminatoires de la Can 2021 au Cameroun. Toutefois je reste disposé à  venir défendre les couleurs de la Côte d’Ivoire ».

Jetant un regard sur l’équipe nationale actuelle, Gervinho note qu’il  fallait s’attendre à une baisse de régime étant entendu que la relève n’a pas été assurée.

De ses projets, il annonce qu’il terminera sa carrière footballistique  dans son club G27 qui évolue actuellement en D3  ivoirienne.

 De la candidature de Didier Drogba à la présidence de la Fédération ivoirienne de football, il dira qu’ « il n’y a aucun inconvénient si n veut donner un nouveau visage au football ivoirien ».

Pour terminer, il a invité la jeunesse à abandonner le chemin de l’immigration clandestine. Il a également rappelé que c’est un réel plaisir pour lui  de partager ce moment avec les journalistes ivoiriens.

Arnaud Atsé  Aristide, président de la Conférence  des journalistes  sportifs des Radios privées de Côte d’Ivoire (CJSRPCI) a profité de cette opportunité pour faire de Gervinho , membre d’honneur de cette association en lui remettant sa carte. Le prochain Rendez-vous aura lieu dans 3 mois.

 Patricia Lyse

Fédération Ivoirienne de Rugby : Assemblée Générale élective / Tanoh Elvis réélu dans un imbroglio total

 La Fédération Ivoirienne de Rugby (FIR) était en Assemblée Générale élective, samedi 21 décembre 2019 au siège du Comité national Olympique (CNO),  aux II Plateaux Vallons. Une rencontre marquée par la protestation de certains présidents de clubs qui se sont insurgés contre l’application de texte non consensuel et un préalable relatif à un point de l’ordre du jour    soulevé par le deuxième commissaire aux comptes Balla Coulibaly par ailleurs président de l’Abidjan Université Club (AUC). Un préalable qui n’a pas trouvé  solution. Mais suite à l’insistance  du président de l’AUC, les forces de l’ordre interviennent et expulsent  ces présidents qui n’ont finalement pu prendre part à l’Assemblée Générale élective de la Fédération ivoirienne de Rugby (FIR).  Laquelle a vu réélection de Tanoh Oi Tano Elvis Modeste pour un nouveau mandat de 4 ans.

Sur 20 clubs et écoles de Rugby présents au départ, finalement 14  ont pris part au vote. Ainsi avec 28 voix  sur 28 suffrages exprimés soit 100%, le président sortant a rempilé  pour quatre (4) nouvelles années. Une élection tumultueuse qui a laissé apparaitre des divergences que le président réélu  devrait s’atteler à régler. C’est dans ce sens que le Directeur de la vie fédérale et du sport de haut niveau, Durand Emile Gervais  a enjoint le président réélu de convoquer rapidement une assemblée générale extraordinaire    pour procéder au toilettage des textes,  de se rapprocher de ses pairs et de gérer la fédération de façon collégiale.

 « Jamais nous n’avons assisté à une élection aussi houleuse. Les textes sont la boussole de la fédération. C’est le lieu ici de faire en sorte qu’il soit clair. Au sortir  de cette assemblée générale élective, il faut revoir les textes. L’élection est terminée, il faut aider le président élu à mener son programme d’activités pour que le rugby ivoirien qui est en train d’écrire ses lettres de noblesse aille le plus loin possible. Nous allons veiller à ce que le ministère  l’accompagne dans sa mission. Il faut faire en sorte qu’il  y ait moins de bruit à la fédération. Il faut rassembler la grande famille du rugby. Pour ce faire, il faut  se rapprocher de tous les présidents de clubs et les associer à toutes les activités qui doivent être menées de façon collégiale », a indiqué Durand Gervais, Directeur de la vie fédérale et du sport de haut niveau. Pour Allah Kouamé, représentant le Comité National Olympique, «  c’est dommage que certains présidents aient cru bon de perturber l’AG. En sport, cela ne devrait pas être. Désormais, il faut faire en sorte d’avoir des textes consensuels qui respectent la loi sur le sport de 2014 .J’appelle au rassemblement autour du président ». Yapo Charles représentant Rugby Afrique a félicité le nouveau président pour son élection. « Rugby Afrique sera à vos côtés pour vous accompagner dans votre mission », a-t-il promis. Mais avant il y a eu le rapport moral et financier de  l’exercice de septembre 2018 à septembre 2019  ainsi que le rapport du commissaire aux comptes.  Il ressort du rapport du trésorier Général Gaié Lamine   que la fédération enregistre un solde déficitaire de 7 903 924Fcfa. Un rapport  financier qui n’a pas été certifié sincère le commissaire aux compte Ouohi Gueu.

 S’excusant auprès des personnalités présentes pour ce qui s’est passé, Tanoh Elvis n’a pas manqué de leur dire merci ainsi qu’à tous les présidents de clubs de l’avoir fait président de club. « On essaiera de mener à bien le combat du développement pour le Rugby ivoirien pour les quatre années à venir » ; a conclu le président.     

 La Fédération Ivoirienne de Rugby (FIR) était en Assemblée Générale élective, samedi 21 décembre 2019 au siège du Comité national Olympique (CNO),  aux II Plateaux Vallons. Une rencontre marquée par la protestation de certains présidents de clubs qui se sont insurgés contre l’application de texte non consensuel et un préalable relatif à un point de l’ordre du jour    soulevé par le deuxième commissaire aux comptes Balla Coulibaly par ailleurs président de l’Abidjan Université Club (AUC). Un préalable qui n’a pas trouvé  solution. Mais suite à l’insistance  du président de l’AUC, les forces de l’ordre interviennent et expulsent  ces présidents qui n’ont finalement pu prendre part à l’Assemblée Générale élective de la Fédération ivoirienne de Rugby (FIR).  Laquelle a vu réélection de Tanoh Oi Tano Elvis Modeste pour un nouveau mandat de 4 ans.

Sur 20 clubs et écoles de Rugby présents au départ, finalement 14  ont pris part au vote. Ainsi avec 28 voix  sur 28 suffrages exprimés soit 100%, le président sortant a rempilé  pour quatre (4) nouvelles années. Une élection tumultueuse qui a laissé apparaitre des divergences que le président réélu  devrait s’atteler à régler. C’est dans ce sens que le Directeur de la vie fédérale et du sport de haut niveau, Durand Emile Gervais  a enjoint le président réélu de convoquer rapidement une assemblée générale extraordinaire    pour procéder au toilettage des textes,  de se rapprocher de ses pairs et de gérer la fédération de façon collégiale.

 « Jamais nous n’avons assisté à une élection aussi houleuse. Les textes sont la boussole de la fédération. C’est le lieu ici de faire en sorte qu’il soit clair. Au sortir  de cette assemblée générale élective, il faut revoir les textes. L’élection est terminée, il faut aider le président élu à mener son programme d’activités pour que le rugby ivoirien qui est en train d’écrire ses lettres de noblesse aille le plus loin possible. Nous allons veiller à ce que le ministère  l’accompagne dans sa mission. Il faut faire en sorte qu’il  y ait moins de bruit à la fédération. Il faut rassembler la grande famille du rugby. Pour ce faire, il faut  se rapprocher de tous les présidents de clubs et les associer à toutes les activités qui doivent être menées de façon collégiale », a indiqué Durand Gervais, Directeur de la vie fédérale et du sport de haut niveau. Pour Allah Kouamé, représentant le Comité National Olympique, «  c’est dommage que certains présidents aient cru bon de perturber l’AG. En sport, cela ne devrait pas être. Désormais, il faut faire en sorte d’avoir des textes consensuels qui respectent la loi sur le sport de 2014 .J’appelle au rassemblement autour du président ». Yapo Charles représentant Rugby Afrique a félicité le nouveau président pour son élection. « Rugby Afrique sera à vos côtés pour vous accompagner dans votre mission », a-t-il promis. Mais avant il y a eu le rapport moral et financier de  l’exercice de septembre 2018 à septembre 2019  ainsi que le rapport du commissaire aux comptes.  Il ressort du rapport du trésorier Général Gaié Lamine   que la fédération enregistre un solde déficitaire de 7 903 924Fcfa. Un rapport  financier qui n’a pas été certifié sincère le commissaire aux compte Ouohi Gueu.

 S’excusant auprès des personnalités présentes pour ce qui s’est passé, Tanoh Elvis n’a pas manqué de leur dire merci ainsi qu’à tous les présidents de clubs de l’avoir fait président de club. « On essaiera de mener à bien le combat du développement pour le Rugby ivoirien pour les quatre années à venir » ; a conclu le président

Patricia Lyse   

Fédération ivoirienne de Rugby : Avant l’Ag élective du 21 décembre / Des présidents de Clubs dénoncent le rejet de la candidature de Kouamé Arnaud et accusent Tanoh Elvis

L’assemblée générale élective de la Fédération Ivoirienne de Rugby aura-t-elle lieu le 21 décembre prochain au siège du Comité national Olympique, aux II Plateaux ? La question n’est pas superflue. En effet, réuni au sein du Collectif rugby Uni de Côte d’Ivoire (CRUCI) qui compte 8 présidents sur 13 ayant droit de vote conformément aux statuts et règlement de 2012, les nouveaux textes de 2016 n’ayant pas été adoptés, Balla Coulibaly président de l’Abidjan Université Club , Kouassi Jean Baptiste, Secrétaire général de Bélier de Yamoussoukro , Kouassi Ngoran Louis Andrea, président de Bouaké Rugby Club et Koné Karamoko, président de Truc ont animé une conférence de presse ce mercredi 18 décembre 2019 pour dénoncer le rejet de la candidature de Kouassi Arnaud, la mise en place de façon unilatérale par le président sortant d’une commission électorale de 3 personnes sans avoir consulté les présidents de clubs et protester contre l’application des textes de l’Ag extraordinaire de 2016, puisque n’ayant pas fait l’objet d’adoption.

Car selon les conférenciers, les prises de décision, les modifications de textes et la révocation du président et des commissaires se font au 2/3 de la majorité des voix exprimées .Or, se basant sur l’AG extraordinaire de 2019, le président Tanoh Elvis a fait adopter les textes à la majorité simple. Partant, ils disent donc ne pas se reconnaitre dans ces statuts. Et ils entendent user de toutes les voies légales pour faire respecter les statuts en vigueur à la date de 2012 et qui ont porté le sieur Tanoh à la présidence de la fédération ivoirienne de Rugby en 2015 après avoir battu Blé Ernest. D’entrée, Balla Coulibaly a rappelé que les 25 et 26 novembre 2016, à Yamoussoukro, la Fédération ivoirienne de Rugby a entamé, au cours d’une assemblée générale extraordinaire, un processus de toilettage des textes pour statuer sur l’article 19 en vue d’une meilleure gestion du Rugby ivoirien. Selon lui, jusqu’à ce jour, les présidents de club qui ont pris part à cette assemblée n’ont jamais reçu un PV de cette rencontre.

Toutefois, deux ans après, ils ont reçu les premières copies des statuts et règlement. Et très vite, ils ont constaté des manquements qu’ils ont fait remonter à la Fédération ivoirienne de Rugby. Malheureusement, ces requêtes n’ont jamais eu de réponse jusqu’en 2019 où la fédération les a convoqués à nouveau pour une assemblée générale extraordinaire pour statuer sur l’article 19.Là encore, il y a eu de nombreux manquements notamment sur le problème de la représentativité en ce sens que le représentant de Yamoussoukro qui était là n’était pas légal. Malgré cela, le président de la fédération Tanoh Elvis l’autorise à prendre part à l’assemblée. Et sur la question de trancher l’article 19, il fait voter le représentant illégal. Ce qui donne 7 voix pour contre 6 .

Ce qui donnerait aux écoles de Rugby dont ils ne connaissent même pas le nombre, de prendre part au vote avec 1 voix. Mais là où le bât blesse, c’est que le président sortant a fait passer cet article à la majorité relative. « Chose que nous dénonçons et qui démontre que la fédération viole les statuts », a protesté le président de l’AUC qui note que ceci les amène à ne pas reconnaitre ces statuts qui pour eux n’ont pas été adoptés. Ces statuts n’ayant donc pas été adoptés, il faut donc appliquer ceux qui ont fait l’objet de consensus. Et c’est ceux de 2012 qui ont porté Tanoh Elvis à la tête de la fédération en 2015.

Du rejet de la candidature de Kouassi Arnaud, la commission électorale a évoqué comme motif l’absence de licence et le non-paiement de la caution de 2000000FCFA. Jean Baptiste Kouassi, l’un des conférenciers du jour qui suggère d’avoir des textes forts pour éviter de se battre pour si peu, bat en brèche ces allégations en présentant la licence 2019 du candidat tête de liste Kouassi Kouamé Arnaud. Parlant du paiement de la caution de 2000000FCFA, il rappelle que depuis longtemps, cela se fait le jour de l’élection.

Par ailleurs, Jean Baptiste Kouassi a dénoncé les conditions dans lesquelles ils ont déposé leur dossier de candidature alors que les membres de la commission étaient tous absents. Alors il se demande bien auprès de qui le président sortant a payé sa caution et si les membres de sa liste avaient-ils des licences ? Pour terminer, il demande l’application de textes consensuels pour le bon déroulement de l’Assemblée générale élective. La boite de pandore est ouverte à la Fédération ivoirienne de Rugby. Vivement qu’une solution idoine soit trouvée pour ramener la paix et l’union dans la famille du rugby ivoirien.

Patricia Lyse

S'abonner à ce flux RSS