Les Soudanais restent mobilisés devant le QG de l'armée pour exiger un pouvoir civil    Donald Trump et le maréchal Haftar discutent d'une "vision commune" pour la Libye    Mobilisation massive à Alger pour le neuvième vendredi de manifestations    "Je t'aime, moi non plus" : les discours de Gaïd Salah peinent à convaincre les Algériens    Les Soudanais maintiennent la pression pour l’instauration d’un pouvoir civil    Mali: démission du Premier ministre et du gouvernement    Mali : démission du Premier ministre et du gouvernement après le regain de violences    Accusée de soutenir le maréchal Haftar, la France réaffirme son appui à Tripoli    Journée de deuil national en RD Congo, après le naufrage d'une embarcation sur le lac Kivu    Soudan : la révolte en chansons    L'ex-président du Soudan Omar el-Béchir transféré dans une prison de Khartoum    En Égypte, le Parlement vote la prolongation de la présidence de Sissi jusqu'en 2030

Sport

Formation /Anthony Koffi instruit les journalistes sur les dangers du dopage

L’atélier de formation des journalistes était à son troisième jour, ce jeudi  matin, à la salle de conférence du stade Félix Houphouët-Boigny . Après Murielle Ahouré, la Directrice de communication de l’IAAF et l Pr. Constant Roux, Anthony Koffi, expert conférencier IAAF et Confejes, a instruit les  hommes de médias sur  les dangers du dopage. L’intervention d’Anthony Koffi a porté sur la définition et les conséquences du dopage. A l’en croire, « toute méthode ou manipulation pharmacologique, chimique et physique ayant pour but d’améliorer les performances de l’athlète relève du dopage ». Dans cette optique, l’athlète doit faire attention à ce qu’il boit, mange, prend comme médicaments pour se soigner et utilise pour sa pommade…Egrénant la liste des substances interdites, le conférencier a fait cas des stéroïdes, des stimulants (cannabis, amphétamines…), de la caféine, de la cola, des médicaments contre l’asthme,  des médicaments ORL…et certaines hormones (croissances, pilulles). La prise de ces élements dopants ont évidemment des effets psychologiques. Ceux-ci vont de l’augmentation de l’agressivité, au trouble du sommeil en passant par l’augmentation de la motivation. Chez les hommes, l’usage de produits dopants peut entraîner l’hypertension artérielle, l’acné facial, la calvitie anticipée, le changement des lipides sanguins, l’atrophie testiculaire voire la stérilité. Au niveau des athlètes dames, le dopage peut entrainer l’apparution de la voix grave, l’hypertrophie du clitoris, la dimunition de la taille des seins, la supression des menstruations. La stérilité est une autre conséquence de l’utilisation des substances dopants.

Au terme de son exposé, Anthony Koffi a conclu qu’ « on peut être champion sans se doper ». Pour ce faire, il  recommande aux athlètes de manger utile, de bien dormir, de prendre les compléments alimentaires conventionnels et d’équilibrer leur système fonctionnel.  Le conférencier a surtout fait savoir qu’il y a une vie après la carrière d’athlète. Il conseille donc de s’éloigner du dopage et de tout ce qui peut faire qu’il  soit contrôlé positif. Ce, pour ne pas être sanctionné et avoir un corps sain.

 Affia Marie avec  GMT

Signature de convention entre la CAA et le centre de développement de l’Athlétisme égyptien/Hamad Kalkaba : « C’est à nous de nous organiser pour accroitre la présence de l’Afrique sur les podiums mondiaux »

En marge des championnats d’Afrique d’Athlétisme U18 et U20 qui se déroulent actuellement à Abidjan,  la Confédération africaine d’athlétisme (CAA) et le Centre africain de developpement de l’athlétisme ont signé une convention pour   l’amélioration des performances des athlètes Africains dans les disciplines où ils n’existent pas    mercredi 17 avril 2017, à la salle de conférence du stade Félix Houphouët-Boigny . Avant la signature de la convention , le président de la Confédération Africaine d’Athlétisme, Hamad Kalkaba a présenté le bien-fondé de ce partenariat.  « Nous avons entrepris de mettre en place un certain nombre de centres de formation à l’endroit des officiels,  des entraineurs et autres intervenants dans la promotion de l’athlétisme d’un côté et de l’autre côté d’améliorer la performance des athlètes. Ces centres appartiennent à la Confédération africaine d’athlétisme mais nous avons identifié sur le continent des centres  qui ne nous appartiennent pas mais avec lesquels nous pouvons collaborer. Nous  avons également décidé de conclure des partenariats avec des Universités pour que nos athlètes tout en s’entrainant pour les compétitions sportives puissent aller suffisament à l’école dans la perspective de leur garantir  une reconversion sociale viable après leur carrière sportive. C’est donc dans cette logique de promotion de notre sport que nous avons identifié en Egypte un centre qui est specialisé dans le lancer.Vous savez qu’avant que le Kenya ne découvre  Julius Yego pour devenir champion du monde de javelot ,   nous n’existions pas dans cette discipline tout comme nous n’existons pas en marteau et en disque.Donc , nous devons faire l’effort d’exister là bas et aspirer à la plus haute marche du podium.Mais, il faut mettre en place des  conditions d’entrainement viables.Nous voulons également exister au saut à la perche , au saut en hauteur ,  dans toutes les disciplines. Au sprint, la Côte d’Ivoire a demontré qu’il n’y a pas que les Américaines qui peuvent être leaders .Le record du monde battu aux Jeux Olympiques par Eliud Kipchoge montre bien que l’Afrique a tout le potentiel. C’est à nous de nous organiser pour accroitre la présence de l’Afrique sur les podiums mondiaux.L’acte que nous posons aujourd’hui n’a l’air de rien mais plus tard, vous verrez qu’il a pu promouvoir l’honneur de l’Afrique », a indiqué le président de la CAA Hamad Kalkaba.Le Directeur général du centre africain de developpement de l’athlétisme  d’Egypte Hamdi Abderrahim  s’est dit satisfait de l’aboutissement de ce rêve qu’il a nourri depuis de longues années. « Je voudrais remercier le président Kalkaba.Il s’agit d’un rêve que nous avons nourri depuis des années. Il ya eu des échecs mais aujourd’hui grâce à l’action du président de la CAA  assisté  de ses collaborateurs Aziz Daouda et Lamine Faty, ce rêve est en train de devenir une  réalité pour l’avenir de l’athlétisme .En Egypte,  nous avons cette tradition de lancer de marteau et autres. C’est pour cela que nous avons voulu créer ce centre-là pour un début.  Et j’espère que  pour les pays Africains qui y enverront leurs athlètes et leurs entraineurs , le succès sera au bout de l’effort avec des médailles », a-t-il conclu.Après la signature de convention, les deux parties ont procédé à l’echange des parapheurs , gage de leur partenariat pour le rayonnement mondial de l’athlétisme africain.

Affia Marie

 

Championnats d'Afrique d’Athlétisme/ Voici les premières médailles !

Les 3è et 14è championnats d'Afrique d'athlétisme U18 et U20 sont entrés dans une phase pratique avec les compétitions qui se déroulent au stade Félix Houphouët -Boigny. Les épreuves ont débuté avec le saut en hauteur, le triple-saut et la course (400, 1500, les 3000, 10.000 m et les séries de 100 mètres).Dans la finale du 1500 m filles U 18,  c'est le Maroc qui a récolté la première médaille d'or. Son athlète Meryem Azour a réalisé un chrono de 4'20''14. La 2è place est revenue au Kenya. La 3è marche du podium a été occupée par l'Ethiopie. Il y a eu également la finale du 1500 m garçons U18. Sur cette distance, la palme d'or est revenue au coureur venu du Kenya, Vincent Keter (3'40''29). L’Ethiopien Esaie Louis a ravi la médaille d'argent. Et Peter Wangari (Kenya), la médaille de bronze. Concernant les 400 et 100m (U18 et U20), il y a eu plusieurs séries. A ce niveau, les demi-finales auront lieu ce mercredi 17 avril dans la matinée. L'après midi, ce seront les finales avec les 1500 m dames et hommes U20 et les finales de 400 m dans les mêmes catégories. Les athlètes ivoiriens qui n'ont pas véritablement brillé hier, auront la possibilité de se racheter.

Infos GMT

Propos de médaillés d'or

Meryem Azour (Maroc, médaillée d'or sur 1500m filles): "Je dédie cette médaille à mon pays"

 

"Je suis très contente d'avoir remporté la première médaille des championnats. C'est ma première fois de participer à ce championnat et je gagne l'or,je suis heureuse. Je félicite  tous ceux qui m'ont soutenu, la fédération marocaine et aussi le président. Je dédie cette médaille à mon pays, le Maroc"

 

Vincent Keter (Kenya, médaillé d'or sur 1500m garçons): "Cette médaille d'or représente tout pour moi"

 

Je suis heureux d'avoir remporté cette médaille d'or. Cette récompense n'a pas été facile. Car il y avait de grands coureurs comme moi sur la distance. Mais je me suis dis qu'il fallait que je sois le meilleur. Cette médaille représente tout pour moi. Je vais rentrer chez moi au pays la tête haute. Merci à tous.

 

Le programme de ce mercredi 17 avril       

LE MATIN 

9h30: Décathlon (100 m hommes U20)

9h40: 400m (1/2 finales hommes U20)

10h: 100m (1/2 finale filles U18)

10h20: 100m (1/2 finale dames U20)

10h25: Longueur dacathlon (hommes U20)

10h40: 100m (1/2 finales garçons U18)

11h: 100m (1/2 finale hommes U20)

11h15: Poids Decathlon (hommes U20)

APRES MIDI

16H: 100m haies (1er tour garçons U18)

16h05: Hauteur (Decathlon hommes U20)

16h10: Perche (finale dames U20)

16h20: 110 m haies (1er tour hommes U20)

16h25: Poids (finale garçons U18)

16h30: Longueur (finale garçons U18)

16h40: 1500m (finale dames U20)

16h50: 1500m (finale hommes U20)

16h55: Disque (finale filles U18)

17h: Hauteur (finale dames U18 et U20)

17h05: 400 m (finale finale filles U18)

17h15: 400m (finale garçons U18)

17h25: 400m (finale dames U20)

17h35: 400m (finale hommes U20)

17h45: 3000m (finale filles U18)

18h: 100m (finale garçons U18)

18h10: 100m (finale Dames U20)

18h20: 100m (finale dames U20)

18h30: 100m (finale hommes U20)

18h40: 200 m (finale garçons U18)

18h50: 400 m (Decathlon hommes U20)

 

 Après deux journées de compétition à Abidjan, le Kenya trône en tête du classement général des championnats d’Afrique d’Athlétisme U18 et U20  avec 17 médailles .

 Classement général après deux journées

 

Rang   Pays                Or  Argent   Bronze       Total

1       Kenya               5        8                4            17

2       RSA                   5       5                4             14

3       Nigeria             5       0                  5            10

4       Ethiopie            3       2                  5            10

5       Egypte              2       1                  1            4

6       Maroc               1       2                  0            3

7       Gambie             1       1                  0             2

8       Zambie             0       1                   0             1

9       Ouganda          0       1                   0              1

10     Ghana              0       0                  1               1

10ex.  Tunisie          0       0                   1               1

 

Cérémonie d’Ouverture des championnats d’Afrique d ‘Athlétisme U18 et U20/De belles promesses

Placés sous le parrainage de Murielle Ahouré et Ta Lou Marie José,  le 3ème championnat d'Afrique d’athlétisme cadets et  le 14ème championnat junior  au  ont débuté ce mercredi 16  avril 2019, au stade Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan dans une ambiance plutôt colorée marquée par le défilé des 42 nations présentes. En sa qualité de présidente du comité local d’organisation, Cissé Salamata  a salué la Fédération ivoirienne d’Athlétisme, la Confédération africaine d’Athlétisme et l’IAAF  qui les accompagnent  dans ce tournoi panafricain porteur d’espoir pour l’Afrique. Quant au président de la CAA,  Hamad Kalkaba Malboum qui avait à ses côtés de président de l’IAAF, Lord Sébastien Coe, il a souhaité le traditionnel Akwaba à toutes les délégations présentes en Eburnie. Par ailleurs, il a traduit toute sa reconnaissance au président de la République Alassane Ouattara  qui a permis que ces assises de leur congrès et les championnats d’Afrique se tiennent en Cote d’Ivoire. Aussi, il a remercié tous les acteurs qui ont permis la réussite de ces événements  avant de souhaiter aux athlètes  de faire la compétition dans un esprit de fairplay et que le meilleur gagne. « Pour ceux qui ne vont pas gagner,  qu'ils se préparent pour les challenges à venir  car le futur est important pour l’Afrique », a-t-il indiqué.  Co-marraine de ces championnats avec Ta Lou Marie Josée, Murielle Ahouré a appelé les athlètes à prendre plaisir  et à valoriser chaque instant de la compétition. Au nom du ministre des sports, Coulibaly Ibrahim, Conseiller technique, a indiqué qu’il est de cœur avec toutes les délégations. Au nom du ministre, il a remercié la CAA d'avoir porté son choix sur la Côte D'ivoire, avant de souhaiter que cette compétition se déroule dans un esprit de Fairplay.  Tout en félicitant le comité d’organisation local de ces championnats, il en a profité pour présenter ses excuses aux pays étant entendu que toute œuvre humaine n’est pas parfaite. Après quoi, il a déclaré ouvert ces championnats d’Afrique U18 et U20  dont les premières compétitions se sont déroulées notamment séries des 400 m, le Triple saut et le saut en hauteur.

 A.M

 

 

MURIELLE AHOURE /« La médaille olympique est la seule médaille qui me manque »

Co-marraine des championnats d’Afrique d’Athlétisme U18 et U20, Murielle Ahouré a échangé avec la presse bien avant l’ouverture officielle. Occasion pour la championne du monde, de partager son expérience et dresser son parcours d’athlète. Elle a également livré certaines informations sur son avenir sportif. Sur ce dernier chapitre, la sprinteuse ivoirienne a éclairé l’opinion sur la suite de sa carrière. « Je ne sais pas quand je vais arrêter. Par contre, ce que je sais pour l’instant, c’est que je vais faire les Jeux Olympiques de Tokyo. Parce que, la seule médaille qui me manque, c’est la médaille olympique. Je pense que quand j’aurais la médaille olympique, je serai satisfaite et je pourrais sortir en paix. C’est ça seulement qui me reste », a souligné Murielle Ahouré. Désormais Ambassadrice de l’Unicef, la sprinteuse a démontré son côté humanitaire qu’elle dit avoir hérité de son défunt géniteur et de sa mère. Elle s’est dite heureuse d’œuvrer dans le social. D’ailleurs, elle sera à New York pour rencontrer une équipe d’Ambassadeurs des Nations Unies pour parler d’éducation. « Il faut changer la mentalité de certains parents qui refusent scolariser les jeunes filles. A part être athlète professionnel, ce sera mon 2è boulot, aider les enfants dans ce sens…travailler, aider l’humanité, c’est ma passion ». Sur les championnats d’athlétisme qui s’ouvrent ce mardi, Ahouré a encouragé les athlètes ivoiriens à représenter dignement la Côte d’Ivoire.

Avant l’ouverture des championnats d’Afrique d’athlétisme U18 et U20/Les journalistes instruits par l’IAAF et la CAA

En marge des championnats d’Afrique U18 et U20, la Fédération Ivoirienne d’Athlétisme (FIA) en collaboration avec le Compaao (Comité des médias pour la promotion de l’Athlétisme en Afrique de l’Ouest), initie une formation de trois jours (du 16 au 18 avril) à l’attention des journalistes. Animé par Jackie Brock Doyle, Directrice de la Communication de l’IAAF et Oumar Ba, chargé de communication de la Confédération Africaine d’Athlétisme (CAA), cette rencontre a permis aux hommes de médias de mieux comprendre le mécanisme de couverture des compétitions d’athlétisme. La responsable de l’IAAF a indiqué qu’une bonne couverture de compétitions d’athlétisme exige du journaliste, qu’il soit imprégné de l’évènement qu’il aura à couvrir. Dans ce sens, Mme Jackie Brock Doyle a insisté pour qu’il y ait une parfaite relation entre le journaliste et l’athlète. Les performances de chaque athlète sont importantes pour une bonne couverture. « Vous pouvez aider l’athlète en lui disant ce que vous attendez de lui et en établissant une relation de confiance avec lui», a-t-elle indiqué. Dans la couverture médiatique, la conférencière a suggéré que la presse dans sa promotion de l’athlétisme se tourne vers des sources d’information dont les sites de l’IAAF, la FIA etc. Lors des échanges avec la presse, la conférencière est intervenue également sur le dopage, le développement de l’athlétisme etc. Autant de sujets sur lesquels les instances de l’IAAF travaillent afin d’atteindre leurs objectifs. A savoir, faire un saut qualitatif et quantitatif à la 4è place des  Sports au monde. Cet atelier de formation se poursuit demain mercredi avec un thème aussi important que le premier : le dopage.

Oumar Ba, chargé de communication de la Confédération Africaine d’Athlétisme (CAA) a répondu également aux nombreuses questions des journalistes. Il est intervenu surtout sur l’aide et le soutien de la Confédération à la presse à travers le Compaoo. Présent à cette formation, Zio Anicet, le président du Compaoo a remercié ses collègues journalistes pour leur participation. Mme Cissé, PCO des championnats n’a pas manqué ce premier jour de la formation. Pour elle, les enseignements donnés par IAAF et la CAA arrivent à point nommé.

A.M

 

S'abonner à ce flux RSS