La France restitue à l'Algérie les restes de 24 combattants tués lors de la colonisation    Algérie : la justice libère Karim Tabbou, figure emblématique du "Hirak"    Procès d’une blogueuse pour blasphème : un test pour la liberté d’expression en Tunisie    Gabon : la dépénalisation de l’homosexualité divise l’opinion    Les jeunes Sud-Africains se mobilisent pour faire tomber les symboles de l’apartheid    En Éthiopie, l'armée déployée dans la capitale après des manifestations meurtrières    La mort d'un chanteur oromo mène l'Ethiopie au bord de l'embrasement    Le meurtre d'un chanteur oromo mène l'Éthiopie au bord de l'embrasement    RD Congo : 60 ans d'indépendance, quel bilan politique, économique et social ?    Éthiopie : plusieurs morts dans des violences après le meurtre d'un chanteur oromo    Emmanuel Macron et le G5 Sahel "convaincus que la victoire est possible contre les jihadistes"    À Paris, une vente controversée de statuettes nigérianes    Covid-19 : l'Algérie maintient ses frontières fermées jusqu'à nouvel ordre    La RD Congo célèbre le 60e anniversaire de son indépendance    Le G5 Sahel et la France se réunissent en Mauritanie pour lutter contre le jihadisme

Sport

Africa Sports/ Le Bureau exécutif suspend tous les groupes de supporters

Le désordre à l’Africa Sports, le Bureau Exécutif actuel dirigé par Vagba Alexis, veut y mettre définitivement un terme.  Ainsi,  le responsable de la communication et  porte-parole, Allegba Serge  Emile, le responsable marketing et produits dérivés, Serge Dogba  et le Directeur Sportif  Roger Boli ont animé une conférence de presse hier au siège provisoire du  club, à Adjamé 80 Logements  pour faire un éclairage sur l’anarchie et la chienlit que certains veulent installer au club vert et rouge. Et ce,  à leur propre  profit au détriment du club. Une situation qui, au dire   de Dogba Serge,  ne peut plus être tolérée. « L’Africa Sports fait partie des associations où la chienlit, le désordre  a été  installé. Depuis un an, il y a un semblant d’accalmie .Mais dans leur  velléité d’indiscipline, le désordre demeure  au point  où certaines personnes n’hésitent pas à se lancer dans une initiative de soutirer des fonds. Mais cela ne peut continuer. Ils se servent du logo de l’Africa  pour poser des actes illégaux. Vu ce désordre, le Bureau exécutif  décide de suspendre à compter de ce jour toutes les activités des groupes de supporters sur toute l’étendue du territoire » , a-t-il tranché avant de préciser que       tous les groupes régulièrement  constitués ont   du lundi 8 juin au vendredi 12 juin pour faire la preuve de leur existence légale et  faire la preuve qu’avec  l’Africa,  ils ont une convention. Auquel cas,  le Bureau Exécutif se réserve  le droit de poursuivre quiconque utilisera  frauduleusement  le nom de l’Africa à son propre profit », a martelé le responsable marketing.

Mais avant,  le porte-parole  de l’Africa Sports  qui a vu le jour en 1947 a fait la genèse de la mise en place du protocole d’accord transactionnel à la suite d’une médiation de la faitière. Lequel protocole permet aux deux parties de se consulter et qui  a abouti à la mise en place d’un Bureau Exécutif consensuel dirigé par Vagba Alexis. Depuis le début, rien ne s’est fait de façon unilatérale. Tout s’est fait de façon consensuelle. Malheureusement,  c’est dans ce contexte qu’est survenue la Covid- 19 qui a entrainé l’arrêt de toutes les activités sportives. Ainsi, la date arrêtée pour le toilettage des textes n’a pu être tenue et la date de l’élection du nouveau président de l’Africa fixée au 31 juillet prochain est hypothétique.  Les regards sont donc tournés vers la faitière qui doit donner de nouvelles orientations, a-t-il indiqué. En attendant donc une  nouvelle rencontre de la Fédération ivoirienne de football (FIF), ces personnes qui s’agitent dans les couloirs, n’ont aucune qualité pour s’autosaisir, a renchéri  Serges Dogba. 

Abordant la question des athlètes, le Directeur sportif Roger Boli a indiqué  qu’ils se portent bien et que tous les salaires sont payés de moitié depuis mars. Par ailleurs, il a précisé qu’il a mis à profit la période de confinement pour travailler. De sorte qu’il peut affirmer haut et fort qu’il a bouclé son recrutement pour la  saison prochaine. Toutefois, il laisse une porte ouverte à deux ou trois bonnes surprises.

Pour conclure, le porte-parole Allégba Serge Emile a  indiqué qu’ils ont assez toléré  l’anarchie  et certaines personnes en ont profité. Mais il faut que cela s’arrête  car ils sont désormais  dans une approche du nettoyage pour faire avancer l’Africa Sports.   

Patricia Lyse

Présidence de la Fif /Sory reçoit le soutien de ses parents

 En Afrique,  comme dans la plupart des continents,  avant toute entreprise, il est  bon  de recevoir les bénédictions de ses parents. C’est dans ce cadre que Sory Diabaté, candidat déclaré à la présidence de la Fédération ivoirienne  de football (FIF) a reçu le jeudi 7 mai à son QG de campagne sis à Cocody,  la visite d’une délégation de 19 villages de la sous-préfecture de Tienko, dans le Bodougou, région du Folon, District du Denguelé. Conduite par le président des Sages de la région, Doumbia Mamadou,  cette délégation forte d’une vingtaine de personne est venue apporter son soutien  et  ses  bénédictions  à son fils en vue de l’accompagner durant cette campagne dans laquelle ils sont tous impliqués et s’investiront jusqu’à la victoire au soir de l’élection . Par ce soutien, ils démontrent que Sory Diabaté n’est pas seul, avec lui toute la région du Folon qu’ils représentent. Car diront-ils, ce sont tous les fils et filles de Tienko qui sont en campagne. Faisant la prière de bénédiction,  le doyen  Diarrassouba Bakari, le père du joueur d’Hermann Stadt du Championnat CASA Liga 1 Roumanie  Diarrasouba Ousmane Viera a imploré le Dieu Tout Puissant de veiller sur la campagne de leur fils et de lever tous les obstacles qui pourraient l’empêcher d’accéder à la présidence de la fédération ivoirienne de football. Emu  par cette visite de ses parents, le candidat Sory Diabaté  les a remerciés et a demandé à  son tour à Dieu d'exaucer leurs  prières.  Outre Sory Diabaté ; Idriss Diallo et Didier Drogba sont en lice pour briguer la présidence de la FIF.

Patricia Lyse 

Election à la Fif /Yaya Touré soutient Didier Drogba

C’est un secret de polichinelle. L’élection à la présidence de la fédération ivoirienne de Football aura lieu en cette année 2020.En raison de la pandémie à coronavirus, l’assemblée générale ordinaire qui devrait avoir lieu le 16 mai dernier a été reportée à une date ultérieure. N’empêche, les candidats déclarés à ce scrutin, au nombre de 3 ne veulent pas se faire surprendre  qui  tissent leur toile sur le terrain. Sory Diabaté, Idriss Diallo Yacine et Didier Drogba  s’activent en cette période de de pré-campagne marquée par le Covid-19. Et les soutiens à ces candidats déclarés  ne manquent pas. Mercredi 6 mai,  Yaya Touré, capitaine des Eléphants et vainqueur de la Coupe d’Afrique des nations (CAN)  2015 en Guinée équatoriale a apporté son soutien   à son ancien coéquipier en sélection que  tout semblait  pourtant opposé. Dans un live sur instagram le cadet de Kolo Touré qui avait à ses côtés l’ex portier des Eléphants, Boubacar Barry  dit Copa a expliqué pourquoi il soutient l’ancien capitaine des Eléphants. « Je soutiens Didier Drogba. Je veux qu’il gagne cette élection. Il est temps que notre football se modernise. Cela fait 10 ou 12 ans que nous avons quitté la Côte d'Ivoire, mais les choses sont toujours pareilles. Et l'idée d'amener Didier (Drogba) là-bas (à la présidence de la FIF) est une très bonne chose. Je veux que tous les joueurs le soutiennent. C’est vrai que les gens ont dit beaucoup de choses sur lui et moi mais on est toujours restés tranquilles », a- t-il  confié avant de poursuivre :   « Didier a un carnet d’adresses bien fourni. Je pense qu’il pourra faire quelque chose de plus. Je n’ai pas encore pleinement discuté avec lui mais on peut lui faire confiance. Et on doit l’accompagner. Que ce soit toi (à Copa), moi ou Kolo (son frère) ». L’ex-milieu du FC Barcelone et de Manchester Cita  a       conclu en ces termes : « Je ne dirai pas qu'il réussira demain ou après-demain ! Mais s'il est élu il aura 4 ans pour aider, pour apporter son expertise. Parce que je pense que Drogba a suivi des cours pour gérer une Fédération, pour administrer un club. Il faut que les gens lui donnent sa chance à Didier ».

 Un soutien bon à prendre même si  les anciens joueurs n’auront qu’une seule voix à cette élection  fermée puisque qu’on connait d’avance le nombre de votants 81 au total .

Patricia Lyse 

 

Taekwondo / Le président Bamba Cheick sensibilise sur le Covid-19 et annonce la fin des travaux du centre sportif

Première fédération sportive en Côte d’Ivoire, la Fédération ivoirienne de taekwondo (FITKD) ne veut pas restée  en marge de la sensibilisation sur la pandémie à covid-19 qui secoue le monde. Dans une vidéo,  le président Bamba Cheick Daniel  appelle la communauté taekwondo-ins et par ricochet les Ivoiriens à respecter les mesures édictées par le gouvernement pour freiner la propagation du virus. Dans la grisaille, il annonce également que les travaux du centre culturel, sportif et des Tics ivoiro-coréen sont totalement achevés. L’inauguration devrait avoir lieu le mois dernier. Mais ce n’est que partie remise.

 « Notre pays la Côte d’Ivoire tout comme  le monde entier est frappé depuis quelques mois  par la pandémie du  Coronavirus .Une maladie  qui n’épargne aucune classe sociale, aucun clan  religieux, aucune catégorie d’âge, aucune barrière tribale. Que vous soyez enfant, jeune, adulte, vieux,   femme, riche, modeste,  vous n’êtes pas à l’abri du Covid-19. Si vous ne respectez pas les mesures barrières fortement conseillées  par le président de la République Alassane Ouattara, le  premier ministre et l’ensemble du gouvernement,  nous allons vivre  la période la plus dramatique de la  Côte d’Ivoire par des morts en cascade. Nous vivons une situation exceptionnelle. Il importe que nous communauté taekwondoins, première fédération sportive en Côte d’Ivoire classée 1ère fédération de taekwondo  en Afrique, soyons un exemple. Nous devons donc contribuer efficacement à briser  la chaine de transmission de cette maladie.  Chers Taekwondo Ins, ce message, je vous l’aurais délivré un peu plus tôt, dès la prise des mesures par le Comité National de Sécurité et le chef de l’Etat, n’eût été des urgences au niveau professionnel. Je voudrais, en tout état de cause, vous présenter toutes mes excuses, si mon silence vous a paru trop long.   Malgré la grisaille causée par  cette pandémie, je suis heureux de vous annoncer que le centre sportif, culturel et des Tics ivoiro -Coréen Alassane Ouattara est totalement achevé. En tant que président de la Fédération Ivoirienne de taekwondo, j’en suis le directeur  projet. Nous avons tenu,  il y a de cela quelques semaines, un important atelier de validation du plan d’affaires  de ce  centre  sous la haute autorité  du cabinet du Premier ministre et  les conclusions  sont attentes de validation.  Sinon, le centre  aurait été inauguré le mois dernier n’eut été  cette crise sanitaire. En votre nom à tous,   je voudrais traduire notre  infini reconnaissance et notre gratitude au gouvernement coréen, à l’Agence Coréenne de coopération internationale (KOICA), à SEM le  président Alassane Ouattara qui a accepté la prise en charge de la contrepartie ivoirienne  et  au Premier ministre qui ont accepté la réalisation de ce rêve caressé  par notre communauté.  Chers, taekwondoins, je voudrais vous dire que  malgré les rumeurs qui émergent, aucun remède et  aucun vaccin n’ont  été trouvés de manière officielle. La seule manière de s’en prévenir est de suivre les mesures communiquées par le gouvernement. Les mesures sont les suivantes : Se laver les mains  à l’eau et au savon ou avec une solution Hydro alcoolique au moins  toutes les deux heures, tousser ou éternuer systématiquement dans le creux du coude ou dans un mouchoir à jeter dans une poubelle à papier  et non dans la rue. Il s’agit de saluer sans se serrer les mains  ou sans  faire des accolades, sans embrassade. Respecter la distanciation d’au moins un mètre entre les personnes, éviter  les rassemblements de plus de 50 personnes. En cas de fièvre,  rhume ou de toux persistant,  il faut s’auto-confiner  et appeler les numéros d’urgences communiqués par le ministère de la Santé. Ce sont des mesures simples qui peuvent sauver des vies, la vie de chacun d’entre nous, la vie des personnes que nous aimons, la vie de nos voisins,  la vie de nos collègues. Ces mesures visent à briser la chaine de propagation de cette maladie et de la bouter très vitre hors de nos frontières. Chers taekwondoins, je vous exhorte  donc à être de véritables remparts, un bouclier imparable contre la propagation du Covid-19, et nous le pouvons. Nous constituons un collectif important, une force  avec nos 46 mille licenciés officiels. Nous pouvons atteindre 60 mille. Si nous multiplions ce nombre par 5 ou 10, ce sont au moins 600 000 personnes que nous pouvons atteindre par notre campagne de sensibilisation.  C’est donc une lutte collective que nous devons mener aux côtés de la nation. Je voudrais à ce stade de mon propos vous traduire toute la compassion,  le soutien  et les encouragements du comité directeur devant toutes les difficultés  de tous ordres qui sont les vôtres. Certains parmi vous vivent du taekwondo. Je sais que vous demandez comment vous organiser pour  bénéficier du soutien  de l’Etat. Mais je voudrais vous demander d’éviter les initiatives désordonnées  qui peuvent nous discréditer.  Car vous avez une fédération responsable  et respectée. Tous les clubs sont sur une liste  et nous n’avons pas besoin de faire un recensement pour vous. Nous sommes à l’écoute du ministre des sports que nous voulons saluer pour ses efforts constants. Nous sommes en train de voir comment vous soutenir  pour braver cette crise.  Aussi, je mène actuellement des réflexions avec la Direction Technique Nationale, pour voir comment vous mettre très vite à disposition de façon digitale, notamment sur nos supports de communication, la page Facebook et le site de la FITKD, des méthodes d’entrainement et d’animation, adaptées à la présente situation. Il s’agira d’un télé-entraînement, comme préconisé par le Ministre de l’Economie Numérique et de la Poste.  J’ai instruit dans ce sens le DTN, de me faire très rapidement des propositions pour vous maintenir en activités par le biais des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Je lui ai également demandé de proposer un programme de préparation, devant permettre à nos athlètes de haut niveau et singulièrement ceux qualifiés pour les Jeux Olympiques, de poursuivre les entrainements sans sortir de chez eux. Au demeurant, nos athlètes qualifiés pour les JO n’étant pas nombreux, le Président de la Commission Médicale nous dira s’il est  possible qu’ils puissent s’entrainer dans une salle en respectant la distanciation sociale et les autres mesures sanitaires. 

Chers Maîtres de salle, toutes ces méthodes vous seront mises à disposition, pour continuer à occuper sainement vos élèves et apprenants, sans que ces derniers ne quittent leurs maisons. Il importe en effet, que nous puissions poursuivre l’apprentissage, maintenir la flamme auprès de ces milliers d’enfants et de jeunes gens, passionnés de Taekwondo. Cette crise sanitaire ne doit pas emporter vos clubs, qui Dieu seul sait, sont source de revenus considérables pour nombreux d’entre vous. Ensemble, avec l’implication de tous, nous maintiendrons cette dynamique !  Je demande au Secrétaire Général de poursuivre ses efforts, en veillant à ce que le site internet soit à jour et bien renseigné pour que tous les Taekwondo Ins ivoiriens, quelle que soit leur situation géographique, ne soient pas privés d’informations utiles.  J’envisage  également avec le Grand Maître KRAIDY Lucien, l’organisation des cours à distance. ..Je vais terminer en partageant avec vous mon grand espoir, que la Côte d’Ivoire  sortira grandie de cette épreuve. Avec elle, le Taekwondo ivoirien reprendra de plus belle, sa marche pour son développement », a déclaré le président de la Fédération ivoirienne de taekwondo.

Patricia Lyse 

Football/ Covid-19 : Après la décision de réduire leur salaire de moitié / Les joueurs disent non et mettent l’AFI en mission

Dans la foulée de la réunion du bureau de la Ligue professionnelle tenue le mercredi 15 avril  dernier à la Maison de verre , à Treichville,  Domoraud Cyrilel, président de l’Association des Footballeurs Ivoiriens (AFI) a convoqué, vendredi 17 avril 2020 à son siège  , les délégués de clubs dans l’optique de faire le point et avoir, par la même occasion, leur ressenti  ainsi que leurs attentes. Une rencontre qui s’est déroulée dans le strict respect des mesures de prévention contre le Covid-19. Il a été question, au cours de ces échanges de faire le point complet de la récente réunion de la Ligue professionnelle. Une réunion élargie aux clubs ayant pour principaux centres d’intérêt le paiement des salaires des joueurs  qui intervient dans un contexte particulier de pandémie et les dispositions envisageables dans l’éventualité d’un retour à la compétition. En la matière, le calendrier prévisionnel, qui accorde un temps de préparation de trois semaines minimum aux clubs avant la reprise, a rencontré l’adhésion des délégués. Il est de notoriété, en effet, qu’après une cessation d’activité prolongée, l’organisme de l’athlète a besoin d’être réactivé. Et cela passe par une préparation physique, assortie de séances technico-tactiques. Le président Domoraud Cyrille s’est, d’ailleurs, fait fort de le rappeler in-situ. En revanche, les joueurs se sont montrés moins enthousiastes à l’évocation du plan social tel qu’arrêté par la majorité des participants à la réunion du mercredi et rendu public par la Ligue professionnelle via le site Internet de la Fédération. Un plan social qui autorise les clubs à verser aux joueurs 50% de salaires sur les mois de mars et d’Avril. Le règlement du mois de mai étant soumis à l’évolution de la situation de crise sanitaire à Coronavirus ; il pourrait résulter d’une négociation entre clubs et joueurs. Pour les joueurs, cette pilule de réduction salariale ne passe pas. Une posture soutenue par des raisons clairement exprimées et parfaitement argumentées.  En effet,  le mois de mars ayant été entamé,  en l’espèce,  est dû dans son intégralité. Des clubs, qu’on ne citera pas ici, l’ont déjà fait.  En outre, la modicité des salaires pratiqués en Ligue 1 et en Ligue2, souvent en deçà du SMIG (60.000 F CFA), est telle que toute réduction, quelle que soit la proportion, plongerait davantage les joueurs dans la précarité. Par ailleurs,  l’arrêt du championnat et des séances d’entraînement relève du domaine d’un cas de force majeure. Aussi, des clubs trainent des impayés antérieurs à l’émergence du Covid-19. La Ligue professionnelle ayant versé la totalité des droits télé pour la Ligue 1 et  la subvention pour la Ligue 2, rien ne devrait, de l’avis des joueurs, s’opposer au paiement intégral des salaires du mois de mars voire celui d’Avril. De plus, ils  fustigent « cette manière de nous imposer une mesure alors que les clubs ont perçu l’intégralité des droits télé et des subventions ». De fait, les joueurs, acteurs principaux, se sentent lésés. C’est en cela que l’AFI a été, à nouveau, mise en mission auprès de la Ligue professionnelle. « Nous vous faisons confiance, et nous faisons confiance à la Ligue professionnelle. Il faut qu’on mette en avant les intérêts des joueurs », ont-ils plaidé.

De cette mission dépendra la suite à donner à cette situation très sensible, qui étale au grand jour les réalités du footballeur ivoirien et pour lesquelles l’AFI a toujours noué le lien du dialogue avec les instances dirigeantes. « Je ferai part de vos attentes au président de la Ligue »,  a rassuré Domoraud Cyrille en conclusion de cette rencontre.

P.L avec Sercom

Lutte contre le Covid-19/La FIA met ses ligues en mission

La Côte d’Ivoire, à l’instar de plusieurs pays du monde entier, fait face à la propagation rapide de la maladie à coronavirus. Face au nombre croissant de cas, chaque compartiment de la société ivoirienne doit jouer sa partition. Ainsi, Jeannot Kouamé, président de la Fédération Ivoirienne d'Athlétisme (FIA),  a mis ses bases en mission. Il a, en effet, redistribué le matériel de lutte contre le coronavirus reçu récemment des mains du Ministre des Sports Paulin Claude Danho,  aux ligues d'Abidjan parce que la capitale économique demeure l'épicentre de la pandémie.  Le président Jeannot Kouamé a remis les sceaux, les savons, les gants, les cache-nez et les essuies- tout à Florence Agbo, responsable de la ligue du Sud et à Sarré Abdoulaye, représentant la ligue du Nord. Un dispositif de lavage des mains a été prévu pour le siège de la fédération, sis au stade Félix Houphouët-Boigny et pour la ligue de Dabou. Pour rappel, la Côte d’Ivoire a franchi le week-end dernier la barre des 800 cas confirmés. Une situation qui nécessite l’accentuation de la sensibilisation qui passe par le respect des mesures barrières qui visent à freiner la propagation du Covid -19.  Il s’agit entre autres du  lavage régulier des mains au savon et à l’eau au cas échéant il faut utiliser  un gel hydro-alcoolique,  de la distanciation sociale d’un mètre et  du port de masque. Par ailleurs, il est impérieux de tousser ou éternuer dans le creux du coude. C’est de cette façon, qu’on pourra inverser la courbe de cette maladie en progression en Afrique avec 28 617 cas confirmés.

Patricia lyse

S'abonner à ce flux RSS