Le roi Mohammed VI gracie Hajar Raissouni, la journaliste condamnée pour avortement illégal    La diaspora africaine, un nouvel État ?    Sommet africain sur le climat : "Au Tchad, on enregistre déjà 48°C à l’ombre"    Élections au Mozambique : le nouvel eldorado africain du gaz (3/3)    L'Égypte voit descendre dans la rue "les enfants de la révolution de 2011"    Élections au Mozambique : une campagne d'une violence inédite (2/3)    L'analyse de notre correspondant Karim Yahiaoui à Tunis    Élections au Mozambique : des ONG musulmanes au chevet de la population (1/3)    Présidentielle en Tunisie : l'austère Kaïs Saïed porté au sommet de l'État    Kaïs Saïed donné gagnant de la présidentielle tunisienne, revivez la soirée électorale    Sans enthousiasme, les Tunisiens votent pour la troisième fois en un mois    Présidentielle en Tunisie : un concours de cuisine incite les femmes des zones rurales à voter    Attaque meurtrière contre une mosquée dans le nord du Burkina Faso    Le Nobel de la paix à l'Éthiopien Abiy Ahmed : un "encouragement" prématuré ?

Sport

Marathon de Côte d’Ivoire 2019/ ‘‘Le Prix Entreprise’’ parmi les grandes innovations

C’est le vendredi 15 novembre 2019 que se déroulera le « Marathon de Côte d’Ivoire ». Le lancement officiel de  la 5ème édition de cet événement sportif qui a pour thème : « La santé pour tous » a eu lieu le lundi 14 octobre à l’hôtel Novotel d’Abidjan-Plateau. C’était en présence de M.  Samuel Mobio, représentant le parrain Beugré Mambé, gouverneur du district d’Abidjan, du ministre des sports, Danho Paulin, du représentant du ministre du tourisme et  des loisirs et des représentants des sponsors et partenaires. Le président du Comité d’Organisation du Marathon de la Ville d’Abidjan (Comida) Victor Yapobi a d’abord situé les enjeux de cette rencontre sportive. « Notre volonté est de faire du Marathon de Côte d’Ivoire  une véritable compétition internationale inscrite au calendrier international des Marathons dans le monde dans les trois années à venir», a fait savoir Victor Yapobi avant de préciser que l’un des objectifs majeurs est d’établir un capital confiance entre les différents sponsors, partenaires et donateurs.

Comme innovation pour cette 5ème édition, le Comida, selon son président,  a décidé d’instaurer un ‘‘Prix entreprise’’ qui sera uniquement consacré aux entreprises qui se seront inscrites pour courir sous leurs couleurs. Et d’expliquer que l’entreprise qui placera parmi les dix premiers le plus d’employés à l’arrivée sera déclarée vainqueur et repartira avec un trophée. Autre innovation, le renforcement du nombre des contrôleurs et de jalonneurs avec l’expertise de la Fédération ivoirienne d’Athlétisme (FIA), ainsi que le renforcement de la sécurité et de la santé. Le ministre des sports Danho Paulin a félicité et encouragé les organisateurs de cet évènement sportif qui en quelque temps seulement a atteint une vitesse de croisière à saluer. Selon lui, la date du 15 novembre est symbolique car il s’agira  de célébrer la paix à travers le sport et la santé. Pour lui, plus que jamais, le sport doit permettre aux Ivoiriens de se retrouver en bonne santé. En procédant au lancement officiel de la 5ème édition de ce grand événement sportif qui attend 20 000 marathoniens,  M. Samuel Mobio, vice-gouverneur représentant le parrain Beugré Mambé, gouverneur du district d’Abidjan a félicité les organisateurs qui , selon lui, ont au-delà de la simple énonciation sportive, permis à leur manière de vivre de bon moment festif de bien-être et de cohésion  sociale. Il faut noter que comme aux éditions précédentes, hormis le marathon qui fait 42 km, le Comida a conservé les circuits de 3 km pour les jeunes de plus de 12 ans, les femmes et certaines personnes, 10 km qui est un circuit pour les hommes et les femmes qui ont une bonne pratique de la course à pied et le semi-marathon de 21 km qui est  fait pour certaines personnes et les corps habillés. L’inscription se fait uniquement en ligne sur le site : www.MARATHONDECOTE DIVOIRE.COM.

Nina Coulibaly

Foot star : Finale de la 4ème édition/ CFFAM s’adjuge le trophée comme l’année dernière

Débutée le 17 août dernier, la finale du tournoi des centres de formation  des jeunes de 15 à 17 ans dénommé Footstar a eu lieu le dimanche 29 septembre, au stade municipal de Dabou,  en présence du 1er Adjoint au maire représentant le Premier magistrat de la commune, Yede Jean Claude, parrain de la compétition,   du Chef du village de Songon-Agban Akré Siméon , du Directeur régional des sports Assuah Alfred et du public. Opposée à ESCA de Cocody-Angré, l’équipe de CFFAM de Songon a remporté pour la deuxième année consécutive le trophée en s’imposant aux tirs au but 4-3  (temps règlementaire 2-0) .Pourtant,  ce ne fut pas une partie de sinécure. Tant les poulains de Silué Seydou  d’Angré ont donné le tournis à leurs adversaires du jour. Ballotés, Koné Adama,  Alepo Stéphane et autres résistent bien aux assauts des joueurs venus d’Angré  qui butent à plusieurs reprises sur le gardien du temple de Songon, Diby Donovan. Et comme il fallait s’y attendre, le réveil  des poulains du coach Saboteur  s’avère fatal. Alors qu’on s’achemine vers la pause, Gnadja David donne l’avantage à son équipe. C’est  sur le score de 1-0 en faveur de Songon que les deux formations partent  pour la période d’oxygénation. Juste à la reprise,  Koné Lassina corse l’addition pour son équipe. Alors qu’il reste un quart de jeu, les poulains de Saboteur, croyant certainement avoir plié la rencontre, baissent de vigilance. Mal leur en a pris puisqu’Esca en profite pour réduire le score sur penalty et rétablir la parité, suite à une fantaisie du coach de Songon, Diby Donovan,  qui se fait chiper le cuir.  A 2 buts partout au terme du temps règlementaire,  l’arbitre de la partie a recours aux tirs au but pour départager ces deux formations qui avaient disputé la finale de la 3ème édition à Bonoua. A ce jeu,  ce sont les joueurs de Songon qui ont momentanément quitté le terrain après que l’arbitre a refusé  le but d’un des leurs qui a marqué une halte avant de poursuivre sa course, qui se montrent plus adroits en s’imposant 4 tab3. Pour la deuxième année consécutive, CFFAM soulève le trophée de la 4ème édition de Footstar au grand dam d’ESCA qui doit revoir l’efficacité de ses attaquants devant les buts.

Interrogé au terme de cette belle finale, le 1er Adjoint au maire représentant le parrain a salué l’initiative du président de l’Académie El Shaddaï et son équipe. «  C’est un sentiment de joie .J’étais là à l’ouverture, je suis là à la finale. J’ai  vu un beau spectacle malheureusement je constate que Dabou n’est pas là .Mais l’année prochaine,  nous allons conjuguer toutes nos forces pour qu’il remporte la  5ème édition »,  a-t-il indiqué avant d’inviter les encadreurs à s’imprégner des règles du football pour éviter la violence surtout que le sport est un facteur de cohésion. Même son de cloche pour le Directeur régional de sport, Assuah Ewuley Alfred qui rappelle qu’il appartient aux  encadreurs de connaitre les  règles de façon à ce que l’information arrive aux acteurs,   avant de venir à la compétition. Toutefois, note-t-il qu’au final, c’est la meilleure équipe qui a gagné. Il n’a pas manqué de féliciter les organisateurs qui ont fait des pieds et des mains pour que ce tournoi se déroule bien.  « Nous sommes heureux que ça se passe à la fin comme on l’a voulu. Merci pour ce que chacun de vous a donné. C’est un grand plaisir. A travers Footstar,  amener les autorités à encourager de telles initiatives et  voir tout Dabou magnifier celui qui a organisé cette activité, il faut dire merci à Footstar et avec lui le sponsor qui a bien voulu l’accompagner. Les idées nobles ont besoin d’être soutenues », a-t-il souhaité. Pour l’initiateur Agbo Cyprien, l’objectif a  été atteint. « Footstar c’est une fête. Au coup de sifflet final quand on voit toute cette joie sur le visage de la population, on peut dire que l’objectif est atteint. Cette année, le sponsor est allé jusqu’à offrir une télévision, c’est qu’il sait que Footstar est désormais un tournoi qui est en train d’avoir ses marques. Je pense que l’année prochaine, ils feront plus. A la recherche de personnes qui peuvent soutenir Footstar, nous sommes tombés sur une ancienne joueuse allemande  qui a tellement apprécié le projet. Elle a promis que l’année prochaine Footstar sera accompagné par des sponsors. C’est une ancienne joueuse, elle aime le sport, elle aime le football, elle a décidé de nous accompagner l’année prochaine », a-t-il déclaré, soulagé. Pour la prochaine édition,  a-t-il révélé, «plusieurs villes  sont sur la liste. Mais pour l’instant,  Bassam est en pole position. Les jours à venir,  nous allons nous y rendre pour échanger avec les autorités, les centres de formation et la radio  qui doit nous accompagner. C’est à l’issue de toutes ces rencontres que nous pourrons décider si c’est Bassam qui va accueillir la compétition ».

Finale Footstar Dabou 2019/ ESCA veut détrôner CFFAM

Parrainée par le Maire de Dabou, Yede Niagne Jean Claude, la finale   du tournoi de football des jeunes de 16 à 17 ans dénommé Foot star Dabou 2019  aura lieu le 29 septembre, au stade municipal de Dabou en présence des autorités municipales,  coutumière et sportives. Elle mettra aux prises CFFAM de Songon, vainqueur de l’édition précédente qui s’est déroulée à Bonoua et Esca  de Cocody-Angré. Un match qui promet  des étincelles. Dans la mesure où les pensionnaires d’Esca auront à cœur de  détrôner les détenteurs du trophée. Mais le 1er de la Zone de Dabou ne compte pas se laisser  faire.  Vainqueur de l’édition précédente, ils voudront sans nul doute conserver jalousement leur trophée. Une finale à l’issue incertaine qui  suscite l’intérêt du public du Leboutou qui ne voudra pas se faire compter l’évènement. Pour rappel,  16 équipes réparties en 4 zones ont  pris part à ce tournoi  des centres  de formation de football.

Patricia Lyse

Centre Sportif, Culturel et des TIC Ivoiro-Coréen Alassane OUATTARA /La KOICA et la Fédération Ivoirienne de Taekwondo dans l’opérationnel

A quelques trois mois de la fin des travaux du Centre Sportif, Culturel et des TIC Ivoiro-Coréen Alassane OUATTARA, la Fédération Ivoirienne de Taekwondo (FITKD) et l'Agence Coréenne de Coopération et de Développement International (KOICA) sont plus que jamais dans l’opérationnel. Objectif affirmé, conjuguer les efforts pour le respect des délais et des engagements des différentes parties. Le chantier devant être livré en Décembre 2019 et l’inauguration du Centre est prévue pour le mois de Mars 2020. 

 Ainsi, conduite par Mme CHUN Jihe, Directrice du Département Afrique de l'Ouest au siège de la KOICA et Directrice Pays au Bureau de la KOICA en Côte d'Ivoire, une délégation de haut niveau composée d'Experts coréens, a séjourné à Abidjan du lundi 19 au vendredi 23 Août 2019. Cette mission a permis notamment de jauger le niveau d'évolution des travaux du Centre Sportif, Culturel et des TIC Ivoiro-Coréen Alassane OUATTARA.

 Visite du chantier du Centre sis au bas-fond du Lycée Technique à Cocody (ex-Washington), réunions avec la Direction du Projet pilotée par le Ministre BAMBA Cheick Daniel, par ailleurs Président de la Fédération Ivoirienne de Taekwondo (FITKD), puis le Ministère des Sports ... ont meublé l'agenda très chargé de la mission.

 La journée du mardi 20 Août 2019 a été particulièrement enrichissante. La délégation de la KOICA et les membres de la Fédération Ivoirienne de Taekwondo, ont eu une séance de travail avec le Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD), dans les locaux de cette structure à Cocody. Le Président BAMBA Cheick Daniel a en effet anticipé, en recommandant au BNETD de réaliser un business-plan relatif à la bonne gestion du Centre, une fois achevé.

En présence du Secrétaire Général du BNETD, Monsieur YEO Adama, les experts en charge de la conception de ce business-plan, ont présenté le fruit de leur travail. Une rencontre bien menée, qui a comblé les attentes des membres de la mission de la KOICA. Au nombre desquels, M. PARK Kwang Bum, Manager Général du Département Fonctionnement et Entretien de la Fondation Internationale pour la Promotion du Taekwondo basée à Muju au siège du Taekwondowon. Aussi appelée « Maison du Taekwondo », c’est une véritable cité ultramoderne dédiée à la pratique du Taekwondo. Il a offert au Président BAMBA Cheick Daniel un film sur le Taekwondowon.

Dans la continuité de cette mission très enrichissante pour les différentes parties, Mme LEE Young In, Représentante Résidente Adjoint de la KOICA à Abidjan, a pris part à la réunion technique, qui a mobilisé la participation de la Direction du Projet, des entreprises en charge du chantier et naturellement de la KOICA.

Il s’est agi une nouvelle fois du respect des délais, de l’accélération de la procédure du règlement des factures des prestataires par la KOICA et de l’éventualité de signer un Avenant pour prévenir le rallongement des travaux sur un ou deux mois.

Cette semaine, M. Song Woong Yeob, Vice-Président de la KOICA, sera en visite de travail à Abidjan. Plus précisément du lundi 23 au vendredi 27 Septembre 2019. Il vient renforcer le chantier entamé par la mission précédente de la KOICA, à savoir accentuer aux côtés de la Fédération Ivoirienne de Taekwondo, un suivi efficient du chantier du Centre Sportif, Culturel et des TIC Ivoiro-Coréen Alassane OUATTARA.

 Il faut noter qu’un peu plus d’un an après le début effectif des travaux en février 2018 sous le contrôle de la Direction du Projet pilotée par le Ministre BAMBA Cheick Daniel et la KOICA, le constat est satisfaisant. Tous les gros œuvres ont été achevés, les travaux dans leur ensemble sont terminés à hauteur de 83%. Le carrelage dans les différentes salles a été effectué, les portes et les fenêtres vitrées installées, la charpente métallique et la toiture centrale qui couvrent le gymnase de 1 500 places assises sont en place.

Le palier réservé à la Fédération Ivoirienne de Taekwondo et tous ses bureaux, au premier étage du bâtiment annexe, sont quasiment prêts. Tout comme la bibliothèque, les salles multimédia et de conférence polyvalente de 200 places. L’ascenseur est également installé.

 Sercom FITKD

Jeux et Journée internationale du sport Universitaire Yamoussoukro 2019/ Le Comité sectoriel de lutte contre le Sida du ministère des sports sensibilise les athlètes

Amener les populations à se protéger lors des rapports sexuels  et à connaitre leur statut sérologique pour une prise en charge systématique dans l’optique de freiner l’avancée du Vih Sida, tel est l’objectif  que s’est fixé  le Comité sectoriel de lutte contre le Sida (CSLS) du ministère des Sports. Depuis 2012, le Csls  ne  ménage aucun effort pour encourager la jeunesse notamment les sportifs  à porter des préservatifs mais également  à se   faire dépister. Samedi 21 septembre dernier,   l’équipe  de Mme Ehui Béatrice,  coordinatrice  du CSLS empêchée,   a installé  son stand à l'Institut national polytechnique Houphouët-Boigny (l'Inphb) de Yamoussoukro où se  sont déroulés les Jeux universitaires et la commémoration de la Journée internationale du sport universitaire. Au cours de ce rendez-vous sportif,  qui a réuni plusieurs universités ivoiriennes (Injs, l'université Félix  Houphouët-Boigny,  l'université L. Guédé de Daloa,...), le CSLS a sensibilisé plus de 267personnes dont des étudiants.  Ce fut également une occasion pour les agents  de la direction régionale de Yamoussoukro, Agoh Eugénie et dame Dassé, toutes deux membres du comité sectoriel de lutte contre le Sida  d’instruire les visiteurs sur les dangers de  cette pandémie et la nécessité de se protéger.  Elles ont donc distribué 1352 préservatifs masculins et plus de 400 dépliants relatifs au test de dépistage volontaire du Vih / Sida et à la lutte contre les Infections sexuellement transmissibles (Ist). Elles n’ont pas manqué de présenter les timbres de solidarité à tous les visiteurs du stand. Rappelons que le  comité sectoriel de lutte contre le Sida  du ministère des sports est présidé par le ministre Danho Paulin Claude.

Patricia Lyse avec Sercom

Décès tragique de Diomandé Mé en Inde/ La famille appelle le président Alassane Ouattara au secours pour le rapatriement de sa dépouille

 

Le corps de l’ex-milieu du Stella Club d’Abidjan et de l’Asec Mimosas qui a également fait les beaux jours à l’ASI d’Abengourou, n’est pas encore rapatrié à Abidjan.

Tué en Inde  par un train  le 9 août 2019 à l’âge de 31 ans  alors qu’il se rendait  à une rencontre, les parents du footballeur international ivoirien, Diomandé Mé Aboubacar, encore sous le choc, attendent toujours avec le concours des autorités ivoiriennes, le retour de la dépouille de leur fils afin d’organiser dignement ses obsèques et son inhumation sur sa terre natale.

Un mois après son décès, la famille plaide auprès de l’Etat de Côte d’Ivoire et de  toute la grande famille sportive ivoirienne, notamment le président de la Fédération Ivoirienne de Football M. Sidy Diallo  pour le rapatriement de la dépouille  de leur fils  afin de lui  rendre un hommage .

«Je suis le père biologique de Diomandé Mé qui nous a quittés de manière brusque. Nous n’avons pas appris qu’il était malade quand la nouvelle de sa mort nous a surpris le 10 août dernier. Diomandé Mé est mort un vendredi qui est un grand jour pour nous les musulmans. C’est la volonté de Dieu. Je voudrais solliciter la générosité du Président de la République SEM  Alassane Ouattara pour que le corps de mon fils arrive à Abidjan pour que je l’enterre ici le cœur tranquille», a souhaité le père du défunt Diomandé Mé que nous avons trouvé inconsolable ce matin à son domicile dans la commune d’Abobo.

Il faut rappeler que Diomandé Mé Aboubacar a disputé le championnat des Nations (CHAN 2009) avec les Eléphants locaux. Ce jeune Eléphant natif de Séguéla a successivement dans sa carrière footballistique professionnelle évolué en Angleterre (Charlton), en Belgique (Germinal Beerschot) pour finir en Inde où il a malheureusement trouvé la mort dans des conditions tragique

Infos D. T

S'abonner à ce flux RSS