Coup d'état au Soudan : le début d'un scénario "à l'égyptienne" ?    COUP D'ÉTAT AU SOUDAN : LE 1ER MINISTRE ET DES MEMBRES DU GOUVERNEMENT ARRÊTÉS    La transition démocratique enterrée ? Coup d'État de l'armée au Soudan, le gouvernement dissout    Contre le paludisme, un vaccin suscite l'espoir    Au Mali, le représentant de la Cédéao déclaré "persona non grata"    Siyabulela Mandela poursuit le combat de son grand-père pour les droits humains    Pollution massive du Lac Victoria : le plus grand lac d'Afrique se meurt    Burkina Faso : le procès de l'assassinat de Thomas Sankara reprend à Ouagadougou    Coup d'État au Soudan : le gouvernement de transition dissous, des manifestants tués par l'armée    Soudan : plusieurs dirigeants arrêtés, l’accès à Internet coupé    Conseil de sécurité de l'ONU au Mali : la junte veut des "assises nationales" avant les élections    En visite au Mali, la délégation de l'ONU appelle au retour à un pouvoir civil    Le meurtre d'Agnes Tirop, un "signal d'alarme" pour les femmes athlètes au Kenya    Au Mali, le Conseil de sécurité de l'ONU va plaider pour le retour d'un pouvoir civil

Sport

Assemblée générale élective à la FITKD /Jean Marc Yacé, le meilleur choix pour un taekwondo plus fort

« Il est  dans les arcanes du taekwondo depuis 1971.  Il a les capacités physiques, intellectuelles et quelques moyens pour accompagner  la Fédération Ivoirienne de taekwondo. Il est pragmatique et c’est l’humilité faite homme».  C’est par ces qualités  que Koné Souleymane, directeur  de campagne a décrit son candidat Jean Marc Yacé lors d’un échange avec les Ligues de Cocody, Adjamé et Plateau samedi dernier au Forum de l’Université d’Abidjan. Intervenant, tous  les taekwondoins  présents   ont admis  qu’ il n’y a pas  meilleur  choix  que Jean Marc Yacé pour  pérenniser  les acquis sinon faire mieux que le comité directeur sortant dirigé par Bamba Cheick Daniel qui a placé le taekwondo à un niveau  très élevé avec en prime 110 médailles dont 3 olympiques.

Mais avant,  Me Niava a présenté le projet de leur candidat pour les quatre années à venir. Un programme d’actions concrètes  en 17 points  susceptible d’être amélioré pour ne léser personne. Un programme dont les priorités sont le rassemblement des taekwondoins et Paris 2024. « Tout ce que je demande aux uns et aux autres c'est que chacun puisse s'exprimer en fonction de ce qu'il ressent. Ne restons pas dans les émotions mais regardez en toute honnêteté qui peut accompagner la fédération. Je ne suis pas le meilleur mais je pense que je peux faire beaucoup pour la fédération ivoirienne de Taekwondo. Je veux ramener tous les taekwondoins à la maison de telle sorte qu'on soit encore plus fort ensemble. Car c'est ensemble seulement que nous pouvons réussir. Ensuite, le second objectif est Paris 2024. Il faudrait  que nos athlètes puissent y être et  pour cela, il faut les mettre en compétition dès maintenant. Il faut aussi que nous ayons des sponsors qui ont vu la qualité qu'a la Fédération ivoirienne de Taekwondo », a fait savoir le candidat Jean Marc Yacé.

 Outre  ces priorités, il  y aura le renforcement des capacités des ligues qui sont les démembrements de la fédération.  La mise en place des outils informatiques pour aider les maîtres de salles et les ligues dans leur gestion quotidienne constitue un pan non moins important du programme  de Jean Marc Yacé  sans oublier le  renforcement des capacités des maîtres de salle, l’organisation d’un championnat national nouvelle formule avec ranking en ligne de mire et une compétition sous régionale,  laquelle sera à la dimension de la Côte d'Ivoire. Par ailleurs, il ambitionne  de doter la fédération d’un magasin  de ventes d’articles de sports   ,  de  proposer des cartes fédérales en remplacement des passeports fédérales et de ramener des sponsors pour poursuivre le développement du taekwondo . En somme le candidat  Jean Marc Yacé propose des actions concrètes avec comme slogan, ensemble pour un teakwondo plus  fort.

 D’entrée, Colonel Doumbia Daouda, en tant que directeur de campagne communal,  a souhaité la bienvenue aux ligues de Cocody, Plateau, Adjamé qui sont à la tâche depuis la précampagne. Au nom de la direction de campagne, Me Koné Souleymane Roël, Directeur de  campagne, a salué les ligues de Cocody, d'Adjamé et du Plateau qui ont effectué le déplacement. « Nous sommes venus ici pour vous saluer mais  avec notre candidat qui n'est pas une personne étrangère au taekwondo parce qu'il y a des gens qui disent qu'on ne le voit pas. Nous voulons rappeler que notre candidat est dans les arcanes du taekwondo depuis les années 71 avant la création de la fédération ivoirienne de Taekwondo. Donc,  notre candidat est un ancien pratiquant. C'est déjà une différence avec d'autres candidats. En plus,  gérer une fédération,  c'est comme gérer une cité. Notre candidat a la chance de gérer la prestigieuse commune de Cocody.  Pour être maire de Cocody, il faut être prêt. Donc notre candidat a plus que démontré qu'il a la capacité de gérer les hommes de toutes  les qualités. De ce point de vue par rapport aux autres candidats, je crois que la différence est faite. En plus de cela, notre candidat est l'humilité faite homme. Pour vous en convaincre  vous devez l'élire le 30 octobre. C'est une chance que nous avons car notre candidat a à la fois les capacités physiques, intellectuelles et quelques moyens pour  accompagner le taekwondo. Il est l'homme qui peut relever le défi actuel du taekwondo », a conclu  Koné Souleymane, Directeur de campagne, ceinture 6ème dan.

Pour rappel, l’élection du nouveau président de la Fédération Ivoirienne de taekwondo (FITKD) aura lieu le 30 octobre 2021, au Centre Sportif Ivoiro-Coréen Alassane Ouattara.

 Patricia Lyse

Arts Martiaux/L’AUC rend hommage au président Bamba Cheick

Le comité  directeur de l’Abidjan Université Club (AUC), dirigé par Coulibaly Balla a décidé, sans pression aucune,  d’honorer le ministre Bamba Cheick Daniel. En reconnaissance à toutes les actions qu’il a menées et pour tous les services rendus à la nation particulièrement au taekwondo,  ils ont décidé de baptiser le Dojang de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan  du nom du président de la Fédération ivoirienne  de taekwondo. La cérémonie de baptême  a eu  lieu, à l’occasion de la 3ème édition du Festival des arts martiaux universitaires (FAMU),  samedi dernier  à l’Université d’Abidjan en présence du maire de Cocody  Yacé Jean Marc   et des anciens de l’AUC dont Me Koné Souleymane.  « Aujourd’hui, le comité directeur de l’AUC dirigé par ma modeste personne,  a décidé de rendre hommage à un homme. Un ainé qui nous a inspirés lors de son passage à la tête de l’AUC et également pour tous les services rendus à la nation   particulièrement pour le taekwondo ivoirien. Pour nous, c’est un exemple  et à travers lui, je tiens à dire merci à tous les anciens de l’AUC. Merci Monsieur le ministre, vous n’avez rien demandé.  C’est une initiative du   comité directeur de l’AUC  pour toutes les actions que vous avez menées. Vous avez lutté pour que l’AUC ait une salle, vous méritez donc qu’elle porte votre nom   », a d’entrée précisé le président du Comité directeur de l’AUC, Balla Coulibaly qui  en a profité pour  appeler le ministre à les aider à donner une dimension internationale à cette salle qu’il a entièrement réhabilitée.  

« Je ne  veux pas me couvrir de ridicule en voulant feindre une sorte de distance par rapport à ce que je vis aujourd’hui. Je ne vais pas bouder mon plaisir quand de mon vivant,  sans que je ne l’ai demandé, des  frères qui me portent dans leur cœur, décident de m’honorer de la façon la  plus remarquable par rapport à l’art martial et le taekwondo  qui ont été l’un des fondamentaux de ma vie. C’est une grâce et je bénis le nom du Seigneur. Je suis heureux de voir autour de moi et avec  moi de vieux amis qui m’ont vu travailler à l’AUC,  m’entrainer sur ce terrain de handball  et  qui m’ont aidé à créer cette institution qu’ils ont vu grandir. Je veux rendre un vibrant hommage à tous les anciens du taekwondo  qui sont de grandes personnalités aujourd’hui. Je  voudrais remercier le maire de Cocody qui  nous a fait l’honneur d’être là et de faire le poomsae avec nous. Un digne taekwondoin qui pourra  non seulement préserver les acquis mais  également les amplifier. Je suis  très heureux d’être parmi vous et de voir que 39 ans après, ce  bâtiment que le président Félix Houphouët-Boigny, l’homme de la grande vision a offert aux arts martiaux, devienne aujourd’hui, l’un des monuments du sport  à l’université et l’un des monuments du taekwondo qui a fait naitre le centre sportif Ivoiro-coréen. Je rêve qu’un jour on dise, les coréens ont créé le taekwondo, la Côte d’Ivoire est devenue la nation du taekwondo mondial et nous sommes bien partie pour réussir », a souhaité le ministre Bamba Cheick Daniel.

 Quant au maire de Cocody, il a félicité Me Odane. « Cette 3ème édition relève  d’une chose particulière. On a honoré Bamba Cheick Daniel qui est le président-fondateur de l’AUC Taekwondo. Tous ces jeunes qui sont là reconnaissent la qualité et la valeur de l’Homme. Nous le félicitons pour tout ce qu’il a fait au niveau de l’AUC  et au niveau de la fédération ivoirienne de taekwondo. Avec lui, nous avons eu 3 médailles olympiques. C’est donc la moindre des choses que cette salle puisse  porter son nom aujourd’hui. Félicitations à Bamba Cheick Daniel qui  a fait énormément pour le taekwondo », a-t-il indiqué avant de relever les grandes lignes  de sa vision pour la fédération.  «  Aujourd’hui, nous allons essayer de maintenir  voire augmenter ce que Bamba Cheick Daniel a fait et réconcilier les uns et les autres  pour dire que le taekwondo c’est une  seule et unique personne. Un taekwondo un égale à un. Vous allez nous voir sur le terrain, on aura une équipe forte qui va rehausser le taekwondo ivoirien », a-t-il terminé.  

Pour rappel, des démonstrations de Nabudo, Viet vo Dao, Judo,  Shotokan,  Kyo Kushu Kaï  et Taekwondo ont meublé  cette 3ème édition du Festival  des arts martiaux universitaires.   

Patricia Lyse

Eliminatoires Mondial 2022 : Délocalisation des matches à domicile des Eléphants/Les précisions du ministère des sports

Après la 2ème journée  des éliminatoires du Mondial 2022, le Stade Olympique d’Ebimpé  dont la pelouse était en piteux état, a été fermé pour des travaux. Comme solution palliative, le Comité de Normalisation de la FIF a proposé le Stade de  Yamoussoukro qui malheureusement n’a pas été homologué par les inspecteurs de la CAF étant donné que les travaux d’exécution sont toujours en cours.  Une situation qui a suscité l’ire des Ivoiriens qui ont exigé des sanctions à l’encontre des premiers responsables du  sport ivoirien. Réagissant  à ces différentes attaques,    lors d’un point de presse tenue ce mercredi 22 septembre 2021,  à la salle de conférence du ministère des Sports et du développement de l’économie sportive, Lydie Yao , Directrice de Communication dans ledit ministère qui avait à ses côtés la directrice de l’Office national du Sport, Mariam Yoda, Koffi Kan  Bertin directeur général des Sport et Me Abé Paul du Conor-FIF,   a fait des précisions  sur  la question 

POINT PRESSE

1/ Contexte

La Côte d’Ivoire organisera la CAN 2023 et pour se faire d’importants travaux sont en cours de réalisation à Korhogo, Bouaké, San pedro, Yamoussoukro et Abidjan.

Depuis l’indépendance de notre pays, c’est exceptionnel, plus de 500 milliards d’investissement en infrastructures sportives, d’hébergement y compris les investissements connexes ; voirie, aéroportuaires et plateaux techniques sanitaires.

Malgré quelques perturbations liées à la pandémie à Coronavirus covid 19, le timing actualisé nous permet d’affirmer que nous serons prêts et livré en 2022, soit six (6) mois avant la compétition prévue en Juin-Juillet 2023.

2/ Le stade Alassane OUATTARA de la cité olympique d’ébimpé

Le stade Alassane OUATTARA d’Ebimpé qui est le fruit de la coopération sino-ivoirienne doit subir des travaux complémentaires pour être mis en conformité FIFA-CAF.

Le stade d’Ebimpé étant fermé et tous les stades étant en construction en Côte d’Ivoire, c’est la priorité du gouvernement, la FIF n’a pas d’autre choix que de jouer ses matches retour à domicile des éliminatoires de la coupe du monde 2022, à l’extérieur conformément à la réglementation CAF.

Sauf que compte tenu de l’état d’avancement du stade de Yamoussoukro qui aujourd’hui a une pelouse complètement achevée et des vestiaires disponibles, des tribunes achevées, la FIF de façon exceptionnelle a demandé à vouloir étudier la faisabilité de jouer des matches sur ce stade. La FIF a donc saisi la CAF pour voir si elle pouvait homologuer de façon ponctuelle le stade de Yamoussoukro pour accueillir les deux matches.

L’environnement de ce stade n’étant pas terminé, le stade n’a pas encore été livré pour prétendre à un homologation totale et définitive.

3/ Le stade de Yamoussoukro

Le stade de Yamoussoukro était une solution palliative proposée par la FIF. Cependant la mission d’inspection de la CAF a conseillé à la Côte d’Ivoire de poursuivre les travaux et de choisir sous 48 heures, l’un des stades homologués à l’extérieur de la Côte d’Ivoire pour recevoir ses matches. Ce qui a été fait. Ainsi la FIF a décidé que la Côte d’Ivoire accueillera ses matches sur le stade de l’amitié Général Mathieu KEREKOU de Cotonou au Bénin et tout est en œuvre afin que tout se déroule bien pour notre équipe nationale.  

 

Conclusion

Tous les chantiers de la CAN 2023 avancent très bien et sont suivis par le BNETD en relation avec l’Office National des Sports.

Nos éléphants restent sereins et déterminés malgré l’environnement délétère que veulent susciter certains esprits chagrins pour déstabiliser nos joueurs.

Nous vous assurons que les Eléphants de Côte d’Ivoire, bien classés dans leur poule, bénéficient du soutien du gouvernement et des prières du peuple ivoirien afin qu’ils gagnent tous leurs matches de cette étape éliminatoire.

 

 

Election à la présidence de la Fédération ivoirienne de taekwondo/Le candidat Jean Marc Yacé présente son directeur de campagne

Désigné le 5 août dernier  candidat du comité directeur à l'élection du président de la Fédération ivoirienne de Taekwondo (Fitkd) le 30 octobre prochain,   Jean Marc Yacé  a présenté son directeur de campagne  au cours d’une cérémonie lundi  13 septembre 2021, au club municipal des  II Plateaux.  Son choix s’est porté sur un homme du sérail en la personne de Me Koné Souleymane Roël Cn 6ème dan. « Chacun doit accepter ce choix. J'ai préféré  choisir un directeur de campagne qui n'est pas proche de moi pour éviter qu'on dise qu'on est en train de faire ça en cercle restreint. Nous savons que nous allons tous aller au combat. Tous les présidents de Ligue qui sont de mon côté, vont faire la campagne avec moi. Tous ici, nous devons  être une seule personne pour aller  au front. Nous devons faire un bloc imperméable, un bloc indestructible, un bloc irrésistible, un bloc qui va faire en sorte que nous puissions regrouper et rassembler tout un chacun qui se sent   taekwondo-in après la victoire de celui que Dieu aura choisi afin que nous puissions travailler pour le taekwondo à l'intérieur et à l'extérieur de la Côte d'Ivoire. La personne que j'ai  prise n'est pas forcément toujours à nos côtés. C'est le grand maître taekwondo ceinture noire 6ème dan, Me Koné Souleymane Roël qui sera notre directeur de campagne. Je voudrais que chacun puisse l'accompagner comme il m’accompagne. Que   vous  voyez en lui, la personne que vous avez choisie le jour où vous m'avez  dit qu’on te choisit pour être le successeur du comité directeur. À partir de ce moment, il est à votre disposition comme nous sommes à sa disposition. Que le Seigneur nous accompagne dans la mission  que nous avons à faire.  Je demande à chacun de faire taire toute cette arme interne. Ne regardons pas le visage, regardons ce que le candidat et son directeur de campagne peuvent apporter au taekwondo avec votre concours et votre support. Parce que sans vous, nous ne sommes rien. Donc je demande à chacun de nous d’apporter tout le support possible pour que nous puissions aller à la victoire et révolutionner une fois de plus le taekwondo ivoirien », a dit le candidat-président Jean Marc Yacé, en présentant son directeur de campagne.

Ancien directeur Technique, Koné Souleymane Roël  a accepté  cette sollicitation qui apparait comme une occasion de révolutionner davantage le taekwondo ivoirien.  «  Je voudrais exprimer ma profonde reconnaissance à Me Jean Marc Yacé pour le choix porté sur ma modeste personne  parce qu’il y a  plus d'un  millier de Ceintures Noires au taekwondo  en Côte  d'Ivoire et il y a des hommes de qualité. Ma modeste personne a été choisie et je voudrais encore lui dire merci pour cet acte de solidarité. Je considère ce choix comme une occasion de mettre en exergue les performances acquises durant ces dix dernières années par vous  autant sur l'échiquier national qu'international. Je voudrais saluer et remercier le président Bamba Cheick Daniel qui a eu l'appui fort du candidat président. Nous avons l'occasion  de suivre cette communion d'esprit et d'action. Quoi de plus normal de dire oui quand je suis sollicité. Oui pour l'occasion qui m’est offerte pour consolider les acquis mais surtout conforter la cohésion sociale. Vu les performances jamais égalées sur le plan sportif  que nous avons fournies à la Côte d'Ivoire, je considère donc ce choix comme une opportunité de nous rassembler et de faire une fête autour du taekwondo qui a fait ses preuves et qui a besoin encore d'aller en ascendance sur l'échiquier  national et international. Me Jean Marc Yacé merci. Je suis à  la disposition de chacun des taekwondoins. Considérez que chacun est directeur de campagne », a confié Koné Souleymane Roël. Ouvrant la cérémonie de présentation du directeur de campagne, le premier Vice-président Mangala Salif qui avait à ses côtés le 2ème vice-président,  a  remercié tous ceux qui ont effectué le déplacement. « Tout le comité directeur et moi nous sommes venus assister notre candidat pour l'investiture de son directeur de campagne. J'ai voulu par notre présence marquer une union sacrée autour de lui. Si nous membres du comité directeur sommes en ligne, il n'y a pas de raison que les fantassins qui  doivent nous suivre s'amusent à traîner les pas. Nous sommes prêts. Le top départ est donné. Je déclare ouvert la cérémonie d'investiture du Directeur de campagne », a-t-il indiqué d’entrée.

Il a terminé par une note d'espoir  en invoquant   le Seigneur de les accompagner dans cette aventure.

 Patricia Lyse

Réélu samedi dernier pour un 2ème mandat à la tête de la Fédération ivoirienne d’Athlétisme / Voici les priorités du Président Kouadio Jeannot

Après 2017, le président Kouadio Kouamé Jeannot a été réélu pour un  second mandat de 4 ans à la tête de la Fédération ivoirienne d’Athlétisme,  au cours de l’assemblée générale élective  tenue  samedi dernier à l’INJS  de Marcory. Seul candidat  en lice, le président réélu a obtenu 31 voix  contre 3 bulletins nuls. Au terme de cette réunion, il a  dévoilé ses priorités et a tenu à remercier, la tutelle, le CNO-CIV et les délégués pour la confiance à lui renouvelée.   « Je tiens à remercier le ministère de la promotion des sports et du développement de l'économie sportive. Je tiens à remercier aussi le comité national olympique de Côte d'Ivoire à travers le Général Palenfo. À vous les présidents de Ligues, de clubs et à tous ceux qui aiment l'athlétisme ainsi que le comité directeur, je tiens à vous remercier sincèrement. Nous avons entamé la course depuis le 22 août 2017 et nous entendons la poursuivre. Ce deuxième mandat sera la continuité de ce que nous avons entamé », a-t-il laissé entendre. Par ailleurs il a dévoilé sa priorité pour ce second mandat. Outre la formation des encadrants, athlètes et acteurs, il a insisté sur la signature d’une convention entre l'INJS, la confédération et la fédération. « La priorité, c'est la signature de la convention qui lie les 3 structures à savoir l'INJS, la confédération et la fédération. Je pense que dans 2 mois maximum, nous allons signer cette convention et on aura notre centre de développement de l'athlétisme à Abidjan. Puis nous allons faire des formations. Il y aura même des formations à l'endroit des journalistes parce que l'interprétation des résultats techniques pose parfois problème », a-t-il dit à chaud. Au président nouvellement réélu, le représentant du CNO, Allah Kouamé a conseillé de tenir compte des trois (3) personnes qui ont marqué leur désaccord.

Je voudrais féliciter l'ensemble des membres de la fédération ivoirienne d'athlétisme  pour la bonne ambiance dans laquelle  ces élections se sont déroulées. Féliciter le président  Jeannot pour sa réélection. Nous en sommes très heureux parce qu'il est l'un des nôtres. Nous avons apprécié ce qu'il a fait au Comité national olympique. Féliciter également les commissaires aux comptes pour leur engagement et faire en sorte qu'il y ait plus de transparence dans la gestion de la fédération. Je voudrais attirer l'attention du président sur le fait qu’il avait 36 présents  dans la salle  et il y a 3 votes qui ne se sont pas exprimés. C'est à dire le vote blanc qui veut dire qu'on n'est pas d'accord. Il faut faire en sorte de ramener ces trois  (3) personnes pour les 4 prochaines années. Je voudrais inviter tous ceux qui étaient dans cette salle à faire bloc autour du président et tirer l'athlétisme ivoirien vers le haut », a-t-il proposé.  Tout en félicitant le président pour sa réélection, il lui a demandé de faire  des efforts  pour que la Côte d’Ivoire soit également représentative  au lancer, au  saut et autres. Aux présidents de clubs, il leur a  demandé pardon de se  mettre à jour en ayant leur  agrément.  Parallèlement à l’élection du président, il y a eu celle des commissaires aux comptes.

 Patricia Lyse

Athlétisme/Le pdt Kouadio Jeannot : « Si c’est maintenant que nous voulons préparer Paris 2024, c’est que nous sommes en retard »

Au terme de la formation des encadreurs et directeurs techniques nationaux en athlétisme, Kouadio Kouamé Jeannot, président de la Fédération ivoirienne d’Athlétisme  qui se dirige vers un plébiscite à l’assemblée générale  élective du 4 septembre, livre sa recette pour la qualification des athlètes ivoiriens pour Paris 2024.  

Président, pourquoi cette formation ?

Il y a toujours un besoin de formation dans toutes les disciplines. La formation des entraîneurs et leur suivi est la plus importante. À n'importe quel moment, on peut initier ou demander une formation pour permettre à nos entraîneurs d'être au fait des nouvelles techniques  d’entrainement.

Qu’est-ce que vous pouvez en dire ?  

C'est un séminaire qui rentre dans le cadre de nos objectifs. Si vous voulez travailler avec à  la base, il faut le faire avec les enfants. SI  vous l'avez constaté cela fait 4 ans que nous faisons des activités en faveur des enfants de 11 à 15 ans. On a même organisé un meeting  pour les jeunes. En 2020, on a installé des pôles d’entrainement dans les différentes régions qui fonctionnent et  c’est à l'issue de cela qu'on a fait le meeting. Donc la formation visait à donner des rudiments supplémentaires à nos encadreurs qui sont dans ces pôles  pour qu'ils puissent détecter d'autres talents et les insérer de telle sorte que dans un processus à long terme on puisse avoir des athlètes de très  haut niveau.

Le souhait des stagiaires est que ce genre de formations se perpétue.

Le DTN  a déjà établi un  chronogramme 2021- 2022.  Outre le programme du DTN, il y aura  en plus des formations  de telle sorte que nos encadreurs soient  beaucoup plus qualifiés.

 Comment allez-vous évaluer le travail qui a été fait ?

C’est par la compétition qu’on arrive à juger la qualité du travail qui est fait sur le terrain. On a un meeting qui concerne toutes les catégories. Et tous les ans on fera ce meeting.  Cette année, il y a des jeunes filles  de 13 ans qui ont fait 4,52 m  à la longueur, à Abidjan et à Daloa. Elles sont dans les pôles d’entrainement. 4, 52 m à cet âge montre qu’il y a un travail qui est puisqu’au plan national les seniors sont à 3m. C’est un processus à long terme et nous qui sommes techniciens, on a déjà le tableau de ceux qui arrivent.

 Après Ta Lou et Murielle Ahouré, est- ce qu’on a des jeunes talents qui sont capables d’assurer la relève ?

  Je vous rassure que la relève est là. La relève ce n’est pas comme une page photo mais je vais vous citer des noms. On a un garçon qui court en 10.09.S’il était avec Cissé Gué, il allait le battre parce que cette année,  la meilleure performance de celui- ci est 10.11.  Il aurait pu se qualifier pour les Jeux Olympiques, s’il avait réalisé un temps de 10.05..Nous avons également deux filles qui courent en 11.41, Jessica  qui  se trouve aux Etats Unis et une autre qui se trouve en France. Elles seront là en décembre. Donc si Ta Lou et Ahouré  partent, on a  des filles de très bon niveau qui sont là. Même Zicket qui fait les haies a couru en 11.41 au 100 m plat.   Cette performance n’est pas négligeable. Il y a  un groupe qui est là donc il faut les regrouper et  leur fixer des objectifs. Et vous allez sentir qu’il n’y a pas trop d’écart entre les Ta Lou et  ceux-là.

Quel est votre plan de préparation  pour permettre à vos athlètes d’être prêts pour les JO de Paris 2024 ?

Les  JO ne se préparent pas en 4 ans. Si c’est maintenant que nous voulons préparer les Jeux Olympiques de 2024, c’est que nous  sommes en retard. Nous avons donc commencé la préparation.  C’est pourquoi  nous multiplions les activités.  On ne lésine pas sur les moyens quand il faut  dépenser pour  un athlète. Attougbré Lebon  qui est U20,  est à 7 cm du record senior de Côte d’Ivoire de triple saut  qui date de 40 ans. C’est est un potentiel athlète pour Paris 2024.  Cela fait longtemps que nous le suivons. Voilà un peu ceux qui sont dans l’anti chambre et qui travaillent. Déjà, on a l’œil sur 2024 et je vous assure qu’au relais  4x100 dames,  on sera présent à Paris. Pas avec certitude pour les hommes mais ils peuvent également se qualifier.

 

Qu’est-ce que vous attendez concrètement de l’Etat pour  la préparation  de ces athlètes  de  haut niveau pour les Jeux Olympiques ?

La seule chose que je vais demander à l’Etat c’est de nous permettre de  prester dans de bonnes conditions. Nos  athlètes qui doivent aller aux Jeux olympiques sont obligés  de demander des  meetings ailleurs pour s’apprêter pour les Jeux Olympiques alors  qu’ici, on pouvait organiser  des compétitions de haut  niveau puisqu’on a le stade d’Ebimpé. Si on nous autorise à prester là-bas,  cela va donner une opportunité de compétition  à nos athlètes. Je vous assure que si nous étions  présents à ces JO avec notre équipe dames au  relais 4x100 m, on aurait eu une médaille. On aurait pu prendre la responsabilité d’organiser ici un meeting qui  aurait été validé pour permettre à nos filles de se qualifier mais  on n’a  pas pu avoir accès aux infrastructures qui nous permettent de prester.

 Un mot sur l’assemblée  Générale Elective du 4 septembre 2021 ?

 La  place du président n’est pas éternelle. Il est plutôt de passage .Donc cette année, j’avais voulu retourner sur le terrain.  Je peux apporter un plus c’est à moi de m’organiser. Il n’est pas écrit quelque part que quand vous êtes administratif vous ne pouvez pas être technicien.

 Combien de candidatures ont été enregistrées au poste de président et de commissaires aux comptes ?

Le commissaire de justice a fait son constat. Une seule candidature a été enregistrée au poste de président et deux au poste de commissaires aux comptes.

  Réalisé par Patricia Lyse

 

S'abonner à ce flux RSS