Gabon : dans la presse et devant la justice, l’état de santé d’Ali Bongo fait toujours polémique    En perte de vitesse, le G5 Sahel s’invite au sommet du G7    Arrestation de Nabil Karoui, candidat à l'élection présidentielle en Tunisie    Arrestation de Nabil Karoui, candidat à l'élection présidentielle en Tunisie    Cinq morts en Algérie lors d'une bousculade avant un concert    Présidentielle tunisienne : le Premier ministre délègue ses pouvoirs pour faire campagne    Expertise de la santé d'Ali Bongo : la justice gabonaise est-elle libre ?    Au Ghana, les Afro-Américains attirés par le tourisme mémoriel    Après six mois de contestation en Algérie, la "révolution" dans l’impasse    Rwanda-Ouganda : Paul Kagame et Yoweri Museveni enterrent la hache de guerre    Au Soudan, le Conseil souverain et le nouveau Premier ministre investis    L'analyse de notre correspondant à Khartoum Bastien Renouil    Transition au Soudan : le Conseil souverain a prêté serment    Transition au Soudan : un Conseil souverain, composé de six civils et cinq militaires, a été formé    Au Burkina Faso, "les jihadistes attaquent l’armée pour se ravitailler en armes et munitions"

Bonne Gouvernance / les présidents d’institutions, les ministres et secrétaire d’Etat, gouverneurs, les élus, etc. invités à déclarer leur patrimoine (Communiqué)

Aux termes de l’article 5 de l’ordonnance n° 2013-660 du 20 septembre 2013 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées, telle que modifiée par les ordonnances n° 2013-805 du 22 novembre 2013 et n° 2015-176 du 24 mars 2015, et de l’article 7 du décret 2014-219 du 16 avril 2014 portant modalités de déclaration de patrimoine, les Chefs et Présidents d’Institutions de la République, les Membres du Gouvernement et les Personnalités ayant rang de Ministre ou de Secrétaire d’Etat, les Gouverneurs de District et leurs Vice-Gouverneurs, les personnalités élues et toutes les autres personnes agissant pour le compte de l’Etat et utilisant dans le cadre de leurs fonctions les moyens financiers de l’Etat ont obligation de déclarer leur patrimoine dans les trente (30) jours qui suivent leur prise de fonction. En application des dispositions susvisées, le Président de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance invite les assujettis ci-après qui n’ont pas encore effectué leur déclaration de patrimoine à prendre toutes les dispositions utiles en vue de déclarer leur patrimoine dans les trente (30) jours qui suivent leur prise de fonction ou de début d’exercice de mandat. Ce sont : - Les Chefs et Présidents d’Institutions de la République ; - Les Membres du Gouvernement et les Personnalités ayant rang de Ministre ou de Secrétaire d’Etat ; - Les Gouverneurs de District et leurs Vice-Gouverneurs ; - Les Députés ; - Les Maires et leurs Adjoints ; - Les Ambassadeurs, les Payeurs d’Ambassade, les Attachés de Défense et les Agents publics en poste dans les représentations diplomatiques ayant rang de Directeur ; - Les Secrétaires Généraux et les Directeurs Financiers des Institutions de la République ; - Les Présidents, Secrétaires Généraux, Directeurs Généraux et Directeurs Financiers des Autorités Indépendantes de Régulation et de Contrôle rattachées aux différents Ministères ; - Les Directeurs de Cabinets des Ministères et leurs Adjoints ; - Les Chefs de Cabinets des Ministères ; - Les Directeurs Généraux et leurs Adjoints du Ministère en charge de l’Economie et des Finances ; - Les Directeurs Généraux et leurs Adjoints du Ministère en Charge du Budget ; - Les Inspecteurs Généraux et Directeurs Généraux des Ministères ; - Les Préfets et Sous-Préfets; - Les Directeurs Centraux des Ministères ; - Les Directeurs des Affaires Financières des Ministères ; - Les Présidents de Conseils d’Administration, les Directeurs Généraux et les Directeurs Financiers des Sociétés d’Etat et Sociétés à participation financière publique majoritaire de l’Etat ; - Les Directeurs Généraux, les Directeurs Administratifs et Financiers, les Agents Comptables et les Contrôleurs Budgétaires des Etablissements Publiques Nationaux ; - Les Coordonnateurs, les Directeurs ou Chefs, les Directeurs Financiers, les Agents Comptables et les Régisseurs des Projets et des Programmes ; - Les Contrôleurs Financiers ; - Les Trésoriers Principaux d’Abidjan ; - Les Inspecteurs Régionaux ; - Les Directeurs Régionaux ; - Les Payeurs de Régions et de Districts, les Trésoriers Généraux, les Receveurs Principaux des Impôts et des Douanes ; - Les Directeurs Généraux et Directeurs des Collectivités Décentralisées ; - Les Secrétaires Généraux, Directeurs Financiers ou Chefs de Services Financiers des Collectivités Décentralisées. Les formulaires de déclaration de patrimoine sont disponibles au siège de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance sis à la Riviera golf 4 et auprès des Points Focaux des Préfectures de Région pour les services déconcentrés et les collectivités décentralisées. Pour toute information complémentaire, les assujettis concernés sont priés de s’adresser à la Direction en charge de la Déclaration de Patrimoine au 22 47 95 00 / 22 47 95 05 ou se rendre au siège de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance sis à la Riviera golf 4, où une équipe se tient à leur disposition. Pour le Président de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance et par délégation Le Secrétaire Général Yves YAO KOUAME

La date des inscriptions aux examens scolaires prorogée au 15 février

La date des inscriptions aux examens scolaires de la session 2017, prorogée au 15 février pour l’achèvement du processus d’inscription des préinscrits ‘’retardataires’’, annonce la direction des examens et concours (DECO). Selon le Directeur des examens et concours, Mariam Nimaga Dosso qui a donné l’information, vendredi, dans un point-presse, ‘’malgré tous les efforts de sensibilisation et d’encadrement déployés cette année, il est demeuré 5 % des préinscrits au BEPC et au Baccalauréat qui, n’ont pu à ce jour, valider leur préinscription pour des raisons diverses’’. Suivant les instructions du ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et la Formation professionnelle, Mme Kandia Camara favorable à des ‘’examens plus inclusifs possibles’’, une chance ‘’supplémentaire’’ a été offerte à ces ‘’5% des préinscrits retardataires’’ pour qu’ils achèvent leur processus d’inscription déjà en cours. ‘’Ainsi, jusqu’au 15Février 2017 à minuit, la plateforme AGCE est remise en exploitation exclusivement pour les opérations d’achèvement du processus d’inscription pour les 5 % de préinscrits non encore validés en DREN/DDEN, de correction des erreurs relatives aux options d’examens, du type d’examen…’’, indique Mme Dosso, soulignant que ‘’passé ce délai, la plateforme AGCE sera définitivement fermée’’. Par ailleurs, ’’les données saisies seront définitives et ne pourront faire l’objet d’aucun changement, ni dans les centres de composition, ni sur les documents de références et de certification des examens’’, précise Mariam Nimaga Dosso, invitant ‘’tous les chefs d’établissement et les correspondants fichiers à se rendre sur la plateforme AGCE, via le site de la DECO pour effectuer les derniers contrôles et corrections’’. ‘’Les candidats et leurs parents quant à eux, doivent aussi se rendre sur le même site de la DECO pour consulter les fiches d’inscription définitives à partir de leur numéro matricule pour les candidats officiels des établissements publics et privées et de leur numéro de préinscription pour les candidats libres’’, invite-t-elle pour cette ‘’ultime opération’’ liée aux inscriptions.

 

APA

Conseil National des Jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI)/ Voici la liste des candidats retenus

Le Ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service Civique informe l’ensemble des Organisations et Associations de Jeunesse qu’après examen des différents dossiers fournis, 9 candidatures ont été retenues au poste de Président du Conseil National des Jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI). 
Ci-dessous les noms et les régions d’origines des différents postulants : 
EDIMA N’Guessan Emmanuel: Agneby- Tiassa (AGBOVILLE)
COULIBALY Bafou : Béré (MANKONO)
KONE Maférima: Region d’Abidjan (ABIDJAN)

DJEDJORO Yédo Justin Stanislas : Grands Ponts (DABOU)
COULIBALY Adama: Hambol (KATIOLA)
M’BAHIA Kouadio Kan: Iffou (DAOUKRO)
N’DIAYE Papa Moussa: San Pedro (SAN PEDRO)
DIANE Sansy El Hassan : Sud-Comoé (ABOISSO)
DIAWARA Mamadou: Tchologo (FERKESSEDOUGOU)

PS : Le congrès constitutif du CNJCI aura lieu ce samedi 11 février 2017.

Yopougon Marché Sicogi / Une mini Cooper écrase les pieds d’une vendeuse

Horrible l’accident qui s’est produit le mercredi 8 février matin sur la voie qui traverse le marché de  la Sicogi dans la commune de Yopougon. Un véhicule de marque Mini Cooper avec à son bord une jeune dame a écrasé les pieds d’une vendeuse. La conductrice qui essayait de se frayer un chemin en évitant les commerçantes installées aux abords de la route  n’a pu éviter le pire. C’est avec désolation qu’elle a constaté que le pneu avant de sa voiture  est passé sur les pieds de cette jeune dame. Les pieds broyés, la vendeuse a aussi été transportée par la conductrice vers un centre de santé. Mais avant, les vendeuses  voulaient en découdre avec le propriétaire du véhicule. Il faut noter que depuis l’ouverture de cette voie, les efforts de la mairie et du gouvernement pour chasser  les commerçants et commerçantes  du trottoir sont restés vains. L’on enregistre souvent  des accidents de ce  genre. Mais cela n’inquiète  pas ces personnes qui occupent de jour comme de nuit ce tronçon. Quand l’Etat prend des décisions et qu’il n’y a pas de suivi, cela est vraiment dommage.

 

Etienne Narcisse.  

Journée internationale de lutte contre les mutilations génitales / La déclaration du Ministère de la femme, de la protection de l’enfant et de la solidarité.

Chers compatriotes,

La Côte d’Ivoire célèbre ce 06 février 2017, en communion avec les autres pays du monde, la Journée internationale de lutte contre les Mutilations Génitales Féminines (MGF). Ces mutilations représentent des pratiques culturelles qui portent atteinte à l’intégrité physique de l’être humain, de la femme en particulier. 
Dans notre pays, l’excision est la forme la plus pratiquée, avec une prévalence nationale de 38%. 
Les Mutilations Génitales Féminines constituent des actes de violation des droits humains et une grave menace pour la santé des femmes et des filles notamment sur les plans psychologique, sexuel, procréatif. Elles ont entre autres pour conséquences d’accroitre leur vulnérabilité face au VIH/sida.

Chers compatriotes,
Comme toutes les autres formes de violences faites aux femmes et aux filles, les Mutilations Génitales Féminines posent l’épineuse question du genre et de la place des femmes dans notre société. Face à la persistance du phénomène avec des stratégies de contournement, l’Etat de Côte d’Ivoire entend s’approprier les stratégies de lutte innovantes et assurer la coordination des interventions de toutes les parties prenantes, qu’il s’agisse des actions de prévention ou de prise en charge holistique.
La lutte contre l’excision interpelle la vigilance et la mobilisation de tous : autorités politiques, acteurs des médias et de la communication, jeunes, leaders communautaires et guides religieux, ONG nationales et internationales, etc.

Chers compatriotes,
Dix-neuf ans après l’adoption de la loi sur les mutilations génitales féminines en Côte d’Ivoire, l’Etat ne ménage aucun effort pour la répression à travers une application rigoureuse de la loi n°98-757 du 23 décembre 1998 relative à la lutte contre l’excision. 
Le Gouvernement encourage toute la communauté nationale à mutualiser les efforts et à poursuivre la lutte avec détermination. 
Chacune de nos victoires sauvera des vies et la politique « de tolérance Zéro » contre les mutilations génitales féminines en Côte d’Ivoire sera une réalité dans notre pays.
Je vous remercie

Mariatou KONE

Education nationale, réaménagement du calendrier scolaire/ Kandia et Mesmin Komoé se battent encore!

Suite à la fronde sociale qui a prévalu dans le secteur de l’éducation nationale et qui a mené à trois semaines d’arrêt des cours, le calendrier scolaire 2016-2017 a été réaménagé. Afin de rattraper le temps perdu, les congés de février, prévus du vendredi 17 au 23 février ont été supprimés. Pour les congés de Pâques, les cours vaqueront du Mercredi 12 au 17 Avril 2017 inclus. Au lieu de deux semaines, les élèves n’auront qu’une seule semaine  de congé. Ainsi, au titre de l’enseignement général, l’arrêt des notes du deuxième trimestre est fixé au 24 Mars 2017. Pour le troisième trimestre, la date du Vendredi 26 Mai 2017 est retenue pour les classes d’examen et celle du Vendredi 02 Juin 2017 pour les classes intermédiaires. Pour l’enseignement primaire, la deuxième composition aura lieu le Mardi 28 Février. La troisième composition et le premier examen blanc auront lieu à la même date celle du mardi 04 Avril 2017. Les dates du deuxième examen blanc et de la composition de passage restent inchangées soit respectivement le jeudi 25 Mai 2017 et le Mardi 30 Mai 2017. Toute chose que le secrétaire général du Mouvement des Instituteurs pour la Défense de leur Droit (MIDD), Mesmin Komoé ne veut pas entendre de ses oreilles. Parce que pour lui, on peut rattraper le temps perdu, mais renoncer aux congés ne s'impose pas. Pour Mesmin Komoé, "conformément à la chronobiologie, après un certain nombre de cours, il faut obligatoirement que les enfants se reposent. C'est une exigence que recommande la psychologie de l'enfant". Et de poursuivre en ces termes : "Nous demandons qu'une large concertation soit faite avec tous les acteurs pour qu'on regarde de façon efficace et efficiente comment  se fera  le rattrape". Voilà une autre guerre qui est déclarée entre Kandia et le Mesmin. Il faut noter également qu’il y a eu réaménagement du côté de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle. L’arrêt des notes du premier semestre est prévu au vendredi 17 Février 2017, celui du deuxième semestre fixé au vendredi 02 Juin 2017. Ces dispositions ont été prises d’un commun accord entre le ministère de tutelle, des acteurs du système éducatif et l’Association Nationale des Parents d’élèves de Côte d’Ivoire le jeudi 2 février au CNMS de Cococdy.

 

Etienne Narcisse

S'abonner à ce flux RSS