À l'Élysée, Haftar affirme que les conditions d'un cessez-le-feu en Libye ne sont pas réunies    En Centrafrique, le massacre de 26 civils menace l'accord de paix    Cyril Ramaphosa réélu président de la République en Afrique du Sud    RD Congo : Sylvestre Ilunga Ilunkamba, un Premier ministre de consensus    Libye : les combats s’intensifient au sud de Tripoli, l'ONU redoute une "longue" guerre    Une religieuse franco-espagnole assassinée en Centrafrique    En Algérie, étudiants et enseignants dans la rue contre "un État militaire"    RD Congo : la dépouille d'Étienne Tshisekedi sera rapatriée à Kinshasa    Tunisie : l'expert de l'ONU arrêté pour "espionnage" remis en liberté provisoire    "La Guinée représente la première nationalité parmi les mineurs non accompagnés en France"    Les Malawites se rendent aux urnes sur fond de lutte contre la corruption    Au Soudan, les négociations sur la transition s'achèvent sans accord    République Démocratique du Congo : Sylvestre Ilunga Ilunkamba, Premier ministre    Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé Premier ministre de la RD Congo    En Algérie, le chef de l'armée appelle au respect du calendrier de la présidentielle

Célébration de la Fête du travail/ Ouattara appelle à une trêve sociale

Cherté de la vie, coût élevé des loyers, non respect du prix du transport , sécurité des biens et des personnes ,  réforme du permis de conduire, licenciement abusif des agents de la Sir, de la Rti et de la Sicogi, agrobusiness, la question du statut des dockers, la revalorisation du Smag  et la fameuse question du stock des arriérés de salaire des fonctionnaires et agents de l’Etat. Telles sont les revendications essentielles des principales  centrales Syndicales de la Côte d’Ivoire  (Humanisme , Unatrci, Fesaci, Dignité et Ugtci) lors de la cérémonie officielle de la célébration du 131ème anniversaire de la fête du travail en Côte d’Ivoire  qui s’est déroulé  le lundi 1er mai 2017 sur l’esplanade du Palais présidentiel comme il est de coutume. D’emblée, Jean Claude Kouassi, en sa qualité de ministre de l’emploi et la protection sociale a indiqué que  la fête du travail est un moment privilégié d’échange entre l’Etat et les travailleurs. A sa suite,  Soro Mamadou, tout puissant  Secrétaire général de la Centrale Syndicale humanisme  qui a indiqué que les syndicats  sont les régulateurs de l’ordre social, a égrené les revendications qui sont les siennes tout en invitant les autorités ivoiriennes à se pencher sur le cas des assistants sociaux qui risquent d’aller à la retraite sans avoir travaillé, des sapeurs-pompiers civils et des retraités.  Annonçant les progrès qui ont été réalisés,  le président Ouattara a appelé les travailleurs à observer une trêve sociale à partir de juillet. Concernant la question du stock des arriérés, il a ramené les différentes parties à poursuivre les négociations, le temps de bien voir clair dans cette affaire étant entendu qu’il lui a rapporté que des fonctionnaires avaient accepté de renoncer au stock des arriérés. Le président s’est également prononcé sur la question de l’agrobusines qu’il a qualifié de n’importe quoi. Mais les promoteurs ne resteront pas impunis puisque le président de la République  a promis les traquer. Il a terminé en invitant tout le monde à l’équité et à éviter les grèves sauvages pour ne pas mettre en péril tous les efforts de développement de la Côte d’Ivoire qui ont été réalisés.

 

Affia Marie 

Décédé le 23 mars 2017 au Maroc, la levée du corps de l’Ex-CEMA Mathias Doué a eu lieu ce mercredi 19 avril 2017 à Abidjan et sera inhumé ce jeudi 20 avril

La levée de corps du Général Mathias Doué, ex-chef d’Etat-major des Forces de défense et de sécurité (FDS) décédé le jeudi 23 mars dernier dans une clinique de Casablanca, au Maroc, s’est déroulée, mercredi après-midi, à Abidjan en présence de plusieurs personnalités civiles et militaires du pays, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. Au nombre des personnalités civiles présentes à cette cérémonie emprunte d’émotions, figurent le Vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan, l’ex-Première dame Henriette Konan Bédié et plusieurs membres du gouvernement. Plusieurs officiers supérieurs et généraux dont Michel Gueu, Lassana Palenfo, Edouard Kassaraté y ont également pris part. L’inhumation qui est prévue, jeudi, à Abidjan sera précédée d’une messe de requiem le même jour à la cathédrale St Paul d’Abidjan et d’une cérémonie d’honneurs militaires à la place d’armes de l’état-major des armées. Le Général Doué, ancien chef d’Etat-major (2000-2004), qui a adopté la sprinteuse ivoirienne Murielle Ahouré était des putschistes qui, ont renversé le président Henri Konan Bédié en 1999 pour installer une junte militaire au pouvoir conduite par le Général Robert Guéï. Il en était le Numéro 3. Le Général Mathias Doué a été également, ministre de la jeunesse du gouvernement du Général Robert Guéï. Membre du Conseil national de sécurité (CNS) mis en place par le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, Mathias Doué (71 ans) sera inhumé au cimetière de Williamsville (Adjamé), commune située au Centre de la capitale économique ivoirienne.

Apa news

Paiement des arriérés de salaires/ Toujours pas d’accord entre les fonctionnaires et le gouvernement

Les discussions se poursuivent entre le gouvernement et les syndicats de la fonction publique après leur mouvement de grève du mois de janvier. Mais après plusieurs semaines de négociations, aucun accord n'a pour l'heure été trouvé sur le paiement de leurs arriérés de salaires.

Les discussions entre l’État ivoirien et ses fonctionnaires seraient-elles dans l’impasse ? Après plusieurs semaines de discussions, aucune entente n’a pour l’heure été trouvée quant au paiement de leurs stocks d’arriérés de salaires, estimés selon les syndicats à 249,6 milliards de francs CFA (près de 380 millions d’euros, ndlr). « Le gouvernement nous a proposé un programme immobilier à destination des fonctionnaires en lieu et place du paiement des arriérés », affirme Théodore Gnagna Zadi, président de la plateforme nationale des syndicats des organisations professionnelles du secteur public, contacté vendredi 14 avril par Jeune Afrique

Un échéancier de paiement sur 4 ans 

« Nous rejetons cette proposition que nous estimons peu détaillée et qui nous laisse dubitatifs. Nous proposons au gouvernement le paiement de nos arriérés sur un échéancier réparti sur quatre ans, jusqu’en 2020 », poursuit le responsable syndical, à l’origine de l’appel à la grève de trois semaines en janvier au sein de la fonction publique. Le 27 janvier, la plateforme qu’il dirige avait finalement suspendu son mouvement social après avoir obtenu gain de cause sur plusieurs revendications, notamment liées à l’intégration des travailleurs journaliers du secteur public, ou encore sur certaines dispositions de la réforme des retraites. Mais plus de deux mois après leur suspension et le début des discussions, les négociations restent bloquées sur la sensible question des arriérés salariaux. « Les discussions vont se poursuivre, mais nous voulons que le gouvernement nous propose quelque chose de plus acceptable pour parvenir à la trêve sociale », ajoute Théodore Gnagna Zadi, confronté à la grogne de certains militants, exaspérés par l’absence d’accord et prêts à reprendre le mouvement social. Une nouvelle assemblée générale des fonctionnaires est d’ailleurs attendue dans les prochains jours à Abidjan.

(Source : Jeune Afrique)

 

 

 

 

Lutte contre l’immigration clandestine/ Le Gouvernement ivoirien annonce des mesures vigoureuses

Face à l’ampleur du phénomène migratoire, le gouvernement ivoirien a décidé de prendre le taureau par les cornes. Ainsi,  au conseil des ministres du jeudi 13 avril 2017, une communication relative au phénomène migratoire a permis de prendre des mesures, dit-on, vigoureuses pour mettre fin à cette situation qui prend de l’ampleur. Il s’agit entre autres de l’organisation de campagnes de sensibilisation afin de prévenir les populations contre les phénomènes migratoires illégaux ;de  l’établissement d’un cadre technique de coopération entre l’Italie et la Côte d’Ivoire pour l’identification des migrants présumés Ivoiriens dès leur arrivée sur les côtes italiennes; du renforcement des moyens de répression et de détection des réseaux de passeurs ; de la réactivation, dans un délai de six (6) mois de la carte de résident biométrique pour les ressortissants hors CEDEAO et de l’accélération de la mise en œuvre de l’identifiant unique, pour une meilleure traçabilité biométrique des citoyens ivoiriens.  A noter que sur la période du 1er au 31 décembre 2016, l’Ambassadeur de l’Italie en Côte d’Ivoire,  faisant l’état de l’arrivée des immigrés ivoiriens sur les côtes italiennes, a répertorié 13 000 personnes issues de la Côte d’Ivoire. Un chiffre que conteste le gouvernement ivoirien qui révèle avoir  identifié, après investigation, environ 2000 immigrés ivoiriens.

 

Affia Marie

Période des fêtes : le ministre des transports interdit les stationnements aux abords des voies interurbaines (Communiqué)

Le Ministre des Transports informe les conducteurs de véhicules Poids Lourds de Transport de Marchandises, qu’en raison de l’importance du trafic routier pendant la période des fêtes de pâques, le stationnement aux abords des voies interurbaines est interdit sur l’ensemble du territoire national.
Par conséquent, le stationnement de ces véhicules doit se faire dans les zones appropriées.
Il est rappelé aux conducteurs qu’ils doivent être équipés des accessoires de sécurité fonctionnels et les utiliser en cas de besoin.

Le Ministre des Transports souhaite une bonne fête de pâques à tous les usagers de la route et les invite à la prudence.

Fait à Abidjan, le 14 avril 2017

Le Ministre des Transports
Amadou KONE

Vendredi saint / Chemin de Croix dans le monde entier

A l’instar des Chrétiens catholiques du monde entier, ceux de la Côte d’Ivoire, célèbrent ce vendredi 14 avril 2017, le chemin de croix du Vendredi saint. Le Chemin de Croix commémore le calvaire du Christ, de sa condamnation à mort jusqu’à sa mise au tombeau en passant par la crucifixion. La liturgie de la parole, la Vénération de la Croix et la Sainte communion seront au menu de cette célébration. Dans la tradition catholique, le chemin de croix (via crucis) est un acte dévotionnel privé ou communautaire. Tout en commémorant la Passion du Christ en évoquant 14 moments particuliers de celle-ci (certains issus de la tradition et non rapportés dans les écrits bibliques), le fidèle souhaite recevoir la grâce de communier intensément aux souffrances du Christ, Sauveur des hommes. Quelles sont les stations du Chemin de croix ? Les 14 stations du Chemin de croix  1e station : Jésus est condamné à mort  2e station : Jésus est chargé de sa croix  3e station : Jésus tombe sous le bois de la croix  4e station : Jésus rencontre sa Mère  5e station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix  6e station : Véronique essuie la face de Jésus  7e station : Jésus tombe pour la seconde fois  8e station : Jésus console les filles de Jérusalem  9e station : Jésus tombe pour la 3e fois  10e station : Jésus est dépouillé de ses vêtements  11e station : Jésus est attaché à la croix  12e station : Jésus meurt sur la croix  13e station : Jésus est descendu de la croix et remis à sa mère  14e station : Jésus est mis dans le sépulcre  (15e station : avec Marie, dans l’espérance de la résurrection) Traditionnellement les Chemins de croix comptent 14 stations, aujourd’hui, on ajoute parfois une 15ème station, celle du tombeau vide qui relie ainsi, en finale, toutes les stations à la résurrection. Etienne Atta

S'abonner à ce flux RSS