Coronavirus : au Nigeria, Lagos et Abuja entrent en confinement pour 14 jours    Les artistes africains donnent de la voix contre le coronavirus    Nigeria : face au coronavirus, Lagos et Abuja en confinement    En Algérie, le correspondant de Reporters sans frontières incarcéré    Les législatives au Mali maintenues malgré le coronavirus et l'insécurité    En RD Congo, les gestes barrières contre le coronavirus sont difficiles à respecter    La Libye en rangs divisés face à l'arrivée du coronavirus    En Guinée, la commission électorale proclame un "oui" massif à la nouvelle Constitution    La France et 12 autres pays forment la Task Force Nakuba pour combattre les terroristes au Sahel    Coronavirus en Afrique du Sud : 1 000 cas et confinement strict    "En Afrique, l’évolution de la pandémie de coronavirus est très rapide et très préoccupante"    Coronavirus au Maroc : "La réflexion se poursuit pour aider les travailleurs informels"    Coronavirus : l'Afrique du Sud, "en guerre contre l'ennemi invisible", déplore ses deux premiers morts    Coronavirus en Afrique : "Le plan de réponse à l’épidémie doit être adapté au contexte africain"    Mali : le chef de l'opposition Soumaïla Cissé a été enlevé
Infosivoir

Infosivoir

Coronavirus/ La fondation Wilfried Zaha apporte son soutien aux familles ivoiriennes

Instrument d'espoir pour les nouvelles générations, la Fondation Wilfried Zaha, créée en 2012 ne veut pas rester en marge de l’élan de solidarité qui se développe depuis l’apparition de la maladie à coronavirus qui décime  tous les continents. Ainsi, dans la foulée, l'attaquant ivoirien de Crystal Palace  (Premier League) a offert d'accueillir gratuitement le personnel des hôpitaux qui lutte contre l'épidémie de coronavirus en Angleterre.  Il  leur  a donc donné  accès aux propriétés appartenant à son entreprise immobilière. Ensuite, il s’est tourné vers son pays d’origine, la Côte d’Ivoire, à travers sa fondation.  Alors que la maladie y  progresse à une vitesse grand V avec une paupérisation des populations qui ne savent plus à quel saint se  vouer,  la Fondation Wilfried Zaha a décidé de faire parler son cœur. Ainsi, hier jeudi 26 mars 2020, elle a décidé de voler au secours de plusieurs familles à Yopougon, notamment  aux marchés de  Selmer , Sicogi et Wassakara. Celles-ci ont reçu chacune un kit composé d’un sac de riz de 25 Kg, d’une bouteille d’huile et du savon. Un geste de haute portée sociale qui a été salué par les bénéficiaires surtout en cette période de crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus. A la tête  de cette fondation, la mère du professionnel  ivoirien qui était, au four et au moulin,  a indiqué que Zaha  souhaitait  que cette action se fasse dans la discrétion, d’où l’absence des médias. Tout de même,  ce geste est à saluer.

 Pour rappel, la fondation Wilfried Zaha  basée à Londres (Angleterre) et  aussi représentée à Abidjan (Côte d'Ivoire),  a été créée en 2012 pour soutenir les veuves et les orphelins , intégrer les femmes rurales au monde de l'entreprenariat  à travers des AGR,  améliorer le quotidien de ses membres et des personnes défavorisées et créer des infrastructures nécessaires pour la formation des personnes défavorisées.

 Patricia LYSE

GESTION DE LA PANDÉMIE DU CORONAVIRUS / Pour le GPATE, les causes de cet échec sont à rechercher dans le manque de fermeté dans l’application des consignes, l’indiscipline et l’incivisme

Depuis le 11 mars 2020, date de la découverte de son premier cas, la côte d’Ivoire, à l’instar de la plupart des pays du monde a engagé un plan de riposte graduel contre la pandémie de la maladie à corona virus (COVID19). Une dangereuse pandémie qui a déjà affectée plus de 400.000 personnes dans le monde et causé la mort de plus 19.000 autres. Dès ce premier cas Le gouvernement a appelé au calme et préconisé le suivi des mesures adoptées par les autorités sanitaires. Hélas, ces premières mesures, relativement suivies n’ont pu freiner la propagation de la maladie.

Ainsi, face à la progression de la maladie, un conseil national de sécurité s’est-il réuni le 16 mars 2020, sous l’autorité du président de la république. Une série de mesure a été arrêté dont la suspension de l'entrée en Côte d'Ivoire des voyageurs non ivoiriens en provenance des pays ayant plus de 100 cas confirmés de maladie à coronavirus ; le renforcement du contrôle sanitaire aux frontières aériennes, maritimes et terrestres et la mise en quarantaine des cas suspects et des contacts des malades dans les centres réquisitionnés par l'Etat…Là encore, face à la grogne des confinés de L’INJS le 18 mars 2020, le gouvernement a dû les laisser sortir et autoriser un auto-confinement à domicile pour chacun d’eux.

Aussi, devant tant de difficultés à faire appliquer les mesures de gestion de cette crise sanitaire, et face à la hausse exponentielle des cas qui sont passés de six (6) à soixante-treize (73) le lundi 23 mars, le président de la république dans une adresse solennelle à la nation, au journal de 20h, a annoncé huit (8) mesures additionnelles pour renforcer le dispositif de prévention mis en place par le Conseil National de Sécurité. Au nombre de celles-ci, on peut citer comme mesures phares, la déclaration de l’état d’urgence et l’instauration d’un couvre-feu de 21h à 5H du matin, le confinement progressif par zone en fonction de la progression du virus.

Quelle est notre analyse de la situation ?

Le GPATE félicite le Gouvernement qui faisant une lecture quotidienne de l’évolution aggravante de la maladie sur le territoire national, adapte ses mesures de ripostes. Cependant le GPATE note que toutes ces mesures se sont avérées insuffisantes et inefficaces au regard de la multiplication rapide des cas confirmés. Pour le GPATE, les causes de cet échec sont à rechercher dans le manque de fermeté dans l’application des consignes, l’indiscipline et l’incivisme doublé d’une inconscience notoire de certains citoyens, la corruption, la complaisance, l’amour des ‘’arrangements‘’ de certains agents, et enfin le manque d’anticipation de certaines autorités dans la gestion de cette crise sanitaire. Le GPATE rappelle qu’à l’heure actuelle, il n’existe aucun remède sérieux contre ce virus. C’est pourquoi le moindre laxisme dans l’application des mesures de préventions pourrait avoir des conséquences désastreuses pour notre pays. Ainsi tout en adhérent aux dernières mesures annoncées par le président de la république, le GPATE estime qu’elle nécessite plus d’éclairciement.

En effet, pour ce qui est de la régulation des transports interurbains, intercommunaux, intra-communaux, quelles sont les dispositions concrètes que les acteurs du transport doivent adopter ? Et quelle solution pour les usagers utilisant ces moyens de mobilités ? en plus dans un contexte où plus de la moitié de la population vit au jour le jour et au mois le mois sans véritable épargne, quel accompagnement l’état a-t-il prévu pour les citoyens qui sont amenés à fermer leur commerces, maquis et bars ? ou encore quelles mesures concrètes ont elle été arrêtées pour ceux et celles qui ne respecteraient pas ces mesures, à quelles sanctions s’exposent-ils ?

Quant à l’interdiction des déplacements non autorisés entre Abidjan et l’intérieur du pays, a qui devrait on s’adresser pour avoir ces autorisations de sortie d’Abidjan ? cette autorisation Sera-t-elle gratuite ou payante ? Si elle est gratuite, a quelles sanctions s’exposent tous ceux qui tenterait de la commercialiser pour une raison ou une autre ?

Le GPATE rappelle que la crise sanitaire créée par la pandémie a trouvé la côte d’Ivoire dans une situation de fragilité politique marquée par des divergences profondes sur certaines questions politiques liées à l’organisation de l’élection du 31 octobre 2020. Aussi le GPATE appelle le président garant de l’unité nationale, de la cohésion et de la paix à provoquer l’union sacrée de toutes les filles et de tous les fils autour du combat contre le coronavirus en prenant les mesures idoines, allant jusqu’au retrait de la nouvelle constitution et à envoyer des signaux forts dans le sens d’une reprise du dialogue sur les questions importantes du processus électoral, notamment sur la mise en place d’une Commission Electorale Indépendante (CEI), neutre, conforme à l’arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ; la gratuité et la multiplication des centres d’enrôlement pour les cartes nationales d’identité (CNI), la libération des personnes arrêtées le 20 mars, lors des manifestations visant la gratuité de la CNI. Enfin la révision consensuelle du code électoral, l’établissement de la liste électorale et le découpage électoral…

Le GPATE appelle les citoyens ivoiriens et ceux résident en côte d’Ivoire au civisme pour sauver la nation menacée. Cette crise sanitaire doit être un facteur de rassemblement autour de la mère patrie. Exhorte l’Etat au respect des droits humains, des principes et des libertés démocratiques en évitant l’arbitraire et les abus dans l’exécution du couvre-feu et de l’état d’urgence.

Bien que l’organisation d’élections justes, transparentes inclusives et non violentes soit au centre de nos actions, le GPATE reste préoccupé par la crise sanitaire mondiale déclenché par le coronavirus, les Droits de l’Homme étant indivisibles. C’est pourquoi le GPATE reste convaincu que le défi majeur de l’état et la plus grande préoccupation des ivoiriens aujourd’hui, est l’éradication de cette pandémie, toutes les autres questions étant désormais reléguées au second plan. Pour le GPATE, le Président 

Abraham Denis YAUROBAT

Coronavirus : la circulation des personnes interdite entre Abidjan et les autres villes à compter du 26 mars à minuit

 Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Vagondo Diomandé, a annoncé, le mercredi 25 mars 2020 à Abidjan, l’interdiction de la circulation des personnes entre Abidjan et les autres villes du pays à compter du jeudi 26 mars à minuit, exception faite pour l’approvisionnement en denrées alimentaires et produits de première nécessité, afin d’éviter la propagation de la maladie à Coronavirus.

Il s’exprimait au cours d’une conférence de presse conjointe avec ses collègues de la Santé et de l’Hygiène publique, Aka Aouélé, et de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré.

Désormais, a souligné Vagondo Diomandé, ne seront autorisées à sortir d’Abidjan que les personnes bénéficiant d’une autorisation. Il a indiqué que le couvre-feu qui a débuté le 24 mars de 21h à 5h du matin pour faire respecter les mesures de prévention de la maladie à Coronavirus prises par le gouvernement, ne concernent pas les agents des secteurs de la santé, de l’eau (SODECI), de l’énergie (CIE), de l’assainissement, de secours, de sécurité et les personnes dont l’activité concourt au bon fonctionnement des services de l’Etat.

Selon le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, « ces mesures de restriction s’imposent à tout le monde ».

Quant au ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, il a indiqué que son département est en train de prendre des mesures pour que d’autres laboratoires soient associés à l’Institut Pasteur qui est actuellement le seul habilité à faire le test du Coronavirus. L’objectif étant, selon Aka Aouélé, « d’avoir les résultats des tests de façon quotidienne ».

Il a souligné que cinq sites sont disponibles pour la prise en charge des cas confirmés et que des sites sont prévus aux frontières du pays. 

Un "Notre Père" à travers le monde contre la pandémie de coronavirus

- En réponse à un appel lancé par le pape François, chef de l'Eglise catholique, des chrétiens ont récité mercredi à la mi-journée partout à travers le monde la prière du "Notre Père" pour implorer leur Dieu d'enrayer la pandémie de coronavirus.

Le pape avait proposé cette prière commune et simultanée dimanche dernier à toutes les Eglises et communautés chrétiennes de confessions différentes du monde entier.

"En ces jours d'épreuve, alors que l'humanité tremble devant la menace de la pandémie, je voudrais proposer à tous les chrétiens d'unir leurs voix au Ciel", avait-il dit.

Son "Notre Père" a été diffusé à midi heure de Rome (11h00 GMT) en streaming sur le site du Vatican.

Le pape l'a précédé d'une introduction dans laquelle il a souligné que cette prière était aussi destinée "aux malades et à leurs familles, aux personnels soignants et à ceux qui les soutiennent, aux autorités, aux forces de police et aux volontaires et aux ministres (du culte) de nos communautés".

Les chrétiens représentent environ 2,3 milliards d'humains dont 1,3 milliard de catholiques romains.

S'abonner à ce flux RSS