Le héros du film "Hôtel Rwanda" pensait se rendre au Burundi avant d'être arrêté    Crimes de guerre en Centrafrique : un ancien officier arrêté et écroué en France    Au Mali, l'ex-dictateur Moussa Traoré inhumé à Bamako après des obsèques nationales    Libye : le maréchal Haftar annonce la levée sous conditions du blocus pétrolier    Côte d'Ivoire : Guillaume Soro appelle l'opposition à "faire bloc" contre le président Ouattara    Niger : le groupe État islamique revendique l'assassinat de huit personnes, dont six Français    Libye : les multiples raisons du départ de Fayez al-Sarraj, "contesté" et "fragilisé"    Présidentielle ivoirienne : Soro appelle l’opposition à s'unir et dit sa candidature "irrévocable"    Mali : la junte affirme que le pays est sous la menace d'un "embargo total" de la Cédéao    Libye : le chef du gouvernement Fayez al-Sarraj prêt à démissionner d'ici fin octobre    Un projet d'oléoduc menace des communautés locales en Afrique de l'Est    Algérie : avalanche de protestations après la condamnation de Khaled Drareni à 2 ans de prison ferme    La Cour africaine demande le retour de Guillaume Soro dans la course à la présidentielle ivoirienne    Mali : la Cédéao exhorte la junte à mettre en place sans délai un gouvernement de transition    L'ancien dictateur malien Moussa Traoré est mort à l'âge de 83 ans

Religion

Décédé le 17 juillet 2020 dans sa 93e année/ Mgr Pierre-Marie Coty inhumé à la Cathédrale Saint Paul du Plateau

Décédé le 17 juillet 2020 dans sa 93e année, Monseigneur Pierre- Marie Coty évêque émérite du diocèse de Daloa a été inhumé, hier mardi 04 août 2020, dans la cour de la cathédrale Saint Paul du Plateau. Avant l’ultime séparation, la Nation a tenu à rendre un hommage militaire à l'illustre disparu qui a marqué de son empreinte l’histoire de la Côte d'Ivoire en tant qu’auteur de l’hymne national, l’Abidjanaise. Cet hommage, rendu en présence du Premier ministre Hamed Bakayoko, a été l’occasion pour le gouvernement ivoirien, par la voix de la ministre de la Culture et de la Francophonie, Raymonde Goudou Coffie, de rappeler les qualités de Mgr Coty, son père spirituel. « Monseigneur Pierre- Marie est entré dans le panthéon des hommes qui ont marqué notre vie et notre histoire en nous léguant un héritage de foi et de sagesse », a laissé entendre Mme Goudou, reprenant quelques paroles fortes de l'Abidjanaise.
Lors de la messe de requiem qui a suivi, l'évêque de Daloa, Mgr Marcellin Yao Kouadio, a insisté également sur les qualités de cet artisan de paix, très discret et d'une grande dévotion mariale dont l'amour pour son pays était sincère. « Monseigneur Pierre-Marie Coty a été bien inspiré en se consacrant au service de Dieu et de ses frères », a exprimé Mgr Kouadio dans son homélie, exhortant le peuple de Dieu à réaffirmer sa foi en la résurrection du Christ. Cette célébration eucharistique a enregistré la présence de l’épiscopat ivoirien avec à sa tête, l’archevêque Cardinal Jean-Pierre Kutwa. Le nonce apostolique Paolo Borgia a présenté les condoléances du Vatican à tous les proches de Mgr Coty.  

(AIP)

Gagnoa / L’Apôtre Casa Denahoa bientôt en campagne d’évangélisation

Les 5 et 6 mars 2020, l’Apôtre Casa Denahoa, président fondateur de la Maison de la Miséricorde  en collaboration avec des hommes de Dieu  du canton Zédi de Gagnoa va organiser une grande campagne d’évangélisation et de salubrité à Yokproguhué. Il a donné  l’information, le dimanche 23 février 2020 lors d’un entretien avec la presse dans le siège de son église à Yopougon. Il demande à la population de venir massivement  voir ce qu’est capable de faire Dieu. Pour lui, cette cérémonie religieuse  vise à faire connaitre l’importance de Dieu et ses bienfaits pour l’humanité. « Tout ceux qui sont égarés doivent venir écouter et voir les miracles de Dieu pendant la veillée de prière et  de délivrance », a-t-il dit.  A l’en croire, « pendant ces deux jours,  Dieu va restaurer tous les participants ».

Pour l’Apôtre Casa, l’échec, la maladie, la pauvreté… sont des maux qui ne peuvent résister  à la puissance de Dieu. « Toute personne qui participera à ces moments d’évangélisation retournera satisfait de l’œuvre de Dieu. J’encourage les hommes du monde à venir à la rencontre du créateur du monde  », a-t-il déclaré.  

 Pour finir, il a invité tous les serviteurs de Dieu du canton Zedi à sortir pour évangéliser la Zone car il ya des âmes qui se meurent. « Prions pour que Gagnoa soit gagné par Jésus Christ », a-t-il terminé.

Une correspondance particulière.

 

Eglise catholique de Côte d'Ivoire /La Communauté du Chemin neuf recherche 1,4 milliard Fcfa pour bâtir son centre de retraite spirituelle

Mobiliser des ressources financières et matérielles afin de construire son centre de retraite spirituelle, d’hébergement et de réinsertion professionnelle (Métiers de la main). Tel est l’objectif de la fête de charité qui a eu lieu le dimanche 04 novembre 2018 à Cocody, en présence d’éminents membres de ladite communauté catholique, dont l’ex entraineur des Eléphants footballeurs Martial Yéo. Après la messe célébrée par le père Gildas, le frère Sylvestre M’brah, responsable de la Communauté du chemin neuf en Côte d’Ivoire, a partagé le but du projet, avant de présenter les compartiments du futur édifice. Pour lui, ce centre qui sera bâti à Grand-Alépé (34 km d’Abidjan), sur un espace de 14 hectares,  est destiné à accueillir les retraites, des prières et les rassemblements de la communauté. Il comprendra une chapelle de 300 places, une grande salle, des appartements modernes (Pour les familles) et des chambres d’hébergement pour groupes et personnes de passage. Sur ce terrain obtenu il y a plus de 20 ans, il sera construit également, un réfectoire, un ferme agro pastorale (Mouton, poulet, porc), des ateliers de menuiserie, de plomberie et des espaces de vie communautaire.  Les travaux débuteront le premier trimestre 2019 et devront durer  jusqu’en 2024, soit cinq ans. « Le coût global des travaux est de 1,4 milliard Fcfa. Les formalités administratives ont commencé. Vous savez, c’est un terrain villageois donc elles peuvent être un peu longues mais il n’ya pas de souci », a-t-il dit optimiste.

Une correspondance particulière

Tabaski / Les musulmans de Côte d’Ivoire font acte de générosité

La Tabaski ou la fête du mouton, appelée aussi Aid El Kebir qui signifie littéralement "la grande fête», est célébrée  ce mardi 21 août sur l’ensemble du territoire ivoirien. C’est l'une des fêtes les plus importantes de l'Islam et elle marque chaque année la fin du Hadj. C’est une  occasion pour les musulmans de commémorer  le sacrifice d’Abraham (Ibrahim) par l’immolation d’un bélier. Mais pas n’importe lequel comme le recommande le prophète  qui indique que tout musulman qui dépense avec joie son argent pour s'acquitter de cette tradition et qui, ce faisant, achète un mouton digne de ce nom, sans aucun défaut, en ayant en vue la seule face de Dieu loin de toute ostentation (poukeuré), Dieu fera le jour du jugement dernier un long mur entre cet homme et l'enfer et incha Allah il n'y entrera point". « Ce sera votre monture pour traverser le pont "SIRAT" », précise- t-il. Pour donc respecter cette tradition, chaque famille musulmane, dans la mesure de ses moyens, sacrifie un animal (brebis, chèvre, mouton, vache ou chameau) en l'égorgeant couché sur le flanc gauche et la tête tournée vers la Mecque ou terre sainte. Une partie de la chair de ce sacrifice bénéficie aux plus démunis parmi les musulmans, affermissant ainsi la solidarité et l'assistance mutuelle telle que les prescrit Allah. La fête de la Tabaski est ainsi une fête de partage et de générosité.

A.M

Rupture de jeûne collective à la MPA /Quipux Afrique offre du riz et du sucre aux journalistes

Placée sous la présidence du ministère de la culture et de la Francophonie et le parrainage de Quipux Afrique dirigé par  Ibrahima Koné, la 3ème édition de la rupture de jeûne collective initiée par l’union nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci) a eu lieu vendredi 8 juin dernier à la Maison de la presse,  au Plateau. C’était en présence de Dembélé Al Seyni,  directeur de cabinet représentant le ministre Maurice Kouakou Bandama , d’une forte délégation de Quipux Afrique conduite par la directrice des Opérations Catherine Ayoman,   des responsables des organisations professionnelles et de nombreux journalistes venus soutenir leurs frères musulmans en ce mois béni du ramadan , mois de rapprochement, de partage et de solidarité. A cette occasion, le vice iman de la Mosquée de Marcory a exhorté les journalistes musulmans à apaiser le cœur des uns et des autres en donnant des informations justes  et équitables et en évitant de tomber dans le gain facile. Tout en  s’enorgueillissant d’avoir été associé à  ce moment de partage et de convivialité, le représentant du ministre  de la Culture a souhaité que Dieu veille sur la Côte d’Ivoire. Quant à la représentante, elle a. Au nom du Dg de Quipux Afrique, Mme Cathérine Ayoman a remis une enveloppe de 20 millions à l’Unjci  ainsi que des sacs de Riz et  des cartons de sucre  qui ont été distribués.  Face à tant de générosité, le président de l’Unjci, Traoré Moussa  n’a eu que des mots de remerciements.

Affia Marie

Prière d’intercession/Le Pape indique la voie à suivre pour être exaucé

«Courage et patience» : ce sont les particularités de la prière qui doit être adressée à Dieu, «en toute liberté, comme des enfants». Le Pape François l’a souligné lors de son homélie, lors de la messe qu’il a célébrée le jeudi 15 mars 2018, dans la chapelle de la Maison Sainte Marthe. Le Pape s’est appuyé en grande partie sur la première lecture de ce jour, tirée du Livre de l’Exode, qui rapporte le dialogue entre Dieu et Moïse sur l’apostasie des Hébreux.

La "logique des pots-de-vin"

Le Seigneur s’enflamme contre l’infidélité du peuple d’Israël, qui «a délaissé la gloire du Dieu vivant pour adorer un veau d’or». Il promet de les exterminer, mais Moïse cherche à apaiser sa colère. Dans le dialogue audacieux qui est rapporté, le prophète argumente et rappelle au Père tout ce qu’Il a fait pour son peuple, le libérant de l’esclavage, récompensant la fidélité d’Abraham et Isaac. Dans ses paroles, dans ce face-à-face, transparait l’implication de Moïse, l’amour qu’il éprouve pour son peuple. Il ne craint pas de dire la vérité, «il n’entre pas dans une logique de ‘jeux de pots-de-vin’», il ne cède pas à la possibilité de «vendre sa conscience». Et cela plait à Dieu, précise le Souverain Pontife ; «quand Dieu voit une âme, une personne qui prie et prie et prie encore pour quelque chose, Il s’émeut».

«Pas de pots-de-vin. Je suis avec le peuple. Et je suis avec Toi .C’est cela la prière d’intercession : une prière qui argumente, qui a le courage de dire en face au Seigneur, qui est patient. Il faut de la patience dans la prière d’intercession : nous ne pouvons pas promettre à quelqu’un de prier pour lui, s’en tenir à  un ‘Notre Père’ et un ‘Je vous salue Marie’, et ensuite s’en aller. Non. Si tu dis prier pour un autre, tu dois prendre ce chemin, et il faut de la patience», a insisté François.

Patience et constance dans la prière

Il n’est pas rare, malheureusement, de voir des gestionnaires disposés à sacrifier leur entreprise, non seulement pour sauvegarder leurs intérêts, mais aussi pour en retirer quelque avantage. Mais Moïse n’entre pas dans cette «logique de pots-de-vin» : il est avec le peuple et lutte pour le peuple. Les Saintes Ecritures fourmillent d’exemples de constance, de capacité à avancer avec patience, comme la Cananéenne, ou l’aveugle de Jéricho.

«Pour la prière d’intercession, il faut deux choses : le courage et la patience. Si je veux que le Seigneur écoute ce que je lui demande, je dois aller, aller, et aller frapper à la porte, frapper au cœur de Dieu… parce que mon cœur est impliqué ! Mais si mon cœur n’est pas impliqué dans cette intention, ou avec cette personne pour qui je dois prier, il ne sera pas capable de faire preuve de courage ou de patience».

L’engagement du cœur

Le Pape François indique donc la «route» qui doit être celle de la «prière d’intercession» : être impliqués, lutter, avancer, jeûner. «Que le Seigneur nous donne cette grâce. La grâce de prier devant Dieu avec liberté, comme des fils : de prier avec insistance, de prier avec patience. Mais surtout, de prier en sachant que je parle avec mon Père, et que mon Père m’écoutera. Que le Seigneur nous aide à progresser dans cette prière d’intercession».

 Vatican news

S'abonner à ce flux RSS