Présidentielle en Tunisie : "Kais Saied a séduit par sa candidature anti-système"    Présidentielle tunisienne : Kais Saïed et Nabil Karoui s'affronteront bien au second tour    Au Soudan, Jean-Yves Le Drian plaide pour le retrait du pays de la liste noire américaine    Présidentielle tunisienne : vers un duel Saïed - Karoui au deuxième tour    CPI : Fatou Bensouda fait appel de l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé    L'analyse de notre correspondante à Rabat, Théa Ollivier    Présidentielle en Tunisie : le grand chamboulement ?    Reprise du procès de la journaliste jugée au Maroc pour "avortement illégal"    FR NW GRAB LA HAYE STEPHANIE MAUPAS JT18H30    La tenue de la présidentielle en Algérie pourrait "radicaliser la mobilisation"    La procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo    Présidentielle tunisienne : Kais Saïed confirme son avance, la deuxième place indécise    Zimbabwe : Robert Mugabe sera enterré avec les héros de la Nation    Présidentielle tunisienne : Kais Saïed, un candidat conservateur qui revendique son indépendance    Présidentielle tunisienne : un universitaire et un publicitaire emprisonné assurent être au second tour

Rentrée scolaire / Échauffourées entre étudiants et forces de l’ordre à Abidjan

Rentrée scolaire / Échauffourées entre étudiants et forces de l’ordre à Abidjan

Des échauffourées ont eu lieu mercredi entre forces de l’ordre et étudiants, mécontents de la hausse des droits d’inscription, dans le quartier de Cocody. Des étudiants ont installé des pneus et des obstacles sur des voies de circulation et lancé des projectiles sur les forces de l’ordre, déployées en nombre, qui ont riposté en faisant usage de gaz lacrymogène. "Nous voulions faire une marche pour protester sur les problèmes autour des droits d’inscription pour la rentrée, mais les policiers nous ont dispersés", a affirmé à l’AFP Fulgence Assi, secrétaire général de la puissante Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci), qui a fait état de "plusieurs blessés". Selon lui, les droits d’inscription ont augmenté artificiellement, chaque établissement faisant payer des "frais" supplémentaires, au-delà du coût d’inscription qui revient à l’Etat. "Il y a des étudiants qui sont affectés dans le privé et là les droits d’inscription peuvent atteindre parfois 100.000 francs CFA (152 euros, un mois de salaire moyen environ en Côte d’Ivoire)", a-t-il assuré. Les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre ne sont pas rares en Côte d’Ivoire. La Fesci, puissant et sulfureux syndicat proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, est souvent à l’origine des manifestations parfois violentes. Créée en 1990 à l’avènement du multipartisme, la Fesci, vue comme une milice par ses plus farouches détracteurs, a été accusée par des ONG nationales et internationales de violences à l’égard des opposants de M. Gbagbo, ainsi que de racket en milieu étudiant.

Avec Afp

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut