Le Kenya vote pour élire un nouveau président    Mali : plusieurs morts dans une attaque jihadiste à Tessit    La justice marocaine favorable à l'extradition du Français Sébastien Raoult aux États-Unis    Tchad : la junte signe un accord avec des factions rebelles et lance un dialogue national    Kandy Guira, la voix du Burkina électro-pop qui défend le vivre-ensemble    Présidentielle au Kenya : l'heure du bilan pour Uhuru Kenyatta    Côte d'Ivoire : les ex-présidents Bédié et Gbagbo absents de la fête de l'indépendance    Diplomatie américaine : Antony Blinken en Afrique pour contrer l'influence russe    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara gracie l'ancien président Laurent Gbagbo    Présidentielle au Kenya : fin d'une campagne dominée par la crise économique    La région du Mont Kenya au cœur de la campagne présidentielle    Pour la RD Congo, "les dénégations du Rwanda ne valent plus rien" après le rapport de l'ONU    Pour Rached Ghannouchi, le référendum constitutionnel en Tunisie est "un échec"    Mali : l'ONU accuse des soldats maliens et "blancs" d'être impliqués dans la mort de 33 civils    Législatives au Sénégal : le camp présidentiel perd sa majorité absolue

Dangers liés à l’Immigration clandestine

Dangers liés à l’Immigration clandestine

Des journalites instruits

L immigration  clandestine, depuis 2000, a fait 40000 morts et de nombreux disparus.

 Face à cette situation, Koné Wossama Marc,  président de  l’Organisation non gouvernementale (Ong) Sos immigration clandestine, créée le 4 août  2007, ne veut pas rester les bras croisés. C’est pourquoi, dans le but  d’informer et d’amplifier la  sensibilisation des  populations sur les dangers  liés à   l’immigration clandestine, il  a initié vendredi 3 juin dernier, à la maison de la presse au Plateau,  un séminaire à l’intention des journalistes de la  presse écrite de Côte d’Ivoire. Selon  le président de cette Ong qui a animé ce séminaire, l’immigration clandestine est le fait d’immigrer de façon illégale dans un territoire d’accueil.  Les destinations les plus prisées par les jeunes africains  en quête, selon eux,  d’un mieux-être,    sont l’Italie, l’Espagne et la Grèce avec touhjours pour ambition de rejoindre l’Italie. Malheureusement,  le ralliement de  ces différentes destinations  se fait  par la traversée de la méditéranée centrale, des côtes tunisiennes et libyennes qui présentent de nombreux dangers car  c’est dans des embarcations de fortunes (des pirogues en bois qui bien souvent chavirent)  que  les candidats à l’immigration veulent atteindre ‘‘la terre promise’’. Cependant,  cela tourne parfois au drame avec de nombreux morts par noyade ou par asphixie. Même quand ils réussissent à passer, ils vivent dans la hantise d’être répérés par les gardes de côte ; donc finalement le rêve d’avoir un avenir meilleur devient un véritable cauchemar. Entrés illégalement sur le territoire, ils ne peuvent pas avoir de travail encore moins louer un logement. Pour ceux qui n’ont pu échapper à la police, ils sont rapatriés manu militari dans des conditions deshumanisantes, sans argent, sans nourriture, sans eau et même leurs droits bafoués.En somme, ils sont sujets à une véritable misère qui devrait décourager les potentiels candidats à l’immigration. Car finalement, on est mieux que chez soi surtout qu’il ya le chômage partout dans le monde.

 Nea

 

 

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut