Niger : trois morts après le passage d’un convoi militaire français, une enquête ouverte    Sommet Chine-Afrique à Dakar : une relation déséquilibrée ?    Tchad : amnistie générale pour les rebelles et opposants afin de faciliter le dialogue national    Niger : le convoi de la mission Barkhane enfin arrivé à Gao après de nombreux heurts    Le variant Omicron, conséquence directe de l'inégalité vaccinale ?    Au Rwanda, 30 rhinocéros blancs du Sud débarquent d'un Boeing 747    Soudan : une démocratie impossible ?    La RDC autorise l'armée ougandaise à traquer les rebelles ADF sur son territoire    La RDC autorise l'armée ougandaise à combattre les rebelles d'ADF sur son territoire    Au sommet Chine-Afrique, le Sénégal demande le soutien de Pékin au Sahel    En Algérie, une participation en hausse aux élections locales mais "en-deçà" des espérances    Soudan : Abdallah Hamdock limoge les chefs de la police    Un convoi militaire français bloqué par des manifestants au Niger    Burkina Faso : des blessés après la dispersion de manifestations contre le pouvoir    Les Algériens appelés aux urnes pour des élections locales cruciales

Agnibilékrou/Une nourrice décapitée par son frère ainé

Agnibilékrou/Une nourrice décapitée par son frère ainé

Un odieux crime rituel alimente actuellement les conversations dans la sous-préfecture de Damé,  localité située à une dizaine de kilomètres d’Agnibilékrou. Dans le but de s’enrichir, un jeune homme y a en effet décapité une nourrice. L’affaire est d’autant plus choquante, que la victime est la petite sœur du bourreau. Ce dernier, torturé par le remord et les cauchemars, raconte lui-même les faits.

 Selon Pascal,  le présumé auteur de l’acte odieux, cela fait bien longtemps qu’il nourrit le profond secret de devenir riche. Et ce, par tous les moyens. En tout cas, pour lui, le métier d’éleveur de volaille qu’il exerce à Damé, est loin de faire son affaire. Pascal veut paraître. Il veut être puissant. Dans le courant du mois de décembre dernier, il apprend l’arrivée dans la contrée, d’un marabout. Selon ses sources, le marabout en question est installé à Kotokossou. C’est juste à quelques encablures de Damé où il réside. Le 4 janvier dernier,  il se rend au cabinet du marabout en question et lui dévoile ses intentions. Le mystique indique que pour un tel rituel, il devra se procurer du sang humain et la langue d’un être cher. Et d’ajouter qu’il devra également avoir assez de cran pour supporter moralement les exigences du rituel. Pascal marque son accord. Le processus s’engage donc. De retour à Damé, il choisit sa victime pour son rituel. Ce sera sa sœur cadette. Cette dernière est une nourrice dont le bébé a, à peine 6 mois. Le 5 janvier, aux environs de 19h, il laisse croire à sa petite sœur qu’il a décidé de lui octroyer un fonds pour son commerce. Mais pour ce faire, il souhaite qu’ils s’entretiennent dans un endroit discret. Ainsi invite-t-il la jeune femme à le rejoindre dans sa ferme située à la périphérie de la localité. A ce niveau, un détail va perdre le meurtrier. C’est que la jeune femme, avant de se rendre à ce rendez-vous à la ferme à cette heure, prend soin d’informer un membre de la famille sur sa destination. Un peu plus tard, la scène qui se déroule dans la ferme de Pascal, est digne d’un film d’horreur. La jeune nourrice est affreusement décapitée et sa langue extraite. Son crime commis, Pascal met le corps dans une caisse et dépose le colis à un endroit stratégique de la localité. Dans le rituel, il s’agit de faire en sorte que la découverte de la dépouille provoque un choc au sein de la population. Cette onde de choc est déterminante pour la production de la richesse. Au lever du jour, l’absence de la jeune nourrice est très vite constatée. Tout comme celle de Pascal, qui entre temps s’est réfugié au Ghana. Des recherches sont entreprises par la  population qui  découvre avec consternation,  le corps mutilé de la victime. Les forces de l’ordre sont alertées. En définitive, Pascal, pris de remords et sujet à de terribles cauchemars, se rend aux forces de l’ordre et avoue son forfait.

 Avec abengouroujet’aime

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut