Enquête sur l'attentat de 1994 au Rwanda : Paris confirme un non-lieu    La mobilisation de la Jeunesse africaine pour le climat    Des villageois dogons victimes d'un nouveau massacre dans le centre du Mali    Les restes de 24 combattants tués lors de la colonisation française sont arrivés en Algérie    La France va restituer les crânes de résistants algériens    France : non-lieu confirmé dans l'affaire de l'attentat déclencheur du génocide rwandais    La France restitue à l'Algérie les restes de 24 combattants tués lors de la colonisation    Algérie : la justice libère Karim Tabbou, figure emblématique du "Hirak"    Procès d’une blogueuse pour blasphème : un test pour la liberté d’expression en Tunisie    Gabon : la dépénalisation de l’homosexualité divise l’opinion    Les jeunes Sud-Africains se mobilisent pour faire tomber les symboles de l’apartheid    En Éthiopie, l'armée déployée dans la capitale après des manifestations meurtrières    La mort d'un chanteur oromo mène l'Ethiopie au bord de l'embrasement    Le meurtre d'un chanteur oromo mène l'Éthiopie au bord de l'embrasement    RD Congo : 60 ans d'indépendance, quel bilan politique, économique et social ?

Ministère de la santé et de l’Hygiène publique/ Des agents de la police sanitaire rackettent au nom du ministre Aouélé

Le ministre de la santé et de l'hygiène publique doit veiller sur le bon fonctionnement de son département Le ministre de la santé et de l'hygiène publique doit veiller sur le bon fonctionnement de son département

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Aka Aouélé Eugène est en train d’abattre un travail colossal à la tête de ce département. Mais s’il n’y prend garde, des agents sanitaires, en quête de gain facile, qui ont décidé de racketter des propriétaires de centres de santé de soins infirmiers, pourraient saboter tout ce travail effectué et par ricochet ternir son image.

En application du décret portant organisation du ministère de la santé et de l’Hygiène publique, des enquêtes zonales et des rondes périodiques sont effectuées par la police sanitaire en vue de veiller au respect de la règlementation en matière de santé et d’hygiène publique. Ainsi, dans le cadre de ces enquêtes ciblées, des agents de la police sanitaire ont rendu visite à un cabinet de soins infirmiers dans la zone d’Abobo. Mais plutôt que de faire leur boulot conformément à leur attribution, ces agents qui étaient sur le terrain ont exigé la somme de 200 000 Fcfa au propriétaire. Mais celui-ci a refusé de leur donner cette somme, estimant qu’il était en règle.

Courroucés par ce refus du propriétaire, ils ont promis se venger en lui collant un certain nombre de griefs. Les exemples sont légion et plusieurs cas de corruption de ses ‘‘brebis galeuses’’ nous ont été rapportés. Dame KVS nous informe qu’ils lui ont soutiré la somme de 600000Fcfa.En ces temps où le président de la République Alassane Ouattara et son son Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly font des pieds et des mains pour améliorer les conditions de vie des populations à travers le Programme Social du gouvernement (PSGouv), ils se trouvent des petits malins pour contrarier tous ces actions sociales.

Vivement donc que le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr Aka Aouélé interpelle ces agents indélicats qui ont décidé de fouler aux pieds leurs propres règles en s’adonnant au racket. Cela doit cesser immédiatement car les centres de soins infirmiers officiellement agréés contribuent à la santé des populations qui ne peuvent accéder aux centres de santé communautaire.

Affia Marie

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut