Plus de 100 morts dans une attaque d'un village peul au Mali    Attaque meurtrière des Shebab contre deux ministères à Mogadiscio    Au Mozambique, "des enfants jetés dans les bras des travailleurs humanitaires"    Au cœur des manifestations, les Algériens affichent leur humour et leur créativité    En Algérie, un cinquième vendredi de manifestations pour faire plier le régime    Manifestations en Algérie : "Les soutiens de Bouteflika s'en vont petit à petit"    Après le 28 avril, Abdelaziz Bouteflika "sera un président anticonstitutionnel"    Le bilan du cyclone Idai s'élève à 242 morts au Mozambique    Au Mozambique, trois jours de deuil national après le passage du cyclone Idai    Martin Fayulu : "Félix Tshisekedi est la marionnette de Joseph Kabila"    Italie, Russie, Allemagne, Chine… l’Algérie en quête de soutiens à l’étranger    En Algérie, le FLN, soutien indéfectible du président Bouteflika, change de ton    L'Algérie dénonce un "faux compte Twitter" attribué à son vice-Premier ministre

N’Guessankro (Bongouanou)/ Le meurtrier de dame Kouamé Yah retrouvé mort

N’Guessankro (Bongouanou)/ Le meurtrier de dame Kouamé Yah retrouvé mort

Les jeunes du village de N’guessankro n’ont pas voulu lâcher prise. Ils ont continué leur battue. Elle vient de porter ses fruits. Après avoir tiré à bout portant sur son épouse dans leur chambre conjugal, N’guetta Koua a pris la poutre d’escampette. Quatre jours après, le fugitif marquera un arrêt dans le campement de M.Akpangni Adjé. Le campement est à présent sans âme. Le maître des lieux et sa famille ont choisi de passer les fêtes de fin d’année au village. Cette aubaine va être saisie par N’guetta Koua pour y mettre fin à sa vie. Après avoir disposé des chaises dans la cuisine, il va se saisir d’une corde qui servait de séchoir. Puis, il monte et noue tranquillement cette corde à son cou. C’est dans un état de putréfaction avancée que les jeunes découvrent son corps le vendredi 4 janvier 2019 vers 8 heures. La chefferie ayant été saisie s’est référée à son tour à la gendarmerie. Samedi 5 janvier dernier, le corps a été enlevé puis, conduit au village au moyen d’un corbillard venu directement de Bongouanou. Pour rappel, la population de N’guessankro, dans le département de Bongouanou (Région du Moronou), n’a pas eu le temps de savourer paisiblement la Saint Sylvestre. Et pour cause, le lundi 31 décembre 2018 à 20h, au moment où chacun s’apprêtait pour la fête, une forte détonation a créé la débandade. Renseignements pris, le sieur N’guetta Koua âgé de 63 ans qui accusait depuis longtemps sa femme d’infidélité vient de l’abattre avec un fusil calibre 12. Dame Kouamé Yah née en 1970 et mère de 5 enfants, tous issus de son alliance avec son meurtrier époux, n’a pu survivre. Elle décédera des suites de sa blessure sur la route de l’hôpital, dans une mare de sang. La gendarmerie de Bongouanou a ouvert une enquête pour mieux cerner les contours de cette affaire macabre.

IN L’Héritage

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut