Libye : le maréchal Haftar annonce la levée sous conditions du blocus pétrolier    Côte d'Ivoire : Guillaume Soro appelle l'opposition à "faire bloc" contre le président Ouattara    Niger : le groupe État islamique revendique l'assassinat de huit personnes, dont six Français    Libye : les multiples raisons du départ de Fayez al-Sarraj, "contesté" et "fragilisé"    Présidentielle ivoirienne : Soro appelle l’opposition à s'unir et dit sa candidature "irrévocable"    Mali : la junte affirme que le pays est sous la menace d'un "embargo total" de la Cédéao    Libye : le chef du gouvernement Fayez al-Sarraj prêt à démissionner d'ici fin octobre    Un projet d'oléoduc menace des communautés locales en Afrique de l'Est    Algérie : avalanche de protestations après la condamnation de Khaled Drareni à 2 ans de prison ferme    La Cour africaine demande le retour de Guillaume Soro dans la course à la présidentielle ivoirienne    Mali : la Cédéao exhorte la junte à mettre en place sans délai un gouvernement de transition    L'ancien dictateur malien Moussa Traoré est mort à l'âge de 83 ans    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'opposition vent debout contre le Conseil constitutionnel    Algérie : le journaliste Khaled Drareni condamné à deux ans de prison en appel    Verdict attendu dans le procès en appel du journaliste algérien Khaled Drareni

2ème Edition des conférences Kofi Annan Eminent Speakers/ Leymah Roberta : « Il serait très bénéfique pour notre monde que les femmes soient prises au sérieux »

au centre la conférencière Leymah Roberta Gbowee entourée de Victor Oladokun et Célestin Monga au centre la conférencière Leymah Roberta Gbowee entourée de Victor Oladokun et Célestin Monga

Dans le cadre de la 2ème édition du cycle de conférences Kofi Annan Eminent Speakers, l’institut de développement africain de la Banque africaine de développement (BAD) a accueilli ce mardi 11 décembre 2018 à l’auditorium Babacar Ndiaye au siège de la Banque  à Abidjan- Plateau, la Co-lauréate du Prix Nobel de la Paix 2011, Leymah Roberta Gbowee qui s’est prononcée sur le thème : « Les femmes activistes de la base : un pouvoir sous-estimé ». C’était en présence des membres du corps diplomatique,  du président de la Banque Africaine de développement Akimwuni Adesina  et des membres du conseil d’administration,  des membres de la société  civile ainsi que des étudiants. Citant d’emblée Rowan Blanchard, actrice et activiste, celle que le modérateur du jour,  Victor Oladokun a nommé la guerrière de la paix a  souhaité que nous « Ne soyons plus emprisonnés dans les stéréotypes liés au genre, ne nous laissons plus définir par de tels stéréotypes, ni par aucun autre. Laissons plutôt nos actions individuelles, notre gentillesse, nos bonnes manières envers les autres nous définir. En fait, qui que vous soyez, ce qui compte est que chacun mérite la possibilité d’atteindre tout son potentiel. L’égalité des sexes n’est pas seulement une idée, mais un droit conféré à la naissance ». Pour elle, les femmes des communautés africaines ont un pouvoir intéressant même si elles sont sous estimées. A travers un témoignage sur la guerre au Libéria en 2003, elle a montré comment à l’origine  sept (7)  femmes ‘’folles ‘’  perçues comme un groupe sans pouvoir,  ont obligé le président Taylor et les rebelles à aller à la table de négociation( même si elles n’ont pas été admises à la table des négociations) pour signer un accord de paix après 14 ans de guerre civile. « Depuis, nous avons eu 13 ans de silence des armes », se satisfait-elle. Et de poursuivre « bien que les processus de paix, tel qu’ils sont structurés, ont tendance à sous-évaluer et à sous-estimer l’impact que les femmes continuent d’avoir dans les sociétés, je crois qu’il serait très bénéfique pour notre monde que les femmes soient prises au sérieux pour tous les efforts qu’elles déploient en vue d’assurer le respect des droits humains et du besoin fondamental de sécurité de toute personne ». Et de marteler : «  Que l’Afrique arrête de regarder avec un œil  sinon, il ne pourra pas voir l’ensemble de l’image ». En d’autres termes, si l’Afrique vole de ses deux ailes (Hommes et femmes), il pourra développer le continent.  En réponse à cette métaphore, le président de la Banque Africaine de Développement Akimwuni Adesina, a promis que désormais l’Afrique regardera des yeux pour amorcer un développement durable.

In fine, le modérateur Victor Oladokun qui avait à ses côtés Célestin Monga a salué la conférencière pour le travail bien fait.  Pour rappel, Samora Machel fut la première invité de cette série de conférences.

 Affia Marie

 

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut