En Libye, la crise des liquidités pousse les migrants africains à rentrer au pays    Libye : un semblant de paix à Tripoli    Procès Gbagbo : l’avenir de l’ancien président toujours en suspens à La Haye    Henri Konan Bédié confirme sa rupture avec Alassane Ouattara    Biya lève les poursuites contre 289 détenus de la crise du Cameroun anglophone    En Algérie, les murmures du palais sur un report de la présidentielle    RD Congo : des milliers de machine à voter incendiées, la piste criminelle privilégiée    France 24 en Libye : des réfugiés en situation d'urgence humanitaire évacués vers le Niger    Répression meurtrière au Togo à la suite de manifestations de l'opposition    Remise du Nobel de la paix : le Congolais Denis Mukwege déclare "la guerre à l'indifférence"    Une application "anti-gaspi" 100 % togolaise    RD Congo : Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023    Togo : l'opposition dénonce la répression lors des nouvelles manifestations    Algérie : béatification des moines de Tibéhirine et de 12 autres religieux

Lutte contre le VIH-Sida/ Le Comité sectoriel du ministère des sports encourage à faire le dépistage pour une prise en charge immédiate

photo de famille llors de la joirnée d'activisme contre le VIH-SIDA photo de famille llors de la joirnée d'activisme contre le VIH-SIDA

Le  Comité sectoriel de lutte contre  le Sida (CSLS) du ministère des Sports, dirigé par  la dynamique Béatrice Ehui et son équipe ne  lâchent pas prise depuis 2012. Pour éradiquer le fléau du Sida  en Côte d’Ivoire où l’on dénombre 17 000  nouvelles infections et 36 000 décès  du fait du Vih / an,  elle et son équipe ont décidé d’adopter des stratégies novatrices en vue de l’atteinte du traitement 90-90-90 d’ici à 2020. C’est dans cette dynamique que  le CSLS a organisé ce  jeudi 6 décembre 2018, à la salle de Conférence de l’Office national du Sport, une journée d’activisme au cours de laquelle il   recommande le test de dépistage du Vih pour une prise en charge systématique. Conformément au thème de la journée mondiale du Sida qui est ‘‘Savoir tôt pour traiter tôt’’. C ’était en présence  du directeur de cabinet du Ministre des sports , Allah Yao,   de l’inspecteur général et ses collaborateurs, du représentant du Directeur Général du Fonds national de lutte contre le Sida (FLNS)Tahi Guy, du représentant de la Directrice de l’Office national du Sport, du représentant du Directeur général de l’Injs, des directeurs centraux, des représentants des présidents de fédérations sportives , des Ong et des étudiants    de l’Injs.  Pour la  coordinatrice du comité sectoriel de lutte contre le sida, « cette journée d’activisme constitue pour eux un engagement fort à soutenir  toutes les actions en faveur de la lutte contre le VIH et le Sida  afin que 90% des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) connaissent leur statut sérologique et à marquer  leur solidarité aux PVVIH et OEV  du fait du Sida ». En effet, en mémoire des personnes décédées du fait du Vih Sida, une cérémonie dite Candle light a été organisée.  Déclarant ouverte cette journée d’activisme, le directeur de cabinet du ministre des Sports, Danho Paulin, a encouragé cette initiative qui est à sa 5ème édition et a souhaité qu’il y ait plus d’acteurs sportifs l’année prochaine. « Il faut faire en sorte que le mouvement sportif se sente concerné par cette initiative », a-t-il conseillé avant de rappeler qu’on peut vivre et bien vivre du Sida à condition de le traiter  au niveau médical et social. Cette journée riche en informations a été également marquée par le témoignage de personnes vivant avec le Vih. Un partage d’expérience qui  interpelle  tout un chacun à faire le dépistage volontaire afin de bénéficier d’une prise en charge immédiate au cas où le test se révèle positif. Le clou de cette journée fut sans conteste la conférence animée par Dr Yéo Alain, Biologiste à l’Institut Pasteur d’Abidjan. Se prononçant sur le thème : «  Prise en charge des personnes vivant avec le VIH (PVVIH), Dr Yéo a d’abord rappelé que les IST  constituent le lit du VIH  avant de démontrer à l’assistance pourquoi, il est nécessaire de faire le dépistage ». Pour lui, il faut faire le dépistage  pour savoir où en est-on par rapport au Vih, pour se rassurer et protéger les autres et vérifier la présence d’anticorps  pour le VIH dans le corps….A la question de savoir qu’est-ce que la prise en charge, il répond que c’est un système d’accompagnement  des personnes infectées ou affectées (Touchées par le décès d’une personne du fait du Vih) par le VIH qui vise à améliorer la qualité  de leur vie. Selon lui, la prise en charge en Côte d’Ivoire se fait immédiatement après le dépistage dans les centres de dépistage du Vih .Et de préciser que le dépistage, le bilan initial les ARV et le bilan de suivi sont gratuits. Il conclut en invitant les uns et les autres à lutter contre le Sida car le plus grand danger est l’ignorance et l’indifférence.  Quant au représentant du Dg du Fnls, l’un des partenaires nationaux avec le Pnls , l’Aimas et l’Ong Les Amies de la Vie,  il a appelé les participants à cette journée à prendre un timbre de solidarité qui part de 100Fr à 50000Fcfa car , a renchéri la coordinatrice  du CSLS, leur objectif est d’atteindre 2500000Fcfa.  

 Affia Marie

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut