Afrique de l'Ouest : un plan d'un milliard de dollars pour lutter contre le jihadisme    La Tunisie aux urnes pour élire son président    Élection présidentielle : ces jeunes Tunisiens qui veulent faire entendre leur voix (4/4)    En RD Congo, l'ex-ministre chargé de la lutte contre Ebola placé en garde à vue    Présidentielle en Tunisie : "La Révolution française a pris du temps, la nôtre aussi"    Le Zimbabwe a rendu un dernier hommage au "héros" de l'indépendance Robert Mugabe    Paroles d’électeurs tunisiens : "On vit avec l'espoir que ça puisse changer"    "Les réponses sociales en Tunisie n’ont pas été à la hauteur des attentes"    Les Tunisiens de l'étranger votent pour la présidentielle    Élection présidentielle : les habitants des zones rurales tunisiennes désabusés (3/4)    L'opposant algérien Karim Tabbou placé en détention provisoire    Élection présidentielle : mobiliser les électrices tunisiennes, l'un des enjeux du scrutin (2/4)    Un déraillement de train meurtrier en RD Congo    Xénophobie en Afrique du Sud : arrivée à Lagos des premiers rapatriés nigérians    Disparition de Maurice Audin : ouverture des archives publiques

Accident de la circulation/ Novembre, Décembre, Janvier : Les mois de tous les dangers

Chauffeurs, propriétaires de véhicule de transport, gouvernement : Qui sont les véritables responsables des accidents de la circulation ? Chauffeurs, propriétaires de véhicule de transport, gouvernement : Qui sont les véritables responsables des accidents de la circulation ?

Nous rentrons de plain-pied dans la période des fêtes de fin d’année. Une période où ils roulent à tombeau ouvert. Ils font des dépassements dangereux. Ils sont même maitres des terre-pleins. Ils ne respectent aucun feu de signalisation. Ils défient les policiers et insultent les passagers qui se plaignent de leur conduite approximative. Ils, ce sont les conducteurs de véhicule de transport en commun. Les minicars communément appelés ‘’gbaka’’ et les conducteurs de taxis communaux, intercommunaux et taxis-compteurs. Leur objectif, faire des profits importants pendant cette période de fêtes. Malheureusement, les conséquences de leur irresponsabilité sont désastreuses. Des accidents graves et meurtriers sont enregistrés sur nos routes tant en raz campagne qu’en agglomérations. Novembre, Décembre et Janvier en Côte d’Ivoire sont des mois où l’on enregistre particulièrement le plus grand nombre d’accidents de la circulation. Mais pourquoi autant d’accidents pendant la période des fêtes?

Le ministère des transports explique

Situant les responsabilités de ces accidents qui endeuillent les populations pendant la période de fin d’année, le ministre des transports, Amadou Koné n’a pas hésité à pointer du doigt le comportement des conducteurs. « L’accident n’est pas une fatalité, mais une question de responsabilité. Cette hécatombe peut être stoppée, en agissant, notamment sur le facteur humain qui est responsable de 95% des accidents », a révélé Amadou Koné en 2017 lorsqu’il lançait la campagne de sensibilisation intensive à la sécurité routière en prélude à la fête de la Pâque. Selon le ministre des Transports, les principales causes des accidents de la route sont entre autres, l’excès de vitesse, l’imprudence des automobilistes, les stationnements dangereux, la défaillance mécanique, la fatigue et la consommation d’excitants. A cela il faut ajouter la dégradation avancée de certains axes routiers.

La réaction de la police nationale

Lors d’une rencontre des différentes composantes du ministère de l’intérieur, de la sécurité, de la défense et celle de la santé et de l’hygiène publique en début d’année 2018, le directeur général de la police nationale, le général Kouyaté a relevé que la majorité de ces accidents est causée par des personnes dont l’âge est compris entre 15 et 20 ans c’est-à-dire des mineurs. Selon lui, ces accidents sont dus à la délivrance avec complaisance des permis de conduire ; la pression (des propriétaires de véhicules de transport, des syndicats, des chefs de gares) ; la conduite sous l’effet des stupéfiants; la course à la recette, le mauvais état des véhicules. Dressant son bilan, il a fait savoir que ses services ont enregistré 406 accidents mortels qui ont fait 482 décès et 610 blessés. " Abidjan seule a enregistré 184 cas d’accidents en ce début d’année 2018 " a-t-il déploré. Un bilan alarmant Le bilan de ces nombreux accidents qui ont endeuillé des familles en Côte d’Ivoire est déplorable et inquiétant. Pour ce qui est du début d’année 2018, le ministère de la santé et de l’hygiène publique qui était représenté par M. Kouadio Raoul a indiqué que sur les 15 sur 20 régions sanitaires que compte le pays, les services des premiers soins ont enregistré 1458 accidents qui ont causé 3200 blessés et 81 pertes en vie humaine en début d’année 2018. En cette fin d’année encore, les accidents ont repris. Si des dispositions préventives ne sont pas prises tôt, ce serait avec regret que les populations seront informées par les autorités gouvernementales du nombre de blessés et de morts au cours d’une énième réunion de bilan des accidents de circulation en début d’année 2019. Il est bon de signaler que depuis 2014, le chiffre des accidents de la circulation est passé à 8.000 accidents en moyenne avec un peu plus de 800 tués et 12.000 blessés (légers et graves confondus). C’est donc le lieu d’interpeller les automobilistes à plus de prudence en cette période de fin d’année.

 

Année accident tués Blessés 2014 8262 816 14 291 2015 10632 883 17 951 2016 10718 991 18 108 2017 17 969 1275 11 743 Tués en hausse de 264,97 % entre 2006 et 2016 Blessés en hausse de 325,4 % entre 2006 et 2016

IN L'HERITAGE

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut