Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés : "Les États du Sahel sont dans une situation dramatique"    Incident diplomatique : le Mali rappelle son ambassadeur et envoie un ministre à Paris    Un cas de coronavirus au Nigeria, le premier en Afrique subsaharienne    Guinée-Bissau : Umaro Sissoco Embaló "investi" président, malgré la contestation des résultats    Libye : les pourparlers politiques patinent à Genève, le bras de fer militaire se poursuit    Cameroun : la bataille pour le port de Douala    Le gouvernement tunisien d'Elyes Fakhfakh obtient la confiance du Parlement    Concert de Fally Ipupa à Paris : la superstar raconte les préparatifs    En Côte d'Ivoire, les innombrables abus contre les employées de maison    Le Mali promet des "lignes rouges" dans les négociations avec les jihadistes    L'Égypte se prépare à rendre les honneurs militaires à Hosni Moubarak    Premier cas de coronavirus en Algérie, les autorités en alerte    L'Algérie face à son premier cas de coronavirus    Kamel Abdat ou comment briser les tabous grâce à l'humour    Algérie : "À 20 ans, Bouteflika voulait être président"

Tabaski / Les musulmans de Côte d’Ivoire font acte de générosité

Tabaski / Les musulmans de Côte d’Ivoire  font acte de générosité

La Tabaski ou la fête du mouton, appelée aussi Aid El Kebir qui signifie littéralement "la grande fête», est célébrée  ce mardi 21 août sur l’ensemble du territoire ivoirien. C’est l'une des fêtes les plus importantes de l'Islam et elle marque chaque année la fin du Hadj. C’est une  occasion pour les musulmans de commémorer  le sacrifice d’Abraham (Ibrahim) par l’immolation d’un bélier. Mais pas n’importe lequel comme le recommande le prophète  qui indique que tout musulman qui dépense avec joie son argent pour s'acquitter de cette tradition et qui, ce faisant, achète un mouton digne de ce nom, sans aucun défaut, en ayant en vue la seule face de Dieu loin de toute ostentation (poukeuré), Dieu fera le jour du jugement dernier un long mur entre cet homme et l'enfer et incha Allah il n'y entrera point". « Ce sera votre monture pour traverser le pont "SIRAT" », précise- t-il. Pour donc respecter cette tradition, chaque famille musulmane, dans la mesure de ses moyens, sacrifie un animal (brebis, chèvre, mouton, vache ou chameau) en l'égorgeant couché sur le flanc gauche et la tête tournée vers la Mecque ou terre sainte. Une partie de la chair de ce sacrifice bénéficie aux plus démunis parmi les musulmans, affermissant ainsi la solidarité et l'assistance mutuelle telle que les prescrit Allah. La fête de la Tabaski est ainsi une fête de partage et de générosité.

A.M

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut