Les voisins de la RD Congo divisés par l’élection de Félix Tshisekedi    En RD Congo, l'Église catholique "craint que le système ne perdure avec le nouveau président"    Manifestations au Zimbabwe : le président Mnangagwa rentre à Harare    Heurts entre partisans de Martin Fayulu et Félix Tshisekedi à Kinshasa    Beth Koigi, la Kényane qui transforme l’air en eau potable    Attaque au Mali : "Aqmi conserve des capacités logistiques non négligeables"    Élections en RD Congo : l'Union africaine reporte sa mission à Kinshasa    Une base de l’ONU attaquée dans le nord du Mali    Israël renoue ses relations diplomatiques avec le Tchad    Le groupe jihadiste Aqmi revendique l'attaque d'une base de l’ONU au Mali    Visite historique de Benyamin Netanyahou au Tchad    Félix Tshisekedi proclamé président de la RD Congo par la Cour constitutionnelle    Des frappes américaines tuent plusieurs dizaines d'islamistes shebabs en Somalie    Au Burkina Faso, le gouvernement Thiéba a démissionné    À Goma, la population vit dans l'attente des résultats de la présidentielle

En visite de travail /Une délégation de la Fondation Saemaul chez l’Ambassadeur Yongil Rhee

La délégation de Saemaul Global foundation dont le chef est Monsieur JANG, président de la fondation, est venue en Côte d'Ivoir pour une  visite de travail. A l'occasion de cette visite, SEM Yongil Rhee, ambassadeur de la république de Corée a tenu le 14 janvier 2019 un dîner à sa résidence avec la délégation. A ce jour, la fondation tient son programme dans deux villages pilotes en Côte d'Ivoire. Grâce à ce programme qui met l'accent sur la diligence, l'auto-assistance et la collaboration, les villageois sont en train d'améliorer leur condition et cadre de vie. Lors du dîner, SEM l'Ambassadeur a souhaiter qu'à travers le programme de Saemaul, les conditions de vie de la population ivoirienne  s'améliore  davantage.

Aussi, les cadres de l'AIA-KOICA (L’Association des Ivoiriens Anciens stagiaires et boursiers de l'Agence Coréenne de Coopération Internationale) ont été reçus par SEM Yongil Rhee, Ambassadeur de la Corée hier. Lors de cette rencontre, ils ont échangé les meilleurs vœux pour l'année 2019 et ont fait le point sur les activités de l'année dernière et celles prévues pour cette année. SEM l'Ambassadeur a encouragé Madame la Présidente et les autres cadres à s'engager davantage  dans le renforcement des relations entre les deux pays, tout en soulignant que l’AIA-KOICA, en tant que première association d'amitié entre la Corée et la Côte d'Ivoire, est d'une grande importance.

infos facebook

Pour ses actions de bienfaisance /La communauté Mère Maria Rosa Mystica célèbre le président Kouassi Kouadio Lucien

Le samedi 12 janvier 2019, fut un grand jour pour les fidèles de la communauté Maria Rosa Mystica, sise à Yopougon-Andokoi. Pour cause : une fête a été organisée ce jour en l’honneur de M. Kouassi Kouadio Lucien, président de ladite fondation, pour ses deux distinctions décernées respectivement, le 22 septembre 2018 à Abidjan, par la Fédération pour la paix universelle et le 14 décembre à Paris par la Ligue universelle du bien public en reconnaissance de son leadership exceptionnel, de ses efforts inlassables pour résoudre les problèmes des fidèles de sa communauté. C’est sous une forte pluie, que des milliers de fidèles se sont réunis le samedi dernier, dans le lieu saint pour célébrer, l’homme qu’on appelle affectueusement ‘’le vagabond de la charité’’. « Vous voyez cette pluie qui s'abat actuellement sur notre lieu de prière, c'est la bénédiction de Dieu. C’est une pluie purificatrice. Elle éloigne de nous toute maladie, tout esprit de malheur. C’est la pluie qui bénit ». Ce sont ici les mots lancés par Maman Pauline à ses fidèles pour leur expliquer la  venue la pluie à cette fête. A son tour de parole, le président Kouassi Kouadio Lucien, a affirmé que «  2018 a été une année de bonheur pour les enfants de Maria Rosa Mystica ». Poursuivant, il a indiqué que cette communauté a été créée dans le but d'aider les populations ivoiriennes. «  Vous voyez ici, ce sont les enfants qu’on appelle communément ‘’enfants microbes''. Nous faisons en sorte que ces jeunes petits garçons soient la société de demain. Parce que Dieu m’a béni et moi et mon équipe à notre tour, devions  aider ces enfants afin qu’ils deviennent l’avenir de notre pays, la Côte d'Ivoire ». Créée au mois de mai 2017 par M. Kouassi Kouadio Lucien, la Fondation Maria Rosa Mystica a pour objectif principal l’auto-développement, en vue de combattre la pauvreté. Pour le président fondateur, la structure travaille pour un monde où les pauvres et les défavorisés ont droit au minimum, dans l’optique de faire disparaître l’inégalité sociale pour épouser l’esprit du bonheur partagé. Et depuis sa création, la fondation a posé des actes dans les domaines de la santé, l’alimentation et la réinsertion professionnelle. Pour la circonstance, le lieu saint qui accueille habituellement environs 5000 personnes les jours de cultes, a accueilli plus de 7000 personnes. Le programme de cet événement majeur, a été émaillé par des prestations artistiques et des louanges au nom de l’Éternel. Ont pris part à cette fête, M. Blanco Ballin investisseur principal de la Banque d'Abidjan (BDA), l’évêque Bruno Kouamé, Maitre Offoumou, ainsi que l’honorable Henoc Yaboudjro.

IN L'HERITAGE

Valorisation nutritionnelle des chenilles/ La doctorante Prisca Ehounou éblouit la communauté universitaire

« Insectes et développement durable ». Tel est le thème de la 1ère conférence de la Société entomologique de Côte d’Ivoire (Seci). Qui s’est tenue le mercredi 12 décembre 2018 à l’université Nangui Abrogoua. A cette occasion un challenge de présentation de poster mettant en compétition les doctorants de cette spécialité, a été initiée. A l’issue des présentations, celle de Mlle Nianda Prisca Ehounou, doctorante inscrite en Biologie animale, spécialité entomologie agricole, à l’université Félix Houphouët-Boigny, portant sur le thème : « Contribution des insectes à la lutte contre la faim en milieu tropical », a reçu l’approbation de la communauté universitaire. Elle a eu le Prix de la meilleure présentation. Eu égard à sa bonne maîtrise du sujet, son assurance et la qualité des résultats de recherche présentés. C’était en présence du président de la Seci Pr Koua Hervé, Pr Tanoh Yao, président de l’université Nangui Abrogoua, Pr Tidou Minata, présidente de l’université Lorougnon Guédé de Daloa, du représentant du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Dr Abdallah Albert Toikeusse Mabri. Lors de sa communication, la lauréate est revenue sur l’utilité des insectes pour l’équilibre écologique. « Les insectes ont toujours été vus comme des ravageurs. A travers cette première conférence, différentes études ont montré que les insectes présentent plusieurs avantages. Bien qu’ils soient des ravageurs, ils ont leur côté positif, notamment dans l’alimentation et la pollinisation des plantes » a-t-elle souligné avant de lever un coin de voile sur les valeurs nutritionnelles des insectes. « La lutte contre les insectes ne passent pas forcément par la destruction. Mais ils peuvent être consommés par l’homme également. Il est montré que les valeurs nutritionnelles des chenilles sont pareilles à celles de la viande de bœuf » a-t-elle révélé. Résultats qui devraient être regardés de près par la Fao et le Pam.

Sercom

Panneaux directionnels / S’orienter devient facile à Abidjan

Les nouveaux panneaux directionnels font désormais partie du paysage du District d’Abidjan. De couleur grise ou verte, on en voit de plus en plus dans les communes. L’objectif pour le gouvernement est de rendre la circulation plus fluide et plus sûre dans la capitale économique. Comme à Paris, à Londres ou à Washington, ces panneaux participent aussi d’une plus grande modernisation de l’agglomération. Ils donnent aux usagers de la route des informations pour se rendre d’un point à un autre, pour se localiser et s’orienter. Chose plus qu’utile, avec la construction du 3ème Pont et de différents échangeurs à Abidjan. En outre, ils améliorent la sécurité routière. Désormais, plus besoin donc de stationner pour demander son chemin à un autre automobiliste ou à un piéton. Selon Alain Essoh, un jeune commerçant, les panneaux directionnels évitent de nombreux désagréments et permettent de gagner en temps car les usagers n’ont plus besoin de demander leur chemin. « Dans une cité administrative comme le Plateau, les panneaux nous aident à retrouver les lieux que nous cherchons », renchérit Adolphe Niaba, clerc d’huissier.

Réalisés par l’AGEROUTE, les travaux de réhabilitation des équipements de signalisation directionnelle ont littéralement changé la physionomie des grandes artères et des axes structurants d’Abidjan et de sa banlieue.

 Dircom

Anyama / L'ONG 2AT-CI fait un don d’1500000 F CFA à une école confessionnelle islamique

L'ONG Assistance à tous en Côte d’Ivoire (2AT-CI) a fait un don de un million cinq cents mille F CFA, samedi, à l'école confessionnelle islamique Al Anwar à Anyama Ran, en présence des acteurs du système scolaire d'Anyama.  Selon la présidente de l'ONG assistance à tous en Côte d’Ivoire (2AT-CI), Mme Cissé née Sylla Mamine,  ce geste s'inscrit dans le cadre de l'amélioration des conditions de vie et de travail des enfants défavorisés en milieu scolaire. La porte-parole des récipiendaires, Fofana Magbê a remercié l'ONG 2AT-CI pour les dons, et a promis d'en faire bon usage. Le directeur de l'école Al-Anwar, M. Cissé Ibrahim Mohamed a exprimé sa reconnaissance quant au geste qu'il a qualifié de salvateur. Il a exhorté  l’ensemble de ses collaborateurs à s'impliquer davantage dans le travail pour un enseignement de qualité.

2ème Edition des conférences Kofi Annan Eminent Speakers/ Leymah Roberta : « Il serait très bénéfique pour notre monde que les femmes soient prises au sérieux »

Dans le cadre de la 2ème édition du cycle de conférences Kofi Annan Eminent Speakers, l’institut de développement africain de la Banque africaine de développement (BAD) a accueilli ce mardi 11 décembre 2018 à l’auditorium Babacar Ndiaye au siège de la Banque  à Abidjan- Plateau, la Co-lauréate du Prix Nobel de la Paix 2011, Leymah Roberta Gbowee qui s’est prononcée sur le thème : « Les femmes activistes de la base : un pouvoir sous-estimé ». C’était en présence des membres du corps diplomatique,  du président de la Banque Africaine de développement Akimwuni Adesina  et des membres du conseil d’administration,  des membres de la société  civile ainsi que des étudiants. Citant d’emblée Rowan Blanchard, actrice et activiste, celle que le modérateur du jour,  Victor Oladokun a nommé la guerrière de la paix a  souhaité que nous « Ne soyons plus emprisonnés dans les stéréotypes liés au genre, ne nous laissons plus définir par de tels stéréotypes, ni par aucun autre. Laissons plutôt nos actions individuelles, notre gentillesse, nos bonnes manières envers les autres nous définir. En fait, qui que vous soyez, ce qui compte est que chacun mérite la possibilité d’atteindre tout son potentiel. L’égalité des sexes n’est pas seulement une idée, mais un droit conféré à la naissance ». Pour elle, les femmes des communautés africaines ont un pouvoir intéressant même si elles sont sous estimées. A travers un témoignage sur la guerre au Libéria en 2003, elle a montré comment à l’origine  sept (7)  femmes ‘’folles ‘’  perçues comme un groupe sans pouvoir,  ont obligé le président Taylor et les rebelles à aller à la table de négociation( même si elles n’ont pas été admises à la table des négociations) pour signer un accord de paix après 14 ans de guerre civile. « Depuis, nous avons eu 13 ans de silence des armes », se satisfait-elle. Et de poursuivre « bien que les processus de paix, tel qu’ils sont structurés, ont tendance à sous-évaluer et à sous-estimer l’impact que les femmes continuent d’avoir dans les sociétés, je crois qu’il serait très bénéfique pour notre monde que les femmes soient prises au sérieux pour tous les efforts qu’elles déploient en vue d’assurer le respect des droits humains et du besoin fondamental de sécurité de toute personne ». Et de marteler : «  Que l’Afrique arrête de regarder avec un œil  sinon, il ne pourra pas voir l’ensemble de l’image ». En d’autres termes, si l’Afrique vole de ses deux ailes (Hommes et femmes), il pourra développer le continent.  En réponse à cette métaphore, le président de la Banque Africaine de Développement Akimwuni Adesina, a promis que désormais l’Afrique regardera des yeux pour amorcer un développement durable.

In fine, le modérateur Victor Oladokun qui avait à ses côtés Célestin Monga a salué la conférencière pour le travail bien fait.  Pour rappel, Samora Machel fut la première invité de cette série de conférences.

 Affia Marie

 

S'abonner à ce flux RSS