RD Congo : au moins 131 civils tués par les rebelles du M23, selon une enquête de l'ONU    Commémorer les 80 ans de la rafle de Tunis pour ne pas oublier les juifs de Tunisie    Mondial-2022 : qualification historique du Maroc en quarts de finale    En Éthiopie, la capitale du Tigré de nouveau alimentée par le réseau électrique    Massacre de Kishishe : le gouvernement de RD Congo évoque un bilan "autour de 300 morts"    RD Congo : les autorités accusent le M23 de "crime de guerre" à Kishishe    Afrique du Sud : le vote sur une procédure de destitution du président Ramaphosa reporté    Anouar Kbibech : le projet de TotalEnergies en Ouganda est "mortifère et dévastateur"    Crise politique au Soudan : signature d'un premier accord entre militaires et civils    Le Gabon, champion de la biodiversité, abrite de nombreuses espèces menacées    La Cédéao veut créer une force régionale face au jihadisme et aux coups d'État    Éthiopie : les rebelles du Tigré affirment avoir "désengagé" 65 % de leurs combattants du front    TotalEnergies devant la justice pour son méga-projet d'oléoduc en Afrique de l'Est    Burkina Faso : la diffusion de RFI suspendue "jusqu'à nouvel ordre", FMM déplore cette décision    Tunisie : les législatives n'ont aucune raison d'être, critique le chef du syndicat UGTT

CHU de Treichville /Dans l’univers des enfants qui luttent contre le cancer

Mis en service depuis mil neuf cent quatre-vingt-quinze (1995), près de 14 enfants souffrant de divers types de cancers en d’autres termes de pathologies lourdes  sont   hospitalisés à l’Unité d’Oncologie  pédiatrique du  Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Treichville quand  dix (10)  à  quinze (15) autres viennent en consultation à l’hôpital du jour.  Tous auraient voulu  courir,  gambader et aller à l’école comme tous les enfants de leur âge. Mais non, en lieu et place, ils doivent subir une batterie d’examens (échographies, IRM scanners) qui plus est, n’est  pas toujours à la portée de leurs parents qui lèvent les yeux au ciel, espérant qu’une âme charitable vienne  à leur secours.  A l’occasion d’un reportage lundi 31 octobre et mercredi 3 novembre  2022, nous  avons fait une incursion dans l’univers de ces enfants malades du cancer. Médecins et  parents des patients n’attendent qu’une chose. Du matériel et des médicaments pour une prise en charge efficiente des  malades  car le cancer de l’enfant est guérissable.

 Qu’est-ce que le cancer ? 

Le cancer englobe un groupe de maladies se caractérisant par la multiplication et la propagation anarchique de cellules anormales. Si les cellules cancéreuses ne sont pas éliminées, l'évolution de la maladie va mener plus ou moins rapidement au décès de la personne touchée.

 Près de 30 enfants  suivis actuellement au CHU de Treichville 

« Au moment  où nous sommes en train d’échanger  ce matin ( Ndlr jeudi 3 novembre 2022) nous avons  14 patients hospitalisés. Nous avons des patients en hospitalisation que nous suivons et nous  avons l’hôpital du jour où nous recevons les patients qui viennent en consultation .Dans ce pool de patients, vous avez ceux qui arrivent pour la première fois dans nos services  et ceux que nous suivons pour la prise en charge de leur pathologie cancéreuse et  ceux qui sont en entretien c’est-à-dire en rémission complète  donc en phase de surveillance.  C’est après deux à trois ans de suivi  que nous pouvons nous permettre de dire qu’ils sont guéris.  Mais ces dernières années, il est conseillé de monter le suivi à cinq (5) ans avant de déclarer la guérison de l’enfant qui souffre du cancer», a  précisé Dr  N’doumy Kouakou Marc, assistant hospitalier,  oncopédiatre au Centre Hospitalier universitaire (CHU)  de Treichville.

Les différents types de  cancers de l’enfant

« Très  souvent,  ce sont des enfants qui ont  soit le cancer du rein qu’on appelle le   néphroblastome  soit le cancer de l’œil qu’on appelle le rétinoblastome. Pour ceux qui souffrent du lymphome de Burkitt ou de leucémie, on les reçoit à l’hôpital du jour après leur sortie d’hospitalisation, pour faire leur contrôle. Le lymphome de Burkitt est le cancer le plus fréquent en Côte d’Ivoire. Les enfants atteints de leucémie peuvent passer un ou deux mois   d’hospitalisation, en fonction de leur état clinique », a éclairé Dr Yao Guy Constant également oncopédiatre au CHU de Treichville. Mais comment reconnait-on un tel ou autre cancer de l’enfant ? 

Les signes apparents qui peuvent alerter les parents

 « Selon le type de cancer, les signes d’appel diffèrent. Un parent  qui constate que son enfant a par exemple un ganglion cervical qui persiste après trois (3)  semaines et  augmente de volume sans raison apparente après  une prescription, cela doit être un signe d’alarme. Même si l’enfant court, saute, mange et dort correctement,  la persistance de ce ganglion doit pousser à faire des examens pour comprendre ce qui se passe. On a  aussi un ventre qui se met à augmenter de volume. Souvent ce qui se passe,  c’est  que les gens vont dans les centres de santé et on fait un déparasitage. Mais après  un premier  puis un deuxième déparasitage, si le ventre continue d’augmenter de volume, il faut s’inquiéter. Pour les leucémies, la plupart des enfants que nous recevons,  quand ils n’ont pas été diagnostiqués en périphérie, ils viennent  souvent pour un paludisme de forme  grave anémique. Ils  ont une fièvre et une  anémie.  A l’examen du sang, si le médecin ne prête pas attention aux résultats de  la numération formule sanguine pour voir  s’il y a des anomalies qui ne s’expliquent pas dans  le cas d’un paludisme et ensuite chercher à faire  des examens plus poussés,  ça passe  inaperçu. Des fois, les enfants arrivent et on diagnostique un paludisme de forme grave anémique. Mais s’il tombe sur un médecin qui prête attention aux résultats de la numération formule sanguine, il va dire que ce n’est pas normal qu’on le transfuse comme ça. Dans le cas du rétinoblastome, le signe le plus fréquent, c’est un œil qui brille dans le noir. On parle d’œil de chat. En tout cas,  les manifestations sont variées », renseigne Dr Line Couichéré, Oncopédiatre. 

Cancer : causes ou facteurs de risques ? 

Selon Dr Yao Guy, « en matière de cancer de l’enfant,  on parle plutôt de facteur de risques que de causes. Mais,  il peut avoir des  facteurs génétiques pour certains cancers comme  le rétinoblastome.  C’est-à-dire qu’un parent qui avait ce cancer-là peut le transmettre  à  son enfant. C’est pourquoi, dans la lignée  familiale où on a diagnostiqué des cas de rétinoblastome, on est obligé de faire  la sensibilisation et d’examiner pratiquement tous les enfants pour dépister ce cancer dans cette  famille . Il peut avoir d’autres facteurs  comme le virus de l’Hépatite B  qui peut à la longue donner le cancer du foie que les enfants peuvent avoir. On aussi un virus D'Epstein Barr qu’on retrouve  à l’Ouest .Dans les zones  forestières, les enfants développent beaucoup plus  le lymphome de Burkitt.  Ce sont ces facteurs de risques qui peuvent entrainer  la survenue de cancer chez des enfants. Le cancer se guérit. Malheureusement, on peut assister à des décès.  Le gros souci aujourd’hui c’est que la grande majorité de nos enfants arrive très tard,  à des stades avancés de métastase.  C’est dans ce groupe qu’on a  beaucoup de décès parce que les enfants arrivent dans des cas critiques avec souvent une malnutrition, des anémies et des surinfections et ça grève forcément le pronostic de ces enfants. Quand ces enfants arrivent tôt, leurs chances  de guérison peuvent être estimées à 70 à 90 %. C’est pourquoi, depuis 2015, on mène des campagnes de sensibilisation  auprès des médecins, des infirmiers, des sages-femmes voire  des  travailleurs communautaires pour sensibiliser les populations  pour que  les enfants  puissent arriver plus tôt pour pouvoir faire la prise en charge et les guérir  de leur cancer ».

Les 3 types de traitement du cancer 

Il y a 3 types de traitement du cancer. En dehors de la chimiothérapie,  il y a la chirurgie et la radiothérapie.  « Lorsque  nous avons fini la première  étape qui consiste à faire le bilan dans lequel il y a le diagnostic, nous faisons le bilan terrain et nous faisons le bilan pré-thérapeutique.  Après avoir fait le diagnostic, nous allons  classer  le patient   puis  nous  allons passer à la prise en charge  qui est pluridisciplinaire. Vous avez des prises en charge qui tiennent compte de la chirurgie, de la chimiothérapie que nous faisons ici et de la radiothérapie qui est faite à Cocody au centre Alassane Ouattara »,  indique Dr N’doumy  Kouakou.  « Toutefois, pour dire la vérité,  ces traitements ne sont pas à la portée de la plupart des  parents.   Ces traitements sont onéreux. Ils coûtent chers. Et malheureusement, la plupart de nos parents sont démunis,  ils n’ont vraiment pas les moyens pour la prise en charge de leur enfant. Aujourd’hui, s’ils le sont,  c’est grâce à l’intervention de certaines ONG nationales ou internationales comme  le groupe franco-africain d’oncologie pédiatrique  qui, chaque  année, nous fait don de médicaments pour traiter ces enfants. Il y a aussi des personnes de bonnes volontés qui viennent en aide  à  ces enfants pour le traitement de leur cancer. Si  ça ne tenait qu’aux parents, ça va être difficile de traiter ces enfants », a  fait savoir Dr Yao Guy qui ne croyait pas si bien dire. En voici la  preuve.  

La galère des parents

 Dans les chambres d’hospitalisation réhabilitées par le Lions Club d’Abidjan,  des enfants malades de divers types de cancer, luttent pour leur survie. Avec un gros bandage  couvrant  toute la tête et  l’œil gauche,   la petite Diallo Mariam, âgée de 2 ans 5 mois est  internée depuis 2 mois suite à un rétinoblastome. Elle a été opérée  mais elle n’est pas encore sortie de l’auberge. Dans une autre chambre,  Niangbé Christ  Emmanuel,  âgé de 10 ans  est atteint du cancer du sang. En classe de CM1 dans une école à Arrah,  il a été contraint d’abandonner l’école. Aux côtés de son fils,   N’da Elodie  raconte.  « On est là depuis le 20 octobre. Il chauffait donc j’ai demandé à son père de le faire venir à Abidjan. Nous sommes allés en consultation à l’Hôpital d’Azito puis on nous a référé au CHU de Cocody. Après deux semaines, ils ont découvert  qu’il a un  cancer de sang et ils nous ont transféré ici au Chu de Treichville. Vraiment, ce n’est pas facile pour moi. Les soins coûtent chers. J’ai un examen  de sang  de 305 000 mille sous la main et je n’ai même pas encore fait parce que je n’ai même  pas les moyens.  Les ordonnances, quand j’ai de l’argent, je vais les acheter. Sinon,  j’attends qu’on m’envoie de l’argent avant d’aller payer. Les médicaments sont vraiment chers. Il y a un médicament que tu peux trouver à   trente  mille francs  (30000FCFA).   Je suis allée payer un  petit flacon de médicament à 22 800 Fcfa. Je demande de l’aide parce que ce n’est pas  facile», a confié la mère, visiblement déprimée.  Camara Awa, mère de Diallo Mariam raconte ce qu’a vécu son bébé avant d’arriver au CHU de Treichville.  « J’ai vu un truc blanc sur son œil. Elle pleurait beaucoup. La nuit, elle n’arrivait pas à dormir. Mais depuis qu’ils ont commencé la chimiothérapie, ses pleurs ont diminué. Mais en plus de la chimiothérapie, on doit acheter des médicaments. Souvent on nous donne ici  souvent on va acheter. Vraiment, c’est dur »,  soupire-t-elle. Dr Yao Guy, également oncopédiatre ne dit pas autre chose même s’il tente de relativiser. « On reçoit aujourd’hui les enfants de  toutes les régions de la Côte d’Ivoire qui dépassent Bouaké et qui viennent  à Abidjan. L’unité de Bouaké est ouverte mais  le gros souci c’est qu’ils n’ont pas à disposition les médicaments.  Et  le  GFAOP  ne fournit pas de médicaments à la structure de Bouaké. Lorsqu’ils font le diagnostic, ils sont obligés de nous envoyer les enfants ici  pour leur traitement. Le coût du traitement est relatif. Il dépend du type de cancer, du stade du cancer  et de l’évolution. Le traitement du cancer   tourne autour d’un million à environ 30 millions de FCFA », reconnait-il.  

 La batterie de  besoins du personnel pour sauver ces innocents

 Pour une prise en charge efficiente de ces petits êtres qui luttent pour vivre, les spécialistes du cancer égrènent leurs besoins. Ils  insistent beaucoup sur la nécessité d’avoir  le matériel et surtout les médicaments.

« Au niveau du personnel, on est en sous-effectif et  le matériel manque. On a une hotte qu’il faut entretenir. Le matériel qu’on utilise pour la maintenance vient de l’Europe  et c’est souvent difficile de l’avoir à temps pour  permettre à  la hotte  d’être fonctionnelle tout le temps. En dehors de ça,  il y a des équipements pour l’aspiration des enfants qui sont  en détresse, ça nous pose également problème.  On a aussi un manque de barbotteurs pour les enfants qui ont besoin d’oxygène. Les enfants qui arrivent ont très souvent beaucoup de douleur. Donc il faut souvent passer à la morphine pour pouvoir soulager la  douleur. Pour  faire passer la morphine, on a besoin de seringues électriques .Malheureusement, ce matériel manque et on est obligé de faire des injections en sous cutané pour calmer la douleur  et ça devient encore plus  pénible pour l’enfant, pour la famille et le personnel soignant », a renseigné  Dr Yao Guy qui précise qu’ils ont une seule hotte vu la capacité   d’accueil  du service et le volume  de chimiothérapies qu’ils préparent par  jourMais, s’empresse-t-il de renchérir : « s’il y en a d’autres, ce sera vraiment la bienvenue vu qu’on compte agrandir le service  et surtout vu que le nombre de cas s’accroit  par an. On était autour de 200 cas en 2015 et  on  est  aujourd’hui à environ 300 cas  par an. On constate que le nombre d’enfants malades du cancer augmente, et donc le matériel devrait suivre.  La hotte sert à préparer la chimiothérapie. C’est un appareil qui est vraiment très utile pour nous ».   

Dr N’doumy Kouakou Marc, lui,  insiste sur la mise à disposition des médicaments.   Selon lui, si la Côte d’Ivoire veut  atteindre le taux de rémission des pays développés, il faut que les médicaments soient disponibles tout comme la chimiothérapie.  Or, ce n’est pas souvent le cas et donc, il lance un véritable cri du cœur.  « Le message que nous voulons lancer porte sur l’adhésion à la  démarche que nous avons déployée depuis 2015. C’est le diagnostic  précoce. On ne cessera pas de le dire, le cancer de l’enfant est guérissable pourvu que le diagnostic soit précoce. En Europe, ils ont  des taux de rémission qui sont au-delà des 90%. C’est –à-dire que sur 100% d’enfants ayant le cancer, il n’y en a que dix qui ne vont pas survivre alors qu’ici, il y a 15 ans, on était à peine à 10% de rémission. Heureusement, aujourd’hui, avec la sensibilisation et  l’intervention de l’Etat, les choses se sont améliorées. Nous  avoisinons les 40 % de rémission et c’est un chiffre  qui atteste de l’importance du diagnostic précoce et de l’importance de moyens à  mettre à disposition afin qu’on puisse atteindre le niveau des pays développés. Quand je parle de moyens, je  fais allusion à la chimiothérapie et aux médicaments. Ce ne sont pas des molécules  qui courent les rues. C’est toute une stratégie  de prise en charge  qu’il faut mettre en place afin que ces molécules puissent être disponibles. Il faut aussi préciser que ce sont des molécules qui coûtent chers  et donc il faut pouvoir mettre à disposition les molécules et le matériel pour la chirurgie en cancérologie », a-t-il plaidé.     

« Nous avons aussi besoin d’ordinateurs, d’imprimantes et tout le  matériel qui va avec parce que pour le traitement, ce sont des fiches pré-faites qu’il  faut remplir à l’écran une fois les doses déterminées puis les  imprimer. Parce qu’on n’a pas d’ordinateur, d’imprimante et tout le matériel qui va avec, on a un logiciel de prescription qu’on n’arrive pas à utiliser », a indiqué, lors d’une précédente visite,  Dr Line Couichéré, Oncologue-Pédiatre qui termine en interpellant les  parents : «   la  plupart des cancers des  enfants peuvent se soigner et se guérir. Mais, devant tout  signe présenté par leur enfant qu’ils ne comprennent pas et qui persiste, je leur propose de ne pas  aller au-delà de quatre (4) semaines. Il faut qu’ils consultent un médecin». 

 Patricia Lyse  

 

Distinguée et accréditée ambassadrice de la paix / L’Honorable N’ZI Eliane appelle les Ivoiriens à cultiver la paix

Ses actions en faveur de la paix tant bien dans sa région natale qu’ailleurs viennent d’être couronnées par une distinction. Mercredi 26 octobre dernier en sa résidence à Cocody, en présence de plusieurs personnalités de marque dont Romain Porquet, chef de Protocole représentant le président du Pdci-Rda Henri Konan Bédié, Kouassi Yao qui représentait le parrain Gaston Ouassénan Koné, les ministres Niamien N’Goran, Gnamien Yao, Lagou Henriette, les députés Aby Raoul, Député-maire de la commune de Marcory et Dibahi Dodo, des parents, amis et connaissances, l’honorable N’ZI N’Da Affoué Eliane a été distinguée et accréditée ambassadrice de la paix.

C’est l’Organisation Internationale pour la recherche de la Paix (OIRP) qui lui a attribué cette distinction pour ses actions perpétuelles en faveur de la paix et de bienfaisance en faveur des populations. Cette distinction avec des critères rigoureux selon le Pco Lamine Kouakou a été attribuée sans complaisance à une dame de valeur, au grand cœur, soucieuse de son prochain et toujours à la recherche perpétuelle de la paix et de la cohésion au sein de la population.

En recevant cette distinction honorifique, l’honorable N’ZI N’DA Affoué Eliane a insisté sur le fait que « la recherche de la paix nécessite que chacun œuvre à son niveau par la qualité de sa contribution à construire un monde meilleur épris de paix.

La réalisation de cette ambition repose avant tout sur des personnes de qualité capables d’apporter des valeurs de probité, de travail et de recherche constante de la paix. » C’est dans ce contexte qu’elle a appelé tous les Ivoiriens, quelle que soit leur appartenance ethnique, religieuse ou politique à cultiver un esprit de paix et à faire de la paix leur seconde religion comme l’a toujours enseigné le père fondateur de la nation ivoirienne Félix Houphouët-Boigny. Car c’est par la paix que le pays retrouvera sa stabilité et son développement tant souhaité. « Sans la paix il n’y a pas de vie, il n’y a pas de développement » a-t-elle dit.

Elle n’a surtout pas manqué de dire un grand merci à son excellence Henri Konan Bédié, ancien président de la république et président du Pdci-Rda qui ne cesse d’enseigner la culture de la paix aux Ivoiriens.

Kouassi Yao, au nom du parrain Gaston Ouassénan Koné par ailleurs vice-président du Pdci-Rda, a rappelé encore que le président Félix Houphouët-Boigny et son digne héritier le président Henri Konan Bédié ont toujours fait de la paix leur seconde religion. Pour lui, la paix est une denrée si précieuse que rares sont les personnes qui réussissent à la cultiver. « Pour cultiver la paix, il faut être un homme ou une femme de bonne volonté, il faut être un homme ou une femme de grand cœur.

Pour cultiver la paix, il faut être un disciple de Saint Paul qui disait : Dieu est Amour, pour cultiver la paix, il faut aimer les hommes, il faut aimer son prochain. Chose des plus difficiles. Une déclaration d’amour est mille fois plus difficile qu’une déclaration de guerre » a-t-il dit avant de remercier les responsables de l’OIRP pour leur engagement pour la recherche de la paix et leur choix sur la personne de l’honorable N’ZI N’Da Affoué Eliane en tant qu’ambassadrice de la paix.

Le président de l’OIRP, Dr Sylla Benoit THIOLE a expliqué les missions de son organisation et a rappelé que l’OIRP est apolitique et ses critères objectifs. « C’est pour ses actions en faveur de la paix ici et ailleurs que N’zi N’Da Affoué Eliane a reçu cette distinction » a-t-il conclu.

Etienne Atta

Campagne de sensibilisation et d’information sur l’entrepreneuriat /L’ONG JADE va inonder les 10 communes d’Abidjan

« L’Entrepreneuriat, catalyseur d’émergence » tel est le thème de la campagne de sensibilisation et d’information sur l’entrepreneuriat dénommée ‘‘Métamorphose’’. Au cours d’une conférence de presse tenue le vendredi 21 octobre dernier, au foyer des jeunes de Koumassi, l’initiateur de cette campagne de sensibilisation, Roland Téhi, président de l’ONG Jeunesse Active Dynamique et Entreprenante (JADE) a expliqué l’importance d’une telle action en faveur des jeunes, des entrepreneurs, des aspirants entrepreneurs, des jeunes travailleurs de étudiants et des jeunes en situation de chômage.

Cette campagne dénommée ‘‘Métamorphose’’ qui se tiendra du 28 octobre au 24 décembre a selon Roland Téhi pour objectif de sensibiliser les jeunes sur la nécessité d’entreprendre en débutant par une activité génératrice de revenus.

Et ce, dans le but de se prendre en charge sur le plan social et financier et de créer des richesses. Il s’agira selon lui de proposer des stratégies sur comment créer une entreprise et détecter et financer des projets…Pendant deux mois, la campagne se déroulera dans les dix (10) communes d’Abidjan.

Elle permettra d’offrir une plateforme de rencontres, d’échanges et de partages d’expérience sur l’importance de l’entrepreneuriat. Par ailleurs, elle permettra aux jeunes aspirants d’acquérir des compétences, promouvoir l’entrepreneuriat en leur apportant des solutions et stratégies pour des résultats optimisés et de lutter contre l’oisiveté, source de beaucoup de maux dont souffrent les différentes communes.

Trois (3) conférences sont prévues à l’ouverture de la compagne. La première sur le thème : « L’entreprenariat, catalyseur d’émergence », la seconde : « Utiliser le digital pour accroitre sa visibilité et son chiffre d’affaires « et la dernière : « Entrepreneuriat et insertion socioprofessionnelle ». Le président de l’Ong JADE , Roland Téhi promet tout mettre en œuvre pour réussir cette campagne car il s’agit pour sa structure de lutter contre le chômage, la pauvreté et l’oisiveté en contribuant à l’autonomisation des jeunes à travers un accompagnement personnalisé et une inclusion véritable dans le tissu socio- professionnel et socio- économique de la Côte d’Ivoire.

Il faut noter que l’Ong JADE a pour mission de promouvoir l’entrepreneuriat, inculquer et enseigner l’esprit entrepreneurial aux plus jeunes tout en œuvrant à leur insertion pour de meilleures conditions de vie.

Etienne Atta

Concours "Plume Anti-Tabac" / Le Ministre de la Santé, Pierre N'gou Dimba prime les 9 meilleurs journalistes de la 2ème édition

Le Ministre de la Santé, de l'Hygiène et de la Couverture Maladie Universelle, Pierre N'gou Dimba a décerné, le Jeudi 13 Octobre 2022, les prix des meilleurs journalistes dénommé "Prix Pierre N'gou Dimba" aux 1ers et 2emes gagnants du concours "Plume Anti-Tabac".

Pour les classés 2emes de chaque catégorie, ils reçoivent une enveloppe de 100 000 fcfa par personne.

Concernant les 1ers de chaque catégorie, les récipiendaires ont raflé un ordinateur portable, un trophée et une somme de 150 000 fcfa chacun.

Quant à Christelle Kouamé, gagnante de la Radio Abobo, en plus du prix de sa catégorie, elle rafle le Super Prix d’une valeur de 2 000 000 fcfa , un trophée et un ordinateur .

Le premier responsable de la Santé, dans son adresse, a félicité les lauréats et les a par la suite invités à progresser dans cette lutte contre le tabagisme en Côte d'Ivoire, à travers leurs plumes.

Danga Alphonse

CEPE, BEPC, baccalauréat, session 2023 /Les inscriptions débutent le 17 octobre pour prendre fin le 16 décembre prochain

Les inscriptions aux examens scolaires du CEPE, BEPC et du baccalauréat, session 2023, débutent le lundi 17 octobre 2022 pour s'achever le vendredi 16 décembre 2022, délai de rigueur, a annoncé la Directrice des Examens et Concours (DECO), Mariam Nimaga Dosso, dans un communiqué en date du 14 octobre 2022 à Abidjan.

Selon le communiqué, les droits d'examen sont obligatoires et sont de 500 FCFA pour le CEPE, 2 000 FCFA pour le BEPC (+ 500 FCFA par épreuve facultative) et de 5 000 FCFA pour le baccalauréat (+ 1 000 FCFA par épreuve facultative).

Ces droits d'examen se payent à compter du lundi 24 octobre. Chaque candidat doit s'en acquitter lui-même sur la plateforme TresorPay de la Banque numérique du Trésor, en utilisant uniquement un compte TresorMoney, précise le communiqué.

Enfin, le communiqué indique que les prétendants à la candidature libre, les candidats officiels ou leurs parents, les chefs d'établissement, les directeurs d'école et inspecteurs de l'enseignement préscolaire et primaire sont priés de se conformer scrupuleusement aux conditions de candidature, au processus et au calendrier des inscriptions.

Lutte contre le cancer du sein : « Grâce aux efforts du gouvernement, aucun traitement n’est retardé au CNRAO », affirme le professeur Judith Didi-Kouko Coulibaly

La directrice du Centre national d'Oncologie médicale et de Radiothérapie Alassane Ouattara (CNRAO), professeur Judith Didi-Kouko Coulibaly, invitant, le mardi 11 octobre 2022 à Abidjan-Plateau, les femmes à un dépistage précoce du cancer du sein pour freiner la maladie, a rassuré sur la possibilité de la traiter au CNRAO, sans argent pour les personnes indigentes.
 
Elle intervenait au cours de la conférence de presse "Tout savoir sur" du Centre d’Information et de Communication gouvernementale (CICG) retransmise en direct sur la page Facebook officielle du gouvernement de Côte d’Ivoire www.facebook.com/gouvci.officiel.
 
« En Côte d’Ivoire, grâce aux efforts du gouvernement, aucun traitement n’est retardé au CNRAO parce qu’on n’a pas d’argent », a déclaré Judith Didi-Kouko Coulibaly. Non sans souligner que les traitements ne sont pas gratuits : « Ils sont subventionnés par l’Etat de Côte d’Ivoire qui y a permis des actions sociales. (…) Même si la personne n’a rien comme argent, elle peut commencer et finir son traitement et proposer comment elle peut payer sa facture ».
 
Et de préciser que les tarifs sont subventionnés pour les personnes atteintes de cette maladie qui résident en Côte d'Ivoire, contrairement aux patients venant d'autres pays.
 
A l'en croire, 60% des personnes traitées, au CNRAO, ont honoré la totalité de leurs factures, sans qu'elles aient reçu un appel de relance.
 
Poursuivant, elle a assuré que les malades de tout niveau socio-économique ont accès au traitement au Centre.
« Les personnes avec un faible niveau socio-économique bénéficient du même suivi de traitement que celles avec un niveau socio-économique élevé », a promis la directrice du CNRAO.
 
Elle a également soutenu que l’Etat a permis que des médicaments de cancer du sein, coûtant des millions, soient gratuitement mis à la disposition des populations qui se traitent dans le public, grâce à un partenariat avec le laboratoire Roche. Indiquant que la devise de l’Etat pour la lutte contre le cancer, c’est « faire de la Côte d’Ivoire un pays où le cancer n’est plus un drame mais une maladie chronique ».
 
Le professeur Judith Didi-Kouko Coulibaly, affirmant que tout est réuni pour traiter le cancer du sein en Côte d’Ivoire, a exhorté les femmes à se faire dépister le plus tôt possible : « 9 femmes sur 10 guérissent de la maladie si elle est découverte tôt, c’est-à-dire au moment d’un dépistage, au moment où on pense être en bonne santé ». Et d’insister : « Il faut se faire dépister. Le cancer du sein n’est pas égal à la mort ».
 
Dans le cadre d’Octobre rose, le coût de la mammographie passe de 25 000 FCFA à 2 000 FCFA au Chu d'Angré, lorsque les bulletins proviennent du CNRAO.
 
Depuis son ouverture en janvier 2018, la CNRAO a traité, à fin mars 2022, 1 179 personnes, dont 3 hommes, du cancer du sein. Tous les efforts et dispositifs mis en place, ont permis de réduire le risque de décès par cancer du sein de 25%.
 

Source : CICG

S'abonner à ce flux RSS