La France restitue à l'Algérie les restes de 24 combattants tués lors de la colonisation    Algérie : la justice libère Karim Tabbou, figure emblématique du "Hirak"    Procès d’une blogueuse pour blasphème : un test pour la liberté d’expression en Tunisie    Gabon : la dépénalisation de l’homosexualité divise l’opinion    Les jeunes Sud-Africains se mobilisent pour faire tomber les symboles de l’apartheid    En Éthiopie, l'armée déployée dans la capitale après des manifestations meurtrières    La mort d'un chanteur oromo mène l'Ethiopie au bord de l'embrasement    Le meurtre d'un chanteur oromo mène l'Éthiopie au bord de l'embrasement    RD Congo : 60 ans d'indépendance, quel bilan politique, économique et social ?    Éthiopie : plusieurs morts dans des violences après le meurtre d'un chanteur oromo    Emmanuel Macron et le G5 Sahel "convaincus que la victoire est possible contre les jihadistes"    À Paris, une vente controversée de statuettes nigérianes    Covid-19 : l'Algérie maintient ses frontières fermées jusqu'à nouvel ordre    La RD Congo célèbre le 60e anniversaire de son indépendance    Le G5 Sahel et la France se réunissent en Mauritanie pour lutter contre le jihadisme

Santé/ Dr. Jean Yves Diamana (Bio-médecin-chercheur) a vaincu les maladies incurables

Diamana Jean Yves, bio-médecin chercheur était l’invité du rendez-vous de l’Association des chefs d’entreprises de la presse numérique de Côte d’Ivoire (Acepnuci) le samedi 27 juin 2020. Le bio-médecin a entretenu les journalises sur le thème ‘‘La biomédecine face aux maladies dites incurables: Quelles solutions pour le bien-être des journalistes ?’’.

Devant un aréopage de journalistes rassemblés au siège de l’Acepnuci sis à Yopougon -Maroc, Dr. Diamana Jean Yves a d’abord défini la biomédecine comme une science qui s’appuie sur des éléments naturels, utilisant des instruments scientifiques autant utilisés en médecine classique notamment l’imagerie médicale, l’échographie... « La biomédecine est une science exacte n’utilisant que des éléments naturels qui s’appuie sur des ratios scientifiques en vue de venir à bout d’une pathologie », a-t-il défini. Pour le pratiquant de la biomédecine, ce qui diffère le bio-médecin du naturothérapeute ou tradipraticien, « c’est que dans sa structure, vous allez avoir une imagerie médicale. Il ne peut travailler sans résultat. Ce n’est pas une tentative, ce n’est pas une approche. Ce n’est pas des éléments approximatifs. Le bio-médecin est un individu (homme ou femme) qui exerce la médecine mais qui utilise les éléments naturels en s’appuyant sur des ratios scientifiques », a-t-il explicité. Abordant la thématique principale, Dr. Diamana a indiqué qu’une maladie dite incurable est une maladie décrétée par la médecine moderne comme non guérissable. Et pourtant, le chercheur dément cette thèse de la médecine classique. Sur ce point, il est formel. « Il n’y a pas de maladie incurable. Je refuse de soutenir une telle thèse. En Jésus, il n’y a pas de maladies incurables. Dieu ne peut jamais échouer », a-t-il clamé, s’appuyant sur le livre des Psaumes en son chapitre 101 verset 14. Selon lui, cette thèse est le business des « industries mafieuses ». En ce qui concerne les journalistes, le médecin a fait savoir que les hommes des médias sont avant tout une entité de la société qui est tout aussi exposé aux maladies. C’est pourquoi, il a estimé qu’ils doivent avoir   toute la plénitude de leur  capacité intellectuelle. Face aux occidentaux qui pensent toujours assujettir les africains, Dr. Diamana a été on ne peut clair. « Nous ne sommes pas un continent d’échecs et de rebellions », a-t-il déclaré. Du haut de la tribune qui lui a été offerte, il a lancé depuis le siège de l’Acepnuci, ce qu’il a lui-même dénommé « la Science Afrique » qui est selon ses explications, « l’exercice de la médecine par des africains s’appuyant sur des éléments naturels. Des valeurs existent dans ce continent et dans ce pays. Je plaide auprès des dirigeants pour dire que nous sommes capables », a-t-il dit pour conclure. Mais avant, dans son mot de bienvenue, Germain N’dri, président de la l’Association des chefs d’entreprises de la presse numérique de Côte d’Ivoire (Acepnuci) a justifié l’invitation du Dr. Diamana Jean Yves en affirmant que les membres de sa structure veulent faire « l’écho de ce nous avons entendu, lu et vu sur le jeune bio-médecin qui en si peu de temps, a fini par convaincre les plus sceptiques d’ici et d’ailleurs ».

 IN L'HERITAGE 

Administration publique : l'ENA va former des gestionnaires des ressources humaines

Dans le compte rendu du Conseil des ministres du 24 juin 2020 à Abidjan, le porte-parole du gouvernement, par ailleurs ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré, a annoncé que le gouvernement a ouvert des emplois de gestionnaire des ressources humaines dans l’Administration publique au sein de l’Ecole nationale d’administration (ENA).

Il sera ouvert au sein de l’Ecole nationale d’administration (ENA), les cycles supérieur, moyen supérieur et moyen, en vue de la formation des admis aux concours directs ou professionnels, respectivement aux grades d’Administrateur (A4), d’Attaché (A3) et de Secrétaire (B3) des ressources humaines.

Selon Sidi Tiémoko Touré, la création de ces emplois vise à doter l’Administration publique de cadres compétents et qualifiés pour diriger et animer les directions des ressources humaines instituées au sein de tous les ministères par le décret N° 2011-290 du 12 octobre 2011.

Source : Centre d’Information et de Communication Gouvernementale - CICG

Forte pluviométrie : les populations invitées à quitter les zones à risque sans délai

Les prévisions météorologiques annonçant une pluviométrie plus abondante que celle de l’année 2019, les populations vivant dans les zones à risque sont invitées à les quitter sans délai, a insisté le porte-parole du gouvernement, Sidi Tiémoko Touré, à l’issue du Conseil des ministres du 24 juin 2020 à Abidjan.

Pour la prise en charge des populations victimes des pluies diluviennes, le Conseil a instruit la ministre chargée de la Solidarité et l’ensemble des ministres concernés à l’effet de prendre les dispositions nécessaires, en vue d’apporter la compassion et le soutien du gouvernement aux populations sinistrées, d’assister les familles des victimes et d’aider les personnes déplacées à se reloger.

Au cours du second trimestre de cette année, les fortes pluies qui se sont abattues sur le District Autonome d’Abidjan et plusieurs villes de l’intérieur du pays ont causé des pertes en vies humaines, fait des blessés et occasionné d’importants dégâts matériels avec des déplacements de populations par endroits.

Dans la commune d’Anyama, le bilan de l’éboulement survenu le jeudi 18 juin 2020, s’établit à 17 morts, cinq disparus, 19 blessés, des populations déplacées, ainsi que des dégâts matériels considérables.

Source : Centre d’Information et de Communication Gouvernementale - CICG

  

 
  • Abidjan_Zone 

COVID-19 : Le Conseil national de sécurité maintient l’état d’urgence jusqu’au 15 juillet 2020

A l’issue d’une réunion relative à l’examen de la gestion de la pandémie à Coronavirus, le jeudi 25 juin 2020 à Abidjan, le Conseil national de sécurité (CNS) a annoncé le maintien de l’état d’urgence jusqu’au mercredi 15 juillet 2020.

Le Conseil national de sécurité a également prorogé l’isolement du Grand Abidjan, la fermeture des bars, boîte de nuit, cinéma et lieux de spectacle dans le Grand Abidjan, le maintien de l'interdiction de rassemblement des populations au-delà de 50 personnes dans le Grand Abidjan et le maintien de la fermeture des frontières terrestres et maritimes jusqu’au 15 juillet 2020.

Toutefois, le CNS a décidé de la réouverture des frontières aériennes. Par conséquent, il y aura une reprise du trafic aérien à partir du 26 juin 2020 pour les vols domestiques et du 1er juillet 2020 pour les vols internationaux. Le CNS s’est félicité du faible taux de létalité de la COVID-19 qui est de l’ordre de 0,7%, l’un des plus faibles en Afrique. Traduisant, ainsi la qualité de la prise en charge rapide des malades par le système sanitaire. Le CNS a également insisté sur le port obligatoire de masques et l’observance de la distanciation physique, afin de briser la chaîne de contamination de la pandémie.

Source : Centre d’Information et de Communication Gouvernementale - CICG

Frais d’inscription trop élevés pour les étudiants à l’Université/La FESCI a officiellement ouvert les concertations avec les associations d’étudiants ce jeudi

Dans le cadre de ses échanges avec les associations estudiantines sur la question  des frais d’inscription trop élevés au niveau des Master et du doctorat à l’Université, le  Secrétaire général de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) M. Saint Clair Allah dit le National Makélélé,   a rencontré le jeudi 18 juin 2020 à son siège au Campus Universitaire de Cocody, l’Association Générale des Etudiants Doctorants de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody  (AGED-UFHB). Selon le premier responsable de la FESCI, l’objectif de cette rencontre  avec l’AGED-UFHB est de trouver un point commun, un cadre d’échange  afin qu’une solution soit trouvée au problème des frais d’inscriptions trop élevées pour les étudiants doctorants. «L’ouverture des concertations autour  de la  question des Master et du doctorat  à l’Université est ouvert ce jeudi 18 juin 2020. La présidence de l’Université a pris une décision pour  fixer les frais d’inscription au doctorat à 590 000FCFA. Ces concertations avec les associations d’étudiants  ont débuté le jeudi avec l’AGED et prendront fin le mercredi  prochain. Nous allons écouter toutes les  associations estudiantines  afin de trouver un point commun pour pouvoir nous prononcer sur cette décision de la présidence de l’Université de Cocody », a indiqué M. Saint-Clair Allah. Quant au président de l’AGED, M. Irié Bi Sylvain, il a infiniment remercié le secrétaire général de la FESCI  pour sa détermination à rendre les étudiants heureux et pour cette démarche scientifique qui vise à améliorer le système  tel qu’il est  et  à trouver un terrain d’entente entre les responsables de l’université et les étudiants.«  Dans cette voie qu’on va mener ensemble pour régler  les insuffisances du système LMD qui plombent les étudiants en Master, l’AGED fera son effort pour vous accompagner dans cette lutte », a-t-il rassuré. Il faut noter que ces concertations qui ont commencé ce jeudi concernent plus de 62 associations estudiantines.

SERCOM

 

Coopération/Le gouvernement des Etats-Unis offre du matériel médical au Service de Santé des Armées ivoiriennes

Dans le cadre du projet CURE en Côte d’Ivoire, le gouvernement des Etats-Unis a fait un don d’équipements médicaux au Service de Santé des Armées au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée au Centre Principal de Santé de la Caserne Agban de la Gendarmerie Nationale le 10 juin 2020 à Abidjan.

Ce don est essentiellement composé de matériels et consommables pour divers services tels que les maladies respiratoires, les hospitalisations, la chirurgie, les soins dentaires, le laboratoire. Cette cérémonie a été présidée par le Général de Division Alexandre Apalo Touré, Commandant Supérieur de la Gendarmerie Nationale, représentant le Ministre d’Etat, Ministre de la Défense.

Ce don du projet CURE a été élaboré en collaboration avec la Direction de la Santé et de l’Action Sociale des Armées (DSASA) du Ministère d’Etat, Ministère de la Défense de Côte d’Ivoire. 

En outre, pour contribuer à la riposte contre la pandémie à Coronavirus, les États-Unis sont engagés aux côtés de la Côte d’Ivoire et ont, à ce jour, apporté une assistance financière estimée à 3,3 millions de dollars.

« Ce don a été effectué dans le cadre des relations qui lient nos deux pays afin d’aider la Côte d’Ivoire et renforcer la santé et la sécurité aux niveaux mondial et local, » a déclaré l’Ambassadeur des Etats-Unis, Monsieur Richard Bell.

S'abonner à ce flux RSS