Sept Casques bleus tués en RD Congo lors d'une offensive contre les rebelles ADF    Mohammed VI et Macron à Tanger pour inaugurer le premier TGV d'Afrique    L'ONU lève l’embargo sur les armes et les sanctions contre l'Érythrée    Cameroun : combats dans le Nord-Ouest anglophone, au moins 25 séparatistes tués    Climat : les deux tiers des villes africaines courent un "risque extrême"    Boycott du maréchal Haftar, colère d'Ankara : les divisions plombent la conférence sur la Libye    Au Soudan du Sud, une paix si fragile    Le front commun de l'opposition congolaise implose en moins de 24 heures    La conférence sur la Libye s'est ouverte à Palerme en présence du maréchal Haftar    Macky Sall veut une mobilisation contre le terrorisme au Sahel comme en Syrie    Présidentielle en RD Congo : Tshisekedi se retire de l'accord sur un candidat commun à l'opposition    Pourquoi l'Algérie refuse les appels au dialogue du Maroc    "S'il te manque de respect, siffle" : les Marocains sensibilisés au harcèlement de rue    RD Congo : Martin Fayulu, le bouillant candidat de l'opposition face au "système Kabila"    À Palerme, une nouvelle tentative pour sortir la Libye du conflit    RD Congo : Martin Fayulu candidat unique de l'opposition à la présidentielle    RD Congo : la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts    Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

Conférences Eminent Speakers / Graca Machel va instruire l’assistance sur l’autonomisation de la femme

Dans le cadre de la série de conférences Eminent Speakers initiée par la Banque africaine de développement, son Excellence Madame Graça Machel,  animera une conférence   sur le thème « Eduquer la jeune fille, autonomiser les femmes et renforcer l’Entreprenariat Féminin en Afrique », le vendredi 16 novembre 2018 ,  à au siège de la Bad à Abidjan.          Une rencontre marquée par le mot d’introduction du Dr. Akinwumi A. Adesina, Président, Groupe de la Banque africaine de développement.

Accident de la circulation/ Novembre, Décembre, Janvier : Les mois de tous les dangers

Nous rentrons de plain-pied dans la période des fêtes de fin d’année. Une période où ils roulent à tombeau ouvert. Ils font des dépassements dangereux. Ils sont même maitres des terre-pleins. Ils ne respectent aucun feu de signalisation. Ils défient les policiers et insultent les passagers qui se plaignent de leur conduite approximative. Ils, ce sont les conducteurs de véhicule de transport en commun. Les minicars communément appelés ‘’gbaka’’ et les conducteurs de taxis communaux, intercommunaux et taxis-compteurs. Leur objectif, faire des profits importants pendant cette période de fêtes. Malheureusement, les conséquences de leur irresponsabilité sont désastreuses. Des accidents graves et meurtriers sont enregistrés sur nos routes tant en raz campagne qu’en agglomérations. Novembre, Décembre et Janvier en Côte d’Ivoire sont des mois où l’on enregistre particulièrement le plus grand nombre d’accidents de la circulation. Mais pourquoi autant d’accidents pendant la période des fêtes?

Le ministère des transports explique

Situant les responsabilités de ces accidents qui endeuillent les populations pendant la période de fin d’année, le ministre des transports, Amadou Koné n’a pas hésité à pointer du doigt le comportement des conducteurs. « L’accident n’est pas une fatalité, mais une question de responsabilité. Cette hécatombe peut être stoppée, en agissant, notamment sur le facteur humain qui est responsable de 95% des accidents », a révélé Amadou Koné en 2017 lorsqu’il lançait la campagne de sensibilisation intensive à la sécurité routière en prélude à la fête de la Pâque. Selon le ministre des Transports, les principales causes des accidents de la route sont entre autres, l’excès de vitesse, l’imprudence des automobilistes, les stationnements dangereux, la défaillance mécanique, la fatigue et la consommation d’excitants. A cela il faut ajouter la dégradation avancée de certains axes routiers.

La réaction de la police nationale

Lors d’une rencontre des différentes composantes du ministère de l’intérieur, de la sécurité, de la défense et celle de la santé et de l’hygiène publique en début d’année 2018, le directeur général de la police nationale, le général Kouyaté a relevé que la majorité de ces accidents est causée par des personnes dont l’âge est compris entre 15 et 20 ans c’est-à-dire des mineurs. Selon lui, ces accidents sont dus à la délivrance avec complaisance des permis de conduire ; la pression (des propriétaires de véhicules de transport, des syndicats, des chefs de gares) ; la conduite sous l’effet des stupéfiants; la course à la recette, le mauvais état des véhicules. Dressant son bilan, il a fait savoir que ses services ont enregistré 406 accidents mortels qui ont fait 482 décès et 610 blessés. " Abidjan seule a enregistré 184 cas d’accidents en ce début d’année 2018 " a-t-il déploré. Un bilan alarmant Le bilan de ces nombreux accidents qui ont endeuillé des familles en Côte d’Ivoire est déplorable et inquiétant. Pour ce qui est du début d’année 2018, le ministère de la santé et de l’hygiène publique qui était représenté par M. Kouadio Raoul a indiqué que sur les 15 sur 20 régions sanitaires que compte le pays, les services des premiers soins ont enregistré 1458 accidents qui ont causé 3200 blessés et 81 pertes en vie humaine en début d’année 2018. En cette fin d’année encore, les accidents ont repris. Si des dispositions préventives ne sont pas prises tôt, ce serait avec regret que les populations seront informées par les autorités gouvernementales du nombre de blessés et de morts au cours d’une énième réunion de bilan des accidents de circulation en début d’année 2019. Il est bon de signaler que depuis 2014, le chiffre des accidents de la circulation est passé à 8.000 accidents en moyenne avec un peu plus de 800 tués et 12.000 blessés (légers et graves confondus). C’est donc le lieu d’interpeller les automobilistes à plus de prudence en cette période de fin d’année.

 

Année accident tués Blessés 2014 8262 816 14 291 2015 10632 883 17 951 2016 10718 991 18 108 2017 17 969 1275 11 743 Tués en hausse de 264,97 % entre 2006 et 2016 Blessés en hausse de 325,4 % entre 2006 et 2016

IN L'HERITAGE

Association internationale des Maires Francophones/ Beugré Mambé porté à la tête du secrétariat général de l’institution

Bonne nouvelle pour notre pays. Le gouverneur Beugré Mambé a été porté à la tête du secrétariat général de l’Association internationale des maires francophones (AIMF). Cette désignation qui consacre, une nouvelle fois notre pays représente une nouvelle victoire à l’international pour le ministre-gouverneur, a eu lieu au cours de la 87e réunion du bureau de l’association lors de sa 38e assemblée générale tenue, lundi 5 novembre, au Grand Palais de Lille, sur le thème « Le sport, ses valeurs en ville ». Le plus grand réseau des villes francophones du monde a donc choisi de confier les rênes de son secrétariat général au gouverneur du district d’Abidjan. Pour ainsi dire, Beugré Mambé est devenu la cheville ouvrière d’une association qui regroupe 294 villes dans 51 pays, représentant plus de 130 millions d’habitants qui ont en partage un même amour de la langue française et de ses valeurs. Aussitôt, le nouveau secrétaire général de l’AIMF a présenté le rapport d’activités 2017 et sa vision dans la programmation stratégique 2019-2023 de ce réseau de coopération décentralisée. Il ressort de son intervention, que la ville n’est plus un simple espace où se développent des relations sociales, mais est aussi devenue un lieu de transformation des relations sociales qui créent des droits de la ville, droits qui confèrent d’autres droits à celles et ceux qui l’habitent. Quant aux droits de la ville (capacité à développer le civisme, la discipline, la solidarité, et le vivre ensemble), issus de cette souveraineté, et l’État de droit, ils se doivent de s’accommoder pour se mettre au service des droits du citoyen, de l’homme. In fine, l’ambition est de renforcer la souveraineté des villes par la coopération internationale et de voir émerger des villes souveraines pour des États souverains. Soulignons que l’accession de Mambé à la tête du secrétariat général de l’AIMF bénéficiera certainement à l’action internationale du District Autonome d’Abidjan puisque déjà le District vient de bénéficier de deux subventions, l'une de 180 millions pour la mise en œuvre du projet de renforcement de la planification familiale et l'autre de 242 millions pour la réhabilitation de l’adduction en eau potable de Brofodoumé. Cela rejaillira également sur l’ensemble des collectivités territoriales ivoiriennes, dans leur stratégie de positionnement sur les espaces internationaux d’expression des villes. La réunion du Bureau a été suivie de la séance solennelle d'ouverture de la 38ème Assemblée Générale de l'AIMF par Mme Martine Aubry, Maire de la Ville de LILLE, en présence de Mme Anne HIDALGO, Présidente de l'AIMF et Maire de Paris.

Source : DIRCOM D.A.A

Ministère de l’intérieur et de la sécurité / Sidiki Diakité échange avec les syndicats grévistes

Le ministre, Sidiki DIAKITE a évoqué le mercredi 07 novembre 2018 au cours d’une rencontre qui a réuni à son cabinet les différents responsables des Syndicats des agents et fonctionnaires du ministère de l'intérieur de Côte d'Ivoire, la grève qu’ils observent depuis le 05 novembre 2018. En recevant les responsables du SYNAMICI (Syndicat nationale des agents du ministère de l'intérieur de Côte d'Ivoire) et le COSYFAAT (Collectif des syndicats des fonctionnaires et agents de l’administration du territoire), Sidiki DIAKITE a voulu consolider et réaffirmer son attachement au dialogue. « Une approche unanimement apprécié et salué par les syndicats ». La rencontre initié par le Ministre DIAKITE, en dépit de la détermination des syndicats qui restent mobilisés, a cependant permis de faire des avancées significatives . Les syndicats ont pu faire des propositions au Ministre pour l’avancement de leurs revendications mais surtout, plaidés pour que celles-ci aboutissent dans des délais brefs. « Très attentif aux préoccupations » de ses collaborateurs, le Ministre DIAKITE leur à nouveau réitéré sa détermination, mais surtout la volonté et l’engagement des autorités, notamment du chef du Gouvernement Amadou GON COULIBALY et du Président de la République Alassane OUATTARA, tous deux informer des enjeux et de la justesse de ces revendications, à les faire aboutir afin que la paix s’installe définitivement. Pour rappel, les points de revendications portent sur la signature du décret portant institution d’indemnités d’astreintes, la tarification des actes, la sécurité des gens de maison avant leur intégration à la Fonction publique, la création de la police préfectorale, le paiement immédiat du stock des arriérés des indemnités de logement des chefs de cabinet de préfecture et des gardes de sous-préfecture, les indemnités des chefs de Divisions de préfecture de département, à hauteur de 75 000 francs CFA, la prise d’acte garantissant l’emploi des fonctionnaires en service dans les collectivités territoriales. D’ores et déjà, au terme de la rencontre, le Ministre Sidiki DIAKITE a instruit son cabinet, la direction générale de l’administration du territoire (DGATT) et les syndicats, à poursuivre les échanges afin que les revendications professionnelles à l’origine du mouvement de grève, soient rapidement satisfaites. « Rester confiants et garder espoir » leur a demandé le Ministre Sidiki DIAKITE. Le SYNAMICI et le COSYFAAT ont promis de faire un compte rendu de leurs échanges avec le Ministre de l’intérieur et de la sécurité à leur base.

Dircom

Lutte contre le paludisme/ Les Etats-Unis remettent 77.000 médicaments anti paludiques au gouvernement ivoirien

 Le Directeur de Cabinet du Ministère de la Santé et l’Hygiène Publique (MSHP), Dr. Joseph Aka a reçu au nom du gouvernement ivoirien un don de 77.000 médicaments anti paludiques des Etats-Unis.  Ce don rendu possible grâce au fonds de l’Initiative du Président américain contre le paludisme (PMI) s’est tenu le jeudi 8 novembre en présence du Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats Unis à Abidjan, Madame Katherine Brucker et du Directeur Régional  pour l’Afrique de l’Ouest de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), Monsieur Daniel Moore.

Depuis le lancement officiel, en mars 2018 de PMI en Côte d’Ivoire, le gouvernement américain poursuit son appui aux efforts du gouvernement ivoirien dans la lutte contre le paludisme. En effet, la Côte d’Ivoire est classée parmi les pays endémiques à transmission stable du paludisme et l’impact de cette maladie sur la vie sociale et économique du pays n’est plus à démontrer. 

Mme Brucker a donc réaffirmé l’engagement des Etats-Unis aux côtés du gouvernement ivoirien et des autres partenaires pour créer les bases d’une société émergente dans laquelle les populations peuvent aisément accéder aux soins de santé pour elles-mêmes et leurs familles.  Elle a aussi exhorté les populations ivoiriennes à adopter des comportements sains en dormant sous moustiquaires et en fréquentant les centres de santé en cas de fièvre.

Ce lot est le premier du stock de 1,2 millions de médicaments de prise en charge. Par ailleurs,  PMI apportera dans les prochains mois plus d’un million de moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action, des médicaments pour la prévention du paludisme chez la femme enceinte et des tests de diagnostic rapide. Notons que ce financement s'inscrit dans la mission globale des États-Unis en Côte d'Ivoire qui est de promouvoir la bonne gouvernance et la croissance économique par une économie moderne, une population éduquée et en bonne santé. Je voudrais rappeler que cette année, les États-Unis investissent plus de 150 milliards de FCFA (300 millions de dollars) pour atteindre cet objectif.

Dr. Aka a exprimé la reconnaissance de l’Etat de Côte d’Ivoire qui a mis en place une stratégie pour réduire de manière significative le taux de paludisme.

SERCOM

 

Coopération/La Chine offre du matériel bureautique à l’Armée de Terre ivoirienne

3ème partenaire commercial de la Côte d’Ivoire après la France et le Nigéria, la Chine vient de renforcer sa coopération avec la Côte d’Ivoire par le don d’un important lot de matériels  et mobiliers de bureautique composé  de onze (11) ordinateurs de bureau, de douze (12) imprimantes multifonctions, de l’encre d’imprimante, des onduleurs, des antivirus, des bureaux, des fauteuils et chaises de bureau et des téléviseurs d’une valeur de 7 millions de FCFA. Ce  don qui a été remis officiellement par son SEM TANG WEIBING, Ambassadeur de la République populaire de Chine au Général de brigade KOUAME N’DRI JULIEN, Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre, le mercredi 07 novembre 2018 dans les jardins de l’Etat-Major de l’Armée de Terre à Akouédo, va permettre  d’accroître la capacité de l’Armée de Terre et l’aider dans la gestion de ses ressources humaines et des affaires courantes. Remettant ce matériel, SEM TANG WEIBING, Ambassadeur de la République de Chine en Côte d’Ivoire, très ému par l’accueil à lui réservé, a salué l’excellence des relations entre la Côte d’Ivoire et la Chine.  Selon lui, les deux pays avaient exprimé, au cours de la dernière visite du Chef de l’Etat ivoirien en Chine, leur volonté commune d’un partenariat stratégique global qui devrait aussi impacter  leurs deux armées.  Par ailleurs, le diplomate chinois, tout en se félicitant de l’action de la Côte d’Ivoire dans la lutte contre le terrorisme avec sa participation à la MINUSMA (Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies au Mali), a rappelé que l’action chinoise aux côtés des Forces armées ivoiriennes n’est pas à ses débuts. Dernièrement, un patrouilleur chinois a été offert à la marine nationale ivoirienne pour appuyer la lutte contre la piraterie maritime et renforcer l’action de l’Etat en mer. Ce soutien, l’ambassadeur espère l’étendre à tout type de besoins  des Forces Armées de Côte d’Ivoire. Le Général Kouamé N’dri Julien qui a réceptionné   ce don d’équipements de bureautiques et de mobiliers a apprécié ce geste de la Chine  qui va impacter toutes les affaires de l’armée de terre.  « Je salue l’ampleur des relations au plan sécuritaire entre la Chine et la Côte d’Ivoire. En plus du don d’un navire à la Marine nationale, la Chine offre chaque année des stages de perfectionnement aux militaires ivoiriens en Chine. Ce matériel va renforcer nos capacités administratives et impacter la gestion des affaires de toute l’armée de terre qui occupe 80% des effectifs des Forces Armées de Côte d’Ivoire », a -t-il déclaré. Une visite du matériel offert a été fait par les deux officiels sous le regard des autorités militaires au rang desquels le colonel-major Koulibaly Soualifou, Chef de la Division Emploi Opérations qui représentait le Chef d’Etat-Major Général des Armées Sélou Touré.

A la fin, un toast a été porté à l’endroit de la coopération militaire sino-ivoirienne qui devrait monter en puissance les prochains jours avec l’acquisition souhaitée de matériels roulants.

A.M. infos Bipa

S'abonner à ce flux RSS