Burkina Faso : la junte "contrôle la situation" et appelle à cesser les violences contre la France    Le Tchad prolonge de deux ans maximum la transition vers des élections    Putsch au Burkina Faso : incidents près de l'ambassade de France, situation confuse à Ouagadougou    Nouveau coup d'État au Burkina Faso : le chef de la junte démis de ses fonctions    "Nos silences" : raconter les avortements clandestins en Côte d'Ivoire    Karim Khan, procureur de la CPI, applaudit la tenue en Guinée du procès du massacre du 28-Septembre    Burkina Faso : des tirs nourris entendus à Ouagadougou    Soldats ivoiriens détenus au Mali : un contentieux diplomatique qui s'enlise    Ouverture du procès de Félicien Kabuga, financier présumé du génocide des Tutsis du Rwanda    Le procès de Félicien Kabuga à La Haye : l'attente des victimes du génocide au Rwanda    Guinée : un procès historique, 13 ans après le massacre du 28-Septembre    Génocide au Rwanda : ouverture du procès de Félicien Kabuga à La Haye    Guinée : justice pour les victimes du stade de Conakry ?    Procès du 28-Septembre en Guinée : Moussa Dadis Camara devant les juges    Burkina Faso : au moins 11 soldats tués et 50 civils portés disparus après une attaque

Politique

Armée ivoirienne/ Alassane Ouattara fait le toilettage

Armée ivoirienne/ Alassane Ouattara fait le toilettage

 

Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef Suprême des Armées, a procédé les 9, 13 et 25 janvier 2017, à plusieurs nominations.
Ainsi ont été nommés ou confirmés :

I/ AU TITRE DES ARMEES
Etat-Major des Armées
- Chef d’Etat-Major Général des Armées :
Général de Division TOURE Sékou
- Chef d’Etat-Major Général Adjoint des Armées :
Général de Brigade DOUMBIA Lassina
- Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre :
Général de Brigade KOUAME N’dri Julien Cébastien
- Sous-Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre :
Colonel TRAORE Zanan Hamed
- Chef d’Etat-Major de l’Armée de l’Air :
Colonel-Major KOFFI N’Guessan Alfred
- Sous-Chef d’Etat-Major de l’Armée de l’Air :
Colonel-Major BLEOUE Ehui Roger Kacian
- Chef d’Etat-Major de la Marine Nationale :
Contre-Amiral Djakaridja KONATE
- Sous-Chef d’Etat-Major de la Marine Nationale :
Capitaine de Vaisseau Major N’GUESSAN Kouamé Célestin

Armée de Terre
- 1ère Région Militaire (Abidjan) :
Commandant : Colonel-Major FLAN Yibagbeu
Commandant en second : Lieutenant-Colonel FOFANA Norrossotié
- 2ème Région Militaire (Daloa) :
Commandant : Colonel DEM Ali Justin
Commandant en second : Lieutenant-Colonel FOFIE Kouakou Martin
- 3ème Région Militaire (Bouaké) :
Commandant : Colonel KOUAME N’Goran Léon
Commandant en second : Colonel DOUA Michel
- 4ème Région Militaire (Korhogo) :
Commandant : Colonel –Major Zoumana DIARRASSOUBA
Commandant en second : Colonel CISSE Mamadou Dassira
- Bataillon de Commandement et de Soutien :
Commandant : Lieutenant-Colonel KONE Gaoussou
Commandant en second : Chef de Bataillon YOMAN N’cho Michel
- Groupement Ministériel des Moyens Généraux :
Commandant : Colonel BOBLE Lambert
Commandant en second : Lieutenant-Colonel YAO KOFFI Aimé
- Garde Républicaine :
Commandant : Lieutenant-Colonel OUATTARA Issiaka
Commandant en second : Lieutenant-Colonel Idriss Coulibaly
- Groupement des Sapeurs-Pompiers Militaires :
Commandant : Colonel SACKO Issa
Commandant en second : Lieutenant-Colonel KONE Nanklan
- Groupement de Sécurité du Président de la République :
Commandant : Général de Division DIOMANDE Vagondo
Commandant en second : Lieutenant-Colonel COULIBALY Ibrahima Gon
- Ecole des Forces Armées :
Commandant : Colonel OUASSENAN Jean-Hubert
Commandant en second : Lieutenant-Colonel AKA Germain

- Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active :
Commandant : Lieutenant-Colonel KOUASSI Bi Vigoné Eustache
Commandant en second : Chef de Bataillon NEBOUT Antoine Roger
- Ecole Militaire Préparatoire de Bingerville :
Commandant : Lieutenant-Colonel TCHOUME Hervé
Commandant en second : Chef de Bataillon DANHO Josué Parfait
- Centre d’Instruction pour la Formation Initiale des Militaires du Rang:
Commandant : Lieutenant-Colonel KOUAKOU Konan René
Commandant en second : Capitaine KONATE N’golo Soumaïla
- 1er Bataillon de Commandos et de Parachutistes :
Commandant : Lieutenant-Colonel Chérif OUSMANE
Commandant en second : Lieutenant-Colonel ATSIN Aké Thierry Marc
- 1er Bataillon Blindé :
Commandant : Chef d’Escadron GUEFFIE Pacôme Alban
Commandant en second : Capitaine N’DRIN Bandama
- 1er Bataillon du Génie
Commandant : Lieutenant-colonel Touré Sory
Commandant en second : Lieutenant-colonel Mel Armel Rosenberg
- 1er Bataillon d’Infanterie :
Commandant : Lieutenant-Colonel DOUMBIA Brahima
Commandant en second : Chef de bataillon OKOU ATSIN Henry
- 2ème Bataillon d’Infanterie :
Commandant : Lieutenant-Colonel KAKOU Hubert
Commandant en second : Lieutenant-Colonel FODIO Kouadio
- 3ème Bataillon d’Infanterie :
Commandant : Lieutenant-Colonel TOURE Hervé
Commandant en second : Lieutenant-Colonel YAO Koffi Jacques
- 4ème Bataillon d’Infanterie :
Commandant : Lieutenant-Colonel TRAORE Dramane
Commandant en second : Chef de Bataillon SEAHET DE Gouhouo Rolland
- Bataillon d’Artillerie Sol-Air :

Commandant : Lieutenant-Colonel BES Arthur
Commandant en second : Chef d’Escadron EPOUKOU YAPI Nazaire
- Bataillon d’Artillerie Sol-Sol :
Commandant : Chef d’Escadron HOBBAH Koffi Eric
Commandant en second : Chef d’Escadron SADIA Gba Yéréman
- Bataillon de Sécurisation de l’Est :
Commandant : Lieutenant-Colonel OUATTARA Morou
Commandant en second : Chef de Bataillon GUIBRO Nicolas
- Bataillon de Sécurisation de l’ouest :
Commandant : Lieutenant-Colonel FOFANA Losséni
Commandant en second : Chef de Bataillon AMONCHI Démonsthène
- Bataillon de Sécurisation du Sud-Ouest :
Commandant : Lieutenant-Colonel DRAMANE Soro
Commandant en second : Chef de Bataillon CAMARA Tiègbè
- Bataillon de Sécurisation du Nord-Ouest :
Commandant : Lieutenant-Colonel KOUAKOU Kouamé
Commandant en second : Commandant SOA Valery
- Unité de Commandement et de Soutien :
Commandant : Lieutenant-Colonel KONE Zakaria
Commandant en second : Capitaine AKE Obrou Marius
Armée de l’Air
- Base Aérienne d’Abidjan :
Commandant : Colonel TOURE Fama
Commandant en second : Colonel ODJE Saga Etienne
- Base Aérienne de Bouaké :
Commandant : Colonel KOUAO N’Guetta Julien
Commandant en second : Colonel GAMBY-SAKHO Boubacar
- Fusiliers Commandos de l’Air :
Commandant : Commandant BOUADI YAO Grégoire
Commandant en second : Capitaine Ben Ibrahima BA

Marine Nationale
- Bâtiment « EMERGENCE » :
Commandant : Capitaine de Corvette DADIE Vallès
Commandant en second : Lieutenant de Vaisseau ALLO Cédric Mathieu
- Bâtiment « Le BOUCLIER » :
Commandant : Lieutenant de Vaisseau GUIE Ghislain
Commandant en second : Enseigne de Vaisseau de Première Classe KONE Kahafolodji
- Bâtiment « CAPITAINE DE FREGATE SEKONGO » :
Commandant : Lieutenant de Vaisseau COULIBALY Kati Franck
Commandant en second : Enseigne de Vaisseau de Première Classe KOUAKOU Djaiblond
- BASE NAVALE ABIDJAN :
Commandant : Capitaine de Frégate ESSIGAN Ahico Gilles
Commandant en second : Enseigne de Vaisseau de Première Classe KONE Manga
- BASE NAVALE SAN-PEDRO :
Commandant : Lieutenant de Vaisseau Eddie MINDI
Commandant en second : Enseigne de Vaisseau de Première Classe COULIBALY Mamadou
- BASE NAVALE LAGUNAIRE ADIAKE :
Commandant : Capitaine de Corvette EHUI Gnamien
Commandant en second : Enseigne de Vaisseau de Première Classe KOULAGNAN Kimoutemon
- FUSILLIERS MARINS COMMANDOS :
Commandant : Capitaine de Frégate PALE Djami

Commandant en second : Lieutenant de Vaisseau SOUMIA Guy
Commandement des Forces Spéciales
Commandant : Général de Brigade DOUMBIA Lassina
II/ AU TITRE DE LA GENDARMERIE NATIONALE
Ont été nommés ou confirmés :
- Commandant Supérieur de la Gendarmerie Nationale :
Général de Brigade KOUAKOU Kouadio Nicolas
- Commandant Supérieur en second de la Gendarmerie Nationale :
Général de Brigade TOURE Alexandre Apalo
- Commandant de la Gendarmerie Territoriale :
Colonel-Major KOUASSI Kaunan René Stanislas
- Commandant de la Gendarmerie Mobile et des Unités Spécialisées :
Colonel-Major Bakari DOUMBIA
- Commandant de la 1ère Légion de Gendarmerie Territoriale (Abidjan) :
Colonel YEO Ousmane
- Commandant de la 1ère Légion de Gendarmerie Mobile (Abidjan) :
Colonel M’BAHIA Patrick Alexandre
- Commandant de la 2ème Légion de Gendarmerie Territoriale (Daloa) :
Lieutenant-Colonel BOLLI Degui Florent
- Commandant de la 2ème Légion de Gendarmerie Mobile (Daloa) :
Lieutenant-colonel KOUAKOU Edoh
- Commandant de la 3ème Légion de Gendarmerie Territoriale (Bouaké) :
Colonel ETTE Djadji
- Commandant de la 3ème Légion de Gendarmerie Mobile (Bouaké) :
Lieutenant-Colonel DIOMANDE DOUAGON Laye

- Commandant de la 4ème Légion de Gendarmerie Territoriale (Korhogo) :
Colonel YAPO Yapo Denis
- Commandant de la 4ème Légion de Gendarmerie Mobile (Korhogo) :
Lieutenant-Colonel TANGBA Parfait
- Commandant de la 5ème Légion de Gendarmerie Territoriale (San-Pedro) :
Lieutenant-Colonel ASSANDE Ferdinand
- Commandant de la 6ème Légion de Gendarmerie Territoriale (Yamoussoukro): Lieutenant-Colonel AIDARA Ibrahima
- Commandant de la 6ème Légion de Gendarmerie Mobile (Yamoussoukro) :
Lieutenant-Colonel KONE Sounan
- Ecole de Gendarmerie D’Abidjan :
Colonel BAKAYOKO Lassana
- Ecole de Gendarmerie TOROGUHE :
Lieutenant-Colonel KOUAKOU Koffi Serge
- Groupement d’Intervention et de Sécurité :
Lieutenant-Colonel BASSANTE Ali Badara

Fait à Abidjan, le Jeudi 26 janvier 2017

Grève des fonctionnaires en Côte d’Ivoire / La part de vérité du gouvernement

Grève des fonctionnaires en Côte d’Ivoire / La part de vérité du gouvernement

Depuis le 9 janvier 2017, la plateforme nationale des syndicats des organisations professionnelles du secteur public et l’intersyndicale sont en grève. Malgré le mot d’ordre de reprise lancé par Théodore Gnagna Zady , les fonctionnaires sont restés chez eux jusqu’à présent, bien que le gouvernement ait satisfait à 4 points de leurs revendications sur 6 à savoir l’intégration des travailleurs journaliers du secteur public à la fonction publique, des garanties en matière de liberté syndicale ainsi que "la modification des régimes de pensions (de retraite). Les deux points sur lesquels les deux parties ne se sont pas encore entendues au moment où nous mettions sous presse (les négociations se poursuivaient jusqu’à hier 25 janvier 2017) concernent les 150 point d’indice et les arriérés de stocks de salaires de 2008 à 2011 d’un montant global de 249 milliards de Fcfa. Une somme dont les organisations syndicales de la Fonction publique avaient pourtant consenti à laisser tomber en mai 2014 à travers une attestation que le porte-parole du Gouvernement Bruno Koné Nabagné a brandi à l’issue du Conseil des ministres tenu le 25 janvier 2017, au Palais présidentiel au Plateau. Selon le porte-parole du Gouvernement, les syndicats étaient d’accord de ne pas parler des stocks d’arriérés qui précédaient l’arrivée du Président Ouattara au pouvoir. « Nous sommes donc surpris que cela ressurgisse dans les négociations », a indiqué le porte-parole du gouvernement Bruno Koné avant d’inviter les fonctionnaires à reprendre le plus tôt possible le travail pendant que les négociations se poursuivent. « Mais si les organisations syndicales ne lancent pas un appel à la reprise, le gouvernement prendra acte de la rupture des discussions et ramènera toutes les parties au texte de loi de 1992 relative à la grève dans le secteur public », a conclu le ministre de la communication de l’économie numérique et de la poste.

Affia Marie

Le Chef de l’Etat a échangé avec le Ministre des Affaires Etrangères du Maroc.

Côte d’Ivoire/ Le Chef de l’Etat a échangé avec le Ministre des Affaires Etrangères du Maroc.

Le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, a échangé, le lundi 23 janvier 2017, à sa Résidence, sise à Cocody Riviéra – Golf, avec le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération du Maroc, M. Salaheddine MEZOUAR.

Au terme de l’entretien, le Ministre Salaheddine MEZOUAR qui a indiqué être porteur d’un ‘’message’’ de sa Majesté MOHAMMED VI, Roi du Maroc, a ajouté avoir profité de cette rencontre, avec le Chef de l’Etat, pour faire le point de l’état des relations entre le Royaume du Maroc et la Côte d’Ivoire.

Lesquelles relations, de son point de vue, sont ‘’naturellement excellentes’’ et de plus en plus ‘’ambitieuses’’ pour avancer dans un partenariat exemplaire tel que voulu par les deux Chefs d’Etat, le Président Alassane OUATTARA et sa Majesté MOHAMMED VI, Roi du Maroc.

Le Chef de la Diplomatie marocaine a souligné que l’entretien a également été l’occasion pour lui de rendre un ‘’grand hommage’’ au Président de la République de Côte d’Ivoire pour la ‘’dynamique’’ de l’amitié entre les deux pays, mais aussi pour les ‘’avancées’’ que notre pays est en train d’enregistrer et pour ‘’l’esprit positif’’ qui anime cette nation ivoirienne. Tout ceci sous ‘’le leadership, le rôle et la sagesse’’ du Chef de l’Etat ; des qualités unanimement reconnues et appréciées, selon lui, à la fois au niveau régional, continental, mais également international. Ce qui constitue pour lui, une ‘’fierté’’, non seulement pour la Côte d’Ivoire, mais aussi pour l’Afrique.

La rencontre a, par ailleurs, été, selon le Ministre marocain des Affaires Etrangères et de la Coopération, une belle opportunité de faire au Président Alassane OUATTARA, le point de l’état d’avancement de l’adhésion du Maroc à l’Union Africaine (UA) ou plus précisément du retour du Royaume chérifien au sein de sa ‘’famille institutionnelle’’ qu’est l’Union Africaine.

 

Dans ce cadre, a-t-il ajouté, le Maroc a accompli toutes les procédures telles que prévues par l’acte constitutif de l’UA, avec notamment la transmission à l’Organisation panafricaine, de tous les instruments nécessaires à cet effet.

Dans cette démarche, a souligné le Ministre Salaheddine MEZOUAR, le Maroc a toujours été encouragé par certains pays amis dont la Côte d’Ivoire ; d’autant que l’ambition du Maroc, selon lui, est d’oeuvrer pour l’unité de l’Afrique ainsi

que pour sa prospérité, sa croissance et sa solidarité, avec pour objectif de permettre à notre continent de retrouver toute sa place dans le concert des nations. C’est-à-dire, un continent qui parle d’une même voix, un ‘’acteur agissant’’ pour le développement de son peuple et non un acteur qui subit.

C’est pourquoi, a fait remarquer le Ministre marocain des Affaires Etrangères et de la Coopération, le leadership des dirigeants comme le Président Alassane OUATTARA, est important pour réaliser cet objectif.

Notons que le Ministre des Affaires Etrangères, M. Marcel AMON – TANOH, et celui des Affaires présidentielles, M. Téné Birahima OUATTARA, ont pris part à cet entretien.

Yapi Kouadio Isidore, ex –délégué Pdci-Rda et candidat indépendant à Alépé

 

 ‘’ Le candidat du Rhdp ne peut pas gagner les élections à Alepé.’’

 Après s’être porté candidat indépendant malgré les injonctions de la direction de son parti le Pdci-Rda, Dr Yapi Kouadio Isidore a été relevé de son poste de délégué département d’Alépé come bien d’autre. Cette décision, ne l’ébranle guère car confiant de sa victoire aux législatives au soir deu 18 décembre prochain. Dans cet entretien, celui que la population d’Alépé ne jure que par lui dit ses vérités sur son limogeage et la situation qui prévaut dans son département. Selon lui, seul un ca,didat pdci peut gagner les élection à Alépé.

 

 

Malgré toutes vos actions sur le terrain, vous avez été écarté de la liste Rhdp dans la circonscription d’Alépé en faveur d’un autre candidat issu du Rdr. Comment avez-vous appréhendé cette décision ?

 

Je ne sais pas jusqu’à ce jour, si j’ai été retenu au niveau du Pdci ou pas parce que la liste de mon parti pour confronter celle des autres partis pour un candidat du Rhdp n’est jamais sortie. C’est la situation du Rhdp à Alépé qui a motivé ma candidature indépendante. Ce n’est pas le candidat qui a le meilleur dossier qui a fait le choix au niveau du Rhdp. Le Rdr a exigé avoir dans son panier Alépé. Du coup, il n’y a pas eu de confrontation des dossiers des candidats. Malheureusement, le candidat choisi pour le compte du Rhdp issu du Rdr n’est pas le meilleur. J’ai donc décidé d’aller en indépendant.

 

Avez-vous décidé d’aller en indépendant parce que vous estimez que celui choisi ne peut pas  ramener la victoire au Rhdp ou parce que vous teniez à aller à ce scrutin ?

 

Le Rhdp d’abord ne fonctionne pas de la même façon dans tous les départements. Ensuite, un candidat Rhdp peut gagner les élections en fonction de certaine région ou peut perdre en fonction d’autre région. A Alépé, le candidat retenu cette année était le candidat malheureux du Rdr en 2011 avec 5% des suffrages exprimés. Alors que celui qui le devançait avait 22%. Tous ces paramètres font que le candidat du Rhdp ne peut pas gagner les élections à Alepé. Sauf s’il procède à un braquage. Puisqu’il en parle déjà. Et tout le monde le sait. Nous sommes 8 candidats à Alépé et nous espérons qu’aucun d’entre nous ne cherchera à créer des violences dans le département. Il faut s’en tenir au résultat des urnes.

 

Après votre mise à l’écart aux législatives pour le compte du Rhdp, vous venez de subir un autre revers qui est votre limogeage au poste de délégué départemental Pdci. Comment réagissez-vous à cette décision de la haute direction de votre parti ?

 

Je suis un responsable et je sais ce que je fais et je sais assumer les conséquences des décisions que je prends. Je mets à l’avant la réflexion. J’assume totalement la décision que le président Bédié a pris le mardi 6 décembre 2016. C’est une affaire interne au Pdci-Rda. Le moment venu, je chercherai à rencontrer le président Bédié pour m’expliquer sur ma décision d’aller en indépendant.

 

Quel est l’ambiance sur le terrain depuis l’annonce de votre candidature en indépendant ?

 

Il y a plus de 20 ans que je suis sur le terrain. Il y a des partisans dans le département, que ce soit les Agni, les Attié les Gouwa qui sont prêts à voter pour moi. Car pour eux en votant pour moi, ils auraient voté le meilleur candidat au niveau d’Alépé cette année. Pour ces élections, quand on fait la comparaison de tous les candidats, celui issu du  Pdci que je suis est le meilleur.

 

Comment vos partisans ont accueilli la décision du président Bédié ?

 

Je ne parle pas seulement des militants du Pdci-Rda dont la majorité n’était pas contents, mais de toute la population. La preuve, au moment où on m’écartait, j’avais le soutien de plus de la moitié des secrétaires généraux de section. Parce qu’en symbiose avec la base, ils soutiennent qu’après avoir sacrifié le Pdci-Rda au moment des choix des coordonnateurs Rhdp, on sacrifie encore le Pdci pour autre désire. Nous sommes sur le terrain avec les populations et les échos sont bons. Le 21 novembre 2016 lorsque le candidat Rhdp, disant aux gens que le président de la république lui a promis un poste de ministre à condition qu’il remporte les législatives, je lui ai dit que depuis le président Félix Houphouët Boigny, une telle promesse ne saurait être possible. Il prétend pouvoir trouver du travail pour les jeunes. C’est ce chantage que le candidat du Rdr et non du Rhdp fait sur le terrain à Alépé. C’est  la duperie et nous ne devons pas continuer avec cela. C’est  pour cela que je viens pour le changement.

 

Etre candidat indépendant est une décision personnelle ou vous avez été poussé par votre parti d’origine ?

 

Quand la liste Rhdp est sortie, beaucoup de militants du Pdci-Rda come d’autres personnes dans le département ont jugé cela inacceptables et ont suscité ma candidature en indépendant. Surtout qu’en 2011 j’ai été écarté injustement. Je suis convaincu que nous allons gagner les élections pour vu que Odjé Tiacoré, candidat Rhdp pour le compte du Rdr ne cherche pas à tricher. Je demande que les choses se fassent à la loyale et que celui qui le remporte l’aura remporté.

 

Ne redoutez-vous pas le Fpi face à la multitude de candidats qui  émanent de la coalition au pouvoir ?

 

Sur les 8 candidats que nous sommes, il y a 3 candidats qui sortent des rangs du Fpi. Une candidate officielle, disons tendance Pascal Affi N’Guessan. Les deux autres, tendance Sangaré ne sont pas connu dans la région. Moi étant militant du Pdci-Rda, je n’ai jamais rejeté quelqu’un. Je suis avec toute la population, je ne fais pas de discrimination politique. J’ai un projet pour la population et c’est à elle de le saisir au bon. Mes paroles sont sacrées et je réalise tôt ou tard quand je promets.

 

Ne craignez-vous pas une pression sur les secrétaires de sections qui pourront vous lâcher à la dernière minute ?

 

Je ferai le tour des secrétaires généraux de section qui me soutiennent pour savoir les positions réelles après la décision du président Bédié. Dans tous les cas, nous avons déjà fait le travail sur le terrain. Je vous le dits sans détour que le candidat du Rhdp va distribuer beaucoup d’argent, mais ne gagnera pas. Nous aurons des représentants dans les bureaux de vote et la vigilance sera de mise. Je demande aux cadres de la région et aux populations de faire le bon choix afin que nous gagnions ces élections pour faire bouger beaucoup de choses. C’est pourquoi nous avons choisi pour slogan ‘’le soleil se lève sur Alépé’’.

 

Réalisé par Etienne Atta

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Constitution ivoirienne

 

PROJET DE LOI PORTANT CONSTITUTION

DE LA RÉPUBLIQUE DE CÔTE D’IVOIRE

S'abonner à ce flux RSS