Israël ouvre une ambassade au Rwanda, allié stratégique de l'État hébreu    Présidentielle au Nigeria : les électeurs appelés aux urnes dans un climat de tensions    Au Soudan, Omar el-Béchir déclare l'état d'urgence et limoge le gouvernement    Plusieurs milliers de personnes manifestent à Alger contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika    Le ministère français des armées annonce avoir tué l'un des chefs d'Aqmi    À Paris, la diaspora sénégalaise se prépare à la présidentielle    Au Sénégal, l'influence des confréries musulmanes sur la présidentielle (4/5)    Au Sénégal, l'opposition peine à exister (3/5)    En Côte d’Ivoire, Guillaume Soro ne pense plus qu’à la présidentielle de 2020    Présidentielle au Sénégal : les candidats tentent de conquérir les internautes    En Ouganda, le président Yoweri Museveni en lice pour un sixième mandat    Au Sénégal, la jeunesse face à la montée d'un islam plus radical (2/5)    Deux policiers égyptiens tués dans une explosion au Caire    Au Sénégal, l’incompréhensible positionnement d’Abdoulaye Wade    En images : des Algériens dans la rue pour protester contre un 5e mandat de Bouteflika
Infosivoir

Infosivoir

Infrastructures: Gbémazo doté d’un Foyer des Jeunes

 Le village de Gbémazo, (sous-préfecture de Worofla, département de Séguéla) est désormais doté d’un foyer de jeunes, espace moderne de recréation.Le bâtiment de 300 places, un don du gouvernement, est  composé de loges, d’un bureau, d’une cabine technique et de toilettes.  Il  abritera des réunions, conférences et autres manifestations socio-culturelles. Le chef du village, Vakoumba Sanogo, ses notables et toute la population ne tarissent pas d’éloges à l’endroit du gouvernement pour leur avoir fait  bénéficier d’un espace moderne qui permettra à la jeunesse de s’occuper sainement. Les populations sont également reconnaissantes au Président de la République Alassane Ouattara et au Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly pour toutes les autres infrastructures dont le village a dejà bénéficié, notamment un château d’eau et un centre de santé.« Nous n’avions plus d’espace de loisirs. Aujourd’hui, nous en avons un de moderne et en sommes heureux.», se réjouit Lassina Kassy, le responsable des jeunes.Selon les responsables de l’association ‘’Actions pour le Développement de Gbémazo’’, le Foyer des Jeunes constitue le premier élément de la Maison de la Culture dont le village entend se doter dans les années à venir. Une Maison qui comprendra un Centre Multimédia, un Musée des Arts, un Espace des Livres et un Théâtre de Verdure.

Abidjan, lutte contre le terrorisme, l'immigration clandestin, maintien d'ordre et de sécurité…L’Espagne aux côtés de la Côte d’Ivoire

Dans le cadre des relations diplomatiques entre la République de Côte d’Ivoire et le Royaume d’Espagne, le ministre espagnol de l’Intérieur, Ferdando Grande-Marlaska Gomez a rendu visite à son homologue ivoirien, Sidiki Diakité, le mardi 19 février. Les deux hommes ont eu un tête à tête fructueux sur divers sujet d’ordre sécuritaire. C’était dans les locaux du ministère de l’intérieur et de la sécurité sis à Abidjan Plateau. Les deux hommes ont évoqué plusieurs points de la coopération entre la Côte d’Ivoire et l’Espagne qui a vu le jour depuis le 27 avril 1964. Au sortir de cette rencontre d’une heure environ, le ministre de l’Intérieur du Royaume d’Espagne a expliqué que son pays va offrir à la Côte d’Ivoire du matériel de maintien d'ordre et de sécurité. Pour non seulement contribuer au maintien de l’ordre, mais également à luttyer contre le terrorisme. «Il s'agit pour nous d'approfondir la coopération bilatérale entre les deux pays en matière de sécurité. Il nous faut établir de nouveaux programmes de collaboration dans ce sens, contre le trafic des personnes, le terrorisme, la cybercriminalité etc. Nous voulons une coopération transversale avec la Côte d’Ivoire. Et nous comptons apporter notre expertise dans le domaine de la formation dans la lutte contre l'immigration clandestine, la protection civile, la police montée et la prévention. Nous allons également offrir du matériel de maintien d'ordre et des sécurité à la Côte d'Ivoire, » a dit son excellence Ferdando Grande-Marlaska Gomez. Répondant aux préoccupations des journalistes, le ministre de l’intérieur et de la sécurité de Côte d’Ivoire, Sidiki Diakité a affirmé que l'Espagne assiste déjà la Côte d’Ivoire dans le cadre de la gestion des frontières. Selon lui, cette coopération va se renforcer dans le domaine de la gestion des frontières, grâce à l’équipement des postes frontières, la formation des agents en charge de l’immigration. Le ministre ivoirien a indiqué qu’au regard des défis sécuritaires auxquels les deux pays sont confrontés, ils ont décidé de donner un coup d’accélérateur à leur coopération qui ne s’est jamais arrêtée. Il a annoncé qu’au-delà de cela, un accord va très bientôt connaître, la mise en œuvre de la première réunion de la commission mixte. «Le ministre et moi avions pris la décision de tenir la première réunion de la Commission mixte. Nous allons déterminer si elle va se tenir à Madrid ou à Abidjan, »a précisé le ministre ivoirien de l’Intérieur. En 2012, un accord de coopération en matière de sécurité a été signé entre la Côte d’Ivoire et le Royaume d’Espagne. La visite du ministre Fernando Grande-Marlaska Gomez s’inscrit dans le cadre de l’approfondissement de ces rapports de coopération.

IN L’héritage

Yopougon : Délégation PDCI de Niangon / Valentin Kouassi rassure les militants

Le président de la Jpdci urbaine, Valentin Kouassi, a effectué une visite de courtoisie aux militants de Yopougon Lokoua. C’était dans la soirée du mercredi 20 février 2019. Cette visite, faut-il le noter, intervient après celle des plus proches collaborateurs du président de la Jpdci, effectuée quelques semaines auparavant. Le feedback positif de cette visite commande que le premier responsable de la Jpdci urbaine vienne en personne communier avec les militants. <<Mes plus proches collaborateurs sont déjà passés ici et m'ont fait un retour favorable. Il était normal que je vienne moi-même vous témoigner la reconnaissance du Pdci-Rda du Président Bédié et de la Jpdci>>, a affirmé Valentin Kouassi. Celui-ci ajoutera que <<Les échos favorables du travail bien fait du frère Alain Akouna nous sont parvenus… Je puis vous dire que 2020 sera meilleure >>, a-t-il conclu son propos.

Alain Akouna, secrétaire de la section Pdci-Rda de Niangon Lokoua, est l'étoile montante du parti septuagénaire à Yopougon- Niangon. Orateur, rassembleur, déterminé et travailleur acharné, Alain Akouna, aura montré toute son abnégation lors des dernières municipales malheureusement perdues par le PDCI en raison des dissensions au sein du vieux parti à Yopougon. Pour lui, <<Ce n'est pas seulement les actions au niveau de la section qu'il faut voir, mais toutes les actions au niveau de la délégation.>> Délégation pour laquelle il a souhaité un instrument de communication. Par ailleurs, Alain Akouna a fait savoir que Yopougon <<prend du retard. Notre adversaire (Rhdp-Rdr : Ndlr), a 42 délégations là où nous n'avons que 4>>, a-t-il révélé. Toute chose qui mérite que la haute direction du Pdci-Rda procède à l’éclatement des délégations  actuelles en plusieurs délégations, afin de rendre le travail de mobilisation plus efficace sur le terrain. D'autant plus que << Niangon est une vaste délégation avec un fort taux d'électeurs>>, comme l'a indiqué le coordonnateur de ladite délégation. De l'avis des militants de Niangon, Alain Akouna pourrait bien diriger une des délégations si la direction procédait à l’éclatement des délégations actuelles. Sur la question, Valentin Kouassi a été clair : <<vos cris de cœur, vos sentiments profonds seront relayés au haut niveau.>> Notons que c'est par une prière dite par le doyen de la famille Akouna que s'est achevée la visite de courtoisie de Valentin Kouassi à Yopougon-Lokoua.

 JPO

Réconciliation nationale / Les anciens de la Fesci demandent pardon au président Bédié et aux Ivoiriens

Les anciens de la Fesci ( Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’ivoire) réunis au sein d’une union dénommée Una-Fesci et dirigée par Ahipaud Martial, étaient, mercredi 20 février, à la résidence du Président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié. Venus lui demander pardon, pour tous les actes désobligeants qu’ils ont posés à son encontre au moment où ils étaient étudiants, ces anciens de la Fesci ont obtenu le pardon du du " Sphinx de Daoukro", et cela au nom de la réconciliation nationale qu’il prône. "J’ai écouté l’objet essentiel de votre déplacement ici, à savoir lepardon que vous demandez pour tous les actes de jeunesse que vous avez posés tout au long de l’existence de la FESCI jusqu’à votre relais par les nouveaux fescistes, ceux qui sont là actuellement, et aussi jusqu’à la création il y a sept ans, de la structure qui vous regroupe tous aujourd'hui. C’est à mon tour au nom de tous les anciens hommes politiques qui sont de mon temps dont je suis devenu aujourd’hui le doyen, que j’accepte cette demande de pardon", leur a dit le président Bédié, après qu’ils aient donné les nouvelles de leur présence sur la terre de Daoukro. Le président du Pdci - Rda d’ajouter :" Donc, vous êtes pardonnés au nom du peupleivoirien au nom duquel je parle, puisque je parle de paix, de réconciliation. La paix, la réconciliation, c’est, vous le savez bien, l’objectif que je continue de poursuivre jusqu’ici. C’est la raison pour laquelle vous avez entendu dire que je mets en place une plateforme de tous les fils et toutes les filles de la Côte d’Ivoire qui partagent une vision de paix, de réconciliation pour le développement de notre pays". Dans ce sens, il les a invité à rejoindre cette plateforme et surtout à s'inscrire dans la dynamique de la réconciliation nationale. "Quellesque soient vos sensibilités politiques, vous êtes invités tous à vous inscrire dans cette dynamique de réconciliation et de paix », leur a t-il conseillé. Le président de l’Una-Fesci, Ahipeaud Joseph Martial, a dit au président Bédié que c’est vraiment avec une émotion particulière qu’ils sont venus vers lui parce qu’il représente ce qu’ilsappellent les icônes de notre pays. Et d'expliciter les raisons de la création de la Fesci : " Ceux qui ont créé ce mouvement au début des années 90, avaient une certaine vision de notre pays et estimaient qu’on devait entrer dans l’ère démocratique, comme cela se faisait un peu partout dans le monde. Cette organisation a rencontré une espèce d’hostilité, parce que vous qui étiez aux affaires à cette époque avec le président Félix Houphouet Boigny, qui en tant que leader historique des indépendances de notre continent avait bâti une vision et était entrain de faire quelque chose d’exceptionnel dans l’Afrique moderne. Et nous sommes venuscomme des enfants intrépides mélanger tout" Puis, « Effectivement, M. le président, nous avons mesuré ce que nous avons fait et nous avons essayé de faire notre critique. Et nous voyons effectivement à un moment donné que nous ne nous sommes pas bien comportés. Nous avons posé des actes qui ont eu des effets collatéraux. Au nom de l’ensemble de tous ces anciens responsables, militants de base, sympathisants du mouvement qui avons posé des actes qui ont certainement blessé, créé des situations inopportunes, nous souhaitons, reconnaître leur tord en demandant pardon et de promettre qu’ils contribueront à la réconciliation nationale : " Au nom de cette organisation, nous demandons pardon. Et nous voulons, en mettant en place l’union des anciens de la Fesci, effectivement contribuer à la réconciliation et à la cohésionnationale". Avant lui, Kouadio Djué Eugène, ancien secrétaire général de la Fesci, a donné les premières nouvelles en indiquant que les anciens de la Fesci sont ceux qui ont fini avec l’université et qui sont dans la vie active, dans toutes les structures socioprofessionnelles. Et de dire qu’ils sont venus également lui présenter la structure qu’ils ont mise sur pied.

Dircom Pdci-Rda

S'abonner à ce flux RSS