Le Kenya vote pour élire un nouveau président    Mali : plusieurs morts dans une attaque jihadiste à Tessit    La justice marocaine favorable à l'extradition du Français Sébastien Raoult aux États-Unis    Tchad : la junte signe un accord avec des factions rebelles et lance un dialogue national    Kandy Guira, la voix du Burkina électro-pop qui défend le vivre-ensemble    Présidentielle au Kenya : l'heure du bilan pour Uhuru Kenyatta    Côte d'Ivoire : les ex-présidents Bédié et Gbagbo absents de la fête de l'indépendance    Diplomatie américaine : Antony Blinken en Afrique pour contrer l'influence russe    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara gracie l'ancien président Laurent Gbagbo    Présidentielle au Kenya : fin d'une campagne dominée par la crise économique    La région du Mont Kenya au cœur de la campagne présidentielle    Pour la RD Congo, "les dénégations du Rwanda ne valent plus rien" après le rapport de l'ONU    Pour Rached Ghannouchi, le référendum constitutionnel en Tunisie est "un échec"    Mali : l'ONU accuse des soldats maliens et "blancs" d'être impliqués dans la mort de 33 civils    Législatives au Sénégal : le camp présidentiel perd sa majorité absolue

Prisonniers politiques…/Koné Katinan répond à KKB

Prisonniers politiques…/Koné Katinan  répond à KKB

Les choix opérés par le régime Rhdp pour le développement de la Côte d’Ivoire mettent gravement en danger les générations présentes et futures. C’est ce que pense Koné Katinan, porte-parole des partis des peuples africains (PPA-CI) qui était face à la presse, hier au siège d’EDS à Cocody (Riviera 2) dans le cadre de la 2ème édition de la “tribune PPA-CI”. Il en veut pour preuve le financement du PND 2021-2025 qui selon lui repose intégralement sur la dette.  En effet, d’un montant de 59.000 milliards de FCfa, ce PND sera à en croire le gouvernement financer à 21.000 milliards F Cfa par l’Etat ivoirien tandis que 26.500 milliards FCfa devraient provenir des marchés financiers et 11.000 milliards FCfa viendront d’autres partenaires. Ce discours officiel ne convainc pas le PPA-CI. Au fond, pour le parti de Laurent Gbagbo, cette répartition ne reflète pas la réalité. D’autant que pour lui, le gouvernement qui annonce mobiliser en interne 4200 milliards FCfa par an sur les 4 prochaines années a inscrit pour l’année 2022, 2.104 milliards de FCfa comme budget d’investissement.  Et, sur ces 2.104 milliards de FCfa, l’Etat mobilise en termes de ressources propres endogènes, 1347 milliards de FCfa. Ce qui va certainement obliger l’Etat à emprunter sur les marchés pour combler le gap. « Quelqu’un qui n’a pas réussi à mobiliser 2800 milliards de FCfa, comment peut-il prétendre mobiliser 4200 milliards de F Cfa ? », interroge le porte-parole du PPA-CI. Qui souligne que les ressources que l’Etat considère comme ses ressources propres  sont en réalité constitués aussi de la dette. « Le gouvernement a décidé de sacrifier les générations présentes et futures de notre pays en se lançant dans un surendettement…Il faut que la question soit mise au centre du débat politique. On ne peut pas continuer ainsi. Le gouvernement ivoirien affiche une addiction pour la dette comme s’il n’y a pas d’alternative à cette dette. Et pourtant des solutions autres que la dette existe », a martelé Koné Katinan.

Il a par ailleurs, pris le contre-pied du ministre KKB   qui estime que tous les prisonniers politiques sont libres. « Tous ceux qui sont en prison du fait des crises électorales sont des prisonniers politiques », a-t-il laissé entendre précisant que le PPA-CI a identifié 104 prisonniers politiques encore en détention. Les inondations des derniers jours n’ont pas été oubliées. Sur la question, le PPA-CI estime qu’elles sont le fait de l’engorgement d’Abidjan. « La solution est connue. Il faut mettre en œuvre le projet du transfert de la capitale à Yamoussoukro et créer des pôles de développement en dehors d’Abidjan », a suggéré le porte-parole du parti de Laurent Gbagbo. A noter que sur la fin du statut de réfugié accordé aux Ivoiriens exilés, Koné Katinan a jugé cette décision injuste. Car, « les exilés veulent rentrer. Mais, il se pose le problème de leur insertion qui ne facilite pas leur retour », a-t-il indiqué.

Abordant le cas de Blé Goudé, Koné Katinan estime que le PPA-CI traitera le président du Cojep comme un adversaire politique dès lors qu’il n’est pas membre du PPA-CI.

 Avec A.B.  

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut