Présidentielle en Côte d'Ivoire : voter ou ne pas voter, la voix de la société civile    Présidentielle aux Seychelles : victoire inédite de l'opposition    Au Cameroun, des terroristes assassinent des enfants dans leur salle de classe    Les légendes Roger Milla et Joseph-Antoine Bell s'engagent pour lutter contre la maladie du noma    Tensions autour d'un barrage entre l'Égypte et l'Éthiopie après des déclarations de Trump    Présidentielle en Guinée : Alpha Condé réélu avec 59,5 % des voix    Présidentielle en Côte d’Ivoire : à Duékoué, la question foncière alimente toujours les conflits    Les Égyptiens appelés aux urnes pour des législatives jouées d'avance    Présidentielle en Guinée : après les violences, l'armée réquisitionnée    #EndSARS : le cri de ralliement au Nigeria contre les violences policières et la répression    Libye : l'ONU annonce un accord de cessez-le feu "national et permanent"    Présidentielle en Côte d'Ivoire : Bouaké, fief des ex-rebelles en quête de renaissance    Violences au Nigeria : le président Buhari demande aux jeunes d'arrêter de manifester    Nigeria : une prison incendiée à Lagos, le président s'adresse aux manifestants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : Korhogo, la "capitale du Nord"

Processus électoral / L'opposition demande aux militants de mettre en œuvre, dès à présent, par tous les moyens légaux, le mot d'ordre de désobéissance civile

Processus électoral / L'opposition demande aux militants de mettre en œuvre, dès à présent, par tous les moyens légaux, le mot d'ordre de désobéissance civile

Dans une déclaration commune délivrée hier jeudi 15 octobre 2020, par Pascal Affi N’guessan à la résidence  du président Henri Konan Bédié, les deux candidats retenus pour la présidentielle 2020 disent ne pas se sentir concernés par le processus électoral en cours. Ils appellent le peuple de Côte d’Ivoire à mettre en œuvre le mot d’ordre de désobéissance civile par tous les moyens légaux. Ils invitent « leurs militants sur l’ensemble du territoire à faire barrage à ce coup d’Etat électoral que le président Alassane Ouattara s’apprête à commettre et  à empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin ».

Comme vous le savez, le 14 septembre dernier, à l’issue  de l’appel à candidature à l’occasion de l’élection présidentielle de fin 2020, le conseil constitutionnel a proclamé une liste de candidature dont celle du président Henri Konan Bédié et la mienne comme candidatures retenues pour l’élection présidentielle. Vous savez aussi que cette liste et le contexte de cette élection ont entrainé de nombreuses revendications, de nombreux désaccords parce que certains candidats qui avaient le droit de participer à ce scrutin ont été arbitrairement éliminés, quand M. Alassane Ouattara qui est inéligible en vertu de la constitution de 2016 a été retenu sans aucun argument juridique valable. La commission électorale indépendante est à l’heure actuelle monocolore puisque l’opposition n’y siège pas. Elle est caduque parce que la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des peuples par différents arrêts a indiqué que cette Commission Electorale Indépendante ne répond pas aux critères internationaux et qu’elle doit être reformée avant toute élection. C’est un acte de justice qui s’impose à la Côte d’Ivoire, parce qu’elle est signataire de la charte Africaine des Droits de l’homme et des peuples et donc tenue d’exécuter tous les arrêts rendus par cette institution. Ensuite, le Conseil constitutionnel à travers la décision portant déclaration de candidature a montré qu’il était sous influence du pouvoir politique et qu’il ne méritait pas de bénéficier de la confiance des candidats. Pour toutes ces raisons, nous avons exigé que ces conditions soient réunies avant toute élection. A l’heure actuelle, au moment où je vous parle, au moment où le candidat Alassane Ouattara s’apprête à entrer en campagne, aucune de ces conditions n’est réunie. En conséquence, j’ai donc consulté le président Henri Konan Bédié, et ensemble, en tant que candidats retenus, nous avons décidé de porter solennellement à la connaissance de tous nos électeurs, de tous nos militants, du peuple de Côte d’Ivoire et de l’opinion nationale et internationale que le processus électoral en cours ne nous concerne nullement. Nous ne sommes pas du tout concernés par le processus électoral en cours. Ce processus électoral est illégal, parce qu’il ne répond nullement à aucun critère international et que nos militants comme les électeurs ivoiriens, doivent s’abstenir de participer tant en ce qui concerne la distribution des cartes électorales qu’en ce qui concerne la campagne électorale. Nous invitons en conséquence, nos militants sur l’ensemble du territoire à faire barrage à ce coup d’Etat électoral que le président Alassane Ouattara s’apprête à commettre, à empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin et à mettre en application le mot d’ordre de boycott actif par tous les moyens légaux à leur disposition afin que le pouvoir actuel consente à convoquer l’ensemble des forces politiques nationales afin de trouver des solutions acceptables à toutes les revendications qui sont ressorties de la proclamation des candidatures. » Une conférence de presse est prévue ce matin au siège du PDCI-RDA afin de donner davantage d’informations sur cette déclaration.

Nina Cpilibaly

 

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut