Présidentielle en Côte d'Ivoire : voter ou ne pas voter, la voix de la société civile    Présidentielle aux Seychelles : victoire inédite de l'opposition    Au Cameroun, des terroristes assassinent des enfants dans leur salle de classe    Les légendes Roger Milla et Joseph-Antoine Bell s'engagent pour lutter contre la maladie du noma    Tensions autour d'un barrage entre l'Égypte et l'Éthiopie après des déclarations de Trump    Présidentielle en Guinée : Alpha Condé réélu avec 59,5 % des voix    Présidentielle en Côte d’Ivoire : à Duékoué, la question foncière alimente toujours les conflits    Les Égyptiens appelés aux urnes pour des législatives jouées d'avance    Présidentielle en Guinée : après les violences, l'armée réquisitionnée    #EndSARS : le cri de ralliement au Nigeria contre les violences policières et la répression    Libye : l'ONU annonce un accord de cessez-le feu "national et permanent"    Présidentielle en Côte d'Ivoire : Bouaké, fief des ex-rebelles en quête de renaissance    Violences au Nigeria : le président Buhari demande aux jeunes d'arrêter de manifester    Nigeria : une prison incendiée à Lagos, le président s'adresse aux manifestants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : Korhogo, la "capitale du Nord"

Interview/ Yapi Kouadio Isidore, député d’Alépé et délégué Pdci-Rda d’Alépé 2 :« Il appartient aux Ivoiriens de décider de la suite à donner à la décision du Conseil Constitutionnel »

Interview/ Yapi Kouadio Isidore, député d’Alépé et délégué Pdci-Rda d’Alépé 2 :« Il appartient aux Ivoiriens de décider de la suite à donner à la décision du Conseil Constitutionnel »

« Les manifestations sont la suite de la décision du Conseil constitutionnel qui n’a pas dit le droit »

L’honorable Yapi Kouadio Isidore est le député de la circonscription d’Alépé par ailleurs délégué Pdci-Rda d’Alépé 2. Dans cet entretien, il décrypte l’actualité socio politique en ébullition en Côte d’Ivoire après la proclamation par le conseil constitutionnel de la liste définitive des candidats à la présidentielle 2020.

Le lundi 14 septembre dernier, le Conseil Constitutionnel a proclamé la liste définitive des candidats retenus pour la présidentielle de 2020. Quatre candidatures ont été retenues et d’autres, non des moindres, ont été rejetées. Quel commentaire faites-vous ?

Tout le monde a suivi à la télévision comment les membres du Conseil Constitutionnel qui ont donné le verdict étaient gênés. Cela signifie qu’ils n’ont pas dit le droit. En ne disant pas le droit, ils permettent malheureusement aux Ivoiriens d’être toujours dans la contestation du 3ème mandat du président Alassane Ouattara. Rejeter la candidature du président Gbagbo et de l’ancien président de l’assemblée nationale Soro Guillaume, pour ne citer que ceux-là, il faut vraiment aller chercher loin. Le Rhdp a fait du tripatouillage pour rejeter ces candidatures. Maintenant, il appartient aux Ivoiriens de décider à la place du Conseil Constitutionnel si oui ou non Alassane Ouattara doit faire un troisième mandat en Côte d’Ivoire.

En tant que député de la nation, quel commentaire faites-vous du maintien d’une candidature anticonstitutionnelle de Ouattara ?

En tant que député je dis que la constitution du 16 novembre ne donne pas droit au président Alassane Ouattara d’être candidat comme tous les juristes l’ont démontré. C’est pour cette raison qu’il a renoncé à une autre candidature après ses deux mandats. Malheureusement, le Rhdp utilise le prétexte du décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly pour demander à son président de briguer un troisième mandat anticonstitutionnel. Tout se passe comme si ce parti, en dehors de l’ex chef du gouvernement et du président Alassane Ouattara, n’a plus de cadres capables de diriger la Côte d’Ivoire. C’est vraiment dommage.

Mais ils avancent que c’est le Premier mandat de la troisième république ?

Sommes-nous dans une troisième république ? La constitution n’a pas été fondamentalement changée. Elle ne peut pas donner lieu à une troisième république. Disons que les responsables du Rhdp n’ont aucun argument juridique pour convaincre les ivoiriens quant à un troisième mandat du président Alassane Ouattara. C’est pourquoi, ils interprètent n’importe comment la constitution.

Depuis l’annonce d’Alassane Ouattara de briguer un 3ème mandat, toutes les villes du pays sont en ébullition et les populations se soulèvent à travers des manifestations. Quel commentaire faites-vous de ces événements ? C’est la conséquence de la mauvaise décision du Conseil Constitutionnel qui pousse les ivoiriens à manifester. Et surtout les Ivoiriens ont été informés que la constitution interdit au président Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat même si le Rhdp veut faire croire le contraire.

Malheureusement les manifestations sont réprimées par le pouvoir en place ?

C’est déplorable. Il y a des gens qui favorisent l’infiltration de délinquants parmi les manifestants pour créer des troubles qui ont conduit à des blessés voire des morts dans certaines localités.

Kouadio Konan Bertin dit KKB a vu sa candidature retenue contre toute attente par le Conseil constitutionnel ?

KKB est un citoyen ivoirien et il peut être candidat s’il le décide. Et c’est ce qu’il a fait. Mais raconter des choses qui ne valent pas la peine de sa part est malhonnête. Ce n’est pas une bonne chose. Il dit toujours qu’il est militant du Pdci-Rda, or avec son histoire d’essuie-glace, je ne l’ai plus vu depuis longtemps. Des gens le manipulent. Ce qui explique qu’il ait été retenu comme le 4ème des candidats à la présidentielle de 2020.Il va certainement accompagner le président Alassane Ouattara pour valider son élection par la fraude. Comment KKB a fait pour avoir tous ces parrainages qu’on lui attribue alors que des candidats comme Mabri Toikeusse qui a la caution d’un grand parti, Mamadou Koulibaly, Amon Tanoh Marcel… n’y sont pas parvenus ? Là encore, la CEI donne une raison de plus d’être contestée par les partis de l’opposition.

La candidature de KKB ne représente-t-elle pas une menace pour votre parti le Pdci-Rda ?

Dans la région de la ME et particulièrement dans le département d’Alépé où je suis le député et le délégué Pdci-Rda d’Alépé 2, la candidature de KKB ne constitue pas du tout une menace pour le Pdci-Rda. Si les élections ont lieu, nous ferons tout pour que KKB soit humilié à Alépé.

Récemment le ministre Touré Mamadou sur Africa 24 parlait de réconciliation, de cohésion et du Rhdp qui serait le parti le mieux implanté en Côte d’Ivoire. Qu’en dites-vous ?

Le ministre Mamadou Touré originaire de Daloa a tenu des propos le dimanche dernier sur Africa 24 qui ne correspondent pas à la réalité. D’abord, je trouve qu’il est irrespectueux vis-à-vis de la personne du président Bédié. Il avance que le Pdci-Rda est réduit au Centre de la Côte d’Ivoire et que le Rhdp est le parti national. Il a démontré cela par leur victoire aux dernières élections locales. Mais Monsieur Touré sait très bien comment ils ont fait pour remporter les élections dans ces 24 régions et les communes dont il parle. Le Rhdp doit savoir que ce n’est pas en braquant les élections qu’on devient un parti national. Il faut gagner dans les urnes pour être un parti national. Mais le Rhdp a braqué à Koumassi, Grand Bassam, le Gontougo, Yopougon, Abobo et j’en passe. Ils veulent faire la même chose pour les élections présidentielles. En disant qu’ils sont un parti national, le ministre Touré Mamadou raconte n’importe quoi. Je ne sais pas s’il a vu les images de l’investiture du président Bédié à Yamoussoukro, le samedi 12 septembre dernier. Je pense qu’après ces images, il devrait aller supplier le président Alassane Ouattara pour qu’il retire sa candidature. Parce que quel que soit alpha, le Rhdp sera battu à plate couture dans les urnes lors de la présidentielle du 31 octobre 2020. Mais comme ce sont des braqueurs d’élections, ils vont s’attribuer la victoire qui va créer d’autres situations dans le pays. On tendra alors vers le chaos.

Parlez nous aussi de la région de la Mé. Quelle est la situation à la veille des élections ?

Je voudrais dire au ministre Mamadou Touré que le ministre Achi Patrick n’avait pas d’étiquette lors des dernières élections locales. J’en voudrais pour preuve, ses affiches anonymes. Il n’était ni Pdci-Rda ni Rhdp. Donc on ne peut pas dire qu’il a gagné les élections en tant que Rhdp pour le compte du président Alassane. C’est depuis le 18 juillet 2018, que le ministre Patrick Achi a déposé ses valises au Rhdp. Il a donc choisi son camp, et nous le combattons en tant que tel. Les élections se gagnent avec les électeurs. Est-ce que M. Mamadou Touré peut nous dire combien de militants du Pdci-Rda et même du FPI que ces ministres qu’il a cités, ont pu amener avec eux au Rhdp. Qu’il fasse le point avec eux. Pour terminer avec Monsieur le ministre Mamadou Touré, nous savons comment les responsables Rhdp de la région ont procédé pour avoir non seulement des certificats de nationalité et le parrainage de leur champion. Au moment des élections, ces pratiques ne vont pas prospérer, question de stratégie. Au niveau de la région, notamment à Alépé, notre problème est la division de la chefferie avec la complicité de certains cadres et non des moindres. Pour exemple, un village de la sous-préfecture de Danguira vient de destituer son chef. Le jour de la présentation du nouveau chef à la population, l’ancienne équipe a organisé une cérémonie sous le parrainage et la présence effective du ministre Achi Patrick. Pour ne pas donc créer des conflits inutiles dans le village, la cérémonie d’intronisation du jeudi 17 septembre a purement été annulée. Ce sont des pratiques des gens aux abois qui pensent pouvoir rattraper certaines situations par le biais des chefs qu’ils ont l’habitude de manipuler. Ce n’est pas en agissant ainsi qu’Alassane Ouattara va gagner les élections avec le Rhdp. Je dis et je le répète que dans la région de la Mé, le Rhdp ne gagnera jamais les élections

. Réalisé par Etienne Atta

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut