Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés : "Les États du Sahel sont dans une situation dramatique"    Incident diplomatique : le Mali rappelle son ambassadeur et envoie un ministre à Paris    Un cas de coronavirus au Nigeria, le premier en Afrique subsaharienne    Guinée-Bissau : Umaro Sissoco Embaló "investi" président, malgré la contestation des résultats    Libye : les pourparlers politiques patinent à Genève, le bras de fer militaire se poursuit    Cameroun : la bataille pour le port de Douala    Le gouvernement tunisien d'Elyes Fakhfakh obtient la confiance du Parlement    Concert de Fally Ipupa à Paris : la superstar raconte les préparatifs    En Côte d'Ivoire, les innombrables abus contre les employées de maison    Le Mali promet des "lignes rouges" dans les négociations avec les jihadistes    L'Égypte se prépare à rendre les honneurs militaires à Hosni Moubarak    Premier cas de coronavirus en Algérie, les autorités en alerte    L'Algérie face à son premier cas de coronavirus    Kamel Abdat ou comment briser les tabous grâce à l'humour    Algérie : "À 20 ans, Bouteflika voulait être président"

Côte d'Ivoire: « Affaire CEI » Voici pourquoi l'Etat ivoirien va comparaître à Arusha le 06 mars prochain

Côte d'Ivoire: « Affaire CEI » Voici pourquoi l'Etat ivoirien va comparaître à Arusha le 06 mars prochain

L’affaire de la nouvelle Commission Electorale Indépendante (CEI) qui oppose les partis d’opposition et le gouvernement est loin de prendre fin. Ce mercredi de sources officielles , l’Etat ivoirien a été appelé à comparaître à Arusha en Tanzanie le 06 mars prochain.

La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) avait rejeté « la demande de mesures provisoires » émise par le PDCI-RDA et ses alliés de l’opposition qui souhaitaient la suspension de la mise en place de la Commission électorale indépendante (CEI), dans une ordonnance.

« La Cour rejette les mesures provisoires demandées » car la demande des requérants « est devenue sans objet suite à la mise en place de la CEI et la désignation de ses membres », indique la décision. Mais selon nos sources, la CADHP invite cette fois l’Etat ivoirien afin de l’entendre sur « l’examen au fond, conformément aux règles de l’UA et la CEDEAO six mois avant une présidentielle ».

La partie plaignante, c’est-à-dire, l’opposition ivoirienne, sera également entendue au cours de cette audience.

Source Koaci.com

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut