Journée mondiale de l’Afrique : quel avenir post-Covid-19 pour le continent?    Crise sanitaire en France : "Le coût faramineux des économies à l'hôpital"    Génocide rwandais : après son arrestation en France, Félicien Kabuga saisit le Défenseur des droits    Covid-19 : la Tunisie adapte l'Aïd el-Fitr aux mesures de sécurité sanitaire    Disparition du "griot électrique" Mory Kanté, icône de la musique africaine    Décès du "griot électrique" Mory Kanté, chanteur et musicien guinéen    Génocide rwandais : les restes d'Augustin Bizimana, l'un des principaux suspects, retrouvés au Congo    La France avance encore vers la fin du Franc CFA    Au Kenya, le Covid-19 complique l'accès au traitement des malades du sida    Entre la Chine et le Zimbabwe, la diplomatie du coronavirus    Elections au Burundi : triple scrutin en pleine pandémie    Après le coronavirus : vers une crise alimentaire mondiale ?    Génocide rwandais : quatre jours après son arrestation, Félicien Kabuga comparaît à Paris    Covid-19 : l'Afrique subsaharienne lutte contre la stigmatisation des malades et des soignants    Libye : les forces du maréchal Haftar se replient aux abords de Tripoli

Yamoussoukro-Malgré la présence remarquable des forces de l’ordre/ A 72h du meeting du Pdci-Rda, la fièvre monte, monte et monte

Le samedi 19 octobre 2019, le Parti du président Henri Konan Bédié va confirmer sa popularité dans la capitale du bélier. A 72 heures de cet événement aussi historique que celui du 14 septembre dernier au palais des sports de Treichville, la fièvre monte. Selon des informations sur place, tout est fin prêt pour la tenue du giga meeting du Pdci-Rda à la place Jean Paul II de Yamoussoukro.

Cependant, quelques interrogations trottinent dans l’esprit des militants. Il s’agit de la présence subite et impressionnante des forces de l’ordre dans la capitale du Bélier. Si, selon des sources officielles il s’agit d’un exercice militaire programmé depuis longtemps, pour les militants du parti doyen, il s’agit plutôt de manœuvre d’intimidation afin de freiner l’ardeur des militants.

JCAK, joint par téléphone ce mercredi 16 octobre confirme effectivement la présence dans toute la capitale politique d’un nombre impressionnant de corps habillés en tenue pour certains et en cagoule pour d’autres. « Nous ne comprenons pas pourquoi le pouvoir en place a choisi cette même période que le Pdci-Rda pour parler de manœuvre militaire dans la ville. Pour nous ce n’est qu’une provocation de trop. Mais quel que soit ce qui va se passer, notre meeting se tiendra et nous allons démontrer que le Pdci-Rda et le maitre du terrain dans le V baoulé. »

« Cette fois-ci, s’ils veulent, qu’ils nous tuent tous, mais nous n’allons pas reculer et le Pdci-Rda va gagner le pari de la mobilisation » a soutenu dame K A elle aussi joint par téléphone. Pour Y R, ces soldats qui sont arrivés dans la ville ont pu remarquer que la ville bouillonne et la ferveur monte. Les militants du Pdci-Rda en particulier, mais toute la population a soif de communier avec le président Bédié et rien ne pourra les arrêter.

T L, commerçant, quant à lui reconnait qu’à 72 heures de cet événement, tout bouge dans la ville de Yamoussoukro et jure qu’il fera de très bonnes affaires, parce qu’à Yamoussoukro, c’est le Pdci-Rda.

Etienne Atta avec l’héritage

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut