Afrique de l'Ouest : un plan d'un milliard de dollars pour lutter contre le jihadisme    La Tunisie aux urnes pour élire son président    Élection présidentielle : ces jeunes Tunisiens qui veulent faire entendre leur voix (4/4)    En RD Congo, l'ex-ministre chargé de la lutte contre Ebola placé en garde à vue    Présidentielle en Tunisie : "La Révolution française a pris du temps, la nôtre aussi"    Le Zimbabwe a rendu un dernier hommage au "héros" de l'indépendance Robert Mugabe    Paroles d’électeurs tunisiens : "On vit avec l'espoir que ça puisse changer"    "Les réponses sociales en Tunisie n’ont pas été à la hauteur des attentes"    Les Tunisiens de l'étranger votent pour la présidentielle    Élection présidentielle : les habitants des zones rurales tunisiennes désabusés (3/4)    L'opposant algérien Karim Tabbou placé en détention provisoire    Élection présidentielle : mobiliser les électrices tunisiennes, l'un des enjeux du scrutin (2/4)    Un déraillement de train meurtrier en RD Congo    Xénophobie en Afrique du Sud : arrivée à Lagos des premiers rapatriés nigérians    Disparition de Maurice Audin : ouverture des archives publiques

Interview / Honorable Yapi Kouadio Isidore, délégué Pdci d’Alépé 2 : ‘’ Le Rhdp unifié est une majorité fictive’’

Interview /  Honorable Yapi Kouadio Isidore, délégué Pdci d’Alépé 2 : ‘’ Le Rhdp unifié est une majorité fictive’’

Député de la circonscription d’Alépé, l’Honorable Yapi Kouadio Isidore est le délégué départemental d’Alépé 2. Sans détour, il dit sa part de vérité sur la situation socio politique en Côte d’Ivoire.

 

A l’approche des échéances électorales de 2020, quel est l’état des lieux dans votre région?

 

Je n’interviendrai que sur la situation du département d’Alépé, puisque je n’ai pas les données des autres départements de la région de la ME. Au niveau d’Alépé, la situation n’a pas évolué par rapport à ce que nous connaissons. Le Pdci-Rda est le deuxième parti politique de notre département après le Front Populaire Ivoirien (Fpi). Nous avons gagné toutes les élections à Alépé. Malheureusement, le maire Pdci Abbé Martial, est décédé et l’élection de son remplaçant a été faite récemment. Malheureusement, il y a eu tellement d’incompréhensions au sein du Pdci. Un délégué départemental a refusé de retirer sa candidature au profit de la personne qui faisait l’unanimité au niveau des responsables politiques du parti. Nous avons souhaité une continuité qui n’a pas été suivie. Et comme il ya des prédateurs prêts à bondir, ils ont acheté 16 conseillers sur 28 à coût de millions et nous avons malheureusement perdu les élections partielles. Le département d’Alépé compte aujourd’hui (4) quatre délégations. Je suis le délégué d’Alépé 2 qui regroupe tous les villages de la sous-préfecture de Danguira. Malheureusement, ma délégation fait partie des trois délégations de la zone Sud qui n’ont pas encore déposé tous leurs documents. Cela est dû au fait que certains villages avaient posé de faux problèmes. Mais les choses sont rentrées dans l’ordre. Donc le 14 août prochain, tous les documents seront déposés auprès du secrétaire exécutif chargé des sections et des délégations départementales et communales. Mais croyez-moi, nous serons à l’aise pendant les élections de 2020 avec la plate forme que le président Bédié est en train de mettre en place avec les autres partis politique . Et nous gagnerons sans problème les élections dans le département d’Alépé voire dans toute la région malgré la présence du Rhdp. Ce sera tant pis pour ceux des nôtres qui sont partis au Rhdp et qui disent qu’ils ne regrettent pas. Nous également, ne regrettons pas d’être restés au Pdci-Rda. Car nous sommes persuadés que ceux qui sont partis, reviendront avant ou après les élections.

 

Croyez- vous encore aux chances du Pdci-Rda avec le départ de bon nombre de cadres au Rhdp ?

 

Nous sommes vers la fin de l’année 2019 et je ne ferai pas la campagne maintenant. Le moment venu, nous parlerons de tous les cadres de la région d’Alépé. Mais ne vous en faites pas, nous savons ce qui se passe sur le terrain malgré tout le tapage qui est officiellement servi aux Ivoiriens.

 

Mais on parle de plus en plus d’une percée au profit du Rhdp unifié du ministre Séka Séka Joseph dans votre région?

 

Le ministre Séka Séka Joseph a peut être percé chez lui à Yakassé- Attobrou, mais pas à Alépé. Parce que nous savons comment il organise les manifestations de son mouvement ‘’Rhdp notre héritage’’ dans le département. Les militants du Rhdp ont été transportés dans six (6) cars depuis Abidjan lors de l’installation de ce mouvement à Alépé pour constituer la foule. Donc on n’appelle pas cela une percée.

 

En tant que parlementaire, quel commentaire faites-vous de la réforme de la CEI?

 

Cette réforme arrachée au forceps n’est pas faite pour apaiser le climat politique. Parce que dans tous les cas, ils sont majoritaires dans toutes les CEI (NDLR: Centrale, départementale, sous préfectorale).Mais comme le ministre de l’Intérieur le disait pendant son passage devant la commission des affaires générales et institutionnelles, ce n’est pas la CEI qui gagne les élections. Je crois qu’il a raison. Parce que vous pouvez avoir la présidence de la Cei et être battu dans un département ou une sous préfecture. Donc, il appartiendra aux militants des autres partis politiques de l’opposition de mettre des stratégies en place de sorte que les résultats qui sortent d’un bureau de vote soient ceux-là qui soient proclamés par la CEI départementale ou sous préfectorale. Dans tous les cas, nous ne sommes pas encore en 2020 et personne ne sait ce qui va se passer d’ici là par rapport à cette CEI qui n’a pas changé. Il ya toujours un déséquilibre. Mais nos responsables travaillent à cela. Parce qu’une loi votée aujourd’hui peut changer demain puisqu’à l’occasion de son interview lors du 59ème anniversaire de la Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara a annoncé qu’il va modifier la constitution. S’il peut modifier après trois ans la constitution, donc la CEI peut aussi être modifiée avant les élections.

 

Comment avez-vous donc accueilli la nouvelle du chef de l’Etat de modifier la constitution à un an de la présidentielle ?

 

Je ne sais vraiment pas ce qu’il veut en faire. Mais il a dit que ce n’est pas pour écarter des candidats. Donc attendons de voir.

 

Une candidature du président Bédié en 2020, vous y croyez ?

 

Je suis délégué départemental Pdci-Rda, le représentant du président Bédié dans la délégation d’Alépé 2. Par conséquent, je suis les directives qu’il donne pour aller sur le terrain. Par rapport à la candidature du président du parti à la présidentielle, lui-même a dit dans une interview que c’est le Pdci-Rda qui choisira son candidat à la convention. Si la convention du Pdci-Rda désigne le président Bédié, je ferai sa campagne sans état d’âme.

 

Comment jugez-vous la rencontre entre les présidents Bédié et Gbagbo récemment en Belgique ? N’est-ce pas la concrétisation de la plate forme ?

 

La plate forme était déjà en préparation. Le président Gbagbo avait auparavant envoyé le ministre Assoa Adou échanger avec le président Bédié à Daoukro. Si les deux hommes se sont rencontrés par la suite, c’est que les choses vont dans le bon sens du rassemblement des partis politiques. C’est une plate forme pour gagner les élections en 2020. Celle-ci, comme le dit le président Bédié, va véritablement réconcilier les Ivoiriens pour que nous allions à une paix durable et donc à un développement durable.

 

Avez-vous peur des élections de 2020 ?

 

Tel que les choses se passent aujourd’hui, il n’ya pas à avoir peur. Il faut simplement prendre des précautions pour que les gens ne trichent pas avant les élections. Déjà, il ya des rumeurs de tricherie par rapport aux cartes d’identité. Concernant le découpage, le président de la république en même temps président du Rhdp dit qu’ils sont majoritaires au niveau des maires, des députés, et des conseillers régionaux. Pour moi, ce sont des majorités acquises ‘‘frauduleusement’’. Surtout en ce qui concerne les mairies. Puisqu’avant d’aller aux élections, ils avaient déjà trente (30) mairies, donc c’est une majorité fictive. On peut faire un découpage aujourd’hui et le refaire dans une semaine. En 1998, le président Henri Konan Bédié a fait un découpage en vue des élections de 2000. En 2000, quand le président Gbagbo a gagné les élections, il a refait le découpage avant les législatives. Cela signifie que si en 2020 le Pdci-Rda gagne les élections, un autre découpage peut se faire avant les législatives et personne ne nous empêchera.

 

Le président Alassane Ouattara dit qu’en huit ans, il a doublé les infrastructures en Côte d’Ivoire et à apporter un mieux-être aux Ivoiriens. Cela se récent-il dans le département d’Alépé ? Entendez-vous le saisir en cas de besoin comme il le souhaite ?

 

Personne n’est venu de la planète Mars. Depuis 2011, nous sommes des Ivoiriens et nous voyons ce qui se passe. Le Rhdp-Rdr est le premier parti politique avec le premier président en Côte d‘Ivoire qui fait du rattrapage. C’est le premier gouvernement sous lequel la majorité des Pme tenues par des Ivoiriens sont en faillite ? Ce sont les sociétés étrangères qui ont le vent en poupe aujourd’hui en Côte d’Ivoire. Et les Ivoiriens sont tous au courant. Si un Ivoirien n’écrit pas au président de la république, c’est qu’il n’y a pas de programmation. Le développement se fait donc à la tête du client et Alépé en est victime. J’ai appris lors d’un séjour en France que des cadres de mon village avancent que le gouvernement refuse de faire nos routes à cause moi puisque je ne suis pas du même bord politique. Cette information a été confirmée lors d’une réunion publique la semaine dernière par un autre cadre. C’est une politique ignoble pour les populations. Moi je ne ferai pas cela. A cause d’une personne ou un groupe de personnes, priver toute une sous-préfecture de route ? Prenez la route de Memni à Kossangui jusqu’à Kodjoussou et vous verrez la réalité. La route d’Adzopé à Alépé, malgré une promesse, n’a jamais été réalisée. Nous n’allons pas écrire pour cela. Si chaque ivoirien doit écrire au président de la république, quelle est alors la place des maires et des présidents des conseils régionaux ?

 

Pensez-vous que le Pdci-Rda a les moyens matériels et humains pour gagner les élections en 2020 avec ou sans allié ?

 

Oui, nous avons les hommes car nous ne pouvons pas les compter, ceux qui peuvent diriger ce pays. Pour les moyens financiers, la réponse revient à la direction du parti. Mais quand la population électorale est bien informée d’une situation, vous pouvez gagner avec ou sans moyen une élection. En témoignent les législatives à Alépé. Il faut travailler sur le terrain bien avant les élections. Cela fait 20 ans que nous ne sommes plus au pouvoir. Mais en 2010, le président Bédié aurait été dans la course pour le deuxième tour si on ne lui avait pas volé six cent mille (600000) voix.

 

Croyez- vous à un éventuel rapprochement entre les présidents Bédié et Ouattara ?

En France en ce moment, dans une interview, le président Bédié a fait savoir qu’il reste le chef de famille des Ouattara, mais politiquement, ils n’ont plus rien à avoir ensemble.

 

IN L'HERITAGE

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut