En Tunisie, un code électoral "taillé sur mesure pour éliminer certains candidats"    Journée mondiale des réfugiés : "Quand je joue au foot, je me sens grand"    Bénin : mesures coercitives à l'encontre de l'ancien président Thomas Boni Yayi    Soudan : la procureure de la CPI demande qu’Omar el-Béchir soit maintenant remis à La Haye    Premières inculpations pour le massacre de Garissa en 2015 au Kenya    À cinq mois de la présidentielle, la Tunisie durcit le code électoral    L'analyse de notre correspondante à Bamako    Des dizaines de morts dans de nouvelles attaques dans le centre du Mali    L'économie, enjeu du scrutin présidentiel mauritanien    Au Soudan, les lutteurs de retour sur le ring malgré les violences    L'ONU demande une enquête indépendante sur la mort de Mohamed Morsi    Bénin : retour au calme à Tchaourou    L'ex-président égyptien Mohamed Morsi meurt après un malaise au tribunal    Un attentat attribué à Boko Haram fait plusieurs dizaines de morts au Nigeria    Présidentielle en Mauritanie : les Haratines, descendants d'esclaves toujours discriminés

MFA/ Les chefs, les populations et les partis politiques de la sous-préfecture de Taoudi apportent leur soutien à Siaka Ouattara

Une vue des personnes présentes à la rencontre au domicile de M. Kouamé Kouma Déhi Une vue des personnes présentes à la rencontre au domicile de M. Kouamé Kouma Déhi

Après son passage à la télévision le mardi 21 mai 2019 pour donner sa vision du service Civique et expliquer les raisons profondes de la création d’un tel ministère par le président de la république Alassane Ouattara, le secrétaire d’Etat chargé du service Civique, Siaka Ouattara a été l’objet de lynchage médiatique. Ces adversaires politiques, notamment au sein de sa formation politique le Mouvement des Forces d’Avenir (MFA) dont il est le président, ont profité de cette occasion pour tirer à boulets rouges sur lui. Ils sont allés jusqu’à demander sa révocation de présidence du Mfa, désormais membre du Rassemblement des Houphouétiste pour la Démocratie et la Paix (Rhdp). Face à cette situation que les populations de la sous-préfecture de Taoudi jugent grave et inacceptable, elles se sont levées comme un seul homme pour apporter leur soutien indéfectible à leur fils, frère et ami qui fait désormais la fierté de leur localité. Ainsi, le vendredi 24 mai dernier, des autorités coutumières, des responsables de jeunes, de femmes, des militants du Pdci-Rda, du Rdr, du Fpi, et bien entendu du Mfa venus des villages de Sadiahui, Lènagaré, Kiramissè , Landaye et Sakpatrou se sont retrouvés à Taoudi au domicile de M. Kouamé Kouma Déhi pour manifester leur soutien et leur attachement au ministre Siaka Ouattara. Après avoir analysé la situation, elles ont trouvé injuste que le président du Mfa soit l’objet de telles attaques surtout de la part de certains cadres du Gontougo. Ils ont conclu que l’objectif est de déstabiliser celui qui va désormais contribuer activement au développement de leur sous-préfecture. Alors c’est sans distinction de parti politique et d’appartenance religieuse qu’ils sont venus apporter leur soutien au ministre Siaka Ouattara, a déclaré Atta Etienne, membre fondateur du Mfa dans la sous-préfecture de Taoudi. Yoboua Kouakou Yiame, premier président du Mfa dans cette sous-préfecture, malgré quelques griefs, a demandé que tout le monde soit soudé derrière le ministre Siaka Ouattara pour le bonheur de tous dans la sous-préfecture de Taoudi. Les jeunes et les femmes ont souhaité que le président de la république Alassane Ouattara reste sourd aux chants de sirène qui non seulement visent à déstabiliser le Mfa, mais aussi à créer d’autres problèmes au sein du Rhdp. Après avoir demandé au ministre Siaka Ouattara de tenir bon, ils ont dit merci au président de la république Alassane Ouattara pour la confiance placée en leur fils qu’il a nommé dans son gouvernement. ‘’ Siaka Ouattara est un espoir pour la région. Il est sociable et comprend les préoccupations des populations. S’il tombe, le Mfa, pour ne pas dire le Rhdp, sera en grande difficulté dans notre région’’, a averti le chef de village de Kiramissè, Nanan Boiki Kouadio qui avait à ses côtés, le président des jeunes, Assaré Touahiri.

E.A

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut