En Tunisie, un code électoral "taillé sur mesure pour éliminer certains candidats"    Journée mondiale des réfugiés : "Quand je joue au foot, je me sens grand"    Bénin : mesures coercitives à l'encontre de l'ancien président Thomas Boni Yayi    Soudan : la procureure de la CPI demande qu’Omar el-Béchir soit maintenant remis à La Haye    Premières inculpations pour le massacre de Garissa en 2015 au Kenya    À cinq mois de la présidentielle, la Tunisie durcit le code électoral    L'analyse de notre correspondante à Bamako    Des dizaines de morts dans de nouvelles attaques dans le centre du Mali    L'économie, enjeu du scrutin présidentiel mauritanien    Au Soudan, les lutteurs de retour sur le ring malgré les violences    L'ONU demande une enquête indépendante sur la mort de Mohamed Morsi    Bénin : retour au calme à Tchaourou    L'ex-président égyptien Mohamed Morsi meurt après un malaise au tribunal    Un attentat attribué à Boko Haram fait plusieurs dizaines de morts au Nigeria    Présidentielle en Mauritanie : les Haratines, descendants d'esclaves toujours discriminés

Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara va surprendre en 2020.

Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara va surprendre en 2020.

Disposé à renoncer à un troisième mandat, le chef de l’Etat pourrait rebondir dans le business. Voici où, et comment. Après avoir mûri sa décision, Alassane Ouattara entend pousser son poulain, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, à la présidentielle de 2020, au détriment de sa propre candidature ( LC n°799). Le chef du gouvernement bénéficie déjà de la mobilisation de l’appareil politique que représente le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Comme révélé par La Lettre du Continent, une dream team s’organise actuellement pour gérer l’ensemble de la communication du futur représentant du parti majoritaire. Intérêts qataris. Ce retrait au profit de son bras droit historique permet d’ores et déjà au président ivoirien de préparer son avenir et sa reconversion, tandis qu’ont lieu des travaux d’extension de sa villa de Mougins, dans le sud de la France. L’ancien directeur Afrique du Fonds monétaire international (FMI), 78 ans l’année prochaine, n’entend pas réactiver sa fondation l’Institut pour l’Afrique (IA), basée à Libreville et longtemps pilotée par Amadou Gon Coulibaly et le Français Philippe Serey-Eiffel. Selon nos sources, il s’intéresse plutôt au fonds stratégique d’investissement dédié à l’Afrique que le Qatar entend créer, et dont il souhaiterait prendre la gestion. Bras armé de l’émirat sur le continent, ce fonds doté de 2 milliards € a vocation à multiplier les acquisitions et les investissements dans les secteurs stratégiques (infrastructures, santé…) au sud du Sahara. Initialement, le Qatar envisageait d’attribuer la présidence de ce fonds à Karim Wade. En exil à Doha depuis 2015, le fils de l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade y possède de solides connexions. Amitiés. Toutefois, Alassane Ouattara entend mettre à profit son amitié avec Nicolas Sarkozy pour emporter l’adhésion du royaume. Depuis plusieurs mois, l’ancien chef de l’Etat français appuie Doha dans sa politique d’expansion en Afrique ( LC n°780, LC n°794), en particulier via Accor, dont il est administrateur – l’émirat est aujourd’hui le premier actionnaire du groupe hôtelier à travers le fonds souverain Qatar Investment Authority (QIA). Le siège du nouveau fonds qatari pourrait d’ailleurs être localisé dans la capitale économique ivoirienne, Abidjan. Parallèlement, Alassane Ouattara envisage de se lancer dans la rédaction de ses mémoires.

LA LETTRE DU CONTINENT N°801 DU MERCREDI 29 MAI 2019

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut