En Libye, la crise des liquidités pousse les migrants africains à rentrer au pays    Libye : un semblant de paix à Tripoli    Procès Gbagbo : l’avenir de l’ancien président toujours en suspens à La Haye    Henri Konan Bédié confirme sa rupture avec Alassane Ouattara    Biya lève les poursuites contre 289 détenus de la crise du Cameroun anglophone    En Algérie, les murmures du palais sur un report de la présidentielle    RD Congo : des milliers de machine à voter incendiées, la piste criminelle privilégiée    France 24 en Libye : des réfugiés en situation d'urgence humanitaire évacués vers le Niger    Répression meurtrière au Togo à la suite de manifestations de l'opposition    Remise du Nobel de la paix : le Congolais Denis Mukwege déclare "la guerre à l'indifférence"    Une application "anti-gaspi" 100 % togolaise    RD Congo : Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023    Togo : l'opposition dénonce la répression lors des nouvelles manifestations    Algérie : béatification des moines de Tibéhirine et de 12 autres religieux

Interview/ Dr Yapi Kouadio Isidore, délégué départemental Pdci d’Alépé 1/ « Les militants du Rhdp unifié ne savent plus où ils vont »

Interview/ Dr Yapi Kouadio Isidore, délégué départemental Pdci d’Alépé 1/ « Les militants du  Rhdp unifié ne savent plus où ils vont »

Député de la circonscription d’Alépé, Dr Yapi Kouadio Isidore est le délégué départemental Pdci-Rda d’Alépé 1. Au regard de l’actualité politique, il a décidé de dire sa part de vérité sur l’interview exclusive du président Bédié, la signature de pétitions par certains cadres de son parti, l’empoisonnement du général Ouassénan Koné…

Sur la liste des personnalités qui ont souhaité un rapprochement entre le Pdci et le Rhdp unifié à travers une pétition figure le maire Pdci d’Alépé dont vous avez été le directeur de campagne. Quel commentaire ?

Nous avons tous vu dans les journaux que des cadres du Pdci ont signé une pétition pour qu’il n’y ait pas de rupture entre le Pdci et le RHDP unifié ; donc entre les présidents Bédié et Alassane Ouattara. A mon avis, ce n’est pas une liste très importante qui peut déstabiliser le Pdci-Rda puisque tous ceux qui sont partis depuis figurent là-dessus. Effectivement, j’ai vu comme tout le monde le nom du maire Pdci d’Alépé qui vient d’être élu lors des élections du 13 octobre dernier. J’ai été son directeur de campagne par la force des choses à deux semaines des élections puisque lui-même n’a pas pu en trouver un. Il sait comment nous avons fait la campagne avec les mots d’ordre et les promesses de campagne. Signer cette pétition est comme une sorte de trahison de la population. Moi j’ai fait la campagne de façon sincère. Ce que j’ai dit aux populations reste aujourd’hui le même.

Est-ce que la population électrice est d’accord avec le maire ?

J’apprécierai cette situation lorsque je me rendrai sur le terrain. Mais j’ai des échos. A Alépé ville, les populations et les militants du Pdci-Rda ont approché le Sg de section pour dire clairement qu’elles ont été trompées. C’est un problème déjà à Alépé et je suis persuadé que c’est la même chose partout.

Allez-vous chercher à le rencontrer pour comprendre ses motivations ?

Nous allons nous rencontrer puisque nous travaillons ensemble depuis. C’est cette pétition qui vient tout compliquer. Je reste pantois parce que je n’y ai jamais pensé. Nous allons discuter et j’espère qu’à son niveau, cette affaire n’ira pas loin. Je suis certain qu’il a été poussé pour agir ainsi. C’est un responsable, il a pris ses responsabilités et je n’aurais pas de directive à lui donner.

Comment jugez-vous la pétition ? Pensez-vous que c’est la bonne méthode pour rapprocher les deux présidents et pourquoi ce sont seulement les cadres du Pdci qui sont au-devant des choses ?

La pétition a été faite pour divertir et endormir le Pdci-Rda. Alors qu’ils signent une pétition pour soit dit refuser la rupture entre le Pdci et le Rhdp unifié, dans le même temps, ils préparent un congrès du Rhdp unifié. Il aurait fallu qu’ils aillent jusqu’au bout de ce qu’ils veulent faire puisqu’ils ne viennent que de commencer par la pétition. On apprend dans tous les journaux que le Rhdp va faire un congrès le 28 janvier prochain avec les attributions.

Ce n’est pas montrer à la face du monde que le président Bédié est en train d’être isolé et que l’immense majorité des militants s’apprêtent à aller à ce congrès ?

Il y a déjà trois listes qui sont sorties. Mais quand vous associez ces trois listes, ils n’atteignent pas mille (1000) personnes. Ce n’est pas avec 1000 personnes qu’on peut isoler le président Bédié. Le président Bédié n’est pas isolé. C’est une fausse communication pour donner de faux signaux à l’international. Nous sommes très nombreux au niveau du parti qui le soutenons. Je ne suis pas sûr que les militants de base, la majorité soit d’accord avec ce qui se passe.

Mais déjà il y a des protestations de personnes sur cette liste qui s’en plaignent ?

Les gens disent qu’ils ne sont pas concernés. Il y a deux choses. Soit effectivement je ne suis pas concerné donc je me plains honnêtement et ouvertement, soit je suis concerné et je n’ai pas pensé qu’on pouvait publier les noms dans un journal. A partir de ce moment, je peux me rétracter et jouer à un jeu pour couvrir ce que je fais. Donc il m’est difficile de donner une appréciation par rapport aux noms qui sont sur les listes.

Donc vous n’avez pas été contacté ?

Ils me connaissent bien et ils savent ce que je fais dans la région. Alors ils n’auront jamais le courage de me contacter.

Et si votre nom figurait sur cette liste ?

Je gâte tout. D’ailleurs mon nom ne peut même pas figurer sur cette liste.

Qu’est-ce qui va se passer le 26 janvier 2019 exactement lors de ce congrès ?

Je ne sais pas. C’est aux militants du Pdci qui sont au Rhdp unifié qu’il faut poser cette question. Pour moi, les choses sont claires. C’est impossible pour moi d’avoir un pied au Pdci et un autre dans un autre parti. Si je veux partir, j’écris au président Bédié que je ne suis plus militant du Pdci Rda pour telle ou telle raison. Je ne le laisserai pas dans une situation ambiguë. Une assemblée constitutive, un congrès constitutif, ce n’est qu’un jeu de mot. Je crois que les militants du Rhdp unifié ne savent plus où ils vont. J’ai déjà dit que le Rhdp est en train de plonger. Il plonge et ils le voient eux- mêmes. C’est une coquille vide, c’est pourquoi ils se cramponnent au Pdci-Rda. Pour moi, les dés sont jetés, il faut que chacun fasse sa route.

Ne craignez-vous pas le groupe parlementaire Rhdp qui s’annonce ?

A l’heure où nous parlons, la plupart des députés Pdci sont dans le groupe parlementaire Pdci. Attendons de voir. Certainement que c’est après le congrès que le Rhdp unifié va former son groupe parlementaire. Mais, je voudrais dire à mes collègues du groupe parlementaire Pdci que c’est à eux seuls de choisir leur camp. Soit ils restent au Pdci, soit ils s’en vont. Mais tout ce que nous faisons aujourd’hui aura un impact certain sur les élections à venir. À savoir la présidentielle, les législatives, les municipales et régionales 2020. Parce qu’il y en a qui vont partir du Pdci-Rda et qui auront la chance de gagner encore. Mais il y en a qui ne gagneront plus les législatives chez eux.

Le Pdci Rda part en tournée d’explication sur le terrain, quel sera l’impact de cette rencontre?

Il s’agira d’aller à la base et donner des informations sûres sur la situation socio politique. Comment le Pdci se prépare pour aller aux élections en 2020 et qu’est-ce que les militants à la base doivent faire pour maintenir la flamme du militantisme, de la conviction jusqu’en 2020 pour que nous puissions gagner ensemble ces élections. Dans la région de la Mé, c'est le ministre Jean Louis Billon qui est l’envoyé de la direction. Il arrive à Alépé ce mercredi après Adzopé le dimanche. Un mot sur la réforme de la CEI annoncée en 2020 par le ministre Amon Tanoh ? Avant les élections locales, tout le monde réclamait la réforme de la CEI et le président de la république l’avait promis. Mais malheureusement, il ne l’a pas fait. Réformer la CEI en 2020 ? Quel temps laisse-t-on aux nouveaux membres qui arrivent de se familiariser à la chose pour qu’on puisse aller à l’élection en 2020 ? Si jusqu’au 30 juin 2019, la CEI n’est pas réformée, il vaudrait mieux que nous n’allions pas à l’élection présidentielle. Parce qu’en face, ils feront la même chose qu’aux élections locales. Il faut les emmener à réformer la CEI au plus tard en juin 2019 pour qu’elle fonctionne de sorte que les nouveaux membres se familiarisent à la chose électorale. Nous ne devons pas nous laisser piéger par ces réformes annoncées en 2020.

Et si le président choisit un proche du pouvoir actuel?

Je pense que cette réforme ne se fera pas dans le vide. Tout le monde, les partis politiques et la société civile devraient s’asseoir pour travailler dans ce sens en tenant compte du passé.

La reprise des élections à Grand-Bassam peut être considérée comme une victoire de votre parti ?

Nous avons gagné les élections à Grand Bassam. Le parti unifié a tellement fait du bruit sur cette victoire que certainement nos juges ont jugé bon de couper la poire en deux en faisant reprendre les élections et voir si les résultats sortis des urnes seront les mêmes.

Que savez-vous de l’empoisonnement du général Ouassénan et les soins reçus à Paris ? Pourquoi cette réaction dans des journaux pro-Rdr ?

Quand un responsable comme le général Ouassénan dit qu’il a été empoisonné, comment dire le contraire. Avant même qu’il le dise, les bruits ont couru dans ce pays que c’est un empoissonnement. S’il le confirme, c’est qu’il a été effectivement empoisonné. Maintenant si les gens se plaignent du fait qu’il le dise, c’est qu’ils en savent oui ou non quelque chose? Je ne peux pas comprendre pourquoi des gens disent que le général Ouassénan a dit des choses qui ne sont pas vraies. Il faut que les gens arrêtent de dire des choses qui ne font pas avancer. Une situation comme celle-là ne doit pas faire débat. Le concerné explique lui-même comment il a été empoisonné et les conditions dans lesquelles il est arrivé à Paris. C’est un fait grave. Le débat qui vaille, c’est qui a empoisonné le général Ouassénan Koné ? Toute la société ivoirienne doit chercher à savoir qui est le criminel ? Qui a intérêt à l’assassiner ? C’est politique ou économique ? Voilà les questions auxquelles nous devons chercher à trouver une réponse et rien d’autre. Si ces réponses ne sont pas trouvées, nous devons donc tous avoir peur.

IN L'HERITAGE

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut