En Libye, la crise des liquidités pousse les migrants africains à rentrer au pays    Libye : un semblant de paix à Tripoli    Procès Gbagbo : l’avenir de l’ancien président toujours en suspens à La Haye    Henri Konan Bédié confirme sa rupture avec Alassane Ouattara    Biya lève les poursuites contre 289 détenus de la crise du Cameroun anglophone    En Algérie, les murmures du palais sur un report de la présidentielle    RD Congo : des milliers de machine à voter incendiées, la piste criminelle privilégiée    France 24 en Libye : des réfugiés en situation d'urgence humanitaire évacués vers le Niger    Répression meurtrière au Togo à la suite de manifestations de l'opposition    Remise du Nobel de la paix : le Congolais Denis Mukwege déclare "la guerre à l'indifférence"    Une application "anti-gaspi" 100 % togolaise    RD Congo : Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023    Togo : l'opposition dénonce la répression lors des nouvelles manifestations    Algérie : béatification des moines de Tibéhirine et de 12 autres religieux

Municipales 2018 / Reprise des élections à Grand Bassam : Oh Honte pour le roi Amon Tanoé Désiré

Le roi des N’Zima, Nanan Amon Tanoé Désiré, désavoué par la cour suprême Le roi des N’Zima, Nanan Amon Tanoé Désiré, désavoué par la cour suprême

La cour suprême vient de vider définitivement le contentieux électoral issu du scrutin du 13 octobre dernier. Tous les regards étaient tournés vers la commune de Grand Bassam où le roi des N’zima s’était immiscé dans les résultats du scrutin. Les populations, elles, s’étaient dressées contre ces résultats proclamés par la commission électorale indépendante (CEI) et exigeaient que le maire sortant qui, pour elles, avaient remporté les élections face au candidat du Rhdp-Unifié Jean Louis Moulot soit rétabli dans ses droits. C’est dans cette atmosphère surchauffée que le roi des N’Zima, Amon Tanoé Désiré fait une sortie maladroite pour brocarder le maire Sortant Philippe Ezaley et prend position pour le candidat du Rhdp unifié. La suite, tout le monde la connait bien. Des échauffourées qui ont conduit à la non- tenue normalement de l’Abissa 2018. Le vendredi 30 novembre comme prévu, la cour suprême a dit le droit et les élections seront reprises dans la commune balnéaire de Grand Bassam. Un grand désaveu pour le roi des N’zima qui n’aura que ses larmes pour pleurer. Il devrait regretter amèrement son partie pris pour l’un des fils d’une même royauté. Ne dit-on pas qu’un chef est le chef de tout le monde ? Maintenant que les élections seront reprises dans sa royauté, sera-t-il le directeur de campagne du candidat du Rhdp- unifié, Jean Louis Moulot ? Certainement que oui, vu son attachement à ce groupement politique malgré son rang de roi. Outre la ville de grand Bassam, dans sa délibération du vendredi 30 novembre 2018, la Chambre administrative de la Cour suprême a décidé de la reprise du scrutin dans trois (3) autres localités notamment, Bingerville, Rubino et Booko (dans la région du Bafing). Déjà vendredi dernier, la Chambre administrative de la Cour suprême avait tranché en faveur de la reprise des élections dans les circonscriptions de Port-Bouët, Lakota, le Lôh-Djiboua et le Guémon. Le scrutin sera repris dans ces différentes localités dans un délai de 3 mois, indique la Chambre administrative de la Cour suprême. Ce sont 102 plaintes dont a été saisie la Chambre administrative de la Cour suprême à l’issue des municipales et régionales couplées du 13 octobre. En définitive, trois des 12 recours du PDCI-RDA ont prospéré ; Un seul sur les 22 recours exercés contre le PDCI-RDA a prospéré ; Au total, la Cour a annulé le scrutin dans huit circonscriptions. 05 victoires du RHDP ont été annulées, 01 victoire du PDCI-RDA a été annulée.

IN L'HERITAGE

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut