Les voisins de la RD Congo divisés par l’élection de Félix Tshisekedi    En RD Congo, l'Église catholique "craint que le système ne perdure avec le nouveau président"    Manifestations au Zimbabwe : le président Mnangagwa rentre à Harare    Heurts entre partisans de Martin Fayulu et Félix Tshisekedi à Kinshasa    Beth Koigi, la Kényane qui transforme l’air en eau potable    Attaque au Mali : "Aqmi conserve des capacités logistiques non négligeables"    Élections en RD Congo : l'Union africaine reporte sa mission à Kinshasa    Une base de l’ONU attaquée dans le nord du Mali    Israël renoue ses relations diplomatiques avec le Tchad    Le groupe jihadiste Aqmi revendique l'attaque d'une base de l’ONU au Mali    Visite historique de Benyamin Netanyahou au Tchad    Félix Tshisekedi proclamé président de la RD Congo par la Cour constitutionnelle    Des frappes américaines tuent plusieurs dizaines d'islamistes shebabs en Somalie    Au Burkina Faso, le gouvernement Thiéba a démissionné    À Goma, la population vit dans l'attente des résultats de la présidentielle

Remaniement ministériel de novembre 2018/ Voici les ministres que Ouattara veut limoger

Remaniement ministériel de novembre 2018/ Voici les ministres que Ouattara veut limoger

Alassane Ouattara, le chef de l’Etat ivoirien est déterminé à en découdre avec son ancien allié, le Pdci-Rda. Il entend désormais mettre fin aux fonctions de tous ses ministres qui continuent de collaborer avec le président Bédié. C’est du moins l’objectif du remaniement ministériel qu’il a annoncé pour le mois de novembre prochain. Ceux qui avaient donc pensé à un gouvernement de large ouverture qui devrait enregistrer le retour du Fpi doivent donc se raviser. Ainsi, plusieurs ministres qu’il soupçonne encore de fidélité et de loyauté au président Bédié vont payer le prix de leur attachement au Sphinx de Daoukro. Selon des sources proches du palais présidentiel ivoirien, le tout premier ministre visé par le futur remaniement du chef de l’Etat serait l’actuel ministre en charge du pétrole, de l’énergie et des énergies Renouvelables, Thierry Tanoh. Haut cadre brillant et compétent, et de surcroit grand bosseur, Thierry Tanoh n’a jamais caché son admiration pour le président Bédié. Il a toujours considéré le Sphinx de Daoukro comme son père spirituel. Mais cela ne plait pas à Alassane Ouattara qui a décidé dès lors de lui régler ses comptes. Ainsi, celui qui a dirigé avec brio l’institution bancaire Ecobank et qui a même gagné un procès historique contre cette même banque est désormais sur la liste rouge du locataire du palais présidentiel ivoirien. Pourtant, de son poste de Secrétaire général Adjoint de la présidence, à celui de ministre en charge du pétrole, de l’énergie et des Energies Renouvelables, Thierry Tanoh a donné la preuve qu’il est un technocrate chevronné qui maitrise parfaitement son domaine. Mais cela semble insuffisant pour convaincre Alassane Ouattara de le garder au prochain remaniement. Thierry Tanoh va donc payer le prix de sa fidélité, de sa loyauté et de son attachement au président Bédié. L’autre ministre visé par Ouattara est sans doute le jeune Alain Richard Donwahi. Ci-devant ministre des eaux et forêts. Fils du mythique et légendaire Charles Bauza Donwahi (dont nous ne cesserons jamais de saluer la mémoire) ancien compagnon de Félix Houphouët-Boigny, Alain Donwahi s’est retrouvé dans le collimateur du chef de l’Etat depuis qu’il a déposé son dossier de candidature aux conseils régionaux au Pdci-Rda. Il lui est donc reproché sa trop grande liberté et indépendance vis-à-vis du grand chef. Or, Alain Richard Donwahi n’est pas n’importe quel ministre. Il est l’héritier d’une grande figure du Pdci-Rda qui a bâti son immense fortune par son courage et son intelligence. Alain Richard Donwahi est donc un ministre qui n’a pas ‘’faim’’ comme d’autres. Ce qui le rend totalement indépendant dans ses différentes prises de position. Cet ancien dirigeant sportif et ministre de la défense est donc un homme compétent, rigoureux et multidimensionnel. Dès sa prise de fonction, il a instauré la rigueur et la discipline dans le milieu des eaux et forêts. Courageux, opiniâtre et très volontaire, il a mis au pas les exploitants forestiers indélicats, éternels déstabilisateur de ce domaine. Alain Richard Donwahi est donc un ministre qui allie rigueur, engagement, intelligence et abnégation dans l’accomplissement de sa mission. Il est toujours au service de l’Etat. Mais tout comme Thierry Tanoh, Alassane Ouattara veut faire payer à ce jeune ministre courageux, sa fidélité et son attachement au Pdci-Rda et à son chef Henri Konan Bédié. L’autre ministre qui se trouve dans le collimateur du président Alassane Ouattara est celui des mines et de la Géologie, Jean Claude Kouassi. Le chef de l’Etat ivoirien n’a pas du tout apprécié son échec aux récentes élections des conseils régionaux. Pour le n°1 ivoirien, en faisant perdre la plus grande région du pays (Le Gbêkê) au Rhdp alors qu’il avait donné l’impression de maitriser le terrain, JCK a commis un crime de lèse-majesté. N’ayant donc pas pu prouver qu’il est dominateur au sein de cette importante région, JCK a perdu la confiance du chef de l’Etat ivoirien. C’est pourquoi, selon des sources crédibles, Alassane Ouattara a décidé de s’en séparer lors du futur remaniement. En plus du ministre Jean Claude Kouassi, le chef de l’Etat ne serait pas du tout content du ministre de la communication et des médias, porte-parole du gouvernement, Sidi Tiémoko Touré, qui lui aussi figurait sur la liste conduite par son collègue Jean Claude Kouassi. Pour le président Alassane Ouattara, il est inadmissible que deux ministres de la république en fonction se fassent laminer par le candidat du Pdci-Rda. En plus, dans sa ville d’origine à Béoumi, Sidi Touré n’a pu colmater les brèches pour faire triompher le candidat du RHDP aux élections municipales. Tout cela pourrait aussi coûter le poste de ce ministre qui fut des années durant le chef de cabinet du président Alassane Ouattara. En plus du ministre Sidi Touré, le chef de l’Etat ivoirien serait aussi très en colère contre son ministre du plan et du développement, Mme Kaba Nialé. Selon des témoignages provenant des partisans d’Alassane Ouattara, la ministre Kaba Nialé aurait suscité un candidat indépendant contre celui du Rhdp lors des Municipales à Bouna. D’autres sources avancent que des véhicules de fonction du ministère de Kaba Nialé auraient été aperçus à Bouna dans lesquels les occupants exprimaient clairement leur soutien au candidat indépendant face au jeune candidat RHDP Ouattara Ibrahima. S’il a pu finalement triomphé, cela est à mettre à l’actif des cadres de Bouna qui se sont mobilisés à cet effet. Les rapports de ces élections auraient atterri sur la table du chef de l’Etat qui aurait piqué une colère noire contre sa ministre du plan et du développement. Depuis lors, Kaba Nialé s’est retrouvée dans le collimateur du Chef de l’Etat qui entend lui faire payer son outrecuidance et son indiscipline même si cette dame bénéficie du soutien inconditionnel du ‘‘Lion de Korhogo’’. Autre ministre en rupture de ban avec le locataire du palais présidentiel ivoirien, le ministre Patrick Achi par ailleurs Secrétaire Général de la présidence. Alassane Ouattara n’aurait pas du tout apprécié son équilibrisme lors du dernier Bureau Politique du PDCI-Rda tenu à Daoukro où l’ex patron des infrastructures économiques a voté neutre. Depuis lors, Patrick Achi s’est lui aussi retrouvé dans le viseur du Chef de l’Etat. Et tout pourrait lui arriver au prochain remaniement ministériel. Dans ce même gouvernement annoncé pour le mois de novembre prochain, l’on pourrait enregistrer l’entrée de nouvelles personnalités. Nous y reviendrons !

IN L’HERITAGE

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut