Coup d'état au Soudan : le début d'un scénario "à l'égyptienne" ?    COUP D'ÉTAT AU SOUDAN : LE 1ER MINISTRE ET DES MEMBRES DU GOUVERNEMENT ARRÊTÉS    La transition démocratique enterrée ? Coup d'État de l'armée au Soudan, le gouvernement dissout    Contre le paludisme, un vaccin suscite l'espoir    Au Mali, le représentant de la Cédéao déclaré "persona non grata"    Siyabulela Mandela poursuit le combat de son grand-père pour les droits humains    Pollution massive du Lac Victoria : le plus grand lac d'Afrique se meurt    Burkina Faso : le procès de l'assassinat de Thomas Sankara reprend à Ouagadougou    Coup d'État au Soudan : le gouvernement de transition dissous, des manifestants tués par l'armée    Soudan : plusieurs dirigeants arrêtés, l’accès à Internet coupé    Conseil de sécurité de l'ONU au Mali : la junte veut des "assises nationales" avant les élections    En visite au Mali, la délégation de l'ONU appelle au retour à un pouvoir civil    Le meurtre d'Agnes Tirop, un "signal d'alarme" pour les femmes athlètes au Kenya    Au Mali, le Conseil de sécurité de l'ONU va plaider pour le retour d'un pouvoir civil

Politique

Le prophète Ange Josaphat/ L'homme qui avait annoncé la chute d’Alpha Condé

"On reconnaît un vrai prophète par la réalisation de sa prophétie" a dit la Sainte Bible. Cette vérité irréfragable se vérifie aujourd'hui, avec le prophète Ange Josaphat. Un homme de Dieu hors du commun, et puissamment utilisé par le Seigneur pour avertir l’humanité sur ce qui va se passer à l’avenir. Rarement, l’on a vu en ce 21ème siècle, un prophète assez précis dans ses prophéties.

Car en effet, jamais une prophétie annoncée par le prophète Ange Josaphat ne s’est avérée fausse. Lorsqu’il annonçait la chute de président Tchadien Idriss Deby Itno, personne n’avait parié sur l’accomplissement effectif de cette prophétie. Mais quelques mois seulement après, le monde entier a été informé de la mort tragique de ce président.

Mais bien avant, il avait aussi annoncé la chute du pouvoir du président Ibrahim Babakar Këïta du Mali. Et là aussi, d’aucuns avaient pensé à une plaisanterie de mauvais goût. Il a donc fallu l’insurrection populaire du peuple Malien, pour se convaincre réellement que le prophète Josaphat était dans le vrai.

Il en a été de même ailleurs pour d’autres prophéties annoncées sur la Turquie, l'Afghanistan, le Congo, les Usa, etc. Et récemment encore, il a annoncé la chute du président Alpha Condé du pouvoir. Et au lieu d’accorder de l’importance à sa prophétie et prier pour le chef de l’Etat Guinéen comme il l’avait suggéré, d’aucuns ont fait allusion à un prophète de malheur et minimisé la situation. La suite, on la connaît! Et pourtant, l’éminent prophète avait pris soin d’avertir les uns et les autres à plusieurs reprises.

"Je vois un chef d’Etat qui est en train d’être trahi par son proche. Ils sont en train de comploter contre lui pour l’évincer. Et je le vois partir du pouvoir..." avait-il prévenu. Mais curieusement, personne n’a pris au sérieux cet autre avertissement. Et ce qui devrait arriver arriva. Le professeur Alpha Condé lui- même fut le premier surpris de son éviction du pouvoir.

Aujourd'hui encore, le prophète Josaphat demande de toujours prier pour Alpha Condé. Mais personne n’y prend garde. Au total, tout comme les grands prophètes qui ont marqué l’histoire dans la Sainte Bible dont Élie, Moïse, Jérémie, Esaïe, Josué etc ...Ange Josaphat est en train de démontrer la puissance de la parole divine. Et la Côte d’Ivoire peut désormais se targuer d’avoir un véritable homme de Dieu de la trempe de Ange Josaphat. Nous y reviendrons.

In L’HERITAGE

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 8 SEPTEMBRE 2021

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 8 SEPTEMBRE 2021

 Le mercredi 08 septembre 11h00 à 12h30, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat.

 L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants :

A/-Mesures Générales - Projets de loi et d’ordonnances - Projets de décrets

B/-Mesures Individuelles

C/-Communications

D/-Divers

 A/– MESURES GENERALES PROJETS DE LOI ET D’ORDONNANCES

1-Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de la Défense; Le Conseil a adopté une ordonnance portant création d’une Académie Internationale de Lutte contre le Terrorisme ainsi que sa loi de ratification. Les actes terroristes, initialement localisés dans les pays sahéliens, s’étendent vers les pays du Golfe de Guinée et notamment en Côte d’Ivoire, comme en témoignent les attaques terroristes survenus à Grand-Bassam, en mars 2016 et à Kafolo en juin 2020 et mars 2021. Afin d’éradiquer cette menace, les gouvernements ivoirien et français ont signé le 21 décembre 2019, un accord portant sur la création d’une structure internationale à vocation régionale de lutte contre le terrorisme. Conformément aux clauses de cet accord, la présente ordonnance crée l’Académie Internationale de Lutte Contre le Terrorisme, en abrégé AILCT, dotée d’une personnalité morale et d’une autonomie financière. L’AILCT, dont les missions s’articulent autour de la formation à la lutte anti-terroriste dans de nombreux domaines, repose sur trois piliers, à savoir une Ecole de formation de cadres, un Centre d’entraînement pour les unités spécialisées et un Institut de recherche stratégique.

2- Au titre du Ministère des transports en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de la Défense, le Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat et le Ministère de l’Economie Numérique, des Télécommunications et de l’Innovation; Le Conseil a adopté une ordonnance portant règles applicables en matière de transport intelligent ainsi que sa loi de ratification.

Le Conseil des Ministres du 6 février 2019 a autorisé le déploiement, sur l’ensemble du territoire national, d’un système intelligent de gestion de la circulation routière dénommé « Système de Transport Intelligent ou STI » basé sur l’application des technologies de l'information et de la communication au domaine des transports, à des fins d'optimisation de l'utilisation des infrastructures de transport, d'amélioration de la mobilité, de la sécurité routière et de la sûreté. Cette ordonnance organise la mise en œuvre du STI. Elle définit, plus précisément, les règles applicables à la gestion électronique des infractions à la réglementation routière à travers la vidéo verbalisation, à la gestion automatisée du trafic et à l'information en temps réel des usagers.

3- Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances ; Le Conseil a adopté une ordonnance portant légalisation du régime fiscal et douanier de la convention de concession de la ligne 1 du Métro d’Abidjan ainsi que sa loi de ratification. L’Etat de Côte d’Ivoire a signé, le 21 décembre 2019, avec la Société de Transports Abidjanais par Rail (STAR), une convention relative à la construction et à l’exploitation de la Ligne1 du Métro d’Abidjan devant relier les communes d’Anyama et de Port-Bouët, sur un linéaire de 37,5 kilomètres. La présente ordonnance vise à faciliter la réalisation du projet qui permettra, outre le développement et la modernisation de l’infrastructure des transports à Abidjan, la création de 2000 emplois directs et de 3000 emplois indirects pendant la phase de construction et de 1000 emplois en phase d’exploitation. 4- Au titre du Ministère de l’Economie Numérique, des Télécommunications et de l’Innovation; Le Conseil a adopté un projet de loi modifiant les articles 17, 33, 58, 60, 62 et 66 de la loi n° 2013-451 du 19 juin 2013 relative à la lutte contre la cybercriminalité. Face à la montée des menaces dans le cyberespace, notamment les infractions spécifiques aux technologies de l’information et de la communication (TIC), les infractions relatives à la propriété intellectuelle et les agissements illicites sur les réseaux de communications électroniques, notre pays a mis en place un dispositif répressif en vue de garantir la confiance et la sécurité aux utilisateurs. Il apparait, toutefois, que ce dispositif s’avère peu dissuasif, compte tenu de la criminalité cybernétique qui persiste et devient multiforme. Aussi, ce projet de loi modificatif durcit la répression des actes de plus en plus nombreux de cybercriminalité à travers les nouveaux médias sociaux, en doublant le quantum des peines présentement encourues par les auteurs de ce type d’infractions. Les peines maximales d’emprisonnement, liées notamment aux atteintes à la dignité humaine, à l’honneur, à la propriété intellectuelle et à tous les autres agissements illicites au moyen des TIC passent du simple au double.

PROJETS DE DECRETS

1-Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, le Ministère du Commerce et de l’Industrie, le Ministère de la Promotion de l’Investissement et du Développement du Secteur Privé et le Ministère de l’Emploi et de la Protection Sociale ; Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt d’un montant total de cent soixante-cinq millions six cent mille (165 600 000) Euros, soit cent huit milliards six cent vingt-six millions quatre cent soixante-dix-neuf mille deux cents (108 626 479 200) Francs CFA composé d’une Tranche A n° 6935-CI de quarante et un millions quatre cent mille (41 400 000) Euros et d’une tranche B n°6936-CI d’un montant de cent vingt-quatre millions deux cent mille (124 200 000) Euros, conclu le 14 juillet 2021 entre l’Association Internationale de 5 Développement (AID) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Projet des Chaînes de Valeur Compétitives pour l’Emploi et la Transformation Economique (PCCET). Ce projet vise à améliorer la compétitivité des chaînes de valeur à travers des initiatives de renforcement de la compétitivité d’une part, et d’autre part à travers des initiatives d’appui aux mécanismes d’investissement pour les chaines de valeur compétitives par le financement des exploitants agricoles et des entreprises sous desservies en vue de répondre rapidement et efficacement en cas de crise ou d’urgence.

2- Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat et le Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie; Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt n° 6903-CI d’un montant total de cinquante-neuf millions sept cent mille (59 700 000) EUR, soit trente-neuf milliards cent soixante millions six cent trente-deux mille neuf cents (39 160 632 900) FCFA, conclu le 16 juillet 2021 entre l’Association Internationale de Développement (AID) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Projet régional d’accès à l’électricité et de stockage d’énergie par batteries de la CEDEAO. Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) relatif à l’expansion de la distribution de l’électricité en vue de permettre aux pays participants d’aboutir à un marché unifié de l’électricité. A cet effet, le projet vise à accroître l’accès au réseau électrique, à améliorer la stabilité du système électrique et à augmenter l’intégration des énergies renouvelables dans le Système d’échanges d’énergie électrique ouest[1]africain (EEEOA).

 3- Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de la Défense; 6 Le Conseil a adopté un décret portant organisation et fonctionnement de l’Académie Internationale de Lutte contre le Terrorisme, en abrégé AILCT. En application de l’ordonnance portant création de l’Académie Internationale de Lutte Contre le Terrorisme, en abrégé AILCT, ce décret fixe les attributions, la composition et le fonctionnement du Conseil d’Administration, de la Direction Générale ainsi que du Conseil Scientifique chargé de la conception des formations dispensées par l’AILCT. Il précise également les modalités relatives à la gestion financière et comptable de l’AILCT.

4- Au titre du Ministère des Eaux et Forêts en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat et le Ministère de l’Environnement et du Développement durable; Le Conseil a adopté un décret fixant le cadre général de la gestion des forêts classées du domaine forestier privé de l’Etat éligibles au régime de la concession. Face à la dégradation continue du couvert forestier national et dans le but de sa reconstitution, le Gouvernement a élaboré la Stratégie de Préservation, de Réhabilitation et d’Extension des Forêts dont l’un des objectifs est la reconstitution des zones forestières dégradées. A cet effet, la loi n°2019-675 du 23 juillet 2019 portant Code Forestier reconnait à l’Etat le pouvoir de concéder la gestion de certaines forêts de son domaine forestier privé aux collectivités territoriales, aux personnes morales de droit privé et aux communautés rurales intéressées. En application de cette loi, ce décret détermine les forêts classées du domaine forestier privé de l’Etat éligibles au régime de la concession, la procédure d’accès à la concession et les charges du concessionnaire. Il interdit, toutefois, au conventionnaire, d’y créer des plantations industrielles de cacao, de café, de coton et d’anacarde.

5- Au titre du Ministère des Eaux et Forêts; Le Conseil a adopté quatre (04) décrets :

  • un décret relatif aux conditions d’obtention de l’agrément de sylviculteur et d’exercice de la profession.
  • un décret précisant les conditions de redéfinition des limites des forêts du domaine privé de l'Etat et des Collectivités Territoriales.
  • un décret fixant les conditions et modalités de création et de gestion des forêts communautaires.
  • un décret portant modalités d'exercice de l'Observation Indépendante.

 6- Au titre du Ministère des Eaux et Forêts, en liaison avec le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable; Le Conseil a adopté un décret déterminant les modalités de protection et de reconstitution des ressources forestières.

7- Au titre du Ministère des Eaux et Forêts en liaison avec le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité; Le Conseil a adopté un décret définissant les modalités de création, d’aménagement et de gestion des jardins botaniques. L’ensemble de ces décrets, en cohérence avec la Politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts, concourent à la mise en œuvre de la loi n°2019-675 du 23 juillet 2019 portant Code forestier.

8- Au titre du Ministère des Transports en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de la Défense, le Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Budget  et du Portefeuille de l’Etat, le Ministère du Commerce et de l’Industrie et le Ministère de l’Economie Numérique, des Télécommunications et de l’Innovation ; Le Conseil a adopté un décret portant procédures de traitement des infractions détectées par tout système de transport intelligent. Le présent décret s’inscrit dans le développement des grands principes portés par l’ordonnance relative aux règles applicables en matière de Transport intelligent. Il précise les modalités de mise en œuvre du traitement par vidéo verbalisation des infractions détectées par tout système de transport intelligent, notamment : - la procédure de traitement des infractions détectées par les systèmes automatisés et semi-automatisés de détection des infractions au code de la route ainsi qu’à certaines infractions liées au défaut de documents exigés pour le transport ; - la procédure de notification desdites infractions ; - le délai de paiement des amendes forfaitaires ou administratives ; - le montant des amendes et leurs modalités de recouvrement.

9- Au titre du Ministère des Transports en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat; Le Conseil a adopté un décret portant organisation et fonctionnement de l’Autorité de Régulation du Transport Intérieur, en abrégé ARTI. L’ARTI a été instituée par la loi n° 2014-812 du 16 décembre 2014 d'orientation du transport intérieur en vue d’assurer la régulation du transport intérieur. Ce décret réorganise le fonctionnement des différents organes constitutifs de cette structure, à savoir le Conseil de Régulation et la Direction Générale, de façon à garantir l’opérationnalisation de leurs missions.

10- Au titre du Ministère des Transports en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de la Défense, le Ministère de la Justice et des 9 Droits de l’Homme, le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat ; Le Conseil a adopté deux (02) décrets :

  • le premier décret modifie l’article 150 du décret n°2016-864 du 03 novembre 2016 portant réglementation de l’usage des voies routières ouvertes à la circulation publique. Ce décret modificatif interdit la conduite de véhicules automobiles par toute personne dont le permis de conduire a été saisi à l’occasion de la commission d’infractions routières jusqu’à la décision du Ministre des Transports portant retrait ou suspension pour une durée déterminée dudit permis. Il précise que le récépissé délivré par les agents des forces de l’ordre, n’autorise pas la personne mise en cause à conduire un véhicule automobile. Cette mesure vise à lutter efficacement contre le recours excessif aux récépissés et à leur renouvellement aussi bien par les conducteurs en infraction que par les personnes n’ayant jamais suivi de cours dans une auto-école ; toute chose qui par ailleurs entraine l’incivisme sur nos routes, l’insécurité routière aggravée avec son cortège d’accidents mortels.
  • Le deuxième décret porte modification de l’organisation et du fonctionnement du Bureau Enquête et Analyse Accident, en abrégé BEA et institue une enquête administrative et technique en cas d’accidents graves en matière de transports. L’enquête administrative et technique sur les accidents grave en matière de transports n’a pas vocation à se substituer à l’enquête judiciaire. Elle est complémentaire à celle-ci. Elle vise notamment à conduire les enquêtes de manière neutre et indépendante et à faire, à l'issue des enquêtes, des recommandations contenues dans un rapport final.

11- Au titre du Ministère des Transports, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de la Défense, le Ministère de la Justice et des  Droits de l’Homme, le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, le Ministère du Commerce et de l’Industrie et le Ministère de l’Economie Numérique, des Télécommunications et de l’Innovation ; Le Conseil a adopté un décret autorisant le Ministère des Transports à travers la Société QUIPUX AFRIQUE S.A, à traiter des données à caractère personnel pour la mise en œuvre d'un Système de gestion Intégrée, d’un Système de Transport Intelligent, en abrégé STI et d’une fourrière administrative. Cette mesure permettra au Ministère des Transports, dans le cadre de la convention de concession qui lie l’Etat de Côte d’Ivoire à la Société QUIPUX AFRIQUE SA, de disposer des données personnelles des usagers pour la délivrance des documents de transport routier, d’identifier le propriétaire ou le détenteur d’un véhicule ayant servi à commettre une infraction aux règles de circulation, de faire des notifications aux auteurs d’infractions, de contacter les propriétaires des véhicules mis en fourrière et de collecter les amendes qui leur sont fixées.

12- Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances ; Le Conseil a adopté un décret portant création de Paieries de Districts Autonomes à la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique. Dans le cadre de l'organisation générale de l’administration territoriale, l’Etat de Côte d’Ivoire a créé, douze (12) nouveaux Districts autonomes en plus des deux (02) existants. Ces nouvelles entités sont destinées à renforcer l’efficacité de l’action du Gouvernement en facilitant la coordination et le suivi-évaluation de l’exécution des projets de développement initiés pour le bien-être des populations. Aussi, conformément à l’article 37 de la loi n° 2020-885 du 21 octobre 2020 portant régime financier des Collectivités territoriales et des 11 Districts autonomes, le présent décret crée les Paieries de Districts Autonomes.

B/- MESURES INDIVIDUELLES

La liste des mesures individuelles figure en annexe du présent communiqué.

C/- COMMUNICATIONS

  • Au titre du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité; Le Conseil a adopté une communication relative au suivi de l’organisation de l’élection partielle des Sénateurs du samedi 31 juillet 2021. Les élections sénatoriales partielles du samedi 31 juillet 2021, consécutives aux décès des sénateurs élus dans les Régions des Grands-Ponts et du Kabadougou ainsi qu’à la démission de ceux des Régions du Bounkani, du Gontougo et de la Nawa, ont enregistré douze (12) candidatures dont cinq (5) du RHDP, cinq (5) indépendants et deux (2) du PDCI-RDA. Le vote s’est déroulé dans le calme et n’a enregistré aucun incident de nature à entacher la régularité et la sincérité du scrutin dans les cinq (5) lieux et trente-quatre (34) bureaux de vote. Selon les résultats proclamés par la Commission Electorale Indépendante (CEI), les candidats du RHDP ont remporté les élections dans les cinq (5) régions concernées.
  • Au titre du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat ; Le Conseil a adopté une communication relative à la tenue de la 1ère session extraordinaire de la Réunion Annuelle des Ministres en charge de la Sécurité et des Frontières du Conseil de l’Entente sur la mutualisation des moyens de lutte contre la désinformation dans les réseaux sociaux. Cette session extraordinaire est prévue à Abidjan, du 08 au 10 septembre 2021. Elle fait suite aux violences subies par la communauté nigérienne en Côte d’Ivoire après la publication d’une vidéo sur les réseaux sociaux, montrant une scène de traitement inhumain et dégradant organisée par des individus présentés comme des nigériens sur des personnes considérées à tort comme étant des migrants ivoiriens. Cette réunion prévoit de tirer les enseignements de ces violences et de proposer des voies et moyens de nature à renforcer les compétences des fonctionnaires en charge de prévenir et de réprimer ces infractions dans chaque État membre.
  • Au titre du Ministère des Transports en liaison avec le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité et le Ministère de l’Equipement et de l’entretien routier; Le Conseil a adopté une communication relative à la définition d’un plan de circulation des tricycles et des conditions de circulation des motos dans la ville d’Abidjan. L’objectif général de ce plan de circulation est de fluidifier le trafic urbain dans le Grand Abidjan et de contribuer substantiellement à l’amélioration de la sécurité routière sur les itinéraires définis. Ainsi, les tricycles sont interdits d’accès à toutes les voies du réseau structurant, à savoir toutes les routes nationales, toutes les routes en 2x2 et 2x3 voies reliant les communes, les boulevards, les principales rues et avenues qui jouent un rôle majeur dans le transit urbain. En outre, les usagers de motos doivent obligatoirement observer les mesures ci-après :

- le port obligatoire du casque pour le conducteur et pour toute personne transportée ;

- l’obligation pour le conducteur de détenir un permis de conduire de la catégorie A pour la conduite de toute moto tel que prescrit par le Code de la route ; - l’obligation d’équiper les motos de rétroviseurs convenablement déployés et de feux clignotants en bon état de marche.

  • Au titre du Ministère des Transports en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de la Défense, le Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat; Le Conseil a adopté une communication relative à la procédure de mutation des véhicules automobiles dont les vendeurs sont introuvables et d’immatriculation des véhicules automobiles ne disposant pas de plaques d’immatriculation ou dont les plaques sont illisibles, détériorées ou fantaisistes. Dans le cadre de l’amélioration de la sécurité routière, le Gouvernement a entrepris une réforme du secteur du transport routier dont l’un des principaux axes est l’instauration d’un Système de Transport Intelligent, en abrégé STI. Dans la perspective du déploiement du STI, notamment la gestion électronique des infractions, qui repose essentiellement sur la lecture automatisée des plaques d’immatriculation des véhicules et la notification de l’infraction aux propriétaires des véhicules dont l’identité est mentionnée sur la carte grise, le Conseil a arrêté de nouvelles mesures en vue de simplifier et d’accélérer les procédures de mutation des cartes grises et de mise à disposition des plaques d’immatriculation des véhicules n’en disposant pas.

5- Au titre du Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie ; Le Conseil a adopté une communication relative à la découverte de pétrole dans le bloc CI-101 par la Société Eni. Dans le cadre de ses obligations de travaux de la première période d’exploration du bloc CI-101 opéré en consortium avec la société 14 nationale Petroci Holding, la société Italienne Eni a débuté le 14 juillet 2021, le forage d’exploration Baleine-1x. Le puits a été foré à environ 50 kilomètres au large de la côte d’Assouindé, à environ 1 200 mètres de profondeur d'eau et a atteint une profondeur totale de 3 445 mètres, à partir de la surface de la mer. Il a mis en évidence une découverte majeure de pétrole brut léger (40°API) dans deux niveaux stratigraphiques différents, sur le prospect Baleine. Les réserves découvertes concernent du pétrole brut et du gaz naturel associé. Le potentiel peut être estimé de manière préliminaire à environs 1,5 à 2 milliards de barils de pétrole brut d’une part et d’autre part à environ 1 800 à 2 400 milliards de pieds cube de gaz associé. Il s’agit là d’une découverte importante qui intervient 20 ans après la dernière découverte commerciale d’hydrocarbures dans le bassin sédimentaire ivoirien qui concernait le gisement Baobab découvert en mars 2001. Ce gisement pétrolier permettra ainsi d’accroitre fortement les réserves prouvées de la Côte d’Ivoire ainsi que sa production pétrolière et gazière dans les 3 à 4 années à venir.

 6- Au titre du Ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage ; Le Conseil a entendu une communication relative à la situation du Fonds de Développement de la Formation Professionnelle, en abrégé FDFP. A la suite de cette communication, le Conseil a décidé de la suspension du Président du Conseil de Gestion et du Secrétaire Général de cette structure, et a instruit le Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage à l’effet de désigner des intérimaires.

7- Au titre du Secrétariat d’Etat auprès du Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, chargé de la Modernisation de l’Administration ; Le Conseil a adopté une communication relative au bilan des activités des premier et deuxième trimestres 2021 de l’Observatoire du Service Public (OSEP). 15 Le rapport d’activités des 1er et 2ème trimestres 2021 de l’OSEP, portant sur la collecte et le traitement des préoccupations des usagers-clients du Service public fait état de : - 11333 demandes d’informations, soit 83,68% des requêtes ; - 1450 motions de félicitations et d’encouragements, soit 10,70% des requêtes ; - 733 observations-suggestions, soit 5,42% des requêtes ; - 26 réclamations, soit 0,20% des requêtes. A l’issue du traitement de ces requêtes, 94,52% des usagers-clients se sont déclarés satisfaits du traitement de leur demande. D/-Divers

 Le prochain Conseil des Ministres aura lieu le 22 septembre 2021, à Abidjan.

Fait à Abidjan, le 08 septembre 2021 M. Amadou COULIBALY Ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, Porte-parole du Gouvernement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

1

ANNEXE

AU COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU

MERCREDI 08 SEPTEMBRE 2021

Comité Restreint du 11 août 2021

1- Au titre du Premier Ministre, Chef du Gouvernement;

Le Conseil a adopté une communication relative aux délibérations du

Comité chargé de l’examen des projets de nominations dans les

départements ministériels du 11 août 2021.

L’ordre du jour de la réunion a porté sur l’examen des décrets portant

organisation de vingt-trois (23) Ministères et d’un (01) Secrétariat d’Etat

ainsi que sur l’analyse des propositions de nominations dans les

Administrations.

Ainsi, les propositions ci-après ont été validées :

I- AU TITRE DES DECRETS PORTANT ORGANISATION DES

MINISTERES ET SECRETARIAT D’ETAT

MINISTERE D’ETAT, MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE

L’INTEGRATION AFRICAINE ET DE LA DIASPORA :

 décret portant organisation du Ministère d’Etat, Ministère des

Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora

MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES DROITS DE L’HOMME :

 décret portant organisation du Ministère de la Justice et des Droits

de l’Homme

MINISTERE DE L’INTERIEUR ET DE LA SECURITE :

2

 décret portant organisation du Ministère de l’Intérieur et de la

Sécurité

MINISTERE DES TRANSPORTS :

 décret portant organisation du Ministère des Transports

MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES :

 décret portant organisation du Ministère de l’Economie et des

Finances

MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA

MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION :

 décret portant organisation du Ministère de la Fonction Publique et

de la Modernisation de l’Administration

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE

L’ALPHABETISATION :

 décret portant organisation du Ministère de l’Education Nationale et

de l’Alphabétisation

MINISTERE DE LA RECONCILIATION ET DE LA COHESION

SOCIALE :

 décret portant organisation du Ministère de Réconciliation et de la

Cohésion Sociale

MINISTERE DE LA COMMUNICATION, DES MEDIAS ET DE LA

FRANCOPHONIE :

 décret portant organisation du Ministère de la Communication, des

Médias et de la Francophonie

3

MINISTERE DE LA PROMOTION DE LA JEUNESSE, DE L’INSERTION

PROFESSIONNELLE ET DU SERVICE CIVIQUE :

 décret portant organisation du Ministère de la Promotion de la

Jeunesse, de l’Insertion Professionnelle et du Service Civique

MINISTERE DE LA PROMOTION DES PME, DE L’ARTISANAT ET DE

LA TRANSFORMATION DU SECTEUR INFORMEL :

 décret portant organisation du Ministère des PME, de l’Artisanat et

de la Transformation du Secteur Informel

MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES ET HALIEUTIQUES :

 décret portant organisation du Ministère des Ressources Animales

et Halieutiques

MINISTERE DU TOURISME ET DES LOISIRS :

 décret portant organisation du Ministère du Tourisme et des Loisirs

MINISTERE DE LA PROMOTION DE LA BONNE GOUVERNANCE, DU

RENFORCEMENT DES CAPACITES ET DE LA LUTTE CONTRE LA

CORRUPTION :

 décret portant organisation du Ministère de la Bonne Gouvernance

et du Renforcement des Capacités et de la Lutte contre la

Corruption

MINISTERE DE L’ECONOMIE NUMERIQUE, DES

TELECOMMUNICATIONS ET DE L’INNOVATION :

 décret portant organisation du Ministère de l’Economie Numérique,

des Télécommunications et de l’Innovation

4

MINISTERE DE LA SANTE, DE L’HYGIENE PUBLIQUE ET DE LA

COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE :

 décret portant organisation du Ministère de la Santé, de l’Hygiène

Publique et de la Couverture Maladie Universelle

MINISTERE DES MINES, DU PETROLE ET DE L’ENERGIE :

 décret portant organisation du Ministère des Mines, du Pétrole et de

l’Energie

MINISTERE DE LA SOLIDARITE ET DE LA LUTTE CONTRE LA

PAUVRETE :

 décret portant organisation du Ministère de la Solidarité et de la

Lutte contre la Pauvreté

MINISTERE DE LA FEMME, DE LA FAMILLE ET DE L’ENFANT :

 Projet de décret portant organisation du Ministère de la Femme, de

la Famille et de l’Enfant

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE, DE LA FORMATION

PROFESSIONNELLE ET DE L’APPRENTISSAGE :

 décret portant organisation du Ministère de l’Enseignement

Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE L’INDUSTRIE DES ARTS ET DU

SPECTACLE :

 Projet de décret portant organisation du Ministère de la Culture et

de l’Industrie des Arts et du Spectacle

MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

DURABLE :

5

 Projet de décret portant organisation du Ministère de

l’Environnement et du Développement Durable

MINISTERE DELEGUE AUPRES DU MINISTRE D’ETAT, MINISTRE

DES AFFAIRES ETRANGERES, DE L’INTEGRATION AFRICAINE ET

DE LA DIASPORA, CHARGE DE L’INTEGRATION AFRICAINE :

 décret portant organisation du Ministère délégué auprès du

Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration

Africaine et de la Diaspora, chargé de l’Intégration Africaine

SECRETARIAT D’ETAT AUPRES DU MINISTRE DE LA FONCTION

PUBLIQUE ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION,

CHARGE DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION :

 décret portant organisation du Secrétariat d’Etat auprès du Ministre

de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration,

chargé de la Modernisation de l’Administration.

I- AU TITRE DES NOMINATIONS DANS LES ADMINISTRATIONS

PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT

 Directeur du Centre d’Information et de Communication

Gouvernementale, en abrégé CICG :

 DOSSO Awa (nouvelle nomination)

MINISTERE DE L’INTERIEUR ET DE LA SECURITE

 Directeur Général de la Décentralisation et du Développement

Local :

 Monsieur Amoncou Fidel YAPI (nouvelle nomination)

 Directeur Général Adjoint de la Décentralisation et du

Développement Local :

 Monsieur DOUKOURE Yaya (nouvelle nomination)

 Directeur Général Adjoint de l’Administration du Territoire :

 Monsieur DOIN DOH Urie (nouvelle nomination)

 Directeur la Tutelle Economique et Financière :

 Monsieur AMOI Sanhou (nouvelle nomination)

 Directeur du Développement Local :

 Monsieur YAPI Ohouo Urbain (nouvelle nomination)

 Directrice de la Coopération Décentralisée :

 Madame AKA Walemin Hortense (nouvelle nomination)

 Directeur du Centre de Traitement des Informations Policières :

 Monsieur DOUMBIA Yahaya (nouvelle nomination)

 Directeur de la Logistique et des Infrastructures :

 Monsieur Edson KOUAME KOFFI (nouvelle nomination)

 Directeur de la Police Criminelle :

 Monsieur ZAGADOU Vincent De Paul (nouvelle

nomination)

MINISTERE DE LA PROMOTION DE L’INVESTISSEMENT ET DU

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVE

 décret portant nomination du Directeur Général du Centre de

Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI) :

 Madame Solange AMICHIA (nouvelle nomination)

 décret portant nomination du Directeur Général Adjoint du Centre

de Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI) :

 Madame Carole Ouédraogo épouse VERSTEEG (nouvelle

nomination)

7

MINISTERE DU TOURISME ET DES LOISIRS

 décret portant nomination du Directeur Général de Côte d’Ivoire

Tourisme :

 Madame Maleka MOURAD-CONDE (nouvelle nomination)

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA

RECHERCHE SCIENTIFIQUE

 décret portant nomination du Directeur Général de l’Institut

National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INPHB) :

 Monsieur DIABY Moussa Abdul Kader (nouvelle

nomination)

 décret portant nomination du Directeur Général Adjoint de l’Institut

National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INPHB) :

 Monsieur LOUM Georges Laussane (nouvelle nomination)

Projets de décrets

2- Au titre du Premier Ministre, Chef du Gouvernement;

Le Conseil a adopté trois décrets :

 le premier décret porte modification de l’article 1er du décret n° 94-

520 du 21 septembre 1994 portant composition, organisation,

fonctionnement et attributions du Comité de privatisation, tel que

modifié par les décrets n° 2012-578 du 13 juin 2012 et n° 2017-

492 du 26 juillet 2017.

Ce décret modifie l’article 1er du décret ci-dessus mentionné afin de  réduire le nombre de représentant du Premier Ministre à deux

représentants au lieu de trois et d’introduire un représentant du Ministère

du Budget et du Portefeuille de l’Etat dans la composition du Comité de

privatisation.

 Le deuxième décret porte nomination des Membres du Comité de

Privatisation.

Ainsi, sont nommées membres du Comité de privatisation, les personnes

ci-après:

Au titre du Président de la République :

 Monsieur Cyrille DADIE, Conseiller à la Présidence de la

République ;

 Monsieur Doneci KONE, Conseiller à la Présidence de la

République ;

Au titre du Premier Ministre :

 Monsieur KOFFI Ahoutou Emmanuel, Directeur de Cabinet;

 Monsieur Sidy CISSE, Directeur de Cabinet Adjoint ;

Au titre du Ministère du Plan et du Développement :

 Monsieur KOUMA Madassa, Conseiller Technique ;

Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances :

 Monsieur Alex POUHE, Conseiller Technique ;

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat :

 Monsieur BAMBA Seydou, Directeur Général du Portefeuille de

l’Etat ;

Au titre du Ministère des Mines, du Pétrole et de l'Energie :

 Madame DIAKITE née COULIBALY Dohopieri Siramane

Mariam, Conseiller Technique ;

Au titre du Ministère du Commerce et de l’Industrie :

 Monsieur KOUATELAY Albert, Directeur de Cabinet Adjoint, au

titre du Commerce ;

 Monsieur OUATTARA Ténié Hyppolyte Eric, Conseiller

Technique, au titre de l’Industrie ;

Au titre du Bureau National d’Etudes Technique et de Développement :

 Monsieur KOFFI Paterne, Directeur du Département Economie,

Finances et Industrialisation.

 Le troisième décret porte nomination du Président du Comité de

Privatisation.

Le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de Monsieur

KOFFI Ahoutou Emmanuel en qualité de président du Comité de

privatisation.

3- Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, de

l’Intégration Africaine et de la Diaspora;

Le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de :

 Monsieur Maurice Kouakou BANDAMAN, actuellement

Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République

de Côte d’Ivoire près la République française, en qualité de

Représentant personnel du Président de la République de Côte

d’Ivoire auprès de l’Organisation Internationale de la

Francophonie, avec résidence à Paris en France ;

 Madame BAKAYOKO-LY Ramata, Professeur titulaire des

Universités en Pédodontie-Prévention, précédemment Ministre de

la Femme, de la Famille et de l’Enfant, en qualité d’Ambassadeur,

Déléguée Permanente de la République de Côte d’Ivoire auprès

de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science

et la Culture (UNESCO), avec résidence à Paris, en France ;

 Monsieur DOLE Gueu Albert, Ambassadeur, 2e

 échelon,  actuellement Secrétaire Général Adjoint du Ministère d’Etat,

Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de

la Diaspora, en qualité de Représentant Permanent Adjoint de la

République de Côte d’Ivoire auprès de l’Office des Nations Unies,

de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, de

l’Organisation du Traité d’Interdiction Complète des Essais

10

Nucléaires et de l’Organisation des Nations Unies pour le

Développement Industriel, avec résidence à Vienne en Autriche ;

 Madame YAPI née BAH Halley Christine, Ambassadeur, 1er

échelon, actuellement Directrice Europe du Ministère d’Etat,

Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de

la Diaspora, en qualité de Représentante Permanente Adjointe de

la République de Côte d’Ivoire auprès de l’Office des Nations

Unies, avec résidence à New York, aux Etats-Unis d’Amérique ;

 Monsieur GONE Feh Moussa, Ambassadeur, 2e

 échelon,  précédemment Ministre Conseiller à l’Ambassade de Côte d’Ivoire

 au Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, en

qualité de Représentant Permanent Adjoint de la République de

Côte d’Ivoire auprès de la Communauté Economique des Etats de

l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), avec résidence à Abuja au

Nigéria ;

 Monsieur OUATTARA Lamine, Ambassadeur, 1er échelon,

actuellement Premier Conseiller de l’Ambassade de Côte d’Ivoire

en Arabie Saoudite, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et

Plénipotentiaire de la République de Côte d’Ivoire près le Burkina

Faso, avec résidence à Ouagadougou ;

 Monsieur BONY Boguy Léon Louis, Ambassadeur, 3e

 échelon,

actuellement Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la

République de Côte d’Ivoire près la Cité du Vatican, en qualité

d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République

de Côte d’Ivoire près l’Ordre Souverain Militaire Hospitalier de

Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, avec résidence

à Rome ;

 Monsieur KONE Sakaria, Ambassadeur, 2e

 échelon, actuellement

Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République

de Côte d’Ivoire près la République d’Afrique du Sud, en qualité

d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République

de Côte d’Ivoire près la République de Maurice, avec résidence à

Pretoria ;

 Monsieur KONE Sakaria, Ambassadeur, 2e

 échelon, actuellement

Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République

de Côte d’Ivoire près la République d’Afrique du Sud, en qualité

d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République

de Côte d’Ivoire près la République de Namibie, avec résidence à

Pretoria ;

 Général de Division, KOUAKOU Kouadio Nicolas, actuellement

Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République

de Côte d’Ivoire près la République Gabonaise, en qualité

d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République

de Côte d’Ivoire près la République Démocratique de Sao Tome[1]Et-Principe, avec résidence à Libreville, au Gabon ;

 Monsieur COULIBALY Drissa, Ambassadeur 2e

 échelon,

actuellement Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la

République de Côte d’Ivoire près le Royaume d’Arabie Saoudite,

en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la

République de Côte d’Ivoire près le Royaume de Bahrein, avec

résidence à Riyad en Arabie Saoudite ;

 Madame CAPET-BAKOU Annick Josiane, actuellement Consul

Général de la République de Côte d’Ivoire à New-York, aux Etats[1]Unis d’Amérique, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et

Plénipotentiaire de la République de Côte d’Ivoire près la

République portugaise avec résidence à Lisbonne ;

 Monsieur Maurice Kouakou BANDAMAN, actuellement

Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République

de Côte d’Ivoire près la République française, en qualité

d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République

de Côte d’Ivoire près la Principauté de Monaco, avec résidence à

Paris en France ;

 Monsieur DIAMOUTENE Alassane Zié, précédemment Directeur

de Cabinet du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de

l’Intégration Africaine et de la Diaspora, en qualité d’Ambassadeur

Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Côte

d’Ivoire près la République Fédérative du Brésil, avec résidence à

Brasilia.

4- Au titre du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme;

Le Conseil a donné son accord en vue de la nomination, pour un mandat

de trois (03) ans, de Monsieur YEO Sonourgro Souleymane, en

qualité de Membre de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance.

5- Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, en

liaison avec le Ministère des Transports;

Le Conseil a adopté deux décrets :

 le premier décret porte nomination des membres du Conseil

d’Administration de la Société d’État dénommée « Port Autonome

d’Abidjan ».

Ainsi, sont nommées membres du Conseil d’Administration de la Société

d’Etat dénommée «Port Autonome d’Abidjan », en abrégé PAA, les

personnes dont les noms suivent :

Au titre de la Présidence de la République :

Monsieur TOURE Abdou

Au titre de la Primature :

Monsieur TRAORE Karim

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’État :

Monsieur KEHO Yaya

Au titre du Ministère des Transports :

Monsieur CONE Dioman

Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances :

Monsieur SOUMAHORO Dely

Au titre du Ministère de l'Equipement et de l'Entretien Routier :

Monsieur YAO Aristide Armand

Au titre du Ministère du Commerce et de l'Industrie :

Monsieur ESSO Loesse Jacques

Au titre de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire :

Monsieur KOUASSI Kouadio Parfait

Au titre de la Direction Générale des Douanes :

Monsieur DA Pierre Alphonse.

 Le deuxième décret porte nomination du représentant de la

Présidence de la République au sein du Conseil d’Administration

de la Société d’Etat dénommée « Office Ivoirien des Chargeurs »,

en abrégé OIC.

Le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de Monsieur

Moussa CISSE, en qualité de représentant de la Présidence de la

République au sein du Conseil d’Administration de l’Office Ivoirien des

Chargeurs (OIC), en remplacement de Monsieur KONE Fako.

6- Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, en

liaison avec le Ministère de la Construction, du Logement et de

l'Urbanisme;

Le Conseil a adopté deux décrets.

 Le premier décret porte nomination des représentants de l’Etat de

Côte d’Ivoire au sein du Conseil d’Administration de «l’Agence de

Gestion Foncière», en abrégé AGEF.

Ainsi, sont nommées représentants de l’Etat de Côte d’Ivoire au sein du

Conseil d’Administration de «l’Agence de Gestion Foncière», en abrégé

AGEF, les personnes dont les noms suivent :

Au titre de la Présidence de la République :

14

Monsieur BAKAYOKO Ibrahima ;

Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances :

Monsieur CISSE Abdoul Kader ;

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat :

Monsieur TRAORE SEYDOU ;

Au titre du Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme :

Monsieur DIABATE Kaladji ;

Au titre du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme :

Monsieur KOUASSI N’Guessan Bernard ;

Au titre du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité :

Monsieur KABLAN Aman Jean Jacques.

 Le deuxième décret porte nomination des représentants de l’Etat

de Côte d’Ivoire au sein du Conseil d’Administration de la Société

dénommée «Société Ivoirienne de Construction et de Gestion

Immobilière».

Ainsi, sont nommées représentants de l’Etat de Côte d’Ivoire au sein du

Conseil d’Administration de la Société dénommée «Société Ivoirienne de

Construction et de Gestion Immobilière» (SICOGI), les personnes dont

les noms suivent :

Au titre de la Présidence de la République :

- Monsieur DANHO Pierre Nandjui Abdou ;

Au titre de la Primature :

- Monsieur YAO-BHOREY Kouakou Casimir ;

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat :

- Monsieur CISSE Makhete ;

Au titre du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable :

15

- Monsieur KOUASSI Kouamé ;

Au titre du Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme :

- Monsieur KOALA Ouagabamba Celestin ;

- Monsieur DIABATE Kaladji ;

Au titre du Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité :

- Monsieur SIMY Gildas Badizon ;

7- Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, en

liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances;

Le Conseil a adopté deux décrets :

 le premier décret porte nomination des représentants de l’Etat de

Côte d’Ivoire au sein du Conseil d’Administration de la Versus

Bank.

Ainsi, sont nommées représentants de l’Etat de Côte d’Ivoire au sein du

Conseil d’Administration de la Versus Bank, les personnes dont les

noms suivent :

Au titre de la Présidence de la République

Monsieur KAMISSOKO Mamadouba ;

Au titre de la Primature,

Monsieur ACKA Yao Alexandre ;

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat

Monsieur BAMBA Seydou ;

Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances

Monsieur TANO Kouakou Bruno ;

Au titre du Ministère de la Promotion des PME

Monsieur ZINSOU Marcellin.

16

 Le deuxième décret porte nomination des membres du Conseil

d’Administration de la Banque Populaire de Côte d’Ivoire.

Ainsi, sont nommées membres du Conseil d’Administration de la Banque

Populaire de Côte d’Ivoire, les personnes dont les noms suivent :

Au titre de la Présidence

Monsieur AGUIE Amaffon Germain

Au titre de la Primature

Monsieur MULUKU TRAORE Souleymane

Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances

Monsieur FANNY Siaka,

Monsieur DIOMANDE Gondo

Au titre du Ministère de la Promotion des PME, de l’Artisanat et de la

Transformation du Secteur Informel

Madame GOOUREY Hugues Alain Kouassi

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat

Monsieur AHMED KONET Mohamed Hussein

Monsieur TOURE Yetjli Prosper

Au titre des Administrateurs indépendants

Monsieur Serges KOFFI-OURA Emile

Monsieur DAHO Mamadou

Monsieur KONE Anzoumana

Madame TOURE Massogbè

8- Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, en

liaison avec le Ministère de l’Economie Numérique, des

Télécommunications et de l’Innovation ;

Le Conseil a adopté deux décrets :

17

 le premier décret porte nomination des membres du Conseil  d’Administration de la Société d’Etat dénommée « Agence Nationale du Service Universel des Télécommunications-TIC ».

Ainsi, sont nommées membres du Conseil d’Administration de la Société  d’Etat dénommée « Agence Nationale du Service Universel des

Télécommunications-TIC, en abrégé ANSUT, les personnes dont les noms suivent :

Au titre de la Présidence de la République :

Monsieur BAMBA Yacouba

Au titre de la Primature :

Monsieur Mebeti DOSSO

Au titre du Ministère du Plan et du développement :

Monsieur KOUMA MADASSA

Au titre du Ministère de l’Economie Numérique, des Télécommunications et de l’Innovation :

Madame FOFANA Rockya

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat :

Madame FOFANA Epse DIARA Mariame

Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances :

Madame FOFANA Na Mafingué Epse TOURE

Au titre du Ministère de l’Equipement et de l'Entretien Routier :

Monsieur MENIN Messou Agenor Stéphane Raymond

Au titre de l’Association des Consommateurs :

Monsieur SOUMAHORO Mansa

 le deuxième décret porte nomination des représentants de l’Etat de

Côte d’Ivoire au sein du Conseil d’Administration du VITIB S.A.

Ainsi, sont nommées représentants de l’Etat de Côte d’Ivoire au sein du

Conseil d’Administration du VITIB S.A., les personnes dont les noms

suivent :

Au titre de la Présidence de la République :

Monsieur ANÉ BONI

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat :

Monsieur DOUMBIA Thiékoro

Au titre du Ministère de l'Economie Numérique, des Télécommunications  et de l'Innovation

Madame FOFANA ROCKYA

9- Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, en

liaison avec le Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité ;

Le Conseil a adopté un décret portant nomination des membres du

Conseil d’Administration de la Société d’État dénommée «Office National de l’Assainissement et du Drainage ».

Ainsi, sont nommées membres du Conseil d’Administration de la Société d’État dénommée «Office National de l’Assainissement et du Drainage », en abrégé ONAD, les personnes dont les noms suivent :

Au titre de la Présidence de la République

Monsieur Souleymane KONE

Au titre de la Primature

Monsieur POHAN Alain Philippe

Au titre du Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité

Monsieur DIOMANDE Drissa

Monsieur SIMY Gildas Badizon

Au titre du Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme

Monsieur Téan Jean-Michel GBA

Au titre du Ministère de l’Hydraulique

Monsieur Koffi Antoine DJAA

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’État

Monsieur Franck Arnaud ASSI

Au titre du Ministère de l’Économie et des Finances

Monsieur Vakaramoko DOUMBIA

Au titre du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable

Monsieur François KOUABLAN

Au titre du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité

Monsieur Kassi Gabin AMANKOU

Au titre du Ministère de la Santé, de l'Hygiène Publique et de la

Couverture Maladie Universelle

Monsieur Pena Abdoulaye YEO.

10- Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, en  liaison avec le Ministère de la Communication, des Médias et de  la Francophonie;

Le Conseil a adopté un décret portant nomination des membres du  Conseil d’Administration de la Société d’Etat dénommée « Ivoirienne De

Télédiffusion », en abrégé IDT.

Ainsi, sont nommées membres du Conseil d’Administration de la Société  d’Etat dénommée « Ivoirienne De Télédiffusion », en abrégé IDT, les  personnes dont les noms suivent :

Au titre de la Présidence de la République :

Monsieur Venance KONAN ;

Au titre de la Primature :

Monsieur Mebeti DOSSO ;

Au titre du Ministère de la Communication, des Médias et de la

Francophonie :

Monsieur Georges MBRA ;

Monsieur Abdoulaye KOUYATE ;

Au titre du Ministère de la Culture et de l'Industrie des Arts et du

Spectacle :

Monsieur GALATY Sakro Florent ;

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat :

Monsieur TAHI Fabrice ;

Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances :

Monsieur KOUADIO Amany Francis.

11- Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, en

liaison avec le Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie ;

Le Conseil a adopté deux décrets :

 Le premier décret porte nomination des représentants de l’Etat de

Côte d’Ivoire au sein du Conseil d’Administration de la « Société  de Gestion des Stocks Pétroliers de Côte d’Ivoire » en abrégé  GESTOCI.

Ainsi, sont nommées représentants de l’Etat de Côte d’Ivoire au sein du

Conseil d’Administration de la « Société de Gestion des Stocks

Pétroliers de Côte d’Ivoire » en abrégé GESTOCI, les personnes dont les noms suivent :

Au titre de la Présidence de la République :

Madame OULAI Madeleine ;

Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances :

Monsieur TOURE Idrissa ;

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat :

Monsieur SEA Hilaire ;

Au titre du Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie :

Monsieur NIAMIEN Kouassi Ambroise ;

Au titre du Ministère du Commerce et de l’Industrie :

Monsieur KOIZAN Kablan Aimé.

 Le deuxième décret porte nomination des membres du Conseil  d’Administration de la Société d’Etat dénommée « Société pour le Développement Minier de la Côte d’Ivoire », en abrégé SODEMI.

Ainsi, sont nommées membres du Conseil d’Administration de la Société  d’Etat dénommée « Société pour le Développement Minier de la Côte  d’Ivoire », en abrégé SODEMI, les personnes dont les noms suivent :

Au titre de la Présidence de la République

Monsieur KONATÉ KHALIL ;

Au titre de la Primature

Madame SANOU SALI ;

Au titre du Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie

Madame KONDO née KOUASSI Marie Hélène ;

Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’État

Monsieur OYENIYE Fatayu ;

Au titre du Ministère de l’Économie et des Finances

Monsieur POUHE Alex ;

Au titre du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable

Monsieur ABOUA ABOUA Gustave ;

Au titre du Ministère des Eaux et Forêts

Monsieur CURTIS Jean François ;

Au titre du Ministère du Plan et du Développement

Monsieur CISSE Aboubakar ;

Au titre du Ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Promotion des  PME

Monsieur TANO Adjegny Paulin.

Communications

Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, de

l’Intégration Africaine et de la Diaspora ; Le Conseil a donné son agrément en vue de la nomination de :

 Madame DANG Thi Thu Ha, en qualité d’Ambassadeur

Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Socialiste du  Vietnam près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à  Rabat au Maroc ;

 Monsieur Rafael SORIANO ORTIZ, en qualité d’Ambassadeur

Extraordinaire et Plénipotentiaire du Royaume d’Espagne près la

République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abidjan ;

 Monsieur AMIR HOSSEIN NIKBIN, en qualité d’Ambassadeur

Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Islamique d’Iran

près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abidjan ;

 Monsieur MOHAMED BOURHAN ALI, en qualité d’Ambassadeur

Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Djibouti près

la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abidjan.

 

Kouassi, ministère Rhdp: « Ahoussou Jeannot un homme usagé, usité et usé qui a perdu toute crédibilité dans le V Baoulé »

PARTIE N°1

Je me suis longtemps demandé s’il fallait publier ce texte et je suis arrivé à la conclusion, sans équivoque, que me taire nuirait davantage au Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) dans une région de la Côte d’Ivoire que nous sommes convenus d’appeler le « V baoulé ». L’avenir et le rayonnement du RHDP priment totalement sur nos petits secrets familiaux prenant leurs plis dans nos accointances limbiques. Il s’agit de l’avenir de notre cher pays la Côte d’Ivoire, et nous sommes actuellement dans un virage particulièrement sensible. Ce texte est aussi guidé par une volonté de clarification et de rupture face à la posture idéologique ambiguë du Président du Sénat, Jeannot Ahoussou Kouadio, à un moment où toute la Côte d’Ivoire attend une décrispation de la vie politique, à un moment où le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, a décidé, lui-même, de tendre la main à tous les acteurs de la vie politique. En pareilles circonstances, nous attendons une congruence d’actions chez tous les acteurs, et non des sorties inopportunes justifiant encore les raisons d’une adhésion au RHDP ; à moins qu’il s’agisse d’une adhésion qu’en août 2021. Dans ce contexte, les sorties hasardeuses sont de nature à fragiliser le dialogue que le Premier Ministre Patrick Achi est chargé de conduire avec le PDCI-RDA.

Le V Baoulé continue encore de bruire des saillies de Jeannot Ahoussou de ce mois d’août 2021. La presse et les réseaux sociaux s’en sont fait l’écho. En effet, devant les cadres de l’Association des Cadres du Centre pour le Développement-RHDP (ACCD-RHDP), le mardi 10 août, puis en présence de « ses parents » de Raviart, le jeudi 12 août, son propos a essentiellement suivi deux directions : la légitimation du Président Alassane OUATTARA et des mots contre le PDCI et son responsable. Une autre analyse permet de comprendre ces paroles de circonstances et l’auto-promotion à rebours qu’elles contiennent. De prime abord, j’aimerais rappeler que le peuple de Côte d’Ivoire dans Sa majorité a voté le candidat Alassane OUATTARA lors des élections présidentielles du 31 octobre 2020.

Ce vote, malgré les incidents constatés dans le V baoulé, fait du Président Alassane OUATTARA le président légitimement élu de toute la Côte d’Ivoire, car son élection a été « consacrée par la loi et reconnue conforme au droit ». Tout propos qui ignore cette réalité et qui veut voler au secours de la légitimité du Président Alassane OUATTARA n’est qu’auto-promotion. Venant de Jeannot Ahoussou KOUADIO, il n’est pas impossible de trouver dans cette sortie l’aboutissement de quelques calculs personnels pour se légitimer lui-même, et non le Président Alassane OUATTARA qui a été élu brillamment à 94,27% des voix avec un taux de participation de 53,99%. On dira qu’Ahoussou a produit une déclaration post-vote ! Mais elle aurait eu plus de sens si elle avait été courageusement produite avant pour contenir le Conseil National de Transition (CNT). Que l’opposition ait manifesté, c’est ce que veut la démocratie. Ce que les Ivoiriennes et les Ivoiriens ont plutôt condamné, déploré et critiqué, ce sont les violences et les projets qu’elle couvait : renverser le Président élu.

C’est donc le vote massif du peuple ivoirien qui légitime aujourd’hui le Président Alassane OUATTARA. Le choix du siège de l’ACCD n’est pas anodin. Il faut rappeler que cette association est née en réponse à l’Association des Elus et Cadres du Grand Centre (AECGC), naguère dirigée par Ahoussou et dont il a été éjecté dès son adhésion au RHDP et aujourd’hui dirigée par les cadres du PDCI. Devant les réactions suscitées par ces propos dont on cherche encore la pertinence, le 12 août 2021, Jeannot Ahoussou a remis le couvert, cette fois devant ses « parents » de Raviart. Changeant de fusil d’épaule, et dans une rhétorique sans grande lumière, il s’est attaqué au PDCI en général et à son leader, le Président Bédié, en particulier : « Si je suis parti du PDCI et de chez Bédié, j’ai mes raisons, car j’étais l’un des plus grands défenseurs de ce parti. Bédié s’est fait humilié (…) Si tu as un mauvais compagnon, tu deviendras mauvais (…) »

Ma question : au moment où la configuration politique de notre pays se refait, est-ce le moment pour pourfendre le Président Bédié et le PDCI ? Il lance même une fatwa : « Le PDCI est devenu un parti dépassé, un fétiche ancien qui va se fragmenter davantage bientôt comme le FPI ». Joie morganatique que celle-là qui montre bien que Jeannot Ahoussou règle ses comptes personnels au lieu de penser au RHDP qui reste un parti ouvert à toutes les tendances et à tous. C’est bien le sens de la main que le Président Alassane OUATTARA tend à son aîné Bédié pour ramener la paix et construire la Côte d’Ivoire. Nous avons besoin du PDCI, de Bédié et de tous nos frères qui sont restés fidèles à ce parti. Nous avons également besoin de l’UDPCI, du MFA et de tous les partis politiques qui appartiennent à la même matrice houphouëtiste, véritable force d’une Côte d’Ivoire rassemblée. Nul n’ignore la gêne que votre alliance avec le FPI-GOR vous procure au quotidien. Tant leurs « coutumes » sont aux antipodes des « humanités » du PDCI. A titre illustratif, les propos dénués de maturité politique de Damana Pickass, de retour d’exil, qui a choisi ce lieu de lubricité qu’est le Bar Eclat pour sa première sortie.

Dès l’entame de la vidéo, un regard furtif sur le décor m’avait déjà convaincu que rien de bon ne sortirait de sa prise de parole. Le mentor lui-même a réussi l’exploit de transformer un retour triomphal et historique en une vulgaire scène de ménage. Il appartient au PDCI de saisir cette main tendue, après une analyse froide. Si la politique est la saine appréciation de la réalité, alors le PDCI saura reconnaître que le Président Alassane est entièrement engagé à recréer les conditions d’une paix durable. Le retour massif des exilés, la liberté de jouir de leurs droits, la libération des prisonniers… sont des actions qui doivent être consolidées par des ententes au sommet. Ne faites pas attention aux propos inopportuns d’Ahoussou. Nous savons que le rapprochement entre les Présidents Bédié et Ouattara est une torture et un drame sans fin pour certains.

Militants du PDCI-RDA, vous avez été frustrés et meurtris. Cependant, ne refusez pas la main tendue du Président Ouattara. C'est la main de la sagesse, de la paix, de la stabilité, de la force bienveillante… la main de l’émergence. Regardez- comment il a transformé la Côte d’Ivoire en dix ans avec sa compétence et son beau sourire éclatant ! Ne considérez pas la main tendue de Ouattara comme une faiblesse ou de la peur. Ce serait une grave erreure, car Ouattara est une force tranquille et une sérénité à toutes épreuves. Au RHDP, nous avons conscience de notre force à tous les niveaux. 2020 vous aura démontré que même seuls contre tous, nous pouvons relever tous les défis. Lors des législatives de 2021, Bouaké, Diabo et Yamoussoukro sont tombées aux mains du RHDP, malgré les effets pervers du boycott actif. D’autres villes suivront. Inéluctablement. Sachez que nous devons impérativement nous remettre ensemble pour réaliser le rêve de Félix Houphouët-Boigny. Montrons-nous dignes de cet apôtre de la paix. Demandons-nous ce qu’il aurait fait en pareilles circonstances. Houphouët-Boigny aurait-il refusé cette main tendue ? Je voudrais inviter chacun à une profonde introspection pour trouver la réponse à cette interrogation !

En définitive, retenons que la sortie de Jeannot Ahoussou Kouadio ne cherche ni à légitimer le Président Alassane OUATTARA, président légal et légitime, ni à défendre le RHDP contre le PDCI. Son propos anachronique et sa sortie de route trahissent la volonté d’auto-légitimation d’un homme usagé, usité et usé qui a perdu toute crédibilité dans le V baoulé. Et c’est bien dommage ! Il est donc salutaire pour le RHDP de se désolidariser rapidement de tels propos. Le Président Alassane OUATTARA est bien élu. Il dirige le pays avec réussite et il prépare son parti et ses alliés pour 2025.

Dr KOUASSI Brice

Secrétaire d’Etat chargé de la Modernisation de l’Administration Maire de la commune de Didiévi.

Communiqué du conseil des ministres du 21 juillet 2021

Du  Le mercredi 21 juillet 2021 à 13h45, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la  présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants :

A/-Mesures Générales  Projets de loi  Projets de décrets

C/-Communications

D/-Divers

A/– Mesures générales

Projets de loi

Au titre du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme; Le Conseil a adopté trois (03) projets de loi :

 Le premier projet de loi est relatif aux majeurs protégés par la loi.

Ce projet de loi prévoit, en remplacement des dispositions anciennes du  Code civil, trois régimes de protection en faveur du majeur, selon le  degré d’altération de ses facultés mentales corporelles, à savoir la  sauvegarde de justice, la tutelle et la curatelle. Ces mesures ne peuvent  être prises que par le juge des tutelles et à titre exceptionnel, notamment en cas de nécessité avérée et lorsqu’il ne peut être suffisamment pourvu  aux intérêts de la personne par l’application des règles du droit commun. Ce nouveau dispositif vise ainsi à assurer une meilleure protection des  majeurs concernés en intégrant, non seulement les réalités  socioculturelles nationales, mais également les dispositions des  instruments internationaux pertinents ratifiés par notre pays.

 Le deuxième projet de loi est relatif à l’absence et à la disparition.  Ce projet de loi réorganise, dans le cadre du processus de réforme des  textes relatifs aux personnes et à la famille en cours, les régimes  juridiques de l’absence et de la disparition dans un dispositif unique en  vue de simplifier l’ordonnancement des normes en ces matières et de  renforcer la sécurité juridique. Aussi, ce projet de loi innove en donnant des définitions précises des notions d’absence et de disparition tout en allégeant les procédures actuelles réservées à leurs suites judiciaires.

 Le troisième projet de loi porte création, compétence, organisation  et fonctionnement du pôle pénal économique et financier.  Le pôle pénal économique et financier, tel que prévu, est une juridiction  correctionnelle de premier degré, spécialisée en matière de délinquance économique et financière. Il a pour mission de connaître des infractions  économiques et financières d’une grande gravité ou d’une complexité  particulière, ainsi que des infractions connexes. Il est doté à cet effet,  d’unités spécialisées de police et de gendarmerie compétentes sur  l’ensemble du territoire national.  La création de cette juridiction spécialisée vise à mettre le cadre  institutionnelle de la répression de la corruption et des infractions  assimilées, du blanchiment de capitaux, du financement du terrorisme et  des infractions financières connexes en cohérence avec les  engagements internationaux de notre pays, notamment ceux issus de la  Convention des Nations Unies contre la corruption et des divers autres  instruments sous-régionaux et régionaux intervenus récemment pour  prévenir et combattre au mieux ces infractions graves et complexes.

Projets de décrets

1- Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères,  de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de la Défense ; Le Conseil a adopté un décret portant ratification et publication de  l’Accord entre le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire et le Gouvernement de la République Française relatif au projet de  Coopération « Académie Internationale de Lutte contre le Terrorisme »,  signé le 21 décembre 2019 à Abidjan.

Cet accord prévoit la construction d’une école de formation des cadres et  acteurs de la lutte antiterroriste issus des Ministères de la Justice, de la  Défense et de l’Intérieur, d’un centre d’entraînement pour les unités d’intervention spécialisées et d’un institut de recherche stratégique dédié  à l’étude de la menace terroriste.

Cet accord permettra à notre pays et à la région du Golfe de Guinée de  se prémunir contre les actes d’extrémisme violent du terrorisme comme  ceux de Grand-Bassam.

2- Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères,  de l’Intégration Africaine et de la Diaspora en liaison avec le  Ministère d’Etat, Ministère de l’Agriculture et du  Développement Rural, le Ministère de l’Economie et des  Finances et le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat;

Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt d’un montant total de deux cent sept millions (207 000 000) Euros, soit cent trente-cinq milliards sept cent quatre-vingt-trois millions quatre-vingt-dix-neuf mille (135 783 099 000) Francs CFA composé d’une Tranche A  n°6908-CI de quatre-vingt-deux millions huit cent mille (82 800 000)  Euros et d’une Tranche B n° 6909-CI de cent vingt-quatre millions deux  cent mille (124 200 000) Euros, conclu le 18 juin 2021 entre l’Association  Internationale de Développement (AID) et la République de Côte  d’Ivoire, en vue du financement du Projet de Développement des  Chaines de Valeur Vivrières (PDC2V).  L’objectif global du projet est de soutenir durablement le développement  de chaines de valeur agroalimentaires compétitives et inclusives. Ainsi,  ce financement permettra non seulement de renforcer les capacités des  institutions publiques clés opérant dans le développement des chaines  de valeur vivrières, de consolider les infrastructures de  commercialisation et de distribution des produits agroalimentaires, mais  également de favoriser l’accès aux nouvelles technologies agricoles  adaptées au climat afin de développer des variétés de manioc et de  cultures horticoles à haut rendement.

3- Au titre du Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie en  liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances, le  Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat et le Ministère  de l’Environnement et du Développement Durable;

Le Conseil a adopté (04) décrets :

 Un décret portant attribution d’un permis de recherche, valable  pour l’or, à la société «West Africa Mineral Exploration SARL en abrégé WAME SARL» dans les départements de Ferkessédougou et de Sinématiali ;

 Un décret portant attribution d’un permis de recherche, valable  pour l’or, à la société «West Africa Mineral Exploration SARL en  abrégé WAME SARL» dans le département de Minignan ;

 Un décret portant attribution d’un permis de recherche, valable  pour le manganèse, à la société «IVOIRE MINERAIS SA» dans le département de Bondoukou ;

 Un décret portant attribution d’un permis de recherche, valable  pour l’or, à la société «BATTLE RESOURCES COTE D’IVOIRE  SARL» dans les départements de Gagnoa, d’Issia et de Soubré.

Ces permis de recherche sont délivrés pour une période de validité de quatre (04) ans. L’ensemble de ces permis satisfait entièrement aux conditions techniques et environnementales requises.

C/- COMMUNICATIONS

1- Au titre du Premier Ministre, Chef du Gouvernement ; Le Conseil a adopté deux communications.

 La première communication est relative aux conclusions de la  revue sectorielle 2020 des projets du Contrat de Désendettement  et de Développement (C2D).  A l’issue des travaux qui se sont déroulés dans les mois d’avril et de juin  2021, il ressort que toutes les conventions d’affectation pour le  financement des projets des deux C2D ont été signées. En dépit des  mesures restrictives liées à la crise sanitaire, qui ont fortement impacté la mise en œuvre des opérations telles que prévues, le niveau d’exécution est globalement satisfaisant. De nombreuses livraisons de projet d’envergure ont été faites en 2020. Il s’agit notamment de l’Agence de la Nouvelle PSP et de l’INFAS à Bouaké, de l’usine de production d’eau potable de Saint-Viateur à Cocody, de neuf (09) châteaux d’eau à Gagnoa et à Sinfra, du tronçon Bouaké-Ferké, de la route du Nord, des lycées professionnels de Daoukro et de Yopougon.  Les livraisons se poursuivront en 2021 avec celles des Cours d’appel de  Korhogo et de Daloa, le pont Félix Houphouët-Boigny réhabilité et bien  d’autres ouvrages.

Au 31 décembre 2020, l’exécution cumulée des projets des deux C2D ont nécessité une mobilisation financière de 959,85 milliards de francs CFA. Au titre de l’année 2020, 97,37 milliards de francs CFA ont été  décaissés contre 109,8 milliards de francs CFA prévus, soit un taux de  réalisation des prévisions de 88,68% malgré le contexte de crise sanitaire.

La signature d’un 3e C2D devrait intervenir au 3e trimestre de l’année  2021 pour le démarrage de nouveaux travaux et la consolidation des  projets en cours.

 La deuxième communication est relative au point de la préparation  de la Journée Nationale de l’Excellence, édition 2021.  En raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de la COVID-19, la  cérémonie de remise du Prix National d’Excellence aux lauréats de  l’édition 2020 n’a pas pu se tenir, alors que le processus de sélection de  ceux-ci avait été achevé.  Au cours du Conseil des Ministres du Mercredi 07 Juillet 2021, le  Gouvernement a autorisé l’organisation, cette année, de la Journée Nationale de l’Excellence, le vendredi 06 Août 2021 à 11 heures au  Palais de la Présidence de la République, sous la présidence du Président de la République.  Ainsi, pour l’édition 2021 de la Journée Nationale de l’Excellence,  l’option retenue est la reconduction des lauréats de l’édition 2020,  auxquels vont s’ajouter les lauréats du Secteur Education Formation,  sélectionnés au terme des examens de fin d’année scolaire 2021.  Au total, pour cette édition, 84 Prix seront décernés aux lauréats  nationaux alignés selon la configuration du Gouvernement. Ces lauréats recevront, comme chaque année un trophée, un diplôme et  une enveloppe de dix (10) millions de francs CFA pour ceux classés  premiers. Quant aux lauréats classés deuxièmes et troisièmes, ils  recevront respectivement chacun un million cinq cent mille (1 500 000) et  un million (1 000 000) de francs CFA.

2- Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères,  de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, en liaison avec le  Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère du  Budget et du Portefeuille de l’Etat ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’évaluation de  l’incidence financière des accréditations multiples. Conformément au Plan de restructuration de la Carte diplomatique, les juridictions de plusieurs Ambassades ont été étendues à certains pays  amis de la Côte d’Ivoire, en vue de renforcer le niveau de  représentativité de notre pays dans le monde.

Ainsi, à la date du 17 juin 2021, les Ambassades à accréditations  multiples, celles dont la juridiction couvre plusieurs pays (en dehors du  lieu de résidence) sont au nombre de trente-et-un (31) couvrant cent six (106) pays.  Aussi, le Conseil a instruit le Ministre chargé des Affaires Etrangères et  l’ensemble des Ministres concernés à l’effet de prendre les dispositions idoines aux fins d’assurer l’effectivité de ce déploiement important de notre diplomatie.

3- Au titre du Ministère de la Promotion de l’Investissement et du  Développement du Secteur Privé en liaison avec le Ministère  d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration  Africaine et de la Diaspora, le Ministère de l’Economie et des  Finances, le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat et  le Ministère du Commerce et de l’Industrie; Le Conseil a adopté une communication relative à la participation de la  Côte d’Ivoire à l’Expo Dubaï 2020.  L’édition 2020 de l’« EXPO DUBAI », l’une des plus grandes foires[1]expositions à caractère universel, aura lieu du 1er octobre 2021 au 31  mars 2022, à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis, sous le thème : « Connecter les esprits, construire le futur ».

Notre pays prendra part à ce grand salon dans le cadre de la mise en  œuvre de son plan stratégique de multiplication et de diversification des  partenaires commerciaux, notamment avec les pays émergents, en vue  de susciter l’intérêt des investisseurs et des institutions de financement.  La participation ivoirienne à cet évènement sera marquée par la  « Journée Nationale de la Côte d’Ivoire » prévue le 17 octobre 2021,  sous la présidence du Premier Ministre, représentant le Chef de l’Etat.  Relativement aux préparatifs, le Commissaire Général de Section, en  charge de la participation du pays, conduira une mission en fin août pour  la réception des clés du pavillon et la finalisation du programme de la «  Nationale de la Côte d’Ivoire » avec les autorités des Emirats Arabes  Unis.

4- Au titre du Ministère du Commerce et de l’Industrie; Le Conseil a adopté une communication relative aux rencontres sur le coût de la vie. Face à une relative hausse des prix de certains produits de première nécessité, le Gouvernement a mené une série d’actions qui s’inscrivent dans la dynamique de la lutte contre la vie chère initiée plus tôt. Il s’agit  notamment de l’organisation, le lundi 19 juillet 2021, d’une réunion  interministérielle sur le coût de la vie, précédée par deux réunions d’experts des Ministères concernés, le vendredi 16 Juillet 2021 et le  lundi 19 juillet 2021 ainsi que d’une conférence de presse du Ministre du Commerce et de l’Industrie, le dimanche 18 juillet 2021. Il convient d’indiquer que les augmentations constatées ne sont pas  spécifiques à la Côte d’Ivoire. En effet, les prix internationaux de la   plupart des produits ont augmenté au deuxième semestre 2020 et ont  encore marqué un fort rebond au premier semestre de l’année 2021.

De façon générale, le renchérissement des prix s’explique par des  facteurs exogènes, notamment la forte demande internationale, le  rationnement de l’offre et la hausse du coût du fret ainsi que de facteurs  endogènes, à savoir la crise énergétique et la baisse saisonnière de  l’offre locale. Toutefois, en vue d’apporter des réponses immédiates aux  préoccupations des populations ivoiriennes, le Conseil a arrêté les mesures ci-après :

- la tenue de rencontres sectorielles avec les différents acteurs  économiques, filière par filière, en vue de trouver des solutions afin de contenir les hausses de prix sur le panier de la ménagère ;

- l’encadrement des prix du riz, de l’huile de palme raffinée, de la

viande de bœuf et de la farine ;

- le renforcement de la surveillance du marché notamment le  contrôle de l’affichage des prix et des prix réglementés ;

- l’Intensification de la communication sur les prix et les actions  menées dans le cadre de la lutte contre la vie chère ;

- la révision de la norme NI sur le pain en vue de la prise en compte  des intrants locaux, notamment le manioc, le maïs et l’igname ;

- la facilitation du retour des bouviers qui convoient le bétail du Mali  et du Burkina Faso vers la Côte d’Ivoire ;

- l’Installation de comités locaux de lutte contre la vie chère ;

- le renforcement de la lutte contre le racket sous toutes ses formes.

Ces mesures immédiates seront suivies de mesures structurelles qui  devront permettre de consolider les acquis et de lutter de façon pérenne  contre la vie chère dans notre pays.

5- Au titre du Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie; Le Conseil a adopté une communication relative à la fin du rationnement  de l’électricité.

Compte tenu de l’insuffisance de la production d’électricité intervenue  entre la fin de l’année 2020 et le début de l’année 2021, en raison d’une série de pannes des ouvrages de production thermique d’électricité et de  l’assèchement des barrages hydrauliques en milieu de saison sèche, il a  fallu, non seulement réduire les exportations et importer de l’électricité,  mais également procéder au rationnement de la fourniture d’électricité  aux clients résidentiels et industriels, pour couvrir la demande. A ce jour,  grâce à l’augmentation du stock hydraulique avec la saison des pluies et  la baisse corrélative de la température en lien avec la réduction de la pointe de consommation nationale de 1 650 MW à 1 450 MW,  combinées aux efforts du Gouvernement, qui ont permis de résorber les  pannes, d’augmenter la puissance des ouvrages de production  électrique et de prévoir des postes de production d’appoint à Abidjan et à  Jacqueville, la production électrique nationale est stabilisée, avec une  marge d’exploitation de 80 MW.  Aussi, le rationnement des ménages a pris fin à Abidjan depuis le 12 juin 2021 et à l’intérieur du pays depuis le 25 juin 2021. Cette période de  crise électrique est définitivement maitrisée depuis le 09 juillet avec la fin  du rationnement des industriels.  En outre, en vue de garantir la production électrique nationale, le Conseil  a pris un ensemble de mesures reparties sur la période 2021-2030. Ce  programme comprenant le renforcement et l’accroissement des  ouvrages de production d’électricité ainsi que des mécanismes pour  assurer l’équilibre du secteur, permettra d’assurer de façon régulière la  fourniture d’électricité au plan national et à l’exportation, avec une marge supérieure à 15%.

D/-Divers

1- La situation sanitaire et le point de la vaccination contre la Covid-19  en Côte d’Ivoire montrent que le virus continue de circuler et  qu’Abidjan demeure l’épicentre de la pandémie dans notre pays.  Aussi, les mesures barrières restent toujours d’actualité, en plus de la  stratégie de vaccination qui vient renforcer la lutte contre la Covid-19.  Le défi majeur reste l’approvisionnement régulier en vaccins, non  seulement pour satisfaire aux besoins de la population, mais surtout  pour maintenir le rythme projeté de la vaccination qui est en  moyenne entre 20 000 et 30 000 doses administrées par jour,  pendant les campagnes intensives planifiées. A cet effet, le pays a 11  acquis de la France 268 800 doses du vaccin Astra Zeneca, réceptionnées le 19 juillet 2021.  L’objectif à terme de la stratégie de vaccination est d’atteindre 60%  de la population de 18 ans et plus, avec une cible mensuelle d’un (01) million de personnes à vacciner par mois, soit sept (07) millions  de personnes d’ici fin décembre 2021. Le plan d’approvisionnement en vaccins jusqu’à la fin décembre  2021 est le suivant :

 en juillet : 500 000 doses du vaccin Astra Zeneca attendus d’ici fin juillet 2021 ;

 en août : 1,7 million de doses du vaccin Astra Zeneca ;

 en septembre : 01 million de doses du vaccin Astra Zeneca ;

 d’octobre à décembre : 3,5 millions de doses du vaccin Johnson  and Johnson.

2- Le prochain Conseil des Ministres se tiendra le 28 juillet 2021, à  Abidjan.

Fait à Abidjan, le 21 juillet 2021

  1. Amadou COULIBALY

Ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie,

Porte-parole du Gouvernement

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Arrivé ce jeudi à Abidjan/Voici la déclaration de Laurent Gbagbo

«(...) Après avoir été acquitté je suis heureux de retrouver la Côte d'Ivoire et l'Afrique. Parce qu’on est de quelque part. Moi je suis de Côte d'Ivoire. Mais j'ai appris en prison que je suis d'Afrique. Toute l'Afrique m'a soutenu aussi bien les peuples que la plupart des chefs d'États. Eux tous m'ont aidé à tenir. Les chefs d'États m'ont aidé à tenir...Quand je suis arrivé de La Haye à Bruxelles, il y a des moments où on croyait que j'étais Camerounais, tellement ils  se  sont mobilisés pour m'attendre. Donc ce n'est pas un hasard si des Camerounais et des Camerounaises se trouvent à mes côtés. Donc je ne suis pas du tout étonné. Merci frères. Je suis arrivé ici surtout avec les larmes aux yeux parce que je n'étais pas là quand ma mère m'a quitté. Dans la crise de 2011, quand on m'a arrêté, elle a fui aussi et elle était au Ghana en exil. Au bout de quelques années, quand elle a su que sa fin était proche, elle est rentrée en Côte d'Ivoire. Et quelques jours après son arrivée en Côte d'Ivoire, elle est décédée. Je n'ai pas été là pour l'honorer une dernière fois, alors que c'est elle qui m'a fait. Sans elle je ne serais pas aujourd'hui docteur en histoire, je ne serais pas président de la République. Et je n'ai pas pu l'honorer. Ça me fait beaucoup de peine. Mais j'ai demandé à un ami, à un frère, Sangaré Aboudramane d'organiser les obsèques de ma mère. Et Sangaré a organisé les obsèques de ma mère. Il s'est déplacé en pays bété (...) oú elle a été enterrée. Mais le même Sangaré n'a même pas attendu que je vienne lui dire merci, après mon acquittement, qu’il est décédé. Donc lui aussi! J'ai beaucoup de peine. Donc je suis venu, je demanderai au secrétaire général de me donner quelques jours pour pleurer mes morts et puis après ça je viendrai vous voir...Nous avons un groupe parlementaire. Vous savez, j'étais là-bas et il y en a qui disaient que le Fpi n'a pas eu beaucoup de députés. Mais il faut faire des comparaisons. Depuis que nous allons aux élections législatives sans être au pouvoir, c'est le plus grand nombre de députés que nous avons-là. Messieurs les députés chers camarades, je vous félicite, je vous remercie. Nous avions eu 100 députés en 2000, mais j'étais président. Ici, pour les législatives, le peuple est légitimiste. Il élit les députés du président de la République. Le peuple est légitimiste ici en Côte d'Ivoire. Mais  je vous remercie. Vous avez mené une grande bataille. Soyez-en félicités. M. le Secrétaire général, voilà ce que je voulais dire aujourd'hui et à la prochaine fois, vous allez me dire quand je suis votre soldat, je suis mobilisé».

In L'HERITAGE 

Accueil de Laurent Gbagbo/ Abel Djohoré dénonce : « Djédjé Bagnon est un agent double au RHDP »

Il était sur le plateau d’Intelligent TV pour commenter l’actualité, en particulier le retour de Laurent Gbagbo. Mais aussi pour faire une mise au point  relative à  un confrère qui l’a présenté comme étant membre du Comité d’accueil de l’ex chef d’Etat Laurent Gbagbo alors qu’il n’en est rien. Abel Djohoré, puisqu’il s’agit de lui, rappelle qu’il est membre à part entière du Rhdp et donc il ne sent ni de près ni de loin concerné par ce comité d’accueil.   Ainsi il dénonce  cette confusion qui tend à jeter le discrédit sur sa personne   et pointe du doigt Djédjé Bagnon  qu’il taxe d’agent double au Rhdp.  

 A la question du confrère d’Intelligent Tv de  savoir comment peut-il  expliquer l’erreur ou la confusion faite par le journaliste André Silver Konan par rapport à  Djédjé Bagnon, Abel Djohoré ne porte pas gants pour asséner ses vérités   à ce cadre du Rhdp qui  qui pour lui ne joue pas franc-jeu. « Je voudrais dire merci au journaliste Silver Konan, qui a eu le mérite de m’appeler à me prononcer sur cette question. Parce que le président est dans une telle bonne dynamique que je ne voulais pas me prononcer. Ma position est connue. Je pense qu’il a réussi à me faire sortir de ma retraite. Donc je voudrais lui dire merci. Mais définitivement, lui rappeler qu’il ne faudrait pas confondre Djédjé Bagnon et Abel Djohoré.  Djédjé Bagnon fait partie de l’équipe qui prépare l’accueil de l’ex président Laurent Gbagbo (il brandit la liste composant le comité d’organisation).  Lui, il a toujours été un agent double au Rhdp, contrairement à moi qui ai toujours milité au Rdr, aujourd’hui au Rhdp. Je ne sais pas d’où il tient son mandat. Mais en ce qui me concerne, j’ai un parti politique, qui a un président, qui a une direction, qui donne des lignes. Et je suivrai la ligne que mon parti aura donnée. Encore une fois je voudrais dénoncer avec la dernière énergie cette façon de vouloir faire l’amalgame, et puis jeter le trouble et le discrédit sur ma personne. Je ne suis concerné ni de près, ni de loin par cet accueil de l’ex président Laurent Gbagbo. C’est vrai, c’est un frère ; c’est vrai qu’en tant que frère, quand il viendra, et si l’occasion m’est donnée d’aller le saluer, j’irai le saluer comme un frère. Mais pour le moment, c’est une affaire de ses partisans ; je ne fais pas partie de ses partisans. Il n’est pas mon mentor ; j’ai un maître qui  est Alassane Ouattara, et j’attends donc les instructions d’Alassane Ouattara. Point barre », a-t-il coupé court.

 Patricia Lyse

S'abonner à ce flux RSS