La France restitue à l'Algérie les restes de 24 combattants tués lors de la colonisation    Algérie : la justice libère Karim Tabbou, figure emblématique du "Hirak"    Procès d’une blogueuse pour blasphème : un test pour la liberté d’expression en Tunisie    Gabon : la dépénalisation de l’homosexualité divise l’opinion    Les jeunes Sud-Africains se mobilisent pour faire tomber les symboles de l’apartheid    En Éthiopie, l'armée déployée dans la capitale après des manifestations meurtrières    La mort d'un chanteur oromo mène l'Ethiopie au bord de l'embrasement    Le meurtre d'un chanteur oromo mène l'Éthiopie au bord de l'embrasement    RD Congo : 60 ans d'indépendance, quel bilan politique, économique et social ?    Éthiopie : plusieurs morts dans des violences après le meurtre d'un chanteur oromo    Emmanuel Macron et le G5 Sahel "convaincus que la victoire est possible contre les jihadistes"    À Paris, une vente controversée de statuettes nigérianes    Covid-19 : l'Algérie maintient ses frontières fermées jusqu'à nouvel ordre    La RD Congo célèbre le 60e anniversaire de son indépendance    Le G5 Sahel et la France se réunissent en Mauritanie pour lutter contre le jihadisme

Politique

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MARDI 30 JUIN 2020

Le mardi 30 juin 2020, un Conseil des Ministres s’est tenu de 11h00 à 12h30, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat.

 

 

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants : 

A/- Mesures Générales  Projets de décrets

 B/- Divers

A/–  MESURES GENERALES

 PROJETS DE DECRETS

 - Au titre du Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de la Ville, le Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt N°6686-CI, d’un montant total de deux cent quatre-vingt-sept millions sept cent mille (287 700 000) euros, soit cent quatre-vingt-huit milliards sept cent dix-huit millions huit cent vingt-neuf mille neuf cents (188 718 829 900) francs CFA, conclu le 19 juin 2020 entre l’Association Internationale de Développement (AID) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Projet d’Assainissement et de Résilience Urbaine (PARU).

Ce projet vise, d’une part, à réduire les risques d’inondation dans les zones vulnérables du District Autonome d’Abidjan, ainsi que des principales villes de l’intérieur du pays et, d’autre part, à améliorer la gestion des déchets solides dans les municipalités concernées. Il comprend, notamment la construction de nouveaux systèmes de drainage primaire et secondaire, la réhabilitation de ceux existant, la réalisation de travaux routiers associés au drainage et le réaménagement de certaines zones de rétention d’eaux.

Le PARU permettra également de développer et de mettre en œuvre les meilleures pratiques en matière de réduction des déchets, de recyclage et d’économie circulaire, d’élaborer un programme de formation afin de développer les compétences des Petites et les Moyennes Entreprises (PME) portant sur les outils et les techniques de recyclage appropriées.

2- Au titre du Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de la

Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, le Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ; 

Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’accord de Prêt          n° 6659-CI d’un montant de cinquante-quatre millions huit cent mille         (54 800 000) euros, soit trente-cinq milliards neuf cent quarante-six millions quatre cent quarante-trois mille six cents (35 946 443 600) francs CFA, conclu le 19 juin 2020, entre l’Association Internationale de Développement (AID) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement additionnel du Projet régional d’Autonomisation des Femmes et de Dividende Démographique au Sahel (SWEDD).

Ce projet vise, non seulement, à accroître l’autonomisation des femmes et des adolescentes, mais également à faciliter leur accès à des services de santé reproductive, infantile et maternelle de qualité. 

Il comprend, notamment l’amélioration de l’accessibilité des contraceptifs et la performance de leur chaîne d’approvisionnement, ainsi que l’amélioration de la disponibilité des agents de santé génésiques dans les zones rurales par le renforcement des capacités des sages-femmes et des autres membres du personnel impliqués dans les services de prestation de Santé de la Reproduction Maternelle, Néonatale, Infantile et Nutritionnelle (SRMNIN).

3- Au titre du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation ;

Le Conseil a adopté un décret portant prorogation de la période de révision de la liste électorale.

Au moment où le deuxième délai accordé aux Ivoiriens pour l’inscription sur la liste électorale arrive à échéance, l’engouement qui avait justifié la première prorogation n’a pas faibli et de nombreux Ivoiriens ne pourront pas s’inscrire sur la liste électorale, si cette opération s’arrête définitivement à la date du 30 juin 2020.  

Aussi, à la demande des parties prenantes au processus électoral et soucieux de la participation massive des Ivoiriens aux élections, le Conseil des Ministres, sur proposition de la Commission Electorale Indépendante (CEI), a décidé de proroger, à nouveau, la période de révision de la liste électorale jusqu’au dimanche 05 juillet 2020 à 12 heures. 

B/- DIVERS

Au titre du Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité ;

Le Conseil a été informé de la situation des inondations après les fortes pluies qui se sont abattues sur le District Autonome d’Abidjan et sur plusieurs villes de l’intérieur du pays.

Le Conseil des Ministres a exprimé ses condoléances aux familles des personnes décédées et sa compassion aux populations sinistrées. 

Le Président de la République a instruit l’ensemble des Ministres concernés à l’effet de procéder à la libération des voies d’eau. 

Le Conseil invite, à nouveau, les populations vivant dans les zones à risque à les quitter sans délai.

Fait à Abidjan, le 30 juin 2020  Sidi Tiémoko TOURE Ministre de la Communication et des Médias, Porte-parole du Gouvernement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Côte d’Ivoire : Williams Atteby mort d’un AVC après avoir contracté le coronavirus

Williams Ateby, ex-député (FPI), est mort d’un accident vasculaire cérébral (AVC), ce jeudi 25 juin 2020 à Abidjan, après avoir contracté le coronavirus. C’est un coup dur pour le Front populaire ivoirien (FPI). L’ex-député Williams Ateby est mort à Abidjan d’une crise cardiaque. Une nouvelle bouleversante alors que l’ex-député s’était impliquée pour que les deux camps ennemis au sein du parti fondé par Laurent Gbagbo, se réconcilient enfin, à quatre mois de la présidentielle ivoirienne. Les dernières images publiques de Williams Ateby remontent à la première quinzaine du mois de juin, quand il avait rendu visite à une famille, avec laquelle il avait partagé le repas. Il apparaissait en bonne santé et physiquement fort. L’ex-député de Yopougon, au verbe haut et fort, alors proche de Simone Gbagbo, avait rallié le camp de Pascal Affi N’Guessan, à son retour d’exil.

Mort de Williams Ateby

« Faites preuve d’une conscience militante exemplaire et retournons à la base sans complexe. Prendre le nom de Gbagbo comme fonds de commerce est vraiment désolant », s’était-il alors adressé au camp d’Aboudramane Sangaré, subitement décédé, il y a deux ans. Sa mort intervient alors que Simone Gbagbo a entrepris de jouer un rôle de facilitatrice entre Pascal Affi N’Guessan et Assoa Adou, qui dit agir pour le compte de Gbagbo, en liberté conditionnelle à Bruxelles (Belgique). De source proche de la famille, il avait contracté le coronavirus, mais a été victime d’une crise cardiaque.

Avec Afrik Soir

Attaque de l'armée ivoirienne dans le nord-est / Le gouvernement rassure sur les dispositions prises pour la sécurisation de la région

Le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko a donné le 11 juin 2020 des assurances sur les dispositions prises pour la sécurisation de la région nord-est, après l’attaque d’un poste avancé des Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI) à Kafolo (sous-préfecture de Sikolo) dans la nuit du 10 juin.

« Je peux assurer que le niveau d’organisation de nos forces est tel que leur réponse sera rapide. Et nous allons renforcer nos moyens », a affirmé le ministre d’Etat Hamed Bakayoko, à l’issue d’une réunion du Conseil national de sécurité (CNS).

Hamed Bakayoko a ajouté que des forces de défense et de sécurité venues en renfort ont commencé une opération de ratissage de la zone attaquée pour rechercher les auteurs et les complices de cette attaque terroriste. « La Côte d’Ivoire a les moyens de faire face. Elle l’a démontré par le passé », a-t-il assuré.

Le ministre d’Etat a exprimé la compassion et les condoléances du Président de la République Alassane Ouattara aux familles des victimes. Le bilan de cette attaque fait état d’une dizaine de morts, de six blessés et d’un assaillant neutralisé.

CICG

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 10 JUIN 2020

Le mercredi 10 juin 2020, un Conseil des Ministres s’est tenu de 10h00 à 13h45, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants :

A/-Mesures Générales

 Projets de décrets

B/-Communications

C/-Diver

A/– MESURES GENERALES


PROJETS DE DECRETS

1- Au titre du Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Equipement et de l’Entretien Routier et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat Le Conseil a adopté un décret portant ratification de la Convention de crédit N° CCI 1596 03 T, d’un montant de cinquante-cinq millions (55 000 000) d’euros, soit trente-six milliards soixante-dix-sept millions six cent trente-cinq mille (36 077 635 000) francs CFA, conclue le 28 mai 2020 entre l’Agence Française de Développement (AFD) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du projet d’achèvement des opérations de réhabilitation d’infrastructures de transport.

Ce projet vise à améliorer les conditions de circulation des biens et des personnes entre les différentes régions du pays et à favoriser les échanges avec les pays limitrophes. Il comprend précisément la réhabilitation de la route du nord entre Bouaké et Ferkessédougou, longue de 220 kilomètres, la réhabilitation du Pont Félix Houphouët-Boigny et le remplacement, en zone rurale, de onze (11) ouvrages par des ponts métalliques.

2- Au titre du Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère des Transports, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Equipement et de l’Entretien Routier et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat

Le Conseil a adopté un décret portant ratification de la Convention de crédit n° CCI 1704 01 F d’un montant de quatre-vingt-dix millions (90 000 000) d’euros, soit cinquante-neuf milliards trente-six millions cent trente mille (59 036 130 000) francs CFA, conclue le 28 mai 2020, entre

l’Agence Française de Développement (AFD) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Projet de Mobilité Urbaine d’Abidjan (PMUA).

Ce projet d’envergure, conçu pour améliorer l’offre de transport collectif dans le Grand Abidjan, consiste en la réalisation d’une ligne Est-Ouest de Bus Rapid de Transit (BRT) de 20 kilomètres, équipée de bus articulés électriques, entre les Communes de Yopougon et de Bingerville. Il comprend également la restructuration et le renforcement des lignes de la Société des Transports Abidjanais (SOTRA), ainsi que la professionnalisation du transport artisanal pour améliorer la qualité du service.

3- Au titre du Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural, le Ministère des Transports, le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat

Le Conseil a adopté un décret portant ratification de la Convention de crédit N°CCI 1631 01 E, d’un montant de vingt-huit millions (28 000 000) d’euros, soit dix-huit milliards trois cent soixante-six millions sept cent quatre-vingt-seize mille (18 366 796 000) francs CFA, conclue le 28 mai 2020 entre l’Agence Française de Développement (AFD) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du projet de renforcement des services météorologiques ivoiriens.

Ce projet vise à renforcer les stations météorologiques et les postes pluviométriques disséminés sur le territoire national en vue de réaliser un maillage territorial optimal pour atteindre des prévisions météorologiques plus précises. Ce financement permettra plus précisément de renforcer les moyens humains et techniques de la Société d'Exploitation et de Développement Aéroportuaire, Aéronautique et Météorologique (SODEXAM) de façon à améliorer les capacités de prévention et de réaction de l’Etat, des collectivités territoriales et des acteurs économiques, face aux événements météorologiques et climatiques.

4- Au titre du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, en liaison avec le Ministère d'Etat, Ministère de la Défense, le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, le Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural, le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques, le Ministère des Transports, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat et le Ministère chargé des Affaires Maritimes ;

Le Conseil a adopté un décret relatif au contrôle sanitaire des personnes aux points d’entrée terrestres, maritimes, fluvio-lagunaires, ferroviaires et aéroportuaires.

Ce décret crée, conformément au Règlement Sanitaire International (RSI), 42 postes de contrôle sanitaire aux points d’entrée sur le territoire national en vue de renforcer la sécurité sanitaire au plan national. Ces points de contrôle, tenus par les agents de l’Institut National de l’Hygiène Publique (INHP) en liaison avec les Forces de Défense et de Sécurité, constituent les premiers contacts à l’entrée et les derniers à la sortie du territoire national, de façon à protéger durablement les populations contre les menaces sanitaires sans entraver la libre circulation des biens et des personnes.

5- Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances ;

Le Conseil a adopté un décret portant augmentation du capital social de la Banque Populaire de Côte d’Ivoire et fixant les modalités de ladite opération.

L’Assemblée Générale de la banque, tenue en février 2019, a adopté l’augmentation du capital social de la Banque Populaire à 53 milliards de francs CFA. Ce décret, pris conformément à la réglementation en

vigueur sur l’organisation des sociétés d’Etat, entérine la décision et fixe les modalités opératoires de cette opération.


B/– COMMUNICATIONS

1- Au titre du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté une communication relative à l’Etat d’exécution du Programme Social du Gouvernement (PSGOUV) au 31 mars 2020.

Au terme du premier trimestre 2020, et en dépit du contexte de crise lié à la COVID-19, le PSGouv a, notamment, permis de réaliser l’électrification de 186 localités, le raccordement de 34 545 ménages grâce au fonds Programme Electricité Pour Tous (PEPT), la construction de 174 latrines-écoles et de 3 438 latrines villageoises, et le reprofilage de 498 kilomètres de pistes rurales. Il a permis également de procéder au remplacement de 1 965 pompes villageoises. Au cours de ce premier trimestre, 404 213 personnes ont été enrôlées dans le cadre de la Couverture Maladie Universelle (CMU) et 266 jeunes ont bénéficié de stages d’insertion dans des entreprises.

Ces réalisations ont nécessité, à fin mars 2020, l’engagement d’un montant total de 105,3 milliards de francs CFA dont 82 milliards de francs CFA au titre du Programme National d'Electrification Rurale (PRONER) sur 479,4 milliards de francs CFA de financement effectif en 2020. Soit un taux d’engagement de 22% dû aux difficultés relatives au basculement en mode budget-programme, en cours de résorption pour améliorer l’exécution budgétaire, ainsi qu’aux mesures de restrictions imposées par la gestion de la COVID-19.

2- Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, le Ministère du Commerce et de l’Industrie, le Ministère de la Promotion de la Jeunesse et de l'Emploi des Jeunes, le Ministère auprès du Premier Ministre,  chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat et le Ministère de la Promotion des PME ;

Le Conseil a adopté une communication relative à l’état d’exécution des activités des fonds de soutien à fin mai 2020.

En attendant la finalisation des travaux de définition des critères d’éligibilité, ainsi que des modes opératoires et en tenant compte de l’urgence de soulager les populations et les entreprises fragilisées par la crise sanitaire, des dispositifs transitoires ont été mis en place, pour chaque fonds, sur une période d’un mois à compter du 15 mai 2020. Le niveau des ressources allouées à la phase transitoire est de 10% de la dotation initiale cible de chaque fonds, ce qui équivaut pour le Fonds de Soutien aux Grandes Entreprises (FSGE), le Fonds de Soutien aux PME (FSPME), le Fonds d'Appui au Secteur Informel (FASI) et le Fonds Spécial de Solidarité (FSS), respectivement, à un montant de 10 milliards de francs CFA, 15 milliards de francs CFA, 10 milliards de francs CFA et 17 milliards de francs CFA.

Ainsi, il ressort, à la date du 31 mai 2020, que onze (11) entreprises localisées à Abidjan contre une (01) entreprise implantée à l’intérieur du pays intervenant, notamment dans les secteurs de l’industrie (33%), du BTP (25%), du commerce (25%) et des services (17%) ont bénéficié de l’appui du FSGE pour un montant total de 4,192 milliards de francs CFA, soit un taux d’utilisation des ressources de la phase transitoire de 41,3%. Les appuis octroyés aux entreprises ont contribué à préserver environ 3 146 emplois.

Onze (11) PME issues des secteurs de l’agro-industrie (27,3%), du tourisme et hôtellerie (18,1%), du commerce (18,1%), du transport (9,1%), de la restauration (9,1%), du BTP (9,1%) et de l’agriculture (9,1%) ont pu bénéficier de l’appui du FSPME, pour un montant total de 162,34 millions de francs CFA.

Environ 2 279 acteurs du secteur informel, composés de 57% de femmes et de 43% d’hommes, localisés pour 48,5% hors du grand Abidjan et 51,5% dans le Grand Abidjan, intervenant dans les secteurs  du commerce (46,5%), de l’artisanat (23,7%), du transport (18,8%) et de la restauration (11%), ont reçu l’aide du FASI. Le montant total de la subvention allouée à ces bénéficiaires s’établit à 531,55 millions de francs CFA.

Au total, 72 498 bénéficiaires, représentant 40,9% de la cible des 177 198 ménages vulnérables visés par la phase transitoire, ont pu bénéficier de l’aide du FSS. Outre les transferts monétaires au profit des ménages vulnérables, le fonds a pris en charge les factures d’électricité de 1 052 749 ménages abonnés au tarif social d’électricité. Des appuis financiers ont également été octroyés à cinq (05) centres accueillant 273 enfants de la rue. Le FSS se prépare également à traiter le cas des 20 706 travailleurs mis au chômage du fait de la COVID-19. Le montant total des opérations réalisées par le fonds s’élève à 10,74 milliards de francs CFA contre une dotation de la phase transitoire de 17 milliards de francs CFA, soit un taux d’exécution financière de 63,17%.

Toutefois, il ressort un niveau d’absorption des ressources relativement faible, en raison notamment des difficultés qu’éprouve la majorité des entreprises à fournir les états financiers des exercices 2017, 2018 et 2019 et les comptes d’exploitation prévisionnels. En outre, la quasitotalité des microentreprises ne dispose pas de déclaration sociale (CNPS) et d’attestation de régularité fiscale.

Aussi, le Conseil a instruit le Ministre de l’Economie et des Finances et l’ensemble des Ministres concernés à l’effet de prendre les mesures appropriées pour la prise en charge par le fonds de soutien aux acteurs du secteur informel, de toutes les microentreprises éprouvant des difficultés à remplir les critères requis au titre du Fonds de Soutien aux PME.

3- Au titre du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique ;

Le Conseil a adopté une communication relative au redéploiement d’agents spécialisés du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique.

Dans le cadre du PSGOUV, le Gouvernement a initié un vaste programme de construction, de réhabilitation, et d’équipement des infrastructures hospitalières, d’un coût global de 850 milliards de francs CFA. Ce programme concernant environ 40 structures hospitalières a été associé à une étude actuellement en cours sur l’optimisation de l’organisation des soins et du dimensionnement des effectifs des professionnels du secteur public de la santé.

En attendant les conclusions et les orientations stratégiques de cette étude, le Conseil a adopté la mise en place d’un plan urgent de redéploiement de certains agents spécialisés vers des zones moins pourvues avec le renforcement des plateaux techniques pour permettre l’exercice des soins spécialisés dans ces localités.

Ainsi, vingt (20) cardiologues et douze (12) chirurgiens ont déjà été redéployés. Dix-sept (17) gynécologues obstétriciens, six (06) pédiatres et sept (07) infirmiers anesthésistes suivront dans le courant de cette semaine. Toutes les catégories et toutes les spécialités seront très rapidement concernées par ce processus, de façon à rapprocher les services de santé des populations.

4- Au titre du Ministère de l'Economie Numérique et de la Poste, en liaison avec le Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté une communication relative à la mise en œuvre du Service Postal Universel (SPU) en Côte d’Ivoire.

L’exercice du Service Postal Universel est soumis, pour rappel, à la délivrance d’une licence d’exploitation conformément aux lois et règlements en vigueur, notamment la loi n° 2013-702 du 10 octobre 2013 portant Code des postes. A ce jour, seule la société La Poste de Côte d’Ivoire est attributaire d’un tel agrément qui en fait l’opérateur unique de service postal universel ayant qualité pour effectuer toute opération et prestation concernant la collecte, le tri, l’acheminement et la
distribution des envois postaux, ainsi que le service de distribution des imprimés de tout poids, à savoir, les livres, les catalogues, les journaux et les écrits périodiques.

Aussi, le Conseil a instruit le Ministre chargé de la Poste et l’ensemble des Ministres concernés à l’effet de prendre les dispositions idoines pour l’application stricte du Code des postes à l’encontre des opérateurs titulaires d’autorisation provisoire et des autres opérateurs économiques qui exercent illégalement dans le secteur du service postal universel.

5- Au titre du Ministère de la Modernisation de l’Administration et de l’Innovation du Service Public ;

Le Conseil a adopté une communication relative au bilan des activités du 1er trimestre 2020 de l’Observatoire du Service Public (OSEP).

Au premier trimestre 2020, l’OSEP a enregistré 2 331 requêtes dont 1925 ont effectivement été validées et traitées. Les 406 autres requêtes constituent des données inexploitables en raison de leur formulation inappropriée, du manque de pièces justificatives et de leur répétition.

Sur les 1 925 requêtes, l’on note essentiellement 12,52% de réclamations et 73,66% de demandes d’informations.

A l’issue des saisines des différents Ministères concernés par les requêtes des usagers, l’OSEP a enregistré la résolution de 83% des réclamations représentant un taux de satisfaction exprimé par les usagers de 52% en lien avec le processus de modernisation de notre Administration.

6- Au titre du Ministère du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté une communication relative aux informations relatives aux flux financiers du secteur énergie au 31 mars 2020.
Du 1er janvier au 31 mars 2020, les productions de pétrole brut et de gaz naturel sont respectivement estimées à 2 506 452 barils et 18 769 463 MMBTU correspondant à des débits de 27 543 barils par jour de pétrole brut et 206 258 MMBTU par jour de gaz naturel. Elles enregistrent, chacune une baisse de 25,09% et une hausse de 2,99% par rapport aux résultats obtenus en 2019 sur la même période, du fait de la déplétion naturelle sur le bloc CI-26 et de la limitation des capacités de production de pétrole brut sur le bloc CI-40 suite à l’arrêt de l’exportation de gaz naturel.

La valorisation de la part Etat de pétrole brut et de gaz naturel s’établit à $US 41,104 millions (environ 24,433 milliards de francs CFA), en baisse de 6,30% par rapport aux performances obtenues pendant la même période en 2019 et de 14,87% par rapport aux prévisions de revenus. Ces tendances résultent des effets combinés de la baisse de la production de pétrole brut et de gaz naturel et du prix moyen pondéré de valorisation du pétrole brut.

Au niveau des produits pétroliers, la production totale, importations de base incluses, est de 843 519 TM, soit une baisse de 8,6 % comparée à celle de fin mars 2019. Les ventes totales, y compris les ventes à la Société Multinationale de Bitumes (SMB) réalisées par la Société Ivoirienne de Raffinage (SIR), enregistrent une baisse en volume de 13,79% due à la baisse de 82 % des ventes sur le marché burkinabè.

A fin mars 2020, les droits émis sur les produits pétroliers sont de 96,87 milliards de francs CFA contre de 99,42 milliards de francs CFA à la même période en 2019, soit une baisse de 2,56% due à un niveau de taxation moyen inférieur à celui de 2019.

Relativement à l’électricité, la production totale brute à fin mars 2020 s’établit à 2 901,25 GWh dont 67,18% pour le thermique et à 32,82% pour l’hydraulique. Elle enregistre une hausse de 5,99 % par rapport à son niveau de fin mars 2019. La production d’électricité de source thermique a nécessité l’achat de combustibles évalués à 59,227 milliards de francs CFA dont 54,911 milliards de francs CFA de gaz naturel.
A fin mars 2020, le solde d’exploitation du secteur de l’électricité connaît un excédent de 4,265 milliards de francs CFA avec des recettes de 174,297 milliards de francs CFA contre 170,033 milliards de francs CFA de dépenses.

7- Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté une communication relative aux coûts des exonérations accordées à fin mars 2020.

Au premier trimestre 2020, le coût des exonérations fiscale et douanière s’établit à 77,5 milliards de francs CFA contre 87,7 milliards de francs CFA à fin mars 2019, soit une baisse de 10,2 milliards de francs CFA. Ce coût représente 7,4% des recettes brutes mobilisées par les administrations fiscale et douanière contre 9,5% à fin mars 2019. Les exonérations accordées à fin mars 2020, au titre de la fiscalité de porte, se chiffrent à 49,9 milliards de francs CFA, soit 64,3% de la dépense fiscale, et en régime intérieur à 27,6 milliards de francs CFA, représentant 35,7%. Ces exonérations ont été particulièrement importantes en matière de Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) et de droits de douane, dont les montants cumulés se chiffrent à 66,5 milliards de francs CFA.

Les secteurs d’activité ayant bénéficié d’exonérations les plus importantes sont principalement l’industrie, les services, l’administration et les BTP.

C/- DIVERS

Le Conseil a été informé de la tenue du prochain Conseil National de Sécurité le jeudi 11 juin 2020.

Fait à Abidjan, le 10 juin 2020

Sidi Tiémoko TOURE Ministre de la Communication et des Médias, Porte-parole du Gouvernement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

LUTTE CONTRE LA COVID19/ Le grand geste de Simone Gbagbo et son message aux ivoiriens

Chères sœurs,

Chers frères,

Chers parents de Côte d’Ivoire,

Depuis un peu plus de 2 mois, notre pays, est confronté à la grave crise sanitaire liée à la pandémie de la COVID-19. Je voudrais, d’emblée, féliciter une fois de plus toutes celles et ceux qui œuvrent au quotidien pour nous éviter la catastrophe sanitaire que nous craignions tous. Notre reconnaissance et nos remerciements au corps médical (médecins, infirmiers, infirmières, pharmaciens, laborantins etc.) sont éternels. Même sous-équipés, même scientifiquement impréparés, même sous-protégés, ils s’acharnent à surmonter les peurs intérieures, les risques de contamination personnelles, pour recevoir les malades, les soigner, les guérir. Soyez bénis. Que le Seigneur n’oublie aucun de vos bienfaits. Je salue également le Gouvernement et toutes les forces vives de la nation dont les directives sont le socle de notre résistance à cette pandémie. En conjuguant nos efforts, nous avons montré que cette pandémie n’est pas une fatalité.

C‘est cependant encore une fois, le lieu de nous rappeler à tous, la nécessité de continuer, malgré les récentes mesures d’allègement, à respecter scrupuleusement les mesures barrières. Il ne faut surtout pas baisser la garde. Le monstre n’a pas encore disparu de notre terre. Il est encore là, tapi dans nos cités et prêt à tuer. Ne faisons donc preuve d’aucune négligence, ni de désinvolture, ni de triomphalisme inadéquat. Donnons-nous le défi, par notre discipline et notre esprit de sacrifice, d’éradiquer cette maladie de chez nous. L’État, de son côté, continue et doit continuer d’assumer sans relâche ses propres responsabilités. C’est-à-dire :

‒ Se doter de moyens de détection des personnes contaminées afin de pouvoir très tôt les prendre en charge ;

‒ Systématiser la prise en charge efficace des malades ;

‒ Assurer la protection de tout le personnel médical ;

‒ Distribuer gratuitement à toute la population, les millions de masques dont on nous a annoncé l’arrivée. Dans la grande mobilisation générale contre la COVID-19, il s’est développé un élan de solidarité national auquel je voudrais humblement, encore une fois, m’associer. J’ai donc décidé avec le soutien de plusieurs Ivoiriens très sincèrement concernés, de faire des dons en nature aux populations civiles et à des Structures sanitaires de la place. Il s’agit de :

‒ 15 500 Bavettes chirurgicales,

‒ 10 000 Masques ordinaires

‒ 370 Masques FFP1 et 2,

‒ 100 Combinaisons de protection,

‒ 1 000 Charlottes de protection,

‒ 100 Surchaussures,

‒ 56 Kits de lavage de main,

‒ Des lingettes mains

‒ Des thermomètres infrarouge pistolet,

‒ Des Draps de Consultation Microfibre

‒ Des poubelles à pédale

‒ Des gels hydro alcooliques.

Tous ces dons seront répartis entre l’Hôpital Militaire d’Abidjan (H.M.A), l’Hôpital Houphouët Boigny d’Abobo, le dispensaire d’Anonkoua-Kouté, la chefferie d’Anono, l’Hôpital de Grand-Bassam, l’Hôpital de Bonoua, les dispensaires de Moossou, de Vitré 1, de Vitré 2, d’Ebra et les populations civiles des 6 dernières localités citées.

Chères sœurs,

Chers frères,

Chers parents de Côte d’Ivoire,

Le présent moment de solidarité est aussi une occasion pour moi, de partager avec vous deux de mes convictions. Ma première conviction est que la pandémie de la COVID-19 est certes une grande épreuve de dimension mondiale, mais nous devons surtout y percevoir l’opportunité offerte aux Ivoiriens, et aux Africains de trouver dans leurs ressources propres, des solutions locales à cette pandémie et à toutes les autres crises qui peuvent survenir. De la sorte, nous peuples d’Afrique, nous apporterons une réponse puissante et triomphante à ce défi mondial. C’est le lieu de saluer avec force, les trouvailles des chercheurs africains qui tentent d’apporter des solutions à la crise.

‒ Je tiens à dire ma fierté et mon admiration aux chercheurs ivoiriens qui ont déjà des propositions de solutions sorties de leurs laboratoires.

‒ Je salue le Docteur Jérôme MUYANGI dont les recherches sur la plante "Artemisia" ont permis à l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA) de créer le Covid-Organics, qui est aujourd’hui la pierre angulaire de la lutte contre la COVID-19 à Madagascar.

‒ Je pense aussi au Professeur Béninois AGON Valentin, inventeur de l’Apivirine, aujourd’hui proposé comme remède contre le Coronavirus. Ces pistes de solutions africaines suscitent des débats parfois passionnés, et cela est très positif. Elles sont à relever et à encourager car elles sont un signe visible de la qualité et de la vitalité des ressources endogènes à l’Afrique. Nous devons féliciter et encourager nos chercheurs et leur recommander d’être irréprochables dans leur démarche scientifique. Ils sont scientifiquement aussi bien formés que n’importe quel autre chercheur dans le monde. Nous devons en Afrique, manifester une volonté politique plus forte, accorder à la recherche locale, de plus grands moyens, en promouvoir, soutenir et même défendre les résultats. À ce propos, le Président Malgache, Andry Rajoelina qui s’est battu aux côtés des chercheurs de l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA) pour imposer dans son pays et au monde, le Covid-Organics, est un bel exemple à suivre.

Nous devons davantage apprendre à compter d’abord et avant tout sur nous-mêmes. Nous devons sortir de la timidité, et proclamer nos solutions sans complexe et sans crainte. Moi, je reste convaincu qu’en ce qui concerne la COVID-19, ou toute autre maladie, l’Afrique est capable de produire des remèdes efficaces pour le bien du monde entier. Il nous faut aussi, féliciter tous ces jeunes, qui ont décidé de relever le défi que représente ce virus pour l’humanité. Ils ont tous actionné leurs talents créatifs et cela est heureux. De sorte qu’aujourd’hui :

‒ Ils confectionnent des masques d’aussi grande qualité que ceux qui sont importés.

‒ Ils proposent des appareils utilisables par les praticiens.

‒ Ils fabriquent des instruments pour le lavage des mains, et c’est tant mieux. C’est comme cela qu’une nation avance.

Elle se lève, invente, crée, acquiert de l’assurance et s’impose. Bravo à tous. Ma deuxième conviction est que, face à l’ampleur du danger que représente la COVID 19, dans le monde entier, il reste nécessaire de recourir à l’aide du Dieu tout puissant, le Dieu de notre salut, Celui qui entend les cris de son peuple, lorsque celui-ci s’humilie, prie et cherche Sa face. Chers frères et sœurs ivoiriens vivants en Côte d’ivoire, ou à l’extérieur du pays, l’heure est arrivée d’assembler nos cœurs en un seul battement, indépendamment de nos croyances respectives, et de réclamer à grands cris, la santé, et la vie pour notre pays. Dans un élan commun, implorons la grâce et la faveur du Dieu tout puissant sur notre nation. Implorons le pour :

‒ La guérison de toutes les personnes atteintes du Coronavirus ;

‒ La protection de tous ceux qui sont en première ligne de la riposte, en particulier tous les professionnels de la santé ;

‒ Les dirigeants du pays, afin que Dieu leur donne la sagesse dont ils ont besoin pour prendre des mesures pertinentes et décisives aujourd’hui, demain et après-demain.

C’est notre humiliation devant Dieu combinée à nos efforts respectifs, qui nous permettront de sortir victorieux de cette menace. J’ai foi en Dieu. J’ai foi en sa puissance et en sa miséricorde. Je crois qu’avec sa grâce, nous sortirons victorieux de cette épreuve.

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.

Madame Simone EHIVET GBAGBO

Après la libération de Laurent Gbagbo /Le FPI appelle le gouvernement à créer les conditions d’un dialogue républicain

Mesdames et messieurs les journalistes ;
Mesdames et messieurs des médias sociaux et professionnels de la communication ;
Mesdames et messieurs,

Je voudrais vous remercier aujourd’hui encore pour votre présence massive à ce point de presse que j’ai l’honneur d’animer, après ma conférence de presse du 11 mars dernier.

Merci de toujours accompagner le Front Populaire Ivoirien et tous les combattants de la liberté dans leur lutte pour un véritable ancrage de la démocratie en Côte d’Ivoire et plus largement dans les états africains.

C’est pour l’un des acteurs importants de ce combat pour la démocratie que nous sommes devant vous ce matin. Il s’agit du président Laurent GBAGBO, président du FPI, acquitté depuis le 15 janvier 2019 et maintenu injustement en liberté conditionnelle en Belgique, en vertu d’une décision de la CPI rendue le 1er février 2019.

Depuis cette date, le Parti, les militants, sympathisants et l’ensemble des ivoiriens, n’ont eu de cesse de réclamer la libération totale du père de la démocratie en Côte d’Ivoire et son retour au pays pour contribuer à la réconciliation des ivoiriens.

Hier jeudi 28 mai 2020 en fin d’après midi, la chambre d’appel de la CPI a modifié les conditions de mise en liberté du président Laurent GBAGBO et du ministre Charles Blé GOUDE. Elle a décidé de révoquer notamment les conditions suivantes :
Ne pas se déplacer en dehors des limites de la municipalité dans laquelle ils résident dans l’Etat d’accueil, à moins d’y avoir été expressément autorisés au préalable par la CPI ;

Remettre au Greffe toute les pièces d’identité dont ils disposent, en particulier leur passeport ;
Se présenter chaque semaine auprès des autorités de l’Etat d’accueil ou auprès du Greffe ;

Se conformer à toute autre condition raisonnable imposée par l’Etat dans lequel ils seront libérés.
En d’autres termes, le président Laurent GBAGBO et le ministre Charles Blé GOUDE sont désormais libres de tout mouvement y compris leur retour sur la terre de leurs ancêtres.

Le Front Populaire Ivoirien salue cette décision importante qui marque un tournant dans la lutte pour la réconciliation nationale dans laquelle le Parti s’est toujours engagé mais particulièrement depuis janvier 2019, sur instruction ferme du président Laurent GBAGBO.

Le Front Populaire Ivoirien salue la mémoire de tous nos compatriotes et militants morts depuis l’éclatement de la crise postélectorale de 2010 et qui, malheureusement ne seront pas à l’accueil du président Laurent Gbagbo. Il salue notamment la mémoire de nos anciens responsables, Miaka OURETO et Abou Drahamane SANGARE

Le Front Populaire Ivoirien remercie les ivoiriennes et les ivoiriens qui ont combattu pour le triomphe de la vérité. Il associe à ces remerciements la diaspora ivoirienne et africaine qui, sous la pluie, le soleil et sous la neige, a battu le pavé en Europe et en Amérique pour soutenir sans faille le président Laurent GBAGBO.

Le Front Populaire Ivoirien salue et remercie les peuples africains qui se sont mobilisé partout sur le continent pour la justice en faveur du président Laurent GBAGBO et du ministre Charles Blé GOUDE. Il remercie particulièrement les peuples ghanéen, libérien, togolais et béninois qui ont offert l’hospitalité africaine à leurs frères et sœurs ivoiriens en détresse.

Le Front Populaire Ivoirien réitère, avec à sa tête le président Laurent GBAGBO, son engagement en faveur d’une paix durable en Côte d’Ivoire avec tous les acteurs de la vie sociopolitique, notamment avec le PDCI RDA avec qui il vient de signer un accord de collaboration pour la réconciliation nationale et le retour définitif de la cohésion sociale en Côte d’Ivoire.

Le Front Populaire Ivoirien lance enfin un appel solennel au président Alassane OUATTARA, au Gouvernement et au RHDP-Unifié afin qu’ils saisissent cette opportunité historique pour créer les conditions d’un vrai dialogue républicain en vue de la paix et de la cohésion nationale.

Pour le Front Populaire Ivoirien, l’heure de la vraie réconciliation a sonné.
La Côte d’Ivoire a besoin de paix pour son développement. Le signal que vient de donner la CPI est sans conteste une opportunité que le pouvoir devrait saisir pour rassembler effectivement toutes les filles et tous les fils de ce pays autour de la mère patrie.

Je vous remercie

ASSOA ADOU

 

S'abonner à ce flux RSS