Gabon : dans la presse et devant la justice, l’état de santé d’Ali Bongo fait toujours polémique    En perte de vitesse, le G5 Sahel s’invite au sommet du G7    Arrestation de Nabil Karoui, candidat à l'élection présidentielle en Tunisie    Arrestation de Nabil Karoui, candidat à l'élection présidentielle en Tunisie    Cinq morts en Algérie lors d'une bousculade avant un concert    Présidentielle tunisienne : le Premier ministre délègue ses pouvoirs pour faire campagne    Expertise de la santé d'Ali Bongo : la justice gabonaise est-elle libre ?    Au Ghana, les Afro-Américains attirés par le tourisme mémoriel    Après six mois de contestation en Algérie, la "révolution" dans l’impasse    Rwanda-Ouganda : Paul Kagame et Yoweri Museveni enterrent la hache de guerre    Au Soudan, le Conseil souverain et le nouveau Premier ministre investis    L'analyse de notre correspondant à Khartoum Bastien Renouil    Transition au Soudan : le Conseil souverain a prêté serment    Transition au Soudan : un Conseil souverain, composé de six civils et cinq militaires, a été formé    Au Burkina Faso, "les jihadistes attaquent l’armée pour se ravitailler en armes et munitions"

Politique

Interview / Honorable Yapi Kouadio Isidore, délégué Pdci d’Alépé 2 : ‘’ Le Rhdp unifié est une majorité fictive’’

Député de la circonscription d’Alépé, l’Honorable Yapi Kouadio Isidore est le délégué départemental d’Alépé 2. Sans détour, il dit sa part de vérité sur la situation socio politique en Côte d’Ivoire.

 

A l’approche des échéances électorales de 2020, quel est l’état des lieux dans votre région?

 

Je n’interviendrai que sur la situation du département d’Alépé, puisque je n’ai pas les données des autres départements de la région de la ME. Au niveau d’Alépé, la situation n’a pas évolué par rapport à ce que nous connaissons. Le Pdci-Rda est le deuxième parti politique de notre département après le Front Populaire Ivoirien (Fpi). Nous avons gagné toutes les élections à Alépé. Malheureusement, le maire Pdci Abbé Martial, est décédé et l’élection de son remplaçant a été faite récemment. Malheureusement, il y a eu tellement d’incompréhensions au sein du Pdci. Un délégué départemental a refusé de retirer sa candidature au profit de la personne qui faisait l’unanimité au niveau des responsables politiques du parti. Nous avons souhaité une continuité qui n’a pas été suivie. Et comme il ya des prédateurs prêts à bondir, ils ont acheté 16 conseillers sur 28 à coût de millions et nous avons malheureusement perdu les élections partielles. Le département d’Alépé compte aujourd’hui (4) quatre délégations. Je suis le délégué d’Alépé 2 qui regroupe tous les villages de la sous-préfecture de Danguira. Malheureusement, ma délégation fait partie des trois délégations de la zone Sud qui n’ont pas encore déposé tous leurs documents. Cela est dû au fait que certains villages avaient posé de faux problèmes. Mais les choses sont rentrées dans l’ordre. Donc le 14 août prochain, tous les documents seront déposés auprès du secrétaire exécutif chargé des sections et des délégations départementales et communales. Mais croyez-moi, nous serons à l’aise pendant les élections de 2020 avec la plate forme que le président Bédié est en train de mettre en place avec les autres partis politique . Et nous gagnerons sans problème les élections dans le département d’Alépé voire dans toute la région malgré la présence du Rhdp. Ce sera tant pis pour ceux des nôtres qui sont partis au Rhdp et qui disent qu’ils ne regrettent pas. Nous également, ne regrettons pas d’être restés au Pdci-Rda. Car nous sommes persuadés que ceux qui sont partis, reviendront avant ou après les élections.

 

Croyez- vous encore aux chances du Pdci-Rda avec le départ de bon nombre de cadres au Rhdp ?

 

Nous sommes vers la fin de l’année 2019 et je ne ferai pas la campagne maintenant. Le moment venu, nous parlerons de tous les cadres de la région d’Alépé. Mais ne vous en faites pas, nous savons ce qui se passe sur le terrain malgré tout le tapage qui est officiellement servi aux Ivoiriens.

 

Mais on parle de plus en plus d’une percée au profit du Rhdp unifié du ministre Séka Séka Joseph dans votre région?

 

Le ministre Séka Séka Joseph a peut être percé chez lui à Yakassé- Attobrou, mais pas à Alépé. Parce que nous savons comment il organise les manifestations de son mouvement ‘’Rhdp notre héritage’’ dans le département. Les militants du Rhdp ont été transportés dans six (6) cars depuis Abidjan lors de l’installation de ce mouvement à Alépé pour constituer la foule. Donc on n’appelle pas cela une percée.

 

En tant que parlementaire, quel commentaire faites-vous de la réforme de la CEI?

 

Cette réforme arrachée au forceps n’est pas faite pour apaiser le climat politique. Parce que dans tous les cas, ils sont majoritaires dans toutes les CEI (NDLR: Centrale, départementale, sous préfectorale).Mais comme le ministre de l’Intérieur le disait pendant son passage devant la commission des affaires générales et institutionnelles, ce n’est pas la CEI qui gagne les élections. Je crois qu’il a raison. Parce que vous pouvez avoir la présidence de la Cei et être battu dans un département ou une sous préfecture. Donc, il appartiendra aux militants des autres partis politiques de l’opposition de mettre des stratégies en place de sorte que les résultats qui sortent d’un bureau de vote soient ceux-là qui soient proclamés par la CEI départementale ou sous préfectorale. Dans tous les cas, nous ne sommes pas encore en 2020 et personne ne sait ce qui va se passer d’ici là par rapport à cette CEI qui n’a pas changé. Il ya toujours un déséquilibre. Mais nos responsables travaillent à cela. Parce qu’une loi votée aujourd’hui peut changer demain puisqu’à l’occasion de son interview lors du 59ème anniversaire de la Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara a annoncé qu’il va modifier la constitution. S’il peut modifier après trois ans la constitution, donc la CEI peut aussi être modifiée avant les élections.

 

Comment avez-vous donc accueilli la nouvelle du chef de l’Etat de modifier la constitution à un an de la présidentielle ?

 

Je ne sais vraiment pas ce qu’il veut en faire. Mais il a dit que ce n’est pas pour écarter des candidats. Donc attendons de voir.

 

Une candidature du président Bédié en 2020, vous y croyez ?

 

Je suis délégué départemental Pdci-Rda, le représentant du président Bédié dans la délégation d’Alépé 2. Par conséquent, je suis les directives qu’il donne pour aller sur le terrain. Par rapport à la candidature du président du parti à la présidentielle, lui-même a dit dans une interview que c’est le Pdci-Rda qui choisira son candidat à la convention. Si la convention du Pdci-Rda désigne le président Bédié, je ferai sa campagne sans état d’âme.

 

Comment jugez-vous la rencontre entre les présidents Bédié et Gbagbo récemment en Belgique ? N’est-ce pas la concrétisation de la plate forme ?

 

La plate forme était déjà en préparation. Le président Gbagbo avait auparavant envoyé le ministre Assoa Adou échanger avec le président Bédié à Daoukro. Si les deux hommes se sont rencontrés par la suite, c’est que les choses vont dans le bon sens du rassemblement des partis politiques. C’est une plate forme pour gagner les élections en 2020. Celle-ci, comme le dit le président Bédié, va véritablement réconcilier les Ivoiriens pour que nous allions à une paix durable et donc à un développement durable.

 

Avez-vous peur des élections de 2020 ?

 

Tel que les choses se passent aujourd’hui, il n’ya pas à avoir peur. Il faut simplement prendre des précautions pour que les gens ne trichent pas avant les élections. Déjà, il ya des rumeurs de tricherie par rapport aux cartes d’identité. Concernant le découpage, le président de la république en même temps président du Rhdp dit qu’ils sont majoritaires au niveau des maires, des députés, et des conseillers régionaux. Pour moi, ce sont des majorités acquises ‘‘frauduleusement’’. Surtout en ce qui concerne les mairies. Puisqu’avant d’aller aux élections, ils avaient déjà trente (30) mairies, donc c’est une majorité fictive. On peut faire un découpage aujourd’hui et le refaire dans une semaine. En 1998, le président Henri Konan Bédié a fait un découpage en vue des élections de 2000. En 2000, quand le président Gbagbo a gagné les élections, il a refait le découpage avant les législatives. Cela signifie que si en 2020 le Pdci-Rda gagne les élections, un autre découpage peut se faire avant les législatives et personne ne nous empêchera.

 

Le président Alassane Ouattara dit qu’en huit ans, il a doublé les infrastructures en Côte d’Ivoire et à apporter un mieux-être aux Ivoiriens. Cela se récent-il dans le département d’Alépé ? Entendez-vous le saisir en cas de besoin comme il le souhaite ?

 

Personne n’est venu de la planète Mars. Depuis 2011, nous sommes des Ivoiriens et nous voyons ce qui se passe. Le Rhdp-Rdr est le premier parti politique avec le premier président en Côte d‘Ivoire qui fait du rattrapage. C’est le premier gouvernement sous lequel la majorité des Pme tenues par des Ivoiriens sont en faillite ? Ce sont les sociétés étrangères qui ont le vent en poupe aujourd’hui en Côte d’Ivoire. Et les Ivoiriens sont tous au courant. Si un Ivoirien n’écrit pas au président de la république, c’est qu’il n’y a pas de programmation. Le développement se fait donc à la tête du client et Alépé en est victime. J’ai appris lors d’un séjour en France que des cadres de mon village avancent que le gouvernement refuse de faire nos routes à cause moi puisque je ne suis pas du même bord politique. Cette information a été confirmée lors d’une réunion publique la semaine dernière par un autre cadre. C’est une politique ignoble pour les populations. Moi je ne ferai pas cela. A cause d’une personne ou un groupe de personnes, priver toute une sous-préfecture de route ? Prenez la route de Memni à Kossangui jusqu’à Kodjoussou et vous verrez la réalité. La route d’Adzopé à Alépé, malgré une promesse, n’a jamais été réalisée. Nous n’allons pas écrire pour cela. Si chaque ivoirien doit écrire au président de la république, quelle est alors la place des maires et des présidents des conseils régionaux ?

 

Pensez-vous que le Pdci-Rda a les moyens matériels et humains pour gagner les élections en 2020 avec ou sans allié ?

 

Oui, nous avons les hommes car nous ne pouvons pas les compter, ceux qui peuvent diriger ce pays. Pour les moyens financiers, la réponse revient à la direction du parti. Mais quand la population électorale est bien informée d’une situation, vous pouvez gagner avec ou sans moyen une élection. En témoignent les législatives à Alépé. Il faut travailler sur le terrain bien avant les élections. Cela fait 20 ans que nous ne sommes plus au pouvoir. Mais en 2010, le président Bédié aurait été dans la course pour le deuxième tour si on ne lui avait pas volé six cent mille (600000) voix.

 

Croyez- vous à un éventuel rapprochement entre les présidents Bédié et Ouattara ?

En France en ce moment, dans une interview, le président Bédié a fait savoir qu’il reste le chef de famille des Ouattara, mais politiquement, ils n’ont plus rien à avoir ensemble.

 

IN L'HERITAGE

Présidentielle 2020 / Bédié-Gbagbo-Soro : Comment ce ‘’tsunami’’ va balayer le Rhdp-Unifié

En Côte d’Ivoire, aucun parti politique ne peut gagner seul une élection. Cette évidence, tous les chefs de parti politique, y compris le président de la république Alassane Ouattara le savent. Personne ne peux nier cette réalité eu égard à l’occupation des formations politiques sur le terrain. Le Pdci-Rda, le FPI et le Rdr transformé en Rhdp-Unifié sont incontestablement, les trois formations les plus importantes en Côte d’ Ivoire. En 1999, les Ivoiriens ont vécu le scénario du 2 contre 1. Ensuite en 2010, le même scénario s’est produit. En 2020, le même scénario est en train de pointer à l’horizon et cela sera très fatal pour les tenants du pouvoir. Cette fois-ci, le Pdci-Rda et le Fpi ont décidé d’y aller avec le camp Soro Guillaume bien implanté dans le Nord. Ensemble, ces trois entités apparaîtront comme un véritable tsunami qui va dévaster le Rhdp unifié

Ce grand vent viendra du Nord

Le Nord, zone considérée depuis une dizaine d’années comme le bastion imprenable du Rdr (Rhdp) sera le point de départ de ce tsunami en gestation. L’ex président de l’Assemblée Nationale sera la muraille qu’il faut détruire pour obtenir la majorité des voix. Or cela ne sera pas facile pour Alassane Ouattara et son équipe. Soro Guillaume, connu comme étant un grand combattant ne se laissera pas faire. Lui aussi originaire du Nord a ses bastions imprenables. En s’engageant dans la bataille de 2020, il va fausser tous les calculs du Rdr (Rhdp unifié) dans cette partie du pays.

 

Le V Baoulé, zone indétrônable du Pdci-Rda

 

Jamais dans la mémoire des Ivoiriens, un parti politique n’a pu déboulonner le Pdci-Rda dans le grand centre de la Côte d’Ivoire. Bastion incontesté et incontestable du Pdci-Rda, le Rdr (Rhdp- Unifié) vomi en ce moment par les populations va mordre la poussière dans toutes les régions de cette zone. D’ailleurs, pour les observateurs de la vie politique en Côte d’ Ivoire et pour les partis politiques qui ont de bons renseignements généraux, une surprise désagréable attend Ouattara et ses hommes en 2020. Et ce, malgré les plus gros moyens que les militants de ce parti utiliseront. Dans le V Baoulé, le Pdci-Rda est le fétiche des populations. Cela ne se discute pas.

 

La grande bataille du Sud

 

La grande bataille qui devrait se dérouler au Sud est déjà gagnée d’avance par les nouveaux alliés en gestation : Pdci-Rda, Fpi et Soro. Dans la région de la Me et l’Agnéby- Tiassa, le parti de Gbagbo reste toujours maitre de terrain. En deuxième position, le parti du président Bédié. Dans le Sud Comoé, le Rdr (Rhdp) n’a toujours pas encore connu une percée malgré ses huit années au pouvoir. Dans cette zone encore, le Fpi de Laurent Gbagbo et le Pdci-Rda d’Henri Konan Bédié sont les grands maitres du terrain.

 

Zone Zady et Ouest Montagneux

 

Même si l’Udpci de Mabri Toikeusse maitrise la zone Montagneuse, il ne faut pas nier le fait que le FPI de Laurent Gbagbo et le Pdci d’Henri Konan Bédié sont maitres dans plusieurs départements. Dans la Zone Zady, il sera très difficile pour Ouattara et ses hommes de gagner une élection. Car c’est une zone très hostile au Rdr et au Rhdp Unifié. D’ailleurs, c’est la région natale du président Laurent Gbagbo et de son ministre Charles Blé Goudé.

 

Espoir ruiné

 

«La fraude sur la nationalité est le seul espoir du Rhdp », avait révélé le secrétaire exécutif en chef du Pdci-Rda, le Pr Maurice Kakou Guikahué lors d’une rencontre avec toutes les délégations de la zone Zady à Daloa. Malheureusement, cet espoir sera ruiné car avec le calcul démographique, le RDR (Rhdp-Unifié) n’aura aucune chance face à cette nouvelle alliance Pdci-Fpi et Soro. Les ténors du camp présidentiel qui assurent que 1+2 font 1 rêvent donc debout. Parce que les Ivoiriens ont déjà fait leur choix et 2020 tranchera.

 

Jésus Marie Gottah (In L'HERITAGE)

Rapprochement pdci-Cojep / Guikahué et Blé Goudé se sont parlés

La HAYE, Le 21 Août 2019

 

Rencontre entre la délégation du PDCI-RDA, conduite par le Professeur Maurice Kakou GUIKAHUE, Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI-RDA et celle conduite par Charles Blé GOUDE, Président du COJEP.

 

Une délégation du PDCI-RDA, mandatée par Son Excellence, Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA et conduite par Monsieur Maurice Kakou GUIKAHUE, Secrétaire Exécutif en chef du PDCI-RDA dont Monsieur N’DRI Narcisse , Directeur de cabinet du Président BEDIE a été reçue à la Haye par le Ministre Charles BLÉ GOUDÉ, Président du COJEP et ses collaborateurs, dont le Directeur de Cabinet, Monsieur DIABY Youssouf . Cette rencontre s’est déroulée en deux temps :

1 - les civilités : 2- le huis-clos entre le Secrétaire Exécutif en chef du PDCI-RDA, Monsieur Maurice Kakou GUIKAHUE, chef de délégation et le Président du COJEP, Monsieur Charles Blé GOUDE.

 

Au cours de l’échange des civilités, Monsieur Maurice Kakou GUIKAHUE a affirmé ceci : «Nous sommes venus, au nom du Président du PDCI-RDA , Son Excellence Henri Konan BEDIE , te saluer, t’exprimer sa compassion et aussi te féliciter pour le choix porté sur ta personne en qualité de Président du COJEP. Le Président Henri Konan BEDIE souhaite que, dans les prochains jours, tu sois totalement libre et que tu reviennes rapidement en Côte d’Ivoire. Enfin, il te remercie d’avoir facilité l’adhésion du COJEP à la plate-forme mise en place par les partis politiques de l’opposition significative ivoirienne.»

 

En retour, le Président Charles Blé GOUDE a remercié le Président Henri Konan BEDIE pour avoir dépêché une délégation de haut niveau pour le saluer. Il s’est dit heureux et très honoré par cette visite conduite par son aîné le Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI-RDA. Il a, enfin, exprimé sa joie et sa reconnaissance et celles de ses collaborateurs pour l’affection témoignée en leur endroit par le Président Henri Konan BEDIE.

 

Pour le PDCI-RDA, le Professeur Maurice KAKOU-GUIKAHUE ,

Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI-RDA

Pour le COJEP,

le Président Charles BLÉ GOUDÉ

Fauteuil Blanc du ‘’Nouveau Réveil’’ Anaky crache ses vérité au pouvoir : « Le Rhdp est une majorité de façade »

Bictogo fuit-il le Fauteuil Blanc ?

 

Le mardi 20 aout dernier, l’ex ministre des transports sous le régime de Laurent Gbagbo et président fondateur du Mouvement des Forces d’Avenir (MFA) Anaky Kobenan Innocent était l’invité du groupe Le ‘Réveil’’ à la tribune ‘’Fauteuil Blanc du ‘’Nouveau Réveil’’. Dans un langage franc, ce membre fondateur du Rhdp a déshabillé le pouvoir en place. C’est avec une parfaite sérénité que le président Anaky Kobenan s’est prêté aux questions des journalistes à cette tribune qui avait pour principal thème « La Côte d’Ivoire de 2000 à 2019 : état des lieux et vision des élections présidentielle de 2020 ». Le président Anaky Kobenan a été soumis à des questions tirées de 5 sous thèmes à savoir : La Côte d’Ivoire du Rhdp de 2010 à 2019 : quel bilan ; La problématique du cadre électoral en Côte d’Ivoire, les alliances politiques en Côte d’Ivoire et leur destin. (Que gagne la Côte d’ivoire dans les alliances politiques ?) ; L’Houphouétisme, le Rhdp, la Démocratie, la réconciliation nationale et enfin, Anaky Kobenan et la politique en Côte d’Ivoire.

 

Après avoir affirmé sans détour que le bilan d’Alassane Ouattara et son gouvernement est catastrophique, mauvais et que cela était prévisible, le président Fondateur du Mfa a étayé son argumentation avec un seuil de pauvreté qui a atteint son paroxysme à tous les niveaux en Côte d’Ivoire. Mais il refuse d’accepter cette vérité. C’est pourquoi, selon lui, le Rhdp prépare un passage en force car il est impossible pour cette formation politique de gagner les élections de 2020. Anaky Kobenan appelle donc tous les ivoiriens à la mobilisation afin d’éviter une autre crise qui, selon lui, pointe à l’horizon. Pour lui, la Côte d’Ivoire va de manière inévitable vers l’affrontement du fait du Rhdp qui fait croire qu’il est majoritaire. Or, selon lui, il s’agit d’une majorité virtuelle contre la majorité réelle qui est celle de la fusion des plateformes du Pdci-Rda et de ses alliés et celle du Fpi et de ses alliés. « Le Rhdp est une majorité de façade et n’est pas bon. Ce n’est pas parce que vous avez coupé la tête du roi que vous avez tout le peuple avec vous », a affirmé avec aisance le président fondateur du Mfa.

 

Parlant de sa formation politique, Anaky Kobenan n’est pas passé par quatre chemins pour indiquer qu’il n’y a pas de crise au Mfa. « Ce qui se passe au Mfa est un épiphénomène. Cela a été fait pour fermer la bouche de quelqu’un qui dit la vérité en face. Il ne faut donc pas considérer tout cela. Le Mfa qui est au Rhdp n’est pas le Mfa qui est le mien » a-t-il tranché. Tout en lançant un appel à la mobilisation au peuple de Côte d’Ivoire, Anaky Kobenan a pris l’engagement de prendre rendez-vous avec le chef de l’Etat Alassane Ouattara pour lui dire en face les problèmes de la Côte d’ Ivoire et la réalité sur le terrain que ses collaborateurs lui cachent.

 

A cette rencontre étaient présents, Gaston Ouassenan Koné, vice-président du Pdci-Rda coordonnateur des activités des vice-présidents, Ahizi Aka, président du Pit, Assoa Adou, sg du Fpi, Odette Likikouet Sauyet, Pasteur Soko Waza… Un débat bien mené par le directeur général du groupe ‘’Le Réveil’’, Eddy Péhé.

 

Adama Bictogo toujours attendu au fauteuil Blanc !

Adama Bictogo, directeur exécutif du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix) est attendu depuis longtemps à cette tribune initiée par le groupe ‘’Le Réveil’’. Le président fondateur dudit groupe, Denis Kah Zion a donné cette information après le mot de fin du président Anaky Kobenan. « Tout le monde est invité à cette tribune pour dire sa part de vérité. Il n’ ya pas d’exclusion. C’est dans ce cadre qu’une invitation a été adressée au directeur exécutif du Rhdp, Adama Bictogo. Et nous l’attendons toujours », a fait savoir Denis Kah Zion. La prochaine personnalité à se soumettre à cet exercice est la présidente de l’Union Républicaine pour la Démocratie (URD), Akissi Danièle Boni-Claverie.

 

Etienne Atta (IN L'HERITAGE)

Côte d’Ivoire : Rhdp / SYNERGIE ADO, une force incontournable

Désormais, il faut compter avec Synergie Ado dans le cadre des activités de mobilisation sur le terrain du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Sans grand bruit, ce mouvement dirigé par Mme Kadhy Sylla fait son petit bonhomme de chemin. Discrètement et efficacement, cette jeune dame a réussi à travers son mouvement, à convaincre des milliers d’ivoiriens, jeunes, femmes et personnes âgées sur les actions de développement du président Alassane Ouattara et de son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Pour démontrer sa force de frappe, elle a organisé plusieurs rencontres dans les communes de Yopougon, Abobo et Cocody.

A ces rassemblements, Mme Kadhy Sylla a prouvé qu’elle occupe vraiment le terrain vue la mobilisation exceptionnelle de personnes de tout bord politique, sans distinction d’ethnie et de religion. Le seul combat qu’elle mène et dont les résultats sont déjà perceptibles est de sceller la Synergie entre tous les filles et fils du pays autour du président Alassane Ouattara. D’où, elle convainc le maximum de personnes à adhérer au Rhdp. Le samedi 3 aout dernier ce sont plus de 1500 femmes originaires de toutes les régions de la Côte d’Ivoire qui ont décidé d’accompagner Mme Kadhy Sylla dans sa mission. Elles ont annoncé ainsi leur adhésion au Rhdp, qui selon elles, est un parti qui œuvre pour la cohésion et la paix. A côté de cela, les grands chantiers de développement ouverts par le président Alassane Ouattara et qui connaissent un franc succès.

Pour Mme Kadhy Sylla donc, on ne peut pas parler de développement et de paix en Côte d’Ivoire et tourner dos au Rhdp. C’est pourquoi elle promet investir davantage le terrain pour enrôler le maximum d’ivoiriens à la cause du Rhdp et de son président Alassane Ouattara. Il faut signaler qu’en moins de deux ans d’existence, ce mouvement proche du Rhdp revendique plus de 25000 (25 Mille) femmes et ses actions de mobilisation sont très perceptibles sur le terrain. Désormais au Rhdp, il faut compter avec le mouvement Synergie ADO et sa présidente Mme Kadhy Sylla.

Nina Coulibaly

Adoption de la nouvelle loi portant recomposition de la CEI / le GPATE demande la poursuite du dialogue politique autour des conditions d’élections crédibles, sécurisées et apaisées dans le pays.

 

LIRE LE COMMUNIQUE

 

Abidjan, le 08 août 2018 :

Le Groupe de Plaidoyer et d’Actions pour une transparence Electorale (GPATE), vient d’apprendre que le Président de la république de côte d’ivoire, a promulgué sous le N° 2019-908 du 05 août 2019, la loi portant recomposition de la commission électorale Indépendante qui a été publié au JO du 06 août 2019.

La promulgation et la publication de cette loi, apparait comme l’épilogue d’un  processus entamé depuis  fin janvier 2019, aux fins d’exécuter selon le Gouvernement,  l’arrêt du 18 novembre 2016 rendu par  la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, par lequel elle condamnait la Côte d’Ivoire à modifier la loi 2014-335 du 18 juillet 2014, portant composition, organisation, attribution, et fonctionnement de la commission électorale indépendante (CEI), pour la rendre conforme à ses engagements internationaux.

Le processus d’adoption de cette loi, il convient de le souligner, a été fortement critiqué par de nombreux acteurs dont le GPATE, parce qu’il manquait de lisibilité eu égard au défaut de note d’orientation, de chronogramme et aussi, parce que certaines directives données par le Premier Ministre comme devant être discutées et qui se résumaient en cinq points, à savoir : la composition de la commission centrale, le mode de désignation des membres du bureau, la composition des commissions locales, l’indépendance institutionnelle et financière et enfin la présence ou non des confessions religieuses, ont été purement et simplement ignorés en comité restreint et en séance plénière.

Si le GPATE se félicite de ce que les discussions ont été sanctionnées par un rapport écrit qui expose les points de convergences et de divergences, il a néanmoins marqué ses réticences par rapport au contenu du projet de loi qui en a découlé et soumis au parlement par le gouvernement. 

En dépit des vives protestations de la société civile et de l’opposition politique, qui demandaient le retrait du projet de loi, dans la perspective d’une concertation plus inclusive devant déboucher sur une loi consensuelle, il a été adopté en l’état par la majorité parlementaire issue du parti au pouvoir.

Le GPATE, très préoccupé par les nombreuses violences qui ont toujours émaillé les élections en Côte d’Ivoire et désireux de contribuer à y mettre fin, n’a cessé de plaider pour une réforme de la CEI consensuelle à la lumière de l’arrêt de la haute juridiction africaine.

Aussi, au moment où le Groupe prend connaissance de la nouvelle loi sur la CEI, voudrait-il faire les remarques suivantes :

1)- Le GPATE note qu’au lieu d’une réforme qui devrait garantir à la CEI une indépendance concrète, une neutralité et une impartialité réelles, comme exigé par la Cour et les acteurs sociaux, la loi ne se limite qu’à une recomposition ;

2)-Le GPATE note que le processus d’adoption de cette nouvelle loi a accru la division et la méfiance entre la classe politique et de ce fait, consacre la rupture du dialogue politique.

3)- Le GPATE relève que cette nouvelle loi viole l’article 4 relatif à l’égalité entre tous les ivoiriens et l’article 51 al3 relatif au statut d’autorité administrative Indépendante reconnu à la CEI par la Constitution du 8 décembre 2016 ;

Au vu de ce qui précède, le GPATE conclut que la nouvelle loi sur la CEI (i) ne satisfait pas aux exigences de l’arrêt de la Cour, (ii) accroit les risques de contestations et de violences électorales jetant ainsi une grosse hypothèque sur l’élection présidentielle d’octobre 2020 et (iii) questionne les fondamentaux de la démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays.

Le GPATE exhorte donc le Gouvernement à ré-ouvrir le dialogue politique autour des conditions d’élections crédibles, sécurisées et apaisées dans le pays et réaffirme sa volonté et sa détermination de continuer à accompagner le processus pour des élections transparentes, crédibles et apaisées en 2020.

FIN. /.

Pour le GPATE, le Président.

  • Abraham Denis YAUROBAT

 

 

S'abonner à ce flux RSS