Niger : trois morts après le passage d’un convoi militaire français, une enquête ouverte    Sommet Chine-Afrique à Dakar : une relation déséquilibrée ?    Tchad : amnistie générale pour les rebelles et opposants afin de faciliter le dialogue national    Niger : le convoi de la mission Barkhane enfin arrivé à Gao après de nombreux heurts    Le variant Omicron, conséquence directe de l'inégalité vaccinale ?    Au Rwanda, 30 rhinocéros blancs du Sud débarquent d'un Boeing 747    Soudan : une démocratie impossible ?    La RDC autorise l'armée ougandaise à traquer les rebelles ADF sur son territoire    La RDC autorise l'armée ougandaise à combattre les rebelles d'ADF sur son territoire    Au sommet Chine-Afrique, le Sénégal demande le soutien de Pékin au Sahel    En Algérie, une participation en hausse aux élections locales mais "en-deçà" des espérances    Soudan : Abdallah Hamdock limoge les chefs de la police    Un convoi militaire français bloqué par des manifestants au Niger    Burkina Faso : des blessés après la dispersion de manifestations contre le pouvoir    Les Algériens appelés aux urnes pour des élections locales cruciales

Changement des plaques d’immatriculation /Le calvaire des automobilistes

Changement des plaques d’immatriculation /Le calvaire des automobilistes

Depuis quelques semaines, le ministère des transports s’active pour la mise en œuvre de la vidéo verbalisation basée sur un système de transport intelligent (Sti). D’ailleurs, après la phase d’expérimentation de ce système, le conseil des ministres du 8 septembre dernier a mis l’accent sur la nécessité de le déployer partout en Côte d’Ivoire.

Mais, cette gestion électronique des infractions reposant essentiellement sur la lecture automatisée des plaques d’immatriculation des véhicules et la notification de l’infraction aux propriétaires des véhicules dont l’identité est mentionnée sur la carte grise, pourrait connaître des difficultés dans sa mise en œuvre eu égard au calvaire des usagers.

En effet, la demande et la délivrance des plaques d’immatriculation constituent un véritable parcours du combattant. C’est en tout cas, ce que note Alain Touré, enseignant. « Vouloir changer de plaque d’immatriculation n’est pas une mince affaire. C’est un véritable chemin de croix », souligne-t-il. Avant de préciser que, « le premier problème réside dans la longueur de la procédure qui commence par le paiement des frais de changement de plaques ». Des frais qui, faut-il le préciser, s’élèvent officiellement à 14.060 FCfa. « Il est vrai que c’est le prix normal.

Mais, à cause de la lenteur de la fabrication, certains sont obligés de passer par des circuits non officiels où, vous pouvez payer 2 ou 3 fois plus cher », fait savoir Ali Bakayoko, transporteur qui dit avoir plusieurs fois changé les plaques de ses taxis compteurs en recourant à des circuits non-officiels.

Quant à Cyrille Konan, un autre usager, il pose la question du nombre de centres de paiement de ces frais. A l’en croire, ces centres seraient insuffisants à Abidjan, d’autant qu’il n’y en aurait qu’un seul dans chaque commune. Ce qui ne faciliterait pas la tâche aux usagers. « On devrait donner la possibilité aux usagers de payer ces frais par mobile money », suggère-t-il. Auquel cas, estime-t-il, « il faudrait multiplier les centres de paiement dans les différentes communes.

Il faut rapprocher ces centres de la population », pense-t-il. Autre difficulté, le lieu de la pose des plaques. En effet, ils sont nombreux ces usagers qui ne comprennent pas qu’à Abidjan, pour se faire poser ses plaques d’immatriculation, il faut nécessairement se rendre à Vridi. « Il faut décentraliser la pose des plaques d’immatriculation dans chaque commune pour éviter les longues files d’attente à Vridi. C’est inadmissible qu’en ce 21ème siècle, les choses se déroulent ainsi », tempête Cyrille Konan. Il faut donc souhaiter que le conseil des ministres du 8 septembre qui dit avoir arrêté de nouvelles mesures en vue de simplifier et d’accélérer les procédures de mutation des cartes grises et de mise à disposition des plaques d’immatriculation des véhicules n’en disposant pas, soit à la hauteur des défis susmentionnés.

Avec L'HERITAGE

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut