Burkina Faso : au moins 50 morts dans des attaques imputées aux jihadistes    Burkina Faso : au moins 50 morts dans des attaques imputées aux jihadistes    Niger : attaque meurtrière contre un site de réfugiés maliens    Les artistes du continent africain unis contre la pandémie de Covid-19    RD Congo : une nouvelle épidémie d'Ebola déclarée dans le nord-ouest du pays    Burkina Faso : attaques meurtrières sur un marché et contre un convoi humanitaire    Burkina Faso : plusieurs civils tués dans une attaque attribuée aux jihadistes    Laurent Gbagbo autorisé à quitter Bruxelles sous conditions    En Côte d’Ivoire, Bouaké "la rebelle" veut regarder vers l’avenir    Au Cameroun, la lutte contre le Covid-19 ravive la guerre des chefs    Les conditions de mise en liberté de Laurent Gbagbo assouplies par la CPI    La CPI allège les conditions de mise en liberté de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé    Coronavirus, le défi africain : enquête sur l’évolution de la pandémie sur le continent    Pandémie de Covid-19 : les transferts de fonds vers l'Afrique diminuent    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France après la diffusion de documentaires sur le "Hirak"

J-CAP 2020/ Des solutions concrètes attendues pour accélérer la croissance économique ouest africaine

J-CAP 2020/ Des solutions concrètes attendues pour accélérer la croissance économique ouest africaine

La conférence  du programme conjoint de développement des marchés financiers (J-Cap 2020)  initiée par le Conseil Régional de l’Epargne Public et des Marchés Financiers (Crepmf) s’est  ouverte ce lundi 10 février, à l’hôtel Sofitel Ivoire, à Abidjan, en présence du Premier ministre ivoirien , Amadou Gon Coulibaly ,  du ministre des Finances de la Côte d’Ivoire, Adama Coulibaly , du ministre des finances du Bénin  et par ailleurs président du conseil des ministres de l’Uemoa, Romuald Wadagni ,  des  représentants des ministres des pays membres de l’Uemoa,   de la Directrice générale et par ailleurs directeur financier   du Groupe de la Banque mondiale ANSHULA Kant , des vice-présidents de la Banque mondiale et des experts financiers. Il s’agira, au cours de ces deux jours de travaux (10 -11 février 2020) d’insister sur l’urgence de faire des efforts pour  rendre attractifs les marchés de capitaux de la zone Uemoa  et  de répondre  de façon précise aux attentes,  a suggéré le ministre de l’économie et des finances du Bénin  Romuald Wadagni lors de son allocution.  

Au nom du président de la République de Côte d’Ivoire Alassane Ouattara, le  Premier ministre , Amadou Gon Coulibaly, a souhaité le traditionnel akwaba à toutes les autorités et à toutes les délégations  présentes  à cette  conférence  à laquelle  le gouvernement ivoirien accorde de l’intérêt, car dira-t-il, « il ne fait aucun doute que le développement des marchés de capitaux sont un  levier important de la croissance économique de nos états ».  Tout en remerciant les partenaires financiers et  particulièrement  la Banque mondiale pour ses efforts en faveur du développement de l’industrie financière des pays émergents, il a salué les initiatives  régionales et sous régionales qui permettent à leurs marchés de mieux résister aux fluctuations  sur  les marchés et d’amorcer sereinement leur virage vers l’émergence  par la réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des populations. Terminant, il a indiqué que  le gouvernement ivoirien suivra avec grand intérêt le déroulement des travaux de cette conférence internationale à l’issue de laquelle ils   attendront des propositions concrètes, innovantes et consensuelles pour le développement de notre système financier.  Au nom du président  de la république Alassane Ouattara, il         a  déclaré ouverte  la conférence internationale sur la marché des capitaux en Afrique de l’Ouest.

Mais avant,  le ministre de l’économie des finances ivoirien Adama Coulibaly a  suggéré  aux acteurs des marchés des capitaux, présents à ce rendez-vous de  partage d’expérience,  de faire des propositions concrètes  qui contribueront à améliorer le fonctionnement des marchés boursiers,  le levier essentiel de financement des économies.   « Au regard des tensions commerciales persistantes  entre certaines puissances et  aux incertitudes  économiques au sein de la zone euro relatives au Brexit,  les prévisions mondiales de croissance en 2020 sont pessimistes. Elles sont estimées à moins de 3% selon le Fonds monétaire international (Fmi).L’on pourrait ainsi noter des tendances mondiales peu favorables aux intérêts des entreprises internationales en 2020. Les marchés  financiers africains quant à eux  devraient gagner en attractivité. Dans ce contexte,  une plus grande intégration régionale à travers l’opérationnalisation efficace de  la zone continentale de libre échange africaine  et le renforcement des marchés financiers de la Cedeao constitueront pour notre zone un contrepoids bénéfique.  Dans la plupart des économies  des pays impliqués dans  les initiatives conjointes,  le dynamisme des activités économiques est remarqué. Toutefois, ces  économies sont caractérisées par le besoin  de conforter   leur croissance économique   à travers  la poursuite  d’importants investissements aussi bien dans les secteurs productifs que sociaux .Elles sont également caractérisées par un secteur privé en plein essor qui nécessite l’accompagnement  du système financier afin de pouvoir jouer pleinement son rôle de soutien  à  l’économie. Dans un tel contexte,  les marchés  boursiers apparaissent comme  le levier essentiel de financement des économies. C’est pourquoi, nous saluons  la tenue   de ces assises  qui  constituent une opportunité pour  permettre à l’ensemble des acteurs de nos marchés boursiers de partager leurs expériences et de faire des propositions qui contribueront à améliorer le fonctionnement de ces marchés », a-t-il recommandé.

Assurée du succès de cet évènement  dont le thème est « Marchés des capitaux : investir pour la croissance économique »,   la directrice  générale de la Banque mondiale a d’emblée félicité les participants  non sans rappeler que le J-CAP a été créé pour soutenir le développement économique et la réduction de la pauvreté dans la zone Umoa.

 Patricia Lyse

 

 

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut