Après la Somalie, le Kenya et l'Éthiopie, les criquets s'attaquent au Soudan du Sud    Algérie : un an après, quel bilan pour le Hirak ?    Tripoli suspend les pourparlers de paix après "les violations" du camp Haftar    Massacre au Cameroun : l'ONU demande une enquête indépendante    Comment l’Afrique se prépare à faire face au Coronavirus    Une distribution d'aide tourne au drame dans le sud-est du Niger    Biens mal acquis : Téodorin Obiang suspendu à une décision de la Cour internationale de justice    Libye : l'Union européenne s'accorde pour bloquer les livraisons d'armes    "Suicide" de Kizito Mihigo, apôtre de la réconciliation rwandaise    Attaque meurtrière contre une église dans le nord du Burkina Faso    Un village du Cameroun anglophone cible d'une attaque armée, 14 enfants tués    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Au Sénégal, Mike Pompeo reste prudent sur la présence américaine en Afrique    Tunisie : annonce d'un gouvernement au sort incertain    Algérie : le Hirak toujours mobilisé pour un 52e vendredi de manifestation

Sans eau potable depuis l’existence du quartier CIPIM Hévéa de Yopougon / La population interpelle le Président Ouattara

Sans eau potable depuis l’existence du  quartier CIPIM Hévéa de Yopougon / La population interpelle le Président Ouattara

L’eau est source de vie dit-on. Malheureusement la population du quartier Cipim Hévéa, situé derrière le cimetière municipal de Yopougon, n’a pas accès à cette source de vie. Et pourtant des maisons modernes sont construites dans ce vaste quartier où habitent des milliers familles. Pour comprendre le calvaire de cette population, il faut remonter en 2012, où les premiers habitants sont rentrés en contact avec le Programme Présidentiel d’Urgence (PPU) mis en place par le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara pour régler les problèmes de la population ivoirienne. Une visite de terrain faite par le PPU, selon les premiers habitants, a constaté que le quartier n’était servi en eau potable. Des démarches ont été effectuées auprès des autorités compétentes et des tuyaux ont été installés à la grande joie de la population. Mais cette joie va vite se transformer en cauchemar. Puisque l’eau n’a jamais coulé dans les tuyaux. Renseignements pris auprès de la Sodeci, les travaux d’installation seraient mal effectués par l'entreprise commise pour les travaux. Depuis lors le problème perdure. La population ne sait plus à quel sain se vouer. Elle se contente de parcourir de longues distances pour se ravitailler en eau. Parfois les habitants sollicitent des personnes qui leur livrent de l’eau à domicile dont la provenance est inconnue. La consommation de cette eau fait craindre la population le risque de contracter des maladies liées à l’eau. Le bidon d’eau de 20 ou 25 litres est vendu à 150 FCFA. Le fût de 1000 litres est vendu 5000 FCFA. Face à cette triste réalité, les locataires de maisons préfèrent quitter le quartier quelques mois après leur arrivée. Sauf les propriétaires qui sont contraints d’y rester contre vent et marrée. ‘’Nous pensons que le Président de la République Alassane Ouattara n’est pas informé de notre calvaire. Nous faisons entendre notre voix pour que très rapidement, notre problème soit résolu en tant que citoyens qui ont droit à l’eau, source de vie’’, déclare des habitants quasiment désespérés. Alors que le ministre des infrastructures économiques, Amedé Kouakou avait annoncé le 16 janvier 2018, face aux responsables de la société de distribution de l’eau en Côte d’Ivoire (Sodeci) qu'un projet de plus 270 milliards FCFA pour permettre aux grandes villes du pays de disposer de l’eau potable. Malheureusement le quartier Cipim Hévéa situé dans la commune de Yopougon reste jusque-là sans eau potable. ‘’Nous sollicitons la clémence du Chef de l’Etat afin qu’il donne des instructions au Premier Ministre et aux différents acteurs pour que nous bénéficions de nos droits de vie. Car, nous ne pouvons plus tenir face à cette situation qui nous appauvris de jour en jour’’, déclarent les habitants à qui veut les entendre. . .

N K

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut