Au Cameroun, sept civils tués par deux kamikazes de Boko Haram    Côte d'Ivoire : démantèlement violent d'un centre de lutte contre le coronavirus    Coronavirus : à Kinshasa, le quartier de la Gombe se prépare au confinement    Le chef de l'opposition malienne Soumaïla Cissé, enlevé le 25 mars, va "bien"    Coronavirus : le Bénin dit ne pas avoir "les moyens" de confiner la population    Tester des vaccins en Afrique ? Tollé et excuses après une interview polémique    Coronavirus : la Banque mondiale débloquera 14 milliards de dollars, les pays africains concernés    Témoignages sur le coronavirus : un tour du monde des soignants    En Afrique, le coronavirus pourrait amplifier l'épidémie de rougeole    Exclusif - Mahamadou Issoufou : "Oui, le virus peut tuer des millions de personnes en Afrique"    Quatre premiers cas de coronavirus décelés au sein du contingent français de Barkhane    En Guinée, le président Alpha Condé obtient une très large majorité parlementaire    Coronavirus : en Côte d'Ivoire, un plan de soutien à l’économie de 2,5 milliards d'euros    Selon le fils de Sophie Pétronin, le Quai d'Orsay a "une preuve de vie" de l'otage française au Mali    Coronavirus : l'Afrique subsaharienne se rue sur la chloroquine

Economie

Côte d’Ivoire : la Banque africaine de développement approuve un financement de 62 millions d’euros pour l’électrification de plus de 1300 localités rurales

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement a approuvé, mercredi 25 mars, un prêt de 62,35 millions d’euros à la République de Côte d’Ivoire destiné au financement de la première phase du Projet de renforcement des ouvrages du système électrique et d’accès à l’électricité appelé « PROSER I ».

La réalisation du projet, d’une durée de quatre ans, permettra le raccordement au réseau électrique de 1388 localités dont 1039 (75%) ont moins de 500 habitants et jusqu’ici non concernées par les premières opérations financées par la Banque et les autres Partenaires au développement. L’électrification des 1 388 localités dans le cadre du présent projet permettra de porter à 100% le taux de couverture nationale.  Ces 1 388 localités sont réparties dans les 11 districts suivants : Comoé, Denguelé, Lacs, Lagunes, Montagnes, Sassandra, Woroba, Savanes, Vallée du Bandama, Yamoussoukro et Zanzan. Au total, près de 797 000 habitants vont en bénéficier. Par ailleurs, il est prévu de donner accès à l’électricité à près de 114 000 ménages aux conditions sociales du Programme électricité pour tous (PEPT) de la Côte d’Ivoire.

« Ce projet d’électrification rurale constitue une contribution à la redistribution équitable des fruits de la croissance économique que connaît le pays depuis une dizaine d’années, en fournissant aux populations rurales, généralement à faible revenu, un service social de base pour l’amélioration de leurs conditions de vie. Avec ce projet, les populations ne verront pas simplement les lignes électriques passer au-dessus de leurs habitations, le projet financera également les frais de raccordements de milliers de ménages afin de leur donner un accès effectif à l’électricité. », a déclaré Mme Marie Laure Akin Olugbade, directrice générale pour l’Afrique de l’Ouest de la Banque.

Le PROSER I est inscrit dans le Programme national d’électrification rurale (PRONER) qui vise, entre autres, le renforcement des capacités énergétiques du pays et l’amélioration des conditions de vie des populations. Il prévoit la construction de 6 460 km des lignes de 33 kV, 3 419 km de lignes basse tension et 1 394 postes de distribution rurale. De plus, 11 postes de transport d’énergie seront sécurisés afin d’assurer la fourniture continue d’électricité aux populations. La seconde phase du projet consistera au renforcement de onze postes de transport d’énergie afin d’assurer la fourniture continue d’électricité aux populations.

Le PROSER I vient s’ajouter aux 37 projets du portefeuille de la Banque en Côte d’Ivoire pour un total d’engagements de 2,1 milliards d’euros. Ce portefeuille est prédominé par les infrastructures de transport et celles de l’énergie, qui représentaient 72% des engagements au 31 janvier 2020.

Sercom

Séminaire sur les opportunités d’affaires/ Un forum unique pour des affaires avec la Banque africaine de développement

Le Département de la mobilisation des ressources et des partenariats (FIRM) de la Banque africaine de développement organise un séminaire sur les opportunités d’affaires les 11 et 12 mars 2020, à l’auditorium Babacar Ndiaye, à Abidjan.

Le principal objectif du séminaire est de présenter les opportunités commerciales résultant du financement du Groupe de la Banque africaine de développement. Les présentations visent à donner un aperçu des politiques et opérations du Groupe de la Banque, les règles et procédures de passation des marchés et les opérations potentielles de pays, ainsi que celles en cours.

Cet événement contribuera à accroître la participation des milieux d’affaires des pays bénéficiaires aux opérations de la Banque et à d’autres activités de partenariat public-privé en Afrique. La Banque organise deux fois par an un séminaire sur les opportunités d’affaires à l’intention des particuliers et des cabinets de conseil, des entrepreneurs en génie civil, des fabricants, des fournisseurs et des attachés commerciaux des ambassades des pays membres régionaux et non régionaux.

Selon une note dont nous avons reçu copie, le Séminaire est reporté à une date ultérieure.

 

SERCOM

Sucre/ La Côte d’Ivoire interdit l’importation pendant cinq ans pour booster l’industrie locale

Protéger temporairement l’industrie sucrière locale pour lui permettre d’investir et d’améliorer sa compétitivité. C’est le pari du gouvernement ivoirien pour répondre à une demande toujours croissante.

Le 29 janvier, le gouvernement ivoirien a décidé d’interdire l’importations de sucre dans le pays pour une durée de cinq ans. La mesure, conséquence directe d’une étude commanditée par le ministère du Commerce et de l’Industrie sur « la rentabilité globale et le niveau de compétitivité des entreprises sucrières ivoiriennes, à partir d’une analyse de la structure des prix et de l’évaluation du coût à l’importation », doit permettre aux deux industriels du pays, Sucaf, filiale de Somdiaa, et Sucrivoire, de Sifca, de mettre à niveau leurs installations sans craindre la concurrence.

L’étude a en effet montré la faible compétitivité de l’industrie locale, incapable en l’état de rivaliser avec les importations venues du Brésil, de Chine ou de Thaïlande et de satisfaire une demande croissante.

JeuneAfrique

Pour faire d’eux des leaders/ La LONACI offre deux salles multimédias aux jeunes du Kabadougou

Dans le cadre de sa mission sociale, la Loterie Nationale de Côte d’Ivoire a fait deux importants dons les 14 et 15 février dans la région du  Kabadougou. Le 14 février, Dramane Coulibaly, Directeur Général de la première entreprise citoyenne de Côte d’Ivoire, a remis les clés d’une salle multimédia à l’Union des Jeunes de la Commune d’Odienné (UJCO). C’était au cours d’une cérémonie placée sous la présidence effective du ministre auprès du Président de la République chargé des Affaires Economiques et Financières, Adama Koné qui avait à ses côtés le Secrétaire Général de Préfecture, Dosso Sindou représentant le Préfet de Région, préfet du Département d’Odienné. Dans son allocution, le ministre Adama Koné a témoigné sa reconnaissance à la LONACI pour ce don qui vient « combler les besoins des jeunes de la ville en technologies de l’information et de la communication ».  Il a par ailleurs saisi cette occasion pour souhaiter un joyeux 50ème anniversaire à la Lonaci, dont le bilan est fort élogieux,  en dépit de la fraude et  de la concurrence déloyaleSoit plus de 300 milliards de Fcfa de gains redistribués et près de 4 milliards de Francs affectés à la réalisation des œuvres sociales de 2015 à 2019. Sensibilisant les jeunes sur les dangers liés à l’immigration clandestine, le Directeur Général a pour sa part    rappelé que ‘’ cette salle multimédia doit être un rempart infranchissable pour les filières de l’immigration clandestine, véritable cimetière de milliers de rêves perdus à jamais’’.

Le lendemain 15 février dernier, la délégation de la LONACI s’est rendue à Gbéléban pour l’inauguration d’une autre salle multimédia offerte au Collège moderne Hadja Nabintou Cissé. A cette occasion, le premier magistrat de la commune, Hadja Sita Ouattara Kéita, a salué l’acte de portée sociale de la première entreprise citoyenne du pays.

‘’ Gbéléban est un heureux bénéficiaire de vos œuvres sociales. Je voudrais donc, au nom de toutes les populations et plus spécifiquement, des parents d’élèves, vous renouveler mon infinie gratitude pour cette action qui donnera plus de chance aux jeunes de notre département dans leur processus de formation scolaire’’, a-t-elle indiqué quand  le Directeur Général de la Lonaci, Dramane Coulibaly  a annoncé que ‘’ Notre souhait est que cet outil mis à la disposition des enfants de Gbéléban leur permette de s’approprier la connaissance qui, non seulement les conduira vers le succès scolaire, mais surtout fera d’eux des leaders de la Côte d’Ivoire de demain’’. Cette autre cérémonie  s’est déroulée  en présence du ministre Adama Koné, président des mutuelles de développement du département,  du Préfet du Département, Adoh Tano et de plusieurs élus.

P.L

20ème anniversaire du PRIMADEM-CI et du groupe SAFAM COM/ LES MEILLEURS BATISSEURS IVOIRIENS A L’HONNEUR dont M. COULIBALY OUSMANE, Directeur du Guichet Unique du Foncier-Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme

La 20ème édition du Prix des Meilleurs Acteurs de Développement et de l’Emergence de Côte d’Ivoire (PRIMADEM-CI) se tiendra le samedi 22 Février prochain à la Salle des Fêtes de la CAISTAB, Abidjan-Plateau. Cette 20ème édition qui marque les 20 ans anniversaire de la structure organisatrice de cet évènement en l’occurrence SAFAM COM INTER ainsi que du PRIMADEM-CI, donnera lieu à des festivités grandioses pendant trois jours.

Pour monsieur SANOGO ADAMA, Directeur Général du groupe SAFAM COM INTER, il s’agit à travers cet anniversaire de marquer un temps d’arrêt afin de faire un bilan rétrospectif pour mieux se projeter dans les enjeux futurs. En ce qui concerne cet anniversaire, les organisateurs ont ficelé un programme de grand standing. Déjà, à partir du Jeudi 20 Février, deux temps forts marqueront cette journée. Une conférence est prévue dans la matinée avec pour thème : SAFAM COM et PRIMADEM-CI : « BILANS et IMPACTS » dans le processus d’émergence en Côte d’Ivoire. Dans l’après midi, les organisateurs prévoient une exposition photos –témoignages retraçant les 20 ans du PRIMADEM-CI. La journée du samedi 22 Février sera marquée par la phase motrice de cet anniversaire à savoir le diner-gala des meilleurs bâtisseurs ivoiriens prévu à la salle des fêtes de la CAISTAB.

Pour marquer un grand coup, les organisateurs entendent sortir le grand jeu avec une cérémonie riche en sons, en lumière et en symboles. Pour faire la fête, il y aura de nombreux artistes dont Bailly Spinto, Betika, les NAWAYOU, DJ Internet, DJ Emergence, DOUGOUSS de GOSPA, Gouvernement m’en Fou etc… Pour ce qui est des distinctions, plusieurs catégories sont annoncées. Il y aura la célébration des lauréats ivoiriens du Grand Prix Afrique Inter de Paris 2019 et le Grand Prix de la Reconnaissance Africaine organisés par le REPCIAF dont le groupe SAFAM COM est la représentation en Côte d’Ivoire. Ensuite, les organisateurs distingueront également les supers des supers, c'est-à-dire les meilleurs parmi tous les supers prix de ses cinq dernières années (2015-2019) conformément au règlement intérieur du PRIMADEM-CI. Mais, cette 20ème édition sera surtout axée sur la célébration des Meilleurs Acteurs de Développement et de l’Emergence.

Comme à l’accoutumée, une quinzaine de lauréats évoluant dans divers secteurs d’activités seront à l’honneur.

Il s’agit entre autres de Monsieur JEAN BLE GUIRAO, Directeur Général du Centre Régional des Œuvres Universitaire d’Abidjan (CROU-A) ; Docteur KONATE SEIDOU, Directeur National du Centre de Transfusion Sanguine (CNTS) ; Monsieur EBRIN YAO REMI, Président de la Plate forme pour l’Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire (PEC-CI) ; Madame KALOU LOU DJANAN MARIE Epse DJE BI, Présidente de l’Inter-Profession OIGNON ; Monsieur Mohamed Coulibaly, PDG de SCIERIE SMC DE DALOA, Opérateur Economique ; Monsieur TEBAO SAINT CLAIR, Directeur Administratif Financier et des Moyens Généraux de l’Université FHB ; M. COULIBALY OUSMANE, Directeur du Guichet Unique du Foncier-Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme ; Monsieur SANOGO ALPHA, Directeur Administratif et Financier ; du Ministère de l’Education Nationale de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle ; Monsieur ZOUMANA TOURE, Directeur du Domaine (PAA) ; M. KONE IBRAHIMA, Directeur Général de QUIPUX-AFRIQUE ; N’GUESSAN DOFFOU GABRIEL, Directeur Général de l’INS ; Monsieur YTE WONGBE, Directeur Général de CNRA ; SAWADOGO MOUSSA, PCA de la Société Coopérative Ivoirienne de Négoce des Produits Agricoles (SCINPA) ; Monsieur CISSE BACONGO, Maire de la Commune de KOUMASSI ; Monsieur DIMBA PIERRE, Directeur Général de l’AGEROUTE (Agence Ivoirienne de Gestion des Routes) - Président du Conseil Régional de l’Agneby Tiassa ; Colonel ADAMA TONDOSSAMA, Directeur Général de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR) ; Monsieur OUATTARA MAMADOU, Opérateur économique ; Madame ADJARA SANGARE Epouse DOUMBIA, Directrice Régionale de l’Agence Emploi Jeune- Yamoussoukro.

En outre, il convient de relever que pour cette édition, le jury a, à l’unanimité porté son choix sur Monsieur Amadou Soumahoro, Président de l’Assemblée Nationale, comme GRAND PRIX PRESTIGE DE LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT.

A cette fête anniversaire, plusieurs invités de marque sont attendus dont des chefs d’entreprise, des partenaires au développement, des médias internationaux et les représentations diplomatiques. Belle fête en perspective.

Sercom

Clôture du J-CAP 2020/ Voici les recommandations concrètes pour accélérer la croissance économique en Afrique

Organisée par le Groupe de la Banque Mondiale  et le Conseil Régional de l'Epargne Publique et des Marchés Financiers,  la première conférence du Programme conjoint de développement des marchés financiers (J-CAP 2020)  dont le thème était « Marchés des capitaux : investir pour la croissance »  a pris  fin  le mardi 11 févier 2020 au Sofitel hôtel Ivoire  à Abidjan après  deux jours de discussions très  riche qui devraient permettre  au marché financier de  gagner en attractivité. Ce       ,  à travers   la poursuite des réformes afin d’en faire un moyen de financement efficace pour le développement des Etats de l’Uemoa.  Au terme des travaux et donc à la cérémonie de clôture, Mamadou N’diaye, président du Crempf  et  Jean Pierre Lacombe, Directeur du J-CAP,  ont fait  le résumé des 14 sessions qui ont marqué cette conférence.  Ci-dessous la synthèse du directeur du J-CAP.   

«Honorables invites, en vos titres et rangs respectifs, Mesdames et Messieurs.  Permettez-moi de conclure brièvement avant que nous allions prendre un déjeuner bien mérité.

Je voudrais commencer par vous remercier tous, très chaleureusement, pour votre participation et en particulier les nombreux intervenants et panélistes qui ont contribué à faire de cette conférence un véritable succès. Les institutions ayant soutenu la première conférence J-CAP méritent également nos plus vifs remerciements : la Société Générale, la CIPRES, la BRVM, et l’agence UMOA Titres. Permettez-moi également d’exprimer notre profonde gratitude au CREPMF, notre co-organisateur de la conférence – et je voudrais personnellement remercier son Président, M. Mamadou Ndiaye, qui a été un partenaire idéal avec lequel nous continuerons de mettre en œuvre un programme de réforme visant à améliorer la liquidité, l'accès, la gouvernance et l’élargissement de la classe d’actifs pour les investisseurs.  Enfin, nous voudrions remercier les autorités de notre pays hôte, la Cote d’Ivoire, pour leur engagement actif dans les réformes des marchés des capitaux.  

Il me revient maintenant de résumer deux jours de discussions très riches. J’ai personnellement beaucoup appris et j’espère qu’il en a été de même pour vous tous, quelle que soit votre domaine d’expertise. Cette opportunité de repousser les limites de ce que nous savons est en effet la valeur essentielle de ce type de conférence, outre la possibilité tout aussi importante de renouer avec de chers amis, d’en faire de nouveaux et d’étendre les réseaux qui nous aident à faire notre travail de mieux en mieux.   

Nous avons beaucoup parlé du rôle essentiel que les marchés de capitaux peuvent jouer dans l’accélération de la croissance et du développement. Nos hôtes ont fait le point sur les progrès réalisés par l’UEMOA et les défis à venir. Mes collègues ont exposé ce que le JCAP – l’Initiative conjointe sur les marchés financiers du groupe de la Banque mondiale – peut faire pour aider à développer les marchés de capitaux locaux, grâce à des améliorations réglementaires bien ciblées et les leçons tirées d’autres pays JCAP, suivies d’opérations de démonstration bien préparées. Un point essentiel abordé lors de ces deux jours, est le cadre des conditions préalables essentielles au développement des marchés des capitaux que le JCAP a défini à l’issue de consultations avec un large éventail de décideurs, de praticiens et de dirigeants d’entreprise.   

Nous avons aussi approfondi les éléments clés de l’histoire du développement des marchés des capitaux, notamment : le rôle fondamental que jouent les marchés intérieurs de la dette souveraine, l’importance d’élargir la base d’investisseurs au-delà du financement à court terme des banques nationales pour aller vers des investissements institutionnels à long terme et en monnaie locale. Nous avons aussi évoqué le rôle essentiel que les marchés des capitaux peuvent jouer dans le financement de l’immobilier et les défis que les bourses doivent relever pour attirer les émetteurs. Nous avons eu une session importante qui nous a permis d’entendre le point de vue des investisseurs étrangers, qui participent activement ou envisagent de participer aux marchés de capitaux naissants de l’UEMOA – la liquidité titres dans les marches, la transparence des prix des valeurs mobilières, un marché secondaire bien développé et la connexion avec les systèmes internationaux de règlement et livraison sont des aspects incontournables.   

Nous avons organisé une série d’ateliers parallèles sur la Fintech et l’avenir des marchés des capitaux, le potentiel des fonds d’investissement et l’importance de développer la culture du risque de crédit. Nous avons organisé une autre série de sessions sur l’importance du financement des PME, les avantages de la présence des établissements financiers dans le développement des marchés des capitaux et le potentiel que les marchés des capitaux offrent pour le financement des infrastructures.   

Nous avons bénéficié d’importantes allocutions des Ministres Coulibaly de la Côte d’Ivoire et Wadagni du Bénin, ainsi que de nos collègues dirigeants de la Banque mondiale, Anshula Kant CFO du groupe, Sergio Pimenta Vice-Président pour l’Afrique et John Gandolfo Vice-Président de Trésorerie. Nous avons également pu entendre les allocutions de mon partenaire pour JCAP, Alfonso Garcia Mora Directeur global de marchés financiers, dont l’équipe a joué un rôle essentiel aux côtés du personnel de la SFI au sein du secrétariat du JCAP.  Je veux enfin remercier toutes les équipes du groupe pour l’organisation de cette conférence et pour tout ce que le JCAP a accompli au cours de la période relativement courte qui s’est écoulée depuis qu’il a été créé.    

Compte tenu de tout cela, permettez-moi de retenir et de souligner l’énorme potentiel d’investissement qui, j’en suis intimement convaincu, s’offre à nous dans l’UEMOA. Il y a de bonnes raisons d’être optimistes quant à la possibilité que ce potentiel se concrétise car cette région bénéficie tout à la fois d’une bonne stabilité politique, d’un cadre macroéconomique solide et d’un processus d’intégration régionale toujours en cours. Ce sont autant de garanties qui devraient se traduire par de solides perspectives de croissance pour le secteur privé, bien sûr si les importants besoins en infrastructures peuvent être satisfaits. Un focus sur la création de PMEs est aussi essentiel - avec l’appui de nous tous – je témoigne à l’esprit innovatif des entrepreneurs de l’UEMOA mis en évidence lors de la remise de prix par la BRVM il a quelques jours. Bien des réalisations sont possibles ici, soutenues par des efforts conjoints dans le cadre du JCAP, en améliorant très rapidement le fonctionnement du marché des capitaux et en promouvant son développement à plus long terme, comme tant de personnes l’ont souligné ces deux derniers jours. Il sera nécessaire de conserver une forte coopération entre les diverses autorités régionales et nationales responsables du secteur financier. De même il sera indispensable de mobilier des investisseurs institutionnels hors de la sous-région assez rapidement étant donne les besoins d’investissements – tout cela nous incite à accélérer nos travaux.

Des efforts supplémentaires sont cependant nécessaires pour renforcer la courbe des taux souverain en réduisant la fragmentation entre les plateformes de syndication et d’adjudication et assurer une interconnectivité plus efficace avec les systèmes internationaux de règlement et livraison (euroclear / clearstream).  Avec les autres changements en cours, ceci pourrait attirer des volumes plus importants d’investisseurs internationaux et améliorer la liquidité des marchés de capitaux.

En effet, la présence de tant de membres du personnel du Groupe de la Banque Mondiale ici à Abidjan et leur aide dans la préparation de la conférence témoignent de la profondeur et de l’ampleur de notre engagement conjoint à renforcer le rôle essentiel que les marchés des capitaux peuvent jouer dans l’accélération du développement économique dans la région de l’Afrique de l’Ouest et sur l’ensemble du continent africain.

Permettez-moi de conclure en précisant qu’il reste encore beaucoup à faire mais que l’enthousiasme et le professionnalisme dont nous avons tous été les témoins lors de cette conférence nous permettent de rester confiants sur les évolutions futures.

Ainsi, nous nous réjouissons de travailler ensemble pour continuer à faire progresser le développement des marchés des capitaux au sein de l’UEMOA.   Je vous remercie de votre aimable attention."

 Propos transcrits par Patricia Lyse

 

S'abonner à ce flux RSS