Coup d'état au Soudan : le début d'un scénario "à l'égyptienne" ?    COUP D'ÉTAT AU SOUDAN : LE 1ER MINISTRE ET DES MEMBRES DU GOUVERNEMENT ARRÊTÉS    La transition démocratique enterrée ? Coup d'État de l'armée au Soudan, le gouvernement dissout    Contre le paludisme, un vaccin suscite l'espoir    Au Mali, le représentant de la Cédéao déclaré "persona non grata"    Siyabulela Mandela poursuit le combat de son grand-père pour les droits humains    Pollution massive du Lac Victoria : le plus grand lac d'Afrique se meurt    Burkina Faso : le procès de l'assassinat de Thomas Sankara reprend à Ouagadougou    Coup d'État au Soudan : le gouvernement de transition dissous, des manifestants tués par l'armée    Soudan : plusieurs dirigeants arrêtés, l’accès à Internet coupé    Conseil de sécurité de l'ONU au Mali : la junte veut des "assises nationales" avant les élections    En visite au Mali, la délégation de l'ONU appelle au retour à un pouvoir civil    Le meurtre d'Agnes Tirop, un "signal d'alarme" pour les femmes athlètes au Kenya    Au Mali, le Conseil de sécurité de l'ONU va plaider pour le retour d'un pouvoir civil

Economie

Cérémonie de clôture du tirage de la Tranche Commune entente (TCE 2021/ Le ministre de l’économie félicite le DG de la LONACI pour la parfaite organisation

Ouverts lundi 20septeùmbre dernier, les Travaux de  la 27ème Edition du tirage de la Tranche Commune Entente 2021 ont pris fin ce vendredi 24 septembre, à l’Hôtel Pullman à Abidjan-Plateau en présence de Bamba Vassogbo, représentant  le ministre de l’économie et des finances Adama Coulibaly, Président de cette cérémonie et des experts.  A l’issue de ces travaux qui étaient placés sous la présidence du directeur Général de la LONACI,  Dramane Coulibaly,  le Bénin a été désigné pour accueillir la Tranche Entente  Commune 2022. Avant de déclarer clos, au nom du ministre de l’économie et des finances, les travaux de cette 27ème Edition du tirage de la Tranche Commune Entente 2021,   Bamba Vassogbo, Directeur de cabinet Adjoint a traduit ses remerciements  à  l’ensemble des directeurs Généraux  et aux délégations  qui les accompagnent. Mieux, il a félicité  le Directeur Général de la LONACI, par ailleurs  président de l’association  des Loteries d’Afrique (ALA) pour la parfaite organisation  de cette rencontre de haut niveau. Laquelle rencontr a été marquée par l’Inauguration d’un centre de Santé intégré, mercredi dernier, dans le village d’Abbé Broukoi 2, dans la commune d’Abobo. Ce  don,   fruit de la synergie d’action  des  Directeurs Généraux des loteries nationales, membres du Conseil de l’Entente, traduit la mission  sociale assignée  aux dites loteries.  « Il importe de se féliciter de la bonne compréhension de la mission sociale  qui incombe aux loteries nationales. En atteste le don  d’un centre de santé intégré à la Commune d'Abobo précisément au sous quartier Abbé Broukoi 2. C’est le lieu de saluer  cette importante contribution à la politique sanitaire  du gouvernement ivoirien, impulsée par SEM Alassane Ouattara…Monsieur le ministre tient à vous encourager à persévérer dans cette voie, source de progrès pour vos entités respectives et pour toute la communauté », a indiqué le représentant du ministre.

Intervenant  d’entrée, le Directeur de la Loterie Nationale du Burkina Faso, Patin- Deba Naza a lu une motion de remerciements dans laquelle les directeurs généraux des loteries nationales des pays membres du Conseil de l’Entente ont rendu un vibrant  hommage au président de la République Alassane Ouattara et ont adressé leurs vifs remerciements au ministre Adama Coulibaly, président de la présente édition, pour son soutien constant.  

En sa qualité de Président des travaux de la 27ème édition de la TCE 2021, le Directeur Général de la LONACI, Dramane Coulibaly  a lu le communiqué final  qui a sanctionné  la  réunion des directeurs Généraux  qui s’est tenue du 20 au 24 septembre 2021, à Abidjan dans le cadre du tirage de la TCE 2021.  Entre autres résolutions, les directeurs généraux ont désigné le Bénin  pour abriter le tirage de la 28ème édition   de la  TCE 2022 et ont procédé à l’échange des expériences sur  les activités de leurs loteries nationales.  Par ailleurs, le  DG de la Lonaci a  précisé que les travaux se sont déroulés dans une atmosphère de compréhension mutuelle et une franche collaboration. Il a terminé en rendant, au nom de ses pairs directeurs Généraux de Loteries nationales,  un vibrant hommage au Président Alassane Ouattara, au gouvernement et au peuple ivoirien.

  Au terme de cette parfaite organisation de la TCE 2021 en Côte d’Ivoire, le Bénin qui accueille la prochaine édition en 2022 est très attendu.   Pour rappel,  5 pays composent le Conseil de l’ente ce sont la Cote d’Ivoire, le Togo, le Niger, le Burkina Faso et le Bénin qui n’a pu effectuer le déplacement à Abidjan à cause des contraintes liées à la Covid-19.

 Patricia Lyse      

27ème Edition de la Tranche Commune Entente (TCE 2021)/ Les travaux ouverts ce lundi

Après 2016, la  Loterie nationale de Côte d’Ivoire  accueille la 27ème édition  du tirage de la Tranche Commune Entente (TCE 2021). Placée sous la présidence du ministre de l’économie et des finances ivoirien Adama Coulibaly, l’ouverture officielle  des travaux  de cette  27ème édition de la Tranche commune entente des loteries nationales des Etats  membres du Conseil de l’entente a eu lieu ce lundi 20 septembre 2021,  à l’Hôtel Pullman au Plateau et prendra fin le vendredi 24 septembre prochain, par la  proclamation  des résultats de l’appel à projet  lancé par le  Secrétariat exécutif du conseil de l’entente en juin dernier et le tirage  des gros lots.

En sa qualité  d’hôte de cet évènement, le Directeur Général de la Lonaci,  Dramane Coulibaly, au nom du Conseil d’administration  présidé par Dr Lenissongui Coulibaly Wenceslas,  a souhaité le traditionnel ‘’akwaba’’ à toutes les délégations  qui ont répondu favorablement à leur invitation à l’exception de la Loterie nationale du Bénin qui n’a pu faire le déplacement en raison des contraintes liées à la Covid-19.  En outre, il n’a pas manqué, au nom des loteries nationales des pays membres du Conseil de l’Entente, d’exprimer son infinie gratitude au ministre de l’économie et des finances qui a accepté de présider  cette 27ème édition de la Tranche commune Entente.  Dr Patrice Kouamé, Secrétaire exécutif  du Conseil de l’entente qui  était représenté par Idi Ali n’a pas été oublié par le Directeur de la Lonaci qui lui a traduit ses sincères remerciements pour les services rendus à leur espace communautaire.

Idi Ali représentant  le secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente,  a dit sa  joie de participer aux travaux de  la 27ème édition de la tranche commune entente qui, au-delà du jeu,  vise à faire la promotion du développement économique à travers  la réalisation de projets susceptibles d’accroitre le bien-être des populations.  

 Avant de déclarer ouverts les travaux de la TCE, le ministre de l’économie et des finances, Adama Coulibaly  a souhaité un agréable séjour  en terre ivoirienne à  tous les Directeurs Généraux des Loteries nationales des pays membres du Conseil de l’Entente ainsi que les experts.  « Au nom du gouvernement ivoirien,  je voudrais adresser  mes chaleureuses salutations à Messieurs les directeurs généraux des Etats membres du Conseil de l’entente  ainsi que les experts. A tous et à toutes je souhaite un  agréable séjour en terre ivoirienne», a-t-il indiqué d’entrée avant de rappeler les objectifs de  cette initiative.  « La TCE est un tirage tournant  entre les états membres du Conseil de l’entente  destiné à célébrer l’intégration sous- régionale. L’esprit qui a toujours  sous tendu cette initiative est celui  du brassage de nos populations et de la solidarité agissante  entre  nos pays. Dans cette logique,  le gouvernement ivoirien,   sous la houlette du président de la République Alassane Ouattara, s’emploie à consolider les acquis de cette intégration  et à faire de la sous-région, un espace économique prospère  et cela,  bien entendu,  en parfaite entente avec ses pairs des autres pays frères. Mesdames et Messieurs, la Tranche Commune Entente est  aujourd’hui un évènement qui est très attendu dans  chacun de nos pays. A l’occasion de chaque tirage, une œuvre communautaire financée conjointement par toutes les loteries  nationales  est  réalisée au profit du pays d’accueil.   A la présente  édition, la Côte d’Ivoire a bénéficié de la construction d’un centre de santé urbain qui  sera inauguré le mercredi 22 septembre dans la commune d’Abobo. Ce centre de santé permettra, à n’en point douter, d’améliorer l’accès aux soins des populations de cette banlieue cosmopolite du district  d’Abidjan qui compte plus d’un million d’habitants. C’est le lieu pour moi, de remercier, au nom du gouvernement ivoirien,  les  loteries nationales du Conseil de l’entente  pour cet acte dont  la portée hautement sociale, n’échappe à personne. Au demeurant, la construction de cette œuvre sociale n’est qu’une preuve supplémentaire  des loteries nationales  à œuvrer aux côtés des Etats à une intégration  véritable et harmonieuse de notre espace sous régional.  Je voudrais donc féliciter les directeurs généraux de ces sociétés d’Etats ainsi que leurs collaborateurs qui ont su conserver la Tranche commune Entente », a fait savoir le ministre de l’économe des finances qui a terminé en déclarant ouverts les travaux de la 27ème édition de la Tranche Commune Entente 2021  dont l’apothéose est prévue vendredi prochain par  la soirée  du Tirage. A cette occasion,  le secrétaire exécutif    du Conseil de l’Entente proclamera  les résultats de l’appel  à projets lancé en juin dernier  dans le cadre  du concours ‘’Jeunes et entreprenariat ‘’ et ‘’Femmes et activités génératrices de revenus’’  visant à financer 6 projets à raison de 5.000.000FCFA chacun soit 30 millions de FCFA. Par ailleurs, il y aura le tirage  des gros lots.

La TCE  est une économie communautaire  annuelle créée en 1970 par les chefs d’Etats  des 5 pays  membres du Conseil de l’Entente  en vue d’appuyer les politiques nationales de développement. Elle regroupe  le Bénin, le Togo, le Burkina Faso, le Niger et la Côte d’Ivoire.

 Patricia Lyse          

Changement des plaques d’immatriculation /Le calvaire des automobilistes

Depuis quelques semaines, le ministère des transports s’active pour la mise en œuvre de la vidéo verbalisation basée sur un système de transport intelligent (Sti). D’ailleurs, après la phase d’expérimentation de ce système, le conseil des ministres du 8 septembre dernier a mis l’accent sur la nécessité de le déployer partout en Côte d’Ivoire.

Mais, cette gestion électronique des infractions reposant essentiellement sur la lecture automatisée des plaques d’immatriculation des véhicules et la notification de l’infraction aux propriétaires des véhicules dont l’identité est mentionnée sur la carte grise, pourrait connaître des difficultés dans sa mise en œuvre eu égard au calvaire des usagers.

En effet, la demande et la délivrance des plaques d’immatriculation constituent un véritable parcours du combattant. C’est en tout cas, ce que note Alain Touré, enseignant. « Vouloir changer de plaque d’immatriculation n’est pas une mince affaire. C’est un véritable chemin de croix », souligne-t-il. Avant de préciser que, « le premier problème réside dans la longueur de la procédure qui commence par le paiement des frais de changement de plaques ». Des frais qui, faut-il le préciser, s’élèvent officiellement à 14.060 FCfa. « Il est vrai que c’est le prix normal.

Mais, à cause de la lenteur de la fabrication, certains sont obligés de passer par des circuits non officiels où, vous pouvez payer 2 ou 3 fois plus cher », fait savoir Ali Bakayoko, transporteur qui dit avoir plusieurs fois changé les plaques de ses taxis compteurs en recourant à des circuits non-officiels.

Quant à Cyrille Konan, un autre usager, il pose la question du nombre de centres de paiement de ces frais. A l’en croire, ces centres seraient insuffisants à Abidjan, d’autant qu’il n’y en aurait qu’un seul dans chaque commune. Ce qui ne faciliterait pas la tâche aux usagers. « On devrait donner la possibilité aux usagers de payer ces frais par mobile money », suggère-t-il. Auquel cas, estime-t-il, « il faudrait multiplier les centres de paiement dans les différentes communes.

Il faut rapprocher ces centres de la population », pense-t-il. Autre difficulté, le lieu de la pose des plaques. En effet, ils sont nombreux ces usagers qui ne comprennent pas qu’à Abidjan, pour se faire poser ses plaques d’immatriculation, il faut nécessairement se rendre à Vridi. « Il faut décentraliser la pose des plaques d’immatriculation dans chaque commune pour éviter les longues files d’attente à Vridi. C’est inadmissible qu’en ce 21ème siècle, les choses se déroulent ainsi », tempête Cyrille Konan. Il faut donc souhaiter que le conseil des ministres du 8 septembre qui dit avoir arrêté de nouvelles mesures en vue de simplifier et d’accélérer les procédures de mutation des cartes grises et de mise à disposition des plaques d’immatriculation des véhicules n’en disposant pas, soit à la hauteur des défis susmentionnés.

Avec L'HERITAGE

Hommage à Arthur Verdier / Voici la vraie histoire du Cacao en Côte d’Ivoire

Le cacaoyer a été introduit de Gold Coast (actuel Ghana) en Côte d’Ivoire vers la fin du xix° siècle. Le français Arthur Verdier fut le premier à vraiment apporter de la valeur à la région d’Assinie (premier comptoir français en Côte d’Ivoire) à partir de 1870. Sous l’impulsion de Verdier, les premiers caféiers furent plantés en 1881 et la culture du cacao commença au même moment. Les populations autochtones, tout d’abord réfractaires à cette culture qu’il ne connaissait pas, se sont mises à la pratiquer lorsqu’elles se sont aperçues des bénéfices qu’elles pouvaient en tirer. Peu à peu, la culture du cacaoyer s’implante en Côte d’Ivoire, et de l’Indénié et des Lagunes où elle s’est primitivement cantonnée, elle s’étend progressivement vers les régions du Centre et de l’Ouest. Le cacoyer rencontre dans la zone sylvestre de la Côte d’Ivoire des conditions excellentes de développement. A partir de 1912, la production cacaoyère de la Côte d’Ivoire s’accroît lentement, mais régulièrement. De 20.954 kilogrammes, à cette époque, elle passe à 420 tonnes à la fin de la guerre. Mais c’est surtout à partir de 1926 que s’intensifie la production du cacao; qu’on en juge : 1926 …………………………………………………………………………….. 6.838 tonnes 1927…………………………………………………………………………….. 9.751 tonnes 1928…………………………………………………………………………….. 14.493 tonnes 1929…………………………………………………………………………….. 16.515 tonnes 1930…………………………………………………………………………….. 22.329 tonnes 1931…………………………………………………………………………….. 19.894 tonnes 1932…………………………………………………………………………….. 25.776 tonnes 1933…………………………………………………………………………….. 30.914 tonnes 1934…………………………………………………………………………….. 41.572 tonnes En 1936, la production du cacao en Côte d’Ivoire a marqué un nouveau et sensible progrès. Les exportations se sont élevées à 49.765 tonnes contre 43.564 tonnes en 1935. Les principaux pays importateurs du cacao étaient en 1936 : La France, pour 25.089 tonnes, les Etats-Unis, pour 16.744 tonnes et les Pays-Bas, pour 5.192 tonnes. Malgré les progrès rapides de la production du café et de l’arachide, le cacao garde depuis quelques années le premier rang parmi les productions de la Côte d’Ivoire,comme en témoigne le tableau comparatif de la valeur des exportations (valeur mercurialisée) de ces trois produits, en 1936 : Cacao ……………………………………………………………….. 72.000.000 Café …………………………………………………………………. 32.000.000 Arachides …………………………………………………………. 22.000.000 Les cours élevés pratiqués en fin d’année 1936 ont été un précieux encouragement pour les planteurs indigènes qui détiennent les 6/7″ des plantations (76.371 hectares contre 11.311 hectares de plantations européennes). Rien que dans le cercle de l’Indénié, le produit de la vente du cacao a rapporté aux seuls populations autochtones, des ressources supérieures à cent millions d’anciens francs. Si l’on considère, par ailleurs, l’augmentation des superficies plantées et l’effort de rajeunissement des cacaoyères poursuivi depuis quelques années, il est permis d’espérer que la production augmentera encore en 1937. Les progrès sont déjà attestés par les exportations du premier trimestre 1937.

Tirée de La Côte d’Ivoire avance

Financements de projets /Le Conseil de l’Entente lance un concours pour les jeunes entrepreneurs et les femmes

La question de financements des projets est un véritable casse-tête pour les personnes qui veulent bien entreprendre ou renforcer leurs acquis. Pour donc  leur permettre de réaliser leur rêve, le Secrétariat exécutif du Conseil de l’Entente en collaboration avec la Lonaci leur offre une opportunité à vite saisir en vue de leur autonomisation. En effet, dans le cadre de la 27ème édition  de la Tranche Commune Entente 2021 dont  le tirage aura lieu en septembre en Côte d’Ivoire, le Secrétariat exécutif du Conseil de l’Entente en collaboration avec la Loterie Nationale de Côte d’Ivoire a lancé  ce mercredi un appel à projets pour l’autonomisation  des jeunes  et des femmes. C’était au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée ce mercredi au siège de la Lonaci, à Marcory en présence du Secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente, Patrice Kouamé   et de ses collaborateurs  ainsi du Directeur Général Adjoint de la LONACI, AbdoulKarim Ouattara   et des membres du comité de  direction. Cet appel à projets qui a été officiellement lancé ce mercredi 16 juin 2021 a deux volets. L’un dénommé concours ‘‘Jeunes et Entreprenariat’’  concerne les jeunes de 15 à 25 ans ou les groupements de jeunes régulièrement constitués vivant en Côte d’Ivoire et l’autre ‘’ Femmes et activités  génératrices de revenus’’ concerne  les groupements de femmes âgées de 35 à 55 ans.  Les projets  qui doivent être porteurs de sens pour les populations, tournent, pour les jeunes,  autour de l’agrobusiness, de  la  culture,  de l’artisanat,  du  tourisme  et de la protection de l’environnement. Pour les femmes, il  s’agit surtout des domaines de la production, de la transformation  et de  la commercialisation des produits locaux, a fait savoir  le Directeur marketing de la LONACI, Cheik Oumar Diarra.  D’une enveloppe de 30 millions de FCFA, ce concours  vise à  financer les 3 meilleurs  projets de créations  d’entreprises innovantes  par les jeunes et  les trois meilleurs projets chez les femmes à hauteur de 5 millions chacun.

Saluant  au nom du Directeur général de la Lonaci et  de ses pairs  le leadership du Secrétaire exécutif  du conseil de l’Entente, AbdoulKarim Ouattara, Directeur Général Adjoint a indiqué que cette cérémonie qui les réunit  ce matin est d’une importance capitale. Et pour cause, cet appel à projets qui a été lancé ce matin va permettre de financer 6 projets  de jeunes et de femmes  à raison de 5 millions de FCFA par projet. « Cela est très encourageant au regard  des difficultés réelles de financement auxquelles sont confrontés  les petits entrepreneurs particulièrement les jeunes et les femmes .Je voudrais  donc me réjouir de cette opportunité d’épanouissement  offerte aux femmes et aux jeunes  de  Côte d’Ivoire  par le Conseil de l’entente, à l’occasion de la TCE 2021», a-t-il déclaré.

Instaurée lors de la 25ème édition du tirage de la TCE, au Togo, puis répétée au Niger l’année dernière avec deux concours, l’opération  est répliquée en Côte d’Ivoire cette année. « Les trois meilleurs projets ‘’Jeunes et Entreprenariat » et les trois meilleurs ‘‘femmes et activités  génératrices de revenus’’ seront financés à raison de 5 millions de FCFA par projet. En plus, la LONACI a décidé d’accorder une prime d’encouragement  de 500000 Fcfa  aux projets qui seront classés 4ème et 5ème aussi bien pour les jeunes que pour les femmes »,  a précisé Dr Patrice Kouamé, Secrétaire exécutif du Conseil de l’entente qui a officiellement lancé le concours. Les  candidats ont jusqu’au 6 août pour déposer  leur projet. Après l’évaluation  du jury,  (10) projets seront retenus parmi lesquels les trois meilleurs  de chaque catégorie seront primés  au cours du tirage de la TCE en septembre 2021, à Abidjan.

 Patricia Lyse    

Réhabilitation de L’EPP Cocody Sud/ Le DGA de la LONACI procède à la remise des clés

Entièrement réhabilité par la Fondation LONACI, dirigé par le directeur Dramane Coulibaly suite à un appel des parents d’élèves, le DGA de la première entreprise citoyenne de Côte d’Ivoire, AbdoulKarim Ouattara a procédé  ce jeudi 10 juin 2021  à la remise des clés du groupe scolaire Epp Cocody Sud. C’était en présence du Représentant du Maire de Cocody, de l’Inspecteur de l’Education Préscolaire et Primaire de Cocody-Blockhauss, de la Directrice Exécutive de la Fondation Lonaci, des  membres du Comité de Direction de la Lonaci, de la Présidente du Coges, des Directrices et les enseignants du Groupe scolaire Cocody Sud ainsi que des parents d’élèves.

Le représentant du maire de Cocody, a souhaité la bienvenue à ses hôtes dans cette cité, non sans faire un clin d’œil à la Fondation LONACI pour la réhabilitation  du groupe Scolaire Cocody -Sud.   

Remerciant le COGES,  les enseignants et tous les parents pour l’accueil chaleureux qui leur a été réservé, le Directeur Général adjoint de la LONACI, au nom du Directeur Général Dramane Coulibaly, a dit toute sa  joie d’être  là ce matin pour la remise des clés du Groupe scolaire Cocody Sud, après sa réhabilitation totale par la Fondation Lonaci. Laquelle réhabilitation dont les travaux  les travaux ont coûté 99,89 millions de Fcfa. Visiblement heureux d’avoir offert un cadre sain à ses nombreux enfants, le DGA a profité de cette cérémonie de remise de clés  pour souhaiter plein succès aux candidats  du CEPE et de l’entrée en sixième de ce groupe scolaire.  «  Je voudrais formuler des vœux de succès pour tous les candidats, notamment ceux de l’entrée en sixième. Pour les enfants du Groupe scolaire Cocody Sud en particulier, je souhaite un taux de succès de 100% » a-t-il souhaité nan sans remercier le maire de Cocody pour son soutien à cette cérémonie. Pour terminer,  il a demandé aux usagers de prendre soin de ce groupe scolaire. « J’invite les enseignants et le Coges à prendre soin de cet établissement dont le Fondation Lonaci a financé la réhabilitation », a-t-il conclu .

 

 

S'abonner à ce flux RSS