Sept Casques bleus tués en RD Congo lors d'une offensive contre les rebelles ADF    Mohammed VI et Macron à Tanger pour inaugurer le premier TGV d'Afrique    L'ONU lève l’embargo sur les armes et les sanctions contre l'Érythrée    Cameroun : combats dans le Nord-Ouest anglophone, au moins 25 séparatistes tués    Climat : les deux tiers des villes africaines courent un "risque extrême"    Boycott du maréchal Haftar, colère d'Ankara : les divisions plombent la conférence sur la Libye    Au Soudan du Sud, une paix si fragile    Le front commun de l'opposition congolaise implose en moins de 24 heures    La conférence sur la Libye s'est ouverte à Palerme en présence du maréchal Haftar    Macky Sall veut une mobilisation contre le terrorisme au Sahel comme en Syrie    Présidentielle en RD Congo : Tshisekedi se retire de l'accord sur un candidat commun à l'opposition    Pourquoi l'Algérie refuse les appels au dialogue du Maroc    "S'il te manque de respect, siffle" : les Marocains sensibilisés au harcèlement de rue    RD Congo : Martin Fayulu, le bouillant candidat de l'opposition face au "système Kabila"    À Palerme, une nouvelle tentative pour sortir la Libye du conflit    RD Congo : Martin Fayulu candidat unique de l'opposition à la présidentielle    RD Congo : la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts    Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

Economie

45 ans de la BOAD/ Le Chef de l’Etat ivoirien à Lomé

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a quitté Abidjan, ce mercredi 14 novembre 2018, pour Lomé (Togo) où il prendra part à la cérémonie de commémoration du 45e anniversaire de la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD), Institution commune de financement du développement des Etats de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA).

Au cours de cette célébration, un forum régional de haut niveau sur les énergies solaires sera organisé sous le thème : « L’énergie solaire dans l’économie des pays de l’UEMOA : état des lieux, enjeux et politique ».

Ce forum permettra aux Experts de l’UEMOA, des autres pays et des Institutions de financement de faire l’état des lieux, le bilan des interventions de la BOAD et de proposer des stratégies pour le développement de l’énergie solaire dans la zone UEMOA.

Le Chef de l’Etat regagnera Abidjan dans l’après-midi.

Fait à Abidjan, le 14 novembre 2018

Réunion bilan du troisième trimestre 2018 de la Lonaci /Un taux de réalisation des activités satisfaisant

La Loterie Nationale de Côte d’Ivoire a organisé son atelier bilan du troisième trimestre de l’année le jeudi 8 novembre 2018, à Abidjan, sous la présence de son Directeur Général, M. Dramane Coulibaly.

A cette occasion, les participants ont porté un regard critique sur les réalisations des trois derniers mois, de chaque direction, département et service rattaché.

Il ressort des travaux une amélioration du niveau général de réalisation des tâches et des résultats, avec des taux respectifs de 89% et 86%. Ce qui représente un progrès, relativement au taux cumulé moyen de 68% atteint au premier semestre.

De quoi satisfaire le Directeur Général qui a exhorté le personnel à un dépassement de soi, en vue de l’atteinte des objectifs de l’année.

« Il ne nous reste plus que 45 jours pour terminer l’année 2018. Je crois et je suis sûr que les objectifs assignés par le conseil d’administration, c’est-à-dire la réalisation du chiffre d’affaires de 90, 3 milliards Fcfa seront atteints », a-t-il souligné.

Dans son adresse de clôture, le Directeur Général a également affirmé sa volonté de faire bénéficier le personnel du fruit de la croissance enregistrée par la Lonaci.

« Nous avons commencé déjà à améliorer certaines conditions salariales. La régularisation salariale se fera. Il faut que le fruit de la croissance soit ressenti par tous, puisque ce sont les efforts conjugués de tous qui nous permettent d’atteindre ces objectifs », a rassuré M. Dramane Coulibaly.

Le directeur général a passé en revue les acquis enregistrés depuis sa prise de fonction en juillet 2017. Notamment, l’achèvement des travaux et l’équipement des bureaux du deuxième niveau du siège, le renforcement de la logistique, etc. D’importants projets ont par ailleurs été lancés au cours de cette année. Il s’agit, entre autres, de la relance du segment des tickets à grattage, avec notamment de nouveaux tickets de 100, 200 et bientôt 300 Fcfa ; de la relance de Lotobonheur. Les travaux relatifs au portail de jeux ‘’Parions Direct’’ sont en cours en vue d’une relance prochaine de ce produit.

  1. Dramane Coulibaly a surtout invité le personnel à maintenir la cohésion et l’esprit d’équipe dans la mise en œuvre du Plan stratégique de développement.

Il s’est réjoui des encouragements du Conseil des ministres qui, dans son communiqué du 24 octobre dernier, a cité la LONACI au nombre des deux sociétés les plus performantes sur un portefeuille de 39 entreprises publiques détenues par l’Etat. Et d’ajouter : « Il nous appartient donc de maintenir cette dynamique vertueuse, par une mise en œuvre intelligente et opiniâtre du Plan stratégique de développement et du Plan de Travail annexé au Budget Annuel. »

La prochaine évaluation trimestrielle, celle de la fin d’année se tiendra à Yamoussoukro, à l’occasion de la Convention annuelle du personnel, en janvier 2019.

Dircom

Fraude sur l’électricité : Le PEPT a permis de réduire l’ampleur du phénomène

Invité des « Salons de Radio Côte d’Ivoire », ce dimanche 4 novembre 2018, le ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies renouvelables, Thierry Tanoh a soutenu que la mise en œuvre du Programme Electricité Pour Tous (PEPT) a permis de réduire l’ampleur de la fraude dans le secteur de l’électricité. « Le PEPT a permis de réduire la fraude. En permettant à plus de gens de se connecter, nous sommes parvenus  également à éliminer le risque que ces personnes se connectent frauduleusement au réseau électrique », a expliqué Thierry Tanoh. A en croire le ministre en charge de l’Energie, la mise en place du Fonds Electricité pour Tous va permettre d’accroître le nombre de bénéficiaires. Et ce, en respectant un équilibre dans sa répartition géographique sur le territoire national, tout en œuvrant à une meilleure allocation zone urbaine/zone rurale. L’émission de ce dimanche a été réalisée en collaboration avec le Centre d’Information et de Communication Gouvernementale (CICG).

 

 

World Policy Conference 2018 / Le Premier ministre Amadou GON dévoile des stratégies pour le maintien de la dynamique de croissance en Afrique

 A l’ouverture de la 11ème édition de la "World Policy Conference", le 26 octobre 2018 à Rabat, au Maroc, le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, a indiqué des stratégies devant permettre à l’Afrique de maintenir sa dynamique de croissance.

« Il est de la responsabilité des dirigeants africains de mettre en place des politiques et stratégies capables de relever nos défis », a indiqué le Premier Ministre ivoirien.

Pour Amadou Gon Coulibaly, les gouvernements africains pourraient mettre l’accent sur sept (7) priorités, à savoir : la stabilité politique pour la paix et la sécurité ; la réduction du gap en infrastructures ; l’éducation et la formation des jeunes ; l’amélioration du climat des affaires ; l’’industrialisation pour assurer la transformation structurelle de l’économie africaine ; le maintien d’un cadre macroéconomique robuste pour gagner et consolider la confiance des investisseurs ; et l’accélération de l’intégration régionale pour permettre aux entreprises d’avoir accès à des marchés de grande taille et faciliter les échanges.

Il a invité à une synergie d’actions pour faire de l’Afrique un des piliers de l’économie mondiale. « Les gouvernements ne pourront y arriver seuls. Le secteur privé a un grand rôle à jouer. Il reste le moteur de la croissance en Afrique », a-t-il conclu.

La World Policy Conference 2018 qui a pour thème : « Forces et faiblesses de l’Afrique d’aujourd’hui », a lieu du 26 au 28 octobre 2018.

Dircom

Projet de transport urbain d’Abidjan : 329 millions d’euros supplémentaires de la Banque africaine de développement pour boucler le financement

Désireux d’améliorer les conditions de vie des 5 millions d’Abidjanais, la compétitivité des activités économiques urbaines, de promouvoir le développement industriel, la planification et la gestion urbaines, l’hygiène, la salubrité publique et la qualité de l’air, le gouvernement ivoirien a initié un vaste programme intégré de développement urbain, évalué à 770 millions d’euros, qui met l’accent sur les infrastructures de transport.

La Banque africaine de développement a décidé d’apporter une assistance financière de 567 millions d’euros à cette première opération du Schéma directeur des transports urbains du Grand Abidjan, ce qui représente 74 % du coût total. Elle a également mobilisé des cofinancements de l’Agence japonaise de coopération internationale (8 %) et du Fonds pour l’environnement mondial (1 %), afin de soulager la contrepartie du gouvernement ivoirien, qui s’établit à 17 %.

D’un montant de 237,52 millions d’euros, la première tranche du prêt de la Banque avait été approuvée en décembre 2016, pour financer les travaux du 4e pont d’Abidjan – reliant Yopougon au Plateau –, de services connexes et de l’appui à l’exécution du projet. Les travaux dudit pont sont à présent lancés, et leur déroulement est satisfaisant.

Le 16 octobre 2018, la Banque africaine de développement a donné son feu vert à un nouveau prêt de 329,47 millions d’euros, réitérant ainsi son soutien au projet.

Ce prêt complémentaire va permettre de transformer 88 km de voies menacées de saturation en autoroutes urbaines, et ainsi doubler la capacité d’écoulement du trafic. Sont concernées, les routes de Dabou (section entre Yopougon et le carrefour de Jacqueville) à l’ouest d’Abidjan, et d’Adzopé (entre Yopougon et Thomasset) au nord. Le périphérique d’Abidjan appelé « rocade Y4 » (section nord) va également être aménagé, le boulevard Latrille va être prolongé et dédoublé, les feux tricolores de 90 carrefours vont être réhabilités et un système intelligent de contrôle du trafic va être installé.

 À quoi vont s’ajouter la construction de quatre centres multifonctionnels, la réhabilitation d’infrastructures de commerce et quelque 3 000 femmes vont être dotés d’équipements pour développer une activité génératrice de revenus. Enfin, 91 nouveaux emplois seront créés chaque jour pendant trois ans et 500 femmes policières de l’Unité de régulation de la circulation vont bénéficier de moyens logistiques pour améliorer le contrôle de la circulation.

« Ce projet est un projet intégré, qui va permettre aux populations les plus défavorisées de Yopougon, de Songon à l’ouest, d’Abobo et d’Anyama au nord, qui affichent des taux de pauvreté de 40 à 70 %, d’accéder à moindre coût aux zones pourvoyeuses d’emplois », a précisé Marie-Laure Akin-Olugbade, directrice générale de la Banque pour l’Afrique de l’Ouest.

S’ils ne sont pas négligeables, les impacts négatifs du projet ont été pleinement évalués, et sont tous réversibles. Ils ont fait l’objet d’un Plan de gestion environnemental et social, approuvé dans le cadre du Système de sauvegarde intégré (SSI) de la Banque. Les déplacements des personnes affectées par le projet se font de façon coordonnée et progressive, avant même que les travaux ne démarrent sur une zone donnée, et le gouvernement de Côte d’Ivoire en assume entièrement les coûts afférents.

 

Economie/Groupe Nsia, un modèle de réussite en Afrique

Where there is a will there is a way’’ en d’autres termes “Vouloir c’est pouvoir »,  dit un adage. Alors vice-président du groupe Union africaine, Jean Kacou Diagou décide d’entreprendre. Ainsi, en janvier 1995, il démissionne et  crée  la Nouvelle Société Interafricaine d’Assurance à capitaux africains. Doté d’un sens aigu des affaires et très professionnel, il réalise cette année-là,  un chiffre d’affaire de 900 millions FCFA.  En 1996, NSIA rachète les filiales vie et non vie des Assurances Générales de France (AGF) qui décident de se retirer du marché ivoirien. Se forme ainsi le groupe NSIA-AGCI qui va servir de socle à l’expansion remarquable du groupe qui combine bien croissance interne et externe. Présent dans 12 pays d’Afrique centrale et occidentale avec 1 Holding, 1 Fondation et 29 filiales en Assurances, Banque, Finance, Immobilier et Technologies, avec plus de 2 800 employés, le groupe Nsia compte aujourd’hui 185 agences en Côte d’Ivoire avec un objectif prévisionnel de 200 d’ici à 2020. Une croissance qui ne s’est pas faite au hasard. Pour faire  du Groupe Nsia le premier groupe financier africain de référence, leader en Banque et Assurances, performant et attractif, permettant au plus grand nombre d'accéder à des solutions de qualité, adaptées et innovantes en visant principalement le respect de ses engagements, l'amélioration continue de ses prestations et la recherche de la rentabilité,  Jean Kacou Diagou s’est appuyé sur les standards internationaux de gestion et de bonne gouvernance. Ainsi, on retrouve dans les organes et comités: un Conseil d’Administration, un Comité de Direction, un Comité Consultatif, un Comité d’Audit, un Comité de Rémunération et un Comité de Crédit. Pour rappel,  c’est en 2002 que l’entité NSIA-AGCI change de dénomination et devient le groupe NSIA. Ambitieux et visionnaire, il décide de diversifier son activité en se lançant dans la bancassurance.  Il rachète la Banque Internationale de l’Afrique de l’Ouest (BIAO), filiale ivoirienne du groupe belgo-néerlandais Fortis. Cette opération lui permet non seulement de disposer de son propre réseau bancaire, mais de multiplier également sa présence territoriale via les agences de la banque centenaire. Mais il ne s’arrête pas là. Pour donc accompagner ses activités d’assurance et de banque, le groupe NSIA investit dans les nouvelles technologies, secteur porteur de valeur ajoutée. Basée en Côte d’Ivoire, NSIA Technologies démarre ses opérations en 2012. La société se spécialise dans les services informatiques, le conseil en sécurité des systèmes d’information et la gestion de projet. En mars 2015, la Banque Nationale du Canada (BNC) et le fonds de placement français dédié à l’Afrique «Amethis Finance» rachètent pour près de 91,53 millions USD, les parts détenues par Emerging Capital Partners (ECP). La BNC, l’un des plus importants groupes financiers canadiens pesant quelques 165,7 milliards USD en bourse et Amethis ont acquis respectivement 20,9% et 5,4% du capital de NSIA. Les ressources financières générées accélèrent ainsi le développement du groupe et en font un des leaders africains de la bancassurance. Le désormais banquier Diagou fait une autre acquisition le 24 novembre 2017.  NSIA finalise l’achat du groupe bancaire ouest-africain Diamond Bank SA, filiale pour l’Afrique francophone du géant nigérian Diamond Bank. Le leader des assurances de l’Afrique subsaharienne francophone aura déboursé un total de 61 millions d’euros, via trois de ses sociétés (Manzi Finance SA, NSIA Banque Côte d’Ivoire et NSIA Vie Assurances Côte d’Ivoire), pour avoir 1 985 000 actions de Diamond Bank SA, soit 97,07 % de son capital social.  Au regard de tout ce qui précède, on peut affirmer sans risque de se tromper que le Groupe Nsia est un modèle de réussite  conformément au vœu  de Jean Kacou Diagou, Prix national d’excellence 2018 du meilleur établissement financier et de l’Award 2018 de la meilleure entreprise africaine lors du dernier CEO Forum d’Abidjan, qui a toujours eu envie de faire avancer les choses au plan national et international.

Affia Marie

 

S'abonner à ce flux RSS