Gastronomie africaine : les cuisines du continent en ébullition    Angola : la fille de l'ex-président Dos Santos accusée de corruption massive    À Berlin, une conférence pour consolider la trêve en Libye    Dans l'Est libyen, des forces pro-Haftar bloquent les principaux terminaux pétroliers    RD Congo : Martin Fayulu interdit de manifester à Kinshasa    Libye : le maréchal Haftar en Grèce pour des pourparlers avant la conférence de Berlin    Guinée : début de la campagne pour les législatives dans un contexte tendu    Côte d'Ivoire : inquiétudes pré-électorales à dix mois de la présidentielle    Barrage sur le Nil : vers un compromis entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan    CAN 2021 : la compétition se tiendra de nouveau en hiver    Le barrage éthiopien sur le Nil embourbé dans des médiations sans fin    En Tunisie, neuf ans après la révolution, la démocratie piétine    Soudan : des soldats tués lors d'une "rébellion" au sein des services de sécurité    Tunisie : 9 ans après la révolution, la pauvreté fait toujours des ravages

Economie

Jeux du hasard / Le cinquantenaire de la Lonaci lancé

1970-2020. Cela fait 50 ans que la Lonaci participe au développement du pays et contribue à sortir les populations de la pauvreté à travers la réalisation d’écoles, de centre de santé et de don en vivres et non vivres. La conférence de presse de lancement des festivités marquant ce cinquantenaire a eu lieu ce mercredi 15 janvier 2020 à l’hôtel Pullman, au Plateau en présence du Directeur Général de la Lonaci Dramane Coulibaly, du Pco du Cinquantenaire Kouassi Roger, des membres du Comité de direction, du personnel, des membres du jury du Prix Challenge Social de la Lonaci et des partenaires.

Après avoir présenté une vidéo retraçant les actions menées par la Loterie Nationale de Côte d’Ivoire à travers la caravane de la solidarité qui a sillonné les régions de la Bagoué, du Tchologo, du Folon du 15 au 30 octobre 2019, le Directeur Général Dramane Coulibaly a rappelé que l’information capitale de ce jour ce sont les festivités marquant le cinquantenaire de la Lonaci dont la mission est d’accompagner le gouvernement dans la lutte contre la pauvreté en réalisant des infrastructures. Sa mission principale est donc d’être un acteur majeur de la solidarité nationale et acteur de développement .

Remerciant par ailleurs le président de la République SEM Alassane Ouattara, le directeur général de la Lonaci a annoncé que le lancement officiel de ce cinquantenaire dont le thème est « Ensemble relevons les défis de l’innovation et de la responsabilité sociétale », sera placé sous le haut patronage du chef de l’Etat qu’il n’a pas manqué de remercier ainsi que le premier ministre Amadou Gon et le gouvernement pour tout le soutien qu’ils ne cessent d’apporter à la Lonaci dans l’accomplissement de sa mission. Président du comité d‘organisation de ce cinquantenaire qui vise à impliquer davantage le personnel dans ces festivités et d’en faire un succès national et institutionnel, Kouassi Roger a présenté le programme des festivités.

Lesquelles se résument au lancement officiel, à un séminaire international, un diner gala, un tournoi, une course hippique, le lancement d’un jeu spécial et un don de sang élargi aux partenaires. Des actions qui, à la fin, devraient davantage rehausser l’image de la Lonaci dont le chiffre d’affaires et le budget alloués aux œuvres sociales ne cessent de bondir.

Patricia Lyse

Challenge Social de la Lonaci : 1ère et 2ème manches cumulées 2019/ Viviane Yao, Rédactrice en chef du site d’Information ‘’infosivoir.net’’ remporte le 1er prix

Le résultat de la 1ère et 2ème manches cumulées du prix du challenge social de la Loterie Nationale de Côte d’Ivoire (Lonaci ) 2019 récompensant le meilleur article de presse dans les secteurs du social (Santé, école, hygiène) et de la culture a été dévoilé ce mercredi 15 janvier 2020, lors de la conférence de presse de lancement du cinquantenaire de la 1ère entreprise citoyenne à l’hôtel Pullman au Plateau . C’était en présence du Directeur Général de la Lonaci Dramane Coulibaly, du Pco du Cinquantenaire Kouassi Roger, des membres du Comité de direction, du personnel, des membres du jury et des partenaires.

Au terme de la délibération des membres du Jury, Mlle Yao Viviane, rédactrice en chef de votre site préféré ‘’infosivoir.net’’ a été désignée vainqueur avec son reportage intitulé « Pouponnière de Dabou : dans l’univers des enfants handicapés qui peuvent émerger ». Avec un total de 43, 5 points, elle a devancé sa consœur Emeline Péhé Amangoua ; 43 points et son confrère Emmanuel Koffi 42 points, tous deux du journal pro gouvernemental ‘’Fraternité Matin’’. La gagnante du jour a reçu un prix de 1 000 000 Fcfa et un trophée en bronze d’une valeur de 100 000 Fcfa des mains du Directeur général de la Lonaci, Dramane Coulibaly qui n’a pas manqué de féliciter et encourager les vainqueurs.

Emue, Yao Viviane a remercié la Lonaci avec laquelle, on gagne toujours. Rappelant l’objectif de cette lucane qui permet aux journalistes de faire jouer leur talent journalistique en faisant connaitre un problème de la société, le président du Jury Dosso Bakary a suggéré que la prochaine manche qui s’inscrit dans le cadre du cinquantenaire soit axée sur un dossier relatif à la Lonaci. A noter que le 2ème prix est doté d’une enveloppe de 200000Fcfa et le 3ème Prix de 100 000Fcfa.

Etienne Atta

Contacts du site : 40 37 57 21

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Carlos Ghosn: ce qu’il faut retenir de la conférence de presse de l’ex-patron de Renault-Nissan

Après avoir fui le Japon pour le Liban, l’homme d’affaires franco-libanais s’est longuement exprimé ce mercredi 8 janvier devant une centaine de journalistes. «Aujourd’hui est une journée très importante pour moi». Carlos Ghosn s’est exprimé, ce mercredi après-midi, devant la presse internationale. Depuis Beyrouth, l’ex-patron a d’emblée dénoncé la brutalité de son interpellation ainsi que ses conditions de détention au Japon, pendant près d’un an. Il y a un an jour pour jour, Carlos Ghosn était devant les enquêteurs japonais, avant d’être «enfermé pour une durée indéterminée», a-t-il dénoncé - en anglais tout au long de la conférence. Aucun contact avec sa famille, des interrogatoires pouvant durer jusqu’à huit heures par jour... Ghosn a tiré à boulets rouges sur le système judiciaire japonais. «Chaque jour, je me levais sans avoir pu dormir à cause de cette décision à prendre: dois-je me battre pour mon innocence» sachant que les enquêteurs le poussaient à avouer. Carlos Ghosn a rappelé son découragement grandissant au cours de l’année écoulée: «Je n’ai pas fui la justice, mais l’injustice et la persécution politique, après plus de 400 jours de traitement inhumain, et dans l’incapacité d’avoir accès à une justice équitable». «Pour la première fois depuis le début de ce cauchemar, je peux me défendre, dit-il ensuite. Maintenant, je vais pouvoir parler des faits et donner des détails». L’ex-PDG a salué les moments de «liberté» qu’il s’est offert grâce à son évasion du Japon, le 30 décembre dernier. Une évasion dont il n’a pas détaillé les contours au cours de son introduction. Sur le fond du dossier, l’ex-PDG clame son innocence Pour Carlos Ghosn, cette conférence de presse était l’occasion de donner «sa» vérité sur le fond du dossier. Il a relaté la détérioration de ses relations avec Nissan: en 2016, l’homme d’affaires a préféré se concentrer sur Mitsubishi, «en tant que président du conseil d’administration». Entre-temps, «les performances de Nissan, malheureusement, n’ont pas été aussi bonnes que prévu». Autre élément: en France, la loi Florange «limitait les revenus des actionnaires», a-t-il expliqué. Les Japonais considéraient qu’il était injuste que Nissan possède 50% des actions de Renault sans avoir le droit de vote, sans que cela soit réciproque. L’ingérence de l’État français a également pu entraîner des «interférences» dans l’Alliance. «C’est là que les conflits ont Concernant les faits reprochés par la justice japonaise, Ghosn clame son innocence. «J’étais arrêté pour des revenus différés, qui n’avaient pas été décidés, pas validés» par le conseil d’administration. En d’autres termes, Ghosn considère qu’il n’avait aucune obligation de déclarer les revenus incriminés. Ce n’est «pas une affaire pénale, pas un délit non plus, et en aucun cas cela ne justifie une arrestation». Les avocats de Ghosn n’ont vu «aucune justification» dans cette décision, a-t-il assuré. Ghosn est ensuite revenu sur une autre accusation, celle selon laquelle il a fait passer sur les comptes de Nissan des pertes sur des investissements personnels. Début janvier, Carlos Ghosn avait été inculpé pour abus de confiance aggravé. La justice nippone lui reprochait d’avoir indiqué Nissan comme garant dans une opération financière de 14,7 millions d’euros exécutée à titre personnel. «Il n’y a pas de pays démocratique que je connaisse où on va en prison pour ce type de chefs d’accusation», s’est-il insurgé. Derrière une estrade et devant un mur blanc, Ghosn a projeté des documents destinés à le disculper. L’un d’eux prouve notamment que les logements qu’il lui est reproché de détenir - à Rio, en France, à Beyrouth - appartiennent en réalité à Nissan et sont mis à la disposition du PDG. «Tant que le PDG génère de la valeur pour le groupe et reste en activité, il a le droit de les utiliser. Il n’y a rien de secret!», martèle-t-il. «Plein d’autres documents» seront transférés à la presse par la suite, a-t-il assuré. Ghosn dénonce «un complot» entre la justice japonaise et des cadres de Nissan Pour l’ex-PDG, sa chute est donc à imputer à «l’ambition de détruire sa réputation» qu’il dit déceler chez d’autres. Carlos Ghosn n’a pas édulcoré ses accusations et dénoncé une collusion entre Nissan et la justice japonaise. Il s’est ainsi dit victime d’un «système qui visait à [le] prouver coupable, sans [lui] donner la possibilité de se défendre». Avant de poursuivre: «au cours des 14 derniers mois, j’ai dû me battre quotidiennement et faire face à des individus revanchards de Nissan, soutenus par le procureur de Tokyo». «Je vais vous donner des noms des personnes qui font partie de ce complot, a-t-il asséné. J’ai tous les noms mais je vais me concentrer sur les personnes principales qui ont participé». Il a cité coup sur coup le PDG de Nissan de l’époque, Hiroto Saikawa, l’ancien responsable de la communication et des relations avec le gouvernement de Nissan, Hitoshi Kawaguchi, ainsi qu’un autre cadre de l’entreprise japonaise, Hidetoshi Imazu. Des noms déjà bien connus dans le dossier. L’ex-patron estime ainsi avoir subi une enquête à charge: «ceux à qui j’avais affaire ne souhaitaient qu’une chose: entendre une confession», ils ne cherchaient pas la «justice», dénonce-t-il. L’ex-PDG est revenu sur des conditions de détention particulièrement dures au Japon, avec à peine 30 minutes de pause en dehors chaque jour, d’interminables interrogatoires et un manque «d’intérêt pour chercher la vérité. Tout le monde cherchait des preuves contre moi. Si on parle, on retourne en prison». «J’ai eu deux heures de conversation avec ma femme en neuf mois, s’est insurgé Carlos Ghosn. Je pensais que j’allais mourir au Japon. Je n’avais pas d’autre choix que la fuite pour me protéger et protéger ma famille». Cette fuite «était la décision la plus difficile de ma vie» assène-t-il enfin. A Versailles, Carlos Ghosn défend un «geste commercial» Carlos Ghosn n’a pas manqué de revenir sur des dossiers français: celle de l’anniversaire de l’alliance Renault-Nissan, organisé en grande pompe à Versailles en 2014. «Ce n’est plus le château de Louis XIV, c’est le symbole du génie français, de l’ouverture de la France au monde» plaide Carlos Ghosn. «Tous les étrangers veulent aller à Versailles. Voilà pourquoi j’ai voulu aller la bas, ce n’est pas parce que j’ai voulu devenir Louis XIV ou épouser Marie-Antoinette! C’est ridicule.» «Nous avons décidé de faire une sorte de mécénat, se justifie-t-il. Nous avons payé plus d’un million d’euros pour payer la rénovation d’un salon. Heureusement cela n’a pas été caractérisé comme un abus de confiance.» Carlos Ghosn explique ensuite qu’une salle lui a été proposée à Versailles si besoin pour une fête car il était un mécène et ami du château. Une salle dont il a ainsi pu jouir quelques mois plus tard pour l’anniversaire de sa femme, Carole. Ghosn projette la facture devant la presse: le solde est de 0 euros. «On s’est dit que c’était un geste commercial qui profitait également au château», justifie-t-il. Une célébration dont le financement pose question et qui est visée en France par une enquête judiciaire. L’ex-patron a en outre estimé n’avoir «rien à se reprocher» concernant sa résidence ficale. Ghosn paie en effet ses impôts aux Pays-Bas, lieu du siège Renault-Nissan, depuis 2012. «Je ne l’ai pas fait en catimini, j’ai eu un fiscaliste qui l’a fait et qui a obtenu toutes les autorisations», s’explique Carlos Ghosn. Pour autant, il assure rester à la disposition de la justice française: «Il est évident qu’à partir du moment où la justice française me convoque, j’y répondrai». Source (Le Figaro)

Campagne Café 2019-2020 : Le Prix bord champ maintenu à 700 FCFA

Le président du conseil d’administration du Conseil du café-cacao, Lambert Kouassi Konan, a annoncé le lundi 23 décembre 2019, à Abidjan que le prix garanti bord-champ du café est maintenu à 700 FCFA/kg en Côte d’Ivoire, grâce à une subvention de 32 milliards de FCFA consenti par le gouvernement ivoirien.

« Pour la campagne 2019-2020 du café, lorsqu’on veut répercuter la réalité du marché au planteur, c’est 473 FCFA le kilogramme qu’on doit leur payer. Encore une fois, le Président de la République a estimé que ce prix n’était pas acceptable », a souligné le directeur général du Conseil du café-cacao, Yves Brahima Koné.

Selon le directeur général du CCC, ce maintien a été possible grâce à une subvention de 32 milliards de FCFA consentie par le président de la République, Alassane Ouattara.

Yves Brahima Koné a rappelé que pour la campagne précédente de commercialisation du café, le Président Ouattara avait également accordé une subvention de 21 milliards de FCFA afin que le prix d’achat soit fixé à 700 FCFA/kg au lieu de 530 FCFA.

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, a confié que cette subvention consentie par le Président Alassane Ouattara participe de la politique sociale du gouvernement.

 Source : CICG

Economie d’énergie/ Lumière LED, la solution de la COP 21

La COP 21, on le sait, a proscrit l’utilisation des lumières incandescentes qui sont très énergivores. Les remplacer permettrait de faire des économies d’énergie et la solution trouvée, c’est tout simplement les lumières LED, plus économiques, plus saines pour l’environnement et la planète et plus pratique aussi!

S’inscrivant dans cette logique de protéger l’environnement en évitant le gaspillage des ressources énergétiques, le Groupe La Lavandière à travers sa filiale Lightouse Technology, (spécialisée dans la promotion et la commercialisation de luminaires), vient de signer à son siège d'Abidjan (le 11 décembre) une convention de partenariat avec l’un des leaders Européens de l’éclairage public et domestique via le Groupe LUCIBEL.

Ce partenariat de haute portée permettra aux ménages et aux entreprises de s’approvisionner en luminaires LED révolutionnaires et surtout de qualité. Une excellente initiative qui permettra aux populations ivoiriennes de réduire le gaspillage d’énergie, au quotidien et surtout à la nuit tombée.

E.A

Pour leur abnégation au travail / L’UNACOOPEC-CI a célébré 34 de ses salariés (La Liste de tous les récipiendaires)

-La Liste de tous les récipiendaires

En prenant le premier la parole, Monsieur SAVANE Issiaka, administrateur provisoire de l’UNACOOPEC-CI, a félicité les récipiendaires et l’ensemble des agents en ces termes : « c’est encore grâce à votre courage et à votre abnégation que le Réseau COOPEC compte à ce jour plus d’un million (1 000 000) de membres, bénéficiaires ou usagers et 136 points de services fonctionnels aussi bien en milieu urbain, semi-urbain et rural répartis sur toute l’étendue du territoire national ivoirien.

» Il a conclu ses propos en notant que : « c’est surtout grâce à votre professionnalisme que notre institution peut être considérée comme le Leader de l’inclusion financière en Côte d’Ivoire depuis plus de 43 ans et se positionne comme un puissant levier pour l’employabilité et la création de richesses de par les actions qu’elle mène en faveur des personnes en quête d’emplois et des populations à faible revenus, soucieuses d’améliorer leur bien-être.

» Mme Timmor E. Zamblé, représentant le ministre de l’emploi et de la protection sociale, Monsieur ABINAN Kouakou Pascal, en félicitant les récipiendaires, a fait savoir que chacun dans son domaine depuis plusieurs années a contribué au rayonnement de cette entreprise et au développement de la Côte d’Ivoire. « C’est le lieu pour moi, au nom du ministre de l’emploi et de la protection sociale et de l’ensemble des membres du gouvernement, de vous féliciter et vous remercier pour toutes ces années passées au service de l’Etat, pour votre dévouement dans les fonctions qui vous sont confiées et surtout votre éthique sans faille », a-t-elle rappelé en précisant que le travail contribue à l’épanouissement de l’homme. « Je vous invite à demeurer donc des modèles et à continuer de mettre votre expérience au service de l’Etat car vous êtes tous utiles en société même pendant la retraite », a conclu Mme TIMMOR E. Zamblé.

Il faut noter qu’ils sont au nombre de 34, les salariés de l’Union Nationale des Coopératives d’Epargne et de Crédit de Côte d’Ivoire (UNACOOPEC-CI) qui ont reçu des médailles d’honneur du travail lors de la cérémonie de reconnaissance de mérite qui s’est déroulée ce vendredi 20 décembre 2019 dans la commune de Cocody. Dix (10) ont reçu la médaille de Vermeil après 25 à 29 ans de service et 24 salariés ont reçu la médaille d’argent, après 21 à 24 ans de service.

Cette cérémonie a été l’occasion de célébrer cinq (5) futurs retraités dont quatre (4) ont bénéficié de la médaille d’argent.

Etienne Atta  

LISTE DES RÉCIPIENDAIRES

Au titre des Médaillés de Vermeil après 25 à 29 ans de services : 10 salariés distingués

- Monsieur SAVANE Issiaka, Administrateur Provisoire de l’UNACOOPEC-CI, 27 ans de service ;

- Monsieur YOBOUE Yao, Agent de crédit ordinaire, 29 ans de service ;

- Madame KONE epse OUATTARA Korotoum, Secrétaire de Direction, 27 ans de service ;

- Monsieur KOKO Samson Beugré, Contrôleur permanent, 27 ans de service ;

- Madame TOURE Lothio Paulette, Chef de guichet, 27 ans de service ;

- Monsieur BOGUI Mathias, Assistant recouvrement, 26 ans de service ;

- Monsieur KONE Mamadou, Chef d’agence, 26 ans de service ;

- Monsieur DOFFIE Bi Binnie Jean-Baptiste, Chef d’agence, 25 ans de service ;

- Madame KOBENAN Epse KOSSONOU AkouaBomo, Responsable crédit, 25 ans de service ;

- Madame Niamkey Epse KOUAME Ahou Chantal, Agent de crédit ordinaire, 25 ans de services ;

Au titre des Médaillés d’Argent après 21 à 24 ans de services : 24 salariés distingués

- Monsieur KOUAO Tola Séraphin, Directeur de crédit, 24 ans de service ;

- Monsieur ETIBOA Arsène, Directeur de l’Exploitation, 24 ans de service ;

- Monsieur GOUBA Joel, Chargé reprographie, 24 ans de service ;

- Monsieur YEO Gnainebetie, Chef de service audit, 24 ans de service ;

- Monsieur ASSAKA Assamoua, Caissier principal, 24 ans de service ;

- Monsieur BAH Koné, Chef de service conformité, 24 ans de service ;

- Madame DJEGNA Epse FOFANA GouhounouDénise, Chef d’Agence, 24 ans de service ;

- Madame GNADJA Epse KOSSOU Djakale Anne-Agnès, Chef de guichet, 24 ans de service ;

- Madame GONAT Sopie Germaine, Chef de service recouvrement, 24 ans de service ;

- Madame KACOU Akissi Brigitte, Agent de recouvrement, 24 ans de service ;

- Madame KONATE Epse NIAMBELE Salimata, Chef d’agence, 24 ans de service ;

- Monsieur KOUAKOU Kouadio, Chef d’Agence, 24 ans de service ;

- Madame KOUAME Epse YAO N’Guessan Bénédicte Dyane, Chef d’agence, 24 ans ;

- Madame SANGARE Afoussata, Agent de crédit professionnel, 24 ans de service ;

- Madame SINGA Thérèse, Agent de guichet, 24 ans de service ;

- Monsieur YAO M’Bozzame, Agent de guichet, 24 ans de service ;

- Madame YEO Koumbilé, Chef d’agence, 24 ans de service ;

- Monsieur KOFFI kouamé Eugène, Directeur, 23 ans de service ;

- Monsieur TAPE Lago Calixte, Chef d’agence, 23 ans de service ;

- Madame YAPI Epse ANGBA Hortense, Chef de guichet, 23 ans de service ;

- Madame YAO Epse KOKO Ahou Jeanne, Comptable, 23 ans de service ;

- Monsieur YAPI Léonce, Directeur, 23 ans de service ;

- Madame OUEDRAOGO Epse DIACO Awa Jacqueline, Assistante virement, 22 ans de service ;

- Monsieur GNAPI Marc, Contrôleur permanent, 21 ans de service.

LISTE DES FUTURS RETRAITES

Madame OUEDRAOGO Epse DIACO Awa Jacqueline,

Messieurs YEO Gnainebetie, TAPE Lago Calixte, GNAPI Marc, tous les quatre médaillés d’argent et de Monsieur KOUASSI Yapi Benjamin, Contrôleur permanent.

L’UNACOOPEC-CI les a félicité et remercié pour leur loyauté et leur fidélité tout en les invitant à transmettre à la jeune génération leur expérience pour un Réseau COOPEC plus fort, des sociétaires heureux et des salariés épanouis.

S'abonner à ce flux RSS