L’OMS déclare l’épidémie Ebola "urgence" sanitaire mondiale    Militaires et chefs de la contestation s'entendent sur un accord au Soudan    Mort de Johnny Clegg, symbole de la lutte anti-apartheid    Le patient atteint d'Ebola à Goma, en RD Congo, est décédé    La faim continue de progresser dans le monde    Pour le chef de la diplomatie malienne, "la principale menace est la menace terroriste"    L'ex-président Jacob Zuma prié de s'expliquer devant une commission anticorruption    Un premier cas d'Ebola confirmé à Goma en RD Congo    CAN-2019 : les Lions du Sénégal défiés par la Tunisie en demi-finale    Khartoum, Madani, Port-Soudan... rendent hommage aux manifestants tués    En Somalie, le bilan de l’attaque d'un hôtel de Kismayo s'alourdit    En Somalie, les Shebab revendiquent une attaque contre un hôtel de la côte    Nouveau vendredi de mobilisation en Algérie, à l'heure du vide constitutionnel    L’Érythrée ou l'intimidation sans frontières    Mariam, esclave sexuelle : "Son bourreau libyen ne risque rien"

Economie

Jeux de hasard / Bientôt un nouvel arsenal juridique pour lutter contre la prolifération des jeux de hasard illicites en Côte d’Ivoire

Un conseil des ministres, le 21ème de l’année 2019, s’est tenu ce mercredi 17 juillet, au Palais présidentiel à Abidjan sous  la présidence de Son excellence Alassane Ouattara .Au titre du ministère de l’économie et des finances, le conseil a adopté un projet de loi portant régime juridique des jeux de hasard en Côte d’Ivoire. Ce projet de loi, au dire du porte-parole du gouvernement, Sidi Touré,   répond à la volonté du gouvernement d’assainir et de mieux règlementer l’environnement des jeux de hasard. Il vise à doter le secteur d’un nouveau cadre juridique et institutionnel   qui prend en compte l’apparition de nouvelles formes de jeux et de  nouveaux acteurs issus des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ainsi, ce projet de loi permettra de lutter efficacement contre la forte prolifération des jeux de hasard illicites et clandestins qui constituent un terrain favorable à la réalisation d’activités criminelles telles que  le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme .Le gouvernement  entend  ainsi protéger la population notamment les mineurs  et les personnes vulnérables contre l’addiction aux jeux de hasard à travers la promotion du jeu responsable  organisé par la Loterie nationale de Côte d’Ivoire (Lonaci) créée le 20 mars 1970.Ce nouvel arsenal juridique permettra le combattre  le  loto ghanéen qui possède plus de 5000 lieux de ventes repartis sur l’ensemble du territoire national et qui génère 36 milliards de Fcfa qui  passe sans contrôle de l’Etat selon le porte-parole du gouvernement Sidi Touré par ailleurs ministre de la communication et des médias qui dénombre aussi  500 sites de jeux de hasard en ligne  avec un chiffre d’affaires de 6 milliards de Fcfa  et 300 machines à sous installés dans divers endroits du pays. Ce projet de loi, va donc permettre une mise à jour de notre arsenal juridique qui favorisera la mise en place d’une  autorité de régulation,  a-t-il conclu.

Patricia Lyse

Côte d'Ivoire/CFNA et Callivoire s’associent pour lancer des Centres de Services Agricoles

Cultiver de Nouvelles Frontières dans Agriculture (CNFA), une organisation internationale pour le développement agricole, a annoncé que Callivoire, une entreprise de solutions agricoles, et le projet d’Activité pour Maximiser les Opportunités dans le Secteur du Cacao (MOCA) – mis en œuvre en Côte d’Ivoire par CNFA – octroieront des subventions d'un montant total de 75 000 000 FCFA (francs CFA) (129 960 USD) à cinq entreprises ivoiriennes -, pour l'établissement de Centres de Services Agricoles (CSA). La création de ces centres contribuera à améliorer la production de cacao et permettra aux producteurs d’augmenter leurs revenus et leur niveau de vie.

MOCA, financé par le programme Food for Progress du département américain de l'Agriculture (USDA), et Callivoire ont lancé un appel à propositions en mars 2019 pour la création de cinq CSA. La sollicitation auprès des entreprises ivoiriennes travaillant dans le secteur du cacao et des secteurs affiliés, tels que les entreprises phytosanitaires, répond au souhait commun des deux structures d’améliorer le professionnalisme de près de 3 000 producteurs de cacao ivoiriens, en facilitant l'accès à des intrants de haute qualité.

Le montant total des fonds disponibles pour les subventions s’élève à 75 000 000 FCFA (près de 129 960 USD), avec des subventions équivalentes allant de 1 500 000 FCFA à 15 000 000 FCFA en équipement, matériel et assistance technique. Les candidats sélectionnés contribueront à au moins 50% du financement de la subvention afin de garantir la propriété.

La création du CSA permettra aux producteurs des régions du Haut-Sassandra, d'Indénié-Djuablin et de Nawa de bénéficier de services concurrentiels, notamment une formation aux bonnes pratiques agricoles et à l'utilisation sûre et intelligente des produits phytosanitaires.

 Les entreprises sélectionnées ont été choisies à la suite d’une évaluation menée par MOCA et Callivoire. Le processus d’évaluation comprenait une présélection des propositions, fondée sur des indicateurs tels que les bénéficiaires ciblés, la conformité aux résultats du MOCA, l’amélioration de la qualité du cacao, la création d’emplois et la viabilité financière. De plus, une visite de terrain organisée fin juin 2019 a permis de sélectionner les entreprises bénéficiaires. 

« Le projet MOCA de l'USDA attend avec impatience de rejoindre son partenaire Callivoire pour travailler ensemble à la réalisation de notre objectif commun consistant à fournir des intrants et des services de haute qualité aux agriculteurs ivoiriens afin de réduire les pertes, d'améliorer la production et d'obtenir un revenu accru », a déclaré le chef du projet et Directeur du programme MOCA, Marc Steen. « Nos efforts conjugués fourniront un soutien coordonné aux entrepreneurs locaux qui co-investissent avec USDA-MOCA et Callivoire pour créer ces centres au profit du secteur agricole de la Côte d’Ivoire ».

« Nous sommes ravis d’entrer dans la phase opérationnelle du projet », a déclaré Axel d’Hauthuille, directeur général de Callivoire. « Nous sommes convaincus que les futurs Centres de Services Agricoles ruraux apporteront une valeur remarquable au développement de l'agriculture ivoirienne et généreront une plus grande prospérité pour les agriculteurs grâce à la fourniture de produits et de services de pointe. “

MOCA et Callivoire organiseront une cérémonie de récompense des cinq lauréats de l’appel à projet, le 17 juillet 2019 au Centre Andrew Young pour l’Entreprenariat. Des représentants de l’ambassade des États-Unis en Côte d’Ivoire, du ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER) et du conseil de Café Cacao, ainsi que des partenaires des secteurs public et privé participeront à la cérémonie.

La cérémonie lancera la phase suivante de mise en œuvre des subventions et permettra le décaissement des fonds alloués (sur une période de 12 mois) aux différentes subventions, qui découlera du développement des plans d’affaires des CSA. Au cours de cette phase, MOCA fournira aux sous-traitants une évaluation de la performance, des rapports et un audit de conformité. Outre le versement des fonds de la subvention, MOCA et Callivoire assureront également une formation et un soutien approfondis.

SERCOM

Entreprenariat pro jeunes/ La Côte d’Ivoire lauréate d’une initiative de la Maison Blanche en faveur des femmes

L’Administrateur de l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID) Mark Green et la Conseillère du Président des Etats-Unis Ivanka Trump ont annoncé le 10 juillet 2019, à Washington, la création de 14 nouvelles activités et des partenariats dans le cadre de l’initiative du développement mondial et la prospérité des femmes (Women’s Global Development and Prosperity, W-GDP).

Mark Green et Ivanka Trump ont annoncé 14 nouvelles activités et plus de 200 partenaires des secteurs public et privé répartis dans 22 pays pour soutenir l’initiative W-GDP. Ces partenariats, qui devraient mobiliser plus de 260 millions de dollars auprès du secteur privé, de donateurs bilatéraux et multilatéraux, d'ONG, d'universités et de gouvernements étrangers, permettent à W-GDP d'atteindre plus de 100 000 femmes au cours des prochaines années pour appuyer ses trois piliers : les femmes qui prospèrent sur le marché du travail, les femmes qui réussissent en tant qu’entrepreneurs et les femmes qui sont habilitées dans l’économie.

L’annonce a été faite devant des dizaines de partenaires et de bénéficiaires lors d’un événement organisé conjointement avec la Coalition mondiale pour le leadership des États-Unis au siège de l’USAID.

L’USAID gère le fonds central W-GDP, créé par le biais d’un mémorandum présidentiel sur la sécurité nationale et a réservé 27 millions de dollars à ce titre pour les activités en Afrique du Sud, Bénin, Brésil, Chili, Colombie, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Géorgie, Ghana, Inde, Indonésie, Libéria, Mexique, Mozambique, Nigéria, Papouasie Nouvelle Guinée, Pérou, Philippines, Rwanda et Sénégal.

La Côte d’Ivoire devrait bénéficier d’un appui pour le projet de formation professionnelle Pro-Jeunes pour les femmes dans le secteur de l'énergie.  Cette formation et soutien professionnel serait destiné à 750 jeunes femmes de niveau post-secondaire dans les domaines de la vente, de l'installation et du service de l'énergie solaire en tant qu'entrepreneurs et employées de micro-réseaux alimentés à l'énergie solaire.

 Par ailleurs, à travers un projet géré par le bureau Régional de l’USAID/ Afrique de l'Ouest, les femmes dans le domaine du commerce et l’investissement de l’Afrique de l’Ouest (WATIH) sont les lauréates de l'initiative.  Le projet veillera à ce que les agro-industries gérées par des femmes aient un meilleur accès aux marchés pour le commerce et l’investissement.

Les activités récompensées ouvriront les portes à l'emploi et à l'entrepreneuriat, et fourniront un accès à des financements et à une assistance sur mesure pour les femmes d'affaires. Notons que les lauréats ont soigneusement conçu les activités pour cibler les contraintes imposées par les lois, les pratiques des employeurs et les normes restrictives afin d'améliorer l'environnement porteur pour les employées, les propriétaires d'entreprise et les entrepreneurs pour les décennies à venir.

Sercom

 

Zone de Libre-Echange Continentale / une opportunité pour booster le développement du continent, estime le Président Alassane Ouattara

Le Président de la République Alassane Ouattara a indiqué le mercredi 10 juillet 2019 au cours d’un point de presse à Abidjan, que la Zone de Libre-Echange Continentale africaine (ZLECaf) est une opportunité pour booster le commerce, et partant le développement socio-économique du continent.

Alassane Ouattara rentrait de Niamey au Niger (après avoir séjourné à Paris), où il a pris part le 7 juillet 2019 au 12ème Sommet Extraordinaire de l’Union Africaine (UA) sur le lancement de la phase opérationnelle de l’Accord sur la Zone de Libre-Echange Continentale africaine (ZLECaf). La mise en œuvre de cet Accord est prévue le 1er juillet 2020.

Pour le Président ivoirien, c’est le commerce intra-africain, et non l’aide au développement de pays tiers qui contribuera au développement durable au continent. Il a ainsi indiqué qu’avec 24%, la Côte d’Ivoire a le taux de commerce intra-africain le plus élevé, contre une moyenne générale de 7%. Chose qui indique l'engagement de la Côte d’Ivoire en matière d'intégration économique.

A Paris, où il a effectué une visite de travail après le Niger, Alassane Ouattara a rencontré le Président français Emmanuel Macron. Les échanges ont porté sur la coopération bilatérale et les questions régionales. Notamment les constructions du Métro d’Abidjan et de l'académie régionale de lutte anti-terroriste qui sera basée à Jacqueville en Côte d’Ivoire.

Source : CICG

PMU / 72 millions distribués par la Lonaci en l’espace d’une semaine

Les jeux de la Loterie nationale de Côte d’Ivoire  (Lonaci) sont aussi réels que les gains. Pour preuve, les cagnottes annoncées par le chef de Produit Pmu Soro Seydou  lors de la remise de chèque de 19 043 000Fcfa à O.M vendredi  5 juillet dernier, ont été remportées. Les heureux gagnants O. Innocent venu des II Plateaux Vallons et I. Touré venu de Gagnoa ont reçu jeudi 11 juillet 2019  au siège à Marcory Zone 4, leur chèque respectif d’un montant de 41 083 600Fcfa et 12 593 500Fcfa des mains de la Directrice du contrôle et de l’Audit, Mbahia Dominique, représentant le Directeur général de la Lonaci Dramane Coulibaly. C’était au cours d’une cérémonie tenue en présence des directeurs, conseillers et chefs de département de la première entreprise citoyenne. Prenant d’emblée la parole, le chef de produit PMU (Pari mutuel urbain)  Soro Seydou  a tenu à rappeler que les jeux de la Lonaci sont effectivement réels. «  Les cagnottes que nous avons annoncées la semaine dernière ont été remportées et les gagnants sont devant vous , témoins de ce que les jeux de la Lonaci sont effectivement réels », a-t-il indiqué avant de rappeler que  toutes les informations relatives  aux cagnottes sont diffusées au jour le jour sur la page facebook Pmu Lonaci  et sur le site www.Lonaci.ci .Il a donc invité les populations à les visiter  et à tenter leurs chances.  S’en est suivie la remise des chèques par  la représentante  du Directeur Général, Mme Mbahia Dominique, directeur du contrôle et de l’Audit   , aux heureux gagnants qui n’ont pas manqué de remercier la première entreprise citoyenne  pour tout ce qu’elle fait pour les populations avant de lui souhaiter longue vie. Félicitant les gagnants au nom du Directeur Général Dramane Coulibaly, Mme Mbahia Dominique a déclaré que tous les participants voudraient être à la place des gagnants.  Car ces gains, non seulement vont leur permettre d’aborder  les vacances scolaires avec le sourire, mais également  dans deux mois,  ils prépareront la rentrée scolaire  avec une grande sérénité. « Cela, parce que vous avez fait confiance à la Lonaci, et que la chance vous a souri », a-t-elle mentionné. En outre, elle a rappelé qu’en  l’espace d’une semaine, c’est la coquette somme de 72 millions de Fcfa que cette entreprise a  distribuée.  Et de préciser : «  la redistribution aux joueurs est quotidienne à la Lonaci ». Mieux, avec la Lonaci on ne perd jamais. Pour cause,  même les mises non gagnantes ne sont pas perdues. «   Elles ont permis de construire des maternités, des écoles, des centres de santé, foyers, etc. A titre d’exemple, pour cette année, je peux citer des locaux modernes pour une usine de fabrication d’attiéké pour les femmes de Raviart, une résidence pour le médecin-chef de l’hôpital de Krindjabo, une cantine scolaire et une école à Ouangolodougou, des ambulances au Conseil Régional du Worodougou et à la mairie de Satama-Sokoro. Dès la rentrée prochaine, d’autres œuvres sociales seront remises aux populations en vue d’accroître leur bien-être et lutter contre la pauvreté, sur l’ensemble du territoire national », s’est réjouie  la représentante du   Directeur général qui a prié  les gagnants du jour d’être les ambassadeurs de  leur mission sociale, dans  leurs communautés respectives et dans toutes les régions de la Côte d’Ivoire.

Patricia Lyse

 

Reverdissement de la Côte d’Ivoire / Colonel Sangaré Mamadou, Dg de la Sodefor : « L’effort de reboisement est quelque chose qui s’impose à nous »

Directeur général de la Société de développement des forêts de la Côte d’Ivoire (Sodefor), le Colonel Sangaré Mamadou invite la population au reboisement. « Pour tout citoyen, l’effort de reboisement est quelque chose qui s’impose à nous ». Ces propos sont du Colonel Sangaré Mamadou, directeur général (Dg) de la Société de développement des forêts de la Côte d’Ivoire (Sodefor). Il les a tenus, hier mercredi 19 juin, à l’issue de la visite de terrain qu’il a effectuée à la ‘’Parcelle Sangaré Mamadou’’, située à Allokoi Pk 22, sur l’autoroute du nord. Très heureux du travail réalisé par les agents de l’Unité de gestion forestière de l’Anguédédou dirigée par le Lieutenant Ouattara Ziepleu Lacina, le Dg de la Sodefor a précisé « qu’avec ce reboisement, c’est une invite à tout le monde pour que chacun puisse contribuer à sa manière au reverdissement de la Côte d’Ivoire ». « Qui parle de forêt, d’environnement forestier parle de la vie. Et puisque nous tenons à cette vie, la chose qui nous coûte plus chère, alors faisons de sorte à pouvoir l’aménager et faisons de sorte que notre vie se fasse dans un environnement sain », a-t-il ajouté. Toutefois, bien qu’impressionné par le travail abattu par le Lieutenant Ouattara Ziepleu Lacina et ses hommes depuis le 13 mai 2019, le Colonel Sangaré Mamadou estime qu’il reste encore des choses à faire. « Pour un forestier qui se retrouve en forêt, il y a toujours des choses que nous voyons. Aujourd’hui, je suis venu voir une action de reboisement. Mais à côté de cette action de reboisement, il faut voir comment cette action puisse arriver à son terme pour que ces reboisements puissent atteindre leurs objectifs », a-t-il déclaré. Mieux, il a indiqué que d’autres actions liées à la recherche et au développement sont prévues. « Nous sommes dans une forêt dégradée qui doit être reconstituée. Mais quelle est la meilleure manière pour pouvoir la reconstituer? Avec quelle espèce et pour quel objectif ? », s’est-il interrogé. Notons que cette parcelle fait un peu plus d’un hectare avec plus d’un millier de plants dont l’espèce privilégiée est le Sao. « C’est une espèce à multiple usages qui est originaire de l’Asie. Ce n’est pas à cause de sa valeur économique mais plutôt sa valeur écologique », a tenu à préciser le Dg de la Sodefor. Poursuivant, il a indiqué que « c’est une espèce qui a une croissance relativement rapide. Nous l’avons choisi pour que cette zone puisse être rapidement recolonisée et être aussi à l’abri d’éventuels agresseurs. Parce qu’il s’agit d’une forêt pluri-urbaine où chaque jour nous sommes obligés d’être à l’affût pour faire barrage à tous ces imposteurs qui sont à la recherche de terres ».

J. C

S'abonner à ce flux RSS