Présidentielle en Tunisie : "Kais Saied a séduit par sa candidature anti-système"    Présidentielle tunisienne : Kais Saïed et Nabil Karoui s'affronteront bien au second tour    Au Soudan, Jean-Yves Le Drian plaide pour le retrait du pays de la liste noire américaine    Présidentielle tunisienne : vers un duel Saïed - Karoui au deuxième tour    CPI : Fatou Bensouda fait appel de l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé    L'analyse de notre correspondante à Rabat, Théa Ollivier    Présidentielle en Tunisie : le grand chamboulement ?    Reprise du procès de la journaliste jugée au Maroc pour "avortement illégal"    FR NW GRAB LA HAYE STEPHANIE MAUPAS JT18H30    La tenue de la présidentielle en Algérie pourrait "radicaliser la mobilisation"    La procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo    Présidentielle tunisienne : Kais Saïed confirme son avance, la deuxième place indécise    Zimbabwe : Robert Mugabe sera enterré avec les héros de la Nation    Présidentielle tunisienne : Kais Saïed, un candidat conservateur qui revendique son indépendance    Présidentielle tunisienne : un universitaire et un publicitaire emprisonné assurent être au second tour

Economie

Economie/La Banque africaine de développement émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars à 3 ans

La Banque africaine de développement (BAD), notée Aaa/AAA/AAA par les agences de notation internationales (Moody’s, S&P, Fitch), a exécuté, mercredi 11 septembre 2019, un nouvel emprunt obligataire de référence de 2 milliards de dollars américains avec une maturité de trois ans arrivant à échéance le 16 septembre 2022, avec un coupon de1,625%.

Cette transaction est la seconde obligation de référence émise par la Banque cette année, faisant suite à l’émission obligataire de référence de 1 milliard d’euros à 10 ans exécutée en mars 2019. Avec cette nouvelle émission, la Banque poursuit avec succès sa stratégie consistant à réaliser des transactions plus liquides sur le marché américain. Depuis le début de l’année, la Banque africaine de développement a levé 4,4 milliards de dollars sur les marchés de capitaux, soit 61% de son programme d’emprunt pour 2019.

Cette nouvelle émission obligataire a généré une forte demande des investisseurs, avec un livre d’ordres atteignant 2,8 milliards de dollars, et ce à un niveau record contre l’obligation du Trésor américain de référence, car le plus serré jamais obtenu par la Banque sur une telle maturité. 53 investisseurs globaux, dont 7 nouveaux pour l’institution, ont participé à la transaction, avec une répartition diversifiée tant du point de vue géographique que par type d’investisseurs. La qualité exceptionnelle du carnet d’ordres s’illustre par la forte participation des banques centrales et institutions officielles, représentant ainsi près de deux tiers de l’allocation finale.

La Banque africaine de développement a choisi de tirer parti de la forte demande des investisseurs sur le segment 3 ans pour émettre sa première obligation de référence en dollars de l’année. La Banque a annoncé le mandat le mardi 10 septembre à 12h, heure de Londres, avec une indication initiale de prix autour de mid-swaps plus 13 points de base. La transaction a été favorablement accueillie par les investisseurs avec des indications d’intérêts approchant 1,47 milliards de dollars, à la clôture de la séance américaine.

Le carnet d’ordres a officiellement ouvert à 8h, heure de Londres, avec un prix d’émission indicatif autour de mid-swaps plus 13 points de base. La dynamique s’est poursuivie au cours de la matinée avec davantage d’ordres provenant de comptes européens et asiatiques, et un carnet d’ordres excédant 2,5 milliards de dollars peu après 11h20, heure de Londres, permettant à la Banque de fixer le prix d’émission à mid-swaps plus 13 points de base. Après la fermeture du carnet d’ordres américain à 14h20, heure de Londres, le montant final du carnet d’ordres dépasse 2,8 milliards de dollars (excluant les intérêts des chefs de file) et la Banque fixe la taille de l’émission à 2 milliards de dollars.

L’exécution finale de la transaction s’est déroulée à 16h24, heure de Londres, avec un rendement de 1,679%, équivalent à une marge de 8,75 points de base au-dessus de l’obligation du Trésor américain de maturité 3 ans (CT3), de 1.5% échéance 15 septembre 2022, la marge la plus faible contre l’obligation du Trésor américain jamais réalisée par l’institution.

« Nous sommes très heureux du succès de cette émission obligataire de référence en dollar, et particulièrement satisfaits de la très haute qualité du carnet d’ordres, mais aussi de la forte participation des banques centrales africaines dans cette transaction. La Banque africaine de développement, grâce à cette émission, a réalisé la marge contre l’obligation du Trésor américain la plus faible historiquement, et nous remercions tous nos investisseurs pour ce résultat exceptionnel, et à travers celui-ci, pour le financement qui sera accordé au continent africain. » Hassatou Diop N’Sele, Trésorière du Groupe de la Banque africaine de développement.

Sur la répartition des investisseurs :

Détails de la transaction 

Émetteur :

Banque africaine de développement

Notation de l’émetteur :

AAA / AAA / AAA (Mody’s / S&P / Fitch)

Montant :

2 milliards de dollars

Date de fixation du prix :

11 septembre 2019

Date de règlement :

18 septembre 2019

Coupon :

1,625%, fixe, semi-annuel 30/360

Date de maturité :

16 septembre 2022

Prix re-offert :

 99,843%

Rendement re-offert :

 1,679% semi-annuel

Spread re-offert :

 Mid-Swaps + 13 pb / UST 1,5% septembre 2022 + 8,75 bps

Chefs de file :

Citi, Daiwa, HSBC, JP Morgan, Société Générale

ISIN :

US00828EEA38

BAD : Lancement du rapport ‘‘Création d’emplois décents, stratégies, politiques et instruments’’/Une étude unique avec des solutions concrètes et pratiques

Le lancement du rapport de la Banque Africaine de Développement  ‘‘Création d’emplois décents, stratégies, politiques et instruments’’ a eu lieu ce jeudi 12 septembre au siège du groupe de banque à Abidjan-Plateau. Avant la présentation du rapport, le vice-président principal  Charles Boamah,  au nom du président Akinwuni Adesina, a souhaité la bienvenue à toutes les autorités et participants. Plantant le décor,  il rappelle que « Nous sommes ici pour un sujet important, la question de l’emploi des jeunes qui occupe  l’attention et l’esprit  des dirigeants africains ». Selon les projections,  il y a actuellement environ 250 millions de jeunes en Afrique, et ils seront 840 millions d’ici à 2050. Face à cette proportion énorme de jeunes, le vice-président principal se pose la question de savoir   si nous serons capables de créer assez d’emplois qui épanouissent ces cerveaux africains ? C’est le défi  que doit relever la Banque Africaine de développement  qui a rédigé  un rapport novateur,  unique , le premier du genre qui va aider à lever certaines incompréhensions relatives aux politiques de l’emploi, stimuler une nouvelle réflexion et servir de document de référence pendant plusieurs années pour tous les décideurs  et qui suscitera des actions qui vont aider tous ces jeunes qui bouillonnent sur le continent, a indiqué M. Boamah qui n’a pas manquer de féliciter toute l’équipe  qui a travaillé à sortir ce rapport. Remerciant ses collaborateurs Abébé  Shlimeles et Andinet Woldemichael sans oublier Jennifer Blanquet, Célestin Monga,  vice-président et économiste  en chef à la Bad  a expliqué qu’ils ont rédigé ce rapport unique pour conseiller les pays et proposer le type de solutions qui marchent. Car selon lui, ce rapport est pratique et concret. Abébé Shimeles a présenté les points saillants de ce rapport de 358 pages à lire avant la fin de l’année,  au dire  de la modératrice Nafissatou Diouf. Pour  le manager, ce rapport nous  permet de faire un voyage épique  vers la création d’emplois solides  et décents. Relevant  qu’il y a des mauvaises dynamiques de développement des Entreprises (les entreprises créées meurent et très peu évoluent vers de grandes entreprises), il propose donc de glorifier le secteur informel Par ailleurs, il propose de créer des emplois à travers de nouvelles formes d’industrialisation, de construire de prudentes politiques macro-économiques pour soutenir l’emploi,   de construire des grappes, à travers la mise en place  de pôles industrielles et de zones économiques spéciales , de construire et renforcer les capacités de la main d’œuvre africaine   car 60% des employés pensent qu’ils ne sont pas qualifiés pour le poste qu’ils occupent . Il faut donc une formation adaptée Aussi, M.Schimeles rappelle qu’il manque un ministère  du travail qui devrait être pleinement impliqué dans le processus de prise de décisions. Dans la deuxième partie de  ce lancement du Rapport  Création d’emplois décents : stratégies, politiques et instruments, le ministre de la promotion de la Jeunesse et  de l’emploi, Touré Mamadou a proposé les actions du gouvernement  ivoirien pour trouver des solutions au problème  de l’emploi des jeunes. Selon lui, ces actions ont consisté à régler  le problème de la formation des jeunes à travers la révision du système  de la formation professionnelle  ainsi que la remise du secteur privé au cœur de la formation. Par ailleurs, avec la Banque Mondiale, le gouvernement a mis en place le projet Pejedec .Il y a aussi le Projet Stage école  et les Thimo  qui permettent aux bénéficiaires de monter leurs propres business après six mois. Pour le Dg de Mtn Freddy Tchala, il faut être capable de mettre à jour ses compétences, revisiter la chaine de valeurs et valoriser la destruction constructive. Pour le Professeur Tchétché  Nguessan, la formation scolaire et universitaire  qui devrait figurer en bonne place dans les priorités de la Bad est la solution pour que l’Afrique soit un hub de l’emploi.   

Patricia Lyse

30 ans de la Matca/ Le lancement des festivités a eu lieu ce mercredi matin

Acteur essentiel dans l’environnement du transport urbain, la Mutuelle d’Assurances des taxis compteurs d’Abidjan (Matca), va célébrer le 12, 13 et 14 novembre 2019, à la Caistab d’Abidjan Plateau,  ses 30 ans d’existence. Le lancement  des festivités marquant ce 30ème anniversaire a eu lieu au cours d’un point de presse  animé par Daffé Rufin, Chef de  service sinistre et matériel et par ailleurs président du comité d’organisation, ce mercredi 11 septembre, au siège de ladite structure au Plateau. Selon le Pco, à l’occasion  de ce trentième anniversaire, la Matca organisera des journées  portes ouvertes pour mieux présenter au grand public, ses activités ainsi que celles de ses partenaires économiques et sociaux. Cet évènement se veut un espace de réflexion et de partage d’expériences relatifs à la problématique du transport urbain et plus particulièrement celle des taxis compteurs en vue de déceler les propositions d’amélioration à soumettre aux autorités compétentes.  Par ailleurs, des échanges interprofessionnels seront  organisés  pour accueillir  des conférences, panels et tables-rondes autour d’une thématique centrale qui constitue un ensemble de rencontres publiques pouvant atteindre un audimètre  de plusieurs centaines de personnes par rencontre. Des expositions d’entreprises pour valoriser le savoir-faire des organisations sur le plan technique, managérial et commercial sont également prévues  de même qu’un forum d’administrations publiques et  des rencontres Be to Be .En outre, il y aura des espaces de coaching et de conseil des entreprises et professionnels du transport urbain et activités connexes.  Sur ce, le Pco a déclaré lancées les festivités marquant les 30 ans d’existence de la Matca.

Patricia Lyse

Pour faire face au taux de croissance élevée des populations en Afrique/ La Banque africaine de développement lance le rapport « Création d’emplois décents : stratégies, politiques et instruments »

La Banque africaine de développement présentera son dernier rapport « Création d’emplois décents : stratégies, politiques et instruments » le jeudi 12 septembre 2019 à 11h 30.

L’Afrique deviendra le continent le plus jeune et le plus peuplé au cours des prochaines décennies. Sa force de travail passera à près de 2 milliards de personnes en 2063, alors qu’elle s’élevait à 620 millions en 2013. Pour faire face au taux élevé de croissance de la population, elle devra générer chaque année entre 12 et 15 millions d’emplois. Cela signifie que 1,7 million de nouveaux emplois devront être créés chaque mois à travers le continent. L’Afrique est encore très loin de ce nombre.

Ce rapport bénéficie de la contribution de quelques-uns des principaux économistes spécialisés dans le domaine du travail et du développement au niveau mondial, chargés de formuler des recommandations spécifiques en faveur de la création d’emplois décents. Le rapport souligne que les activités manufacturières offrent davantage de bénéfices économiques dans le long terme que d’autres activités. Elles génèrent des économies d’échelle, elles encouragent la modernisation industrielle et technologique, elles favorisent l’innovation et leurs effets multiplicateurs sont importants. Le rapport apporte également des éclaircissements sur le rôle que jouent des politiques macroéconomiques prudentes et montre comment utiliser le mieux possible les zones économiques spéciales, les parcs industriels, les zones agro-industrielles, les complexes de renforcement des compétences, ainsi que les programmes d’apprentissage et d’incubation.

 La rencontre comprendra une présentation du rapport, une table ronde sur les principaux thèmes du rapport, et une session questions/réponses.

Sercom

 

Coopération : le Japon et la Côte d’Ivoire entendent renforcer leur partenariat

 
  La 7ème Conférence de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD 7) a démarré le 28 août 2019 à Yokohama (Japon), en présence du Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, représentant le Président de la République Alassane Ouattara. 
 
Arrivé à Yokohama le 26 août, Amadou Gon Coulibaly multiplient séances de travail et audiences avec partenaires bilatéraux et multilatéraux, notamment les agences de développement du Japon. 
 
L'objectif étant de consolider le partenariat ivoiro-japonais. Un partenariat qui connaît des développements importants. 
Cette dynamique s’est soldée par la signature  en 2018 de plusieurs accords, dont le « Projet de Renforcement des capacités de prévention des Catastrophes pour l’Amélioration de la Protection Civile en Côte d’Ivoire », avec une contribution japonaise de 2 milliards FCFA. 
 
Le Japon est aussi partenaire de la Côte d’Ivoire, à hauteur de 1,2 milliard FCFA, dans le projet de route de l’Echangeur de l'Amitié ivoiro-japonais en construction à Abidjan.
 
Outre l’appui à la formation de la police ivoirienne et son soutien à la riziculture, le pays du Soleil-Levant se distingue aussi dans le financement de projets structurants dans les domaines de la santé, de l’éducation, des transports, etc. 
 
Au niveau commercial, les échanges entre les deux pays s’élevaient à 126,572 milliards de FCFA en 2017.
 
La TICAD est une occasion pour la Côte d'Ivoire de présenter la bonne santé et le dynamisme de son économie. Une économie qui affiche une croissance moyenne d’environ 8% depuis 2012, avec la réalisation de projets sociaux dans les secteurs de l'eau potable, de l'électricité, de la santé et des routes qui impactent positivement le quotidien des populations. 
 
La TICAD 7 dont le thème est : « Faire progresser le développement de l'Afrique en recourant aux peuples, à la technologie et à l’innovation » prend fin le 30 août.
 
Source : Primature
 

Blé Sahi Florent (Responsable du groupe Ivoire crypto Exchange en Côte d’Ivoire) / « Une maison de 20.000.000 Fcfa vous ne payez que la moitié cache avec le groupe »

Sahi Florent : Le sentiment de joie d’être en train de lutter contre la pauvreté. Plus sérieusement, le groupe est bénévole et a rendu plusieurs personnes heureuses. Il faut dire que le groupe Ivoire Crypto a parcouru beaucoup de chemin depuis son installation au cours de cette année 2019. Je suis satisfait des initiatives que nous avons lancées, même si par ailleurs il reste beaucoup.

*Quels objectifs aimeriez-vous que le groupe atteigne avant la fin de l’année ?

À la fin de l’année, j’aimerais voir s’accroitre le nombre de la « communauté TBC » ou « TBCien » de Côte d’Ivoire. Mais aussi renforcer la capacité de mes collaborateurs afin de continuer de donner des prestations de qualités. Pour faire en sorte que ces objectifs deviennent réalité, nous devons veiller à ce que notre groupe maintienne la hauteur de la tâche. C'est pourquoi mon but est d’atteindre la maturité. Je voudrais également voir émerger une vision claire dans le changement de la vie sociale de tous ceux qui s’intéressent à la crypto monnaie ou l’argent électronique utilisée sur internet de même type que The Billion Coin (TBC). Car notre objectif c’est de les encadrer et les orienter. Nous luttons également contre les faux sites qui émettent les cryptos monnaies.

*Pensez-vous   installer des représentations à l’intérieur du pays ?

Nous avons une bonne équipe dans le district d’Abidjan où nous existons depuis février 2019. La structure actuelle fonctionne bien, je ne prévois donc pas de changement dans l'immédiat investir les grandes villes, pour préparer le terrain. Mais, nous avons besoin de continuité. C’est pourquoi nous comptons faire connaitre davantage la structure aux Ivoiriens en installant le groupe dans d’autres localités du pays après une approche minutieusement mené avec qui de droit.

* Quelles sont vos attentes ?

La plus grande priorité est de faire en sorte que les personnes qui nous sollicitent continuent de toujours faire des achats à coût très réduit grâce au groupe. Ceci étant dit, je veux m'assurer que la communauté TBC Côte d’Ivoire tirera des avantages qui vont changer leurs vies sociales. Toute fois nous allons réfléchir aux perspectives pour améliorer les prestations pour le bonheur de la communauté.

*Mais la situation financière de l’ensemble des ivoiriens n’est-elle pas pour vous un sujet d’inquiétude ?

Cette question touche plusieurs pays sur le continent. Nos gouvernants en parlent dans toutes leurs interventions. C’est la raison pour laquelle nous devons beaucoup travailler pour faire connaître les bénéfices de nos prestations aux membres de la communauté TBC Côte d’Ivoire. Et veiller à ce que les efforts soient plus équitablement répartis afin d’acquérir de nouvelles personnes acheteuses des biens et service avec la monnaie TBC.

*Comment acheter des biens et service avec la monnaie TBC ?

Pour acheter par exemple une maison de 20.000.000 Fcfa vous ne payez que la moitié cache avec le groupe et le reste sera défalqué de votre compte TBC. C’est la même chose que nos services et produit proposés telques l’achat de voitures, de terrain, de ciment, de lunette pharmaceutique etc….

*La sensibilisation du grand public est un thème majeur pour vous. Quelles sont les actions à mener dans ce sens ?

Sans parler des raisons qui poussent le groupe Ivoire Crypto à susciter l’intérêt du grand public, cette question est étroitement liée à la précédente. Notre vie dépend de plus en plus des réalités quotidiennes, et de nombreux problèmes de société sont liés à des problématiques complexes mêlant des personnes pauvres, moins pauvres et riches. Si nous voulons avancer, nous devons faire de la solidarité une partie intégrante de notre société. Tous ces facteurs comptent.

Voyez-vous quelque chose à ajouter ?

J'aimerais remercier tous mes collaborateurs pour leur dévouement indéfectible. On me demande souvent pourquoi on n’étant pas le groupe à l’intérieur. La réponse est simple : lorsque l’équipe est composée de personnes toutes très motivées pour atteindre un même objectif, la tâche en est facilitée. Et donc au moment venu l’on trouvera des représentations à l’intérieur du pays. Dans cet esprit, je renouvelle mon invitation à l’attention de tous les membres de la communauté de sensibiliser les personnes qui ne connaissent pas les avantages de nos produits. Je ne garantis pas de satisfaire à cent pour cent la communauté, mais je m’engage à faire de mon mieux pour leur bonheur social en achetant à coût très réduit. Par exemple une nouvelle voiture qui coute 20 millions vous l’acquérez à 10 millions avec toutes les garanties.

S'abonner à ce flux RSS